LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

s'intégrer

Message par Belena le Mer 22 Juin 2016 - 21:31

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
Belena a écrit:Coucher… voilà… ce que j'ai fait...

Je le fais tous les soirs, et ch'uis pas plus intégré ! Dent pétée
En effet, j'avais déjà 25 ans et je n'avais jamais voulu le faire…  et tout le monde ou presque avait déjà couché… Alors, j'ai choisi un beau mec pour ça… car j'avais très peur de tomber amoureuse ( j'avais eu une mauvaise expérience à 15 ans… et même avant .. à 10 ou 11 ans je pouvais tomber vraiment amoureuse, mais pour de vrai, pour la vie)…
Voilà, et  ce mec, il était déçu à cause de ma froideur … Avant, on était  sorti ensemble quelques fois, et pareil, je l'ai fait pour me dire que je pouvais " draguer" comme les autres filles, être féminine…
Je ne sais pas draguer, c'est grave, même aujourd'hui, je n'ai pas besoin ( je suis en couple)… mais si je devais le faire, je serai toujours incapable … Séduire oui, mais pas draguer… Ce n'est pas la même chose.
Draguer les mecs, c'est une autre chose que j'ai fait pour m'insérer socialement, et à la fin, j'avais un "bon niveau", mais toujours au dessus de la moyenne,  de mes copines très séductrices et sûres d'elles… Elles parlaient avec leurs proies pendant des heures avant  de sortir avec eux et ensuite ils se voyaient au moins quelques mois pour aller au cinéma, en boîte et coucher.ils parleaient le même langage émotionnel je pense, moi, je ne savais pas quoi dire, en effet, je parlais des choses trop existentielles, trop étranges pour eux, les mecs normaux…  Si je parlais trop avec eux ,  ils partaient en courant … Je parlais vite aussi... Alors, un moment donné, je ne parlais pas, je regardais un beau mec, s'il me souriait avec la musique, pas la peine de parler, et on s'embrassait tout de suite… Après, lorsqu'il me parlait, j'avais peur qu'il découvre l'imposture, et je parlais peu, très peu… Ils ne voulaient plus me voir après… ça restait un romance passager, et un soulagement pour moi.
Je pense qu' une geisha, ça m'aurait plus à l'époque… être une geisha, car je commençais à me sentir un peu comme ça lors de mes dragues… Une belle fille, cultivée , qui parle des choses étranges, et qui voulait faire plaisir aux hommes…
… La suite ressemble un peu à ça… jusqu'à ce que  je coupe avec ça à 25 ans quand j'ai passé vraiment à l'acte … c'est une drogue le sexe… ça te coupe avec tes sentiments… t'anestesie comme une drouge… je dévenais un peu adicte à ça...

Belena
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 43
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Mer 22 Juin 2016 - 21:40

Je parlais d'aller me coucher, quant à coucher tous les soirs, je serais plutôt le genre de drogué en état de manque. Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7828
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Kass le Mer 22 Juin 2016 - 21:43

Belena a écrit:Coucher… voilà… ce que j'ai fait...

ça c'est plutôt SE faire insérer.
mais je vois ce que tu veux dire.

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4723
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Belena le Mer 22 Juin 2016 - 21:53

Jaja ouiii

Belena
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 43
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pieyre le Mer 22 Juin 2016 - 21:55

De mon côté, j'avais compris qu'il s'agissait d'une promotion canapé. Excuse-moi de l'avoir pris à la légère...

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15366
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pelot le Jeu 23 Juin 2016 - 19:35

belena, je ne suis pas certain de comprendre à partir de quand ça à été une réelle erreur dans ta vie.
Je comprends bien ce que tu décris, je m'y reconnais assez, sauf que je suis un homme et que me taire face à l'étrangeté des distances entre individus me met horriblement mal à l'aise, genre comme dans un film de David Lynch (qui ressemblent à ce que je peux faire comme cauchemars) n'en déplaise au fan de ce dernier, [je n'arrive vraiment, mais alors vraiment pas à me déconnecter de moi même pour pouvoir voir ses films comme des walt disney (d'ailleurs j'ai du mal à regarder certains walt disney^^)].
Je n'arrive donc jamais à me taire...

Et pourtant je vois parfaitement ce que c'est qu'être anesthésié par le sexe(au sens propre et figuré), coupé de ses sentiments, éloigné de la réalité de l'autre aussi...Mais là je perds le lien avec l'insertion sociale, et la perte de contrôle sur la vie intime, c'est deux étapes différentes non ?

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Mécanique des fluides le Mar 28 Juin 2016 - 3:29

"Les pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement"
M'empêcher d'insulter, d'égorger, d'étriper, de vider puis d'étendre sur une corde mes collèges et mes boss mous du casque. J'aurai des regrets un jour...
Le pire, c'est d'aller à leur rythme en faisant croire qu'on est à l'aise. Le pire, c'est d'avoir la liste des solutions qui défile sur son viseur et de garder, quoi qu'il en coûte, le regard niais de la fille qui n'a aucune idée sur rien. Le pire, c'est que je ne peux même pas leur reprocher d'être cons. Ils ne le sont pas tant que ça. Ils sont juste égocentriques, routiniers, froussards et feignants. Ils n'ont pas envie de bosser réellement. Le travail, c'est trop de boulot.

Mécanique des fluides
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 34
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pelot le Mar 28 Juin 2016 - 19:09

Bousculer ses habitudes, ses repères pour bousculer un peu son point de vue, sortir du cadre pour résoudre un problème...tant d'inconfort pour ceux qui manquent de plasticité, d’adaptabilité intellectuelle ! Alors que pourtant c'est tellement plus simple, mais trop compliqué, trop difficile pour eux au fond du fond. bon parfois c'est aussi simplement un manque de conscience professionnelle et aussi un gros poil bien dégueux au creux de la main.
Je ne sais pas où tu travail, mais parfois ta stratégie est indispensable pour survivre. Après tout dépends de ce qu'on supporte. J'ai développé inconsciemment une étonnante capacité (insoupçonnée, vraiment, vu mes antécédents de bouc émissaire) à revêtir des codes réconfortants et de connivence avec des abrutit tout en les prenant ouvertement pour ce qu'ils sont...et ça passe ! Je crois que c'est passer pour un idiot non menaçant mais d'une autre manière. Mais c'est que je suis surement moins directe que toi au fond. Enfin, parfois il vaut mieux du conflit ouvert et frontal, c'est plus supportable à la longue que le long travail de sape ; surtout si tu estime tes collègues, peut être y a t il moyen de mieux vivre ta personnalité sans qu'ils le prennent contre eux.
bon courage en tout cas

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

s'insérer

Message par Belena le Mar 28 Juin 2016 - 20:25

Pelot a écrit:belena, je ne suis pas certain de comprendre à partir de quand ça à été une réelle erreur dans ta vie.
Je comprends bien ce que tu décris, je m'y reconnais assez, sauf que je suis un homme et que me taire face à l'étrangeté des distances entre individus me met horriblement mal à l'aise, genre comme dans un film de David Lynch (qui ressemblent à ce que je peux faire comme cauchemars) n'en déplaise au fan de ce dernier, [je n'arrive vraiment, mais alors vraiment pas à me déconnecter de moi même pour pouvoir voir ses films comme des walt disney (d'ailleurs j'ai du mal à regarder certains walt disney^^)].
Je n'arrive donc jamais à me taire...

Et pourtant je vois parfaitement ce que c'est qu'être anesthésié par le sexe(au sens propre et figuré), coupé de ses sentiments, éloigné de la réalité de l'autre aussi...Mais là je perds le lien avec l'insertion sociale, et la perte de contrôle sur la vie intime, c'est deux étapes différentes non ?
Ehh… je ne parlais pas d'erreur mais ce que j'ai fait pour faire comme tout le monde,être dans la société, car lorsque tu as 25 ans et tu n'as jamais couché, les gens te regardent mal, et tu n'as pas d'amis, tu n'es pas invité nul part, tu es mise à l'écart… Une personne dans ma famille avait dit à une cousine que j'étais lesbienne, alors ça m'a fait trop mal… sûrtout avant, jeune et susceptible et complexée par rapport aux autres… Bizarre la vie, petite à l'avance sur tous,je trouvais les autres si bebés en maternelle, et dû à mes prises de tête et mes remises en questions, je me trouvais bête sans avoir couché à 25 ans… Et puis tout le monde parlait de ça, dans les soirées… C'est horrible… Les autres filles si superficielles… elles voulaient juste accumuler les mecs… sans amour, rien…

Pour me couper de mes sentiments, et m'anesthésier, oui, c'est simple, j'ai trouvé une copine nimphomane, qui m'avait un peu iniciée dans les plaisirs d'une nuit. De 21 à 25 j'avais pas mal d'amants, mais sans arriver à coucher avec eux, j'avais peur des maladies et de me faire une mauvais réputation. En effet, la plupart des mecs avaient une copine et ils couchaient déjà donc ils cherchaient plutôt autre chose, des trucs plus sensuels, et secrets… Parfait pour moi!!. De plus pas d'idéalisation possible, car les relations étaient de très courte durée, on ne parlait pas beaucoup, pas trop de questions...et puis je ne souffrais pas, mes émotions restaient cachées et je pouvais avoir une vie dite normale.
Pour quoi tu te reconnais ?


Belena
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 43
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Mécanique des fluides le Mar 28 Juin 2016 - 22:58

Pelot a écrit:J'ai développé inconsciemment une étonnante capacité (insoupçonnée, vraiment, vu mes antécédents de bouc émissaire) à revêtir des codes réconfortants et de connivence avec des abrutit tout en les prenant ouvertement pour ce qu'ils sont...et ça passe !
Il existe un mode d'emploi là-dessus ? Faut que j'étudie. study
Non en vrai, même si ça m'exaspère, je préfère en rire et attendre qu'une brèche s'ouvre pour m'y infiltrer. C'est long, ça peut être très long et il me manque la patience d'attendre...
Je suis plus directe.  Radioactif

En vrai, je bosse avec des équipes composées de gens ordinaires (équipe imposée) et des équipes composées uniquement d'HPI et d'Aspi (équipe choisie). L'ambiance, l'énergie, le rendement sont si différents ; les rapports et le travail (bien que plus bordélique en coulisse) sont plus fluides, simples. Je n'ai jamais pris autant de plaisir qu'avec la deuxième équipe.

Mécanique des fluides
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 34
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pelot le Mar 28 Juin 2016 - 23:24

méca des fluides a écrit:Il existe un mode d'emploi là-dessus ? Faut que j'étudie.

Pas vraiment à ce que je sache, mais tout s’apprend, alors pourquoi pas, tente de expériences ! J'ai tellement servi de paratonnerre, j'ai développé une sorte d'intuition qui me fait réagir physiquement (expression, ton de la voie, vocabulaire) selon ce que j'imagine avoir été un apprentissage "essai/erreurs", et il se trouve que le doute est très souvent en ma faveur, heureusement car il y a une multitude de situation où le mépris, l'inefficacité ou l'incohérence me met hors de moi, et je ne peux pas m'empêcher de ramener ma fraise. Mais franchement, c'est arrivé assez récemment (après un an de quasi harcèlement par ma chef), et ce côté fausse personnalité, qui s'impose à moi pour ne pas me griller, me dégoute en même temps de moi même, donc je travail à surtout bien choisir ce que je dis et comment je le dis, pour ne pas me perdre. Un ami m'a parlé du burn-out, et parait-il, mon genre de personnalité y est sujette dans le cas où il y a une confusion entre ces différents comportement et l'identité...bref, pas brillant brillant, donc. Je referme la parenthèse.

tu attends une brèche de quelle type ? genre grosse connerie professionnelle que tu récupèrera, ou que tu aggraveras (je n'espère pas quand même!)? juste une incohérence facilement utilisable ? ou autre chose de plus personnel ?
Je ne connais pas beaucoup de travaux où l'on est libre de choisir ses partenaires excepter en libéral, je suis dans la fonction publique, lorsque j'ai un/une collègue assez vif je travail avec aussi au maximum, et en général ça roule plutôt bien, ma définition de l'organisation est : tant que tu t'y retrouves et que tu ne ralentis pas les nécessaires mises en communs ça roule. Après pour le reste on peut toujours s'adapter. Du coup tu es dans quelle branche, comment ça fonctionne ?

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par merlindavalon le Jeu 30 Juin 2016 - 17:04

Je crois que la pire chose que j'ai faite est d'avoir donné trente quatre années de ma vie à l'Education Nationale; j'ai le sentiment d'avoir été un collabo du Mammouth et du décervelage .... Mais je n'ai pas pu continuer et j'ai essayé de leur dire leurs vérités ... A ne pas faire si l'on ne veut pas être mis sur la touche. Mais j'ai osé et j'en suis fier .... Il m'a fallu 34 ans !!!

merlindavalon
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 40
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 58
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Mécanique des fluides le Ven 1 Juil 2016 - 1:25

Pelot a écrit:et ce côté fausse personnalité, qui s'impose à moi pour ne pas me griller, me dégoute en même temps de moi même
Je préfère apprendre le silence et regarder les murs. Me déguiser, je ne sais pas faire.

Pelot a écrit:tu attends une brèche de quelle type ? genre grosse connerie professionnelle que tu récupèrera, ou que tu aggraveras (je n'espère pas quand même!)? juste une incohérence facilement utilisable ? ou autre chose de plus personnel ?
Je ne connais pas beaucoup de travaux où l'on est libre de choisir ses partenaires excepter en libéral, je suis dans la fonction publique, lorsque j'ai un/une collègue assez vif je travail avec aussi au maximum, et en général ça roule plutôt bien, ma définition de l'organisation est : tant que tu t'y retrouves et que tu ne ralentis pas les nécessaires mises en communs ça roule. Après pour le reste on peut toujours s'adapter. Du coup tu es dans quelle branche, comment ça fonctionne ?
Non, du tout. Trouver le bon moment pour pointer du doigt les failles d'un projet/d'une idée sans créer de rejet chez mon interlocuteur. Ils peuvent avoir la tête dure ces interlocuteurs quand ils tiennent à leurs idées comme à leur vie... Alors, parfois, le manque d'ouverture, de flexibilité, ça m'énerve. facepalm

Mécanique des fluides
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 34
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Invité le Ven 1 Juil 2016 - 12:40

Je crois que la pire chose que j'ai faite est d'avoir donné trente quatre années de ma vie à l'Education Nationale; j'ai le sentiment d'avoir été un collabo du Mammouth et du décervelage .... Mais je n'ai pas pu continuer et j'ai essayé de leur dire leurs vérités ... A ne pas faire si l'on ne veut pas être mis sur la touche. Mais j'ai osé et j'en suis fier .... Il m'a fallu 34 ans !!!

Et si vous pensiez à tout ce que vous avez donné, de vous-même, à tous les "élèves" auxquels vous avez enseigné, non dans la forme imposée mais dans ce que vous y avez intégré de vous-même et que vous avez avez transmis ? Et cela n'est-il pas l'essentiel dans votre contribution, bien au delà de la matière à "enseigner" ?

Peut-être bien, que ce que vous avez donné représente beaucoup mieux que ce que vous pensez ; vous avez intégré des paysages de votre "planète Mars" pour vous citer, dans une planète très Terre à Taire ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Belena le Ven 1 Juil 2016 - 12:43

Bien dit!!!

Belena
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 43
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par izo le Ven 1 Juil 2016 - 13:17

Mais oui il y a des enseignants qui vont au delà de la matière et qui infusent des choses essentielles que beaucoup, muets et pourtant ravis, recueillent comme du nectar pour une implantation durable au creux d'eux mêmes. Ces enseignants là m'ont permis de ne pas sombrer.

izo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

http://nathalie.diaz.pagesperso-orange.fr/html/coups%20de%20coeu

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pelot le Sam 2 Juil 2016 - 13:28

Oui, c'est certain, mais il y a bien aussi le fait que certains misent sur des pratiques parfois démagogiques (ou/et lâches) notamment vis à vis des parents d'élèves, quel message faire passer aux élèves en terme éducatif ?

Les profs ne peuvent pas non plus compenser un système qui dysfonctionne profondément. Évidemment ils font tout leur possible pour aider les élèves, mais il est compréhensible qu'il leur soit insupportable de voir toute la casse générée par la structure, les dynamiques administratives, les incohérences pédagogiques inhérentes aux programmes et aux décalages entre primaire, secondaire, supérieur et monde de l'emploi (ou ce qu'ils identifie comme tel).

Je suis certain qu'une bonne partie (au moins) des corps d'inspection/direction/rectorat font de leur mieux pour améliorer la situation dont ils ont (je l'espère) conscience ; et même sans compter sur le terrible fait qu'il y ai des carriéristes cyniques, zélés et délétère (et vraisemblablement de plus en plus dans la société et dans les administrations) ; il n'en demeure pas moins qu'ils sont obligés d'appliquer des choix politique (et idéologiques) avec lesquels on peut être en désaccord profond.

L'idéologie didactique et pédagogique quasi-hégémonique actuellement est non seulement profondément encrée à la faculté qui influence les choix politiques et pédagogiques, mais également dans les structures et classements internationaux à forte couleur économique qui pèsent de tout leur poids sur les orientations politiques et universitaires des pays (étude PISA, OCDE...).
De plus, les choix budgétaires et de simples administrations locales sont très lourds de conséquences sur les choix politiques et la pratique des enseignements et la réussite des élèves.

On pourrait dresser une très longue liste des choses simples et qui génèrent des difficultés et inégalités entre populations ou territoires.

Alors, oui, l'éducation est la priorité budgétaire dans notre pays, et le système fonctionne toujours mieux que dans d'autres pays plus corrompus, ou "oligocrates". Mais d'une part ce n'est pas la priorité politique, et les choix sont contestables.

Un constat simple : La plupart d'entre vous, si vous avez vécu en France, et suivit des études dans la publique, que vous les ayez vécu comme un échec ou une réussite, n'oubliez pas que vous avez bénéficié de classes à 25 environ (20 au primaire), aujourd"hui la majorité des classes de lycée sont à 35 (ou plus), la majorité des classes de collège à une trentaine, tout comme les classes de primaire et de maternelle (35 n'est pas une exception)...Alors que les situations sociales, culturelles et familiales se sont extrêmement dégradées depuis...

Inclure d'avantage d'élèves est assurément un grand progrès, mais pensez aussi à l’hétérogénéité à gérer sans faire décrocher les plus faibles (à 35...). le tout avec de plus en plus de domaines d'enseignement et d'objectifs, et de moins en moins de groupes de sciences ou de langues (bien que l'on puisse identifier là aussi des choix).

Vous avez également bénéficié de professeurs bien dans leur tête, car on leur faisait confiance, on ne les culpabilisait pas sans cesse, et assez bien payés, avec des postes assez proches de leur famille. Un enseignant de primaire actuellement touche 1300 euros nets en début de carrière (rapellons niveaux M2 et concours parmi les plus sélectifs), plafonne assez vite, n'a pas de poste fixe avant 10 ans, se retrouve souvent à faire 4 quarts temps sur 4 niveaux différents et qui changent chaque année, dans des établissements différents aux quatre coins du département (sans défraiement, ou presque, et un déménagement par an)... un prof sur 3 démissionne dans les 2 ans d'après mes souvenirs...et la très grande majorité des prof des écoles pleurent au travail...même s'ils ne l’avouent pas, ça ce voit quand on y est.
Vous imaginez que ce n'est pas pour rien...
Les profs du secondaires se retrouvent dans le Nord, la région parisienne (et pas le 16ième hein)(un sur deux démissionne parfois plus suivant les affectations toujours d'après mes souvenirs), super pour faire sa vie à 24 ans (même si on adore, ce n'est pas simple).

Ma foi, j'ai l'impression que tant que tout vas bien dans les établissements élitistes ou hyper bourgeois de lyon, bordeau, paris, stasbourg, c'est que ça ne va pas si mal pour les autres enfants...

Enfin, je reste optimiste, mais je comprends que certains cherchent à se défendre, à faire aussi entendre ce qu'ils pensent lorsqu'ils pensent que l'on se tire un peu une balle dans le pied.

Rien de plus légitime.
...
même si nombre d'entre les profs sont heureux et que les réussites éducatives sont légions et ne sont pas toujours visibles ou gratifiantes.


Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pieyre le Sam 2 Juil 2016 - 14:58

J'ajoute juste un détail, concernant l'effectif des classes.

Quand j'étais en primaire (entre 1969-70 et 1973-74), nous étions successivement 21, 28, 33, 33 et 36; au collège, je n'ai pas de photo de classe, mais ce devait être une trentaine; et au lycée (entre 1978-79 et 1980-81) nous étions 35.

Et quand j'ai enseigné au lycée, dans les années 1990, je devais avoir des classes peut-être pas aussi chargées que de mon temps, mais certainement à plus de 25 élèves.

Le nombre ne posait pas de problème selon moi quand j'étais élève, parce que régnait une bonne discipline. Quand j'ai enseigné (dans des établissements parisiens assez faciles), les élèves étaient un peu plus indisciplinés sans doute, mais ce n'était pas si différent.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15366
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Pelot le Sam 2 Juil 2016 - 22:55

Ok, argument valide, (diminution globale depuis 1980, rien de plus ancien), je m'excuse donc pour l'imprécision de mon propos un peu emporté : je viens de rechercher sur le Monde et l'INSEE mais je n'ai trouvé que des moyennes.

   25,8 élèves par classe en moyenne dans le préélémentaire
   22,8 élèves par classe en moyenne dans l’élémentaire
   24,7 élèves par classe en moyenne dans le premier cycle du secondaire
   19,2 élèves par classe en moyenne dans le second cycle professionnel
   29,7 élèves par classe en moyenne dans le second cycle général et technologique (insee)

Néanmoins, pour avoir vécu cette augmentation (inexistante en moyenne) des effectifs, et le vivre encore actuellement, je peux garantir que les limites légales du nombre d'élèves maximum par classe ont été repoussées, et ne sont pas toujours respectées (même parfois officiellement par le recteur à l'échelle d'une académie, c'est dire).
Je suppose que cela est dû aux iniquités territoriales, et peut êtres à des dispositifs spéciaux (classes allégées extrêmement positives par ailleurs) qui pourraient faire chuter les moyennes. Mais je peux vous assurer que les petites sections de maternelle à 35 existent, et que les classes de lycéens à 37 aussi (jusqu’à 40 dans l'ac. de Lille a eut lieu) (tout comme les classes de collégiens à plus de 30... sans groupes de sciences expérimentales) et pas dans des établissement particulièrement calmes.
Et franchement, par rapport à ce que je vois actuellement, je ne comprends pas comment de telles statistiques sont obtenues, mais j'ai une confiance totale dans l'INSEE qui fait très bien son travail.

En attendant, nous avons un des plus fort taux d'encadrement des enfants, d’Europe, mais aussi des classes parmi les plus chargées (cf :
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPTEF07120  )

Mais ça ne change pas énormément le contenu de mon propos qui part d'un constat et d'un ressenti partagé par beaucoup d'enseignants.

Pelot
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 226
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par yop le Jeu 7 Juil 2016 - 7:02

Revz a écrit:Pour m'insérer socialement, je ne tenais pas compte des "défauts"  des personnes, n'entendais et ne m'attachais qu'au "positif",  persistant systématiquement dans une "bienveillance à tout prix".

Du coup, au bout d'un moment, il semblerait qu'on finisse par me prendre pour un con qui ne se respecte pas...
... ce qui est logique en fait, quand on fini par y penser; meme si c'est loin d'être la réalité.

Ayant compris mon tord et cet effet de bord - à prix fort- j'ai appris a poser les limites et à "regler les comptes".
Je réserve depuis ces belles attitudes, ou les limite, à ceux pour qui cela est approprié, préférant la solitude à la mise en exploitation délibérée de mes qualités par des profiteurs malintentionnés.
Disons que je fais maintenant preuve d'un "altruisme modéré", ayant pour but la protection de mon intégrité.

J aurais pu écrire la même chose en moins bien

yop
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 96
Date d'inscription : 25/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par nicolas.a le Mar 12 Juil 2016 - 20:45

Je suis sorti en boite avec des "potes" ,je me suis ennuyé ,souvent ennuyé pendant qu'ils se bourraient la gueule et après on rentrait ,je faisais souvent le clown avec un humour de merde et après je rentrais chez moi avec le même vide intérieur avec lequel j'étais parti à ces soirées.(jusqu'au jour où j'ai préféré être totalement seul parce que le vide ne disparaissait pas ,mais au moins j'étais libre)

nicolas.a
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 90
Date d'inscription : 12/11/2013
Age : 33
Localisation : montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: LEs pires choses que vous avez faites pour vous insérer socialement.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum