présentation

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Lun 13 Aoû 2012 - 21:49

Spoiler:
A 14 ans, j’étais déjà grande, malgré moi. Malgré tous les stratagèmes permettant de soumettre le corps et le temps à ma volonté, de prolonger la théorie et le grand saut vers la mise en pratique. Il était temps d’agir, enfin. A partir de 14 ans, je ne voulais plus que l’on fête mon anniversaire, je mentais sur mon âge, j’essayais tant bien que mal de tendre des pièges dérisoires aux années qui passent, mais mes châteaux de cartes s’écroulaient les uns après les autres. Et c’est là que les ennuis commencent, quand la tension entre idéaux et travers humains devient trop forte pour que l’on puisse l’ignorer. Quand il est plus facile de se cacher, plus facile de se décevoir soi-même car on l’a décidé que de se décevoir soi-même malgré nos efforts. Car la vraie déception, ce n’était pas pour moi d’échouer lamentablement à Sciences-Po (au contraire, cela me permet indirectement d’être « mieux que tous ces petits fils de pute, regardez comme je suis rebelle, je me vante de rater Sciences-Po »), mais de ne rien faire de vrai, de juste, de bien. De ne pas m’engager avant d’entrer à l’université comme ces jeunes Anglaises de 18 qui nettoient les bidonvilles de Manille avant de faire le tour du monde en stop, qui auront un truc à raconter à leurs copains avant d’entrer comme directrices marketing chez Mark&Spencer, boire des cosmo en sandales à talons, avoir des cheveux blonds lisses, une bouche maquillée subtilement avec le Gemey Maybelline Perfect Pencil Tenue 10h. Mes cheveux étaient ternes, mes baskets trouées, le labello rendait mon menton luisant, et je n’avais rien fait. Pire, dans le fond, je ne voulais rien faire, en un mélange de paresse, de peur, et de pré-désillusion, sachant que je serais dégoûtée par la nature bassement humaine des gens que je pourrais sauver, et qu’inévitablement je retrouverais en moi. Un paradoxe intérieur insoutenable qu’heureusement l’alcool et l’auto-mensonge (« je suis sur des rails, autant y rester ») me permettaient d’atténuer, avec des épisodes plus ou moins ténébreux ou lumineux.
Puis j’ai rencontré des gens heureux. Comment faisaient-ils ? Tournés vers eux-mêmes, vers le calme intérieur, vers la méditation, la prière. Le moine prie-t-il pour l’humanité ? Un point les reliait tous, l’acceptation des choses. J’ai envie de dire, choquant n’est-ce pas ?

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Renarde20 le Mar 14 Aoû 2012 - 4:26

Bisous

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par BR le Mar 14 Aoû 2012 - 20:13

Cela m'inspire, Lola, mais je ne sais pas trop comment, à vrai dire.

Laisse-moi mûrir, me mets pas la pression, etc. et je te répondrai M-A-G-I-S-T-R-A-L-E-M-E-N-T.

En tout cas plus que Kiss ne le ferait. Et comme il est banni, j'ai la voie libre.

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par ♥ El Castor ♥ le Mar 14 Aoû 2012 - 20:41

Moi aussi.

J'ai lu, j'aimerais répondre.

Mais répondre à une femme comme toi implique d'être au sommet de son art et de sa forme.

C'est interessant en tout cas de lire les ressentis d'une personne dont on ne peut se mettre à sa place. J'imagine que comme tu étais seule, enfant unique, tu avais besoin de te sentir utile à quelqu'un, à ceux qui souffrent.
C'est "etonnant" je trouve de vouloir souffrir à la place des autres, d'avoir conscience et presque honte de se savoir privilégiée par rapport à d'autres, je trouve ça beau.

♥ El Castor ♥
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2153
Date d'inscription : 05/03/2011
Age : 30
Localisation : X

http://www.zebrascrossing.net/t2312-spoilerusine-a-reve-ou-machi

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par BR le Mar 14 Aoû 2012 - 20:56

En fait, je trouve pas ça étonnant, Castor !

Au contraire, j'ai vécu (je vis ?) toujours la même chose, vouloir souffrir à la place des autres.

Sentiment d'imposture, un peu : pourquoi suis-je né dans une famille qui a de quoi vivre, en France, alors que d'autres naissent en Corée du Nord etc etc etc

Donc, volonté d'être à leur place, pour "réparer l'injustice"

Enfin, je voulais répondre ça mieux, mais tu me spoiles, bâtard.

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par ♥ El Castor ♥ le Mar 14 Aoû 2012 - 21:06

lol

Non mais ok, c'est intéressant.
Notamment pour moi qui ne suis pas du tout dans la même position, je suis plus du coté du martyr égoïste "regardez comme j'ai souffert...soyez jaloux".
Et en fait là où je me reconnais c'est dans la forme de plaisir qu'on peut éprouver quand on souffre, on peut se complaire là dedans, aimer les jours de pluie etc

Es-tu née un jour de pluie, lola ?
Brutus ?

♥ El Castor ♥
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2153
Date d'inscription : 05/03/2011
Age : 30
Localisation : X

http://www.zebrascrossing.net/t2312-spoilerusine-a-reve-ou-machi

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par BR le Mar 14 Aoû 2012 - 21:11

Ah, Castor je veux bien que tu développes ta théorie de martyr égoïste !

Pour le jour de ma naissance, je ne sais pas : tu parles de la première ou de la résurrection ?

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Mar 14 Aoû 2012 - 21:13

C'etait une froide nuit d'hiver en tout cas. "Je suis sure qu'il y avait du blizzard"

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Harpo le Mar 14 Aoû 2012 - 21:16

Ce que je lis dans ce très beau texte, c'est autre chose que l'étonnement, le sentiment d'imposture ou l'injustice. Ce besoin de malheur, il me semble qu'il s'apparente plus au besoin de vivre, vraiment, des émotions réelles, en opposition à la petite vie de l'enfant à qui il n'arrive pas grand chose. L'imaginaire est bien plus excitant que le réel, surtout à un âge où l'on est si peu influent sur sa vie, sur ses choix. La dépendance crée l'ennui, on veut bien plus que ça...

Et le malheur est si romantique Wink

Mais je projette peut-être un peu trop...

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Mar 14 Aoû 2012 - 21:27

Merci tous de penser a moi, je vous repondrai quand j'aurai un clavier et des choses a dire.

Quant a toi Harpo, "tu n'as pas tort, ce con"

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Ringodes&les40bisous le Mar 14 Aoû 2012 - 21:35

Moi aussi, j’attends une réponse à mon silence admiratif.

Miaouuouu

Ringodes&les40bisous
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 519
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Message par Guest le Mer 15 Aoû 2012 - 21:27



Dernière édition par Tom le Sam 25 Aoû 2012 - 18:23, édité 3 fois

Guest
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Invité le Mer 15 Aoû 2012 - 21:50

Bonjour,

Tes textes me font penser à ça :

http://www.centrebouddhisteparis.org/Bouddhisme/Texture-realite/souffrance-cachee.html


Il parle tout d'abord de quelque chose qui est plaisant pour nous mais qui implique la souffrance d'autres personnes ou d'autres êtres. Habituellement, nous ne pensons pas à cela. Si nous sommes « bien », nous ne nous occupons pas trop des autres. Pour prendre l'exemple commun de la consommation de viande, beaucoup de gens aiment manger de la viande et ne se préoccupent pas trop des souffrances de la vache, du cochon, de l'agneau, du poulet ou de l'infortuné animal dont il s'agit. La plupart du temps, l'esprit conscient ignore simplement cela : il continue à manier joyeusement fourchette et couteau sans du tout penser à la souffrance des animaux. Mais l'esprit inconscient le sent. Très souvent, l'esprit inconscient est plus sage que l'esprit conscient. Vous ne pouvez pas tromper l'esprit inconscient. Vous pouvez repousser certains faits peu plaisants hors de l'esprit conscient, mais alors ils descendent dans l'inconscient, et y restent tout le temps. Du fait de cette connaissance inconsciente (dans les profondeurs de nous-mêmes nous savons que notre plaisir a été acheté au prix de la souffrance d'autres êtres vivants), il y a une sensation inconsciente de culpabilité.

Cette sorte de culpabilité est la source d'un grand malaise, d'une grande anxiété, d'une grande souffrance. E. Conze donne un exemple assez commun, l'exemple de la richesse. Il dit qu'il a connu un grand nombre de personnes riches, qui presque toutes avaient peur de devenir pauvres. Aussi étrange que cela paraisse, une personne pauvre n'a pas peur de mourir de faim ou de quelque chose comme cela (Je connais des gens, en Inde, qui ne savent parfois pas d'où viendra leur repas du lendemain. Mais vous ne les verriez pas s'en inquiéter : ils sont parfaitement souriants, parfois même heureux.) Mais les gens riches, dit E. Conze, ont souvent peur de perdre leur richesse et de devenir pauvres. Et il continue en disant que ceci est dû au fait qu'inconsciemment ils sentent qu'ils ne méritent pas de l'avoir. Leur inconscient dit : « Cela devrait m'être pris », et l'esprit conscient s'inquiète, disant : « Peut-être cela va-t-il m'être pris. » Des sentiments inconscients de culpabilité sont souvent présents à l'esprit de la personne riche car elle sait, même si son esprit conscient le nie avec force, qu'elle a acquis cette richesse de diverses manières peu honnêtes, en causant directement ou indirectement de la souffrance à d'autres personnes. Elle ressent souvent un besoin d'auto-justification. Elle dit : « Si je suis riche et si d'autres sont pauvres, c'est parce que j'ai travaillé plus dur ; les autres sont paresseux et ne sont bons à rien. » Parfois, le sentiment de culpabilité devient vraiment très fort. Des mesures drastiques sont alors requises pour le soulager. Les mesures peuvent même consister à donner une partie de cette richesse. La personne riche s'en sépare d'une partie sous forme de don. Souvent, elle donne de l'argent aux hôpitaux, ce qui est assez significatif car les hôpitaux soulagent la souffrance. Cela suggère que la personne compense la souffrance qu'elle a causée en acquérant la richesse, par un don d'une partie de celle-ci pour diminuer la souffrance dans les hôpitaux. Cette sorte de don est ce que l'on appelle « l'argent de la conscience ». Si l'on a affaire à des organisations religieuses, on apprend rapidement combien commun est l'argent de la conscience. Parfois c'est une simple enveloppe dans la boîte aux lettres, portant la mention « D'un donateur anonyme ». Vous savez alors que la conscience de quelqu'un le mord vraiment.


Il y a aussi Nietzsche a propos d'une autre partie de tes textes:

Le désir de souffrance]:
Quand je songe au désir de faire quelque chose, tel qu'il excite et stimule sans cesse des millions de jeunes européens dont aucun ne supporte l' ennui pas plus qu'il ne se supporte soi-même-je comprends qu'il doit y avoir en eux le désir d'une souffrance quelconque pour en tirer une raison probante d'agir et de justifier l'action.
La détresse est nécessaire! D’où les criailleries des politiciens, d' ou les les prétendues "crises sociales" de toutes classes, aussi nombreuses que fausses, imaginaires, exagérées et tout cet aveugle empressement à y croire.
Ce que réclame cette jeune génération, c'est que ce soit de l' extérieur que lui vienne et se manifeste-non pas le bonheur-mais le malheur; et déjà son imagination s'affaire d'avance à en former un monstre, afin d'avoir ensuite un monstre à combattre.
Si avides de détresses, ils se sentaient la force de se faire intérieurement du bien, la force de se faire violence à eux mêmes, ils sauraient aussi intérieurement se créer intérieurement une détresse propre et personnelles. Leurs inventions seraient alors plus fine, et leurs satisfactions auraient la résonance d' une musique de qualité: tandis qu'a présent le monde retentit de leurs cris de détresse, et ils ne le remplissent que trop souvent du seul sentiment de détresse!
Ils ne savent que faire de leur propre existence- et ainsi ils évoquent le malheur d'autrui: ils ont toujours besoin des autres! Et toujours d'autres autres!
Pardonnez moi, mes amis, j'ai osé évoquer mon bonheur

Au pire ça n'a rien a voir avec la choucroute mais j'ai pas l'impression.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Guest le Lun 27 Aoû 2012 - 8:56



Dernière édition par Magox le Sam 13 Oct 2012 - 4:14, édité 1 fois

Guest
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Ven 12 Oct 2012 - 23:20

Puisque l'humeur est à la ponte, puisqu'il est vendredi soir et que demain j'ai pas école, puisque j'ai bien mieux à faire, puisque j'ai un problème de lobe frontal et que je veux faire comme vous, j'ai décidé que c'était mon tour de pondre un oeuf. Pas un oeuf de poule, un bel oeuf beige, propre et brillant. Un oeuf d'oiseau merdique, un oeuf de pigeon ? avec la plume qui colle encore à cause du caca collé dessus, un oeuf que personne ne voit et qu'un renard va bouffer sans y penser. Certes, c'est étrange pour un chat, pondre un oeuf, me direz-vous. Mais la nature est pleine de surprise.

Je ne me sens pas proche de vous. Je ne me sens ni incomprise ni supérieure ni entourée de teubés incompétents. C'est plutôt exactement l'inverse. Je ne comprends pas l'autre. Je crois l'empather, alors que je m'empâte dans des mdd grossiers qui, comme leur nom l'indique, ont pour but de me protéger de la vérité: mon auto-aveuglement de compassion n'est qu'un vernis ridicule sous le monstre palpitant de l'égocentrime extrême qui patiente en-dessous, et qui est malheureusement notre lot à tous. Je ne suis pas supérieure. Ma vie n'est qu'une vaste supercherie. Vous réussissez “par erreur”, en brillant tdahiens qui préfèrent sauter de toit en toit, racler les égoûts ou traîner dans les bars à pute le whisky dans une main et le désenchantement dans l'autre, au lieu de travailler. Et pendant ce temps, pendant que vous vous roulez dans la fange de l'ennui avec désespoir et mal de vivre, je note mes petites fiches, je fais mes exercices, je me lève à 8h et je prends ma douche, je fais ce qu'on me demande, petite fourmi servile, vaillant petit soldat du bonheur de la tâche accomplie. Je ne bois pas car ça fait grossir. Je ne fume pas car ça donne des rides. Et qui voudrait encore de moi, alors? Je fais des études brillantes et je me demande souvent comment ça serait si j'avais juste fait des études bien. Je suis capable de reproduire de la merde joliment enrobée sur des pages et des pages et ça passe comme une lettre à la poste. Je suis capable de débiter des âneries entrecoupée de blagues sur le petit Gregory à des étudiants qui mettent leur vie entre mes mains, scrutée par des regards endormis, ou, au mieux, incrédules. Je suis capable de dire merci quand on me félicite pour la énième fois pour mon sérieux, qui n'a pourtant rien du talent. A chaque fois j'ai envie de hurler “mais au secours, ça ne peut pas être ça, connard d'enculé, toi aussi tu fais semblant d'y croire quand tu me dis que c'est bien, car sinon ça serait avouer que toi aussi tu es bâti sur un château de cartes de mensonges et d'auto-illusions, aie au moins les couilles de me le dire au lieu de me mettre la main sur l'épaule”. Mais je ne partirai pas. Car on m'aime quand on croit que je travaille bien, et c'est le principal. Je ne suis pas entourée de teubés. Je suis une sorte d'ovni provocateur frustré incandescent mais aussi froid et coupant comme la glace. J'ai mis mes oeillères et je fonce tout droit, tête baissée, et je ne regarde pas qui suit, et de toute façon ça ne m'intéresse pas. Je fais semblant de faire ce qu'on me dit, et qui me soupçonnerait, moi, la gentille sérieuse sur qui on peut compter? J'aurais été un bon nazi. J'aurais surveillé les 110 000km de voies ferrées françaises jour et nuit et houspillé les 482 aiguilleurs pour qu'ils soient à leur poste à cinq heures du matin. J'aurais marché droit et loin, du moment qu'on m'aurait donné des médailles et une tape sur l'épaule. Ouais ok, nazi ça veut pas dire ça, mais au secours, osef. Mais j'aurais aussi été un mauvais nazi (comment savoir lequel des deux l'emporte?) car je n'y aurais pas cru dur comme fer. J'aurais été consciente de faire le boulot pour la médaille, j'aurais été sincèrement désolée pour tous ces enfants juifs qui mourraientt d'une asphyxie lente et douloureuse. Mais allez, après tout, comment savoir? Ne jugeons pas trop vite.
Ma vie ne part pas en couilles. J'ai un boulot, un appart, I walk the line. Je ne suis pas rock n'roll. Je fais tout à moitié. Je fume à moitié, je baise à moitié, je ne suis même qu'à moitié anorexique, à moitié pseudo-lesbienne, qu'à moitié drôle et qu'à moitié déprimée, qu' à moitié jolie. Je conduis à 138 sur l'autoroute. Même pas pour le genre. Mais parce que l'incongruité, la vanité et le néant de la prise de risque m'ennuient avant même d'y arriver. Ou alors c'est ce que j'essaie de me faire croire. Je ne suis accro à rien, ni à l'adrénaline, qui rend ses dépendants palpitants et chevaleresques de l'impossible, ni aux endorphines, qui font courir tous ces suceurs de joggeurs du dimanche, ni à la sérotonine des meufs pseudo-normales, (mais qui l'est?) qui bouffent du chocolat en cachette à trois heures du mat. Je peux me lever en plein après-midi, me planter devant un collègue-pseudo pote, et lui dire “s'il te plaît, tue-moi”, en faisant semblant au bout d'un dizième de secondes que c'est une blague, tout en gardant au fond de moi que c'est pas une blague, mais tout en sachant que si, c'en est une, car franchement qui a envie de souffrir et de crever sans savoir ce qu'il y a derrière?

Au secours, vous me dégoûtez tous avec votre mal-être poseur empathe incertain malheureux tristitude. Alors qu'on sait bien tous qu'au fond on est que des enculés égoïstes programmés pour survivre, et donc, logico-bio-médicalment, pour rabaisser et mépriser ceux qui nous sont inutiles. On est tous des connards. Mais parfois, j'ai juste du mal à l'assumer car “au secours je ne veux pas être encore eux”, mais c'est parce que j'ai pas encore voulu comprendre que je n'avais pas vraiment le choix. Même l'enfant africain qui crève de faim avec ses jouet fabriqués en bouchon de jerrican à essence balancés par les fenêtres des 4x4 rutilants des seigneurs du pétrole après qu'ils aient écrasé sa petite soeur, même lui c'est un connard. Enfin, je crois.

D'habitude je me dis que j'ai pas le droit de juger car “je n'ai pas souffert”, mes parents ne m'ont pas battue avec des fils électriques hors d'âge pour ensuite me vendre à un tenancier de bordel crasseux en faisant semblant de croire que c'était un marchand de tapis. Ca, c'est dans mon autre vie. Mais là j'ai envie de dire merde, de vous cracher à la gueule avec votre malheur, car au final on baigne tous dedans, bordel ou pas.

Allez, ce post vain n'appelle évidemment aucun commentaire, j'avais juste envie d'avoir l'impression de faire quelque chose “qui paraît sortir de l'ordinaire”, alors qu'en fait, bien sûr, il n'en sort pas. Tout a été dit, fait, pensé. Même Eratosthène en -200 c'était un bg trop balèze. Sans compter tous ceux que l'Histoire, dans son rouleau compresseur factice et injuste, ne retiendra pas.

Enfin, ne l'avais-je prédit à Brutus? “Dans deux semaines, je toucherai violemment le bas du sinus, car j'aurai terminé mes deadlines inutiles et vaines mais qui avaient le mérite de m'occuper”. Voilà, j'y suis, je ponds une bouse inutile, j'ai l'impression d'avoir fait quelque chose. Rien de nouveau sous le soleil. Que la roue continue de tourner, de toute façon ce n'est pas moi qui vais y changer quelque chose.

Amen mes frères et mes soeurs.

Cot cot codec

PS: Ah si, j'ai fait quelque chose d'utile cet été. J'ai porté haut les couleurs de la poulitude en amenant ma brave équipe (de boulets) à la victoire au son “d'à-tchic à-tchic -à tchic? Cot cot cot!”
Intrinsèquement, c'est ce dont je suis la plus fière, disons ces....huit derniers mois.

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par siamois93 le Sam 13 Oct 2012 - 21:11

:-)

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Waka le Lun 15 Oct 2012 - 16:31

Aller, c'était pas inutile, ça m'a fait marrer, et ça aussi, ça occupe.

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Invité le Mar 16 Oct 2012 - 13:22

Bah je "l'aime bien" ce texte et "marrer" n'est pas le terme que j'aurais employé.

Il n'en est pas moins "inutile" à tes yeux pour autant j'en suis parfaitement conscient.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Waka le Mar 16 Oct 2012 - 15:32

(Marrer pas dans le sens de moquer hein, marrer dans le sens: c'est tellement parlant que j'ai souri d'un air entendu de bout en bout. En fait, j'ai adoré ce texte, mais je peux pas le dire car j'ai pas envie de donner l'impression de faire du léchage de bottes)

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Mar 16 Oct 2012 - 15:36

(ça tombe bien je suis un chat potté)

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par BR le Mar 16 Oct 2012 - 15:41

Leche les miennes, alors, Lili

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Mar 16 Oct 2012 - 15:43

Brutus: "ton post m'inspire, je vais faire une réponse grandiose".

Trois jours plus tard: ça
par Brutus Raskolnikov le Mar 16 Oct 2012, 16:41
Leche les miennes, alors, Lili

Tirez-en les conclusions que vous voudrez.

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Mor_IsH le Mar 16 Oct 2012 - 16:02

HA HA HA !

J'adore cette violence, ça pue la vie à plein nez.

ça me donne envie de jeter de l'essence sur des bébés chat tout blanc, de les regarder tousser en crachant le kérozène qui est rentré dans leurs petits poumons, tout en fumant une Malboro et de jeter mon mégot sur eux en me retournant.
Je marche en les écoutant gémir et c'est génial.


Mor_IsH
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 402
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 36
Localisation : 93

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Lola the cat le Mar 16 Oct 2012 - 16:15

De toutes façons, les chats sont les pires des enculés de leur race. Ils ne pensent qu'à tuer et mutiler cruellement. C'est bien pour ça que j'en suis un.

Ceci dit, pas sûr que ton chaton ait le temps de gémir.

Lola the cat
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 30
Localisation : coucouche panier

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par BR le Mar 16 Oct 2012 - 20:00

Tu pars en République tchèque sur un coup de tête, tu as des expériences """"alternatives""""", tu es experte en astrologie, tu as les cheveux rouges, tu ne couches pas avec moi.


===> tu as des particularités exceptionnelles.

Allez, je sais bien que tu étais d'humeur pondeuse, que le fatalisme a un côté romantique, mais ce pavé n'est pas lucide !

Car, on est PAREIL. On, c'est pas toi et moi, hein, c'est "les coqs en général".

Enfin, ce sentiment de ne vivre les choses qu'à moitié, d'être un imposteur, de se demander si les autres savent qu'ils jouent un rôle, c'est ce qu'on se dit tous.

Alors, pourquoi te sens-tu différente ? Parce que tu galères officiellement moins ? Parce que t'es pas immatriculée TDAH ?

Mais allez, quoi. (J'ai envie de dire "Mais allez, mec" mais bon, je peux techniquement pas)

Tu réussis à bosser et pas nous...Faut pas retourner la situation : c'est toi qui as raison. Tu vas plus loin que nous. Nous, on dit "rien n'a de sens, on ne fait rien". Toi, tu arrives à dépasser ce pleurnichanisme et à te sortir les doigts du cul (spécial dédicace). Ca ne t'enlève aucunement ta particularité.

Car oui, tu es particulière. Tu es EXCEPTIONNELLE. Enfin, merde, j'en connais pas des nanas comme toi, moi ? T'es un coq, et un coq, c'est pas féminin normalement ?

T'es brillamment drole, t'es brillamment brillante, t'es brillamment hypersensible, t'arrives à pleurer devant le reportage sur les lamentins de Thalassa. Ce n'est pas un vernis quelconque à ton égocentrisme. Oui, tu es égocentrique, et alors ? Nous le sommes tous. Tu en es consciente, c'est tout.

Et tu n'es pas perverse. Tu es juste sur un chemin dont tu ne connais pas le déroulement. Tu as tout fait "pour faire plaisir aux autres", en l'occurence tes parents. Et tu deviens adulte, et tu te rends compte que ça ne t'épanouit pas. Eh bien, tu as 26 ans, t'en as encore des années pour faire des choses pour toi. Phytothérape si tu veux, ou élève des chèvres dans le cantal, j'en sais rien, fais ce dont t'as envie. T'as juste peur d'être toi-même, comme nous tous.

Bref, je pavette comme une bouse, il me reste trois minutes avant que le match commence.

Moi je t'aime comme t'es parce que t'es pas comme les autres.

Bisous

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: présentation

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum