Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Lun 2 Jan 2012 - 15:17

Bonjour… Je suis consciente que le titre peut paraître quelque peu agressif ou présomptueux mais je viens de comprendre au fil de mes récentes lectures sur les zèbres que non, « ils » ne font, disent pas ça juste pour m’emmerder, ou parce qu’ils ne m’aiment pas, ou parce qu’ils sont fondamentalement méchants ou malhonnêtes… C’est juste qu’on n’est pas fait pareils et que ce que je reçois n’est pas ce qu’ils m’envoient.
Je n’ai pas été testée, j’ai bien fait quelques tests de QI en ligne, qui vont dans un sens très ascendant, mais bon ce n’est pas tout bien sûr… Mais j’ai la certitude absolue d’être une zèbre. Je viens de parcourir différents sujets, présentations de ce forum et il y a un million de trucs au niveau du ressenti que je pourrais avoir écrit moi-même.
Je vais me présenter, j’y viens, c’est pour ça que je suis dans cette rubrique… C’est difficile de se présenter, quand on me demande de me présenter je voudrais pouvoir passer le DVD intégral de ma vie, parce que pour avoir une vision précise de « moi » il faut connaître tous les détails, importants ou moins importants, qui m’ont amenés jusqu’à ce que je suis maintenant.
C’est tout moi, ça, mon souci de perfection, de précision absolue, je dois donner tellement de détails pour préciser le contexte, pour être vraiment certaine que ce que j’envoie est à 100 % ce qui sera entendu et compris, que ça prend tellement de temps qu’ils (les autres) se lassent avant, et me laissent un sentiment de frustration totale, d’incompréhension parce que je n’ai pas pu dire ce que j’avais à dire, comme je voulais le dire. Et eux ont le sentiment que je ressasse toujours la même chose, alors que je ne suis jamais arrivée au bout !
Je vais me présenter donc, voilà je fais brièvement les grandes lignes, puis j’entrerai dans les détails, étape par étape, vous me lirez, ou vous n’en aurez peut-être pas le courage mais ce n’est pas grave, ça me fait du bien d’écrire, de lister, j’ai toujours aimé faire des listes. Ca m’aide à organiser ma réflexion, à l’empêcher de partir dans toutes les directions…
Je suis née à Paris, il y a 42 ans. Franco-suédoise, bi-culturelle. Fille d’une très probable zèbre, et mère de quatre énergumènes dont deux au moins sont très certainement zébrés aussi.
J’habite en Champagne, j’ai besoin de silence. Je ne connais pas l’ennui, parce que rester sans rien faire à divaguer est une activité à part entière, jubilatoire, et que l’ennui c’est l’absence d’activité.
Je suis « au foyer » selon l’expression consacrée, et plutôt frustrée en ce moment, un petit bonhomme très intense à la maison qui ne me laisse pas un instant de répit, je manque de temps pour me recentrer, je manque de sommeil. Mais ça va passer.
Je marche à l’affectif, j’ai un besoin maladif d’être aimée. J’ai souvent fait semblant d’être autre chose pour qu’on m’aime. Je suis un caméléon, je suis ce que je pense que l’autre attend de moi.
Je me rends malade toute seule parce que les choses tristes me rendent trop tristes. Quand mon mari est maussade après une sale journée au boulot je ne peux pas m’empêcher de croire que j’y ssuis quand même un peu pour quelque chose, et je veux l’aider, et ça l’emmerde, tout ce qu’il veut c’est qu’on lui foute la paix, et moi j’y arrive pas, et du coup on s’engueule alors que tout ce que je voulais c’était précisément d’éviter un clash.
Je ne peux pas voir des faits divers à la télé. Surtout les trucs avec des enfants. Et quand je dis je peux pas c’est vraiment pas. Je suis obligée de zapper ou de chanter très fort en me bouchant les oreilles, sinon je le vois, je le vis, je le transpose à mes propres enfants et je vais flipper à pas dormir et gerber (vraiment) pendant plusieurs nuits.
Je ne supporte pas d’être prise en faute. J’ai toujours exercé des métiers subalternes, exprès, parce que si je fais un erreur ça se voit moins, ça a moins de conséquences, ça me laisse la possibilité de le masquer / cacher / réparer / dissimuler… Parce que admettre que j’ai fait une erreur, c’est admettre que j’ai été faillible / imparfaite / imprécise, et par conséquent moins digne d’amour. C’est comme si je donnais l’autorisation et la justification aux autre de ne pas m’aimer, et ça pour moi c’est inacceptable.
Voilà pour le côté négatif, apparemment c’est typique des zèbres pour ce que j’en ai lu, et je suis encore dans l’émotion totale de comprendre que ces « problèmes » de communication que j’ai avec les autres ne sont pas dus à un traumatisme, ou parce que je suis « trop sensible » et que un psy ou un peu d’hypnose me guérirait… Peut être que ça me ferait du bien, mais dans le sens que ça m’aiderait à accepter et apprivoiser ce que je suis plutôt que d’essayer de soigner une maladie incurable ! Je viens de comprendre que tout ce qui fait que jusqu’à présent j’ai cru tout à tour être folle, débile, en dessous de tout ou meilleure que tout le monde, l’impression de parler une langue que personne ne comprend, et de ne pas comprendre comme tout le monde des trucs qui sont pourtant réputés basiques, de trouver inacceptable et révoltant des choses que tout le monde admet « parce que c’est comme ça »… Tout ça c’est parce que j’étais un zèbre et que je ne le savais pas.
Ca c’était la version courte. Pour ma bio détaillée, ça viendra au fur et à mesure… en chapitres, enfin on verra.
Laure

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par 'Sengabl le Lun 2 Jan 2012 - 20:12

Bienvenue dans ta zébritude alors ! Smile Et sur le forum aussi.

Certains sont contre, mais je pense que le test est tout de même un bon moyen de savoir, de confirmer, de se reconnaître. Une information sur soi-même en fait.

Le fait d'être zèbre n'empêche pas de consulter un psy, on serait même plutôt nombreux dans ce cas Smile
Un psy ne "guérit" pas... mais si tu tombes sur un bon numéro, il pourrait au moins t'aider à gérer tes "yoyos émotionnels", ton incroyable besoin d'être aimée, t'aider à apprivoiser le "lâcher prise" dont tu sembles avoir besoin.

N'est-ce donc pas là un bon début d'année ? Smile

Welcome ! cheers

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Lun 2 Jan 2012 - 20:59

Merci !

Oui, en effet, j'aimerais bien me faire tester. Je me demande juste si on peut le faire chez n'importe quel psychologue, et quel budget / nombre de séances il faut prévoir ?

La psychologie m'intéresse, m'a toujours intéressée d'ailleurs, j'ai tendance à faire ma psy tout le temps et d'essayer d'analyser mes réactions et celles des autres en toutes situations... Pour comprendre comment ça marche... ! On m'a dit ce matin qu'on pouvait faire une formation de psy par le CNED... Ca m'a donné envie...

Oui, l'année commence bien ! C'est exaltant de parcourir ce forum, de se sentir pour la première fois comprise, de sentir ce truc particulier, de mettre le doigt dessus, ce truc qui fait dire "oui, c'est CA, c'est exactement CA".

D'ailleurs ça fait maintenant trois jours que je vous lis dès que j'ai deux minutes disponibles et je n'ai que des histoires de zèbre en tête...

Ma grande fille, qui vient de quitter le nid il y a peu, est passée faire coucou cet après-midi et elle portait de magnifiques grosses godasses en simili peau de zèbre. Je me suis dit que c'était un signe ! :-)

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par 'Sengabl le Lun 2 Jan 2012 - 22:27

Ah voilà, y'a des signes qui ne trompent pas Smile

Non pour les psys, tous ne le font pas (déjà, seulement les psychologues), et même ça peut être assez difficile à trouver. En gros, il faut se les coltiner au téléphone, à moins que tu ne trouves ici quelqu'un de ton coin qui puisse te rencarder.
Le budget c'est entre 200 et 300 euros le plus souvent.
L'idéal étant de passer un WAIS IV qui est la dernière version, mais que n'ont pas forcément tous les psys (parce qu'ils faut qu'ils se mettent à jour et que ça coute cher).

Voilà ! Smile


_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Invité le Sam 7 Jan 2012 - 1:53

bienvenue à toi Laurinette flower


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Sam 7 Jan 2012 - 10:05

Merci !

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Waka le Dim 8 Jan 2012 - 12:48

Coucou,
Bienvenue !

Et...

Laurinette a écrit:
Je ne supporte pas d’être prise en faute. J’ai toujours exercé des métiers subalternes, exprès, parce que si je fais un erreur ça se voit moins, ça a moins de conséquences

--> Declic.
Merci....

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Dim 8 Jan 2012 - 13:42

Merci Waka...

Et heureuse si le partage de mon ressenti peut t'aider à cheminer... Very Happy

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Mar 10 Jan 2012 - 11:44

J'avais créé il y a quelques temps un blog, l'idée était de faire des articles un peu généralistes, pour attirer du monde et gagner plein de sous avec les pubs. Et aussi surement pour faire mon intéressante, mais aucun des deux n'a fonctionné jusqu'à maintenant (lol).

Mais bon, j'ai publié ce matin un (long) billet sur ce sujet qui occupe tout mon esprit en ce moment.

Si vous avez envie de lire, c'est là :
http://moncoindetable.fr/?p=203

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par lafeelicite le Mar 10 Jan 2012 - 12:02

Je suis un caméléon, je suis ce que je pense que l’autre attend de moi.


Copine I love you
J'ai écrit la même phrase dans mon post de présentation je crois. Et la suite me parle et me parle et me parle...

Pour les cours de psycho, je suis en L1 à distance avec l'ied paris 8... décidée cet été, suite à mon test, à ma recherche de moi. N'hésite pas à me demander si tu veux plus d'infos.

Et bien sûr, bienvenue! cheers

lafeelicite
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 326
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Mar 10 Jan 2012 - 12:21

Merci pour ton accueil la Fée :-)

La psycho m'attire, c'est sûr, on en reparlera... Pour le moment je suis encore dans la frénésie de la découverte, je ne veux pas prendre de décisions hâtives pour mon avenir...

Et je me dis que si je commence la psycho ça serait pour l'année universitaire prochaine, donc je commencerai à 43 ans. 5 ans d'études pour devenir psychologue, ça me fait un début de carrière à 48 ans. Ca me freine un peu je t'avoue. D'autant plus que ça fait quelques années que je ne travaille pas et que mon mari a VRAIMENT besoin de lever le pied et qu'il va être temps que je prenne la relève... Enfin bref, tout ça cogite beaucoup :-)

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Mar 10 Jan 2012 - 12:29

Je viens de repenser au lien que je viens de mettre vers mon "coming out"... Je ne voudrais pas que ça soit mal interprété et que qui que ce soit pense que je viens ici faire de la pub pour mon blog. Alors je copie-colle ici l'article dans son intégralité, comme ça vous n'avez pas besoin de vous déplacer !

10 janvier 2012 – Mon coming-out ?
Posted on 10 janvier 2012 by Laure
Peu avant ces dernières vacances de Noël, la maîtresse de ma fille (5 ans, grande section) m’a alertée sur l’avance surprenante qu’elle prenait par rapport à ses petits camarades de classe. Elle a utilisé les termes « extraordinaire » et spectaculaire ».

Bon, d’accord. Elle a cinq ans et elle sait lire. Elle a appris toute seule. Elle a souvent des réflexions qui « ne sont pas de son âge ». Elle dessine bien. Elle a une oreille très juste… Mais de là à parler d’exception ?

J’ai toujours été vigilante sur le sujet, à cause d’une émission de télévision que j’avais vue il y a… Mon Dieu, ça fait au moins quinze ans !

C’était un documentaire sur les enfants dits « surdoués », ils étaient présentés non pas comme des petits génies mais comme des êtres en grande souffrance, parce qu’ils ne s’adaptaient pas à leur environnement.

Je me souviens d’avoir pleuré d’émotion en les voyant, parce que je m’étais tellement reconnue dans leur description ! Et j’en avais déduit que j’avais probablement été une enfant surdouée, non détectée. Parce que moi aussi j’avais ressenti ce décalage, ce sentiment de « ne pas être exactement comme les autres »… Et j’avais aussi plein de capacités, j’étais douée en dessin, en musique, en piano particulièrement, j’étais systématiquement première de la classe, sans rien faire, juste en étant présente. Et puis au collège, ça a changé. Mes résultats se dégradés, pas jusqu’à la rupture, on ne pouvait pas parler d’échec scolaire, parce que j’ai eu mon bac quand même, mais c’était tellement en-deçà de ce que je pensais qu’on attendait de moi : Tu es exceptionnelle, tu es tellement douée, tu feras de grandes choses, tout te réussit, comme tu es intelligente…

Alors surdouée ? Bof, un surdoué ça a un tel avantage, ça réussit forcément ! Et quand je regarde le résultat… Certainement pas ! Intelligente, oui, pourquoi pas, j’ai fait des tests de QI comme ça pour m’amuser… Et oui, ils sont (très) au-dessus de la moyenne… Mais tout ce que ça m’apporte, cette foutue intelligence, c’est la culpabilité lancinante de n’en avoir rien fait. Et puis, je ne suis plus une enfant, maintenant. Et même si j’ai pu être plus rapide que les autres, je me dis, c’est comme de marcher à six mois… C’est remarquable, mais finalement arrivé à dix-huit ans, tout le monde marche, alors pour ce que ça sert…

Je voudrais juste que ma fille, si elle a aussi cette « avance », vive mieux sa scolarité que moi, et puisse profiter positivement de ce « cadeau »…

Alors, est-ce que je dois m’inquiéter, Docteur ?

Mon gentil docteur, justement, que j’interroge à ce propos parce que je sais qu’il a lui-même une fille « en avance »… Il saura me dire… Il ne me dit finalement pas grand-chose mais me met un livre entre les mains : L’enfant surdoué de Jeanne Siaud-Facchin.

Je le dévore. J’en oublie ma fille, cet enfant dont elle parle c’est moi. A chaque page, c’est moi. J’étais ça, j’aurais pu devenir tellement « mieux » que ce que je suis !?

Et puis j’achète la suite « L’adulte surdoué – trop intelligent pour être heureux ? » et il n’y a pas une page de ce livre où je ne me reconnais pas. Et ça fait tellement de bien de le lire. Parce que ça déculpabilise. Parce qu’un enfant pas comme les autres ne devient pas un adulte comme les autres. On reste toujours un peu l’enfant qu’on a été. Et si je n’ai pas su tirer parti de tout le potentiel que j’avais, c’est justement parce que j’avais ce potentiel. Ca fait partie du pack. Hyper intelligence, oui, mais indissociable d’hyper émotivité, hyper décalage dans les relations humaines.

Le décalage, le sentiment d’être une handicapée de la communication, que les autres sont parfois tellement bizarre parce qu’ils n’ont pas les réactions attendues, logiques, alors qu’eux disent la même chose de moi… Mais comme j’ai lu récemment : Quand un seul homme pense que tous les autres sont fous, c’est lui-même le fou… Donc c’est que c’est moi qui ne va pas… Alors je fais semblant d’aller bien, je me crée un personnage acceptable, celle que je pense que les autres voudraient que je sois. Pour qu’ils m’aiment. Parce que c’est tellement important d’avoir l’approbation, l’amour des autres. Ca porte un nom, je viens de le lire, c’est le faux-self. C’est probablement aussi pour ça que j’ai créé ce blog : encore une manœuvre désespérée pour dire « Regardez-moi ! Je suis intéressante ! »

Bref ce qu’il faut retenir c’est que « surdoué » ne veut pas dire « plus intelligent », mais « intelligent autrement ». Les connexions du cerveau ne se font pas pareil. Alors un des symptômes c’est effectivement une capacité d’apprentissage décuplée, mais ce n’est qu’une toute petite facette du type de personnalité que cela amène.

Ma prochaine étape ?

Je vais demander un test de personnalité chez un psychologue. Histoire d’avoir une confirmation « officielle » de ma certitude. J’en ai besoin, mais j’en ai peur.

TOUS les signes sont là, mais pourtant, et si… Si ce n’était pas ça, ça voudrait dire que je suis folle, parce que tout ce que je ressens de « différent » est bien réel. Et là, j’avais – enfin – une explication à ce drôle de zèbre que je suis.


Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Maderane le Mar 10 Jan 2012 - 14:00

bienvenue à toi , Laurinette !
Je viens juste de tomber sur ton post ! et c'est fou comme je m'y reconnais dans certains de tes propos !
Quand tu ecris "
Je me rends malade toute seule parce que les choses tristes me rendent trop tristes. Quand mon mari est maussade après une sale journée au boulot je ne peux pas m’empêcher de croire que j’y ssuis quand même un peu pour quelque chose, et je veux l’aider, et ça l’emmerde, tout ce qu’il veut c’est qu’on lui foute la paix, et moi j’y arrive pas, et du coup on s’engueule alors que tout ce que je voulais c’était précisément d’éviter un clash.
J'aurai pu l'ecrire moi meme What a Face
Pareil pour les reportages télés quand il s'agit d'enfants , et meme d'animaux ( je deteste les reportages animaliers quand un animal se fait tué et dévoré par un autre animal , meme si je sais que c'est la nature !)
et pareil pour la psycho , j'adore la psycho et je rêve parfois de reprendre des études justes pour le plaisir ! mais je procrastine tellement !



Maderane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 128
Date d'inscription : 02/11/2011
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Jeu 26 Jan 2012 - 14:10

Voilà... J'ai sauté le pas.... J'ai rendez-vous pour le test le 22 mars...

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Ysée le Jeu 26 Jan 2012 - 16:04

Laurinette,

Que dire ? Bienvenue est un bien pauvre mot pour te souhaiter de t'épanouir ici avec nous. Ta présentation m'a énormément touchée et j'aurais voulu avoir : 1) beaucoup beaucoup de temps 2) pour pouvoir te dire tout ce que ta présentation m'a fait ressentir et te redire, non, tu n'es pas seule 3) or, du temps, je n'en ai pas (autant que j'en voudrais) car cela me prendrait en tout cas une heure pour tout de dire, entre ce que j'ai ressenti en te lisant, ce que j'ai cru que tu ressentais, ce que j'aimerais te faire ressentir quand tu me lirais etc.--et cette heure-là je ne l'ai pas maintenant, ni ce soir, car j'ai aussi des bouts'd'chou à la maison et un mari.

Alors, voilà, je vais faire simple. Peu importe le résultat des tests, je pense que là, tu dois te faire confiance car oui, au vu de ta présentation, le doute sur ta zébritude n'est pas permis.

Ton parcours commence seulement et il sera beau.

Tu as "fait" de ta vie quatre enfants et certainement toutes sortes d'autres choses qui t'apparaissent peut-être mineures aux yeux de notre société qui voit la vie à travers un tout petit filtre - à savoir notamment la réussite au niveau professionnel - mais que si tu en faisais la liste te montreraient certainement à quel point ta vie est pleine.

Amon humble avis, tu peux encore aider ta petite de 5 ans... et tes autres enfants, car en comprenant comment tu es, tu peux comprendre comment elle-même réagit, même si elle n'est pas toi. Et tu pourras peut-être aussi l'aider à ne pas se mettre trop la pression comme toi tu l'as eu (puisque tu dis que "forcément, tu devais devenir exceptionnelle "comme tout le monde le disait" et finalement "rien"). Je te trouve dure avec toi-même. Ce n'est pas parce que tu as choisi d'être au foyer ou de ne pas exploiter ton potentiel par peur d'échouer que tu n'es pas restée exceptionnelle, comme tu l'étais !!

Dans notre société, on peut être supérieurement intelligent et ne pas réussir du tout professionnellement. C'est triste, mais cela n'a rien à voir.

Faut que je te laisse- un client

Je t'envoir plein d'amour Long hug

Ysée
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 71
Date d'inscription : 04/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Jeu 26 Jan 2012 - 18:55

Je ne sais pas quoi dire sinon merci, Ysée...
Ton message me touche énormément.
Merci - merci - merci......

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Invité le Jeu 2 Fév 2012 - 19:41

Laurinette a écrit:
ce que je reçois n’est pas ce qu’ils m’envoient.....
C’est difficile de se présenter, quand on me demande de me présenter je voudrais pouvoir passer le DVD intégral de ma vie, parce que pour avoir une vision précise de « moi » il faut connaître tous les détails, importants ou moins importants, qui m’ont amenés jusqu’à ce que je suis maintenant.....
je dois donner tellement de détails pour préciser le contexte, pour être vraiment certaine que ce que j’envoie est à 100 % ce qui sera entendu et compris, que ça prend tellement de temps qu’ils (les autres) se lassent avant, et me laissent un sentiment de frustration totale, d’incompréhension parce que je n’ai pas pu dire ce que j’avais à dire, comme je voulais le dire. Et eux ont le sentiment que je ressasse toujours la même chose, alors que je ne suis jamais arrivée au bout !.......
Quand mon mari est maussade après une sale journée au boulot je ne peux pas m’empêcher de croire que j’y ssuis quand même un peu pour quelque chose, et je veux l’aider, et ça l’emmerde, tout ce qu’il veut c’est qu’on lui foute la paix, et moi j’y arrive pas, et du coup on s’engueule alors que tout ce que je voulais c’était précisément d’éviter un clash.....
je suis encore dans l’émotion totale de comprendre que ces « problèmes » de communication que j’ai avec les autres ne sont pas dus à un traumatisme, ou parce que je suis « trop sensible » et que un psy ou un peu d’hypnose me guérirait… Peut être que ça me ferait du bien, mais dans le sens que ça m’aiderait à accepter et apprivoiser ce que je suis plutôt que d’essayer de soigner une maladie incurable ! Je viens de comprendre que tout ce qui fait que jusqu’à présent j’ai cru tout à tour être folle, débile, en dessous de tout ou meilleure que tout le monde, l’impression de parler une langue que personne ne comprend, et de ne pas comprendre comme tout le monde des trucs qui sont pourtant réputés basiques, de trouver inacceptable et révoltant des choses que tout le monde admet « parce que c’est comme ça »… Tout ça c’est parce que j’étais un zèbre et que je ne le savais pas....
Laure

Laurinette a écrit:
D'ailleurs ça fait maintenant trois jours que je vous lis dès que j'ai deux minutes disponibles et je n'ai que des histoires de zèbre en tête...

Et bien moi, c'est pareil. Inscrit depuis à peine 15 jours et c'est devenu LE sujet de MA vie. C'est très égoïste, narcissique, ... mais ces lectures de témoignage m'ont entièrement retourné. A 53 ans, que d'inhibitions, que de suicide intellectuel, que de contorsions tout ça pour se sentir seul à ramer dans une galère où paradent les autres. Je ne leur en veux plus désormais car je sais que ce n'est pas de ma faute. Ma "carrière" ordinaire, mon salaire en deçà de mes possibilités, ma conjointe épuisée qui s'en va vers d'autres cieux, ce n'est pas de ma faute. L'inattention dans l'exécution d'une tâche répétitive, les digressions, les yeux ahuris de mon entourage, ce n'est pas de ma faute. La procrastination, la fatigue de penser à tout en même temps, le besoin de calme, l'envie de la grande ville au moins aussi frénétique que mon cerveau, l'indépendance à tout prix, ce n'est plus ma faute.
Et tout cela grâce à toi, à chacun de ceux présent ici et plus particulièrement à tous ceux qui ont répondu spontanément à mes post. Je pense particulièrement à ayaaaahh, Delphine.Elea, qwerty, Le shung, Corsaire, RoM_IsH, L, bilqis, majorette, Mjöllnir, siddhartha, WakaLili, Saphodane, Sengabl, bluecat, jbouine, jmd, Loic. Une quinzaine de personnes, inconnues début janvier et qui en savent désormais sur moi plus que n'importe qui et bien plus que moi pour la plus part. Des hommes, des femmes, des d'jeun's, des adultes, des quinquas, des littéraires, des intellos, des étudiant, des mamans, des papas, des célibataires. C'est une révélation fabuleuse. Bien sur je n'ai pas changé, je suis toujours craintif et un brin parano. Mais je sais qu'il ne s'agit plus que des scories de mon passé. Je vais peut-être enfin me mettre à écrire, depuis 40 ans que j'en ai envie. Bon, si Le shung me lit, il va me demander encore pourquoi je poste ici. Alors j'arrête. J'avais simplement envie de te dire que pour moi, c'est pareil.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Invité le Jeu 2 Fév 2012 - 22:26

Je t'ai lu Razz

Mais je comprends tes réactions maintenant Ours. C'est pas que j'y ai réfléchi, c'est que ça vient juste de me tomber dessus à l'instant.

Les présentations défilent, on en lit certaines, pas toutes, on en survole d'autres. Des gens restent d'autres pas. J'ai l'impression que le turn over est asser élevé ici () entre parenthèse.
Et parfois en lisant une présentation, on a comme les intestins qui commencent à remuer, l'estomac qui grossit, et une boule qui voudrait bien sortir mais qui reste coincée dans la gorge.
On entre en vibration. Alors il faut bien qu'on fasse quelque chose. Comment ne pas parler de soi à quelqu'un qui vient d'effleurer notre âme de quelques mots ? On voudrait, on espère, prolonger l'instant, communier. Des gens m'indiffèrent profondément ici (l'inverse est aussi vrai je le ressens) et d'autres me bouleversent. Je vibre. Alors je comprends Ours. Je comprends que tu entres dans des présentations, que tu y parles de toi. J'ai cette envie profonde parfois qui me saute dessus aussi. Que je tente de limiter la plupart du temps, pas qu'on me prenne pour un égocentré alors que ce serait plutôt le contraire. La peur, encore. Bein que la recherche d'amour soit toujours ancrée quelque part.
Ce besoin de communion.

Vas-y Ours, continue. J'ai la réponse maintenant Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Jeu 2 Fév 2012 - 23:07

Shung et Ours... Je crois que les présentations sont peut-être justement écrites pour ça... Au-delà de l'envie basique de se mettre à poil devant des lecteurs qui sauront enfin, pour la première fois, lire vraiment ce qu'on écrit, est-ce que justement ce n'est pas un écho que l'on cherche ? Quand on vient de comprendre ce qu'on est, y a-t-il quelque chose de plus rassurant que de lire quelqu'un qui pour la première fois dans notre vie nous écrit "Oui, je te comprends parce que MOI c'est exactement pareil"
Ce n'est pas parce que c'est MA présentation qu'on ne devrait y parler que de moi ! Je dirai que c'est plutôt un hameçon pour en attirer d'autres comme moi...

Et Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour connaître beaucoup de monde, ni même connaîter tout court ne serait-ce qu'une seule personne, mais Ours, ce que j'ai lu de toi, tu m'émeus... Et Shung, j'aime lire tes interventions, disons que tu suscites mon intérêt, je crois lire chez toi "un truc en plus"...
Qui vivra verra Very Happy

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Invité le Ven 3 Fév 2012 - 0:33

Salut Laurinette

Tu es passée sur mon fil bien avant que je passe sur le tien pour me laisser de gentils messages et je t'en remercie.
A mon tour donc de venir sur le tien ...

Je ne citerai pas forcément les passages qui m'ont interpelés mais en relèverai au moins deux qui sont marquants pour moi :

C’est tout moi, ça, mon souci de perfection, de précision absolue, je dois donner tellement de détails pour préciser le contexte, pour être vraiment certaine que ce que j’envoie est à 100 % ce qui sera entendu et compris, que ça prend tellement de temps qu’ils (les autres) se lassent avant, et me laissent un sentiment de frustration totale, d’incompréhension parce que je n’ai pas pu dire ce que j’avais à dire, comme je voulais le dire. Et eux ont le sentiment que je ressasse toujours la même chose, alors que je ne suis jamais arrivée au bout !

Oui oui ... le métier que j'exerce nécessite à la base de la concentration et le sens du détail ... Et, l'évolution de carrière se faisant, les imbrications des métiers que j'abordais étant de plus en plus visible pour moi, ce souci de perfection devant les risques n'a fait que s'affirmer de plus en plus ... Autant de dire les levées de bouclier que j'ai du affronter ...

Je viens de comprendre que tout ce qui fait que jusqu’à présent j’ai cru tout à tour être folle, débile, en dessous de tout ou meilleure que tout le monde, l’impression de parler une langue que personne ne comprend, et de ne pas comprendre comme tout le monde des trucs qui sont pourtant réputés basiques, de trouver inacceptable et révoltant des choses que tout le monde admet « parce que c’est comme ça »… Tout ça c’est parce que j’étais un zèbre et que je ne le savais pas.

Cette foutue remarque ... je me la suis faite en février 2011 quand j'ai passé les tests .. poussé pendant 14 mois par ma psychologue ...
S'en sont suivis trois mois de descente aux enfers (je me disais "Putain de merde, avec tout ce que t'as fait pour t'adapter avant, il faut encore que ça te tombe sur la gueule !!! Et allez !!! Encore des efforts à faire pour t'insérer puisque tu peux comprendre alors que les "autres" ont moins de facilités que toi !!!")

Je cherche alors à comprendre, à analyser ... En juillet 2011 je découvre ZC. Et le même jour durant lequel je m'inscris, je fais une rencontre zébrée. Ouverture vers un autre monde, achats de livres ... Et nouvel envol.
J'apprends à m'accepter, à gérer mes différences ... J'apprends à dire NON. J'apprends que je n'ai pas à faire plus que ce que l'on me demande, j'apprends que je n'ai pas à réussir à tout prix ... J'apprends ... J'apprends aussi que cette "économie" me permet de mieux me donner ces choses que j'ai oubliées de me donner.

Voilà à la fois ce que m'inspire ta présentation et aussi un peu du retour d'expérience que je désirais t'apporter.

Bienvenue ici et que ce site et les partages qui y sont t'apportent aide et réconfort.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par imposteur le Ven 3 Fév 2012 - 1:19

Je n'ai lu que la première moitié du topic, désolé pour l'impolitesse. Mais j'avais envie de réagir tout de suite, j'ai pas la patience de lire le reste de peur que mon idée/la manière dont je souhaite la formuler s'envole.

Quand tu te dis "en besoin d'amour", "caméléon qui agit comme tu penses que l'autre veut que tu penses", ça me fait vraiment penser à un livre que j'ai lu récemment et qui m'a beaucoup aidé en travail personnel. Le livre c'est "Trop gentil pour être heureux" de Robert Glover. Ca s'adresse à un public masculin qu'il définit comme des "chics types", des hommes qui sont les gens les plus admirables que tu puisses rencontrer (du moins en apparence) et qui tuent la moindre parcelle de leur personnalité pour cacher leurs hontes les plus secrètes. Plus que décrire un problème, ce psy propose des pistes de guérison. (Maintenant je ne sais pas si on peut parler de guérison face à la zébritude, mais ça ne coute rien d'y croire.)

Je ne sais pas si ça t'aidera, mais quand tu racontes comment tu arrives à te brouiller avec ton homme en voulant seulement l'aider, ça me fait penser à tous les Maurice, Benoit et Laurent qui ont toqué à la porte de l'auteur pour des problèmes similaires et qui servent d'exemple tout au long du livre. Certaines parties du bouquin traitent de problèmes masculins, mais l'acceptation de l'imperfection de soi, de ses hontes et des problèmes plus généraux s'y trouvent aussi.

On ne sait jamais Smile

imposteur
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 644
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 25
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Laurinette le Jeu 22 Mar 2012 - 15:53

Voilà.... C'est fait....

J'ai passé le test ce matin. OOouuf ! La pression retombe, je suis vannée, j'ai mal à la tête. Mais contente.

J'aurais les résultats et l'analyse la semaine prochaine, mais la psy m'a donné son sentiment à chaud... Elle m'a annoncé un chiffre approximatif, qui m'a fait peur, en me disant qu'elle espérait pour moi que ce serait en dessous parce que sinon "ça doit vraiment pas être facile pour vous tous les jours" !

Mais si Madame, bien sûr, c'est super simple pour moi, d'ailleurs c'est pour ça que je fais le test, juste pour le fun ! Very Happy

Non sans rire, ça me fait vachement de bien, ça prouve que je ne suis pas folle, que cette sensation d'inadaptation totale est maintenant explicable, et ça m'ôte un poids énorme !

Mais j'attends l'analyse précise avec une impatience non contenue !

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Saphodane le Jeu 22 Mar 2012 - 16:22

\o/

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par LeNainPosteur le Jeu 22 Mar 2012 - 16:34

Un Long hug en attendant...

LeNainPosteur
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 122
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : A côté de mes pompes...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Waka le Jeu 22 Mar 2012 - 16:55

En espérant que ca te donne plein de clefs !!

Bisous

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je croyais qu’on me prenait pour une conne… Ils me prenaient pour l’une des leurs.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum