marre de la mediocrité

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par rv le Jeu 16 Fév 2012 - 22:13

jmd:C'est la capacité de s'auto-occuper et d'être en accord avec soi-même. Wink


quand on est en accord avec soi même,
quand on n'a plus besoin de l'autre, on passe les meilleurs moments avec lui ou elle
la nécessité laisse place au partage,
il n'y a plus à prouver, à juger ou à être juger

rv
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 30/01/2012
Age : 40
Localisation : Orange

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par jmd le Ven 17 Fév 2012 - 13:00

@ cramique et rv

Tout à fait d'accord pour dire que le pli, quand il est pris, est pris à regret Sad car c'est faire le deuil, pour cette activité là du moins, de toutes une série de choses qui nous sont chères : excitation et complicité partagées, être compris, être attentionné vis-à-vis de quelqu'un d'autre, avoir du répondant, sentir du répondant chez l'autre, pouvoir être soi, être authentique, être en confiance avec quelqu'un, progresser ensemble, s''aprendre mutuellement de nouvelles choses,tout se dire, reconnaître et accepter l'autre, être reconnu et accepté.

Le mieux, c'est de faire ce qui nous intéresse avec des personnes par lesquelles nous nous sentons reconnu(e)s, compris(es) et accepté(e)s. Que faire cependant quand malheureusement un de ces éléments manque ? Soit nous nous retrouvons dans des situations où nous faisons un effort pour être acceptés socialement (et c'est le sujet d'un autre topic) soit nous faisons des choses seul(e) (et c'est à regret).

J'aimerais vous poser une question à tou(te)s les deux : qu'est-ce que vous faîtes seul(e)s, par exemple, et que vous aimeriez faire à plusieurs.?

jmd
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 800
Date d'inscription : 10/08/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par Invité le Ven 17 Fév 2012 - 13:47

Ma position est de ne me priver de rien donc je peux faire (presque) tout toute seule. (Je ne fais pas seule : sortir au cinéma le samedi soir, aller dans un resto chic le soir, aller dans un bar. Ce sont pour moi des choses qu'on fait accompagné (je précise pour moi parce que c'est personnel))

J'aime faire beaucoup de choses seule. Je m'auto occupe en effet Wink Je suis loin d'avoir un esprit grégaire.

Mais j'ai été à un concert seule et c'était vraiment peu agréable (mais oui je sais que j'aurais pu me lâcher quand même et sympathiser avec mes voisins mais bon je ne l'ai pas senti). J'aime bien voir des expositions d'art seule (je vais à mon rythme) mais il manque le partage. Je préfère aller au cinéma seule qu'à plusieurs par contre surtout pour des raisons logistiques (mais je peux aussi y aller à plusieurs de temps en temps). Je peux aller manger au restaurant seule mais c'est plus sympa de sortir à plusieurs (par contre je privilégie le midi si j'y vais seule). Je voyage seule et là je suis partagée car il y a tjs un moment où j'ai besoin de partager les émotions et les décisions. (Par contre on me dit souvent que voyager loin seul permet de plus belles rencontres donc je le ferai peut -être un jour Wink ). Je peux être hospitalisée seule mais bon c'est quand même super dur à vivre.

Spoiler:
( J'ai le sentiment qu'on reproche plus à une femme de débarquer seule quelque part qu'à un homme et je me laisse un peu guider par ce sentiment aussi mais si je le transcende le plus souvent. )

J'ai souvent été critiquée/moquée pour mes goûts et mes activités donc j'en fais peu publicité finalement. Cercle vicieux donc Smile




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par rv le Ven 17 Fév 2012 - 22:23

Jmd:"J'aimerais vous poser une question à tou(te)s les deux : qu'est-ce que vous faîtes seul(e)s, par exemple, et que vous aimeriez faire à plusieurs.?"

Jmd,
j'écoute de la musique (toutes sauf le rap et les variétés, la pop), je lis, même si je suis dans une période "sans". je cours et je fais du sport seul.
ça , ce sont les activités. Dans la solitude, je me sens posé, serein, je prend le temps, je fais des siestes. je peux rester seul avec moi même longtemps, je suis "en bonne compagnie". j'ai appris à suivre mes émotions comme ça, en les débusquant petit à petit, surtout depuis que j'ai fais ce stage d'hypnose ericksonienne. J'ai une relation très intime avec mon inconscient, ce qui fait que je suis toujours à l'aise à l'intérieur.

A plusieurs, avec des personnes choisies, bien évidement, du sport ponctuellement, on va dire orienté ludique, via ferrata, acrobranche, courses à pied, de temps en temps, des ballades. je suis d'accord avec cramique pour dire que les resto ont un coté convivial, j'ai un petit resto à suchis ou je discute régulièrement avec le patron quand il est tout seul. Des fêtes( apéro /barbecue) avec les amis, c'est un petit peu compliqué, j'ai rencontré le groupe de Z de Provence, il y a peu de temps et j'ai vraiment apprécié ce petit monde. une énergie différente, une vibration commune? sympa. J'apprécie énormément communiquer, échanger, partager. Je me sens bien en compagnie virtuelle et physique.
Les personnes avec lesquelles j'échange m'apportent beaucoup -tu peux te vanter de me faire cogiter depuis deux jours!- içi, par exemple, sur ZC, j’apprends à affiner la perception que j'ai de vous à travers vos posts, et dieu sait que c'est difficile...j’apprends à m'adresser à vous, à assouplir mon style pour que l'échange se face sans heurts....avec plus ou moins de bonheur.

Tu m'as fait réfléchir longtemps avec ton post du 15/02, tu répertories les problèmes qu'on rencontre dans la communication.
Écouter l'autre ou le lire, c'est difficile. j'ai plutôt l'impression que les gens souhaitent être écouté plutôt qu'écouter. (moi inclus)
En te lisant Jmd, j'ai l'impression que la relation fusionnelle a déjà été vécue, en tout cas elle est comme un idéal de communication-de relation- vers lequel tendre. Et pardonne moi si je me trompe, ce n'est pas faute d'essayer de te comprendre, ayant déjà vexé Cavavite en début de topic pale , je vais prendre des précautions supplémentaires. Le deuil de la relation-ou de l’absence de relation-est long, si il permet de trouver un assise à l'intérieur de soi, c'est gagné. La relation intime avec soi même peut murir.
La blessure de la relation -ou l'absence de relation-à l'autre montre la faille intime. Une relation qui ne fait pas mal et qui permet de s'ouvrir avec confiance est une chance. Il me semble Jmd que tu es prudente et que le partie de la solitude que tu as pris est une convalescence ou une peur. Accorder à l'autre le droit d’être imparfait permet de le tolérer, à votre relation de partir de ce que vous êtes ensemble. La relation fusionnelle est rare, j'ai vécu quelque chose qui s'en rapproche sans avoir pu le contrôler (la personne, le moment, la permanence ) trop rare pour que je m'attache à cela. J'imagine que vivre cela peut terrasser quelqu'un. Il y a un topic sur l'empathie qu'on a abordé avec Ayaaaahh!
Est ce une drogue, est ce si agréable à vivre pour que l'on ait l'ambition d'en faire le modèle parfait?

à bientôt



rv
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 30/01/2012
Age : 40
Localisation : Orange

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par jmd le Dim 19 Fév 2012 - 16:19

@ rv

rv a écrit:Les personnes avec lesquelles j'échange m'apportent beaucoup -tu peux te vanter de me faire cogiter depuis deux jours!- içi, par exemple, sur ZC, j’apprends à affiner la perception que j'ai de vous à travers vos posts, et dieu sait que c'est difficile...j’apprends à m'adresser à vous, à assouplir mon style pour que l'échange se face sans heurts....avec plus ou moins de bonheur.

Tu m'as fait réfléchir longtemps avec ton post du 15/02, tu répertories les problèmes qu'on rencontre dans la communication.
Écouter l'autre ou le lire, c'est difficile. j'ai plutôt l'impression que les gens souhaitent être écouté plutôt qu'écouter. (moi inclus)
En te lisant Jmd, j'ai l'impression que la relation fusionnelle a déjà été vécue, en tout cas elle est comme un idéal de communication-de relation- vers lequel tendre. Et pardonne moi si je me trompe, ce n'est pas faute d'essayer de te comprendre, ayant déjà vexé Cavavite en début de topic , je vais prendre des précautions supplémentaires. Le deuil de la relation-ou de l’absence de relation-est long, si il permet de trouver un assise à l'intérieur de soi, c'est gagné. La relation intime avec soi même peut murir.
La blessure de la relation -ou l'absence de relation-à l'autre montre la faille intime. Une relation qui ne fait pas mal et qui permet de s'ouvrir avec confiance est une chance. Il me semble Jmd que tu es prudente et que le partie de la solitude que tu as pris est une convalescence ou une peur. Accorder à l'autre le droit d’être imparfait permet de le tolérer, à votre relation de partir de ce que vous êtes ensemble. La relation fusionnelle est rare, j'ai vécu quelque chose qui s'en rapproche sans avoir pu le contrôler (la personne, le moment, la permanence ) trop rare pour que je m'attache à cela. J'imagine que vivre cela peut terrasser quelqu'un. Il y a un topic sur l'empathie qu'on a abordé avec Ayaaaahh!

Mes excuses si je ne te réponds qu'aujourd'hui ; je viens de découvrir ton message.

C'est vrai que j'ai tendance à privilégier les relations où il y a une proximité et une vérité plutôt que les contacts rapides et superficiels.

Je n'aime pas le terme "fusionnel" qui donne à croire que je ne cherche que des alter ego ou des doubles alors que je peux m'entendre avec des personnes qui sont très différentes de moi à partir du moment elles sont capables d'écoute, de compréhension et d'acceptation et à condition que je sois moi-même capable d'adopter les mêmes attitudes envers elles.

Si je me livre à des activités dans la solitude, je ne pense pas que cela soit par peur ou par prudence mais plutôt parce que ces activités n'intéressent que moi, que ce soit au niveau du contenu ou de la manière dont je souhaite m'y consacrer.

Beaucoup des personnes que je cotoie me semble vouloir traverser la vie en Ferrari ; moi je vais à pied. (C'est une métaphore). En celà je suis un anti-fast food. Là où d'autres aiment regarder la télé (qui est souvent aussi une autre forme de fast food), je préfère fabriquer quelque chose par moi-même (même si c'est hyper mal fait) ; c'est un rapport aux choses qui est différent.

Je n'essaie pas du tout de contrôler les autres (ce serait pour moi l'antithèse de l'écoute, de la compréhension et de l'acceptation) ni de les rendre parfaits (car dans le cas où ils ne me conviendraient plus).

PS : J'ai tendance à développer, à répertorier différents aspects d'un ressenti ; c'est assez habituel chez moi. Je viens de retomber sur un texte que j'avais écrit il y a deux ans sur les tableaux de Rustin (peu-être le publirais-je ici) et c'est exactement cela.

@ cramique

cramique a écrit:J'ai souvent été critiquée/moquée pour mes goûts et mes activités donc j'en fais peu publicité finalement. Cercle vicieux donc.

Est-ce que ces activités sont celles que tu as décrites plus haut (aller au restaurant, au cinéma, voyager, visiter une exposition, aller au concert) ou bien s'agit-il d'autres activités (dans la mesure où tu acceptes d'en parler).

PS : Je me demandais si tu avais vu l'exposition qui a été consacrée à Spilliart il y a quelques années à Bruxelles ; j'avais beaucoup aimé.





jmd
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 800
Date d'inscription : 10/08/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par Invité le Jeu 12 Avr 2012 - 4:33

Cherokee a écrit:Eh bien fréquente des assos engagées, va à des conférences, inscris-toi à Mensa, si tu cherches un(e) partenaire de débats...

Non ! Pas Mensa.
J'y suis et je m'y emm... complètement. C'est la Sibérie intellectuelle... Et je leur dit !!!
Il paraît que c'est de ma faute Smile Smile Smile

Pour être plus positif, un zèbre a surement besoin de faire partie d'une harde (on dit comme ça pour les équidés ?).
Faute de quoi il ne trouve pas trop d'interlocuteurs stimulants pour son cerveau toujours en activité.
De plus, sa sensibilité l'amène à percevoir les limites des autres... Qui a dit médiocrité ? Smile
Et c'est assez destructeur de voir tout cela autour de nous.

D'un autre coté, nous ne sommes que 2% de la population... Alors les rencontres ne sont pas quotidiennes quand même.
Seules les "structures" sélectives permettraient de croiser d'autres personnalités, et d'y faire des choix de partage d'idées.

Si la zèbritude est génétique, et il me le semble, les zèbres devraient rencontrer d'autres zèbres, et faire plein de petits zèbre. Moi j'en ai fait trois...
Et le ratio de 2% pourrait ensuite évoluer. Mais va falloir du temps pour cela.
Ensuite on peut discuter de l'émergence de Zebro Sapiens versus Sapiens Sapiens... Politiquement incorrect comme sujet, mais assez motivant pour ceux qui souffrent.

Pour reprendre l'expression de Ours, la rencontre avec une zèbrette (pour un zèbre) est quelque chose de fulgurant, d'incroyable, et impossible à imaginer avant ! Si la mienne lit ce passage, qu'elle en soit remerciée cat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par Invité le Ven 13 Avr 2012 - 12:37


Pour reprendre l'expression de Ours, la rencontre avec une zèbrette (pour un zèbre) est quelque chose de fulgurant, d'incroyable, et impossible à imaginer avant !

Ou alors il se passe une mise en accord tellement naturelle, qui semble tellement aller de soi, que c'est rapidement comme si elle avait toujours existé, toujours été dans l'ordre normal du monde, alors même qu'on l'a attendue près de 30 ans.

Sinon, et même en constatant la surreprésentation d'hqi dans nos relations - constatation faite a posteriori, nullement recherchée - je suis moins convaincu que jamais par la nécessité de cette adéquation de zébrature pour échapper à la médiocrité, et surtout au "toujours pareil". Les zébrures ne font pas tout et la non-zébrure ne fait pas rien. On peut être Z et néanmoins ignare et paresseux du bulbe, raisonner comme un tambour et n'être stimulant pour personne...
Bref, ce n'est pas la panacée. C'est plus chiant, mais il faut chercher de partout.
Pour ma part, c'est moins à la médiocrité que j'aimerais échapper - on est tous, à un ou des moments, des médiocres et c'est tant mieux, et puis c'est notre droit comme à tout le monde - mais à l"uniformité. Partout (même sur la partie publique de Mensa, où j'ai navigouillé) les mêmes questions, les mêmes réponses stéréotypées à l'envi, les mêmes topics, les mêmes discours, les mêmes clichés, les mêmes propos de comptoir. (Désolé, c'est mon spleen qui s'exprime). Les mêmes références, les mêmes liens vers les mêmes youtube et les mêmes articles.

Submergés sous un tsunami perpétuel d'informations, nous finissons par capituler et relayer. Tous la même chose et de la même manière.
Je me demande où trouver du nouveau. Des réponses nouvelles. Voire soyons fous des questions nouvelles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par Invité le Ven 13 Avr 2012 - 12:50

Fusain a écrit:
Pour reprendre l'expression de Ours, la rencontre avec une zèbrette (pour un zèbre) est quelque chose de fulgurant, d'incroyable, et impossible à imaginer avant !

Ou alors il se passe une mise en accord tellement naturelle, qui semble tellement aller de soi, que c'est rapidement comme si elle avait toujours existé, toujours été dans l'ordre normal du monde, alors même qu'on l'a attendue près de 30 ans.
J'aurais aussi pu l'écrire de cette manière, je l'ai vécu, et elle aussi, totalement sous ces deux aspects : fulgurance et évidence, après 30 ans d'attente...

Fusain a écrit:...même sur la partie publique de Mensa, où j'ai navigouillé) les mêmes questions, les mêmes réponses stéréotypées à l'envi, les mêmes topics, les mêmes discours, les mêmes clichés, les mêmes propos de comptoir. Les mêmes références, les mêmes liens vers les mêmes youtube et les mêmes articles...
Mensa, je l'ai déjà écrit, je m'y emmerde. C'est la sibérie de l'esprit. Pourquoi ?

Fusain a écrit:Je me demande où trouver du nouveau. Des réponses nouvelles. Voire soyons fous des questions nouvelles.
Je ne sais pas répondre aujoud'hui. j'essaie aussi, ici !

A bientôt.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Comment vas-tu ?

Message par Envol le Lun 16 Avr 2012 - 3:46

"Je me dis ainsi que je devrais arriver à tisser un réseau social autour de moi."

@cavavite
Je ne te lis plus sur ton fil pourtant tes questions continuent de raisonner pour moi... Je me demande quel est ton âge.
Envie de te dire, que tes questions en portent tant d'autres, qu'elles ne sont certainement pas simples, à lire toute la solitude sur ce forum par exemple. Je suis sensible à la notion de devoir dans ta phrase, et dans ta quête. Cette conscience de l'importance du tissus social est si touchante chez les zèbres. J'ai 35 ans, et c'était encore ma question centrale cette semaine, avec la responsabilité ajoutée d'être maman, et de le 'devoir' à mon fils. C'est là que j'avance : j'entends beaucoup plus distinctement, de jour en jour et depuis ZC, toutes les injonctions de 'fausse-aide' qui ont jalonnés ma vie. Toutes ces solutions 'patentes' pour les neurotypiques, chemins battus que j'ai empruntés en parfaite candide, et qui m'ont perdue. Ce qui me frappe dans ta recherche, c'est que tu continues de parler des autres, de te mettre à leur place, de parler de leurs fonctionnements. ça ma frappe parce que c'est au coeur de mes questions, aucun jugement derrière. Je m'étonne d'être épuisée, j'en ai souvent honte même, et depuis que je perçois l'énergie que je déploie à 'vouloir' me socialiser, mon regard change sur moi : j'ai de la compassion, et commence de cerner les sources de la culpabilité, et donc de l'inhibition. En réalité, si j'accepte les règles du jeu, je sais parfaitement me positionner, mais je dois grandir dans l'estime de moi : je suis parfaitement capable de trouver des amis et à qui parler. La popularité et son apparente protection, ça c'est un leurre pour moi : je dois stopper cette violence de 'devoir' faire mieux que les autres pour me sentir valable, me dédouaner de ma douance (!). C'est un devoir bien plus grand que de passer à une communication non-violente avec moi-même. C'est ce point que je voulais partager avec toi en passant, un peu trop fatiguée pour t'écrire plus longuement, sorry.
Un abbracio
Em'
Plus nous lèverons les jugements, et plus nous aurons d'espace

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par MichelAngelo79 le Lun 23 Avr 2012 - 19:46

cavavite a écrit:bonjour,
Ma tête ne tourne plus,ou plutot tourbillone un peu trop, je deviens "mauvaise" parceque je me rend compte que les autres me déçoivent en quelques sortes. A chaque fois c'est la même chose, rencontre avec de nouvelles personnes. je me dis toujours "tu ne prends que ce qui est bon, laisse de coté ce qui ne t 'intéresse pas chez l'autre".
Je me dis ainsi que je devrais arriver à tisser un réseau social autour de moi. Mais comme à chaque fois , je me lasse, je trouve ces relations finalement si vide et creuse que cela me mine.

Comment faites vous, vous avec les autres ? arrive t on un jour a se satisfaire de cette espèce de platitude , suis je contrainte a vivre simplement avec ma tribu ( mon mari, et mes enfants ?). J'ai tellement honte de penser comme ça. Je ne suis pas meilleure que les autres bien sur que non. Je ne voudrais pas donner l'impression d'avoir la grosse tête ou d'être suffisante parceque cela ne me ressemble pas, ça n'est pas moi.

Comment faire alors pour s’accommoder de tout cela ?


Je me retrouve en toi.
Un jour un coach m'a dit la même chose : "tu ne prends que ce qui est bon, laisse de coté ce qui ne t 'intéresse pas chez l'autre".
c'était il y a un an environ, j'ignorais complètement ce qui me touche aujourd'hui, concernant mon état.
On ne se satisfait pas de cette platitude, j'en souffre tous les jours. Les autres ne comprennent pas qu'un jour on se mêle à eux, on participe, et le jour suivant on les envoie balader. J'ai tendance désormais à fuir ceux qui me rejettent. Seuls les vrais amis me prennent comme je suis, et ne font aucun commentaire sur moi, ne posent pas de questions. J'ai largement assez d'une main pour les compter. Je le vois rarement, mais quand c'est le cas, je leur dis que je les aime.
Je suis comme toi, je me repose sur mon conjoint que j'aime plus que tout au monde. C'est la seule qui sait comment je fonctionne. Quand je suis dans ma grotte elle me laisse en paix. J'ai appris une chose avec elle, lui parler de mon mal être me fait du bien.
Le besoin d'appartenance est un pilier de la santé mentale, cependant je ne souhaite pas m'identifier à une certaine catégorie intellectuelle, ni m'investir dans une "communauté". Je trouve cela prétentieux et malsain. je préfère fouiller dans la masse des personnes que je côtoie et trouver, ça et la, une d'entre elles qui sera réceptive. De là, je passerais un bon moment de conversation. Souvent le premier regard, droit dans les yeux, permet d'ouvrir la brèche et d'entamer le dialogue.

MichelAngelo79
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 46
Localisation : Scanneur intersidéral

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par charles17 le Mar 22 Mai 2012 - 4:17

!ola!
Ne pas être avec des personnes qui sont choquées par vos pensées.voila une des possibles descriptions que je pourrais faire d'un public amical que j'aime , Z ou non Z.
même avec les plus proches amis, on se rend compte qu'il y a une hypocrisie à un moment car ils s'abstiennent de donner un commentaire ou de poursuivre un débat-conversation, dans ces cas, je me réveille le lendemain déçu par la personne car je vois ses œillères au mieux dommageables, au pire agressantes et bien trop lâches pour simplement m'en 'fiche'.

un ami allait chez un psy avant que je lui dise qu'il était certainement Z.
quand il m'a raconté que son psy était choqué quasiment constamment par ses récits, j'ai pris mon courage, mes pincettes, mon sourire, ma gentillesse et ai commencé à lui décrire ..les choses Z.
depuis , le débat est lancé, phase de déni 3/5..ça avance Smile
mais il ne voit plus son psy et est très content de cela.

J'ai rencontré mon ex (hum) le même mois ou j'ai appris ma zébritude, elle était Z en semi-déni, et notre relation était passionnante, à recommander queen


Merci pour vos échanges, TRÈS intéressants, encore une fois.

mort aux œillères !
osez, osons !

charles17
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 52
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 36
Localisation : Annecy

Revenir en haut Aller en bas

Re: marre de la mediocrité

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:50


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum