Des musiques qui parlent de Z.

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Kadjagoogoo le Mer 15 Avr 2015 - 20:05

laquoiboniste a écrit:Entièrement d'accord avec toi, Kadjagoogoo. Brian Wilson est un de mes héros, et "Surf's Up", loin d'être méconnu à mon sens, est, par son architecture, l'un des témoignages ("Good Vibrations" en est un autre) les plus évidents de son "instabilité" zébresque, à l'image du reste de l'album "Smile"
Dans un monde meilleur, "Surf's Up" et "Smile" (album longtemps fantomatique et donc mythique) seraient mainstream, partie intégrante de la culture de masse. Car on n'en est hélas pas encore là, contrairement à ce que tu sembles croire - de ce côté-ci de l'Atlantique, à tout le moins.  Non désolé
Ce morceau est en tous points éblouissant, intemporel, inoxydable. Et courageux, surtout. Il faut une certaine témérité pour livrer une telle oeuvre, à l'ambition vertigineuse, à une époque qui n'était manifestement pas prête à l'accueillir ("I just wasn't made fo these times" confessait Wilson dans son titre le plus autobiographique, que tu as judicieusement partagé ici).

laquoiboniste a écrit:l'album "Smile", notoirement inachevé, dont les "sessions" parues il y a quelques années fileraient le vertige à n'importe quel mélomane averti, tant il est hors du temps, ou du moins à l'avant-garde de son époque, et le serait encore à la notre. Quelque chose d'inexplicable, d'hors-norme, au bord de la rupture et pourtant d'une perfection harmonique et d'un équilibre absolus se dégage de la plupart des chansons de l'album. Brian Wilson était, à ce moment-là, au faîte de sa créativité, mais les carcans esthétiques de l'époque ainsi que les réticences farouches de son entourage ont eu raison du projet. On dit aussi que Wilson se serait un peu "perdu en route", tant sa créativité l'emmenait loin (les drogues n'ont pas aidé, de ce point de vue) et qu'il aurait lui-même été dépassé par son oeuvre, son perfectionnisme et sa quête d'absolu...Trait de "caractère" zébresque s'il en est!
En effet, Wilson culmina alors, mais un déséquilibre psychique vint alors poindre, pour enrayer cette splendide mécanique. La psyché de Beach Boy en maître était sans doute depuis longtemps précaire, sérieusement menacée par toute la complication (supra)sensible et l'auto-intransigeance que l'on connaît aux zèbres. Ajoutée à cela une colossale pression sur ses frêles épaules de symbole californien, archétype du rêve américain, illusion impossible à tenir dans ces conditions de précarité mentale et d'hypersensibilité.
Le grand Brian passait déjà pas mal de temps à barboter dans sa piscine sous l'effet des drogues lysergiques prisées à l'époque - incontournables dans ce milieu -, occupé à échafauder l'avenir fantasmatique de la pop music. Mais le danger, déjà prégnant à l'esprit d'un zèbre qui lutte constamment contre lui-même, dans un épuisant combat intime, vint de l'extérieur. Plus exactement, de la rivalité que les Beach Boys entretenaient naturellement avec les Beatles, à coups de virtuosité tubesque, de messages radiophoniques en apesanteur. Le coup de grâce, dit-on, serait venu d'une visite de l'ami McCartney, venu rencontrer son alter ego californien alors en pleine gestation de "Smile". Tandis que Wilson s'empêtrait dans une complexité harmonique toujours plus grande, s'enfonçait dans les abysses de sa créativité fiévreuse, McCartney en terminait outre-Atlantique avec l'enregistrement d'un album amené à changer le cours de la pop, un certain "Sergent Pepper's". Et il s'installa alors au piano de Brian pour lui en donner innocemment un aperçu, sous la forme d'une version dépouillée, voix-piano, de "She's Leaving Home", qui bénéficiera d'une somptueux arrangement baroque dans sa version finale, que voici :



Autour du piano, médusé, Wilson compris instantanément sa défaite, face à ce joyau brut et pourtant si raffiné, cette étoffe pop soyeuse ourlée d'évidence mélodique. Le génie à l'état pur. Pour achever de crucifier l'orfèvre pop déconfit, la petite amie de Brian, également présente, fondit en larmes devant tant de beauté confondante.
S'ensuivit alors une longue traversée du désert pour notre ami, aux prises avec son enfer tiède, irrationnellement persuadé de sa propre médiocrité.
Dieu merci, il est parfois sorti de sa torpeur pour accoucher de sommets, à peine plus modestes, comme ce tube manqué,  confectionné en 1983 pour The Honeys et magistralement repris ici par un obscur groupe américain (j'aime particulièrement le propos devenu alors plus troublant, ambigu, du fait du changement de sexe de la voix qui implore désespérément ce garçon insistant Embarassed ) :


(la version originale)

laquoiboniste a écrit:Désolé pour le pavé (et j'en rajoute!), mais Brian Wilson est une de mes obsessions personnelles, d'ailleurs j'attends avec impatience le film "Love and Mercy", qui doit sortir sous peu.
Je t'en prie : c'est un plaisir de te lire - à ce sujet, notamment - et voilà pourquoi je me suis permis de te rapporter cette anecdote que tu connaissais probablement. Elle aura peut-être permis à d'autres, ici, de mieux connaître ce génie absolu, j'ai nommé monsieur Brian Wilson. Respect

Je prolonge le partage autour d'une autre cathédrale pop, fameuse celle-là aussi (outre-Atlantique, tout au moins Rolling Eyes ), signée par un autre géant, Jimmy Webb, qui avait l'âge canonique de 21 ans (!) lorsqu'il a composé ce prodigieux monument, instant classic offert en 1968 à Richard Harris (futur Dumbledore dans la saga filmique Harry Potter ! Papy ) qui en fit un tube improbable (le morceau dure pas moins de sept minutes trente, pas vraiment conforme aux standards radiophoniques de l'époque affraid . Et même aujourd'hui : essayer de faire admettre une telle épopée, longue et biscornue, dense et intempestive ; même l'audacieux et exigeant "Paranoid android" de Radiohead, pour relativement avant-gardiste qu'il soit, fait figure de tube pop formaté comparé à ça ! Laughing ) :



Dernière édition par Kadjagoogoo le Mer 15 Avr 2015 - 21:10, édité 2 fois

Kadjagoogoo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 582
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par laquoiboniste le Mer 15 Avr 2015 - 20:22

Au temps pour moi, je savais juste que Wilson, alors en plein développement de "Smile", avait notamment été complètement soufflé par l'écoute de "Strawberry Fields Forever" et avait dû arrêter sa voiture sur le bord de la route et avait dit en substance que c'était trop tard pour lui, que les Beatles avaient déjà réussi ce qu'il voulait faire avec "Smile" (mais tu le savais sans doute, t'as l'air d'en savoir plus long que moi sur le sujet Wink ).
J'avais également entendu l'anecdote à propos de McCartney, mais je pensais qu'il s'agissait de "Martha my dear" et pas de "She's leaving home" (morceau que je n'apprécie guère, ceci explique peut-être un peu cela).
Mais "Sergeant Pepper" ayant, au contraire de l'album blanc, coïncidé avec la gestation de "Smile", c'est assez logique.
Merci pour l'anecdote, donc!

laquoiboniste
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 40
Date d'inscription : 16/12/2014
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Liloumoi le Sam 2 Mai 2015 - 21:12



Bon je l'avoue, c'est un peu de la triche puisque c'est une reprise. Mais le texte est beau et puis je l'aime bien c'est tout...

Liloumoi
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 93
Date d'inscription : 29/11/2013
Age : 17
Localisation : Bled paumé à côté d'une ville inconnue... Ah non ça c'était avant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Kadjagoogoo le Dim 3 Mai 2015 - 18:01

Liloumoi a écrit:Bon je l'avoue, c'est un peu de la triche puisque c'est une reprise. Mais le texte est beau et puis je l'aime bien c'est tout...
Il ne s'agit en fait moins d'une "reprise" que d'une adaptation (de la chanson "Je suis un homme" de Zazie). Je ne connaissais pas et j'en trouve une autre version ici :



Il s'agit de toi, Lilou, sur la première vidéo ? Cette fille semble avoir peu ou prou ton âge... Wink

Voici un morceau de l'ex-Zero 7 que j'envisage bien émaner d'une sensibilité de zèbre, avec ce "me prends pas pour une idiote, je suis plus intelligente que toi !..." En tout cas, il se dégage de cette belle chanson nerveuse, inquiète, une sensualité inquiète obsedante (cet arrangement de violon, grandiose !) :


Kadjagoogoo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 582
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Lun 27 Juil 2015 - 10:01


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Mar 28 Juil 2015 - 13:14



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Mar 28 Juil 2015 - 22:44


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par laquoiboniste le Sam 1 Aoû 2015 - 13:56


Je viens de la réécouter, et les paroles me paraissent plus éloquentes encore qu'avant.
Entre autres : "No one, I think, is in my tree".
J'avais lu une interview de Lennon où il disait, en gros, qu'à l'adolescence (et même l'enfance), il se sentait tellement en décalage et à l'écart du monde extérieur qu'il devait soit être un fou soit un génie. Cette chanson est, à mon sens, le témoignage le plus évident de ce sentiment. Peur-être la chanson la plus introspective de Lennon.
Mais Lennon a déjà été évoqué dans le fil "Artistes Z", et son "cas" ne fait pas vraiment de doute!

laquoiboniste
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 40
Date d'inscription : 16/12/2014
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Kadjagoogoo le Lun 10 Aoû 2015 - 15:30

@laquoiboniste : Si j'étais taquin, je postulerais du fait que "Les champs de fraises pour toujours" (sic) pourraient également être la manifestation d'une consommation abusive de drogues hallucinogènes ! Twisted Evil
Mais je préfère également ton hypothèse, très vraisemblable : qui viendrait sérieusement contester le fait que Lennon était un pur génie - et pas seulement dans la sphère musicale ? Wink

Je soumets Once In A Lifetime, l'hymne des Talking Heads (1980), certainement composée par un zèbre - David Byrne, le leader de ce formidable groupe singulier -, et qui évoque précisément la difficulté de se conformer à la norme, voire l'aberration que cela représente lorsqu'on porte en soi un "autre chemin" (la belle chanson de Jean-Jacques Goldman, qui parle également de cette incapacité à vivre "comme tout le monde"), que je vous soumets là :


Dans ce morceau d'anthologie, Byrne déclare (en substance) au bord de l'hystérie :

Et tu peux te retrouver à vivre dans ta cabane de chasse, à astiquer tes fusils ;
Et tu peux te retrouver derrière le volant d'une berline confortable ;
Et tu peux te retrouver dans une belle maison, avec une belle épouse ;
Et tu peux t'interroger : "Bien... Comment en suis-je arrivé là ? Suspect "

Et tu peux t'interroger : "Qu'est-ce que cette belle maison ?"
Et tu peux t'interroger : "Où cette autoroute conduit-elle ?"
Et tu peux t'interroger : "Ai-je raison ?... Ai-je tort ?
Et tu peux te dire à toi-même : "Mon Dieu... Mais qu'est-ce que j'ai fait !? Horreur "

Dans le clip fantasmatique de mon paradigme, le rejet faisait dire à un Byrne scrutant la paisible vie banlieusarde par la fenêtre d'un de ces pavillons résidentiels qu'il méprise : "Bon sang, faudrait me payer pour vivre là-dedans !" C'est fou comme ma sensibilité envahissante et galopante est prompte à s'emparer d'un objet, de projeter sur lui, d'extrapoler à partir de lui pour donner dans l'hyperbole (c'est comme ça que j'avais carrément inventé, jadis, une séquence entière du film Battle Royale, fantasme matérialisé qui venait illustrer une hantise freudienne qui avait, chez moi, apparemment grand besoin de s'exprimer, huhu ! Pété de rire ).

Kadjagoogoo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 582
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Dim 23 Aoû 2015 - 20:28


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Mar 25 Aoû 2015 - 12:14


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Dim 13 Sep 2015 - 9:41


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Dim 11 Oct 2015 - 21:04


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Liloumoi le Mar 3 Nov 2015 - 20:18

Kadjagoogoo a écrit: Il s'agit de toi, Lilou, sur la première vidéo ? Cette fille semble avoir peu ou prou ton âge... Wink

Non, pas moi, mais j'aimerais bien, un jour, mettre mes textes en musique.

Liloumoi
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 93
Date d'inscription : 29/11/2013
Age : 17
Localisation : Bled paumé à côté d'une ville inconnue... Ah non ça c'était avant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Jeu 5 Nov 2015 - 17:34




mince alors ce serait le premier psy de ma vie ? qui m'aurait appris à me construire au maximum que des bons souvenirs ? il y a presque 40 ans ?

c'est vrai que j'aurai du percuter ça faisait une grande différence d'age pour un premier amoureux à 7 ans ? pour le perdre déjà

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Jeu 5 Nov 2015 - 17:36



mais le positif c'est que demain on recommence Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Sam 7 Nov 2015 - 19:44


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Dim 22 Nov 2015 - 18:27


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Jeu 11 Fév 2016 - 22:38


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par DramaKing le Lun 11 Avr 2016 - 16:03

Very Happy


DramaKing
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 57
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 24
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Lun 11 Avr 2016 - 19:45



hypersensible va  Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Lun 11 Avr 2016 - 19:53



I love you cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Lun 11 Avr 2016 - 20:00



T'es perché ou bien ?  alien flower Rougit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par nach le Mer 10 Aoû 2016 - 20:55



Outre le titre ^^, certaines lignes comme "All deception from you" ou "Anyway you run, you run before us" m'y font penser Smile

nach
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 11
Date d'inscription : 15/02/2016
Age : 29
Localisation : Suède

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Invité le Mer 10 Aoû 2016 - 22:34


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des musiques qui parlent de Z.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum