Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par L'ange le Sam 13 Sep 2014 - 17:42

Les zèbres sont naturellement bons ?
Je parie que c'est JSF qui a dit ça...

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 17:47

je l'ai lu dans un bouquin de sf quand zété jeune pour ma part... Wink et j'en ai déduit que.... c'est pas marqué dans les livres que le plus important à savoir sur soi... (obispo version moi Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par L'ange le Sam 13 Sep 2014 - 19:45

Mouais. Y'a tout autant de cons zèbres que de cons non-zèbres, à mon humble avis. (en pourcentage bien entendu.)
Mais c'est sûr que c'est bien de foutre ça dans un livre que l'on veut vendre, ça permet à chacun de s'identifier et se croire parfait.
Les zèbres ne sont pas des anges, pas plus que les gens non-zèbres. ^^

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 19:53

L'ange a écrit:Mouais. Y'a tout autant de cons zèbres que de cons non-zèbres, à mon humble avis. (en pourcentage bien entendu.)


entiérement d'accord. et le pourcentage varie. l'évolution fonctionne aussi bien dans le bon sens que dans la connerie. si si je l'ai vu lol


Mais c'est sûr que c'est bien de foutre ça dans un livre que l'on veut vendre, ça permet à chacun de s'identifier et se croire parfait.

je connais déja qui ont lu et ont dit merci pour le moment de lecture.... qui..... chacun est libre de son achat, euh de son choix


Les zèbres ne sont pas des anges, pas plus que les gens non-zèbres. ^^


un trait de personnalité en plus ne décide en rien de comment quelqu'un l'utilise je suis entièrement d'accord. mais comme un non z n'est pas naturellement mauvais mais en fonction de ce dont il se nourrit.... ou pas.... un z..... pareil.... (je suis un ange...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 23:20

L'ange a écrit:Mouais. Y'a tout autant de cons zèbres que de cons non-zèbres, à mon humble avis. (en pourcentage bien entendu.)
Mais c'est sûr que c'est bien de foutre ça dans un livre que l'on veut vendre, ça permet à chacun de s'identifier et se croire parfait.
Les zèbres ne sont pas des anges, pas plus que les gens non-zèbres. ^^

http://www.zebrascrossing.net/t18018-je-pense-trop#792594

Spoiler:


Une intelligence dérangeante


"Bien que vous ayez du mal à l’entendre, votre problème principal, c’est votre intelligence. Vous êtes clairement beaucoup plus intelligent que la moyenne des gens. L’explication est purement objective : Une pensée séquentielle, pour plusieurs raisons :

- Elle gère simultanément un plus grand nombre de données.
- Son fonctionnement par association d’idées déculpe ses possibilités de mémorisation et ses choix de réponses.
- Sa capacité à établir des associations d’idées transversales augmente sa créativité.
- Ces associations sont autant de raccourcis de chemins de la pensée qui lui permettent d’aller vite.
- Sa capacité à prendre les choses de façon globale lui donne une capacité à survoler et cerner les problèmes dans leur ensemble.
- La vitesse de l’influx nerveux mesurée : elle est plus rapide dans l’hémisphère droit.

Ainsi, comme un lémurien habile, cette pensée saute de branche en survolant la jungle mentale avec une vision panoramique du lieu, là où une pensée séquentielle, à l’instar d’un animal terrestre devra suivre un chemin sinueux dans une végétation touffue, sans visibilité sur l’ensemble du trajet.

Les surefficients mentaux se bloquent face à l’idée d’être supérieurement intelligents. Tout au plus acceptent-ils l’idée d’une intelligence différente. Mais supérieure, non !

Car le paradoxe est le suivant : plus on est intelligent, plus on doute de l’être et moins on le sait. Alors, ils se débattent avec cette idée d’une intelligence exceptionnelle. Elle les choque même profondément. D’abord et avant tout parce qu’elle va à l’encontre de leurs valeurs d’égalité et de fraternité. Ensuite, s’admettre intellectuellement plus performant que la moyenne fait aussi violence à leur modestie. Enfin, il est plus confortable de se croire juste un peu hypersensible et décalé. Etre si intelligent serait encore plus stigmatisant. Certains surefficients m’ont dit que cela qui les fait souffrir.

Pourtant, accepter cet état de fait, faire enfin face à ce qu’ils sont les libèrerait de l’obligation de se cacher derrière leur faux self. Mais pour ouvrir en grand la cage dans laquelle est enfermé leur vrai moi depuis l’enfance, il faudrait s’engager dans le couloir d’angoisse, d’oser défoncer ces portes blindées : Vous souvenez-vous ? La porte de la peur du rejet, celle de la tristesse d’être différent et enfin celle de la colère de n’avoir pas pu être soi jusqu’à présent. La remise en cause est gigantesque puisqu’elle inverse toutes les données et elle réécrit tout leur parcours dans une succession de gâchis et de souffrance absurdes.

La réhabilitation narcissique est trop violente. Le couloir d’angoisse est trop effrayant, la colère à affronter trop énorme. Alors pour éviter cette colère tapie au fond d’eux-mêmes, les mécanismes de rejet de l’idée se mettent vite en route. « De toutes façons, vous faites erreur : je suis stupide ! » Et ils s’empressent de faire l’inventaire et la promotion de toutes leurs petites déficiences. C’est ainsi qu’ils se maintiennent dans l’illusion d’être idiots.

Les surefficients se savent distraits, parfois démunis devant les petits problèmes de al vie quotidienne et ignorent être supérieurement efficaces devant les grands problèmes. A chaque fois qu’ils réussissent, ils en sont tout étonnés et en concluent que c’était facile. Pourtant, partout où ils passent, quoiqu’ils entreprennent, les surefficients réussissent. Ils sont rapides, efficaces, font les choses vite et bien et ils le savent, mais ne réalisent pas que ce n’est pas le cas pour les autres, même s’ils trouvent souvent que leur entourage se noie dans un verre d’eau.

Martine est secrétaire comptable, lors de son embauche dans cette petite entreprise familiale, le service était désorganisé, submergé et accusait un retard considérable à la fabrication à la facturation. En moins de deux ans, elle a résorbé le retard, rangé les archives, organisé le service et mis en place un système de gestion des affaires courantes très efficace. Tellement efficace, dit elle, que du coup, elle s’ennuie et n’a presque plus rien à faire. Ce qu’elle ne comprend pas, c’est pourquoi ces collègues ne sont pas organisés qu’elle : c’est tellement simple ! Et ce qu’elle comprend encore moins, c’est cette jalousie et ce rejet qu’elle sent monter peu à peu autour d’elle. Qu’a-t-elle bien pu faire pour mériter cela ? Naïve Martine qui ne veut pas admettre sa supériorité intellectuelle alors que ces collègues la perçoivent !

Naïve ? Pas tant que ça. Comme tous les surefficients mentaux. Martine fait des efforts constants pour occulter sa différence. Pourtant, si elle écoutait bien au fond d’elle, c’est dix fois par jour qu’elle se demande ce qu’ont les autres. Si elle s’autorisait à le penser, elle les trouveraient endormis, butés ou bornés. Leur lenteur, leur manque de bon sens l’exaspèrent, mais elle se contient. Leurs conversations la sidèrent par leur banalité et leur superficialité.

Leurs remarques sont des lieux communs éculés. Leurs avis manquent de gentillesse. Elle aurait souvent l’occasion de les trouver mesquins, individualistes et oui, osons le mot interdit : bêtes.

Pourtant en refusant d’admettre votre supériorité intellectuelle, vous créez un véritable préjudice aux normopensants. Imaginez un champion olympique venant se mesurer à de sportifs amateurs en niant sa différence de condition physique. Ses écrasantes performances ridiculiseraient et décourageraient ces pauvres sportifs du dimanche. Et ce faux modeste irait en plus prétendre qu’il ‘a rien fait d’exceptionnel ! Les sportifs amateurs seraient en droit de la détester et de l’éjecter de leur cercle. Ainsi, en niant être supérieurement intelligent et voulant jouer un jeu égal avec des gens qui n’ont pas vos capacités, vous faites comme ce champion olympique. A votre avis que peut ressentir un normopensant quand vous résolvez en quelques secondes un problème sur lequel il bute depuis des semaines ? Et quand ensuite vous prétendez que c’était très facile et que vous n’avez rien fait d’exceptionnel ? Une modestie qui ne tient pas compte de sa supériorité peut vite passer pour de la fausse modestie et même du mépris.

Vu sous cet angle là ; il n’est pas étonnant que vous suscitiez régulièrement de l’animosité et de la jalousie, n’est-ce pas ? A mon avis, ce décalage perçu par les inférieurs et niés par les supérieurs est à l’origine de beaucoup de situations de harcèlement.

Il ne faut pas confondre humilité et fausse modestie. Ce n’est pas en niant ce que vous êtes que vous pourrez être accepté par les autres, mais au contraire en l’assumant avec simplicité. Il suffit de retrouver toute votre objectivité. Il n’y a pas de vantardise à constater des faits. Ainsi, la façon la plus honnête de gérer votre différence est avant tout de l’admettre une bonne fois pour toute. Puis fractionnez-la en petites capacités indépendantes les unes des autres pour qu’elle devienne accessible aux normopensants. Quelques mots simples bien choisis, vous permettront d’être compris et acceptés dans ce que vous êtes. Dites avec simplicité : « Oui, c’est vrai, je suis rapide (organisé, sensible, passionné par…) » Revendiquez gentiment votre optimisme ou votre bienveillance et surtout, pour ne pas risquer de passer pour un fayot en entreprise, prévenez toujours vos collègues : « Je suis incapable de rester à rien faire, il faut toujours que je sois occupé à quelques chose ! »
Il est également important de comprendre les normopensants pour leur offrir le respect qu’ils méritent. En niant ce qu’ils sont, vous les bousculez dans leur fonctionnement. Vous les stressez inutilement et vous risquez de les faire se tromper.

En m’écoutant, Martin réalise que, depuis des années, il se met souvent en colère à la caisse des supermarchés ou à l’enregistrement des bagages dans les aéroports. A de nombreuses occasions, il crie sur des employés qu’il estime stupides et à qui il prête de la mauvaise volonté. En comprenant enfin le décalage, il en est rouge de confusion et regrette son attitude passée.

Par ailleurs, comprendre en quoi ces normopensants sont différents vous permettra de ne plus être blessé par leurs comportements et leurs réflexions, de comprendre aussi la nature de leur incompréhension à votre égard. Alors c’est le moment de faire face à ces différences objectives."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par ShineFlower le Lun 29 Sep 2014 - 11:18

Invité a écrit:
L'ange a écrit:Mouais. Y'a tout autant de cons zèbres que de cons non-zèbres, à mon humble avis. (en pourcentage bien entendu.)
Mais c'est sûr que c'est bien de foutre ça dans un livre que l'on veut vendre, ça permet à chacun de s'identifier et se croire parfait.
Les zèbres ne sont pas des anges, pas plus que les gens non-zèbres. ^^

http://www.zebrascrossing.net/t18018-je-pense-trop#792594

Spoiler:



Une intelligence dérangeante


"Bien que vous ayez du mal à l’entendre, votre problème principal, c’est votre intelligence. Vous êtes clairement beaucoup plus intelligent que la moyenne des gens. L’explication est purement objective : Une pensée séquentielle, pour plusieurs raisons :

- Elle gère simultanément un plus grand nombre de données.
- Son fonctionnement par association d’idées déculpe ses possibilités de mémorisation et ses choix de réponses.
- Sa capacité à établir des associations d’idées transversales augmente sa créativité.
- Ces associations sont autant de raccourcis de chemins de la pensée qui lui permettent d’aller vite.
- Sa capacité à prendre les choses de façon globale lui donne une capacité à survoler et cerner les problèmes dans leur ensemble.
- La vitesse de l’influx nerveux mesurée : elle est plus rapide dans l’hémisphère droit.

Ainsi, comme un lémurien habile, cette pensée saute de branche en survolant la jungle mentale avec une vision panoramique du lieu, là où une pensée séquentielle, à l’instar d’un animal terrestre devra suivre un chemin sinueux dans une végétation touffue, sans visibilité sur l’ensemble du trajet.

Les surefficients mentaux se bloquent face à l’idée d’être supérieurement intelligents. Tout au plus acceptent-ils l’idée d’une intelligence différente. Mais supérieure, non !

Car le paradoxe est le suivant : plus on est intelligent, plus on doute de l’être et moins on le sait. Alors, ils se débattent avec cette idée d’une intelligence exceptionnelle. Elle les choque même profondément. D’abord et avant tout parce qu’elle va à l’encontre de leurs valeurs d’égalité et de fraternité. Ensuite, s’admettre intellectuellement plus performant que la moyenne fait aussi violence à leur modestie. Enfin, il est plus confortable de se croire juste un peu hypersensible et décalé. Etre si intelligent serait encore plus stigmatisant. Certains surefficients m’ont dit que cela qui les fait souffrir.

Pourtant, accepter cet état de fait, faire enfin face à ce qu’ils sont les libèrerait de l’obligation de se cacher derrière leur faux self. Mais pour ouvrir en grand la cage dans laquelle est enfermé leur vrai moi depuis l’enfance, il faudrait s’engager dans le couloir d’angoisse, d’oser défoncer ces portes blindées : Vous souvenez-vous ? La porte de la peur du rejet, celle de la tristesse d’être différent et enfin celle de la colère de n’avoir pas pu être soi jusqu’à présent. La remise en cause est gigantesque puisqu’elle inverse toutes les données et elle réécrit tout leur parcours dans une succession de gâchis et de souffrance absurdes.

La réhabilitation narcissique est trop violente. Le couloir d’angoisse est trop effrayant, la colère à affronter trop énorme. Alors pour éviter cette colère tapie au fond d’eux-mêmes, les mécanismes de rejet de l’idée se mettent vite en route. « De toutes façons, vous faites erreur : je suis stupide ! » Et ils s’empressent de faire l’inventaire et la promotion de toutes leurs petites déficiences. C’est ainsi qu’ils se maintiennent dans l’illusion d’être idiots.

Les surefficients se savent distraits, parfois démunis devant les petits problèmes de al vie quotidienne et ignorent être supérieurement efficaces devant les grands problèmes. A chaque fois qu’ils réussissent, ils en sont tout étonnés et en concluent que c’était facile. Pourtant, partout où ils passent, quoiqu’ils entreprennent, les surefficients réussissent. Ils sont rapides, efficaces, font les choses vite et bien et ils le savent, mais ne réalisent pas que ce n’est pas le cas pour les autres, même s’ils trouvent souvent que leur entourage se noie dans un verre  d’eau.

Martine est secrétaire comptable, lors de son embauche dans cette petite entreprise familiale, le service était désorganisé, submergé et accusait un retard considérable à la fabrication à la facturation. En moins de deux ans, elle a résorbé le retard, rangé les archives, organisé le service et mis en place un système de gestion des affaires courantes très efficace. Tellement efficace, dit elle, que du coup, elle s’ennuie et n’a presque plus rien à faire. Ce qu’elle ne comprend pas, c’est pourquoi ces collègues ne sont pas organisés qu’elle : c’est tellement simple ! Et ce qu’elle comprend encore moins, c’est cette jalousie et ce rejet qu’elle sent monter peu à peu autour d’elle. Qu’a-t-elle bien pu faire pour mériter cela ? Naïve Martine qui ne veut pas admettre sa supériorité intellectuelle alors que ces collègues la perçoivent !

Naïve ? Pas tant que ça. Comme tous les surefficients mentaux. Martine fait des efforts constants pour occulter sa différence. Pourtant, si elle écoutait bien au fond d’elle, c’est dix fois par jour qu’elle se demande ce qu’ont les autres. Si elle s’autorisait à le penser, elle les trouveraient endormis, butés ou bornés. Leur lenteur, leur manque de bon sens l’exaspèrent, mais elle se contient. Leurs conversations la sidèrent par leur banalité et leur superficialité.

Leurs remarques sont des lieux communs éculés. Leurs avis manquent de gentillesse. Elle aurait souvent l’occasion de les trouver mesquins, individualistes et oui, osons le mot interdit : bêtes.

Pourtant en refusant d’admettre votre supériorité intellectuelle, vous créez un véritable préjudice aux normopensants. Imaginez un champion olympique venant se mesurer à de sportifs amateurs en niant sa différence de condition physique. Ses écrasantes performances ridiculiseraient et décourageraient ces pauvres sportifs du dimanche. Et ce faux modeste irait en plus prétendre qu’il ‘a rien fait d’exceptionnel ! Les sportifs amateurs seraient en droit de la détester et de l’éjecter de leur cercle. Ainsi, en niant être supérieurement intelligent et voulant jouer un jeu égal avec des gens qui n’ont pas vos capacités, vous faites comme ce champion olympique. A votre avis que peut ressentir un normopensant quand vous résolvez en quelques secondes un problème sur lequel il bute depuis des semaines ? Et quand ensuite vous prétendez que c’était très facile et que vous n’avez rien fait d’exceptionnel ? Une modestie qui ne tient pas compte de sa supériorité peut vite passer pour de la fausse modestie et même du mépris.

Vu sous cet angle là ; il n’est pas étonnant que vous suscitiez régulièrement de l’animosité et de la jalousie, n’est-ce pas ? A mon avis, ce décalage perçu par les inférieurs et niés par les supérieurs est à l’origine de beaucoup de situations de harcèlement.

Il ne faut pas confondre humilité et fausse modestie. Ce n’est pas en niant ce que vous êtes que vous pourrez être accepté par les autres, mais au contraire en l’assumant avec simplicité. Il suffit de retrouver toute votre objectivité. Il n’y a pas de vantardise à constater des faits. Ainsi, la façon la plus honnête de gérer votre différence est avant tout de l’admettre une bonne fois pour toute. Puis fractionnez-la en petites capacités indépendantes les unes des autres pour qu’elle devienne accessible aux normopensants. Quelques mots simples bien choisis, vous permettront d’être compris et acceptés dans ce que vous êtes. Dites avec simplicité : « Oui, c’est vrai, je suis rapide (organisé, sensible, passionné par…)  »  Revendiquez gentiment votre optimisme ou votre bienveillance et surtout, pour ne pas risquer de passer pour un fayot en entreprise, prévenez toujours vos collègues : « Je suis incapable de rester à rien faire, il faut toujours que je sois occupé à quelques chose ! »
Il est également important de comprendre les normopensants pour leur offrir le respect qu’ils méritent. En niant ce qu’ils sont, vous les bousculez dans leur fonctionnement. Vous les stressez inutilement et vous risquez de les faire se tromper.

En m’écoutant, Martin réalise que, depuis des années, il se met souvent en colère à la caisse des supermarchés ou à l’enregistrement des bagages dans les aéroports. A de nombreuses occasions, il crie sur des employés qu’il estime stupides et à qui il prête de la mauvaise volonté. En comprenant enfin le décalage, il en est rouge de confusion et regrette son attitude passée.

Par ailleurs, comprendre en quoi ces normopensants sont différents vous permettra de ne plus être blessé par leurs comportements et leurs réflexions, de comprendre aussi la nature de leur incompréhension à votre égard. Alors c’est le moment de faire face à ces différences objectives."
Oui je suis bien d'accord avec toi que quand on est surefficient il vaut mieux l'assumer. Inutile de se cacher derrière des rayures. Smile

ShineFlower
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3505
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 57
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par L'ange le Lun 29 Sep 2014 - 12:05

J'ai survolé le lien donné, mais je ne comprends pas l'utilité d'un tel texte en tant que réponse à mon message. ^^'

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par yersiniadclxvi le Mer 1 Oct 2014 - 17:28

jsuis totalement d'accord avec l'ange. Je pense que le fait d'être bon ou mauvais en fait n'existe pas vraiment c'est plutôt une question d'adaptation de la personnalité a une situation. Etre zèbre n'implique pas une bonté inné puisque la définition de bonté est corrigé en permanence en fonction de ceux qui la définisse. Smile

yersiniadclxvi
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 39
Date d'inscription : 01/10/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par plop le Jeu 2 Oct 2014 - 10:25

yersiniadclxvi a écrit:jsuis totalement d'accord avec l'ange. Je pense que le fait d'être bon ou mauvais en fait n'existe pas vraiment c'est plutôt une question d'adaptation de la personnalité a une situation. Etre zèbre n'implique pas une bonté inné puisque la définition de bonté est corrigé en permanence en fonction de ceux qui la définisse. Smile

Après on peut parler d'empathie, et de tendance à la culpabilité.

Difficile de faire le mal quand on ressent la souffrance causée sur autrui. Là encore, pas besoin de définition ^^

Des livres disent que les zèbres sont plus empathiques que la moyenne, mais bon, ici, tout le monde n'est pas d'accord à ce sujet cyclops

plop
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 188
Date d'inscription : 14/07/2014
Age : 33
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les zèbres sont naturellement bons mais tellement compliqués !

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:46


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum