9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner - Page 2 Empty Re: 9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner

Message par Aloysius le Jeu 5 Sep 2013 - 19:43

the buru a écrit:Peux-tu nous dire (au besoin par mp même si je pense que ça peut intéresser des gens) en quoi, d'après toi, Damasio se trompe sur Descartes (enfin sur sa pensée :p )
Par exemple, à la page 335 de L'Erreur de Descartes, nous pouvons lire : "Prise à la lettre, [la] formule ["Cogito ergo sum"] illustre précisément le contraire de ce que je crois être la vérité concernant l'origine de l'esprit et les rapports entre esprit et corps." Tout d'abord, il n'est en rien question pour Descartes de rechercher l'origine de l'âme. (Et, sur ce point, lorsque Descartes obtient cette évidente, c'est-à-dire cette vérité claire et distincte (soit indubitable), qu'il est "une chose qui pense" (autrement dit, une âme), il est encore conscient qu'il a un corps.)

Ce qui m'amuse, c'est qu'on sait, à présent, que le lobe frontal (et, moins approximativement, le cortex préfrontal), qui est essentiel pour l'esprit scientifique, est la partie du cortex dont la maturation est la plus longue. L'aire (de Brodmann) 10, dont Stanislas Dehaene rapportait naguère qu'elle avait le rôle essentiel au sujet de la capacité d'introspection, n'atteint la maturité qu'à l'âge adulte (ou la fin de l'adolescence)... Descartes se fut efforcé, au contraire (et seulement), de résoudre le problème (non cartésien, qu'il soit dit en passant) de la séparation de l'âme d'avec le corps...

Aloysius

Messages : 20
Date d'inscription : 15/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner - Page 2 Empty Re: 9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner

Message par Pieyre le Jeu 5 Sep 2013 - 21:51

Vous m'excuserez de ne pas faire assaut d'érudition (mais j'admire) et de présenter une conception personnelle. Mes influences sont diverses, mais je n'ai jamais fait l'effort de les retenir. En particulier j'ai lu les principaux ouvrages de Descartes, et de Spinoza surtout des commentaires. Mais tout cela il y a longtemps.

Je considère l'homme à la façon d'un système complexe, comme le serait tout aussi bien un animal ou un robot dit intelligent.

Le fait que ce système soit situé dans un environnement conduit à considérer que trois principales fonctions peuvent être distinguées : la sensation (je dirais presque la passion) en entrée, l'action en sortie et la mécanique interne qui permet de transformer l'une en l'autre. C'est-à-dire qu'on a trois facultés (internes) : la perception, la volonté et la cognition. Je ne suis pas sûr de bien choisir mes termes, mais c'est l'idée.

Le problème, c'est qu'en pratique, tout est forcément plus complexe. Si le modèle de l'automate me semble alors éclairant, c'est parce qu'il est entièrement construit par l'homme, et que l'homme sait ce qu'il y a mis pour que ça fonctionne.

— La perception, c'est le fonctionnement des capteurs sensoriels qui ne sont généralement qu'externes mais qui pourraient aussi bien être internes, tout cela en relation avec un système d'interprétation des informations qu'ils fournissent (c'est dire qu'il y a déjà de la programmation (de bas niveau) en jeu, ce qu'on pourrait associer à la cognition, sinon que, dans le cas de l'homme, elle pourrait n'être que semi-automatique).

— Pour l'action, il s'agit de même d'une mécanique associée avec des processus de contrôle (de bas niveau de programmation, toujours) des mouvements effectués.

— Du côté des processus de haut niveau de programmation qui définissent le fonctionnement de l'ensemble d'un point de vue formel, c'est l'analogue de la cognition, ou des facultés intellectuelles qui sont sous le contrôle de la conscience.

Le problème avec ce modèle, c'est qu'il ne correspond pas bien à la notion de volonté. À proprement parler, il n'y a pas de volonté dans l'automate, sinon l'impulsion électrique initiale de la mise en route. L'automate, c'est une structure matérielle inerte qui comprend le substrat du logiciel (le fait d'être distingué du matériel ne résulte que de l'intention du concepteur d'y implémenter une logique) et une étincelle initiale (ou des capteurs énergétiques à vrai dire).

Pourtant on peut ensuite passer à l'homme plus aisément me semble-t-il.

— Dans la perception, on peut rassembler là aussi les sensations (internes ou externes, cela revient au même dans le principe) et leur interprétation automatique, selon des processus inconscients (ou partiellement inconscients, selon les frontières que l'on établit entre sensations et émotions).

— Du point de vue de l'action, c'est sans doute plus complexe que le modèle mécanique, parce que la volonté est intimement liée à la décision de produire des mouvements (davantage que dans la passion de ressentir). On pourrait dire que la volonté réalise le lien entre le libre arbitre et le mouvement.

— Mais le gros morceau, c'est les facultés intellectuelles proprement dites. Que ce soit pour le fonctionnement de la perception, de l'action ou de la pensée, je pense que presque tout notre système nerveux procède de façon (plus ou moins) inconsciente. Nous distinguons la pensée consciente en fonction de la structure organique de l'homme et des œuvres de ses facultés, mais, comme pour l'ordinateur, tout est matériel et tout ou presque est logiciel. Aussi il faut je crois distinguer de façon plus intime et plus abstraite à la fois, en fonction de notre perception globale de nous-mêmes et de notre connaissance des structures logiques du raisonnement.

Sur le plan du corps, le plus intime, c'est la sensation. Aussi je dirais, contrairement à Descartes « je ressens donc je suis », ou plutôt « je ressens, c'est-à-dire que j'existe » mais, dans la mesure où c'est une expression qui fait sens, ce serait encore mieux sous la forme : « je ressens et en relation avec cette sensation je pense, c'est cela exister ». C'est dire que le plus intime, d'une autre façon que la sensation brute, correspond à une faculté conforme à la logique (logique qui a proprement parler n'existe pas, mais est implantée en nous).
Dans le cas de l'ordinateur, la logique s'exprime dans le langage du concepteur. Pour l'homme je considère en première instance qu'il n'y a pas de concepteur. C'est pour cela que c'est de l'ordre de l'intime. En effet, dans la cognition, il y a une partie purement mécanique : les processus inconscients qui sont coordonnés pour fournir des informations à la conscience, que ce soit des données sur le corps ou des éléments ressemblant à une pensée volontaire (ainsi quand je traverse la rue, il y a en moi un calcul qui détermine si je vais éviter le véhicule qui vient dans ma direction). Mais il y a aussi une visée purement logique, celle qui correspond à la création de formes. Les formes n'existent pas en ce sens. Nous les créons selon l'intuition, mais pourtant pas à partir de rien, puisque nous pouvons les formuler dans un langage que les autres hommes comprennent. La volonté s'exerce ici, dans la pensée comme dans le mouvement, selon le libre arbitre.

Alors j'en viens au libre arbitre proprement dit.

Tout peut être objet de science, sans doute, dans la mesure où nous pouvons appliquer la méthode scientifique à nos perceptions aussi bien externes qu'internes (et en ce sens nous percevons aussi quelque chose de notre fonctionnement intellectuel). Mais, ce que je défends, c'est qu'il ne saurait y avoir de définition du libre arbitre qui tienne. En effet il ne s'agit pas d'une grandeur physique (toutes sont liées par des relations aux autres grandeurs) comme la température, ni d'une structure telle que l'espace ou le temps (qui donnent lieu à de telles grandeurs). Contrairement à ma formulation précédente, il me faut dire que le libre arbitre n'entre pas en relation avec la volonté : il s'agit de la même chose, en tant que le libre arbitre s'accomplit et non en tant que concept. Il n'est pas analysable ni mesurable. Certes on peut sans doute circonscrire dans le cerveau des aires que la décision active préférentiellement. Mais il ne s'agit que d'étudier scientifiquement cette fois des processus déterminés, avec des distinctions et des lois. C'est-à-dire qu'on appréhende le libre arbitre selon une approche scientifique que de façon négative, en creux. Toute théorie scientifique n'est-elle pas déterministe, y compris si elle est quantique ? Nous ne pouvons donc pas y inscrire le libre arbitre.

Aussi je récuse aussi cette idée d'une hypothèse pré-rationnelle. Une hypothèse, c'est déjà une conjecture rationnelle, et ce qui est pré-rationnel contient de la rationalité. Pour moi, croire au libre arbitre, c'est un acte de foi obligé.

Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner - Page 2 Empty Re: 9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner

Message par Aloysius le Ven 6 Sep 2013 - 19:32

Pieyre a écrit:Mais, ce que je défends, c'est qu'il ne saurait y avoir de définition du libre arbitre qui tienne. En effet, il ne s'agit pas d'une grandeur physique (toutes sont liées par des relations aux autres grandeurs) comme la température, ni d'une structure telle que l'espace ou le temps (qui donnent lieu à de telles grandeurs).
C'est parce que vous avez, je pense, une conception restreinte de la science... La recherche en philosophie existe ; comme toute autre, elle utilise une méthode scientifique ; la philosophie peut donc se présenter comme science et le libre arbitre en est un objet.

Aloysius

Messages : 20
Date d'inscription : 15/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner - Page 2 Empty Re: 9 grands types d'intelligences - Howard Earl Gardner

Message par Pieyre le Ven 6 Sep 2013 - 20:04

Une conception restreinte de la science, je ne pense pas. On me ferait plutôt le reproche inverse d'ailleurs, dans la mesure où je pense, pour reprendre la formule de Galilée, que la nature est écrite en langage mathématique, ou plutôt que nous ne pouvons rien exprimer de rationnel qui ne soit mathématisable. D'ailleurs il me semble que je répondais à cela dans le reste du paragraphe d'où est extrait cette citation.

Aussi je ne pense pas que la philosophie puisse se présenter comme science. À mon sens elle est plutôt ce qui conditionne toute démarche scientifique. Ce qu'on appelle recherche en philosophie contient bien en pratique une part de science, ou de pré-science mais, dans le principe, ce qu'elle établirait, par l'observation ou la réflexion, serait déjà de la science.
Ainsi il y a des théories du libre arbitre, sans doute, mais toutes les théories proprement dites sont mathématiques, dans leur structure. Seuls les termes élémentaires qu'elle contient peuvent ne pas être définissables, ainsi le libre arbitre ou bien Dieu. Qu'on me présente une théorie, même encore à l'état d'ébauche. Je me charge de la traduire de cette façon.

Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum