Solfège et théorie musicale

Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Solfège et théorie musicale

Message par Sethdetable le Lun 27 Fév 2012 - 16:56

Bonjour à toutes et à tous.

Voila. Je n'ai jamais appris le solfège, je n'ai jamais compris comment cela marchait (comme les mathématiques, une incapacité presque abbérante et abbhorante), et donc, je ne sais pas lire une partition, et ni jouer d'un instrument, de facon hermétique.

Pour autant, ce n'est pas pour autant que l'idée ne fait pas son chemin, et j'aimerai savoir parmi vous si vous ne connaîtriez pas quelques manuels/sites internet qui permettent de comprendre comment cela marche de facon simple - et de facon compréhensible pour des gens comme nous, simplement pour pouvoir savoir lire cette langue (et déjà en comprendre le fonctionnement, ce serait pas mal), pour pourquoi pas apprendre un jour à jouer de quelque chose ("de la gratte comme ca je pourrai aller pécho avec mon skate").

Merci à vous,

Sethdetable.
Sethdetable
Sethdetable

Messages : 39
Date d'inscription : 26/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Giamilla le Mar 28 Fév 2012 - 9:38

Hello !

Alors pour les manuels, je n'ai pas grand chose à te proposer, ormis mes anciens manuels de conservatoire qui restent assez difficilement accessible si tu veux éviter le côté trop "mathématique" du solfège.
Par contre, j'ai croisé quelques sites internet qui me semblent pas trop mal fichus et assez exemplifiés (il y a même des exercices de dictées, etc.) pour une première approche assez complète (après, j'ai fait 8 ans de solfège, donc mon avis est sans doute un peu biaisé quand à l'accessibilité du truc).
Ah ! au risque de faire hurler les puristes : selon l'instrument dont tu comptes jouer un jour, tu n'as pas nécessairement besoin de master skills en solfège. Je connais beaucoup de gens qui ont appris "sur le tas" et jouent vraiment très bien ! Wink

Voici un premier lien que personnellement, je trouve pas mal :

http://www.coursdesolfege.fr/

Bonne journée à toi.
Giamilla
Giamilla

Messages : 179
Date d'inscription : 10/11/2011
Age : 36
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par bepo le Mar 28 Fév 2012 - 10:28

Sinon ne te met pas martel en tête. La musique fait aussi appel à une forme de mimétisme le temps de capturer les tendances de la musique qui correspond à ta préférence. La formalisation peut ne venir qu'ensuite pour répondre à des contraintes d'efficacité, de coopération, ou pour palier à des lacunes.
J'aurais tendance a faire le même genre de commentaire que pour les maths ou le sport. Cela s'expérimente, d'instinct, puis après on peut commencer à essayer de ranger le tout sur les étagères pour le ressortir rapidement au bon moment.

Sans avoir approfondi, va essayer de pêcher des idées liées à la méthode Martenot. Je sais pas du tout si tu vas trouver du concret, mais j'ai le sentiment que l'approche ne se focalise pas sur une théorie qui prévaut sur les motifs qui ont présidé à son élaboration.

Sinon je peut t'assurer que l'enseignement de la musique diffère selon les pays et que ce n'est pas forcément le notre qui a les meilleures clefs.
Ex: en France on décrypte les accords sur papier d'office. Ailleurs on écoute, les accords majeurs, mineurs, diminués, augmenté. On apprend patiemment 5ou pas Wink) à les reconnaître à l'oreille, au tempérament.

En France, on apprend la dictée musicale d'office sur papier. Ailleurs on écoute d'abord le morceau, on le mémorise ensuite de telle sorte de pouvoir le reproduire à loisir dans sa tête. Et seulement après on colle des notes et un rythme formel par dessus, et cette dernière étape ne représente pas l'objectif, mais un des objectifs.

De la même façon on apprend très vite à reconnaître un ton d'un demi ton.
La gamme dite majeure, plutôt gaie, a une mélodie que beaucoup d'enfants connaissent sans le savoir. Elle est constante, quelques soient les tonalités.
Donc trouver les altérations (dièse ou bémols) peut se faire de tête sans aucun calcul ni méthode.

Le coté mathématique est intéressant, mais c'est à mon avis une autre histoire.
Quand je me promène, par exemple je ne fais aucun calcul concernant l'angulation de mes jambes, la tension de mes muscles.
Par contre je ne confierais pas la vie de mes proches à un engin motorisé qui n'aurait pas fait l'objet d'une expertise "mathématique".
Tout est question d'objectifs, et de motivation (j'entends par là quelque chose qui s'apparente fortement à l'envie).

bepo

Messages : 2574
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Fata Morgana le Mar 28 Fév 2012 - 10:36

Si tu veux jouer de la guitare, intéresse-toi au chiffrage Américain: A= la B=si C= do D... E... F... G... et aux tablatures. Rien de plus simple.
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Unhorriblehurlement le Mar 28 Fév 2012 - 10:42

Si tu veux faire du piano, essaie avec les tutos "synthesia" sur youtube. Pour la guitare, Fata' a déjà dit comment faire.

Pour le reste, 'jsais pas.
Unhorriblehurlement
Unhorriblehurlement

Messages : 673
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 29
Localisation : Un endroit abstrait reflétant mon intériorité

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Sethdetable le Mar 28 Fév 2012 - 13:44

Merci à tous de vos réponses.

Je pense que commencer par les sites internets et la méthode Martenot peut-être quelque chose de fort enrichissant.
Concernant les mathématiques, le problème c'est que si je suis de l'eau, ce sont de l'huile. Tout comme la musique (croyais-je jusque ici tout du moins), et la grammaire. Ce sont des incapacités basiques foutrement handicapantes mais contre lesquelles je ne peux rien.

Concernant l'orientation musicale, et bien disons que sûrement pour beaucoup de monde ici, elle est de type "diverse". Je peux alterner sans problèmes et avec délectation du Haendel et du Rammstein, ou alors du Ella Fitzgerald et de la musique de la Renaissance (même si la Renaissance n'existe pas pour ceux qui étaient récemment sur le chat Wink ).

Ce qui m'intéresserait serait malgré tout un instrument du type clavier, mais pas le piano pour autant. Et pour ne rien arranger : comme je ne me trouve pas tout le temps en territoire francophone, le do re mi la n'est pas quelque chose qui existe... c'est plutôt A B C D... donc je ne sais pas trop à quelle méthode me dévouer, si jamais il y a une différence entre les deux systèmes de notation (ce dont je n'ai aucune idée)...

En tout cas, merci de vos réponses Smile
Sethdetable
Sethdetable

Messages : 39
Date d'inscription : 26/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Cyril THQI le Ven 11 Jan 2013 - 2:18

Je conseille souvent le livre Théorie de la musique de Danhauser à mes élèves. Je le trouve clair et très complet.

Pour s'entraîner à lire les notes Manuel pour l'étude des clés de Sol, Fa et Ut est un classique.

Cyril
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 49
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Clausule le Dim 21 Sep 2014 - 21:04

Spoiler:
tu fais vraiment du skate ou c'est une blague? Smile
Clausule
Clausule

Messages : 465
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Boitachat le Dim 28 Sep 2014 - 14:42

Cyril THQI a écrit:Je conseille souvent le livre Théorie de la musique de Danhauser à mes élèves. Je le trouve clair et très complet.

Je le conseille également aux amis qui s'y intéressent.

Pour la lecture, il existe aussi (en plus de ce qui a déjà été suggéré) des tas de petits logiciels comme GNU Denemo ou Gnu Solfege.
Étudiant, je m'exerçais avec Solfégis, que j'avais du payer une cinquantaine de francs à l'époque. Ça doit être téléchargeable.

Dans tous les cas, amuse-toi bien Very Happy
Boitachat
Boitachat

Messages : 1530
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 39
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Invité le Dim 28 Sep 2014 - 22:04

Tu peux aussi, au lieu d'apprendre tout de suite le solfège, regarder des vidéos sur youtube, avec la pression des touches, et aussi des animations visuelles des pressions sur les touches. J'avais tenté d'apprendre un morceau comme ça. Beaucoup plus amusant que d'apprendre le solfège. Ca permet petit à petit de s'intéresser à la musique sous un angle un peu différent du formalisme habituel.

Après je te dirais, que si ça ne te permet pas soit de t'évader, soit t'atteindre des espèces d'extases, soit de te marrer comme un âne, je sais pas si mon approche présente un intérêt.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par phildefer le Sam 25 Oct 2014 - 8:56

Tiens je te donnes un site gratuit, complet sur la théorie musicale ainsi que sur l'écriture de parties contrapuntiques. J'ai moi-même visionné les vidéos de ce prof de musique, et vraiment c'est très pédagogique :

tapes dans youtube : gradusadparnassumfr et c'est le premier lien des vidéos.

phildefer

Messages : 23
Date d'inscription : 24/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par phildefer le Sam 8 Nov 2014 - 2:11

Voici une étude d'une des œuvres les plus connus de Bach :

https://www.youtube.com/watch?v=dT6RSHmyoN0

phildefer

Messages : 23
Date d'inscription : 24/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par calande le Dim 7 Déc 2014 - 17:08

Pour apprendre à identifier les notes, je te conseille GNU Solfège, un logiciel gratuit.

Voici des sites que j'aime bien:

En Anglais:
http://www.musictheory.net
https://www.pianoworld.com/fun/vpc/piano_chords.htm
http://www.pianoscales.org/chords.html
http://musictheoryblog.blogspot.in/2008/02/basic-piano-chords.html
http://www.lotusmusic.com/lm_chordnames.html
http://pianochord.org/
http://en.wikipedia.org/wiki/Scale_%28music%29

Vidéos en Anglais par un super prof: https://www.youtube.com/channel/UCNBiLBQrKrnvwcVRD5fS8aA

En Grolandais:
http://www.pianofacile.com/le%C3%A7ons/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Th%C3%A9orie_de_la_musique
http://passionmusique.net/theorie-musicale

Logiciels d'apprentissage payants:
http://www.risingsoftware.com/musition/
http://www.risingsoftware.com/auralia/

Voilà, voilà Cool
calande
calande

Messages : 39
Date d'inscription : 28/05/2014
Localisation : Nantes (complètement à l'ouest)

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par thingfish le Lun 8 Déc 2014 - 1:45

Il n'y a pas de manière particulière d'apprendre le solfège. C'est juste un mode d'écriture comme l'alphabet. Il suffit d'apprendre le sens de chaque symbole, puis de s'exercer à le lire. Il n'y a aucune autre manière de procéder. Ce n'est pas une lecture facile, surtout lorsqu'on ne commence pas jeune, ça demande du travail et de la patience, mais il n'y a pas de méthode spéciale pour contourner cela. J'insiste sur le fait que le solfège N'EST PAS la théorie musicale. Ce n'est pas non plus le langage musical. C'est juste un mode d'écriture musicale, comme il en existe d'autres, et apprendre le solfège ne revient en aucun cas à apprendre la musique. Ça apprend juste à lire des partitions écrite en solfège, pas forcément à les comprendre.

thingfish

Messages : 915
Date d'inscription : 22/04/2010
Age : 30
Localisation : Juste derrière toi!

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Invité le Mar 16 Déc 2014 - 7:16

J'ai déjà eu quelques cours de solfège lorsque à l'école je jouais... de la flûte à bec (mais ça date). De plus, j'ai récemment appris des bases à la guitare, je connais la notation américaine. Cependant je sais lire une partition en clé de sol et le fait est que je veux commencer l'apprentissage du violoncelle, dont les partitions sont en clé de fa.

Si quelqu'un a déjà expérimenté cela, j'aimerais savoir si cela est plus difficile ou la même chose. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par thingfish le Mar 16 Déc 2014 - 14:19

C'est exactement la même chose, les notes sont justes décalées. A la limite ce qui peut être difficile c'est de changer d'habitude par rapport à la clé de sol, mais le principe en lui même est exactement le même.

thingfish

Messages : 915
Date d'inscription : 22/04/2010
Age : 30
Localisation : Juste derrière toi!

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par mmashoro le Sam 30 Mai 2015 - 14:24

Salut ! Pourquoi veux-tu apprendre le solfège ? Pour lire ? Pour improviser ? Pour composer ?
mmashoro
mmashoro

Messages : 350
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 28
Localisation : Vannes (Morbihan)

http://www.borispaing.fr

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Mégalopin le Sam 30 Mai 2015 - 16:12

mmashoro a écrit:Salut ! Pourquoi veux-tu apprendre le solfège ? Pour lire ? Pour improviser ? Pour composer ?

What a Face  J'ignorais que le solfège servait à composer ou à improviser

faudra que j'essaie
Mégalopin
Mégalopin

Messages : 4729
Date d'inscription : 05/11/2010
Localisation : Fils de Butte

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par bepo le Sam 30 Mai 2015 - 17:08

Par contre pour apprendre une nouvelle clef, je te recommande de dissocier complètement l'apprentissage de la nouvelle de ce que tu sais de l'ancienne. Par exemple n'utilise surtout pas (clef de fa)=(clef de sol+2). C'est d'abord faux puis les clef ne s'articulent pas entre elles de la sorte et ensuite trop lent. Ca peut uniquement servir de béquille provisoire.


Dernière édition par bepo le Lun 1 Juin 2015 - 15:53, édité 1 fois (Raison : ortho)

bepo

Messages : 2574
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par mmashoro le Lun 1 Juin 2015 - 10:49

Mégalopin a écrit:
mmashoro a écrit:Salut ! Pourquoi veux-tu apprendre le solfège ? Pour lire ? Pour improviser ? Pour composer ?

What a Face  J'ignorais que le solfège servait à composer ou à improviser

faudra que j'essaie
Wikipédia a écrit:Le solfège désigne une méthode d'apprentissage de la musique faite d'exercices de lecture musicale. Dans la pratique musicale, l'interprétation d'une partition passe par la lecture à vue, la reproduction des hauteurs et la réalisation des rythmes.

Par extension, le terme solfège a été utilisé en France pour désigner la formation musicale (FM) dans les conservatoires. Dans cette acception, il est la base de l'éducation musicale dans la musique occidentale. Son apprentissage, centré sur la notation, sert à la pratique du chant ou d'un instrument, l'étude théorique des œuvres musicales et la composition.
Ta définition du solfège est celle du premier paragraphe. La mienne est celle du second.

Je te pardonne.
mmashoro
mmashoro

Messages : 350
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 28
Localisation : Vannes (Morbihan)

http://www.borispaing.fr

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Mégalopin le Lun 1 Juin 2015 - 11:06

mmashoro a écrit:
Ta définition du solfège est celle du premier paragraphe. La mienne est celle du second.

Tu connais beaucoup de classiques qui composent...?

Le solfège est à la musique ce que l'écriture est au langage, un plus mais pas une nécessité

Pour composer il faut entendre l'harmonie structurée dans le temps, éventuellement la comprendre, très éventuellement savoir la noter. Django, par exemple...



Mégalopin
Mégalopin

Messages : 4729
Date d'inscription : 05/11/2010
Localisation : Fils de Butte

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par bepo le Lun 1 Juin 2015 - 16:00

Il existe des compositeurs de nos jours.

Par contre l'énorme majorité des musiciens de tous bords ne font que reprendre.

En classique les cadences sont aussi faite pour que l'artiste compose, souvent avec l'objectif de montrer sa virtuosité.

SVP ne sombrons pas dans la caricature. On est tous au courant que pour rabaisser un musicien classique il faut le traiter d'enfant sage et appliqué manquant complètement d'inventivité, et que pour rabaisser un musicien moderne il faut pointer son manque d'éducation musicale. Il y a probablement un peu de vrai dans tout ça, mais qui ne s'applique qu'à certaines étapes intermédiaires de la formation.

Par contre je rappellerais que le classique désigne une tendance musicale rattachée à une période. Donc probablement que les musicien ayant subit une formation en conservatoire et qui composent ne cherchent pas à composer dans le style classique.

bepo

Messages : 2574
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Clausule le Mar 2 Juin 2015 - 15:18

Je me permets de citer un post d'un autre fil
thingfish a écrit:Le Dandelot est excellent, mais dans tout les cas c'est la pratique qui fera la différence. Ce sont des lectures de notes dans toutes les clés, avec des exercices à complexité croissante. Le meilleur moyen de les travailler c'est de respecter scrupuleusement les indications rythmiques et d'augmenter le tempo jusqu'à être à l'aise avec celui préconisé avant de passer à l'exercice suivant.

Je suis en train de travailler avec cette méthode et oui, c'est vraiment efficace. Un peu astreignant mais les résultats sont là!
http://www.amazon.fr/Manuel-pratique-pour-l%C3%A9tudes-cl%C3%A9s/dp/B001A4HWME
Clausule
Clausule

Messages : 465
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Solfège (ressources, acoustique musicale, théorie musicale)

Message par stv82 le Sam 24 Sep 2016 - 16:15

Salut à tous,

J'ai attaqué le solfège il y a quelques jours, et comme d'habitude j'en suis arrivé 10 minutes plus tard, à la question

"Non mais d'accord, mais pourquoi on est en arrivé à proposer cette solution là ?"

Je ne suis pas fichu de regarder une notion sans tout décortiquer, je pars dans tous les sens, et visiblement il y a matière à ça dans ce domaine.
Aussi, pour ramener à plus petit, pour aider éventuellement toute personne à qui on demande d'accepter aveuglement un postulat sans lui donner la possibilité de comprendre les étapes qui l'ont déterminé, et pour éviter d'être tout seul dans mon coin, je vous propose d'essayer de faire vivre cette page de ressources, liens, fichiers sons en tout genre autour des bases du solfège, et des cadavres sous le tapis.

Également, je sollicite votre aide pour toutes les questions précédées du mot 'FIXME:'

Pour être franc, je précise:
- que je n'ai jamais pris de cours de solfège (car j'anticipais le moment où on m'aurait dit "t'occupe pas de la marque du vélo"),
- que je n'ai aucune culture musicale préalable, et faire de la musique se résume pour l'instant à faire rigoler ma femme en sifflant comme un pinçon shooté aux amphétamines.
- que je n'ai pas lu les bouquins mentionnés par les autres (ce qui aurait sans doute été une bonne façon d'éviter une certaine fusion du cerveau, après avoir exploré cette affaire pendant ces quelques jours)

A ce titre, il y a aura des grosses âneries dans les éléments suivants et le lecteur averti est encouragé, ici comme ailleurs, à ne rien prendre pour vérité et à remplacer chaque début de phrase par 'La personne qui a rédigé cela a cru comprendre que...'
D'autant, que c'est un essai personnel visant à expliquer comment on a pu en arriver là.

Steve

Rédaction en cours...
EDIT 20160924: Ajout divers graphes
EDIT 20160925: Ajout images avec les notes/silences + Ajout divers graphes Audacity + Correction majeure sur la durée des notes (1 ronde est 2 fois plus longue qu'une blanche, ..., et non l'inverse)
EDIT 20160926: Ajout d'un schéma pour comparer l'échelonnement des notes dans une gamme tempérée ou pythagoricienne




Ressources mentionnées dans les messages de ce fil


- http://www.coursdesolfege.fr/
- piano: tutos "synthesia" sur youtube
- livre: Théorie de la musique de Danhauser
- Pour s'entraîner à lire les notes Manuel pour l'étude des clés de Sol, Fa et Ut

- En Anglais:
http://www.musictheory.net
https://www.pianoworld.com/fun/vpc/piano_chords.htm
http://www.pianoscales.org/chords.html
http://musictheoryblog.blogspot.in/2008/02/basic-piano-chords.html
http://www.lotusmusic.com/lm_chordnames.html
http://pianochord.org/
http://en.wikipedia.org/wiki/Scale_%28music%29

Vidéos en Anglais par un super prof: https://www.youtube.com/channel/UCNBiLBQrKrnvwcVRD5fS8aA

- En Grolandais:
http://www.pianofacile.com/le%C3%A7ons/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Th%C3%A9orie_de_la_musique
http://passionmusique.net/theorie-musicale

- Logiciels d'apprentissage payants:
http://www.risingsoftware.com/musition/
http://www.risingsoftware.com/auralia/

notes, silences, et notes pointées (anglais)
http://musi101.com/music-theory/notes-and-rests/


BASES POUR COMPRENDRE LE SOLFÈGE


comment représenter des sons sur le papier ?


Même si on avait l'oreille absolue et une très grande mémoire, trouver un moyen de sauvegarder une composition autre part que dans sa mémoire est appréciable.

Après tout on l'avait déjà fait avec la parole et l'écriture en convertissant des phonèmes en symboles/codes dont on connait la signification et que l'on écrit sur du papier. Ainsi, on peut retrouver et rejouer avec ses cordes vocales ce qui a été dit (composer) dans le passé pourvu que cela ait bien été retranscrit sur le papier, et qu'on sache lire.

Donc, ce serait bien si on pouvait faire la même chose pour la musique. Sauf que la tâche risque d'être plus compliquée car il y a sans doute plus d'information à "coder" sur le papier (car l'écriture ne cherche pas plus que cela à donner des indications sur la vitesse de lecture, l'espace entre les mots etc.)

qu'est-ce qu'un son pur ?


Donc, déjà on peut se demander ce qui caractérise un son.

Un son est le mélange des plusieurs ondes sonores dites pures.

Un son "pur" correspond à une onde sonore donnée. Si on enregistre cette onde avec un micro sensible aux mouvements d'air et qu'on la représente graphiquement dans un logiciel d'édition de son comme Audacity, on voit une courbe sinusoïdale, qui ressemble à la fonction sinus en mathématiques.

Solfège et théorie musicale H440_f10

- Les abscisses représente le temps qui passe.
- Les ordonnées représente le mouvement de la membrane qui "accueille" les mouvements d'air qui forment le son.

Sans son, pas de mouvement, et la courbe reste toujours à 0.
Le silence serait donc une droite de pente 0, et d'ordonnée à l'origine 0.

Quand on enregistre une onde sonore de fréquence donnée (par exemple 440Hz), on voit ceci:

Quand l'onde arrive, elle pousse la membrane (provoquant une succession de valeurs positives) puis il y a une dépression d'air derrière donc elle tire la membrane de l'autre côté (provoquant une succession de valeurs négatives)

L'image qui me viendrait pour expliquer ces valeurs positives et négatives serait quand on est dans l'eau à la mer et où on a pied.
Sans vague, on reste immobile sans difficultés.
Avec de fortes vagues, certaines fois, en plus de monter/descendre verticalement, on sent que la vague qui arrive nous pousse vers le rivage, et ensuite on est ramené à la position de départ avant de partir vers le large, et de redevenir de nouveau à la position de départ.
Si le micro était une personne se plaçant au-dessus de nous et mesurant nos déplacements horizontaux rivage/large, en cm, et chaque 1/10ème de seconde, on aurait un ensemble de mesures comme par exemple

Code:
| *t en secondes* | *déplacement en cm* |
|               0 |                   0 |
|             0.1 |                   9 |
|             0.2 |                  18 |
|             0.3 |                  24 |
|             0.4 |                  29 |
|             0.5 |                  30 |
|             0.6 |                  29 |
|             0.7 |                  24 |
|             0.8 |                  18 |
|             0.9 |                   9 |
|               1 |                   0 |
|             1.1 |                  -9 |
|             1.2 |                 -18 |
|             1.3 |                 -24 |
|             1.4 |                 -29 |
|             1.5 |                 -30 |
|             1.6 |                 -29 |
|             1.7 |                 -24 |
|             1.8 |                 -18 |
|             1.9 |                  -9 |
|               2 |                   0 |

Si on rend ces données avec un logiciel qui permet de produire des représentations graphiques en deux dimensions (comme Excel, MatLab, Octave, Gnuplot etc.), on va retrouver un semblant de sinusoïde

Solfège et théorie musicale Dyplac10

Si on abandonne la trempette, et qu'on reprend l'onde sonore du dessus, on voit que le phénomène est cyclique et se répète.

Si on prend le temps minimum entre deux répétitions à l'identique, on obtient la période T de ce signal. Cette période est en secondes. La fréquence est définie comme le nombre de répétitions de cette période par seconde. Elle vaut f = 1/T et s'exprime en Hertz de symbole Hz.

Cette fréquence va nous permettre de caractériser les sons, et donc les notes de musiques. Comme un son "pur" semble agréable à écouter, on se dit qu'on pourrait partir de là pour faire différentes notes, qui mises bout à bout feront un morceau.

Pourquoi f vaut-il 1/T, étant donné sa définition ?:
On l'obtient avec un produit en croix
| 1 (répétition de T)  | T s |
| f (répétitions de T) | 1 s |
d'où f = 1*1/T = 1/T

Dans le cas précédent, on avait une période de 2.3ms environ
Donc T ≈ 0.0023 s et f ≈ 1/0.00023 ≈ 434 Hz ≈ 440 Hz

Par exemple, un 'La' correspond (actuellement) à une fréquence de 440Hz. Sa fréquence actuelle est fixée conventionnellement à cette valeur. Mais ce n'a pas toujours été le cas. On le sait car sur d'anciennes orgues le 'La' était nettement plus bas. Peu à peu les instrumentistes, voulant se mettre en valeur, accordèrent leur instrument un petit peu plus haut, et il y eut des surenchères qui portèrent le La à une fréquence de plus en plus élevée.

comment générer un son pur ?


Avec un diapason, apparemment on s'approche d'un son pur après avoir attendu quelques instants que les harmoniques, qui ont une fréquence multiple de la fréquence du son pur, et qui polluent le son de départ se soient amorties.

Avec des logiciels d'édition sonore comme Audacity.

Ou encore, pour ceux qui seraient plus à l'aise en ligne de commande, avec gstreamer par exemple:

Code:
freq=440; gst-launch-1.0 audiotestsrc wave=0 freq=$freq num-buffers=100 ! wavenc ! filesink location=h$freq.wav

qu'est-ce qu'un fondamental ?


Un son émis par un instrument de musique (à cordes ou à vent) est généralement la superposition de plusieurs sons purs, le plus grave (correspondant à la fréquence la plus basse, c'est à dire la plus proche de 0) étant dénommé fondamental.

étant donné un instrument avec 4 notes, comment retranscrire des sons sur papier


Donc, on s'est dit que certains sons purs semblent agréables à l'oreille. Imaginons un instrument capable de faire 4 notes pures distinctes.

Ces 4 notes α, β, γ, δ (appelons les ainsi afin d'éviter toute amalgame avec le système de numérotations des notes anglo-saxon, qui utilise les lettres A-G) ont donc 4 fréquences différentes fα, fβ, fγ, fδ. Disons que, comme a baigné dans une certaine culture, elles sont triées de manière croissante, par exemple

Code:
fα = 440Hz, fβ = 550Hz, fγ = 660Hz, fδ = 770Hz

La note α est la plus grave, la δ la plus aiguë

Puis, on commence à expérimenter avec cet instrument.
On arrive à faire quelque chose qui nous plaît, et on aimerait bien coucher ça sur le papier.

Comment peut-on faire ?

On va dire qu'une note est un mot. Donc si je joue alternativement
Code:
α    β    β    α    γ
.    .    .    .    .
avec le même temps entre chaque note, par exemple un tic de métronome, il me suffit d'écrire α β β α γ sur ma feuille.

Puis, dans la pratique des morceaux suivants, j'en arrive à introduire des blancs, des "silences" entre certaines notes. Si je joue alternativement
Code:
α         β    α    γ
.    .    .    .    .

avec le même temps entre chaque note, sauf après la première, il me suffit d'écrire "α   β α γ" sur ma feuille. On voit bien l'espace, donc ça marche encore.

Mais après j'en arrive à des choses plus compliquées comme
Code:
α       β               γ       α
.   .   .   .   .   .   .   .   .

ce qui donne "α   β      γ   α". Ça devient dur à lire, et on risque de se tromper sur la longueur de l'espace. De plus ça étire la phrase musicale qui risque de devenir longue, et donc on va consommer du papier pour rien.

Ce qui serait bien, ce serait à la fois d'avoir l'information de quel note on fait et du temps à attendre avant la prochaine note. En oubliant les espaces cela pourrait donner

Code:
α₁ β₃ γ₁ α

Dans ce cas, on serait à la lecture le nombre de tics à attendre avant la prochaine note. Ça n'a pas été retenu comme système, et on verra après ce que propose le solfège.

Pour l'instant intéressons-nous, à un autre problème. Voici venir ma fille qui débarque, et dit "OK, c'est bien gentil ton ukulélé 4 sons, mais moi je veux une harpe 34 cordes".

Ah bon...

Bon, bah on va rajouter des cordes ε, ζ, η, θ, ...

Code:
fα = 440Hz
fβ = 550Hz
fγ = 660Hz
fδ = 770Hz

fε = 880Hz
fζ = 990Hz
fη = 1100Hz
fθ = 1210Hz
fι = 1320Hz
fκ = 1430Hz
fλ = 1540Hz
fμ = 1650Hz
fν = 1760Hz
fξ = 1870Hz
fπ = 1980Hz
...

En faisant sonner successivement les cordes α, ε et ν, certains sont interpelés et y retrouvent des "choses" en commun (là où d'autres n'y verront que des notes différentes)

Quand on y regarde de plus près, on a
Code:
fε = 2*fα
fν = 2*fε = 4*fα

On passe de l'une à l'autre, en faisant un fois deux.

Solfège et théorie musicale H440_h10

On dirait que c'est la même note mais à un "étage" plus haut. Du coup, au lieu d'avoir deux notes distinctes, on pourrait dire que c'est la même, et à ce moment-là pour les distinguer, on pourrait utiliser un exposant par exemple:
- corde de la note α avec sa fréquence fα
- corde de la note α² avec sa fréquence 2*fα
- corde de la note α³ avec sa fréquence 3*fα

Ainsi, si on reprend l'exemple précédent, en jouant les deux dernières notes une octave plus haut
Code:
α₁ β₃ γ₁ α γ²₁ α²

On aurait la note + la hauteur d'octave + la durée de silence après

Par contre, ça introduit un problème. En effet, entre α et α², il y a trois notes. Mais entre α² et α³, il y en a 7. Et ceux qui voyaient une similitude entre les notes α et ε, ne retrouvent pas cela entre β et ζ

Donc il faut étager les notes mieux que cela. Pour cela, on part de β, γ, δ et on fait *2, *4 et *8 etc. pour monter les étages et on obtient en fait:

Code:
fα  = 440Hz
fβ  = 550Hz
fγ  = 660Hz
fδ  = 770Hz
fα² = 880Hz
fβ² = 1100Hz (et non 990Hz)
fγ² = 1320Hz (et non 1100Hz)
fδ² = 1540Hz (et non 1210Hz)
fα³ = 1760Hz (et non 1320Hz)
fβ³ = 2200Hz (et non 1430Hz)
fγ³ = 2640Hz (et non 1540Hz)
fδ³ = 3080Hz (et non 1650Hz)
fα⁴ = 3520Hz (et non 1760Hz)
fβ⁴ = 4400Hz (et non 1870Hz)
fγ⁴ = 5280Hz (et non 1980Hz)
...

Il y a donc des étages de 4 notes dans cet exemple.

Voyons maintenant comment le solfège écrit cela.
Comme il y a des étages, et qu'on parle de hauteur, ça serait parlant de voir ça comme une échelle, en commençant en bas par la note la plus "basse" (ce mot bas vient peut-être de là), et de conserver le temps de gauche à droite par exemple

Code:
...
β³ ─────
α³ ─────
δ² ─────
γ² ─────
β² ─────
α² ─────
δ  ─────
γ  ─────
β  ─────
α  ─────
  → temps

Ouch, par contre 34 cordes = 34 lignes, avec probablement un espace "utile" réduit en pratique, si on joue seulement des notes d'une seule octave. Et puis ça serait distrayant cognitivement toutes ces lignes !

Ce qu'on pourrait faire, c'est déjà diviser le nombre de lignes par deux. Si on écrit sur le trait, c'est une note, si on écrit dans l'espace, c'est la suivante. Cela fait gagner un peu de place.

Code:
...
α³ ─────
γ² ─────
α² ─────
γ  ─────
α  ─────

On passe à 17 traits. C'est mieux mais comment peut-on faire plus ?

Il faudrait pouvoir sélectionner un sous-ensemble de ligne, ce qui serait facile si on indique le nom des notes à gauche

Code:
γ² ─────
α² ─────
γ  ─────
α  ─────

Mais ça chargerait la partition encore. En puis, en fait, on a juste besoin de connaître la hauteur d'une ligne pour connaître les autres.

Ce qu'il faudrait c'est un code, un symbole particulier, une sorte de 'clé' pour déchiffrer de quoi on cause. Ce sont les clés de sol et de fa en début de partitions.

Solfège et théorie musicale 4g8v4110

Comme historiquement, ils ont coupé l'octave en 12 notes pour n'en utiliser plutôt que 7 (les fameuses do-ré-mi-fa-sol-la-si), 4 traits superposés suffisent à les faire rentrer une octave donnée complète.

Si on a besoin d'aller plus bas ou plus ponctuellement, alors on aura juste à faire quelques petits traits pour cette note particulière qui sortirait du dessin principal. Ainsi, on se concentre sur les données utiles.

Solfège et théorie musicale Cvcudc10

Si vraiment à un moment, le morceau change complètement de tonalité, on peut provoquer un changement de référentiel en changeant de clé. Par exemple, ainsi:

Solfège et théorie musicale Clef_e10

Sur un piano par exemple, on a deux rangées qui correspondent aux deux mains. D'habitude, on voit la clé de sol en haut et la clé de fa en bas. Le pianiste a donc une indication sommaire d'où mettre ses mains. Sa main gauche joue des notes graves, sa main droite plutôt aiguë. Si le morceau devient tout grave, on peut imaginer d'avoir à la fois la clé de fa pour la main droite et la gauche. Alors, passer d'une clé de sol à une clé de fa en milieu de morceau impliquerait de bouger sa main droite d'un coup vers la gauche, et alors on jouerait avec les deux mains assez proches, sur la gauche du piano. Dans ces conditions, on devrait néanmoins observer que les notes de la main droite sont plutôt sur les traits d'en haut, et celles de la main gauche plutôt sur les traits d'en bas. Sinon, on risque de se caramboler les doigts. Mais sur le papier, c'est possible.

FIXME: vérifier qu'on tolère le changement dynamique de clé pendant le morceau. Exemple de morceau ?

Ensuite, écrire une lettre sur ces traits c'est peu précis. Il faudrait des symboles simples, géométriques, plus faciles à lire à la volée, et qui s'insèrent bien sur ces lignes.

Donc on va utiliser des carrés, ronds, ronds pleins, avec ou sans barres, avec ou sans croches, et cela donnera la durée de la note (le nombre de tics à attendre avant la fin de la note).

FIXME: Vérifier que la durée des notes est fausse dans tous les exemples suivants, ie. carrée plus longue que ronde

Ce sont les formes de ces notes qui donnent leur durée:
- carrée
- ronde
- blanche
- noire
- croche
- double-croche
- triple-croche
- quadruple-croche
- quintuple-croche

Solfège et théorie musicale Notes10

Par exemple, supposons, dans le schéma ci-dessous, que la durée d'une ronde est de 1 tic de métronome, et que cette durée est symbolisée par 16 espaces.

Code:
r = ronde
b = blanche
* = tic de métronome
. = 1 note jouée

 *              *              *              *              *              *
 r              r              b      b       ♩   r              b      b
 .              .              .      .       .   .              .      .

Alors, on voit qu'on va être décalé par rapport aux tics.
La dernière ronde vient 1/4 de tic après la noire.
Bref, ça doit être dur de se représenter cela sans avoir un sacré entraînement.

Dans ce cas, je me dis qu'il vaut peut-être mieux dire 1 tic = durée de la note noire
L'exemple précédent deviendrait alors

Code:
*   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *
r               r               b       b       ♩   r               b       b
.               .               .       .       .   .               .       .
  --------------                 -------
     3 tics                       1 tic
    pour rien                  pour rien

Attention à la terminologie trompeuse en Français car si on dit qu'une ronde représente un tic de métronome:
- une croche, c'est une note d'une durée d'un 1/8 de celle d'un tic.
- une double croche, c'est une note d'une durée d'un 1/(8*2) = 1/16 de celle d'un tic (sauf que le 2 ne vient pas du mot "double")
- une triple croche, c'est une note d'une durée d'un 1/(16*2) = 1/32 de celle d'un tic, et non 1/(8*3) car le mot triple décrit que le dessin de la note comporte 3 croches

Encore une fois, les anglo-saxons raisonnent d'une manière qui me cause mieux:
- whole note
- half note (1/2)
- quarter note (1/4)
- eighth note (1/Cool
- sixteenth note (1/16)
- thirty-second note (1/32)
- sixty-fourth note (1/64)
- hundred twenty-eighth note (1/128)
- two hundred fifty-sixth note (1/256)

On voit tout de suite que c'est "un bout de note" plus court.

Continuons avec notre exemple particulier, où 1 tic de métronome = durée de la plus courte des notes = durée d'une noire.
Comme les notes ont une durée qui est une puissance de 2 en nombre de tics, on voit que certaines combinaisons note/attente sont inaccessibles. Par exemple, si on veut attendre un nombre pair de tics, on est coincé avec cette terminologie.

Code:
*   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *
r               r               b      ??   b       ♩   r               b       b
.               .               .           .       .   .               .       .
                                 -----------
                                    2 tics
                                  pour rien

Enfin on va donc introduire des pseudo "notes" non jouées, et calquées sur ces notes, et ainsi on peut tout décrire. Ce sont les silences en musique:
- bâton de pause
- pause
- demi-pause
- soupir (désigné par S dans l'exemple suivant)
- demi-soupir
- quart de soupir
- huitième de soupir
...

Solfège et théorie musicale Rest10

Code:
*   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *
r               r               b       S   b       ♩   r               b       b
.               .               .           .       .   .               .       .
                                 -----------
                                1+1 = 2 tics
                                 pour rien

Saluons au passage, l'effort surhumain qu'il a dû leur falloir pour éviter de nommer chaque silence par un nom propre dédié. Merci.

comment faire si vous avez besoin de comprendre davantage ?


Si vous voulez comprendre les échelles, et pourquoi on s'est arrêté à 8/12 notes etc. il y a des pistes dans les items suivants. Attention, plus ça va, plus ce sera brouillon, car pour ma part, je pense avoir seulement entrevu la partie immergée de l'iceberg, et ça n'a pas l'air très accessible cette histoire. C'est sans doute ce qui procure un sentiment d'autosatisfaction et de fierté à certains musiciens/profs alors qu'ils n'ont probablement pas compris un tiers de ce qui se
trame dessous...

Pour finir cette petite base qui m'a permis personnellement de comprendre comment on en est arrivé à écrire la musique sous cette forme, j'aimerais dire que si on commence à vous phraser directement avec des histoires de commas, d'oreille absolue et compagnie, c'est possiblement pour vous "écraser", et vous montrer à quelle point vous êtes inférieur par rapport à celui qui dissipe un savoir, qui historiquement était réservée à une pseudo "classe" supérieure de gens.

À ce moment-là, je m'interrogerais sur la pertinence de continuer à côtoyer une telle personne. Comme dans beaucoup de domaines, un prof qui a ravalé sa fierté en disant qu'il n'a pas tout compris pourra sans doute proposer les cours les plus accessibles. Mais j'ai l'impression qu'une majorité de gens qui en chie à comprendre un truc, ne veut pas que ceux qui apprennent à leur tour comprennent sans en chier à leur tour. Je l'ai vu en classes préparatoires, avec des profs qui humiliaient après avoir été humiliés, je l'ai entendu maintes fois de gens qui ont appris le solfège.

Ce caractère "Ça a été dur pour moi, pourquoi je te simplifierais la vie alors que moi on ne m'a pas épargné ?".
La maltraitance engendre la maltraitance.

Mais, moi, je suis à peu près sûr qu'on peut expliquer le solfège sans en arriver là sauf si on veut explicitement avoir une vision large dans le cas de retranscription de morceaux qui viennent du passé, ou si on se sent obligé de tout décortiquer à fond avant de pouvoir accepter la solution qui a été retenue par le consensus. Euh.

Des choses en vrac en plus


comment connaît-on l'intervalle de temps minimum entre les notes


Si on dit que la noire est la note de durée la plus courte, quelle que soit la note qu'on va voir par la suite, sa durée sera un multiple du tic du métronome. Par exemple:

Code:
♪ = croche
                                                          alignement notes/tics perdu !
                                                              ↓       ↓       ↓
*   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *
r               r               b       b       ♩   b       ♪  b       b       b
.               .               .       .       .   .       . .       .       .
  --------------                 -------
     3 tics                       1 tic
    pour rien                  pour rien

Mais si on voit arriver une croche, elle vaut ♩/2 en durée soit 1/2 tic.
Donc on va devoir jouer 1 note d'une durée plus courte, et on perd l'alignement sur les tics.

FIXME: est-ce que cela impose de savoir couper sa base de temps à la volée ?
le tempo est-il bien le nombre de répétitions de la note de "référence" par minute ?
comment sait-on si un tic veut dire durée d'une ronde ou durée d'une carrée ?
le durée d'un tic est-elle bien (60/tempo) (par exemple 60 battements par minute -> 1 tic par seconde)

qu'est-ce qu'une octave ?


Chaque son pur a sa propre fréquence. Si on part du son pur, le son de fréquence double est appelé octave et porte le même nom que le son initial. Si, en changeant d'unité, la fréquence de la fondamentale vaut 1, celles des octaves successives vaudront 2, 4, 8, 16 etc..

Par exemple, La(440Hz) -> La(880Hz) -> La(1760Hz) ...

Attention à ne pas commettre l'erreur de se dire qu'en continuant on arrive à un hypothétique "La(4400Hz)" surtout si on ne garde que 440 et 880 en tête, car c'est exponentiel en base 2 et 4400 n'est pas une puissance de 2:
Code:
440
*2
  880
*2
  1760
*2
  3520
*2       attention: 4400 = 440*10 donc 4400 n'est pas une octave de 440
  7040
*2
  14080
*2
  28160

qu'est-ce qu'un intervalle entre deux sons ?


FIXME: importer calcul intervalle

Attention, dans le sens courant, un intervalle mesure une distance. Par exemple, planter des arbres à intervalle régulier. Pour obtenir l'intervalle, on regarde la distance entre les deux arbres. Cette distance sera alors fixe (par exemple 3m).

Un intervalle entre deux sons est le *rapport* de la plus haute fréquence à la plus basse. Par exemple, une quinte juste est un intervalle valant 3/2, car, en considérant l'octave [f0, 2*f0[, on passe de la fréquence f0 à la quinte en faisant un fois trois, soit 3*f0. Or, 3*f0 se trouve dans l'octave suivante [2*f0, 4*f0[. Pour la ramener dans l'octave [f0, 2*f0[, il faut diviser par 2. Elle a donc une fréquence 3*f0/2, et son intervalle avec f0 est (3*f0/2)/f0 = 3/2

Pour en revenir à la confusion avec le sens courant, si on regarde trois fréquences de son: 1 Hz, 3/2 Hz, 9/4 Hz, l'intervalle vaut 3/2 dans les deux cas ((3/2)/1, et (9/4)/(3/2)). Il ne faut pas faire la différence (3/2 - 1 et 9/4 - 3/2) car cela a une autre signification.

L'intervalle séparant deux Do successifs vaut 2 (car 2*f0/f0 = 2).
L'intervalle entre les deux notes extrêmes d'un octave vaut 2.

Exemples d'intervalle
- unisson: intervalle valant 1
- octave: intervalle valant 2
- quinte: intervalle valant 3/2

http://www.eolides.com/spip.php?article13

qu'est-ce qu'une quinte ?


https://fr.wikipedia.org/wiki/Quinte

Une quinte est la 3ème harmonique d'une note. Ramenée à l'octave commençant à sa fondamentale, elle a une fréquence 3/2 plus élevée, donc devrait se trouver en plein milieu de l'octave [f0,2*f0[

Elle a été nommée 'sol' alors qu'on utilisait encore l'échelle pythagoricienne, et elle correspondait au 7ème demi-ton.

Après tempérament des demi-tons (pour les rendre constants), le sol est resté le 7ème demi-ton, mais les demi-tons étant constants, elle ne correspond plus à la note sol originelle.

Elle n'est donc pas en "face" de la quinte harmonique d'intervalle 3/2

voir [[échelle pythagoricienne]] plus de détails

FIXME: la quinte juste est le sol, et la quinte pure serait le solb du coup ?

pourquoi en être arrivé à une construction d'échelle de son, et pourquoi se baser sur des harmoniques ?


A l'époque, il n'y avait pas d'accordeur électronique.
Éventuellement, on devait avoir un son pur plus ou moins de base, car communément admis.

Il fallait trouver un moyen reproductible, et surtout une façon de faire accessible avec les moyens du bords.

A l'époque, on était capable de faire des divisions. En partant d'une code tendue qui faisait un son en la sonnant, on pouvait diviser la longueur, et avoir facilement 1/2, 2/3 de corde en pinçant la corde avec une main à un endroit donné, et alors on pouvait jouer un son différent en la sonnant avec l'autre main.

Solfège et théorie musicale Monoco10

On s'est aperçu que si on se mettait à 2/3 de la longueur, on obtenait une fréquence de 3 fois la fréquence de départ. Si on jouait la note principale (sans pincer) et cette note en pinçant à 2/3, le son était "harmonieux". On a nommé cette note particulière une quinte.

Mais comme ce son est plus grand que 2 fois la fréquence principale, il n'est pas dans l'octave courante. On la ramène donc dans l'octave courante.

FIXME: comment faisaient-ils ? et s'ils étaient capable de diviser une fréquence par 2, pourquoi ne pas avoir fixer le nombre de subdivisions arbitrairement à 10 par exemple, arrondir 2^(1/10) et utiliser cette valeur, comme ils l'ont fait pour le tempérament plus tard ?

Et puis Pythagore a continué ainsi plusieurs fois de suite, jusqu'à retomber sur une fréquence quasiment égale à la fréquence de départ. Cela s'est fait en 12 fois, et en acceptant une erreur, il s'est arrêté là. Cela a "coupé" l'octave en 12 intervalles qui ont donné la possibilité d'avoir 12 notes différentes, assez "bien" échelonnées dans l'octave.

Sans doute pour des considérations pratiques, on n'en a gardé qu'un sous-ensemble (do-ré-mi-fa-sol-la-si-do, ou C-D-E-F-G-A-B pour les anglos-saxons). Ce sous-ensemble a visiblement fluctué au cours de l'histoire (apparemment le 'si' est venu ensuite). C'était peut-être les plus utilisées. Bref, sur la partition, on a 4 traits ie. la possibilités d'avoir 8 notes avant de changer d'octave. Si on avait gardé les 12 notes, on aurait avoir 6 traits pour accueillir toutes ces notes possibles. Ca doit alourdir la partition. C'est peut-être pour cela qu'on a gardé seulement 8 notes pour limiter le nombre de traits à 4 entre chaque octave

pourquoi a-t-on coupé l'octave en 12 intervalles ?


Une bonne approximation consiste à diviser l'octave en 12 intervalles (voir plus haut les échelles de quintes). Une subdivision en 5 limiterait assez fort les possibilités tandis que des subdivisions plus fines en 41, 53 ou plus conduiraient à des situations pratiquement ingérables.

En utilisant 12 quintes successives et en les ramenant dans l'octave, on revient presque à son point de départ. Comme aucune subdivision obtenue par un cycle de quintes n'est rigoureusement exacte, on doit faire une approximation.

Historiquement on n'en est arrivé là qu'au 17e siècle (avec le tempérament). Le tempérament est évidemment inévitable pour les
instruments à accord fixe tels le clavecin, le piano, la guitare et, quoi qu'ils en disent, ne devrait nullement déranger les violonistes et plus généralement tous ceux qui jouent d'instruments à cordes ; les seuls instrumentistes qui pourraient se plaindre sont ceux qui jouent d'un instrument à vent : la conception même fait qu'ils émettent par pincement des lèvres des harmoniques exactes. Mais le violon est tellement plus noble que la trompette...

Auparavant (et encore actuellement !) les intervalles étaient définis en utilisant un intervalle appelé quinte de fréquence 3/2 ; devant l'impossibilité d'arriver à une échelle musicale correcte, une tentative a été effectuée en utilisant simultanément les quintes et les tierces (intervalle valant 5/4). Toute tentative de subdivision de l'octave par de tels intervalles est évidemment vouée à l'échec, mais on peut obtenir d'assez bonnes approximations.

Si on souhaite que tous les intervalles soient rigoureusement égaux chaque intervalle doit valoir la racine 12ème de 2 (approximativement 1.0595..). Un tel intervalle est appelé un demi-ton (tempéré)

Si on représentait les notes tempérées (équitablement répartie dans l'octave, et dont les positions seraient données par la première ligne et les points du schéma suivant) et les notes obtenues avec la construction géométrique de Pythagore (dont les position seraient données par des traits verticaux du schéma suivant), on voit que les fréquences ne sont pas réparties de la même façon.

Code:
| *iteration* | *note*   | *f*     | *round(f)* | *intervalle i* | *round(i)* |
|           6 | Do       | 1       |          1 |                |            |
|           1 | Do# Réb  | 256/243 |     1.0535 | 256/243        |     1.0535 |
|           8 | Ré       | 9/8     |      1.125 | 2187/2048      |     1.0678 |
|           3 | Ré# Mib  | 32/27   |     1.1852 | 256/243        |     1.0535 |
|          10 | Mi       | 81/64   |      1.265 | 2187/2048      |     1.0678 |
|           5 | Fa       | 4/3     |     1.3333 | 256/243        |     1.0535 |
|          12 | Fa# Solb | 729/512 |     1.4238 | 2187/2048      |     1.0678 |
|           7 | Sol      | 3/2     |        1.5 | 256/243        |     1.0535 |
|           2 | Sol# Lab | 128/81  |     1.5802 | 256/243        |     1.0535 |
|           9 | La       | 27/16   |     1.6875 | 2187/2048      |     1.0678 |
|           4 | La# Sib  | 16/9    |     1.7777 | 256/243        |     1.0535 |
|          11 | Si       | 243/128 |     1.8984 | 2187/2048      |     1.0678 |
|             | Do       | 2       |          2 | 256/243        |     1.0535 |

départ: (4*256)/(243*3) ≈ 1.40466 = solb
256/243   => [1,2[ => 256/243 ≈ 1.05349 = 0.64 tons sur 12 = réb
3*256/243 => [2,4[ => (256/81)/2 = 128/81 ≈ 1.5802 = 6.96 tons sur 12 = lab
3*128/81  => [4,8[ => (128/27)/4 = 32/27 ≈ 1.185 = 2.22 tons sur 12 = mib
3*32/27   => [2,4[ => (32/9)/2 = 16/9 ≈ 1.777 = 9.33 tons sur 12 = sib
3*16/9    => [4,8[ => (16/3)/4 = 4/3 ≈ 1.333 = 4 tons sur 12 = fa
3*4/3     => [1,2[ => 1 = 0 tons sur 12 = do
3*1       => [2,4[ => (3)/2 = 3/2 = 1.5 = 6 tons sur 12 ≈ sol
3*3/2     => [4,8[ => (9/2)/4 = 9/8 = 1.125 = 1.5 tons sur 12 ≈ ré
3*9/8     => [2,4[ => (27/8)/2 = 27/16 = 1.6875 => 8.25 tons sur 12 ≈ la
3*27/16   => [4,8[ => (81/16)/4 = 81/64 = 1.265625 => 3.18 sur 12 ≈ mi
3*81/64   => [2,4[ => (243/64)/2 = 243/128 = 1.8984 => 10.78 sur 12 ≈ si
+3*243/128 => [4,8[ => (729/128)/4 = 729/512 = 1.4238 ≈ solb du départ


  do      ré      mi  fa      sol     la      si  do      ré

                   729/512 ≈ solb
                      |
         32/27 ≈ mib  |    128/81 ≈ lab   243/128 ≈ si
           |          |       |              |
  .   .   .|  .   .   .   .   .   .   .   .  |.   .   .   .
  6 1   8  3   10  5  12  7   2    9   4     11  
  | | . | .|  .|  .|  |   |   |   .|  .|  .  |.   .   .   .
  | |   |      |   |      |        |   |          |
  1 | 9/8 ≈ ré |   |     3/2 ≈ sol | 16/9 ≈ sib   (2 = octovae suivante)
    |          |   |               |
    |   81/64 ≈ mi |               |
    |              |               |
 256/243 ≈ réb    4/3 ≈ fa       27/16 ≈ la

qu'est-ce qu'une gamme ?


Une gamme est une suite de sons compris entre la fondamentale et l'octave ie. [f0,2*f0[
Si on ramène f0 à l'unité, ces sons ont une fréquence comprise entre 1 et 2.

Si la fondamentale est appelée Do, la gamme européenne usuelle compte 7 notes dénommées Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si.

Pourquoi ? Tout simplement parce que si l'on assimile une quinte à 7 demi-tons, et que l'on construit progressivement une suite de quintes, les intervalles obtenus sont très variés.

Code:
| Notes                     | Intervalles (en demi-tons) |
| Do Sol Do                 | 7, 5                       |
| Do Ré Sol Do              | 2, 5, 5                    |
| Do Ré Sol La Do           | 2, 5, 2, 3                 |
| Do Ré Mi Sol La Do        | 2, 2, 3, 2, 3              |
| Do Ré Mi Sol La Si Do     | 2, 2, 3, 2, 2, 1           |
| Do Ré Mi Fa# Sol La Si Do | 2, 2, 2, 2, 1, 2, 2, 1     |

Aux 4ème et 6ème étapes, les intervalles se réduisent à deux valeurs distinctes. Cela signifie qu'on passer d'une fréquence à l'autre en appliquant soit un facteur a soit un facteur b. Ainsi, on ne doit pas être trop choqué en passant d'une note à l'autre, comme si elles étaient dans le prolongement au niveau de l'oreille.

- dans le premier cas, en transposant d'une quinte vers le bas, la subdivision en 5 intervalles où il n'y a que deux types d'intervalles (2 demi-tons et 3 demi-tons) on obtient Do, Ré, Fa, Sol, La, Do, une gamme composée de 5 notes distinctes (à l'octave près) appelée gamme pentatonique.

- dans le second cas, en transposant d'une quinte vers le bas, on obtient la gamme "naturelle" Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do, composée de 7 notes distinctes (à l'octave près). Voilà enfin l'explication des 7 notes de la gamme occidentale.

qu'est-ce que les demi-tons chromatiques et diatoniques


La "légende" des demi-tons chromatiques et diatoniques repose sur l'excellente approximation consistant à diviser l'octave en 53 intervalles construits à partir de quintes. L'erreur de cette subdivision approximative n'est que de 20/100 (comma = 1,00209..).

Si l'on utilise une division en 53, et qu'on la tempère, on y retrouve les 8 notes ( Do Ré Mi Fa Sol La Si et le Do à l'octave) définies anciennement. Elles sont séparées par 9 intervalles en ce qui concerne Do et Ré, Ré et Mi, Fa et Sol, Sol et La, La et Si, soit au total 45 intervalles. Les autres notes consécutives Mi et Fa, Si et Do sont séparés par 4 intervalles, soit 8 intervalles qui, ajoutés aux 45, nous donnent bien un total de 53 (voir tableau ci-dessus).

C'est cette approximation qui conduit à "expliquer" qu'un ton est composé de 9 commas et un demi-ton diatonique de 4 commas. Comme on a adopté une terminologie "pseudo-mathématique" il faut bien attribuer un nom à l'autre demi-ton (de 5 commas) que l'on appelle alors chromatique. Puisque les demi-tons diatoniques séparent des notes de noms différents (Mi et Fa ou Si et Do), on invente une règle qui dit que le demi-ton diatonique est l'intervalle entre deux notes de noms différents (par exemple Do et Réb) et qu'a contrario un demi-ton chromatique est l'intervalle entre deux notes de même nom (par exemple Do et Do#).

On oublie malheureusement de se souvenir que tout cela ne résulte que d'une approximation et qu'une division exacte en 53 intervalles (racine 53e de 2), ainsi que la distinction entre demi-tons diatoniques et chromatiques, entraînerait de nouvelles difficultés en cas de transposition car il apparaîtrait des double-dièses ou des double-bémols.

que veut dire accorder un instrument, et y-a-t-il un rapport avec le mot musical 'accord'


https://fr.wikipedia.org/wiki/Accordage

FIXME: rapport avec les accords ?
expliquer "lui, il utilise trois pauvres accords" (péjoratif)

Accorder un instrument veut dire s'assurer que les différentes notes jouées avec cet instrument ont les fréquences attendues

Dans le cas d'une basse électrique à 4 cordes, chaque corde actionnée à vide doit avoir une fréquence déterminée par le type d'accordage souhaité. Dans le cas de la basse, j'ai l'impression qu'on utilise plutôt le modèle anglo-saxon en donnant 4 lettres (car ils utilisent les lettres A-G pour les notes). La première des 4 notes est la corde du haut, la dernière celle du bas. Par exemple:
- accordage standard = EADG soit Mi-La-Ré-Sol
- accordage "Drop-D" = DADG soit Ré-La-Ré-Sol

Dans le cas d'une guitare électrique à 6 cordes
https://fr.wikipedia.org/wiki/Accordage#Accordage_d.27une_guitare
- accordage standard = EADGBE soit Mi-La-Ré-Sol-Si-Mi
- accordage "Drop-D" = DADGBE soit Ré-La-Ré-Sol-Si-Mi https://fr.wikipedia.org/wiki/Drop_D

De nos jours, on utilise des accordeurs soit multi-instruments, soit spécifique. Par exemple pour un Korg GA-30 guitare/basse, quand on fait sonner une corde, il y a une barre verticale et un code de couleur pour dire si la note est alignée avec celle attendue. Si c'est vert, c'est bon. Sinon une diode rouge s'allume soit du côté gauche (♭) soit du côté droit (♯)
Même si on n'entrave que dalle à toute la terminologie, on peut alors 'accorder' son instrument. On peut aussi le faire avec son PC.

Dans le cas d'une basse Ibanez GSR200 accordée avec les moyens du bord, et jouée avec un médiator (sans savoir comment on s'en sert "habituellement"), la fréquence de la corde du bas (la plus fine) oscille en fait de part de d'autre de la fréquence idéale pour la note G2 == sol1:

Solfège et théorie musicale Pitchp10

L'enregistrement de la corde D2 (avant dernière en partant du haut) donne ces graphes (avec et sans zoom)

Solfège et théorie musicale Basse_10
Solfège et théorie musicale Basse_11

Si on regarde le spectre (pour montrer les fréquences qui composent le signal), on voit bien un pique aux alentours de 73,42Hz (note D2 == ré1), un autre petit en 146,83Hz, en 220.26Hz, ... (ie. aux harmoniques de 73.42Hz). Ce graphe est fait en exportant le spectre par Audacity (via le menu Analyze > Spectrum car sinon on ne peut pas zoomer juste sur les basses fréquences inférieures à 500Hz) et en rendant les données avec Excel

Solfège et théorie musicale Harmon10

Un article qui montre un exemple d'harmonique avec Audacity:
https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1211/1211.4832.pdf

FIXME: quelle est la différence entre deux basses de marques différentes ? le nombre d'harmoniques parasites de la note principale ?

FIXME: montrer les différentes harmoniques sur une note donnée

Dans le cas d'un piano à queue, il doit falloir accorder chaque corde reliée à chaque touche, et donc ça doit prendre beaucoup de temps.

Avant on utilisait un diapason pour obtenir une note de référence (par exemple le la3 à 440Hz)

La principale raison de la forme du diapason est qu'il produit une note pratiquement pure. La majeure partie de l'énergie de vibration se retrouve dans la fréquence fondamentale, et très peu dans les harmoniques, contrairement aux autres résonateurs. La raison de cela est que la fréquence de la première harmonique est d'environ 52/22 = 25/4 = 6 1/4 fois la fondamentale (environ 2 1/2 octaves au-dessus de la fondamentale)2. Par comparaison, la première harmonique d'une corde vibrante est d'une octave au-dessus de la fondamentale. Ainsi lorsque le diapason est excité, peu d'énergie se répartit dans les harmoniques ; celles-ci s'amortissent en conséquence plus rapidement, laissant vibrer la fondamentale. Il est plus facile d'accorder d'autres instruments avec cette note pure.

Voici ce que pourrait donner l'enregistrement d'un diapason sous Audacity, avant/pendant/après amortissement des harmoniques:
Solfège et théorie musicale Diapas10
Solfège et théorie musicale Diapas11
Solfège et théorie musicale Diapas12


pourquoi ne peut-on pas construire une parfaite échelle basée sur des harmoniques


Toute tentative de construction d'échelle basée sur des harmoniques est vouée à l'échec. La conclusion, qui n'est pas neuve, est celle à laquelle Bach a abouti il y a plusieurs siècles. Il est impossible d'accorder "correctement un clavecin" (un piano) d'où le tempérament qui consiste à attribuer des intervalles égaux entre les différents sons, c'est-à-dire un rapport de fréquence égale à la racine 12ème de 2 soit approximativement 1.0595...

Ainsi, on passe des deux intervalles distincts de Pythagore (256/243, 2187/2048) à un seul intervalle constant valant 2^(1/12)

Si un instrument est accordé selon les intervalles de Pythagore ou de Zarlino, un changement de tonalité modifiera la perception, d'où les notions de tonalité plus joyeuse, plus brillante, plus triste...

Heureusement, il se fait que l'oreille humaine n'est pas parfaite.

Une grande différence de fréquences est perçue comme la présence de deux sons distincts ; par contre une très petite différence de fréquences, un mauvais accord d'instruments, donne lieu à un phénomène de battements fort désagréable.

Code:
gst-launch-1.0 -v adder name=mix ! wavenc ! filesink location=exempleAvec2FreqNonVoisines.wav \
   audiotestsrc wave=0 freq=440 num-buffers=100 ! audioconvert ! queue ! mix. \
   audiotestsrc wave=0 freq=660 num-buffers=100 ! audioconvert ! queue ! mix.

gst-launch-1.0 -v adder name=mix ! wavenc ! filesink location=exempleAvec2FreqVoisines.wav \
   audiotestsrc wave=0 freq=440 num-buffers=100 ! audioconvert ! queue ! mix. \
   audiotestsrc wave=0 freq=442 num-buffers=100 ! audioconvert ! queue ! mix.

Solfège et théorie musicale Exempl10

Cela s'explique grâce à la formule de Simpson :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Identit%C3%A9_trigonom%C3%A9trique#Formules_de_Simpson

Code:
cos(a)*cos(b) = 1/2 * (cos(a+b) + cos(a-b))
2*cos(a)*cos(b) = cos(a+b) + cos(a-b)

 avec ω1*t = a + b
      ω2*t = a - b
 soit a = t*(ω1+ω2)/2 et b = t*(ω1-ω2)/2

2*cos((ω1+ω2)/2*t)*cos((ω1-ω2)/2*t) = cos(ω1*t) + cos(ω2*t)

soit cos(ω1*t) + cos(ω2*t) = 2*cos((ω1+ω2)/2*t)*cos((ω1-ω2)/2*t)

L'addition de deux sons, ici de même intensité, de fréquence ω1 et ω2 donne lieu à un son dont la fréquence est la moyenne (ω1+ω2)/2, modulée par une fonction cosinus de fréquence égale à la demi-différence (ω1-ω2)/2.

Si les fréquences sont voisines la modulation donne une impression de battements très déplaisante, car ω1 ≈ ω2 donc (ω1-ω2)/2 ≈ 0 ce qui implique une période très très longue. Le cos((ω1-ω2)/2*t) ne touche donc pas beaucoup le signal principal d'un t à un autre. Par contre sur cette grande période, ce signal principal cos((ω1+ω2)/2*t) va être atténué avant arriver à 0 puis repartir à la hausse. Cela engendre un son "yoyo" qui est utilisé pour les alarmes par exemple.

Si on écoutait un son de fréquence 1Hz, ça ne fait pas cet effet. La fréquence est si faible qu'on entend rien.
C'est le fait de moduler un son par ce son qui provoque ce désagrément.

Code:
freq=$[(442-440)/2]; gst-launch-1.0 audiotestsrc wave=0 freq=$freq num-buffers=100 ! wavenc ! filesink location=h$freq.wav

Les imperfections de l'oreille humaine permettent heureusement de faire cohabiter des instruments à accord fixe, tels piano, clavecin, orgue avec des instruments à accord semi-fixe tels les instruments à cordes et à vent.


que veut dire avoir l'oreille absolue ?


https://fr.wikipedia.org/wiki/Oreille_absolue

C'est, par exemple, entendre une note et être capable de la chanter comme cela, sans autre référence que sa mémoire. C'est être capable de se représenter et rendre des notes de manière absolue.

Par exemple, on chante do-ré-mi-fa-sol-la-si-do

Une personne avec l'oreille absolue "intègre" les sons dans sa tête, comme on "intègre" un mot qu'on dit. Si on lui redemande de répéter le son fa, elle fait le son fa, sans avoir besoin de redérouler toute la gamme. Elle n'a pas besoin de référence. Ce son existe en tant que tel dans sa mémoire, de manière absolue.


que veut dire transposer ?


FIXME: à comprendre
- transposer une fréquence: OK
- transposer une partition ? dans quelles conditions ?

Si on prend une partition du passé, comme on utilisait probablement l'échelle pythagoricienne, les notes ne correspondent pas exactement à celle de la gamme tempérée actuelle.


Par exemple, le sol correspond au sol# de Pythagore
Voir [[échelle pythagoricienne]]

Si on veut entendre le résultat plus ou moins telle qu'il était perçu dans le passé, on peut soit accorder son instrument comme à l'époque, soit transposer la partition pour adapter les notes

Si on a une guitare, on peut réaccorder facilement. Si c'est un piano à queue, j'imagine qu'il faut mieux changer la partition.


Dernière édition par stv82 le Dim 25 Sep 2016 - 15:55, édité 9 fois
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Mesures en solfège (time signature)

Message par stv82 le Sam 5 Nov 2016 - 14:44

Salut à tous,

J'essaie de comprendre les mesures 4/4, 7/8 etc. et je ne trouve pas de choses accessibles là dessus.

Mesure a écrit:Généralement, la mesure est définie comme une période comportant un « temps fort » (plutôt le premier en musique « classique », plutôt le second et le quatrième en jazz, rock...) « suivi de X temps faibles »

(extrait de cette page)

En particulier ramené à cette chanson dont j'ai cru comprendre que les mesures étaient variables.

Mesures variables dans Tool - Forty Six & 2 a écrit:The song is mostly in 4/4 time with some sections of 7/8 in between. In the intro, Danny Carey plays 4 measures of 7/8 on his ride cymbal over the rest of the band playing in 4/4, and they all meet up on the downbeat of the 5th measure in 4/4. During the bridge there are 3 measures of 7/8 followed by one measure of 4/4. During a particular quad fill, the drums are in 3/8, the guitar plays one measure of 9/8 followed by one in 5/8 all while the bass keeps time in 7/8.

(extrait de cette page)

Solfège et théorie musicale Guitar10

Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que ça signifie ?
Quand j'enchaîne en boucle ces deux mesures 4/4 et 7/8 dans Guitar Pro, je ne vois pas vraiment de différence, sauf les 2 notes en plus (8 et 10 dans la ligne TAB).
Je vous remercie.
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Invité le Sam 5 Nov 2016 - 15:22

Salut,

Oui c'est le même riff mais tronqué des deux dernières notes en 7/8 pour un effet plus rythmique saccadé :
   à 50 s : riff entier en 8/8
   à 4 min 10 s : riff "tronqué" en 7/8


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Argos34 le Sam 12 Nov 2016 - 23:09

Hello,

Au cas où tu serais toujours coincé sur ton interrogation de samedi dernier :

- dans le 1er exemple c'est une mesure à 7/8, c'est-à-dire 7 croches

   (et comme c'est écrit en doubles-croches tu as donc 7 x 2 = 14 notes)


- dans le 2e exemple c'est une mesure à 4/4, c'est-à-dire 4 noires

   (ce qui donne 4 x 4 = 16 doubles-croches)

alles klar ?

Courbette
Argos34
Argos34

Messages : 218
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 55
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Mégalopin le Dim 13 Nov 2016 - 3:46

On peut aussi discerner en sous-mouvements

ex Take Five (en 5/4) :
Le premier thème est en 3 + 2
Le pont est en 2 + 3

Pour piger un rythme il faut le danser, impliquer le corps




Mégalopin
Mégalopin

Messages : 4729
Date d'inscription : 05/11/2010
Localisation : Fils de Butte

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty merci

Message par FleX le Ven 6 Jan 2017 - 0:27

Giamilla a écrit:Hello !

Alors pour les manuels, je n'ai pas grand chose à te proposer, ormis mes anciens manuels de conservatoire qui restent assez difficilement accessible si tu veux éviter le côté trop "mathématique" du solfège.
Par contre, j'ai croisé quelques sites internet qui me semblent pas trop mal fichus et assez exemplifiés (il y a même des exercices de dictées, etc.) pour une première approche assez complète (après, j'ai fait 8 ans de solfège, donc mon avis est sans doute un peu biaisé quand à l'accessibilité du truc).
Ah ! au risque de faire hurler les puristes : selon l'instrument dont tu comptes jouer un jour, tu n'as pas nécessairement besoin de master skills en solfège. Je connais beaucoup de gens qui ont appris "sur le tas" et jouent vraiment très bien ! Wink

Voici un premier lien que personnellement, je trouve pas mal :

http://www.coursdesolfege.fr/

Bonne journée à toi.

Merci beaucoup pour le site, ses cours m'intéressent beaucoup et je pense les acheter pour ma famille.

FleX

Messages : 65
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par Mildiou le Ven 6 Jan 2017 - 0:47

Pour l'harmonie, ce Monsieur fait très bien les choses Idea

Mildiou
Mildiou

Messages : 655
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 39
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Jeu 2 Fév 2017 - 17:25

Merci à ceux qui m'ont répondu pour les mesures.
J'ai toujours pas compris mais je suis bloqué en ce moment donc j'essaierai d'y revenir plus tard.

En passant, j'en profite pour faire tourner un logiciel open source et gratuit d’entraînement à la lecture des notes, que je vais essayer d'utiliser pour faire réviser ma fille comme je ne sais pas encore reconnaître les notes (enfin sans faire un truc contre productif qui devrait faire bondir tout mélomane ici présent, soit partir de la clé, par exemple de sol -> note de base = sol -> monter dans l'échelle en faisant sol-la-si-do... jusqu'à atteindre la note à identifier)

ScoreDate
Solfège et théorie musicale Scored11

Dans mon cas, j'ai:
- sélectionné mode ''Apprentissage" au lieu de "Jeu normal"
- cliqué sur le bouton "Clé & Notes" puis sélectionné un sous-ensemble de notes afin de travailler seulement celle qu'elle est censée connaître

Solfège et théorie musicale Scored10

Et du coup, le nom apparaît en même temps que la note
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Théorie de la musique - Adolph Danhauser

Message par stv82 le Mar 28 Fév 2017 - 20:49

Un lien pour télécharger des versions numériques du livre Théorie de la musique d'Adolph Danhauser (évoqué par Cyril ci-dessus).
Je pense qu'il est dans le domaine public car il date de 1889.

https://archive.org/details/thoriedelamusiqu00danh
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Théorie musicale - Les mesures

Message par stv82 le Mer 1 Mar 2017 - 20:09

Bon, allez je me lance car il est possible que j'aie enfin compris les mesures (il m'aurait alors juste fallu 6 mois quoi).
Je compte sur vous pour me dire si j'ai encore mal compris !

EDIT 20170302: Orthographe + clarification des notes composées + correction erreur ternaire/binaire

Comment connaître la longueur d'une note en fonction du tempo


Par exemple, ♩ = 60 au début du morceau signifie qu'il y a 60 noires par minute.
J'ai déjà lu qu'on pourrait avoir aussi n'importe quelle note, par exemple ♪ = 120, ce qui voudrait alors dire 120 croches par minute (ce qui revient au même qu'avant dans ce cas comme 1 croche dure la moitié d'une noire)

Définissons rapportRonde(note) une fonction qui donne le rapport de la durée d'une note par rapport à la ronde.
On voit que les notes anglaises sont plus pratiques car elles font apparaître directement la relation de durée par rapport à la ronde, donc par exemple

Code:
rapportRonde(♩) = rapportRonde('note française noire') = rapportRonde('note anglaise 1/4th') = 1/4
rapportRonde(♪) = rapportRonde('note française croche') = rapportRonde('note anglaise 1/8th') = 1/8
...

Étant donné un couple (note du tempo, tempo) donné en début de morceau, la formule générique pour obtenir la durée d'une note
Code:
durée(note) = 60/rapportRonde(note du tempo)*rapportRonde(note)/tempo

Dans le cas d'un tempo exprimé en ♩ (ce qui me semble être le plus courant), on a donc 'note du tempo' = ♩ donc quelle que soit la note :
Code:
durée(note) = 60/rapportRonde(♩)*rapportRonde(note)/tempo
            = 60/(1/4)*rapportRonde(note)/tempo
            = 240*rapportRonde(note)/tempo

Code:
| *note*                | *durée (secondes)* | *durée pour ♩=80* |
| full note, ronde      | 240/tempo          | 3s                |
| half note, blanche    | 120/tempo          | 1.5s              |
| 1/4th, noire          | 60/tempo           | 750ms             |
| 1/8th, croche         | 30/tempo           | 375ms             |
| 1/16th, double-croche | 15/tempo           | 187.5ms           |
| 1/32th, triple-croche | 7.5/tempo          | 93.75ms           |
| ...                   | ...                | ...               |

Si le tempo était exprimé en ♪, alors on aurait:
Code:
durée(note) = 60/rapportRonde(♪)*rapportRonde(note)/tempo
            = 60/(1/8)*rapportRonde(note)/tempo
            = 480*rapportRonde(note)/tempo

Pour avoir d'autres sources d'explication (en anglais) :
http://bradthemad.org/guitar/tempo_explanation.php
http://music.stackexchange.com/questions/24140/how-can-i-find-the-length-in-seconds-of-a-quarter-note-crotchet-if-i-have-a-te

Résumé de la 4ème partie du livre Théorie de la musique de Danhauser (cf. message plus haut)


178. L'ensemble des valeurs, notes ou silences, qui se trouvent comprises entre deux barres verticales de mesure (simples ou doubles), forme une mesure.  La somme de ces valeurs doit être égale pour toutes les mesures d'un même morceau (à moins qu'il n'y ait un changement de mesure, cf. §185)

180. Une mesure se subdivise en deux, trois ou quatre parties qu'on nomme temps

181. Tous les temps d'une mesure n'ont pas une importance égale au point de l'accentuation. Certains doivent être articulés plus fortement (temps forts) que les autres (temps faibles) mais on finit toujours par un faible

Code:
| *mesure à x temps* | *répartition des temps*    |
|                  2 | fort, faible               |
|                  3 | fort, faible, faible       |
|                  4 | fort, faible, fort, faible |

183. On parle de
- mesure simple, quand ses temps sont binaires (ie. divisibles par 2 ie. de durée 'normale')
- mesure composée, quand ses temps sont ternaires (ie. divisibles par 3 ie. de durée 'pointée')

Attention, ce n'est pas lié aux nombre de temps, mais à la durée d'un temps exprimable ou non sous la forme d'une note pointée (binaire = durée exprimable sous la forme d'une note normale, ternaire = durée exprimable sous la forme d'une note pointée)

184. Les différentes mesures sont indiquées par deux chiffres disposés sous la forme de fractions dont la ronde est l'unité.
Par exemple:

Code:
  2        3       9
  4        2       8

185. Dans une mesure, les deux chiffres se placent au commencement du morceau de musique, immédiatement après l'armure de la clé. Si un changement de mesure se présentait dans le courant du mémo morceau, on indiquerait la nouvelle mesure par de nouveaux chiffres qu'on placerait après une double barre de séparation.

180. Le nombre supérieur exprime la quantité de valeurs formant une mesure (notée n ensuite).
Le nombre inférieur exprime la qualité de ces valeurs (notée d ensuite).
Par exemple pour la mesure 3/2, on notera n=3 et d=2 (seulement dans cette page)
Alors, c'est ici qu'on doit freiner les raccourcis, le numérateur et le dénominateur ont des significations selon la nature des mesures (simple ou composée)

Mesures simples avec (d=[1,2,4,8], n=[2,3,4])


189. Dans les mesures simples, d indique la durée d'un temps et n le nombre de temps

Solfège et théorie musicale Tablea10

Attention, si on peut simplifier une fraction plus "complexe" (par exemple 12/8) de sorte de la ramener à une fraction dont les valeurs sont dans ces intervalles, cela peut avoir un autre sens en termes de temps. Ainsi, 12/8 = 3*4/2*4 = 3/2 soit 3 temps de durée unitaire 1/2 d'une ronde (ie. 1 blanche). Sauf qu'en fait 12/8 veut dire 4 temps de durée unitaire une ♩ pointée.

Mesures composées


194. Dans les mesures composées, d indique la durée d'un tiers de temps, et n indique le nombre de ces tiers de temps. En revanche, les 2,4,8,16 représentent toujours blanche,noire,croche,double-croche.

Oula, d'où ça sort cette affaire ! Pourquoi en a-t-on eu besoin ?
Avec les mesures simples, on voit deux choses sur le tableau récapitulatif

  1. les temps d'une mesure donnée ont tous la même durée, donnée par (1/d)*duréeRonde
  2. tous les temps "adressables" par ces mesures simples ont toujours une durée qui est soit une ronde (d=1), soit une blanche (d=2), soit une noire (d=4), soit une croche (d=8). En d'autres termes, chaque temps peut soit contenir 1 note (mais celle-ci est forcément non pointée), soit les 2 notes du dessous, soit les 4 notes du dessous, soit les 8 notes du dessous, etc. mais aussi loin qu'on descende, on ne peut avoir des temps qu'avec un nombre de notes qui est une puissance de 2 (par exemple, ci-dessous, pour un 2/4 soit 1 noire, soit 2 croches, soit 4 doubles-croches, soit 8 triples-croches, etc.)


Autant le point 1. peut nous aller, autant le point 2. empêche en particulier les compositeurs de faire des temps avec un nombre impair de notes.
Par exemple, comment faire pour avoir cela :

Solfège et théorie musicale Timesi11

Il s'agit de 2 temps qui durent 3 croches chacun, donc cela donne une durée de mesure de 6 croches. Donc ça pourrait en fait s'écrire avec la mesure 6/8
Pareil, si on veut :

Solfège et théorie musicale Timesi12

Il s'agit de 4 temps qui durent 3 croches chacun, donc cela donne une durée de mesure de 12 croches. Donc ça pourrait en fait s'écrire avec la mesure 12/8

Solfège et théorie musicale Mesure11

Vouloir mettre des temps avec un nombre impair de notes revient en fait à vouloir des temps dont l'unité de note la plus grande est en fait une note pointée

Solfège et théorie musicale Tablea11

Donc si on veut maintenant des mesures avec des temps d'une durée qui est soit une ronde pointée, soit une blanche pointée, soit une noire pointée, soit une croche pointée, comment faire cela tout reprenant le modèle des mesures simples, avec toujours 2, 3, ou 4 temps par mesure ?
On aurait pu définir un deuxième type de mesures comme par exemple "2/1·" (avec un "1" pointé) pour dire 2 temps de durée unitaire une ronde pointée.
Mais on peut aussi remarquer que prendre une mesure à n temps d'une note pointée revient à prendre 3*n "faux" temps de la note non pointée du dessous.
Par exemple, une mesure de durée 2 rondes pointées, c'est aussi une durée de 2*3 blanches normales (car 1 ronde pointée = 3 blanches).

Donc, en mesures simples, on avait 2, 3, 4 temps indiqués par le numérateur. Désormais, on aura 6, 9, 12 "faux" temps au numérateur, composés en prenant les notes du dessous au dénominateur: les 1,2,4,8 vont donc devenir 2,4,8,16

Pourquoi les 7/8 me laissaient-ils sur le carreau avant ?


Quand on regarde la définition des mesures (au sens time signature), et qu'on a le cerveau tordu comme moi, on pourrait être induit en erreur, et mélanger avec la notion de temps et la ligature des notes entre elles.

Si on raisonne ainsi, un 4/4 donnerait une mesure à 4 groupes de notes, chacun de durée 1/4 de ronde, soit 4 groupes de durée 1 noire chacun. Cela ne signifie pas qu'on va forcément mettre 4 noires dans une mesure, mais qu'on devra ligaturer les notes au sein de chacun de ces 4 groupes. Chaque groupe peut être composé de blanche, de noire ou de croche à partir du moment que le groupe a une durée définit par le dénominateur.

Or, en 4/4, il se trouve qu'effectivement un groupe pourrait être 2 croches ou 4 double-croches, ce qui fait bien dans les deux cas 1 noire (2*1/2 de noire, et 4*1/4 de noire). Cela fonctionne car c'est une mesure simple, et que donc n indique bien le nombre de temps.

Solfège et théorie musicale M110

Mais avec 7/8, une mesure d'une durée de 7 * 1/8 de ronde (= 7*1 croche) donnerait 7 groupes de notes, soit 7 temps:
- 7*2 doubles-croches
- 7*4 triples-croches

Et là du coup, ça ne marche plus dans cet exemple.

Solfège et théorie musicale M1510

Donc, visiblement ce n'était pas ça.

Ensuite, j'avais compris que cette indication x/y donne simplement la durée des mesures suivantes (jusqu'à la fin ou jusqu'à une nouvelle mesure précisant un nouveau couple x et y). Le groupement des notes en groupes ligaturés entre eux serait alors autre chose.

Une mesure durerait donc x*duréeRondeEnSecondes/y secondes, qu'elle soit composée ou simple (puisqu'à chaque fois on se base sur la ronde)

Par exemple, à 80 bpm, une mesure:
- 4/4 durera 4*duréeRonde/4 soit 4 noires (car 1 noire = 1/4 d'une ronde) soit 3s (qui est donc la durée d'une ronde à ce tempo, ce qui aurait tendance à expliquer la notation fractionnelle aussi car 4/4 = 1)
- 7/8 durera 7*duréeRonde/8 soit 7 croches (car 1 croche = 1/8 d'une ronde) soit 2.625s (ce qui coïnciderait avec le morceau associé quand je l'ouvre avec Audacity car je vois environ 2.7s pour cet ensemble de notes)

Si on applique à la lettre la formule du dessus, le calculateur 'Trouver la durée d'un morceau à partir de son tempo, sa signature et son nombre de mesures' de la page http://mp3.deepsound.net/samples_calculs.php renvoie des choses bizarres parfois car un morceau de 1 mesure en 7/8 @ 80bpm durerait 7*0.375 = 2.625s et non 3.63s comme il donne.

Pourquoi je suis paumé ? Parce que, à 80bpm, je m'attends à avoir:
Code:
| *mesure*                  | *durée1MesureEnSecondes* |
| 2/4 (simple)              |                      1.5 |
| 3/4 = 6/8 (simple)        |                     2.25 |
| 4/4 (simple)              |                        3 |
| 5/4 (?)                   |                     3.75 |
| 6/4 = 12/8 = 3/2 (simple) |                      4.5 |
| 7/4 (?)                   |                     5.25 |
| 9/4 (composée)            |                     6.75 |
| 7/8 (?)                   |                    2.625 |
| 9/8 (composée)            |                    3.375 |
| 11/8 (?)                  |                    4.125 |

Or, le calculateur ne renvoie pas les mêmes valeurs pour 5/4 (4.75), 6/4 (5.5), 9/4 (7.75), 7/8 (3.63).
Je me demandais s'il n'était pas bogué comme je voyais juste un delta de +1s certaines fois

Quelle est la relation avec les temps et les ligatures ?


Déjà, qui dit ligature dit temps car la ligature est l'action de relier les notes entre elles, au sein d'un même temps.
La mesure est liée aux temps. Or, il ne peut en avoir que 2, 3 ou 4 temps par mesure (cf §180 danhauser)
De plus, si on intéresse aux ligatures, cela signifie qu'on raisonne au moins avec des croches.

D'accord, mais qu'en est-il des mesures comme 7/8 ?
Si on raisonne en durée, c'est la durée de 7 croches. Si on veut savoir en terme de "temps", et qu'on extrapole avec les mesures simples, ce serait donc "7" temps de durée unitaire 1 croche.
Or on ne peut pas mettre 7 temps mais seulement 2, 3 ou 4. Et 7 n'est pas divisible par 2, 3 ou 4 donc quoi qu'on fasse, on va devoir avoir des temps de durée variable, soit des groupes avec des nombres de notes différents (si bien-sûr on regarde des notes avec durées identiques pour se faciliter la représentation).

On pourrait faire 1 premier temps à 4 croches et le second à 3 croches, ça donnerait 2 temps.
Mais apparemment, c'est plutôt 3 temps (3 croches, puis 2 croches puis 2 croches) qui a été retenu. Pourquoi met-on le groupe de 3 notes en premier ? Je n'ai pas encore compris.
Je ne sais pas si c'est une convention ou plutôt un usage.
En tout cas, le logiciel GuitarPro (par exemple) a l'air de proposer des ligatures par défaut et après on est libre de configurer les groupes de notes dans un encart nommé 'note beaming', si les ligatures ne vont pas.

Solfège et théorie musicale Timesi10

Voici quelques ligatures qu'il propose par défaut, si on essaie de remplir chacune des mesures suivantes avec des croches:

Solfège et théorie musicale Ligatu11


Dernière édition par stv82 le Ven 3 Mar 2017 - 19:53, édité 5 fois
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Site apprentissage solfège

Message par stv82 le Ven 3 Mar 2017 - 13:21

http://www.musictheory.net/lessons

Une approche du solfège où le contenu des leçons est sous forme de points qui ont l'air direct.
Quand on clique sur ces points, ça affiche des slides souvent animés pour illustrer :

Solfège et théorie musicale XUPGcEZGA8tSAsASVW

Attention, seulement en anglais au moment de la rédaction du message, mais peut-être que ça peut rendre service à certains qui papillonnent et ont besoin de remonter vite en compétence quand une autre notion a remplacé le solfège !
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Théorie musicale - Gammes, accords, arpèges

Message par stv82 le Dim 19 Mar 2017 - 14:03

Une tentative d'explication des gammes, alors que je suis en train d'essayer de trouver une façon qui me convienne de découvrir la basse électrique, et qu'on m'a suggéré cette approche.

EDIT 20170321: Ajout exemple de gamme mineure

Rappel sur les 12 demi-tons et les 7 notes "principales"


Historiquement, pour des raisons pratiques d'accordage, on avait coupé l'intervalle séparant deux étages d'une même note en 12 parties non égales. Plus tard, on a "tempéré", c'est-à-dire équilibré, ces intervalles en 12 morceaux égaux (le mot égal étant un peu dur à se représenter comme l'échelle est logarithmique, mais disons "plus" égaux qu'avant où c'était le joyeux merdier, cf. échelle pythagoricienne pour ceux que ça intéresse). Quand on parle de demi-ton, c'est un de ces morceaux. Mais on ne parle en fait souvent qu'avec 7 notes, les fameuses do-ré-mi-fa-sol-la-si, ou C-D-E-F-G-A-B en anglais. Quand on a besoin d'aller dans un demi-ton non accessible avec ces 7 notes principales, on utilise un bémol ou un dièse à partir d'une de ces notes.

Qu'est-ce qu'une gamme ?


En prenant un sous ensemble des 12 demi-tons disponibles, on a constitué une gamme.
Donc, faire do-ré-mi-fa-sol-la-si-do, c'est parcourir une gamme.
Oui, car on a sélectionné une façon particulière de monter les 12 marches (les demi-tons) menant d'un do au do suivant, en sautant parfois certaines marches.
Faire une gamme, ça serait donc en quelque sorte choisir une façon de monter un escalier, sans forcément utiliser les 12 marches disponibles.

Par exemple :
Solfège et théorie musicale Gammed11

Dans un des liens ci-dessous, une personne a écrit:Une gamme est un ensemble, une palette de sons, par exemple Do Ré Mi Fa Sol LA Si, dans lequel le musicien pioche pour inventer sa musique.

Une gamme diatonique est par exemple (car il en existe plusieurs) Do Ré Mi Fa Sol LA Si (soit un ensemble de 7 sons)

Une gamme chromatique, elle, est un ensemble de 12 sons séparés par un intervalle sonore de 1/2 ton (DO Do# Ré Ré# Mi Fa Fa# Sol Sol# La La# Si)


Comment fait-on une gamme de do sur un piano ou sur une guitare ?


Sur un piano, les touches blanches permettent d'accéder directement aux 7 notes principales. Les noires permettent d'accéder aux altérations (c'est-à-dire les bémols et les dièses). Faire la gamme do-ré-mi-fa-sol-la-si-do, c'est donc partir d'un do, et appuyer sur toutes les touches blanches qui viennent sur la droite jusqu'au prochain do.

Sur un instrument à cordes, c'est un peu plus compliqué car on a tous les demi-tons à la suite. Par exemple, sur une basse en EADG, si on travaille sur la deuxième corde en partant du haut (celle après la plus grave), elle sonne la note A1, soit un la0. Parcourir la gamme do majeur revient donc par exemple à faire sonner successivement les frettes 3, 5, 7, 8, 10, 12, 14, 15.

(cliquer pour agrandir l'image)
Solfège et théorie musicale Gammes10

Mais comme sur ces instruments à cordes, plusieurs cordes peuvent faire les mêmes notes, on peut obtenir cette suite de notes sans devoir remonter les frettes jusqu'au corps.

Dans un des liens ci-dessous, une personne a écrit:Comme vous le voyez, douze case ont été parcourues et nous retombons sur la même note. [...] pour exploiter au mieux les capacités de votre instrument, vous n’allez pas jouer vos gammes sur une seule corde ! C’est pour cela qu’il existe ce qu’on appelle des positions, qui vous permettent de jouer vos gammes en restant à un même endroit du manche.

Donc au lieu de remonter sa main gauche vers le corps, on peut changer de corde et profiter du décalage de note pour obtenir les suivantes dans la liste.
Par exemple, cela pourrait donner ceci sur un manche de guitare, en partant d'un do rouge, jusqu'au prochain do rouge, en jouant les notes de flèche bleue en flèche bleue (et donc en sautant de corde quand la flèche revient en arrière) :

Solfège et théorie musicale Gammed10

Pourquoi apprendre certaines de ces gammes permet-il de composer à terme ?


Au début, pour moi faire des gammes, cela signifiait monter et descendre les notes do-ré-mi-fa-sol-la-si-do.
Du coup, j'avais balayé ça en me disant c'est chiant, c'est répétitif.
Mais comme il y a plein de gammes différentes, c'est-à-dire plein de façons de monter l'escalier, j'imagine que certaines combinaisons doivent susciter une réaction du type "tiens c'est sympa cet enchaînement" et du coup de fil en aiguille, avoir des briques élémentaires auxquelles se raccrocher dans des phases d’improvisation ou de composition. Également, si on dit les notes à voix haute en même temps, ça peut permettre de bien connaître son instrument, et d'être un jour tellement à l'aise qu'on s'autorise alors à commencer à intervertir les notes à la volée, et donc d'improviser.

N'ayant pas fait de musique plus tôt et découvrant tout cela un peu à la "chiclala" comme ils disent dans le sud, j'avoue que savoir ce que permet ces apprentissages n'est pas très clair. En revanche, je peux être sensible à ça :

Dans le thread sur l'apprentissage de la basse, truth a écrit:Il y a un proverbe que j'aime beaucoup, je sais pas si ça résonnera chez toi: “Recherchez la liberté et vous deviendrez esclave de vos désirs. Recherchez la discipline et vous trouverez la liberté.”

Pourquoi mineur/majeur ?


Quand on parle de gamme majeure/mineure, on fait référence à la composition de la gamme, en termes d'intervalles.
On a vu qu'il y a 7 notes principales, et habituellement on commence par le do. Or comme il y a 12 demi-tons, forcément certaines fois on monte deux marches d'un coup, et d'autres fois, seulement une marche.

Si on commence du do, on a vu que ça donne "1 ton - 1 ton - 1/2 ton - 1 ton - 1 ton - 1 ton - 1/2 ton" pour la gamme dite majeure, soit :

Solfège et théorie musicale Gammed11

Mais, on n'est pas obligé de commencer par le do. On peut aussi commencer par le ré, tout en restant en gamme majeure, et en continuant donc d'appliquer la séquence "1 ton - 1 ton - 1/2 ton - 1 ton - 1 ton - 1 ton - 1/2 ton". A ce moment, il faut alors comprendre qu'on va atteindre certains demi-tons non atteints habituellement

Solfège et théorie musicale Gammer10

Ça c'était pour la gamme majeure. Mais il y a aussi la gamme mineure naturelle, associée souvent à la note la. Mais pourquoi ? Si on part du do et qu'on monte deux étages d'escalier, on va passer devant deux notes 'la'. Si on regarde comment on est passé de la première à la deuxième note la, on va voir 1 ton - 1/2 ton - 1 ton - 1 ton - 1/2 ton - 1 ton - 1 ton (façon de monter dans le carré rouge). Cette façon définit la gamme mineure

Solfège et théorie musicale Gammel10

Quand on parle d'accords, apparemment on adresse plutôt l'émotionnel "joyeux" ou "triste" suscité par cet ensemble de notes, bien que c'est peut-être pour cette raison que les gammes sont dites majeures/mineures. J'avoue que je ne suis pas encore assez baigné là dedans pour ressentir cela, et que pour l'instant moi je ne vois que des notes.

Dans un des liens ci-dessous, une personne a écrit:Il existe en musique des accords « Majeur »  et des accords « Mineur ». A l’oreille, les accords Majeurs sonnent plus « joyeux », plus « positifs », s’opposant aux accords mineurs qui sonnent plus « tristes », plus « nostalgiques ». Un morceau est généralement composé d’un  mélange d’accords majeurs et mineurs afin de créer tout un univers riche en textures musicales.
A noter qu’il est important de savoir que lorsqu’un accord est majeur, on ne précise pas ni à l’oral ni à l’écrit qu’il l’est. Un accord mineur sera par contre suivi à l’écriture d’un « m » (ou d’un « min »), et sera spécifié à l’oral. Par exemple, un Mi majeur sera simplement noté « Mi » et le mot « majeur » ne sera pas prononcé, et un Mi mineur sera noté « Mi m » tout en prononçant le mot « mineur ».


Qu'est-ce qu'un accord ?


Dans un des liens ci-dessous, une personne a écrit:Un accord est un ensemble de sons entendus simultanément ; on parle d'accord plaqué si les sons sont vraiment joués pile poil simultanément ; on parle d'accord arpégé si les sons sont joués de façon égrainée.

Exemples d'accord à la guitare:

Solfège et théorie musicale La-gui10
Solfège et théorie musicale La-gui11

voir d'autres accords ici

Qu'est-ce qu'un arpège ?


Dans un des liens ci-dessous, une personne a écrit:Un arpège consiste à jouer un accord note par note au lieu de le jouer d'un seul coup comme on le fait habituellement.

Pour jouer un arpège on commence donc par effectuer la position d'accord avec sa main gauche puis on égraine les notes de l'accord une à une selon les indications sur la partition.

Sur une tablature on indique le fait qu'on doit jouer un accord en arpège en mettant un trait pointillé avec la mention hold sous le nom de l'accord dont la longueur indique jusqu'à quel endroit on doit maintenir la position.

De ce que je comprends, on a donc la main gauche en position "accord", mais au lieu de sonner toutes les cordes avec la main droite, on les fait une par une.

Exemple d'arpèges:

Des arpèges, et un accord à la fin
Solfège et théorie musicale Bamba_10
Solfège et théorie musicale Intro_10


Des liens à considérer pour avoir d'autres façons d'expliquer


http://methode-de-guitare.com/les-gammes-a-la-guitare/
https://www.tabs4acoustic.com/cours-guitare/introduction-aux-gammes-pour-les-debutants-152.html
http://fr.audiofanzine.com/theorie-musicale/forums/t.149371,pouvez-vous-svp-la-difference-entre-les-gammes-les-accords-les-arpeges.html
http://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=5162
http://www.laguitareen3jours.com/8-principaux-accords-faciles-pour-debutants/
http://www.guitarezero.fr/app3.html
http://www.apprendrelesolfege.com/les-gammes
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Oreille musicale

Message par stv82 le Ven 24 Mar 2017 - 11:12

Bon, pour l'instant, je n'ai ni sens du rythme, ni oreille musicale Smile
Heureusement, ça se travaille apparemment !

Il y a un jeu pour apprendre à trouver d'oreille les notes jouées au piano ici
Solfège et théorie musicale Oreill10

Il y a aussi GNU solfège (gratuit et open source, dispo sous Windows et Linux) :

  • télécharger GNU solfège et le lancer
  • cliquer sur 'Identifier la note' dans la section 'Divers'
  • sélectionner l'intervalle de travail, par exemple 'De do à mi'
  • puis appuyer sur espace, écouter la note et cliquer (ou appuyer sur la touche du clavier) sur la note correspondante du piano. Si c'est correct, il met 'Très bien', sinon 'Le nième note est xx'. Puis ré-appuyer sur espace, et ainsi de suite.
    Solfège et théorie musicale Gnusol10


Apparemment, il permet de travailler plein d'autres trucs aussi :
Solfège et théorie musicale Gnusol11

Et vous, comment faîtes-vous pour travailler la reconnaissance des notes (l'oreille musicale, si c'est bien le nom consacré) ?
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Jeu 17 Aoû 2017 - 15:37

Une vidéo de la chaîne science étonnante qui explique la construction des notes de musique, avec plein d'exemples d'écoute de notes simultanées (genre note et sa tierce etc.)
À utiliser en complément ou remplacement de ce message pour qui serait intéressé.

Les mathématiques de la musique - 25min:
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Sam 2 Sep 2017 - 19:30

Hello, une question sur les harmoniques svp.
ortolan m'avait parlé des power-chords dans le fil sur l'apprentissage de la basse et bidouiller sur le spectre des notes (oui bon, je suis pas fichu d'apprendre comme tout le monde Smile ) m'a fait me rappeler de ça. Du coup, je lisais un article sur wikipedia et c'est marqué :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Power_chord a écrit:Harmoniquement, il s'agit de l'accord le plus pauvre (stricto sensu, un comporte d'ailleurs un minimum de trois notes, un power chord est donc plutôt un intervalle); mais cette pauvreté harmonique va de pair avec une grande puissance et une grande uniformité. C'est en « son clair » que sa pauvreté harmonique est la plus flagrante ; avec une distorsion, c'est un accord très efficace, qui révèle de la façon la plus pure — précisément par sa pauvreté harmonique — la richesse de la distorsion.

[...]

Ce type d'accord n'est utilisé que très exceptionnellement dans des musiques où la richesse harmonique est capitale, comme le jazz. En revanche, dans les styles musicaux où la puissance importe plus que l'harmonie interne des accords — par opposition à l'harmonie des différents accords entre eux, qui n'est pas négligée — comme le hard rock, cet accord est très largement utilisé.

Je vais revoir la vidéo ci-dessus sur les harmoniques au cas où la lumière vienne mais en attentant, voici plein de questions.
Je mets de numéros pour permettre de répondre plus facilement à l'une ou l'autre.


  1. Est-ce que vous pouvez me donner des exemples plus précis et m'expliquer plus en détail svp pour illustrer ça, avec des quintes etc. ?
  2. Pourquoi le jazz est "riche harmoniquement" ?
  3. Pourquoi le hard-rock est puissant ?
  4. Pourquoi le power-chord "révèle de la façon la plus pure — précisément par sa pauvreté harmonique — la richesse de la distorsion" ?
  5. Qu'est ce qu'une distorsion et pourquoi on en fait une en attaquant la corde d'une guitare/basse trop fortement (vu dans une méthode de basse si j'ai bien compris bien-sûr) ?
  6. Pouvez-vous expliquer la phrase avec un mot manquant visiblement car la notion d'intervalle n'est toujours pas super super claire pour moi ! "Harmoniquement, il s'agit de l'accord le plus pauvre (stricto sensu, un comporte d'ailleurs un minimum de trois notes, un power chord est donc plutôt un intervalle)"
    -> OK, un accord comporte au minimum 3 notes, sinon c'est un intervalle car un intervalle c'est le ratio de fréquences entre deux notes, donc on ne considère que 2 notes.


Je vous remercie, je patauge un peu là Smile
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par ortolan le Dim 3 Sep 2017 - 1:21

.


Dernière édition par ortolan le Ven 22 Déc 2017 - 14:22, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 12703
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Dim 3 Sep 2017 - 17:40

Merci ortolan, grâce à ton retour, je crois que je viens de comprendre un peu mieux cette affaire !
Ah, je crois que vais enfin pourvoir reprendre ma basse sans la poser dans les 10s car elle me rappelle cette question en suspens bounce
J'étais embêté avec les accords, les mineurs et les majeurs sans trop savoir d'où ça venait, comme j'ai toujours une façon très particulière d'aborder les notions et de me bloquer comme un couillon là où la plupart des autres trouve ça simple et trivial, et passe à autre chose Smile

Donc, si quelqu'un a un mode de fonctionnement un peu alambiqué comme le mien, voici le cheminement.
Je ne comprenais pas bien des phrases comme "intervalle de quinte qui sonne logique ou évident à l'oreille", "une grande puissance et une grande uniformité". Moi j'entendais les notes mêmes jouées simultanément (sans pour autant pouvoir les distinguer et dire qui est qui), et je me disais OK oui il y a deux/trois notes, mais j'étais coincé car naturellement je les dissociais au lieu de les voir comme un ensemble.

En rebondissant sur le fait qu'un accord était juste un ensemble de 3 notes minimum, je suis tombé sur cette page https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_trois_notes, et j'ai enfin compris qu'un accord était un mélange et qu'il fallait donc le voir tel quel.

Finalement, je suis reparti en fréquences pour voir la différence entre un accord "Do majeur" (donc Do-Mi-Sol) et un power-chord Do. J'ai fait un C2-E2-G2 à la basse pour le Do-Mi-Sol, et un C2-G2 pour le power-chord Do, et voilà ce que ça donne :

Un accord Do majeur à la basse sur les cordes 1/2/3 (j'aurais pu faire sonner la corde 4 à vide mais je n'y ai pas pensé)
Solfège et théorie musicale Accord10

Un power-chord Do à la basse sur les cordes 1/3
Solfège et théorie musicale Powerc10

On voit que l'accord est "riche" harmoniquement. Il a plein de "pics" entre 0 et -10dB, mais ces harmoniques diminuent vite en magnitude. Réciproquement, on voit que le power-chord est "pauvre" car il a beaucoup moins de pics au début. En effet, le C2 et ses harmoniques (C3, G3, C4, etc.) se superposent en partie sur sa quinte G2 et ses harmoniques (G4, etc.). Ce qu'on voit en G3 est donc la somme de "bouts" de C2 et G2 (au niveau des harmoniques). C'est donc plus "uniforme" (et si je savais mieux jouer, on verrait sans doute des pics C2/G2/C3/G3 avec des valeurs proches de 0, et là l'uniformité nous sauterait au visage).

Pour ceux qui n'ont pas trop l'habitude de lire un spectre:

Les ordonnées sont en décibels. Ces résultats sont obtenus pour chaque fréquence avec la formule 20*log10(magnitudeFréquence/magnitudeFréquenceMax). C'est donc négatif car magnitudeFréquence/magnitudeFréquenceMax < 1, mais ce qu'il faut retenir, c'est le facteur d'échelle.

Si on descend de 0 à -20, on perd un facteur 10 en puissance.
Si on descend de 0 à -40, on perd un facteur 100 en puissance.
Si on descend de 0 à -60, on perd un facteur 1000 en puissance.

Les "pics" les plus hauts nous donnent donc ce qui est vraiment important dans le signal. Attention, ce n'est pas parce qu'il y a un pic que c'est important. Certains pics sont à -40dB, donc 100 fois moins importants que le pic à 0. Dit autrement, si on voit un pic pour une fréquence donnée, par exemple à 0dB sur un C2, et qu'un autre pic est à -40dB sur un C4, cela signifie que dans le signal, le C4 a 100 fois moins d'influence que le C2.
J'ai rajouté des couleurs pour me repérer dans les 12 notes d'une octave.
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Sam 14 Oct 2017 - 13:04

Salut à tous,

Une question sur les clés dans la lecture des partitions svp.

Pré-requis à la question (au cas où ça importe):
Pour moi, la clé définit une note de référence qui permet de s'aligner sur l'échelle et savoir de quoi on cause (on a une note de référence et on peut déduire la position des autres en se basant sur celle-ci même si on ne connaît pas par cœur la position de chaque note dans les différentes clés).
J'ai déjà vu des armures sur certains morceaux, mais j'ai pour l'instant compris que cela ne correspondait qu'à des indexations spécifiques des traits par octave (une autre façon de monter et d'aligner les "marches" sur les traits de portée parmi les 12 demi-tons possibles)
Au lieu d'avoir par exemple trait1=do, espace1=ré, trait2=mi, espace2=fa, ...
On pourrait avoir trait1=do, espace1=ré♯, trait2=mi, espace2=fa, ... et ainsi on n'aurait plus besoin d'altérer une note située dans l'espace1. Elle serait alors "par défaut" altérée, et ça pourrait être plus pratique pour écrire certains morceaux si cette note revient souvent.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Armure_(musique)
Donc, pour moi ça n'a pas vraiment à voir avec la question après, car ça touche aux notes au sein d'une octave (peu importe laquelle), mais aussi bien certaines choses m'auront déjà échapper ici.

Est-il juste de dire que les clés (dans leurs formes simples du coup, sans armatures ou autre subtilité qui pourrait décaler l'index "global") déterminent à la fois une note et une octave de référence de manière absolue dans les mesures ? Soit par exemple G4/sol3 pour la clé de sol, ou F3/fa2 pour la clé de fa.
Exprimé différemment par un schéma, si on ne s'intéresse qu'aux notes 'do', a-t-on toujours ceci :
Solfège et théorie musicale Allnot10

Je me demande ça car le logiciel Guitar Pro ne fait rien qu'à me perturber Smile
Pour lui une note C1 "officielle" à 32,70Hz est positionnée là où il y a la C2 dans l'image ci-dessus...
J'ai rencontré ce questionnement en utilisant le logiciel Reaper et j'ai tenté de l'expliquer dans ce message.
Du coup, je me demandais si c'était une référence absolue ou à l'initiative de l’interprète.
Par exemple, en clé de fa, il se dirait alors "OK, donc je définis un 'fa' aligné sur la ligne entre les deux points. Pour moi, ce sera un F4/fa3 même si le schéma semble dire que c'est un F3/fa2. Et comme ça, ça remonte tout d'une octave sur la portée ! Total, quand je joue à la basse sur la grosse corde de mi, ça m'évite que toutes les notes soient vraiment en dessous la portée, auquel cas il faudrait rajouter plein de petits traits et ce serait peu pratique".
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Sam 14 Oct 2017 - 17:38

OK... Bah, elle est pas mal celle-là !
J'adore le coup du "on trouve parfois un « petit huit » collé sous la clef"
Bah oui tiens, on ne va pas le mettre tout le temps sinon on risquerait de lever toute ambiguïté, et ce serait alors trop simple...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Clef_(musique) a écrit:

Octaviation


Traditionnellement, la notation musicale de certains instruments ou de certaines voix peut décaler la hauteur réelle de la note-repère — et par conséquent, de tout l’ambitus concerné — d’une octave, ou davantage, si nécessaire. Il s'agit d’une octaviation permanente.

[...]

guitare et guitare basse jouent également une octave plus bas que ne l’indique leurs clefs (respectivement de sol et de fa). Dans ce cas on trouve parfois un « petit huit » collé sous la clef : par exemple sous la clef de sol pour les parties de ténor.  Exemple de clef de Sol octaviée :
Solfège et théorie musicale Cvcudckd  
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Ven 30 Nov 2018 - 9:50

Si vous avez des interrogations sur les changements de time signature et leur implication dans un morceau (cf. plus haut par exemple), je vous recommande cette vidéo :

What Makes This Song Great? - Rick Beato:

Plus généralement, la chaîne décompose des chansons et tente d'expliquer pourquoi tel passage crée de la tension, tel autre passage est vraiment original, tel chant apparaît mélancolique etc. J'ai découvert à cette occasion les "stems" qui sont les pièces utilisées pour la production. À certains moments, on n'entend donc apparemment que les "vraies" pistes individuelles de basse, guitare, batterie, ou chant.
Je ne sais pas trop où il les trouve, mais ça serait cool d'avoir ça quand on apprend un morceau, plutôt que de s'embêter à récupérer le spectre pour essayer d'isoler tant bien que mal un instrument des autres (surtout la basse !)
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Mer 26 Déc 2018 - 20:52

Une autre vidéo pour s'ouvrir l'esprit autour de la notion rythme/time signature :
Qu'est-ce qui fait de John Bonham [Led Zeppelin] un si bon batteur ?:

En particulier, quand la batterie (4/4) n'a pas la même signature que la guitare (3/4).

Vers 5:30 a écrit:Au final, les phrases de la batterie et celles des cordes ne se synchronisent sur le temps fort que tous les douze temps

Quand je vois ça, je me dis que la batteur fait l'équivalent de 4 noires pendant sa mesure (4/4). Ça a l'air de faire "boom" régulièrement à chacune de ces noires. Dans ces conditions, le guitariste peut bien choisir de dire que sa phrase ne comporte que 3 noires par mesure (3/4), c'est purement une vue de l'esprit non ?
Je n'ai toujours pas bien intégré les temps forts en particulier quand ils viennent de la batterie. Aussi bien c'est dur de ne pas être en 4/4 parce qu'habituellement c'est le cas et qu'une synchro s’opère naturellement toutes les 4 notes quoi qu'il arrive.

Par contre vers 7:00, là c'est 4/4 sur la batterie contre 9/8 sur la guitare. Pas simple !
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Ven 28 Déc 2018 - 18:37

Hello, une autre question au cas où quelqu'un ait un bon lien ou alors l'énergie d'expliquer.

Dans cette vidéo, le gars dit des choses comme "Il passe de 3rd à Sus2 > Maj7 > Sus2" ou alors "Sus4 > Am > Root"
What Makes This Song Great? Ep.44 NIRVANA:

Je n'ai pas intégré les accords (la majorité des passages de rythme et des mesures que je connais à la basse se joue avec une corde + une frette à un instant donné, il y a très peu de passages où plusieurs cordes sont sonnées en même temps, et encore moins plusieurs frettes simultanées à la main gauche) mais j'ai déjà entendu dire de manière assez péjorative que Nirvana utilisait peu d'accords.

- Qu'est-ce que cela voulait dire ? Qu'en gros ils "accolaient" deux/trois accords différents et que cela constituait le morceau ?
- Que veut dire ces noms successifs "Flat7 > F# > D7" qu'il évoque ? Le nom des accords successifs qui sont joués ?
- Ou, est-ce une histoire de note "root" et de comment rejoindre sa quarte ou sa quinte etc. (tout bassiste étant normalement censé savoir ce que sont les notes root, mais pareil ce n'est pas encore rentré)
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Dim 2 Juin 2019 - 17:25

Un site sympa qui explique les gammes et les modes :
https://www.guitare-improvisation.com/les-gammes-et-les-modes.php

Différence mode / gamme



  • une gamme est un ensemble de notes (7 en général) qu'on joue mélodiquement, les unes après les autres.  "Jouer une gamme" signifie "jouer les notes qui composent une gamme". Certaines gammes contiennent 7 notes, d'autres 8, d'autres 5 seulement (les pentatoniques). Chacune a une couleur et une sonorité qui lui est propre. Par exemple, la gamme mineure harmonique de Do sonne oriental :
    https://www.guitare-improvisation.com/music/modes/modes_mh/mode_Cmh_I.mp3
  • un mode est une échelle d'intervalle obtenu en prolongeant et décalant une gamme existante. À gamme de base donnée (correspondant au mode I), on passera exactement par les mêmes notes selon les modes. Par exemple, au lieu de faire do-ré-mi-fa-sol-la-si-do on va parcourir ré-mi-fa-sol-la-si-do-ré si on passe au mode II (et globalement on aura joué un ensemble de note identique do,ré,mi,fa,sol,la,si dans les deux cas)
    Solfège et théorie musicale Modes-10
    D'après le site, les modes seraient antérieurs aux gammes. Comme un mode serait une façon de monter l'échelle, il serait sans doute plus logique de dire qu'une gamme est l'ensemble des notes atteintes en appliquant un certain "masque" d'échelle donné par le mode. Dans ces conditions, la gamme de Do majeur serait l'application du masque "mode I" en partant de la fondamentale Do


Différence accord / accord arpégé / arpège


À chaque fois, la base est un ensemble d'au moins 3 notes qui sonnent bien ensemble.
Premièrement, 3 notes car si on avait eu juste deux notes, cet ensemble serait appelé un intervalle. Et donc, il n'y a plus de notion d'arpège, ou accord dans ces conditions.
Deuxièmement, "sonner bien ensemble" est une façon pour les personnes ayant une certaine oreille de rapprocher des fréquences qui s'accordent bien ensemble, qui sont agréables à mélanger.
Pour les autres qui n'ont pas "d'oreille", il faudrait que les fréquences des notes (à l'octave près, donc quitte à monter ou descendre des octaves) puissent être un multiple entier l'une de l'autre.
C'est déjà le cas avec deux "La" successifs par exemple, car on nomme par la note "La" tout ce qui a une fréquence k*440 avec k une puissance de 2 soit k = 1,2,4,8 etc.

Mais également, en partant d'une fondamentale f0, la note de quinte correspondante vaut 3*f0.
C'est donc encore un multiple de la fréquence. Ainsi f0 et 3*f0 (peu importe son octave) sonnent bien ensemble.
Et on aime bien grouper ensemble ces notes, typiquement une fondamentale, sa quinte juste, sa tierce etc.

Donc partant de cet ensemble de minimum 3 notes :

  • un accord ou accord plaqué est le fait de les jouer toutes en même temps
  • un accord arpégé est le fait de les enchainer très rapidement de sorte qu'elles se mélangent progressivement.
    Cet accord semblerait beaucoup utilisé à la harpe, lié au fait que les doigts sont déjà en place sur chaque note de l'accord, et que les notes sont sonnées à la foulée
  • un arpège est le fait de les égrener une par une lentement. Seul le "souvenir" de l'auditeur peut alors apprécier qu'elles sonnent bien ensemble comme elles ne sonnent pas en même temps en principe.
    Ce sont souvent les bassistes qui déroulent les arpèges. Je n'ai toujours pas bien compris pourquoi ou tout au moins ça ne s'est pas ancré, même si il me semble bien que ça a été évoqué plus haut ou dans un autre fil.
stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par AcideMatt le Mar 18 Juin 2019 - 16:48

stv82 a écrit:Dans cette vidéo, le gars

L'excellent Rick Beato. Very Happy

stv82 a écrit:dit des choses comme "Il passe de 3rd à Sus2 > Maj7 > Sus2" ou alors "Sus4 > Am > Root"

Il est important d'acquérir des bases d'harmonie pour comprendre ce genre de choses. Un accord est un ensemble de notes jouées en même temps (en musique classique, la définition est légèrement plus restrictive). La "maison" de l'accord est sa fondamentale ("root" en anglais, à ne pas confondre avec la tonique d'une gamme), et c'est la note la plus grave dans ce qu'on appelle gentiment "l'état fondamental" de l'accord, par opposition à ses renversements ("inversions" en anglais).

La construction de base des accords fait empiler les tierces, c'est à dire qu'à partir d'un réservoir donné de notes (par exemple la gamme majeure), on en prend une sur deux. En Do majeur (do ré mi fa sol la si), on crée ainsi le do majeur (C) do mi sol, le ré mineur (ré fa la), etc. On peut bien entendu empiler 4 notes (G˚ par exemple), ou 5 (D7b9 par exemple), ou 6 (F#min9,13 par exemple), ou même 7 (BbMaj9,13,#11 par exemple), leur petit nom joli servant à décrire les notes qu'ils contiennent (et accessoirement à dire laquelle est la plus grave : C, C/E et C/G sont 3 renversements du même accord).

Lorsqu'on te donne un ensemble de notes jouées en même temps, un premier pas pour comprendre ce qu'il se passe (l'analyse harmonique du morceau) est déjà de "chiffrer" l'accord, c'est à dire de lui donner un nom afin de lui donner un sens. Ce nom n'est pas unique et dépend de ton analyse. Est-ce que tu penses un ré do mi sol comme un C/D ou comme un D11sus4 ? C'est toi qui vois, en fonction du contexte.

Pour reprendre ton exemple, si tu joues do mi sol puis do ré sol, tu peux comprendre ça comme un mouvement de la tierce (mi) qui va vers ré, qui est une suspension (sus). En effet, un accord tel que do ré sol ou do fa sol n'a pas de tierce, ni majeure ni mineure, et cette absence de caractère le rend très différent.

Toujours dans ton exemple, un accord Maj7 est un accord (majeur, sinon on préciserait "mineur") avec une septième majeure. Exemple : CMaj7 = do mi sol si.

Tout ça, c'est pour te dire dans quelle direction aller. Je peux te "sous-titrer" toute la vidéo, mais tu n'en tireras rien, ça va t'embrouiller et tu pourrais même en concevoir une dent envers l'harmonie, ce qui serait très dommage.

stv82 a écrit:Je n'ai pas intégré les accords (la majorité des passages de rythme et des mesures que je connais à la basse se joue avec une corde + une frette à un instant donné, il y a très peu de passages où plusieurs cordes sont sonnées en même temps, et encore moins plusieurs frettes simultanées à la main gauche)

Les accords sont rares à la basse, les interférences entre les faibles fréquences devenant vite audibles. C'est pour cette même raison qu'on écarte ses voicings au piano lorsqu'on se déplace vers les graves. Tout ceci est donc normal, pas d'inquiétude ! Smile

stv82 a écrit:mais j'ai déjà entendu dire de manière assez péjorative que Nirvana utilisait peu d'accords.

Nirvana, c'est du rock, et même du grunge. Leur but n'est pas une sophistication harmonique extrême mais le fait de donner beaucoup d'énergie, où d'exprimer un mal-être et une crise de sens, etc. D'où, d'ailleurs, l'emploi presque exclusif à la guitare de power chords, i.e. accords de puissance, i.e accords de quinte, composés de seulement deux notes (fondamentale et quinte), sans tierce, donc ni majeurs ni mineurs. La fonda est en général doublée à l'octave, et la quinte (la première harmonique de la fonda à être une note differente de celle-ci) n'est là que pour grossir le son. La basse varie un peu pour donner du relief, et de fait enrichit légèrement les accords, mais restons sérieux, on est très loin d'une grille de jazz !

Le nombre d'accord est lui aussi faible, et la structure des morceaux est très simple. Et avec ça, ils arrivaient à (très) bien composer, quel talent !

stv82 a écrit:
- Que veut dire ces noms successifs "Flat7 > F# > D7" qu'il évoque ? Le nom des accords successifs qui sont joués ?

Flat 7, c'est la 7ème mineure (sib si tu es en do), un F#, ben c'est la note fa# ou bien l'accord de fa# majeur (fa# la# do#), selon le contexte, un D7, c'est un ré 7, i.e. ré fa# la do...

Si tu veux que je te détaille un exemple donné de la vidéo, ce sera avec plaisir, dis lequel. Mais comme je le disais plus haut, je ne pense pas qu'il soit raisonnable de tout "sous-titrer" ici. Smile
AcideMatt
AcideMatt

Messages : 129
Date d'inscription : 09/07/2014

http://www.acide-ici.fr

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par stv82 le Dim 7 Juil 2019 - 21:39

Merci AcideMatt,

Excuse j'ai trainé à te répondre, mais je crois que je suis en train de comprendre pile-poil ce que tu expliques.
Ça faisait partie de toutes ces notions qui me bloquaient pour accepter de faire ce que tout le monde fait sans râler (genre apprendre et répéter encore et encore gammes, arpèges etc.)

À qui y verrait un intérêt,


  1. Je vous recommanderais bien une chaîne Youtube avec un prof de basse. L'harmonie y est abordée de manière accessible je trouve.
    Chaîne Youtube Bassistik
  2. Et mon résumé actuel (ultra brut) d'éléments d'harmonie :
    Code:

    - note = fait d'appeler par le même nom tout ce qui a une fréquence f = 2ⁿ*f0
      par exemple: "la" = la(440Hz) = la(880Hz) = la(1760Hz) = la(220Hz)
    - intervalle = distance entre deux notes, exprimée en tons et demi-tons
                 = 1 ou n cases sur une basse
                 = 1 ou n demi-ton
    - octave = intervalle entre une note et sa prochaine/précédente puissance de 2
      - monter d'une octave un la(440) = la(880)
      - descendre d'une octave une la(440) = la(220)
    - notes occidentales historiques = 12 notes "à peu près" bien distribuées dans une octave
      voir [[échelle pythagoricienne]] pour le "à peu près bien"
    - notes occidentales tempérées = 12 notes bien distribuées dans une octave
    - notes naturelles = 7 notes écrites sans ♭ ou ♯ (do-ré-mi-fa-sol-la-si-do)
      il s'agit d'un sous ensemble des 12 notes tempérées ci-dessus
    - notes enharmoniques = 5 notes restants écrites avec ♭ ou ♯ (do♯ == ré♭)
    - chiffrage = action de numéroter de 1 à 7 les notes naturelles
                = les 7 notes d'une gamme majeure
    | *c* | *note en do M* | *nom moderne*        | *nom classique (conservatoire)* |
    |   1 | do             | tonique/fondamentale | tonique/fondamentale            |
    |   2 | ré             | seconde (majeure)    | sus-tonique                     |
    |   3 | mi             | tierce (majeure)     | médiante                        |
    |   4 | fa             | quarte (juste)       | sous-dominante                  |
    |   5 | sol            | quinte (juste)       | dominante                       |
    |   6 | la             | sixte (majeure)      | sus-dominante                   |
    |   7 | si             | septième (majeure)   | sensible                        |
    |-----+----------------+----------------------+---------------------------------|
    |   8 | do             | tonique/fondamentale | tonique/fondamentale            |
      voir [[échelle pythagoricienne]] pour comprendre pourquoi seules les
      quintes et les quartes peuvent être justes
      - tonique = note qui donne la tonalité du morceau ou d'une mesure
                = note de départ
      - tierce = note qui vient souvent donner le caractère majeur ou mineur
        de la musique
        - majeure → musique joyeuse, vive
        - mineure → musique triste, sombre
        En effet, souvent la fondamentale et la quinte sont présents dans
        quasiment tous les accords. Ce qui nuance, ce peut-être la tierce.
      - quinte = note qui donne de la puissance
               = note qui permet de faire un power-cord combiné avec sa
                 tonique
      
    - jouer un intervalle = jouer *deux* notes différentes, par un exemple
      un demi-ton, un ton

    - gamme = pentatonique = arpège = triade: pareil sur le principe, seul
      le nombre de notes constituant l'ensemble varie

    - gamme = ensemble de notes
      - jouées les unes après les autres
      - qui sonnent bien ensemble
      - qui permettent de construire un vocabulaire pour jouer de la
        musique, comme le ferait un alphabet pour écrire des mots
    - gamme majeure = gamme avec tierce (3) *majeure*
                    = gamme avec intervalle(1,3) = 4 demi-tons = 2 tons
    - gamme do majeur = gamme des 7 notes naturelles commençant par do
      - elle est constituée d'un ton entre chaque note, sauf ½ ton après
        les notes en *i (mi et si)
        1         2         3    4         5         6         7    8
        do        ré        mi   fa       sol        la        si   do
        ├────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┤
        │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │

       ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        G  │         │         │         │         │         │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        D  │         │    6    │         │    7    │    +1   │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        A  │         │    3    │    4    │         │    5    │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        E  │         │         │    1    │         │    2    │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼

    - travail sur le manche, si fondamentale = case n d'une corde c
      - 1 = tonique = case n de la corde c
      - 2 = seconde = case n+2 de la corde c
      - 3 = *tierce majeure* = case n-1 de la corde c
        d'où l'intérêt d'avoir un petit doigt bien délié
      - 4 = quarte juste = 5 demi-tons = case n de la corde c+1
        ie. EADG ⇒ chaque corde est la quarte de celle d'avant
        - G = quarte de la D sonnée à vide
        - D = quarte de la A sonnée à vide
        - A = quarte de la E sonnée à vide
      - 5 = *quinte juste* = case n+2 de la corde c+1
      - 6 = sixte = case n-1 de la corde c+2
      - 7 = *septième majeure* = 4 demi-tons au dessus la quinte = case n+1 de la corde c+2
      - +1 = octave = case n+2 de la corde c+2

    - mineur versus majeur = adjectif accolé à une note ou un nom pour
      indiquer qu'on ne parle pas de la note mais de celle immédiatement
      avant d'un demi-ton ("abaissée d'un demi-ton"). Par défaut, si non
      précisé, il faut supposer que c'est majeur.
      Dans le tableau ci-dessus, on voit que les seules notes ayant un
      trou avant dans l'échelle majeure peuvent être abaissées pour
      rejoindre une note enharmoniques:
      - le ré = seconde majeure, peut devenir une seconde mineure → ré♭
      - le mi = tierce majeure, peut devenir une tierce mineure → mi♭
      - le fa = quarte juste, ne peut pas être abaissé
      - le sol = quinte juste, pourrait être abaissé mais ne l'est pas ?
        FIXME: apparemment si, dans des accords demi-diminués par exemple
      - le la = sixte majeure, peut devenir une sixte mineure → la♭
      - le si = septième majeure, peut devenir une septième mineure → si♭
        attention: par défaut une "7ème" tout court est mineure
        si on veut parler de la 7ème majeure, il faut être explicite 7M

    - triade = sous-ensemble d'une gamme majeure constitué des 3 notes 1,
      3 et 5 ie. tonique, tierce et quinte
      - si les notes sont jouées en même temps, il s'agit d'un accord (un
        accord à 3 sons)
      - triade majeure = triade dont la tierce (3) est *majeure*
        À SAVOIR: souvent triade majeure est simplement écrit "triade"
          1         2         3    4         5         6         7    8
         *do*       ré       *mi*  fa      *sol*       la        si   do
          ├────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┤
          │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │

    - accord = ensemble d'au moins 3 notes harmoniques jouées en même
      temps ou enchainées mais non arrêtées (let ring, donc à un moment
      elles sont toutes actives en même temps)
    - accord plaqué = accord dont toutes les notes sont sonnées en même
      temps (souvent utilisés par les guitaristes ou les pianistes)
    - accord arpégé = accord dont toutes les notes sont enchainées
      très rapidement (souvent utilisées par les harpistes)

    - inversion = façon de jouer un ensemble de notes, souvent en allant
      chercher des notes plus basses ou plus hautes (et pas seulement
      changer la première note)
      exemple: triade de do majeur do-mi-sol do-mi-sol do-mi-sol
      - triade = do-mi-sol
      - 1ère iversion = mi-sol-do
      - 2ème inversion = sol-do-mi
    - couleurs = analogies des notes avec les couleurs : il y a des
      couleurs vives et des couleurs ternes, donc des notes importantes et
      d'autres moins importantes, en tout cas plus nuancées.
    - arpège = triade à laquelle on a rajouté une 7ème majeure
      notes 1, 3, 5, 7 ie. tonique, tierce, quinte et septième
        1         2         3    4         5         6         7    8
       *do*       ré       *mi*  fa      *sol*       la       *si*  do
        ├────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┤
        │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │
      - comme pour une triade, si les notes sont jouées en même temps, il
        s'agit d'un accord (un accord à 4 sons)

    - gamme 7ème = gamme majeure avec une 7ème mineure au lieu de majeure
      NOTE: dès qu'on met septième, cela signifie que la septième est mineure !
      chiffrage: 1-3-5-7♭
        1         2         3    4         5         6    *7'*      8
        do        ré        mi   fa       sol        la   si♭      do
        ├────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┤
        │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │
      - notation: si une note est septième, notée "7" dans les accords,
        elle est mineure

    - gamme mineure mélodique = gamme avec tierce (3) *mineure*
                              = gamme avec intervalle(1,3) = 3 demi-tons = 1.5 tons
      beaucoup utilisée en jazz
      cette gamme sonne "bizarrement", voir gamme mineure septième pour
      avoir une gamme dérivée et mieux équilibrée
      - gamme do mineur = gamme de do majeur dont la tierce a perdu un demi-ton
        elle est constituée d'un ton entre chaque note, sauf ½ ton après
        les notes en _i (mi et si)
        1         2   *3'*       4         5         6         7    8
        do        ré   mi♭       fa       sol        la        si   do
        ├────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┤
        │  1 ton  │  ½ │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │

    - gamme mineure septième = gamme mineure mélodique avec 7ème (donc
      mineure comme 7ème "tout court")
      - elle sonne moins "bizarrement" que la gamme mineure mélodique,
        mais gagnerait à être altérée aussi, voir gamme mineure naturelle
      - comme les autres gammes, si la note de départ n'est pas précisée,
        prendre le do
      - gamme do mineure septième
        1         2   *3'*       4         5         6   *7'*       8
        do        ré   mi♭       fa       sol        la   si♭       do
        ├────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┤
        │  1 ton  │  ½ │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │  ½ │  1 ton  │
      - triade = do-mi♭-sol
      - arpège = do-mi♭-sol-si♭

    - gamme mineure naturelle = gamme mineure septième avec sixte mineure
      - gamme do mineure naturelle
        1         2   *3'*       4         5   *6'*      *7'*       8
        do        ré   mi♭       fa       sol   la♭       si♭       do
        ├────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┤
        │  1 ton  │  ½ │  1 ton  │  1 ton  │  ½ │  1 ton  │  1 ton  │
      - triade = do-mi♭-sol = triade do mineure septième
      - arpège = do-mi♭-sol-si♭ = arpège do mineure septième

    - triade majeure = triade dont la tierce (3) est *mineure*
      À SAVOIR: souvent triade majeure est simplement écrit "triade"
        1         2         3    4         5         6         7    8
       *do*       ré       *mi*  fa      *sol*       la        si   do
        ├────┴────┼────┴────┼────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┤
        │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │  1 ton  │  1 ton  │  1 ton  │ ½  │

    - accords
      - accord majeur 3 sons = accord majeur simple
                             = accord 3 sons tonique-tierce majeure-quinte = do-mi-sol
        exemple: Do majeur
        notations: Do, C
        attention ne pas préciser majeur avec M, sinon on pourrait confondre avec CM7 ci-dessous
      - accord majeur 4 sons = accord majeur enrichi
                             = accord 4 sons tonique-tierce majeure-quinte-7ème majeure
                             = do-mi-sol-si
        exemple: Do majeur + 7ème majeure
        notations: DoM7, Do7M, Domaj7, Do7maj ou CM7, C7M, Cmaj7, C7maj
      - accord septième = accord majeur enrichi
                        = accord 4 sons tonique-tierce majeure-quinte-7ème *mineure*
        exemple: Do majeur + 7ème (rappel écriture: 7ème == 7ème mineure, donc on peut omettre mineure)
        notation: Do7, C7
        un accord C7 est donc un accord MAJEUR avec une septième MINEURE.
      - accord mineur 3 sons = Do mineur
                             = accord 3 sons tonique-tierce mineur-quinte = do-mi♭-sol
        exemple: Do mineur
        notations: Dom, Cm, Domin, Cmin, C-
      - accord mineur 4 sons = Do mineur + 7ème (7ème "tout court" donc mineure)
                             = accord 4 sons tonique-tierce mineure-quinte-7ème mineure
                             = do-mi♭-sol-si♭
        notations: Dom7, Domin7, Do-7 ou Cm7, Cmin7, C-
    - terminologie accords
      - {lettre} = accord majeur à trois notes = 1-3-5                       eg. G
      - {lettre}m = accord mineur à trois notes = 1-3♭-5                     eg. Gm
      - {lettre}M7 = accord majeur enrichi 7ème majeure (4 notes) = 1-3-5-7  eg. GM7
      - {lettre}7 = accord majeur enrichi 7ème mineure (4 notes) = 1-3-5-7♭  eg. G7
      - {lettre}7 = accord mineur enrichi 7ème mineure (4 notes) = 1-3♭-5-7♭ eg. Gm7
    - tableau de base des accords
      https://www.bassistik.com/uploads/9/3/5/0/9350580/ecriture_des_accords.pdf
      exemple en Do
      | ACCORD | Première info | Deuxième info | Analyse                                 |
      | C      | C             |               | Accord majeur simple                    |
      | Cm     | Cm            |               | Accord mineur simple                    |
      | CM7    | C             |            M7 | Accord majeur avec une septième majeure |
      | C7     | C             |             7 | Accord majeur avec une septième mineure |
      | Cm7    | Cm            |             7 | Accord mineur avec une septième mineure |

    - gamme penta majeure
      notes 1, 2, 3, 5, 6 ie. tonique, seconde, tierce, quinte et sixte
        1         2         3    4         5         6         7    8
       *do*      *ré*      *mi*          *sol*      *la*            do
        ├────┴────┼────┴────┼────┴────┴────┼────┴────┼────┴────┴────┤
        │  1 ton  │  1 ton  │   1.5 ton    │  1 ton  │   1.5 ton    │
       http://www.gamme-basse.com/pentatonique-majeure/

       ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        G  │         │         │         │         │         │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        D  │         │    6    │         │         │    +1   │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        A  │         │    3    │         │         │    5    │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        E  │         │         │    1    │         │    2    │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
      C'est donc majeur-petit doigt, puis deux fois index-petit doigt

    - gamme penta mineure
      notes 1, 3♭, 5, 7♭ ie. tonique, seconde, tierce, quinte et sixte
        1         2         3    4         5         6         7    8
       *do*           *mi♭*     *fa*     *sol*           *si♭*      do
        ├────┴────┴────┼────┴────┼────┴────┼────┴────┴────┼────┴────┤
        │   1.5 ton    │  1 ton  │  1 ton  │   1.5 ton    │  1 ton  │
      http://www.gamme-basse.com/pentatonique-mineure/

       ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        G  │         │         │         │         │         │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        D  │         │         │    7    │         │    +1   │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        A  │         │         │    4    │         │    5    │         │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
        E  │         │         │    1    │         │         │    3♭   │
           ┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼─────────┼
      C'est donc index-petit doigt, puis deux fois index-annulaire

stv82
stv82

Messages : 400
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 37
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Solfège et théorie musicale Empty Re: Solfège et théorie musicale

Message par AcideMatt le Mer 10 Juil 2019 - 14:40

Mais ce n'est pas mal du tout, tout ça ! Smile Bravo !

Quelques petites remarques mineures, si j'ose dire Wink :
- L'enharmonie, c'est lorsque deux sons ont des noms différents (ce qui n'est pas plus pour faire joli que deux homophones ont des orthographes différentes reflétant leurs racines, note bien). Pas uniquement pour les 5 que tu cites. Exemple : Do et Si#, Si et Dob, Mi# et fa, mi et fab... Mais aussi solx (c'est-à-dire double dièse) et la, rébb et do, etc.
- Fondamentale, c'est la maison d'un accord ; tonique, c'est celle d'une gamme
- Ce n'est pas une question de nom moderne ou de nom classique, ce sont les noms des degrés de la gamme majeure et ceux des intervalles. Ex : entre ré et mi (et entre la sus-tonique et la médiante de n'importe quelle gamme majeure), il y a un intervalle de seconde majeure ; entre mi et sol (ou entre la médiante et la dominante de n'importe quelle gamme majeure), il y a un intervalle de tierce mineure ; etc.
- La tierce ne vient pas "souvent" donner le caractère majeur ou mineur d'un morceau ou passage, mais "toujours". Smile Ou, pour être plus précis, la médiante de la gamme sur laquelle le passage est construit. Ne confonds pas accords et gamme : dans l'harmonisation de la gamme majeure, 4 accords sur 7 ont une tierce mineure.
- Évite le côté "mineur=triste", c'est une ânerie proférée à tort et à travers sur le net. J'ai même râlé là-dessus dans une de mes vidéos.
- "mineur versus majeur = adjectif accolé à une note ou un nom pour indiquer qu'on ne parle pas de la note mais de celle immédiatement avant d'un demi-ton ("abaissée d'un demi-ton")" : ça ne veut pas dire grand chose, mais ce que je soupçonne que ça signifie est relativement faux, donc prudence. Smile La suite montre que tu es sur le chemin de la chose, mais c'est un peu confus tout de même, si on peut t'aider, dis-le. Smile
- Triade et arpèges ne sont pas à penser en termes de gamme mais d'accords (dont les notes ne sont pas jouées en même temps).
- Inversion est le terme anglais désignant ce que l'on appelle en français "renversement". Cela ne concerne que la basse de l'accord ! Do mi sol et do sol mi à l'octave sont deux voicings différents de do majeur en position fondamentale. Si tu mets un mi à la basse (comme note la plus grave, si tu préfères), ce sera un premier renversement (C/E) quel que soit le voicing au dessus.
- Un arpège est le nom générique que prend un accord dont on joue les notes séparément. La triade est un cas particulier d'arpège. Certains ont 5, 6 ou 7 sons, et ceux à 4 sons n'ont pas toujours une septième majeure ! (En musique moderne, la septième mineure arrive bien plus souvent).
- Gamme 7è, ça n'existe pas. Ce que tu as écrit est un mode mixolydien, 5ème mode de la gamme majeure.
- Attention, "gamme de do mineur" est assez flou, cela peut être mineur harmonique, mélodique ou naturel.
- La gamme mineure 7e, ça n'existe pas non plus. Ce que tu décris est le mode dorien, second mode de la gamme majeure.
- do-mi♭-sol est une triade do mineur. Do mineur 7, ce serait do mib sol sib.
- "triade majeure = triade dont la tierce (3) est *mineure*" : Heu... Ben non...
- On ne dit pas "accord majeur (resp. mineur) simple" mais "accord parfait majeur (resp. mineur)"

Tu es carrément sur la bonne voie en tout cas, dis-nous si on peut t'aider ! Bravo et continue à apprendre, la musique, c'est top. Smile Smile Smile
AcideMatt
AcideMatt

Messages : 129
Date d'inscription : 09/07/2014

http://www.acide-ici.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum