Nos poèmes

Page 19 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Aller en bas

Mon premier post (ouhh c'est excitant!)

Message par I le Lun 7 Aoû 2017 - 10:19

Chers poètes,
Comme vous, il m'arrive aussi d'écrire, mais a plume est bien trop intime et sa main trop timide pour oser dévoiler ce qu'il en résulte.
Je viens là pour vous lire, et c'est un tel bonheur que je souhaitais prendre l'espace d'un message pour vous dire merci.
MERCI, pour tout ce que vous partagez (et pour avoir les couilles de le faire ^^).
Vous êtes tous absolument merveilleux, tellement riches, tellement beaux. J'ajoute une pointe de tendresse en plus pour l'auteur de ce poème ci :


FunkyKyu a écrit:Avant de "découvrir" ZC... Smile

Sommes-nous si peu nombreux à voir que ces barreaux
Sont assez espacés pour nous laisser sortir;
Et plus ils se resserrent, enceignant nos ego
Plus ample, plus aiguë, plus solide est notre ire.

Combien parmi ceux-là ont choisi d'espérer
Se voir considérables, replets et corpulents,
Dans un trait conciliant, une lueur courbée,
Comment croient-ils tenir constamment cantonnés ?

Combien, désabusés, mais, malgré tout, butés
Ont voulu s'oublier dans une sombre ivresse
Pour mieux fabriquer un nouvel univers.

Combien, et où sont-ils, ceux qui ont su trouver,
Par esprit, par instinct, ces uniques richesses :
Le moyen et la force de passer à
travers

I love you


Namaste.

I
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 7
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Marion.Henderson le Jeu 10 Aoû 2017 - 0:13

De quoi vivre ?

Derrière les mots et les non-dits,
Derrière l’écran blanchi d’argile,
Derrière le silence et l’oubli,
Reste-t-il encore de quoi vivre ?

Quelques euros et un sourire,
Un peu de lumière, de quoi vivre,
Et des journées pareilles aux autres
S’étirant sans fin sous le givre.

La petite fille à l’hôpital,
« Troisième chambre, c’est sur la droite… »
Le lit à barreaux, sa prison,
Lui donne-t-on seulement de quoi vivre ?

Les placebo, le Lexomil,
Et le Prozac, anxiolytiques,
Les cache-misère du désespoir
Quand on n'a même plus de quoi vivre.

Chaque lendemain qui chante en nous.
Le temps s’abat comme une clepsydre.
La mort délivrance ou au bout
Efface ou reprend de quoi vivre.



avatar
Marion.Henderson
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 209
Date d'inscription : 03/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Abaris le Mer 23 Aoû 2017 - 12:50



Comblez-nous, pauvres poètes,
Soufflez vos parfums bleus,
Vos rayons de comètes
Et de vent ses cheveux,

Épuisez tout le ciel
De murmures de pluie,
De pénombre où se luit
Toutpareil,

Contez-nous, coeurs affables,
Coeurs mordus, lamentables,
Vos amours et vos ruines,

Qu’à jamais rime
En vain – sur vos cœurs en abîme
Le violet sombre et las des langueurs libertines.

O cithares
Sous les cieux,
Trahissez ces mots rares
Et précieux

–  Je t’aimais –

Enflammez
De détails
Ces morceaux de miroirs
Qu’ils entaillent

– C’est trop tard –

Abaris
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 363
Date d'inscription : 22/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Invité le Mar 1 Mai 2018 - 18:31

c’est pas vraiment un poème mais bon j’aime bien écrire
ça détent
c’est une sorte de médiation

sentir l’air contre soi
écouter le vent, les oiseaux
le langage de Dieu
qu’on a pas besoin d’apprendre
juste embrasser et admirer
le présent qui nous est offert

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Joel le Mer 16 Mai 2018 - 13:34

Medisance
                                             
Vicieuse, perverse, manipulatrice,
Tu te nourris sans sacrifice,
Du manque de confiance en soi,
Qui en chacun de nous, un jour s'echoit.

Tu redors le blason des malheureux,
En offrant de controler les peureux.
Puissance particulierement destructrice,
La jalousie est ton compagnon de malice.

En combat perpetuel contre l'indifference,
Tu procures un sentiment d'impuissance.
Ton emprise est analogue de la consideration,
Que l'on te porte par inattention.

Cependant regie par les lois naturelles,
Le courage achevra ton existence sempiternelle.
Alors, un nouveau jour naitra,
Et c'est celui de la liberte, qui apparaitra!

Desoler pour l'absence d'accent, j'ecris sur un clavier qwerty et je n'ai pas pris la peine de me renseigner pour les obtenir....

A travers ce poeme, j'espere partager avec vous une partie de mon ame...
Et je tenais a vous dire que meme si je ne vous connais pas: je vous aime...

Joel
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 2
Date d'inscription : 26/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Enaid le Ven 18 Mai 2018 - 22:39

Le repos du manège



Sur la place de Saintes, en bord de charente , il y a un manège . C'est un manège qui penche sur l'eau , les enfants à son bord tourne la tête vers le fleuve . Les parents fatigués de voir leur enfants tourner s'assoient sur des bancs , à la terrasse d'un café . Le manège n'ouvre que l'été et c'est fatiguant au mois d'août de voir son enfant tourner et se balancer des heures entières . Car un ticket ça ne suffit pas , cela ne suffit jamais . On ne va pas assez loin avec un ticket, il en faut plusieurs pour que le navire de bois tangue assez vite et assez longtemps pour que l'on entende enfin les vagues . Les enfants ont déjà des absences d'adultes, il suffit de s'étourdir longtemps pour oublier jusqu'à son existence. La musique aide aussi, les aventures sont dansantes et les petites filles se trémoussent un peu sur leurs chevaux écaillés.
Le couple se regarde, se caresse la main . Heureux dans une attente qui les rapproche, ils ne sont pas pressés , c'est agréable d'aimer son enfant en silence en le regardant nous oublier . Dans quelques minutes , elle se rappelera à eux avec de grands signes de la main et la phrase attendue « Encore un tour , encore un tour papa « . On demande à papa , elle a raison . La maman trouve que quatre c'est déjà bien assez mais le père n'a pas envie de rentrer . Il est un peu contemplatif le père et voir sa petite fille tourner sur son cheval ça l'apaise . C'est une cheval qui n'ira jamais nulle part, pas de prince charmant pour le conduire , pas de peurs ni de chutes , juste un voyage sur place qui fait tourner sa robe .
18h sonne , la chaleur commence à fatiguer les corps assis , il faut penser au diner . A l'histoire du coucher, il faut partir vers la maison . Le couple prend son enfant à bras le corps et pour ne pas cesser le voyage ils la soulève de terre tous les trois pas .
La rentrée a fermé le manège , sans ses enfants le manège est couvert d'une grande toile , comme la nuit d'un oiseau en cage , il plonge dans le sommeil et l'immobilité . Il sera réveillé par les beaux jours et sa danse sage saluera le vieux fleuve.
avatar
Enaid
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 131
Date d'inscription : 19/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par JeannieC. le Sam 19 Mai 2018 - 17:02

C'est un manège qui penche sur l'eau

cette image I love you

La chute aussi avec cette dernière phrase nous sort du rêve et des souvenirs mais laisse un genre de langage mystique. L'homme et le fleuve ~

Abaris a écrit:Comblez-nous, pauvres poètes,
Soufflez vos parfums bleus,
Vos rayons de comètes
Et de vent ses cheveux,

Épuisez tout le ciel
De murmures de pluie,
De pénombre où se luit
Toutpareil,

Contez-nous, coeurs affables,
Coeurs mordus, lamentables,
Vos amours et vos ruines,

Qu’à jamais rime
En vain – sur vos cœurs en abîme
Le violet sombre et las des langueurs libertines.

O cithares
Sous les cieux,
Trahissez ces mots rares
Et précieux

– Je t’aimais –

Enflammez
De détails
Ces morceaux de miroirs
Qu’ils entaillent

C'est très beau !
Je ne saurai dire pourquoi, ton texte me fait penser au poème "Le feu sacré" d'Andrée Chédid. Sans doute cette forme verticale et fragmentée, la lumière et les éclats qu'il y a dans ce texte.
avatar
JeannieC.
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 118
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 25
Localisation : Grenoble

http://www.jcroset-couleurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Pieyre le Sam 19 Mai 2018 - 17:24

En effet, le voilà, celui qui nous trahit,
En tous temps, en tous lieux, malgré les divers masques
Que l'on prend, faux naïf, pour différer l'ennui
D'être pris pour quelqu'un. Il s'accroche à nos basques !

On se croit libre au point d'éluder la personne,
En changeant le costume... hélas ! de pas en pas,
Tout se défait sur nous et, mot à mot, résonne
Sa cadence obligée à peine un peu plus bas.

Mais plus proche que l'ombre il nous ceint nuit et jour,
Informant nos idées, nos travaux, nos contours
Des lueurs qu'en notre âme un soleil noir parsème.

Alors, reconnaissons qu'en lui tout est servi.
Il nous livre en entier et de cœur et d'esprit,
Et nous voici enfin : le style est l'homme même.

Il est reconnu, une réponse postée sur le forum public de Mensa en décembre 2011

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 19651
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Emoz le Mar 22 Mai 2018 - 23:08

/


Dernière édition par Emoz le Lun 28 Mai 2018 - 2:22, édité 1 fois
avatar
Emoz
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 21/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par T-HeoriquementOui le Jeu 24 Mai 2018 - 21:08

.


Dernière édition par T-HeoriquementOui le Ven 25 Mai 2018 - 7:51, édité 1 fois

T-HeoriquementOui
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 42
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 38
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Blackmail le Ven 25 Mai 2018 - 3:26

Puis-je recommander à certains de ne pas s'obliger à faire des rimes lorsqu'ils n'en sont pas capables, lorsque ça sonne "artificiel et faux" ?
La poésie contemporaine n'en a pas besoin, elle se focalise sur le propos.
Pas un mot ne doit être de trop, c'est un art de la décantation, de l'extrême concentration.
C'est un art solaire et qui ne pardonne rien. Tout doit être à sa place, et il ne faut rien forcer.
Aucune boursouflure. Aucun prurit.

Lisez.
avatar
Blackmail
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3417
Date d'inscription : 03/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Invité le Ven 25 Mai 2018 - 4:00

Dieu c’est la vie, la vie c’est un miroir
pour qu’elle nous sourit il faut lui montrer un beau visage

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Pieyre le Ven 25 Mai 2018 - 13:32

Étreintes

Le dieu délibérait, contemplant la nature,
Incertain de son oeuvre et de ce qui manquait
À ce nouvel objet, à cette créature...
En qui il avait mis un peu de lui, c'est vrai :

« Il occupe le temps de sa vie solitaire
Égaré dans la foule où le besoin le tient;
Ou bien comme les loups qui parcourent la terre,
Indompté mais craintif, il fuit le moindre lien.

« Aussitôt qu'il paraît il cherche de ses mains
À étreindre le doigt ou le sein qu'on lui donne,
Mais il apprend bien vite à brider son entrain
Et masquer ses désirs pour grandir sa personne :

« L'homme se durcit l'âme autant qu'il est possible,
En jugeant peu viril d'admettre un sentiment,
Et la femme dénie, pour elle inadmissible,
Invoquant la pudeur, un premier mouvement.

« Mais nous, les immortels, d'un cœur libre et serein,
Goûtons fort qu'en la vie, en la nôtre, si claire,
On s'aime, on se le dise, et l'on soit prêt enfin
À le prouver souvent – n'en faisons pas mystère !

« Et rien ne dit si bien cet élan de tendresse,
Né chez l'un de désir, chez l'autre d'abandon,
Que des bras se portant, en forme de caresse,
Pour saisir une taille, une nuque ou un front... »

Ainsi délibérant se promit-il, un jour,
De corriger son oeuvre et d'appliquer ses vues
À l'homme et à la femme en sorte, dans l'amour,
Qu'à chaque étreinte offerte une autre soit reçue.

— Écrit en janvier 2004 sur un forum.


Dois-je préciser pour les mauvais coucheurs qu'il s'agissait pour moi d'un jeu, sur un thème que je n'avais pas choisi, et qu'il était d'autant plus agréable qu'il était contraint par des règles prosodiques... Je n'ai pratiquement écrit de poèmes que de cette façon, ou alors dans un cadre intime. Je ne prétends pas rivaliser avec les chantres de la platitude moderne institutionnalisée, dont l'esprit tristounet y compris dans la violence me paraît confiner à l'imposture.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 19651
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Kreach le Sam 2 Juin 2018 - 21:46

Ici, se colore la terre,
D'encre de chairs,
C’est l’antre misère,
La mer comme cimetière,
En perdition les vers du cœur,
Au sort de cycles amers.

Brûler l’équation et les pardons,
Primer les heurts et les peurs,
Déverser le sang et sa lente descente,
Lécher sa plume et son marqueur,
D’encre rubescente.

Chère amertume,
Au parterre rouge de tes offrandes,
Prisme de guerre,
Éclats de perles,
Aux verres coupant qui macèrent,
Emplâtrés aux organes frêles,
Qui altèrent les viscères.

Barrière mensongère,
Sérénade meurtrière,
Ici-bas la lumière,
Exergue la terre,
D’art à l’encre de chairs.
avatar
Kreach
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 164
Date d'inscription : 28/10/2015
Age : 29
Localisation : Montagnes.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par T-HeoriquementOui le Mer 6 Juin 2018 - 22:20

L'Invitation

On voudrait vivre une vie, une autre, à Jakarta,
Peu importe l’Italie, n’importe quelle litanie,
Une autre, avec celui là, avec une autre, ici.
On voudrait vivre une vie, une autre, presque sans soi.

Et si c’était ici, Bali, sous ces lampions,
Dans cette ruelle aux senteurs d’arts, de fleurs de thym.
Partout il y a un départ, partout un chemin,
Sur le trottoir un train, cette colline un avion.

Vois comme la mer est belle ce soir sur le parvis,
Dans ce champ de blé vert Notre Dame de Paris,
Aimer c’est s’ancrer dans un voyage infini.

Si c’était toi, ma tendre amie, mon ange, ma sœur
Songeant à l’ardeur d’aller nulle part vivre ailleurs.
Aimer c’est ne rien vouloir d’autre que cette vie.

T-HeoriquementOui
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 42
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 38
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par WinstonKing le Mer 6 Juin 2018 - 22:50

Suck My Dick

Par les couilles du christ,
flic floc, dans mes chiottes
Le bailleur dit de me tirer
Prendre mes bouteilles anesthésistes
pisser dans le mare ma glotte
Repartir encore, bourré,
Dans les rues de paris en ce soir de juillet

Comme envie de pisser sur la république de muget
Empoisonné mon corps d'alcool de mixité sociale
pour déféquer encore mon immaturité létale
Un jour je creverais
Mort à l'alambic, sur les bord de la seine et du maré
J'écris ton nom à ma pisse d'asbtinthe
pour que ton infâme politique, sur ma bycclette
trace un couloir de pleur
comme Johnny face au sacré keur

Flic floc, odeur de menthe dans l'anis
Plic plac, encore ma pisse
Et demain reviendra,
et demain reviendra,
et ils m'aimeront
et ils me détesteront,
et moi mort
et moi fort,
de mon pied d'estal, enculé parmi les les enculé
je dormirais à l'aube reculé

WinstonKing
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 367
Date d'inscription : 18/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Quarante-six le Mer 6 Juin 2018 - 23:22

Tout est normal
Tout est comme un carnaval
Tantôt l'indien ou l'amiral
Passent les prêtres et les robes féodales
Parle nature et l'animal
Parle d'aventure ou bien d'anal

Quarante-six
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 498
Date d'inscription : 24/05/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Invité le Jeu 7 Juin 2018 - 0:31

j’espère que tu dors
moi j’écoute la nuit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Beautymist le Jeu 7 Juin 2018 - 9:53

Je dors, Raymond, je dors

Je sombre sans fin

Aux confins de la nuit

Mes ailes de papillon d'or repoussent les heures noires

Et au matin j'émerge

D'entre les draps livides

Telle le Phénix éternel
avatar
Beautymist
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1102
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 45

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Elliot le Mar 12 Juin 2018 - 8:24

Mon coeur s'émeut que sur le tien il pleuve
Ne cache pas tes yeux embués de pleurs
Qu'importe les jours, les nuits, les heures
Tu sauras traverser cette épreuve
avatar
Elliot
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 647
Date d'inscription : 06/06/2018
Age : 37
Localisation : Strasbourg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par A.J.B le Lun 2 Juil 2018 - 18:21

Le Caprice
 
 
Âme, madame
Sésame, tendre amante
Suave... ô menthe
 
Œuvre
D’Art, savheur’
Liqueur noire 
Miroir-couleuvre ;
 
Il s’en est fallu un temps
Que revoilà le printemps
Qui embaume les pétales
Mélasses', belles endormies
Brunies au  mièvre vin de palme,
Chevelure de fleur praline
Où languit l’anatomie

Ta grâce, rosace étalée
Au couchant
Enivre vallées, tel’ encens 
Livre, des eaux cannelle

Et vers cette éphémère chair
En ce sein
Est allée mon avarice
D’un caprice niché dans ton galbe.

A.J.B
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 26
Date d'inscription : 03/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par WinstonKing le Lun 2 Juil 2018 - 18:32

ah moi !

Voyons voir :

Suce mes couilles

Un jour, un jour je crève. Chaleur de ma vie.
À l'ombre de la nuit.
Cris ma gloire et pleure devant mes cendres.
Comment te dire ma tendre,
que j'ai tout perdu
dans un rythme de mort, à la corde du pendu

Noir azuréens quand je pisse sur leur tombe
Qu'ils acclament l’hécatombe
De moi leur deuil
Un bouquet de glaïeul

D'ici, la vie est plus belle
Et tu sais qu'à l'aube du passé
Le jour ou tu m'a laissé
Ils ont sortie la pelle
Pour en ce jour m'enterré

Froid sur le forum
Adieu wolverine et l'adamentium,
Pleurez moi, charriez moi, oubliez moi,
Priez vos dieux, préchez vos vies, aimez moi,

Et pendant ce temps là, sucez mes couilles
C'est le seul remord que j'ai.


WinstonKing
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 367
Date d'inscription : 18/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Pieyre le Lun 2 Juil 2018 - 18:47

— Voilà donc la poésie moderne.

Ou le donc est-il de trop ?

Alors :

— Viens-là, poésie moderne !

Mais cette exhortation n'est-elle pas elle aussi excessive ?

Alors :

— Poésie, poésie moderne !

Mais la notion de modernité, toute appréciable soit-elle, n'est-elle pas trop limitative ?

Alors :

— Poésie, ô poésie !

Mais la répétition, n'est-ce pas trop archaïque ?

Alors :

— Ô, poésie !

Voire même :

— Ô !

Mais n'est-ce pas trop d'émotion quand il s'agit d'exprimer tout de façon minimaliste ?

Alors quoi ?

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 19651
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par LoreleiSebasto le Lun 2 Juil 2018 - 21:24

^^
avatar
LoreleiSebasto
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 209
Date d'inscription : 15/08/2016
Age : 30
Localisation : Sion, 1950 CH

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos poèmes

Message par Clicapic le Mar 10 Juil 2018 - 17:30

sonnet pour la sieste qui perdure :


Plus que six heures avant le dîner, patience,
je suis saturée de lait et de chocolat,
je finis l'illusion d'une résilience
Il n'y a rien avant la sieste qui m'affola

Se retourner à huit heures, rester allongée,
le décompte des jours n'apporte qu'à grignoter,
ne pressons pas les inepties sempiternelles
du somme dont l'alanguissement bat de l'aile

Oublions le temps, les gens, les mots d'avant,
Sans rien à préparer, encore m'endormant,
en clignant, j'ai un tranquille isolement

A peine sais-je sur quel côté m'assoupir,
presque moins à gauche qu'à droite je sais écrire,
et qu'enfin je n'oblige personne à me lire
avatar
Clicapic
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 170
Date d'inscription : 18/07/2016

http://yopyyo.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 20 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum