Le bruit de l'eau dans les gouttes

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Mer 25 Jan 2012 - 17:50

Toutes mes salutations (prenez celle qui vous plaira),

Je m'inscris parmi vous avant tout dans l'idée de répondre à un sujet dont la lecture m'a beaucoup intéressé, sur le travail. J'aime bien le ton dans l'ensemble de ce que j'ai pu parcourir, et je suis sûr que je prendrais beaucoup de plaisir à échanger avec vous.

Actuellement en thèse en sciences humaines, je me confronte à plein dans mes contradictions et me vautre allègrement dans mes nombreux points d'interrogations. Bref, ça cogite, ça angoisse, ça met la tête dans le sable, dans l'ensemble ça ne se sent pas trop bien au quotidien mais ça reste plein d'espoir... je doute mais suis vivant, donc tant qu'à faire autant assumer ma condition.

L'expression musicale de façon intuitive étant la chose m'apportant la plus forte sensation de réalisation de moi-même, je poursuis ma quête de reconnaissance sociale de mes capacités en faisant une thèse de sciences sociales qui m'est assez pénible. Je poursuis cette contradiction, comme pour me chercher cette place si insensée qu'on appelle situation sociale. Au moins j'apprends beaucoup de choses. Au moins je me dote d'une voie vers l'emploi. Au moins je me confronte à moi même et certainement tire quelque substance de cet effort. C'est du moins ce que je me raconte. Et puis pourquoi pas ? La peur de l'échec est plus angoissante que je n'aurais cru jusque là. Évidemment, je suis toujours parvenu à fuir l'échec, jusque là.

Toujours est-il que je vais voir une psy spécialisée dans le suivi d'HPI, et que oui, cela m'aide (un peu). Je trouve rigolote cette mode des parenthèses faussement euphémisantes... Very Happy

Suite à un rapide test "d'intelligence" après une réorientation post-prépa on m'a dit que je faisais partie de cette case dorée des surdoués. Ça m'a fait beaucoup de bien.
J'en ai fait part à mes parents. Ça ne leur a fait ni chaud ni froid, ne faisant que souligner qu'au moins cette rencontre était faite pour me remonter le moral etc. Ça m'a fait beaucoup de mal.
Il a fallut quelques années et le hasard des rencontres pour qu'un ami me fasse part de ses propres lectures sur le sujet. EURÊKA ! Je n'avais plus qu'à replonger mon petit Archimède dans son bain pour qu'il me fasse une jolie petite théorie qui donne un sens à tout ça mais surtout apaise un peu les brulures de l'écume des jours. Cela ne fait que quelques mois maintenant. Les choses changent lentement, et surtout sans facilité aucune. Aucune.

Ni pour, ni contre, bien au contraire, je poursuis ainsi cette voie dans mes propres pas. J'imagine que vous êtes aussi nombreux dans ce cas.

Parfois, régulièrement, souvent même, je m'aménage de belles portes de sortie toujours caduques. Elles branlent dans le cadre, toujours. J'ai mon sacerdoce, presque. Alors je revoie mes doux rêves et les mets au ban de mes possibles. Alors parfois, régulièrement, souvent même, j'ai peur et m'angoisse. Parce que je ne vois que mes limites.

Les journées sont faites de yoyos d'humeur. Dans mes pires moments de lucidité, je ne vois que ma médiocrité au regard de ce qui a déjà pu être construit de génial, dans quelque domaine que ce soit. Alors je renforce mes alertes à l'imposture que ma police politique personnel se charge de mettre en exercice. Et quand je ne trouve pas de mauvaise excuse pour dormir ou laisser glisser le temps, je remue mes rêves pour contempler l'agitation politique en mon sein.

Grand Tralala merci, je ne tombe plus dans la dépression. Je parviens à demeurer au dessus du gouffre.

A vous qui peut-être avez des ailes, voudriez-vous m'emmener pour un tour le temps de nos rencontres ? Ce n'est que du bas de la falaise que les fous de Bassan apprennent à voler. Ils observent.

Au plaisir de nos partages futurs.


Dernière édition par siddhartha le Jeu 24 Jan 2013 - 11:29, édité 9 fois

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Saphodane le Mer 25 Jan 2012 - 18:02

Grand Tralala merci
MOUAHAHAHAHAHAHA !!! xD J'adore !!!

Bienvenue à toi ! Présentation touchante, écrite très joliment. L'angoisse, j'ai l'impression que c'est le lot quotidien de beaucoup de personnes ici... Moi aussi je vais observer et essayer d'apprendre, de synthétiser.

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Invité le Mer 25 Jan 2012 - 18:48

.


Dernière édition par Loic le Sam 8 Déc 2012 - 13:31, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Invité le Mer 25 Jan 2012 - 19:49

bienvenue Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Mariie le Mer 25 Jan 2012 - 21:13

Bienvenue Very Happy

J'ai une petite question pour toi, si tu le permets: ta thèse porte sur quoi? Quel domaine des sciences sociales?

Mariie
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 53
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 24
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Maderane le Mer 25 Jan 2012 - 21:15

bienvenue à toi !
J'aime beaucoup ton pseudo ! Very Happy

Maderane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 128
Date d'inscription : 02/11/2011
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par DoomGopher le Mer 25 Jan 2012 - 21:18

Spoiler:
6 dards t'as ? ouah et bah , ca sert d'avoir des vies multiples !

Bienvenue parmis les autres !

DoomGopher
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4044
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 34
Localisation : Bordeaux

http://www.zebrascrossing.net/t2017-alashazam-vala-sproui

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par pandorine le Mer 25 Jan 2012 - 22:35

Bienvenue à toi et bravo pour le courage de ta présentation.
Bourdieu disait, mieux que moi, que l'on rêve "selon ses moyens" (était ce seulement Bourdieu d'ailleurs....)
Cette impression que l'on a que tout est possible, qu'il suffit de le vouloir et qui est sans cesse contrecarrée par la conscience de nos limites qui ne sont elles que le fruit de notre environnement, non de notre intelligence.
C'est du moins mon opinion et je la partage Very Happy
En fait j'aimerais énormément trouver le moyen de rester dans la phase tout est possible et non pas celle où j'ai l'impression d'être clouée au sol.
Mon médecin m'a dit une fois que je m'auto sabotais...sans doute avait il raison alors j'essaie d'y réfléchir et de bien me rappeler que la seule chose dont nous devons avoir peur c'est de la peur elle même..
Mais ce n'est pas si facile quand l'enjeu en est l'estime que nous avons de nous mêmes

Voilà je ne crois pas être très claire, ton message a touché quelque chose, je ne sais pas, ou ne veux sans doute pas savoir quoi mais je crois que si j'avais eu le courage de me présenter (ce qui n'a pas été le cas tant je ne pense pas avoir quelque chose d’intéressant à dire) je n'aurais pas pu mieux décrire ce sentiment de yo yo détestable alors merci à toi Smile

pandorine
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Le Chaffal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Gasta le Mer 25 Jan 2012 - 23:11

Alors tu participes aussi au forum ? Very Happy Bonne idée !

Gasta
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3383
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 63
Localisation : à l'ouest

http://www.zebrascrossing.net/t4928-dabrowski-je-vais-bien-ne-t-

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Jeu 26 Jan 2012 - 18:29

Merci beaucoup pour vos messages chaleureux.

Siddhartha est en référence au roman d'Hermann Hesse en particulier. A ce sujet, on trouve en préambule du loup des steppes (autre magnifique roman du Monsieur qui était par ailleurs je n'en doute pas HPI)... une réponse de l'écrivain à l'un de ses lecteurs. Il y expose notamment qu'il cherche à montrer des façons de vivre pour l'homme avec sa condition humaine (ce sont mes mots, pas les siens) au travers de ses romans. Pour lui ce serait même un objet fondamental de son travail d'écrivain : aider les gens à vivre en en montrant diverses façon. Dans Siddhartha, c'est l'amour qui joue le rôle de clé. A ne pas entendre comme amour chrétien, compassionnel, sinon je pense qu'on passerait à côté du propos. Mais ce n'est pas à prendre non plus comme une philosophie indianiste à deux sous que des milliers d'occidentaux sont venus revêtir pour mieux oublier leur propre condition (à mon humble avis). Ah les religions ! Un juste flou dirais-je de ce livre. C'est une bien belle friandise qui nous est donnée pour caresser une certaine philosophie de vie. Et ça ne reste qu'une proposition, alors chacun y fait sa sauce et c'est tant mieux.

Mon avatar est un dessin de Nausicäa, magnifique film de Myasaki sorti l'année de ma naissance, en 1985.

Désolé Mariie mais je ne préfère pas développer sur mon sujet de thèse, j'apprécie l'anonymat.

Et oui Gasta, c'est moi.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par 'Sphinx' le Jeu 26 Jan 2012 - 18:57

Salut à Sion, domaine des possibles!
Moi non plus je ne sais pas trop où caser mes rêves...
Bienvenue Wink
Spoiler:
J'aime bien ta présentation!

'Sphinx'
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 31
Localisation : Ici mais là aussi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Jeu 26 Jan 2012 - 22:23

C'est drôle, j'ai une sorte d'en vie irrésistible d'aborder une quantité exponentielle de sujets depuis que j'ai posé mes pattes ici.

À tel point que je m'énerve de ne pas arriver à lire plus vite certains sujets qui finissent donc par m'ennuyer avant d'avoir fini de les parcourir. Et surtout, je fais en continue tout plein d'associations d'idées sur les possibles sujets sur lesquels partager, et je me submerge moi-même de tout ce fatra fulgurant. J'ai une petite voix qui me raconte ce que je pourrais aborder, puis elle se coupe elle-même la parole par l'entremise d'une autre moi et viens virevolter ailleurs. Je vous raconte pas le vertige.

Tout ça pour vous dire merci de m'ouvrir à ce joli champs de par cet espace où l'on se comprends. On a plus BESOIN de se taire.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Lun 6 Fév 2012 - 11:52

Bonjour tout le monde !

Je suis un peu en bug en ce moment, alors j'essaye de faire sortir tout ça plutôt que de contempler tétanisé mon impuissance.

Cela m'a fait beaucoup de bien et m'a donné un coup de boost énorme de découvrir que tant de choses n'étaient pas irrémédiables, mais qu'il s'agissait d'une façon d'être avec laquelle je pouvais composer. Ça a duré trois jours. Sur mon élan ça a duré deux semaines.

En fait, je me confronte à devoir remettre en cause ce qui pourtant m'avait jusque là permis de m'en sortir. Il y a deux points principaux : les amis et l'activité principale, souvent dite "professionnelle".

Pour les amis, je m'aperçois crument combien je ne me sens pas bien avec la plupart. Je veux dire que j'ai maintenant cette sorte d'évidence irrépressible qui me remonte du ventre pour me faire voir à quel point je suis en décalage. Je croyais que je ne comprenais pas et je m'efforçais à tout prix de jouer le jeu, je m'adaptais. Mais cela n'a plus de sens. Et dans les pires des cas, j'aurais (symboliquement) envie de me trancher la gorge avec un rasoir plutôt que devoir découvrir la connerie humaine à coup de vacuités du quotidien. Je pense en particulier à tous ces propos justificatifs qui portent en évidence le sexisme ordinaire ou la reproduction d'un ordre qui installe les gens eux-mêmes dans la situation dont ils souffrent. Et comme le dit si justement ours, "perdre complètement l'auditeur à force de références et d'appui sensés stabiliser mon propos. J'ai donc patiemment (enfin autant que possible) ouvert autant de fenêtre que de termes incompris." Il fait froid dans ma maison.

Pour l'activité principale, je me confronte encore et toujours à l'incompréhension (de ce que je dois faire, et vice versa de ce que je fais qui est vu comme à côté de la plaque) et à un non sens de ce qui me fait poursuivre. Pour quoi ?
Je ne comprends pas dans le fond ce qu'on me demande de faire la plupart du temps, dans le genre "à bon, c'est que ça ?". Et quand je crois avoir saisit, c'est tellement vide que je n'arrive pas à m'y mettre. Et alors reviens ce qui me semble vraiment pertinent et que je travaille, et le gouffre s'étend avec les autres qui suivent mon travail, car ils ne voient pas où je veux en venir et croient qui plus est que je me perd dans des considérations inutiles. Or de mon point de vue ce sont leurs considérations qui sont ineptes. Certes je n'ai pas la science infuse, il ne s'agit pas de cela. A chaque fois que l'on me dit quelque chose, je l'écoute et tente de le mettre en pratique. Mais rapidement je ne comprends pas ce que je fais, j'ai besoin d'une considération bien plus large.
Mais d'une part cela m'amène vers un travail colossal à entreprendre si je souhaite aller au bout et qui risque grandement de laisser des écueils béants prompts à voir fondre sur moi les hydres de la normativité. Et ce serait un éternel recommencement de l'incompréhension.
D'autre part, j'ai toujours ce doute en moi qui s'interroge de savoir si je vais effectivement dans le bon sens, et surtout qui débouche sur un bon gros "à quoi bon ?" puisque c'est pour ne pas être compris même au bout d'efforts intenses, et que dans le fond je ne suis pas sûr que ce que j'ai peut-être trouvé ait un réel intérêt, surtout s'il n'est pas écouté.
En résumé, le savoir que je développe au travers de mon parcours de thèse ne résous rien quant à l'utilisation de mes compétences intellectuelles vis à vis de la société. C'était une sorte de reconnaissance que je cherchais au travers du doctorat. Je m'aperçois que cela m'apporte certes des choses curieusement intéressantes d'un point de vue intellectuel, mais que je n'y trouve aucun retour spécifique qui justifie mon engagement personnel.

Il y a quelques semaines, j'avais envie d'arrêter pour partir en voyage. Mais je ne parvenais pas non plus à ancrer ce voyage dans un quelconque projet me donnant justification à mes yeux et à ceux des autres. Je n'assumais pas de laisser tomber aussi. Mais laisser tomber quoi au juste ? A force de quête de reconnaissance, devrais-je m'enfermer dans une suradaptation constante où les éléments de distinction que je pourrai tirer de mon engagement personnel dans la société me donneront la substantifique moelle de l'endormissement, jusqu'à ce que mort s'en suive ? Je n'ai pas l'énergie d'exister pour juste contempler mon ombre.

J'ai beaucoup cherché le réconfort face à tout cela dans les bras d'un être aimé, façon jupes de maman certainement. Pourtant j'ai besoin de vivre par moi-même, et je ne peux pas attendre de quelqu'un ce que je ne peux pas me donner à moi-même, au risque de faire le poids mort et de souffrir le martyr le jour où j'affronterai de nouveau ma propre existence.

Les enfants semblent trouver beaucoup de force de vie de l'inconstance même qu'ils peuvent avoir de leur façon d'appréhender le monde. Je pense en particulier au métier et je te remercie Saphodane pour le texte que tu nous a présenté sur Totto-chan. Envisager plein de possibles et s'engager à fond dedans jusqu'à plus soif me fait rêver, mais le sacro-saint principe de réalité fait se confronter à l'ineptie rapidement. Comment surmonter ce que je vie comme une réminiscence puérile de mon adolescence voire de mon enfance ? La condamnation ne suffit pas voire ne sert à rien pour avancer... Pourtant j'en ai usé de la culpabilisation pour m'adapter...

Voilà, je suis preneur de vos réflexions ou expériences. J'ai été assez frappé par certains propos tenus par là. L'idées d'étapes ou de fierté m'intéressent, mais comment faire sans que cela ne passe par la reconnaissance ? Ou comment mobiliser une reconnaissance en soi-même ?


Merci sincèrement d'avoir lu jusqu'à cette ligne. Bisous

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Saphodane le Lun 6 Fév 2012 - 12:49

Ouhlà heu... Mobiliser une reconnaissance en soi-même ? J'aurais envie de dire, accepter qu'on puisse avoir confiance en soi, se forcer un peu, découvrir que ça fait du bien, ne pas avoir peur du bonheur, aussi infime fût-il, aussi fugace.

J'suis contente si Totto-chan peut tenter quelques personnes, je considère vraiment que c'est un excellent bouquin ! Très facile à lire, très parlant.

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Forelle le Lun 6 Fév 2012 - 13:42

siddhartha a écrit:A vous qui peut-être avez des ailes, voudriez-vous m'emmener pour un tour le temps de nos rencontres ? Ce n'est que du bas de la falaise que les fous de Bassan apprennent à voler. Ils observent.

Bonjour Siddharta Smile

Et bienvenue!

Je suis sous la falaise. Je n'ai point d'ailes mais des nageoires, et j'observe comment les zèbres font pour comprendre et intégrer leur zébritude.

Je suis une truite aux traits zébresques mais je peux augmenter de volume le temps indéterminé d'un compagnonnage!

Très belle journée sunny

Forelle
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 143
Date d'inscription : 21/01/2012
Age : 46
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par cerfvolant le Mar 7 Fév 2012 - 0:56

Siddharta !
Déjà, Hesse, merci.
Mais tout ton dernier message... music to my ears, comme on dit !
Je viens de parcourir moult présentations de zèbres sur le forum (je suis toute nouvelle) pour faire pour ainsi dire ma petite étude de cas, mais voilà le premier texte dans lequel je ne me "reconnais" pas, qui ne fait pas "écho"... pour la bonne raison que j'aurais tout simplement pu l'écrire moi-même, et que sa substance se retrouve quasiment mot pour mot dans certains de mes carnets (ces précieux mouroirs de poches), bien que je t'envie cette légèreté de style que je peine à retrouver... ! J'en suis à un point très similaire du tien. Certains détails existentiels très banals prennent tout d'un coup une charge nouvelle ; tu dis simplement : "Pour les amis, je m'aperçois crument combien je ne me sens pas bien avec la plupart. Je veux dire que j'ai maintenant cette sorte d'évidence irrépressible qui me remonte du ventre pour me faire voir à quel point je suis en décalage. Je croyais que je ne comprenais pas et je m'efforçais à tout prix de jouer le jeu, je m'adaptais. " et c'est précisément ce qui me hante, moi qui suis peut-être un zèbre mais qui n'en ai pris conscience que bien tard, suite à un processus d'adaptation qui me donne depuis de longues années une vie "normale" avec amitiés, études etc. apparemment sans vague ! "devoir découvrir la connerie humaine à coup de vacuités du quotidien", "sexisme ordinaire" & "reproduction d'un ordre qui installe les gens eux-mêmes dans la situation dont ils souffrent", autant de faits qui me frappent quotidiennement depuis quelque temps. ""à bon, c'est que ça ?"" peut aussi résumer mes décalages universitaires, "un bon gros "à quoi bon ?" mes ambitions dans mes phases les plus optimistes Very Happy, et je suis obsédée par cette substantifique moelle de l'endormissement, comme tu dis, l'opium du peuple dirait l'autre, au point que je ne comprend plus comment il y a quelques mois encore, sans avoir une conscience moins aigüe de tout cela, je le tolérais quand même sans problème, avec une bienveillante condescendance (!!)...

Bref, tout ceci est bien décousu et naïf, mais ton post m'a fait l'effet d'une bombe. Bienvenue chez nous Smile

cerfvolant
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 11/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Mar 7 Fév 2012 - 11:45

@ Saphodane : Oui, tu as raison, mobiliser une certaine confiance en soi sans doute. Pour moi il y a aussi une idée d'extériorité à soi-même : être capable de se montrer en capacité. Tirer de la force de son existence au monde, voire en société, et pas seulement de son amour-propre. Mais c'est peut-être illusoire, je ne sais pas.
Malheureusement je ne sais pas si je lirais ce livre de si tôt. Je me suis déjà lancé dans "Que ma joie demeure" de Jean Giono alors que partais aussi pour "L'éducation sentimentale" de Gustave Flaubert, et je ne parviens pas à y passer le temps que je voudrais. Je suis un peu tendu en ce moment.

@ Forelle : Salut à toi la truite zébrée ! Ça n'a pas du être facile de t'adapter à l'eau saumâtre dis donc ! Je suis curieux de savoir comment tu as fait. Te vis-tu désormais comme un poisson dans l'eau ? Rolling Eyes Pour les rayures, l'article wikipedia est fort intéressant :
Spoiler:
La truite de mer est la forme migratrice de plusieurs poissons de la famille des salmonidés.
Sous l'appellation truite de mer se cachent plusieurs espèces. L'espèce salmo trutta, autrement dit la truite fario, auquel cas elle est aussi appelée « la blanche », truite saumonée ou truite argentée est d'origine européenne. L'espèce de la truite arc-en-ciel est originaire des États-Unis. Au Canada, le terme truite de mer est surtout employé pour désigner l'omble de fontaine anadrome (migrateur).
La truite de mer est donc la forme ou le morphe de ces espèces, lorsque les individus migrent en mer, ce qui est facultatif pour ces espèces.
L'identification des truites de mer comme espèces ou sous-espèces distinctes, remonte à la classification de Linné. Depuis, la génétique a prouvé qu'il n'y avait absolument aucune différence génétique entre une truite de rivière et une truite de mer pour chaque espèce. Aussi étrange que ce puisse paraître, surtout quand on compare les deux poissons : la truite fario a des rayures et des points de couleurs (plus ou moins prononcés) alors que la truite de mer ressemble à... un saumon. Et pourtant, il ne s'agit que d'une adaptation au milieu, l'expression d'un polymorphisme et non d'une famille différente.
De même, le saumoneau qui, petit, ressemble fort à une fario, se transforme visuellement en « poisson blanc » au moment de sa dévalaison. Cela s'appelle la smoltification. Il en va de même lors de la dévalaison de certaines truites, qui de fait, deviennent des truites de mer, avec un aspect similaire à celui des saumons.
Je serai ravi de discuter un brin à la surface des choses. Heureusement, comme tout fou de Bassan qui se respecte, je ne mange pas de truites. C'est le maquereau que je préfère. Et si vous nous aviez vu plonger par milliers pour nous faire un banc de maquereaux, croyez bien que vous auriez bien envie de vous en faire pousser vous aussi des ailes. Ces grandes ailes blanches tirant vers le noir, d'une envergure indécentes et même pas foutues de nous faire nous poser proprement sur la terre. Alors on dors en l'air et des fois on se pose, pour discuter avec de drôles de truites. Ça y est, j'ai commencé à essayer de voler. Je balbutie. Je barbote. C'est pour bientôt le grand départ, alors je m'efforce de comprendre et m'essaye aux exercices périlleux dus à ma condition. Déjà, la chute du haut de la falaise est un sacré souvenir ! A tel point que je ne m'en souviens plus exactement. Faudrait-il être fou pour se jeter ainsi ?
Pour le plaisir petite truite, je te présente une vidéo que j'ai tourné l'été dernier en voyage vélo en Gaspésie, Québec. Il y avait une île avec une colonie de 100 000 fous. Ils pêchaient. Inoubliable !
Spoiler:
Les videos vimeo ne fonctionnent pas sur le forum, alors il faut aller par là : http://vimeo.com/30374406

@ cerfvolant : Merci beaucoup pour ces compliments. C'est très gentil de ta part.
Tu m'amènes à préciser un point important, car bien évidemment mes propos teintés d'amertume pourraient paraître bien aigres.
J'aime les gens. Cela pourrait se résumer à cela. Et j'en fais partie. Je crois sincèrement que tout un chacun peut apporter énormément de choses à l'autre. C'est bien pour ça que la force de l'amour comme principe de vie me parle autant dans Siddhartha. Et il y aurait certainement des milliers de lignes à noircir sur ce seul point. Parfois en amour, il faut aussi savoir se confronter pour s'affirmer soi-même, et justement éviter l'amalgame ultime d'une fusion stérile en l'autre. Pour moi, la vie est bien dans cette dialectique en quelque sorte. Je dis ça mais j'ai encore beaucoup de mal à suivre cette voie, terrorisé du conflit que je suis.

Je dois dire aussi que j'ai longtemps pris pour un problème de situation sociale ce qui relève en fait de la zébritude. Je m'interdisais mes goûts et mon dégoût pour ce qui ne me correspondait pas sous prétexte de violence symbolique illégitime de ma position sociale (classe moyenne éducation nationale). Certes il y a des enjeux de domination, mais je découvre combien il ne s'agit pas que de cela. En quelque sorte je focalisais sur l'enveloppe de ma souffrance sociale.

Mes propos concernaient donc bien le chaos qui se produit en moi du fait de l'importance que prend désormais la notion de zébritude dans ma vie. Il ne s'agit pas d'une prise de distance façon maldoror ou qui que ce soit d'autre. Le romantisme m'a déjà violé plusieurs fois, il est stérile. Mais alors que je discutais naïvement avec les goélands du bas de la falaise en croyant que là était ma place, je ne voyais pas que certains bouffaient déjà les plus résignés de mes jeunes congénères et qu'eux aussi partaient souvent s'envoler je ne sais où, à leur manière propre. Je crois bien que c'est en volant que nous aurons des choses à nous dire. Cela n'a pas de sens pour moi de rester cloué à la flotte, au risque de me voir dépérir. Je me ferais mangé à demi fébrile par les mêmes que je fréquentais avec l'espoir de la métamorphose. Il faut que j'apprenne à voler. Rester ici à hurler même contre les autres pour leur expliquer mon point de vue ne servirait à rien. Nous ne parlons pas la même langue. Et même une fois en l'air, je crois bien qu'il s'agira surtout de prendre mon pied à jouer avec tout le monde, dans ce grand farta tout bleu du ciel et de la mer. Personne n'a le rôle/droit d'éclairer les masses. Et réciproquement. C'est ce que j'aime ici : tout le monde (ré)apprend en permanence à voler. Il y a des façons de faire, mais pas de vérité. Et chacun se modèle.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Nanana le Ven 10 Fév 2012 - 19:40

Voilà, je suis preneur de vos réflexions ou expériences. J'ai été assez frappé par certains propos tenus par là. L'idées d'étapes ou de fierté m'intéressent, mais comment faire sans que cela ne passe par la reconnaissance ? Ou comment mobiliser une reconnaissance en soi-même ?

As-tu lu le fil sur Dabrowski? Tu m'as l'air mûr pour y trouver de quoi t'alimenter (et je ne dis pas ça pcq tu te nourris de bonne musique Wink)

http://www.zebrascrossing.net/t355-theorie-de-la-desintegration-positive-de-dabrowski?highlight=dabrowski

Nanana
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1979
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 47
Localisation : bxl, ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Ven 10 Fév 2012 - 19:46

Merci bien Nat, je vais tâcher de faire un tour par ça.
Et comme je ne veux pas flooder le topic sur l'humeur et que criminellement tu m'as replongé dans Nick Drake, je ne peux m'empêcher de poster ici une autre chanson du Monsieur. C'est peut-être mon éternel penchant pour les choeurs qui me fait faire ça... qui sait.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Nanana le Ven 10 Fév 2012 - 21:34

Alors la boucle est bouclée, c'est ton Tim Buckley qui a rappelé Nick Drake à mon bon souvenir Very Happy

Nanana
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1979
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 47
Localisation : bxl, ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Invité le Sam 11 Fév 2012 - 17:11

Je t'ai envoyé la suite comme promis Wink Ça fait quelques pages...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Dim 12 Fév 2012 - 4:15

Les choses changent.

Aujourd'hui j'ai passé une excellente journée.

Dès le réveil le lit m'enveloppait tendrement de sa chaude douceur.
Puis j'ai revu un pote pas vu depuis longtemps, et nous avons passé un bon moment. À nous balader, du fond du coeur.
En retrouvant ce pote je croisais déjà par hasard la belle de mon coeur qui m'attire comme la lumière un oiseau.
Puis un petit jam musical entre potes s'est offert à moi. L'un m'a proposé une soirée. C'était énorme et plein de ce que j'aime.
Comble de ce qu'on appelle la chance, j'y ai même retrouvé l'amie lumineuse alors que je flottais là-bas.

Et je ne rentre même pas dans les milliard de détails qui font de ce jour calendaire un bien bel espace dans l'enchevêtrement de mes pensées.

Oui, J'ai passé des moments bof.
Et je me suis pris la tête avec l'acuité de l'habitude. Acérément.

MAIS aujourd'hui les choses me glissaient (presque) dessus. J'ai retrouvé cette douce façon de vivre que j'avais en voyage vélo au Québec : ces magnifiques évidences qui viennent du fond de l'être et feraient presque douter de la non existence de Dieu.

Je me suis montré en capacité de vivre avec moi-même plutôt qu'en me réfugiant constamment dans l'analyse angoissée. Bien sûr je ne me suis pas dompté. Mais la vie a été belle aujourd'hui, et j'éprouve le besoin de vous faire part de ces premiers bouts de reconnaissance que je suis enfin parvenu à mettre bout à bout.

L'amie éblouissante n'a pas finie dans mes bras. Elle dansait pourtant, devant moi et à moins de distance qu'il n'en faut pour m'avoir rendu fou. Et plus près encore. Les codes, eux, auraient voulu que je sois plus entreprenant. Et ils ont raisonné en moi vous pouvez me croire, comme un acouphène. Mais je ne comprend que très peu à cela. Et j'étais déjà bien, alors... Je ne sais pas qui j'aurais rencontré, mais ce n'aurait définitivement pas été moi. Et qu'importe car, j'ai bien rêvé. Les pas que j'ai mené m'ont remplis d'une ivresse fantastique et d'un bien insatiable.

Alors je vous souhaite le meilleur en ce froid moi de février. J'avance sur le chemin de ma rencontre, et déjà je commence à me reconnaître.

Je vous embrasse tous autant que vous êtes. Parce que vous l'avez bien mérité. Bisous

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Ven 24 Fév 2012 - 20:50

Me voilà dans l'aéroport. J'ai cette tension qui me maintient, dans cet espace surprenant, en suspens. Ce soir je dors en Angleterre, sur des couvertures chez un ancien batteur de punk DJ drum 'n bass. De quoi commencer un séjour. J'ai peur. Je dois l'avouer ici. J'aimerais mais ce serait ridicule. Alors je le livre à moi-même. C'est déjà bien.

Par instant j'ai comme des ajustements de conscience. Il fait bon être moi. À d'autres l'angoisse me maintient. En tension. Saisis à la gorge. La certitude du vide. L'inconscience autour de tout. Je pars pour seulement trois mois et cela fait quelque chose. Enfin je grandis, par moi-même. Je suis fier de moi en un sens. Et pourtant j'ai peur. Une goutte de tension maintenue en l'air par la prouesse de la gravité. Je suis vaporeux. J'ai toujours rêvé être un oiseau. Mais je me répète. C'est que j'aime surtout me raconter des histoires. C'est beau les histoires.

Il s'agit à présent de remettre les choses à leur place. C'est à dire en mouvement. J'ai pourtant l'impression de n'être que fragments dissociés sans rencontre. Une jolie boule fractale.

Je sais qu'ici d'autres frémissent de pareilles angoisses saisissantes et non conformes. C'est pourquoi je vous livre ces derniers instant en France pour mes quelques mois à venir. Toujours moi.

A bientôt.
Une bien belle nuit à vous. Je vous regarde depuis là haut.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par siddhartha le Jeu 8 Mar 2012 - 0:21

Et toujours cette foutue boule dans la gorge...
Une betterave cuite joue au bilboquet avec ma pomme d'Adam.

siddhartha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 31
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Saphodane le Jeu 8 Mar 2012 - 1:16

Bon voyage, bon courage, ne pas se laisser trop porter par l'angoisse, mais essayer de s'ancrer dans l'instant, un peu, de temps en temps.

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bruit de l'eau dans les gouttes

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum