LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Jeu 7 Jan 2010 - 15:24

Allez je me lance, j'avais conçu une rubrique sur mon forum mais peu de personnes participaient Wink

Etant donné qu'ici il y a des esprits curieux...et qu'on a parlé de partager nos connaissances...bah faisons-le ici ? Ca vous dit ?? (Si jamais ça marche, on pourra toujours renommer plusieurs rubriques (Sciences, Lettres, etc...)

Je commence donc avec la psycho sociale - la communication, qui m'a passionnée lors de ma prépa au concours...J'avais légèrement simplifié les contenus pour mon forum...alors je vous prends pas pour des abrutis...je fais juste un copier coller Wink enfin on verra bien...Bon je mets des couleurs pour qu'on se perde pas si d'autres personnes participent avec des secteurs différents...?

Sinon pour ma part je suis preneuse d'infos sur les sciences (physique quantique etc...) mais j'étais nulle à l'école Wink alors faudra me faire des versions pas trop compliquées ? héhé (pour les zèbres nuls ? Wink)

Et vous, racontez-nous ce que vous savez sur des tas de choses intéressantes !!!!!!

......................................................................................................................

PSYCHOLOGIE SOCIALE

(Je mets en orange car, synesthésie oblige, je vois le mot "social" en orange, une couleur chaude, comme la chaleur humaine...Wink bien que pour moi la psychologie soit verte...!! lol) Bah en fait l'orange est illisible alors je vais me contenter du gras....lol

LE LANGAGE

RAPPEL

Nous sommes des sujets sociaux, inscrits dans un système social donné, fondé sur des valeurs, des normes et des représentations sociales (communes ou non).

Le langage est un produit social et dépend de sujets (individus) inscrits dans une histoire (personnelle / interne et collective / externe) et une situation donnée.

Le langage a été étudié par le biais de la linguistique, de la stylistique, mais aussi par les chercheurs en sciences sociales.

Les dernières recherches sur la question proposent le modèle suivant, (le plus abouti à ce jour) pour expliquer la communication.

Encodage/Emetteur/Canal/Message/Canal/Récepteur/Décodage

Le langage étant un produit social, il serait vecteur d'informations, mais également le témoignage d'inférences (c'est-à-dire de déductions, d'interprétations, venant de la perception de l'interlocuteur.)

L'émetteur ayant le choix de la forme du message, il est un créateur, la parole est donc également constructive, elle est structurante, toujours, au sein d'un système (social).

On peut distinguer la langue : la "manière de", reflet de la structure de pouvoir (par exemple avec le masculin/féminin, le masculin qui "domine")

Et le Style : qui est une modification adaptative du discours (le style change au cours de la vie, en fonction de l'âge, des connaissances, du vocabulaire, du milieu social, et parfois de l'interlocuteur). Quand la style change, au cours d'une discussion, c'est que le rapport entre l'émetteur et le récepteur change.

Le langage s'inscrit donc dans trois espaces : un espace cognitif, celui de la pensée, un espace affectif (celui des relations interpersonnelles, chargées d'affect / et d'ailleurs les choses dont on parle aussi sont chargées d'affect, parce que pour certaines, on les a vécues, ainsi l'affectif n'est pas seulement lié à l'interlocuteur mais également au sujet de discussion...), et un espace conatif (relatif aux actes, il a une dimension concrète et structurante : par son action de construction de la pensée, de la relation et de la personne. (Certaines fois, après avoir réfléchi, nos actes changent / voir aussi "les communications persuasives" ou comment certains types de discours peuvent influencer les comportements (et provoquer l'élection d'un ignare cinglé à la tête d'un Etat......) Toute ressemblance avec des faits réels serait purement fortuite Wink

PRECISIONS SUR LE COMPORTEMENT AFFECTIF

Des études menées par Roch (Questionnaires, tests et témoignages) montrent que les liens affectifs sont indissociables des cadres sociaux et des situations. La notion de similitude est également prépondérante. (Attitudes, Opinions, Valeurs)

Il existe de nombreux modèles explicatifs des comportements affectifs.

Des modèles rationnels : choix du partenaire en fonction d'un calcul de facilité et bénéfice, opposé auoût et au sacrifice que demande la relation. Ou bien basé sur l'interdépendance (négociation) et la récompense (qui donne un sentiment d'équité, de justice)

Un modèle de l'investissement : La persistance de la relation serait proportionnelle à l'investissement, à l'engagement des personnes dans cette relation.

Un modèle processuel : une suite de phases en conditionneraient les suivantes (on se découvre des valeurs communes, on veut en savoir plus, on se découvre des goûts communs, on construit plus, et/ou inversement)

Un modèle de l'idéalité : L'attrait pour l'autre venant de l'idéal du moi (qu'on a inconsciemment) et qu'on reconnaîtrait en lui.

La recherche clinique a également apporté des précisions : l'attrait pour l'autre aurait des composantes narcissiques : il rappellerait une figure parentale (protection nourricière) ou renverrait à des processus défensifs. (Autodétermination, autonomie)

Elle attire l'attention sur le contenu (autorévélation, confidence) et le style (qui "dit" comment il faut interpréter le contenu)

Mais le modèle le plus "riche" à ce jour qui comprend une part des autres modèles, serait :

Le modèle relationnel triadique (3 facteurs) :[/color] la relation serait une relation dynamique, en constant mouvement, entre les deux personnes et l'objet (de la discussion) qui serait tantôt facteur de rapprochement, tantôt source de conflit.

PRECISIONS SUR LA PERCEPTION DU MESSAGE

Le comportement affectif dépend de la perception et des représentations des individus.

Darwin en 1872 effectuait déjà des recherches sur l'expression des émotions. (Posture, visage, gestuelle). La perception renverrait le sujet à des processus cognitifs (tri des informations, organisation de la pensée); affectifs (on l'a vu plus haut) mais aussi à un processus d'inférences (de déductions)

Les percevant serait un "percevant naïf" qui aurait des "impressions". Ayant des impressions floues, celui-ci serait alors obligé pour organiser son environnement et le comprendre, d'y rechercher des invariants.

En faisant ce tri dans les informations, le percevant naïf serait sujet à des attributions biaisées. (Il ferait des inférences erronées...)

Les exemples que je donne ont été étudiés pendant de nombreuses années par des expérimentations "dans la rue", en laboratoire etc...(Les sciences sociales sont des sciences "de terrain". Je n'en donne que les conclusions n'ayant pas le temps nécessaire pour développer ! (Voir : Maisonneuve, Lebrun, Rosenthal, et Brehm...)

- La catégorisation : le sujet augmente inconsciemment sa ressemblance avec les membres de son groupe et exagère dans le même temps sa différence avec le hors groupe (besoin du sentiment d'appartenance)

- Induction : le sujet généralise, à partir d'un seul caractère d'un membre du groupe, ce même caractère à tout le groupe.

- Inférences trompeuses : le sujet observant un trait de caractère chez l'autre, attribue "d'office" des caractères proches de celui observé à l'autre. (Il étend une caractéristique à un groupe de caractères)

- Attributions causales : dans les causes du comportement d'autrui, il existe des causes dispositionnelles, internes à l'individu ( il est de mauvaise humeur, il est flemmard) et des causes situationnelles, externes (il fait très chaud, il y a beaucoup de passage dans le café, des pigeons sautent sur la table)

Il existe un biais (une erreur) majeur dans les inférences (déductions) : un sujet a toujours tendance à oublier les causes situationnelles et attribue généralement un comportement à une cause dispositionnelle. (C'est l'autre qui est responsable de son comportement !)

Il existe également d'autres phénomènes :

- La dissonnance cognitive : lorsque un individu ressent une tension entre deux idées/sentiments contradictoire, il éprouve la nécessité de réduire cette tension. Cela change son comportement. (Si un sujet aime la source du message, mais n'aime pas le message, il peut décider d'aimer moins la source du message, ou alors d'apprécier le message...)

C'est ce processus, qui, souvent engendre la mauvaise foi (Voir Freud, la Censure, et Sartre, les existentialistes !)

- La Réactance : Résistance à l'impression de menace, de tentative d'influence. La réactance se produit quand un sujet perçoit des signes qui lui font penser que l'autre tente de le persuader. La réactance est une résistance aux communications persuasives.

Néanmoins, il arrive fréquemment qu'il y ait réactance, là où il n'y a pas eu manœuvre de persuasion. Tout dépend de la confiance que le percevant accorde à la source, et des inférences qu'il fait sur ses intentions. Il peut se tromper sur ses intentions, si il perçoit son comportement de façon erronée.

L'être humain étant complexe parce qu'inscrit dans différents "contextes" et "espaces" il était difficile de ne pas rappeler certains processus (de manière très brève malgré tout...) avant d'en revenir au langage.

ETUDES SUR L ENCODAGE

L'encodage, c'est donc la forme qu'on donne à un message.
La stylistique étudie les mots utilisés (registre de langue, peesonne utilisée, temps des verbes, utilisation de la ponctuation etc...)

Elle constate que la signification du message et sa réception dépend de tous ces critères.

En effet si un auteur dit "je" il s'engage, il engage sa parole et assume son propos. Si il dit "nous", il inclus à son discours le lecteur ou le spectateur (le récepteur), si il dit "vous" il le pointe du doigt...

Si il utilise le conditionnel "Il y aurait 28 bacheliers qui auraient moins de 18 ans" il émet une réserve. Si il dit "Il y a 28 bacheliers" il affirme, se montre sûr de son information.

Ce ne sont que des exemples, mais imaginez, avec toute notre belle langue et notre ponctuation, comment nous pouvons faire passer un message, de plein de façons différentes, et que chacune d'elle suscitera une réaction différente...(Ceux qui font du cinéma ou pire, de la pub savent bien ça !!!)

ETUDES SUR L'EMETTEUR (LA SOURCE) DU MESSAGE

Blackar rappelle que l'émetteur est un constructeur : la parole est structurante de l'individu, mais au sein d'un système social.

En 1979 Blackar démontre que l'émetteur a le libre choix des termes qu'il utilise : grammaire, place des mots, ton, prémisses implicites...Il distingue LA LANGUE (la "manière de", le registre, qui reflète églament la structure de Pouvoir de la société (le masculin qui domine Wink ou non...) et LE STYLE : par exemple, on peut constater une modification adaptative du discours lorsqu'on parle à un enfant ou à un étranger...Quand le style change, le rapport social entre l'émetteur et le récepteur change.

(Ainsi, les pédagogues se sont rendus compte que pour faire progresser l'enfant, il ne faut pas s'adapter à son registre de langue, mais au contraire lui permettre de s'élever à un niveau meilleur en utilisant des termes nouveaux et en lui en expliquant le sens...) Bref, à bas la "fabrique du crétin" et vive le nivellement par le haut)

Pour Moscovici, l'impact du discours de la source dépend également de la situation sociale : le lieu, le moment, et bien sûr le récepteur.

Ash (qui a fait de nombreuses recherches notamment pour comprendre comment l'idéologie nazi a été obéie et appliquée) se rend alors compte qu'il existe un phénomène d'identification à la source. Notamment lorsque celle-ci est charismatique ou baignée d'une aura de prestige.

Hovland et Weiss, puis Wilson, étudient les sources données comme des "experts", ou comme crédibles, et démontrent que la crédibilité de la source ou son autorité ont une influence sur la réception du message.

Ash a mené une expérience sur le style : lorsqu'il est consistant, cohérent, et récurrent, le style a un fort impact.

Par exemple, on montrait à un groupe de sujets plusieurs lignes droites noires de différentes tailles, avec deux d'entre elles, qui faisaient la même longueur.

On leur demandait de désigner celles qui avaient la même longueur. Mais des compères désignaient avec force, en premier, et régulièrement des lignes de longueurs différentes. Contre leur propre vue, les sujets de l'expérience, par peur de se démarquer, se ralliaient progressivement aux réponses des compères. Interrogés par la suite, ils niaient avoir été influencés, mais avouaient avoir vécu l'expérience avec difficulté, s'être sentis mal à l'aise. Un peu plus tard seulement, ils admettaient avoir parlé contre leur propre certitude.

LE RECEPTEUR

La réception du message est également tributaire de plusieurs variables, décelées chez le récepteur :

- l'estime de soi
- le degré de dépendance à autrui
- le rapport à l'autorité
- l'isolement social

Lorsque le contenu du message est mal compris, ou lorsque la forme du message ne correspond pas aux codes du récepteur, il y a réactance (réaction de rejet, de refus, de non adhésion).

Lorsque le contenu du message est véhiculé par une personne d'autorité face à un récepteur influençable avec une forte dépendance à autrui et une grande obéissance à l'autorité, il y a adhésion.

On peut rappeler "I comme Icare", qui met en scène une fausse expérience sur la mémoire, et où les sujets de l'étude choisissent d'obéir à l'autorité (un médecin en blouse blanche) en poussant des boutons qui à leurs yeux envoient des décharges électriques aux personnes qui n'ont pas appris par coeur des listes de mots (mais qui sont des complices et ne reçoivent pas réellement de décharges.

Cette expérience rejoint des expériences menées par Ash, pour mieux comprendre les processus d'influence notamment dans l'armée.

LE MESSAGE

Socrate ou Aristote travaillaient déjà leur rhétorique, et dénonçaient les sophistes.

La façon dont le message est construit peut influencer sa réception par exemple :

- selon que la conclusion est implicite ou explicite : si elle est implicite, c'est le récepteur qui tirera la conclusion en son for intérieur, avec l'impression que c'est lui qui pense de cette façon. Il s'appropriera le message plus facilement de cette façon.

- selon que le message contient ou non une contre-argumentation ("J'affirme ceci, on pourrait me répondre celà, mais ce serait idiot car...") A noter toutefois que selon le niveau de langage du récepteur, la contre-argumentation peut soit embrouiller et générer une réactance, soit sembler imparable etc...

- selon le nombre d'arguments* utilisés et leur type.

En rhétorique, un argument est un élément de discours servant à étayer un propos ou une thèse. Il est basé sur :

* Des faits réels, un raisonnement logique, une échelle de valeurs affichée et des objectifs annoncés

Quelques faux arguments :

- Tout le monde dit que (Source non fiable et non vérifiée)
- Des « raisons psychologiques » voir biais cognitif, biais émotionnel ("Tu sais bien que maman ne ment jamais")
- Citer une source extérieure et la donner comme "expert" sans l'avoir vérifié
(Lire à ce sujet "Petit cours d'autodéfense intellectuelle" de Baillargeon Wink

La façon dont le message est construit peut donc influencer sa réception aussi par exemple :

- selon l'intensité de la voix ou de la gestuelle...

D'après différentes études, les éléments non-verbaux (gestes, clignements des yeux, ton de la voix...) peuvent :

- Etre un simple élément de l'encodage (manière de penser de l'émetteur)
- Avoir une signification, être un partage des représentations, manifester une intention (appuyer le discours, paraître sûr de soi, etc...°

Le langage est donc bien un outil pragmatique permettant d'agir sur soi-même (de se construire), sur autrui; et de présupposer.

LE PRESUPPOSE

Si on dit "ce chat", on présuppose qu'on parle de celui qui se trouve près de nous. (Ou bien on présuppose que c'est celui dont on a parlé tout à l'heure)

Les verbes permettent également de "catégoriser". Certains verbes décrivent, d'autres renvoient aux émotions...

Le style et les présupposés rendent compte de stratégies (conscientes ou non) de persuasion.

La langage et la discussion supposent une théorie de l'interaction entre sujets sociaux.

NORMES ET VALEURS

Valeurs : Principes de référence partagés par un ensemble d'individus. Chaque société a un système de valeurs qui orientent la pensée et guident les conduites et comportements.

Normes :Ensemble de modèles de conduite, dont la transgression est sanctionnée de façon explicite ou implicite.

Hofstede détermine 4 variables :

- Individualisme - collectivisme (Lien entre individus plus ou moins forts)
- Contrôle de l'incertitude (Angoisse liée à l'avenir et contrôle ou non du pouvoir)
- Distance hiérarchique (degré d'acceptation du pouvoir)
- Masculin - Féminin (degré de distinction des rôles)

Shwarz dénombre 9 types de valeurs comme points de repère :

- l'accomplissement
- l'autodirection
- la bienveillance
- la conformité
- l'hédonisme
- le pouvoir
- la sécurité
- la stimulation
- l'universalisme

Exemple de transgression : le tutoiement.

STATUTS ET ROLES[b]

Le statut : Situation d'un sujet dans tout secteur de la structure sociale, variable selon la période de la vie.

Certains statuts sont acquis (profession, famille, politique / et évolutifs). D'autres sont assignés (nationalité, classe sociale de naissance...)

Le Rôle : Le statut s'inscrit dans le comportement par le biais du rôle : celui-ci est l'ensemble de conduites attendues, l'ensemble de modèles culturels associés à un statut donné. C'est l'aspect dynamique du statut.

Un sujet peut avoir plusieurs statuts et rôles; ce qui peut provoquer des "conflits de devoirs", ou "dissonnances cognitives". Une fois rentré à la maison, devons-nous être le mari, le père, ou le travailleur avec du boulot en retard ?

De même plusieurs individus peuvent avoir le même statut ou rôle, ce qui peut engendrer des liens de sympathie, renforcer le sentiment d'appartenance à une communauté, ou au contraire susciter une compétition.

Les statuts et les rôles ne sont pas immuables, et évoluent avec les systèmes sociaux.

Voir : évolution du statut de la femme, la représentation du travail, de la famille etc...

Les statuts et les rôles peuvent influencer la perception (de soi, des autres)

[b]ATTITUDES ET OPINIONS


Attitude : position tenue par un sujet dans une situation donnée. Ligne de conduite. Prédisposition à une action plutôt qu'une autre.

Les attitudes dépendent du contexte social, des normes et des valeurs. Elles ont 3 dimensions : affective (de l'ordre des sentiments), cognitive (relatives à la façon de penser) et conative (reflètent des intentions d'action, permettent de prendre des décisions donc d'agir...)

Chez le sujet qui a une attitude on peut distinguer :

- des dispositions internes (non observables; des préférences, des liens affectifs, un état psychologique etc...)
- des dispositions externes (il fait froid, on a les bras croisés)
- des dispositions individuelles (expérience de l'individu par rapport à un objet)
- des dispositions d'appartenance sociale (on se fait la bise ou non)

Un "objet" (une idée, un concept, un sujet de conversation) devient objet d'attitude, mais pas de la même façon pour tous ni à tout moment.

Une sélection s'opère : fonction de la signification, de l'importance accordée à l'objet; et selon les sollicitations du milieu social et selon l'investissement de l'individu dans son milieu social.

Les attitudes, prédictives des conduites ?

Les individus sociaux ont besoin de comprendre, d'organiser, et d'anticiper...Bref de prédire...

D'après Newman, l'attitude est prédictive de la conduite seulement si l'attitude a été mise en lien avec plusieurs actions.

L'attitude serait prédictive selon des variables :

- L'intervalle de l'observation entre l'attitude et le comportement
- La certitude du sujet quand il prend position (le nombre de ses expériences)
- La conscience objective que le sujet à de lui-même ou non
- L'intention réelle d'agir

(On se soucie du gaspillage de l'énergie, on nous sollicite souvent avec ce sujet, on participe à des missions d'information, on compte agir chez soi, on agit pour réduire le gaspillage)

Problème d'actualité : Il est de plus en plus difficile de se faire une opinion et de savoir quelle attitude adopter, et d'acquérir des informations directes : étant donné l'ampleur des sollicitations (médias...) En outre, l'opinion publique étant devenue un enjeu de pouvoir...Bah vas-y pour trouver les bonnes infos Wink

Opinion : Point de vue d'un sujet par rapport à un objet donné; et partagée par d'autres sujets.

PROCESSUS DE CHANGEMENT D ATTITUDE OU OPINION[b]

Grâce à des communications persuasives bien conçues, c'est à dire un message à sens unique argumenté et conçu pour persuader, on peut influencer opinions et attitudes.

Processus : Attention - compréhension - évaluation - acceptation - rétention - consolidation = action, changement de conduite

Quand :

- la source du message est prestigieuse
- la source paraît désinterssée
- la source est attirante
- le message est unilatéral

etc etc etc........

L'opinion se forme et se renforce sur des informations dont elle guide la recherche.

On peut évoquer par exemple les sondages : Questions orientées, qui n'attendent de réponse que oui ou non, qui comportent des présupposés arbitraires, qui ciblent des échantillons de la population non représentatifs...

[b]DISCUSSIONS DE GROUPES


Un groupe est une pluralité d'individus interdépendants, régis par une structure formelle ou informelle, participant à une activité et se ressentant comme plus ou moins solidaires.

C'est aussi un lieu où émergent des modèles qui reposent sur les représentations sociales et dépendent du système social dans lequel ces individus sont inscrits.

La discussion de groupe implique donc des processus individuels et collectifs; dans la sphère publique, et privée.

Les stéréotypes Nous faisons une différenciation entre les membresdu groupe et leshors-groupes. (Augmentation des ressemblances intra-groupe et augmentations de la différences avec le hors-groupe / et personnalisation des membres de l'intra-groupe, alors que floutage diffus du hors-groupe)

Dans les groupes où plusieurs stéréotypes se croisent, il y a moins de différenciation.

- La normalisation :

Phénomène qui laisse prévaloir le point de vue de la majorité.
Pour des raisons d'évitement de conflit, d'autocensure (sujet influençable, peu confiant, peu impliqués par le propos etc...); ou bien à cause d'une illusion d'unanimité préétablie; alors les membres du groupe se rallient à l'opinion majoritaire.

La polarisation :

(Ou déplacement vers un pôle)

Lorsque la discussion le permet, que différents points de vues s'expriment et que le conflit peut s'exprimer : elle pousse les participants à faire une recherche d'arguments. L'opinion des membres du groupe peut alors se déplacer vers un pôle. Parfois même, une décision prise en groupe comportera plus de risques qu'une décision prise seul.

Gestion de l'espace :

Plus il y a de règles et de procédures, plus cela provoque une normalisation.
Plus on rend la communication difficile, plus il y a normalisation.

Dans un face à face, on facilite la communication et l'expression, plus il y a polarisation.

La hiérarchie

Plus l'autorité est présente, moins les conflits s'expriment, plus il y a normalisation.

La discussion de groupe implique un d'influences, une gestion des conflits, une recherche d'arguments, et la hiérarchie et l'autorité ont un rôle important.

Ce que véhicule la discussion ; ce sont des représentations sociales. La discussion de groupe implique une connaissance préalable. Elle permet tantôt la pression de normes implicites, tantôt l'innovation. Elle est un lieu d'influence sociale.

Il semble que la communication de groupe produisant les effets les plus intéressants soit : une communication qui permet l'expression, qui assume et gère le conflit, recherche des arguments, débat, de façon démocratique; ou bien qu'y émerge une minorité qui permet une distanciation par rapport à l'objet de la discussion, et un éloignement des normes.

Je me permets de nous féliciter car c'est ce que nous faisons "sans le savoir" sur ce forum Wink

En espérant que vous y trouviez des choses qui vous intéressent ?

A vous !
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Jeccia le Jeu 7 Jan 2010 - 20:30

Merci, c'est en plein dans mes études !! Smile
avatar
Jeccia
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 245
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Jeu 7 Jan 2010 - 20:58

Cool, contente que ça puisse être utile Wink
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par gemini le Jeu 7 Jan 2010 - 22:40

Discipline essentielle la psychologie sociale...
Je l'ai étudiée quelques années à la fac, dans le temps...

J'avais été bluffé quand en TD, à la fac, pour illustrer un cours sur le conformisme, le prof nous avait proposé de réaliser une expérience toute bête : 10 compères devaient faire croire à un naïf qu'une feuille, visible par tous, qui comporte 20 points, en comportait en fait 21. Et bien, de mes yeux j'ai vu un naïf se faire prendre au piège et déclarer qu'il en voyait 21 Shocked Shocked

Cette discipline tend à montrer aux plus orgueilleux que l'Homme n'est en en fait qu'une machine faillible quand elle traite de l'information. Et que par lui, tout peut arriver, le meilleur comme le pire. La célebrissime expérience de Milgram est là pour nous le rappeler...
avatar
gemini
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 273
Date d'inscription : 19/08/2009
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Sam 16 Jan 2010 - 1:11

Hé y'a personne pour me faire un cours de physique quantique pour les nuls ???!!! Hein dites ! hein ? Hein ?? flower
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par La Maison-Verte le Sam 16 Jan 2010 - 4:04

Phedre a écrit:Hé y'a personne pour me faire un cours de physique quantique pour les nuls ???!!! Hein dites ! hein ? Hein ?? flower

Pareil, ça m'intéresserait pas mal... Embarassed

En tout cas, je trouve que c'est une bonne idée ce "partage de connaissances", Phedre. Merci.
avatar
La Maison-Verte
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 527
Date d'inscription : 05/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Invité le Sam 16 Jan 2010 - 4:54

Pour ça, il faut les notions élémentaires de physique et de mathématiques.
Sinon tu peux lire certains ouvrages de vulgarisation, mais la compréhension restera partielle sans ces bases.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par La Maison-Verte le Sam 16 Jan 2010 - 5:22

Invité a écrit:Pour ça, il faut les notions élémentaires de physique et de mathématiques.
Sinon tu peux lire certains ouvrages de vulgarisation, mais la compréhension restera partielle sans ces bases.

Dans ce cas, personne n'aurait des notions élémentaires de physique à nous faire partager ? A la manière de Sheldon dans "The Big Bang Theory" ?
avatar
La Maison-Verte
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 527
Date d'inscription : 05/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par jeremo le Sam 16 Jan 2010 - 12:12

J'espère que ce ne sera pas trop basique, mais pour les notions de physique, je suis tombé sur ça :

Ce qu'Einstein de savait pas encore

(c est le premier épisode d'une série de 3 et les deux autres sont disponibles aussi sur le site)


Pour l'annecdote, je l'ai trouvé grâce à un membre du forum dans le sujet "voyance, esoterisme", qui évoquait la notion de temps non linéaire... De fil en aiguille, sur le net, voilà où j'en suis arrivé pour l'instant ... Wink
avatar
jeremo
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 139
Date d'inscription : 14/01/2010
Age : 44
Localisation : Saint Nazaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Sam 16 Jan 2010 - 12:34

Bouh...snif...merci !! Smile
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Philippe le Sam 16 Jan 2010 - 22:51

Lire Le cantique des quantiques?

(Ça date un peu, il doit exister mieux depuis, mais je ne me suis pas tenu au courant.)

J'ai le souvenir d'une BD parue par épisodes dans Sciences et Vie Junior, il y a environ vingt ans de cela (purée, j'me fais vieux, moi!) qui abordait la physique quantique. (PS: recherche faite, ça pourrait être l'Aventure quantique qui a un auteur en commun avec le cantique.)

Sinon j'ai trouvé ça (en cherchant autre chose...):
http://www.librecours.org/cgi-bin/domain?callback=info&elt=516

(Pourquoi se contenter d'un résumé quand on peut se farcir un cours complet! Wink )

Dans d'autres domaines scientifiques, je suggère la lecture des BD de vulgarisation de J-P Petit: les aventures de Lanturlu.
http://www.savoir-sans-frontieres.com/JPP/telechargeables/free_downloads.htm
(J'aime bien en particulier le Géométricon, le Topologicon et le Chronologicon - oui je sais, ce sont des noms à la -con!)
avatar
Philippe
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1958
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 40
Localisation : Au pays du soleil et du vent... (Roussillon)

http://www.zebrascrossing.net/t329-grrroooaaaooo

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par chrissieb63 le Jeu 4 Fév 2010 - 21:35

juste pour vous signaler ce que je suis entrain de lire :
Le Moine et le Philosophe (Jean François Revel et Matthieu Ricard)
les 2 bonhommes sont pour le moins "érudits" mais très accessibles
Ce bouquin est balèze, les philosophies, les sciences et toute l'envergure, les fondements du bouddhisme sont examinés, décortiqués, discutés, mis en perspective, comparés
Et tout se tient, enfin je trouve study
avatar
chrissieb63
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 681
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 54
Localisation : Angers

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Jeu 1 Avr 2010 - 13:05

Ou comment de nouvelles pseudo sciences veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes

Les humains s'emmerdent, dans notre monde, et ont inventé de nouvelles pseudosciences...Il faut savoir que nombreux sont ceux qui se font des couilles en or, en donnant des cours d'Inventique, de Créatique (méthodes et techniques pour innover et inventer) en surfant de façon simpliste sur les recherches en sciences sociales, en psychologie, et sur les recherches des cognitivistes et comportementalistes...

Mesdames et messieurs, certains se font fort de vous influencer par des communications persuasives à deux balles !

Morte de rire

En France, Impact Mémoire, un cabinet en Conseil Efficacité Publicitaire...Rien que le nom fait pouffer...Ah et attention : ils ont une charte éthique, tout de même !!!!!!!! Ha ha ha !!

http://www.i-memoire.com/spip/spip.php?article22

http://fr.wikipedia.org/wiki/Neuromarketing

hum...Wink
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Lun 5 Avr 2010 - 11:44

...

désolée Wink


Dernière édition par Phedre le Dim 21 Nov 2010 - 21:47, édité 1 fois
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Phedre le Lun 5 Avr 2010 - 11:51

Pour ceux qui ont des couilles :
http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/alcibiade1.htm


ALCIBIADE: Crois-tu que je ne puisse savoir d'ailleurs ce que c'est que le juste et l'injuste?

SOCRATE: Tu le sais si tu l'as trouvé.

ALCIBIADE: Et crois-tu que je ne l'aie pas trouvé ?

SOCRATE: Tu l'as trouvé si tu l'as cherché.

ALCIBIADE: Penses-tu donc que je ne l'aie pas cherché?

SOCRATE: Tu l'as cherché si tu as cru l'ignorer.

ALCIBIADE: T'imagines-tu donc qu'il n'y ait pas eu un temps où je l'ignorais?

SOCRATE: Très bien dit. Mais peux-tu me marquer précisément ce temps où tu as cru ne pas savoir ce que c'est que le juste et l'injuste? Voyons, était-ce l'année passée que tu le cherchais, croyant l'ignorer? ou croyais-tu le savoir? Dis la vérité, afin que notre conversation ne soit pas vaine.

ALCIBIADE: Mais je croyais bien le savoir.

SOCRATE: Et il y a trois, quatre et cinq ans, ne le croyais-tu pas de même?

ALCIBIADE: Oui.

SOCRATE: Avant ce temps-là tu n'étais qu'un enfant, n'est-ce pas?
avatar
Phedre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2822
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 40
Localisation : bah ça dépend des fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Sephiroth le Mar 29 Aoû 2017 - 1:57

je sais que ce sujet date d'il y a dix mille ans mais je tiens à dire que ça reste pertinent même encore aujourd'hui, merci.
avatar
Sephiroth
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 106
Date d'inscription : 05/12/2016
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par offset le Dim 3 Sep 2017 - 21:45

Très intéressant ! Merci
avatar
offset
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7382
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CAVERNE DE PLATON pour partager les connaissances...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum