"Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Page 1 sur 18 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par unique le Dim 10 Jan 2010 - 21:00

Bonjour

Je recherche d'autres témoignages de personnes qui auraient fait lire le livre à des non-zebres.

Personnellement, j'ai 2 personnes de mon entourage qui ont souhaitées lire le livre. Mais je suis un peu dubitative devant leur ressenti... Neutral

Tout d'abord, mon conseillé de bilan de compétence (j'ai découvert mes zebrures pendant mon bilan). Il a trouvé le livre déprimant et négatif! affraid
Par ailleurs, mon oncle, (qui est pourtant quelqu'un d'ouvert et qui a l'habitude de s'occuper d'ados en détresse)
a avoué ne pas avoir accroché du tout et avoir abandonné à la moitié... No

Devant ces réactions, j'avoue avoir éprouvé un soulagement (car je croyais que tout le monde réagirait comme moi ce qui aurait prouvé que le faite d'etre zebre est une fumisterie Embarassed ) et à la fois une énorme surprise (je suis vraiment zebre! Exclamation hou la la...va falloir gérer ça maintenant Exclamation )
avatar
unique
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 211
Date d'inscription : 09/08/2009
Age : 36
Localisation : cholet...

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Belkis le Dim 10 Jan 2010 - 21:23

hum....je ne sais pas si cela pourra t'aider mais pour ma part, mes essais pour faire lire ce livre à des non-zèbres ont étés de cuisants échecs.
Apparemment l'idée d'être "trop intelligent pour être heureux" les effrayaient,une personne m'a même dit qu'elle trouvait cette idée ridicule. Pour elle l'intelligence apportait forcément le bonheur.
Tu me donnes envie de réessayer pourtant......
avatar
Belkis
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 11
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 26
Localisation : Paris/Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Eneugme le Dim 10 Jan 2010 - 21:57

Le TOP 5 des discours de non-zèbres à la lecture de JSF :

" Mais il n'y a pas d'intelligence supérieure. On est tous différemment intelligents. "

" A quoi ça te sert de savoir que tu es surdoué honnêtement ? "

" C'est une manière trop réductrice et élitiste de se penser surdoué. "

" Tous les gens sont différents et ont eu une scolarité difficile. Moi aussi, j'étais un cancre à l'école. "

" Le QI, c'est n'importe quoi. C'est juste un chiffre. "

Eneugme
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 122
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 35
Localisation : Paris

https://www.promethee-devperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Invité le Dim 10 Jan 2010 - 23:51

hum... dans le genre, je l'ai appris à un ami hier, j'ai essayé d'expliquer ce que ça m'avait couté, les difficultés que ça me causait, j'ai eu droit à :
"Tu sais c'est difficile de lire ça, on en envie de dire "pauvre petite fille riche" " ( c'était sur msn, d'où le "lire")

Ce à quoi j'ai répondu qu'on pouvait toujours donner sa fortune pas son cerveau...

mmmh... je crois que je vais pas lui faire lire le livre...
par contre, je pensais le faire lire à ma mère, vous me faites hésiter là.....


Dernière édition par Vega le Lun 11 Jan 2010 - 0:59, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Phedre le Dim 10 Jan 2010 - 23:57

Moi je l'ai très peu fait...et la réaction de 2 personnes a été du genre, ouais, moi aussi ! (je ne suis pas juge, je n'en sais rien, disons que je n'en ai pas l'impression pour ces personnes-là, je ne peux pas être sûre)

A vrai dire je n'en ai pas beaucoup parlé après une réaction désagréable au sein de ma famille...

Mais ça m'intéresse bien de connaître les diverses réactions que vous avez eues !

"pauvre petite fille riche"...c'est vraiment vache ça...la vache...je sais pas si je vais m'en remettre...l'ignorance est un fléau...
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 0:49

Phedre a écrit:Moi je l'ai très peu fait...et la réaction de 2 personnes a été du genre, ouais, moi aussi ! (je ne suis pas juge, je n'en sais rien, disons que je n'en ai pas l'impression pour ces personnes-là, je ne peux pas être sûre)

A vrai dire je n'en ai pas beaucoup parlé après une réaction désagréable au sein de ma famille...

Mais ça m'intéresse bien de connaître les diverses réactions que vous avez eues !

"pauvre petite fille riche"...c'est vraiment vache ça...la vache...je sais pas si je vais m'en remettre...l'ignorance est un fléau...

Bah il m'en a fait tellement d'autres que je lui en veux même plus. Ca m'a fait du bien, finalement, je recommençais à croire qu'il pouvait être gentil ( c'est un ex qui m'a fait bcp de mal, parfois malgré lui)..... il peut être adorable et puis d'un coup, il débloque et bascule de compréhension à jalousie....

j'essayais de lui expliquer pourquoi le résultat de mon test m'avait fait un choc et pourquoi je ne sautais pas au plafond en trouvant ça génial, , j'essayais de lui décrire tout ce que ça voulait dire en terme d'adaptation aux autres, à l'école etc... à la perte de "qui je suis" etc... Mais bon.... pas grave, il y a un tas de personnes plus intéressantes sur terre.
Ca veut juste dire qu'il faut faire attention, je suis naïve, j'ai du mal à penser que les gens vont être jaloux ( parce que ce n'est que ça, de la jalousie). Pourtant, c'est le cas, il faut faire attention. Mais il suffit d'ouvrir les yeux et le coeur, on sait bien à qui on peut se permettre d'en parler ou pas.
J'en ai parlé à 2 amis proches, ils ont été surpris, ils m'ont d'abord demandé à quoi ça servait, qu'un chiffre voulait rien dire etc.. mais ils ne m'ont pas jugée, ils m'ont écoutée et je crois qu'ils ont compris.
Mais ce sont des gens proches et intelligents...

Enfin bref, ça me dit pas si je donne le livre à ma mère ou pas....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Phedre le Lun 11 Jan 2010 - 1:08

oui la naïveté...oui la difficulté à oser poser le terme "jaloux" sur quelqu'un...

pour ta maman...essaie de lui en parler et de voir sa réaction ? de voir si elle en reparle d'elle-même plus tard ? (si elle le demande) de poser le livre discrètement chez elle...pour qu'elle le trouve et y réfléchisse toute seule ? ou de lui dire franchement que c'est important pour toi qu'elle le lise...?
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 1:12

Je ne sais pas si je dois battre le fer tant qu'il est chaud ou attendre d'avoir digéré tout ça.
D'autant qu'elle habite à 700km, donc je ne la vois pas tous les jours...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par unique le Lun 11 Jan 2010 - 12:46

Belkis a écrit: Apparemment l'idée d'être "trop intelligent pour être heureux" les effrayaient,une personne m'a même dit qu'elle trouvait cette idée ridicule. ..

Je leur avais présenté le livre de façon détournée, en expliquant bien qu'il ne fallait pas s'arreter au titre qui pouvait paraitre prétentieux. Wink

Vega a écrit:Bah il m'en a fait tellement d'autres que je lui en veux même plus. Ca m'a fait du bien, finalement, je recommençais à croire qu'il pouvait être gentil ( c'est un ex qui m'a fait bcp de mal, parfois malgré lui)..... il peut être adorable et puis d'un coup, il débloque et bascule de compréhension à jalousie....

J'ai découvert mes zebrures après une relation très incompréhensible avec mon ex (faite de moments supers tendres et de moments où je n'arrivais pas du tout à comprendre pourquoi il jouait au con). Mais j'étais restée en contacte avec lui car finalement, on s'est séparés en bon termes. Et il est la 1ère personne à qui je l'ai dit. Sa réponse: "t'es un type de Jonathan" lol! (c'était pendant secret story!). et puis plus rien... gros vide... Shocked
Sur le moment j'ai été très déçue qu'il ne veule pas en savoir plus, puis, après la réaction catastrophique de mes parents, j'ai revu ma copie, et l'ai remercié de ne pas m'avoir jugé... cheers

Vega a écrit:J'en ai parlé à 2 amis proches, ils ont été surpris, ils m'ont d'abord demandé à quoi ça servait, qu'un chiffre voulait rien dire etc.. mais ils ne m'ont pas jugée, ils m'ont écoutée et je crois qu'ils ont compris.

J'ai voulu en parler à ma meilleure amie mais devant son inintéressement aux approches que je pouvais faire, j'ai même pas oser lui dire finalement. Embarassed

Aujourd'hui seuls mon frère, mon oncle, mon ex et une amie (pas si proche que ça) le savent. Je garde ça pour moi... et je me demande si ce n'est pas mieux. Pourtant y a eu une période où j'aurais adorée le crier partout!!!
avatar
unique
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 211
Date d'inscription : 09/08/2009
Age : 36
Localisation : cholet...

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Gigi le Lun 11 Jan 2010 - 13:26

Je serais plutôt en faveur de la prudence. Du fait de mon expérience personnelle, des conseils de ma psy et de ce que dis JSF dans son bouquin. Mon feeling, là, c'est que tu as déjà un gros morceau à digérer, ne va pas affronter de nouveaux monstres tout de suite, ne te met pas en danger. Où est l'urgence ?

Perso, plus le temps passe, plus je préfère l'approche qui consiste à distiller à bon escient les différentes facettes/caractéristiques de ma personnalité et de mon identité. Ne pas chercher à afficher de suite un package complet, mais s'approprier puis parler de, ne pas cacher, affirmer, être fier de... ses caractéristiques (sensibilité, empathie, intérêts variés, mode de réflexion, vivacité d'esprit...). Lorsque cela vient naturellement, en fonction des circonstances. Sans forcément réclamer la compréhension et l'acceptation, juste style "pour info" : « ah, mais tu sais, moi je suis comme cela, c'est cela qui me booste dans la vie,... ». Sous-entendu « cela fait partie de moi, de mon identité », « je ne vais pas le changer pour toi », et « je n'ai pas à me justifier, c'est comme çà ».

Pour moi cette approche présente aussi l'avantage que, en n'affichant pas comme première info une étiquette ("surdoué"), tu évites l'effet image préconçue, caricature, qui va forcément se mettre en filtre de tout ce que tu essaieras de faire passer ensuite. En commençant par parler direct des choses importantes pour toi, des caractéristiques sur lesquelles tu veux communiquer, tu garanties que l'attention se l'autre sera plus disponible, sera là-dessus et non sur ses fantasmes ou ses propres difficultés (envie).

Pour revenir à l'idée d'urgence : si tu ressens le besoin de parler maintenant, ne serais-ce pas plutôt que tu as besoin de partager ces expériences fortes que tu es en train de vivre ? Plus que de parler du résultat, de « qui tu es », parler de ce que tu vis, du travail de recherche de soi, du chamboulement identitaire, du « il m'arrive un truc dingue », du « çà secoue un max ».

Et pour revenir sur les réactions (à l'annonce orale, je n'ai jamais fait lire le livre à un non-zèbre), j'ai eu droit à :
  • « Je vous arrête tout de suite, je ne crois pas à l'existence des "surdoués". » - mon généraliste, qui m’avait demandé comment cela se passait avec la psy qu’il m’avait recommandée. Pas réussi à retourner le voir depuis : que se passera-t-il si j'ai une maladie dont il ne croit pas à l'existence ?
  • « Mais bien sûr, on a toujours su que tu avais des capacités, mais, si tu as un tel potentiel, pourquoi tu ne l’utilises pas ?» - un de mes parents, l’autre a compris car il sait de l’intérieur ; merci pour le retour en force de la pression de performance et de ma propre difficulté à l’acceptation des limites et de la finitude (à sa décharge c’est un écho de sa propre histoire).
  • « Ouais, et alors ? Moi… (enchaîne à parler d’elle et uniquement d’elle, sur d’autres sujets) » - une "amie" qui n’en est plus vraiment une, relation trop « tout pour elle ».
Mais aussi à :
  • « Oh, çà ne m’étonne pas. C’est cool d’avoir fait ce test, çà a dû t’apprendre plein de choses sur toi ! J’aimerais bien le faire aussi, çà doit être rigolo. » - une amie toujours très enthousiaste, en mode soutien inconditionnel Smile.
  • « Super, en fait tu es un peu comme Lisbeth Slander, j’adore ! » - une copine qui a de génial qu’elle trouve toujours le bon côté des choses. Elle ne va pas être envieuse, elle va trouver cool de découvrir des choses nouvelles sur / grâce à ses amis (en l’occurrence je crois que c’est plus le côté espionnage informatique qui titillait sa curiosité Wink).
  • « Ouh là, là, et alors çà t’a fait quoi ? C’était pas trop dur ? » - une autre copine qui prend les choses comme elles viennent, aime partager les émotions et les expériences, a fait elle-même des démarches introspectives et est donc à l’aise avec ce domaine.

Et quand j’y repense, dans le premier cas (les réactions "négatives"), j’ai plus balancé le truc d’un coup, le « je suis …». Alors que dans le second, j’ai parlé de ce que je vivais, le « il m’arrive un drôle de truc, j’en suis toute retournée ». Ce n’était pas les mêmes personnes non plus, pas avec les types de relations et les mêmes enjeux.
Côté amis, je ne l’ai dit qu’à très peu, uniquement ceux que je sentais aptes à réagir avec le cœur.
Côté parents, je regrette presque de l’avoir dit. Je voulais leur faire lire le livre, mais j’ai pensé que c’était trop long à lire, que l’important risquait de ne pas ressortir. Et risqué. Je me dis qu'il vaudrait mieux un résumé qui mette en avant l’important.
avatar
Gigi
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 771
Date d'inscription : 08/10/2009
Age : 44
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 14:59

Désolée unique, on s'éloigne un peu du sujet là mais merci de ta réponse, c'est très intéressant.

unique a écrit:

Vega a écrit:Bah il m'en a fait tellement d'autres que je lui en veux même plus. Ca m'a fait du bien, finalement, je recommençais à croire qu'il pouvait être gentil ( c'est un ex qui m'a fait bcp de mal, parfois malgré lui)..... il peut être adorable et puis d'un coup, il débloque et bascule de compréhension à jalousie....

J'ai découvert mes zebrures après une relation très incompréhensible avec mon ex (faite de moments supers tendres et de moments où je n'arrivais pas du tout à comprendre pourquoi il jouait au con). Mais j'étais restée en contacte avec lui car finalement, on s'est séparés en bon termes. Et il est la 1ère personne à qui je l'ai dit. Sa réponse: "t'es un type de Jonathan" lol! (c'était pendant secret story!). et puis plus rien... gros vide... Shocked
Sur le moment j'ai été très déçue qu'il ne veule pas en savoir plus, puis, après la réaction catastrophique de mes parents, j'ai revu ma copie, et l'ai remercié de ne pas m'avoir jugé... cheers

Ce qui me déçoit c'est que lui-même parlait avant de mon "espace intérieur", qu'il fallait que j'arrête ma cervelle de tourner, etc... ça n'a pas vraiment été une surprise pour lui. Mais la jalousie a quand même pointé le bout de son nez.... Enfin, je pense que j'ai réussi à lui faire comprendre, un peu, que c'était comme ça et que ça ne changerait pas.


Vega a écrit:J'en ai parlé à 2 amis proches, ils ont été surpris, ils m'ont d'abord demandé à quoi ça servait, qu'un chiffre voulait rien dire etc.. mais ils ne m'ont pas jugée, ils m'ont écoutée et je crois qu'ils ont compris.

J'ai voulu en parler à ma meilleure amie mais devant son inintéressement aux approches que je pouvais faire, j'ai même pas oser lui dire finalement. Embarassed

Aujourd'hui seuls mon frère, mon oncle, mon ex et une amie (pas si proche que ça) le savent. Je garde ça pour moi... et je me demande si ce n'est pas mieux. Pourtant y a eu une période où j'aurais adorée le crier partout!!!

Pour l'instant j'ai envie de le crier partout aussi, mais je ne le fais pas. Je sais que ça serait perçu comme " je suis super intelligente" alors que c'est plus un " je ne suis pas folle".... Enfin je le perçois comme ça, je ne sais pas trop au fond, pourquoi j'ai envie d'en parler. En tous cas, ça fait 4 jours et ça me secoue toujours...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par chironex le Lun 11 Jan 2010 - 15:08

La couverture du livre m'avait sauté à la figure, j'ai été comme hypnotisée et l'ai acheté. J'étais tellement pressée de le lire que j'ai commencé à le dévorer dans le métro. Les regards des gens, genre "quoi? une surdouée, cette nana en perfecto et ses cheveux en pétard?" Cela m'a vachement refroidi d'en parler sans être sûre que la personne soit également zèbre.
avatar
chironex
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 175
Date d'inscription : 27/12/2009
Localisation : bruxelles

http://http//:out-of-the-bok-s.skynetblogs.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 15:15

Gigi a écrit:
Pour moi cette approche présente aussi l'avantage que, en n'affichant pas comme première info une étiquette ("surdoué"), tu évites l'effet image préconçue, caricature, qui va forcément se mettre en filtre de tout ce que tu essaieras de faire passer ensuite. En commençant par parler direct des choses importantes pour toi, des caractéristiques sur lesquelles tu veux communiquer, tu garanties que l'attention se l'autre sera plus disponible, sera là-dessus et non sur ses fantasmes ou ses propres difficultés (envie).
Oui, j'ai bien identifié le risque, le mot surdoué est une étiquette très forte et les gens ont vraiment du mal à en sortir.... Je dirais qu'il leur faut beaucoup d'amour et d'ouverture pour ça....


Pour revenir à l'idée d'urgence : si tu ressens le besoin de parler maintenant, ne serais-ce pas plutôt que tu as besoin de partager ces expériences fortes que tu es en train de vivre ? Plus que de parler du résultat, de « qui tu es », parler de ce que tu vis, du travail de recherche de soi, du chamboulement identitaire, du « il m'arrive un truc dingue », du « çà secoue un max ».
le problème, c'est que j'ai du mal à comprendre ce qu'il se passe en moi, je sens que ça bouge, mais je ne comprends pas trop comment.


Et pour revenir sur les réactions (à l'annonce orale, je n'ai jamais fait lire le livre à un non-zèbre), j'ai eu droit à :
  • « Je vous arrête tout de suite, je ne crois pas à l'existence des "surdoués". » - mon généraliste, qui m’avait demandé comment cela se passait avec la psy qu’il m’avait recommandée. Pas réussi à retourner le voir depuis : que se passera-t-il si j'ai une maladie dont il ne croit pas à l'existence ?
C'est quoi ce médecin? Déjà, la façon dont il met à jour ses connaissances fait un peu peur mais en plus quel sens de l'ouverture. Moi aussi je serais partie en courant. Mais de façons générales, j'ai beaucoup de mal avec le corps médical qui ne sait pas fonctionner sans nous mettre dans des cases et malheur à nous si nous ne rentrons pas dans une case . En général, pour eux, cela signifie que nous ne sommes pas malade...


  • « Mais bien sûr, on a toujours su que tu avais des capacités, mais, si tu as un tel potentiel, pourquoi tu ne l’utilises pas ?» - un de mes parents, l’autre a compris car il sait de l’intérieur ; merci pour le retour en force de la pression de performance et de ma propre difficulté à l’acceptation des limites et de la finitude (à sa décharge c’est un écho de sa propre histoire).
  • Alors là, je comprends pas non plus, on peut pas dire que tu n'aies rien fait. Il y a des surdoués en échec scolaire et même si ça n'excuse pas ce type de réaction, on peut la comprendre, mais en ce qui te concerne, je comprends vraiment pas...
    Enfin dans le genre, la psy avec qui j'ai passé le test m'a demandé à la fin ce que j'allais faire de tout ça... Je lui ai dit que j'en avais déjà fait beaucoup... Et c'est vraiment ce que j'ai eu devant les yeux en voyant ce chiffre.... Comme si ça voulait dire que j'étais quelqu'un d'anormal, bien plus que je ne le pensais et que finalement, j'avais réussi à réussir normalement, que j'avais l'air presque normale, même si au fond de moi, je savais depuis longtemps que c'était faux.
    Et je crois que c'est le décalage que j'ai vu, dans ce simple chiffre entre ce que j'ai l'air d'être et ce que je suis.... Je crois que c'est ça qui me bouscule autant...


  • « Ouais, et alors ? Moi… (enchaîne à parler d’elle et uniquement d’elle, sur d’autres sujets) » - une "amie" qui n’en est plus vraiment une, relation trop « tout pour elle ».

  • là, pas grand chose à dire de plus, on sait ce que valent ces amis-là...


    Mais aussi à :
    • « Oh, çà ne m’étonne pas. C’est cool d’avoir fait ce test, çà a dû t’apprendre plein de choses sur toi ! J’aimerais bien le faire aussi, çà doit être rigolo. » - une amie toujours très enthousiaste, en mode soutien inconditionnel Smile.
    • « Super, en fait tu es un peu comme Lisbeth Slander, j’adore ! » - une copine qui a de génial qu’elle trouve toujours le bon côté des choses. Elle ne va pas être envieuse, elle va trouver cool de découvrir des choses nouvelles sur / grâce à ses amis (en l’occurrence je crois que c’est plus le côté espionnage informatique qui titillait sa curiosité Wink).
    • « Ouh là, là, et alors çà t’a fait quoi ? C’était pas trop dur ? » - une autre copine qui prend les choses comme elles viennent, aime partager les émotions et les expériences, a fait elle-même des démarches introspectives et est donc à l’aise avec ce domaine.

    Et quand j’y repense, dans le premier cas (les réactions "négatives"), j’ai plus balancé le truc d’un coup, le « je suis …». Alors que dans le second, j’ai parlé de ce que je vivais, le « il m’arrive un drôle de truc, j’en suis toute retournée ». Ce n’était pas les mêmes personnes non plus, pas avec les types de relations et les mêmes enjeux.
    Côté amis, je ne l’ai dit qu’à très peu, uniquement ceux que je sentais aptes à réagir avec le cœur.
    C'est bien d'avoir des amis comme ça, j'en ai aussi et ça vaut de l'or. L'essentiel, comme tu dis, c'est que les gens réagissent avec le cœur.... L'intelligence du cœur en quelque sorte...


    Côté parents, je regrette presque de l’avoir dit. Je voulais leur faire lire le livre, mais j’ai pensé que c’était trop long à lire, que l’important risquait de ne pas ressortir. Et risqué. Je me dis qu'il vaudrait mieux un résumé qui mette en avant l’important.
    Je veux quand même en parler à ma mère... C'est avec elle qu'il y a le plus de risque parce qu'elle a grandi dans un carcan catholique où le pécher d'orgueil est mortel! Mais je sais qu'elle m'aime vraiment et qu'elle saura dépasser ça.
    Pour mon père... il est tellement sur sa planète qu'il ne dirait rien,ne jugerait pas, mais je sais pas si ça changerait grand chose... Si, il serait sans doute fier sans trop comprendre tout ce que ça implique...
    Je ne suis pas sure que ça les surprendrait beaucoup en fait.... c'est juste que je n'ai pas envie qu'ils s'en tiennent aux stéréotypes.....

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 15:16

    chironex a écrit:La couverture du livre m'avait sauté à la figure, j'ai été comme hypnotisée et l'ai acheté. J'étais tellement pressée de le lire que j'ai commencé à le dévorer dans le métro. Les regards des gens, genre "quoi? une surdouée, cette nana en perfecto et ses cheveux en pétard?" Cela m'a vachement refroidi d'en parler sans être sûre que la personne soit également zèbre.

    Moi je me planque pour le lire, hors de question de l'amener au boulot ou de le lire en public, c'est clair.
    Il faut dire que le titre peut être accrocheur, mais rebuter aussi... Ca fait très prétentieux quand même...

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Tit'C. le Lun 11 Jan 2010 - 17:18

    l'expérience a été assez flagrante pour moi....je veux dire, la lecture par des non-zèbres/et des "suspectés zèbres" Suspect ...j'ai commencé par une personne qui a été "déclencheur dans ce nouveau parcours personnel... quand je lui est parlé du livre, il s'est tout de suite intéressé, a pris les réf du bouquin et en a accepté d'en parlé librement avec moi, enfin, je pouvais en parler librement, il écoutait vraiment attentivement...
    parallèlement, j'ai mené la même expérience avec mon conjoint de l'époque: il ne s'est pas intéressé au sujet et malgré mes encouragement à ce qu'il se penche sur l'ouvrage, lui qui disait chercher à me comprendre, il n'a jamais ouvert le livre, ni voulu que je lui en parle...je le sentais hermétique et loin du sujet...nous étions d'ailleurs souvent en désaccord au sujet du surdouement et de ces représentations bien avant que je lise ce livre. il était (est toujours) prof en collège privé avec une section d'enfants précoces...sa vision des choses me semblait toujours trop rapide, étroite...
    j'ai parlé du livre très tôt à mes parents...ils l'ont acheté, ainsi que celui d'arielle ADDA et Terrassier, dans la foulée! Laughing (réflexion de mon père: "on le sait ça...mais c'est marrant de le voir écrit sur le papier, quand meme..." / ma mère "oui, et tu vois, ça me fais penser à....et puis quand....et parce que....tu te rappelles....et moi....et moi...et moi..." Very Happy ....à la fin de la soirée j'avais le cerveau en bouilli comme à chaque visite...on n'a jamais fini de se parler, c'est génial, prise de tête et épuisant...mais quelle chance!)
    ma soeur a fait relais vers une amie ayant des enfants précoces, et moi vers mes deux plus proches amies...qui ont vachement été intéressée...l'une est en cours de lecture, l'autre en attente d'être livrée du bouquin....
    étant formatrice pour adultesn notamment sur les questions d'accompagnement des personnes en difficultés, il m'arrive de glisser le thème de la douance au milieu du reste, comme ça, comme n'importe quel autre concept et de faire réfléchir aux (fausses) représentations que l'on a sur les personnes qui nous entourent...

    Mon expérience fait un peu boule de neige autour de moi...donc tout dépend de l'environnement que l'on s'est créé au moment où la rencontre avec sa zébritude à lieu et de l'environnement dans lequel on évolue...
    et il est vrai, que j'ai pu constater l'attirance et la curiosité clairement affichée de Z potentiels vers l'ouvrage et le déni, le non intérêt, la non curiosité de non Z potentiels...De la à généraliser, of course not! ce n'est qu'une réalité fragmentaires observée dans mon écosystème.... Laughing Suspect geek

    @ Vega: personnellement cela a été un moyen de nouer avec ma propre mère à la fois des rapports de femme à femme et de pacifier mes rapports de fille à mère, tant que j'ai pu la rassurer sur ces incertitudes de mère à avoir "fait correctement les choses"...
    Je pense que c'est une démarche importante, que si tu en sens la nécessité, alors suis ton coeur, tout se fera en tant et en heure, à ton rythme.
    je suis de tout I love you avec toi Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
    avatar
    Tit'C.
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 246
    Date d'inscription : 19/12/2009
    Age : 40
    Localisation : île de france / rhône alpes

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Nobody le Jeu 21 Jan 2010 - 9:51

    Moi, les rares personnes à qui j'en ai parlé (mes parents qui ont acheté le livre et mon ex compagnon...) se sont empressés de ne surtout pas le lire... Bon Suspect

    Nobody
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 259
    Date d'inscription : 01/12/2009
    Age : 40
    Localisation : nulle part

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par unique le Jeu 21 Jan 2010 - 12:55

    Vega a écrit:Pour l'instant j'ai envie de le crier partout aussi, mais je ne le fais pas. Je sais que ça serait perçu comme " je suis super intelligente" alors que c'est plus un " je ne suis pas folle".... Enfin je le perçois comme ça, je ne sais pas trop au fond, pourquoi j'ai envie d'en parler. En tous cas, ça fait 4 jours et ça me secoue toujours...

    Toi au moins tu as réussi à te poser (même 4 jours, c'est déjà ça... Wink ). Perso, je n'ai pas eu plus de 10mn de patience après cette découverte Embarassed (à la lecture du livre). Puisque ma mère me crois folle depuis longtemps, j'ai sauté sur le téléphone pour lui dire :"maman, ça y ai, j'ai trouvé, je ne suis pas folle, je suis juste surdouée cheers ".

    Alors pas difficile d'imaginer la réaction en face: "qu'est-ce que tu t'es encore inventé scratch ? De toute façon, seul un psy peut faire se diagnostique et encore...".
    Faut dire que ça fait des années que je cherche à comprendre qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez moi, pourquoi je ne suis pas comme les autres... Mais avec le recul c'est sûre que je m'y suis pris comme un manche!!! Razz
    Aujourd'hui, bizarement la seule chose qui me reste en travers de la gorde c'est le "et encore..." puisque c'est effectivement ce qui c'est passé quand je lui ai annocé le résultat des tests :"ta psy n'a fait que dire ce que tu voulais qu'elle dise, ce n'est pas un vrai diagnostique, de toute façon puisqu'elle est spécialisée "surdoué" sa vision est déformée, elle ne voit plus que ça"

    Retour au sujet d'origine!!
    Merci pour tous vos témoignanes, je me sens moins seule maintenant...
    Apparement c'est assez unanime commes réactions...
    Mais je ne pense pas que ce soit une raison suffisante pour refuser de le faire lire aux gens qui nous sont proches...
    Perso, j'ai bien l'intention de réessayer, mais peut etre pas avec ce livre là exactement ...
    avatar
    unique
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 211
    Date d'inscription : 09/08/2009
    Age : 36
    Localisation : cholet...

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par tether le Mer 10 Fév 2010 - 17:31

    Mes essais en la matière ont été assez étrange. Je l'ai prêté à lire à plusieurs personnes, entre autres :
    => 2 amis. Ils m'ont dit l'avoir lu, ne pas en avoir pensé quoi que ce soit, et n'en ont jamais reparlé.
    => un collègue, qui a gardé le livre sans y toucher pendant 2 mois, puis l'a lu... l'a relu... et l'a re-relu et veut m'en parler absolument. Affaire à suivre.

    tether
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 230
    Date d'inscription : 08/09/2009
    Localisation : Paris

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par bepo le Mer 10 Fév 2010 - 18:09

    Vega a écrit:
    Gigi a écrit:

    Et pour revenir sur les réactions (à l'annonce orale, je n'ai jamais fait lire le livre à un non-zèbre), j'ai eu droit à :
    [list][*] « Je vous arrête tout de suite, je ne crois pas à l'existence des "surdoués". » - mon généraliste, qui m’avait demandé comment cela se passait avec la psy qu’il m’avait recommandée. Pas réussi à retourner le voir depuis : que se passera-t-il si j'ai une maladie dont il ne croit pas à l'existence ?
    C'est quoi ce médecin? Déjà, la façon dont il met à jour ses connaissances fait un peu peur mais en plus quel sens de l'ouverture. Moi aussi je serais partie en courant. Mais de façons générales, j'ai beaucoup de mal avec le corps médical qui ne sait pas fonctionner sans nous mettre dans des cases et malheur à nous si nous ne rentrons pas dans une case . En général, pour eux, cela signifie que nous ne sommes pas malade...
    Il faut dire que les études de médecine correspondent principalement à du bourrage de crâne. Normal qu'il n'y croie pas. Y'a aucun raccourci a prendre dans cet façon d'aborder la science. Maintenant il faut avouer que le mythe du surdoué (d'ailleurs souvent assimilé à un golden boy a qui tout réussit) peut éventuellement être nocif s'il donne l'impression qu'un surdoué doit s'affranchir de toutes les règles et fonctionnement inutiles que s'impose la majorité. Être surdoué, ca devrait être accompagné d'un mode d'emploi .lol!. Du coup un médecin pense au bien être de ces patient, et face au risque du mythe du superman, si en plus il se considère comme l'élite de la société, tu comprends qu'il soit pas de la plus grande ouverture d'esprit. En plus un médecin, ça ne débat pas avec ses patients (qui se mettrait d'ailleurs alors a avoir peur !), ça pose des diagnostic ! En fait comme tous les corps de métier. Quel professionnel est capable de la plus petite remise en cause, voire d'une explication réelle ? Peu ! Bref


    En ce qui me concerne Ma femme a du mal a comprendre l'intérêt de se savoir zèbre ou HQI. Elle voit pas ce que ça pourrait changer. Du coup elle voit encore moins l'intérêt de lire le livre sans avoir été diagnostiqué avant, hypothèse que de toute façon elle exclue de son raisonnement, puisque ça ne changerait rien.
    Sinon il faut pas oublier que le livre de SF n'est que l'œuvre d'une personne, qui n'est pas DIEU (encore faudrait il qu'il existe). Ce n'est pas non plus un outils d'auto diagnostic. Ensuite je vois pas pourquoi les surdoués aurait des mécanismes de fonctionnement internes qualitativement différents. Quantitativement pourquoi pas, encore que je doute du "quantitativement plus". Donc forcément y'a dans ce livre quantité ressentis qui peuvent coller a beaucoup de gens. Donc moi je garde le livre pour moi. Je sais déjà pas trop quoi en tirer en terme de conclusion, alors aller clamer que je crois bien m'y reconnaitre, que j'ai des doutes mais que,...et puis aussi::: sauf que....... Bref le livre est utile pour aider a s'accepter tel que l'on est, si c'est pour provoquer une réaction de rejet chez les autres....

    bepo
    Rayures indélébiles
    Rayures indélébiles

    Messages : 2514
    Date d'inscription : 14/09/2009
    Age : 47

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Chrodegang le Mar 23 Fév 2010 - 21:36

    Ma mère (non-Z) a lu le bouquin après moi. J'étais scandalisée parce que j'avais décrit beaucoup de choses présentes dans le bouquin de moi même bien avant de le lire, et elle, tout ce qu'elle a trouvé à dire, c'est que oui, il y avait des choses qui me ressemblaient. Un mouais qui, comme souvent chez ma mère, est plutôt un euphémisme qu'autre chose. C'est ça le problème, elle n'ose pas dire les choses franchement.

    A partir du moment où j'ai lu le bouquin, découvert que j'avais compris beaucoup de choses toute seule (c'était frustrant, d'ailleurs, de ne pas voir ma clairvoyance récompensée à sa juste valeur - je suis en mode gamine de cp qui mendie des compliments, là!!!), que j'ai trainé sur des forums de zèbres et noué des relations bien plus élaborées qu'avant (d'ailleurs c'était pas dur, mes relations dans la vie réelle sont quasiment inexistantes), j'ai accepté tout de go que j'en étais. Je n'aime pas minauder. Tous les signes montrent que je le suis, bon, pas la peine de tergiverser, je le suis (en même temps, ce n'était pas une révélation foudroyante pour moi, contrairement à d'autres). Mais ma mère, qui pourtant m'avait dit un jour qu'elle était certaine que j'étais surdouée et qu'elle n'était qu'une nulle qui avait tout râté de mon éducation, n'a pas vraiment fait de commentaires à la lecture du livre. Qui sait ce qu'elle en pense réellement?

    J'imagine que ça doit être le cas de beaucoup de non-zèbres. Ils ne se reconnaissent pas, mais ne mobilisent pas non plus beaucoup de volonté pour analyser leur lecture. Du coup, leur réaction nous apparait comme morne (j'ai envie de dire boueuse, lol) ou insipide. Quand j'ai dit à ma mère que j'étais synesthète, mais que ce n'était pas une maladie, elle a quand même insisté pour que j'aille me faire soigner et que ça parte, puisque ça m'empêchait de m'exprimer correctement...
    avatar
    Chrodegang
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 116
    Date d'inscription : 28/01/2010
    Age : 33
    Localisation : pour l'instant les Yvelines (Rambouillet)

    http://chrodegang.wordpress.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par ahlala le Mer 24 Fév 2010 - 14:44

    ?


    Dernière édition par ahlala le Mar 20 Avr 2010 - 3:49, édité 1 fois
    avatar
    ahlala
    Rayures apprivoisées
    Rayures apprivoisées

    Messages : 899
    Date d'inscription : 08/02/2010
    Age : 40
    Localisation : Angers

    http://www.acsis-pm.org/10Intro.html

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par gemini le Mer 24 Fév 2010 - 15:47

    ahlala a écrit:Mon meilleur ami est très très intelligent, mais pas surdoué, je trouve ça super compliqué d'en parler avec lui depuis que j 'ai saisi la nuance.
    +1
    Ca fout le bordel, ça. Comment s'y retrouver entre :
    - Les intelligents et zèbres
    - Les intelligents sans être zèbres
    - Les hypersensibles zèbres
    - Les hypersensibles sans être zèbres
    - Les zèbres qui masquent leur intelligence et leur hypersensibilité
    scratch
    avatar
    gemini
    Rayures fidèles
    Rayures fidèles

    Messages : 273
    Date d'inscription : 19/08/2009
    Age : 38

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Invité le Mer 24 Fév 2010 - 17:47

    Je viens d'en parler à ma mère et de lui donner le livre....
    Ca s'est bien passé, mais je me demande si elle est pas un peu zèbre elle aussi....

    Sinon, c'est quoi pour vous quelqu'un de très intelligent mais pas zèbre?

    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Marty le Mer 24 Fév 2010 - 23:59

    Vega a écrit:Je viens d'en parler à ma mère et de lui donner le livre....
    Ca s'est bien passé, mais je me demande si elle est pas un peu zèbre elle aussi....

    Sinon, c'est quoi pour vous quelqu'un de très intelligent mais pas zèbre?

    Pour moi, c'est quelqu'un qui comprend beaucoup de choses mais pas tout, qui souvent est sur la même longueur d'ondes qu'un zèbre mais limité dans le temps (et l'espace)
    un zèbre, c'est NO LIMIT
    avatar
    Marty
    Rayures indélébiles
    Rayures indélébiles

    Messages : 1681
    Date d'inscription : 05/02/2010
    Localisation : ici et maintenant

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par ahlala le Jeu 25 Fév 2010 - 8:08

    Smile


    Dernière édition par ahlala le Lun 24 Mai 2010 - 22:41, édité 1 fois
    avatar
    ahlala
    Rayures apprivoisées
    Rayures apprivoisées

    Messages : 899
    Date d'inscription : 08/02/2010
    Age : 40
    Localisation : Angers

    http://www.acsis-pm.org/10Intro.html

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: "Trop intelligent pour être heureux" lu par des non-zèbres

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Page 1 sur 18 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum