Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Ven 6 Juin 2014 - 20:15

Ah que c'est gentil de complimenter ce qui, en fait, est la démonstration de ma fainéantise... Smile
C'est parce que je ne sais pas écrire et que je suis inconstante que je fais du court et cinglant... Smile



_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Sam 7 Juin 2014 - 11:21

"Quand j'étais au milieu du cours de notre vie,
Je me vis entouré d'une sombre forêt,
Après avoir perdu le chemin le plus droit.
Ah ! Qu'elle est difficile à peindre avec des mots,
Cette forêt sauvage, impénétrable et drue
Dont le seul souvenir renouvelle ma peur !
A peine si la mort me semble plus amère."


DANTE - L'enfer

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 26 Juin 2014 - 9:49

Qu'elle est difficile cette semaine...
Qu'il est difficile ce mois...
Qu'elle est difficile cette vie...





J'ai été frappée par une réflexion de ma pote Sido.

Sido, elle m'a connue avant la mort de Yann.
Elle m'a connue encore inconstante. Légère.
Cette époque entre deux.

Et puis l'autre jour je postais des photos du mariage sur Facebook.
La faute au tchat, on parlait de meringue...

Du coup, je cherche l'album du mariage.
Déjà, je mets vingt minutes à le trouver alors qu'il était posé sur le bureau près de moi (parce que j'ai déplacé un meuble l'autre fois et que les deux gros albums gênaient, pas parce que je passe mon temps le nez dans cet album...).
Je commence à regarder.
Je prends quelques photos en photo pour pouvoir les poster vite fait sur FB.
Et j'essaye de me rappeler ce qu'on se disait pendant qu'on était que tous les deux en haut des marches.
Je suis de nouveau "choquée" par cette photo où je le regarde... et qui crée toujours un sentiment ambivalent chez moi.
Je le regarde "d'en bas" (il était plus grand que moi, donc je lève légèrement la tête) avec... une sorte d'admiration dans le regard. Ou de fierté. Mais un truc qui me fait me sentir "inférieure" mais contente de l'être... ambivalent donc.

Bref.
Je continue de regarder les photos prises sur le perron de la mairie (pas d'église hein, faut pas déconner non plus) pour choisir celle où l'on voit le mieux ma robe légèrement meringuée.

Et là, je suis frappée par une chose.
Sur TOUTES les photos, on se tient la main. Toutes.
J'avais des gants. Ses doigts sont autour du satin beige.
Spoiler:

Et là symboliquement, je me suis rappelée ce qu'avait été ce mariage. Je me suis rappelée pourquoi on s'était mariés.
Et cette promesse d'être toujours là pour tenir la main de l'autre.
Cette vague idée de ne plus être seul-e.
Ce sentiment qui te fait croire que l'autre sera toujours quelque chose de plus pour toi. De plus que n'importe qui d'autre.
Que, cette fois, c'est sûr, dans l'adversité, il y aura quelqu'un pour te tenir la main.
Que c'est "toi et moi contre le monde entier".
Mouarf... :
Probablement pas pour rien qu'il y a ça sur le mur de mon salon...


C'est une sculpture au nom magique : "le secret"

Et j'ai compris.
Pourquoi je m'étais sentie si seule depuis.
Et que c'était toujours ce que je cherchais.
La main qui me tiendra et m'empêchera de me perdre.

Alors j'ai posté sur FB ce petit commentaire :

En ressortant cette photo et ses cousines (c'était une sorte de "défi" genre "une meringue ou ..."), je me suis laissée absorber par le fait qu'il me tient tout le temps la main... Tout le temps. Et je me suis dis que ça faisait un bail qu'on ne m'avait pas aimée comme ça. Et que c'était pas si étonnant de s'être sentie si seule par moment..

Et ma pote Sido a répondu ça :

C'est ça le truc Nes ... quand on a connu ça, on ne peut pas se contenter de moins, et autant ou plus, c'est pas si souvent ...


Voilà. *La* révélation en quelques mots.
C'est pour ça que j'ai cette sensation de ne plus pouvoir aimer, ou être aimée "comme avant".
Je dis toujours que c'est une chance d'avoir été aimée autant.
C'est vrai.
Mais j'oublie que ce qui est précieux est rare.

C'est pour ça que je trouve les hommes décevants.
J'ai connu mieux.
C'est bête.


Et dans ma tête, Chamfort entame "amour année 0" pour la cent millième fois.

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 26 Juin 2014 - 10:08

Et quand Zweig parle de Rodin, ça donne ça :
(Extrait de : http://cldesol.blogspot.fr/2011/11/rodin-et-la-conscience-immergee.html )

Quand le tout jeune Stefan Zweig se rend à Paris, il va, par l'entremise du poète Emile Verhaeren, rencontrer Auguste Rodin.
Invité par le sculpteur dans son atelier de Meudon, Zweig devient le témoin privilégié d'un instant unique, qu'il va relater dans un texte merveilleux.

"Enfin, le maître me mena devant un socle où se dissimulait sous les linges humides sa dernière œuvre, un portrait de femme. Il se débarrassa de son veston d'intérieur, revêtit sa blouse blanche, saisit une spatule et lissa d'un coup magistral à l'épaule le tendre épiderme de la femme, qui semblait vivre et respirer. Il se recula encore. "Et puis là", murmura-t-il. De nouveau, l'effet était intensifié par une retouche infime. Puis il ne parla plus. Il avançait et reculait, considérait la figure dans un miroir, poussait des grognements, des sons incompréhensibles, changeait, corrigeait. Ses yeux qui, à table, erraient, distraits et pleins d'amabilité, jetaient maintenant de singulières lueurs, il paraissait avoir grandi et rajeuni. Il travaillait, travaillait, travaillait avec toute la passion et toute la force de son corps puissant et lourd; chaque fois qu'il avançait et reculait brusquement, le plancher craquait. Mais il ne l'entendait pas. Il ne remarquait pas que derrière lui se tenait un jeune homme silencieux, le cœur dans la gorge, tout à la félicité de pouvoir regarder un maître aussi unique en train de travailler. Il m'avait complètement oublié. je n'étais plus là pour lui. Seule existait encore la figure, son œuvre, et au-delà, invisible, l'idée de la perfection absolue.

Un quart d'heure se passa ainsi, une demi-heure, je ne saurais dire combien. Les instants les plus grands sont toujours au-delà du temps. Rodin était si absorbé, si plongé dans son travail qu'aucun coup de tonnerre ne l'aurait réveillé. Ses mouvements devenaient de plus en plus brusques, presque furieux. Une sorte de sauvagerie ou d'ivresse s'était emparée de lui. il travaillait de plus en plus vite. Puis ses mains se firent plus hésitantes. Elles semblaient avoir reconnu qu'elles n'avaient plus rien à faire. Une fois, deux fois, trois fois, il se recula, sans plus rien changer. Puis il murmura quelque chose dans sa barbe, replaça délicatement les linges autour de la figure, comme on glisse un châle sur les épaules d'une femme aimée, et respira profondément, détendu. Sa stature sembla de nouveau s'alourdir. Le feu s'était éteint. Alors se produisit pour moi l'incompréhensible, le suprême enseignement: il enleva sa blouse, remit son veston d'intérieur et se disposa à partir. Il m'avait totalement oublié au cours d'une heure d'extrême concentration. Il ne savait plus qu'un jeune homme, qu'il avait pourtant lui-même amené à son atelier pour lui montrer ses œuvres, s'était tenu derrière lui, bouleversé, la respiration suspendue, immobile comme ses statues.

Il gagna la porte. Comme il allait la refermer à clé, il me découvrit et me regarda fixement, presque méchamment: qui était ce jeune inconnu qui s'était glissé dans son atelier? Mais l'instant d'après, il se rappela et vint à moi comme honteux. "Pardon, monsieur", commença-t-il. Je ne le laissai pas poursuivre. Je me bornai à prendre sa main avec reconnaissance; je lui aurais volontiers baisée. Durant cette heure, j’avais vu à découvert le secret éternel de tout grand art et même, à vrai dire, de toute production humaine : la concentration, le rassemblement de toutes les forces, de tous les sens, la faculté de s’abstraire de soi-même, de s’abstraire du monde, qui est le propre de tous les artistes. J'avais appris quelque chose pour la vie»

Stefan Zweig, "Le monde d'hier".

http://4.bp.blogspot.com/-k_BoMamZL6k/TsLjKuYFZ2I/AAAAAAAABsg/ErTj0-mt5s8/s1600/rodin2011%2B049.JPG

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par Carla de Miltraize III le Jeu 26 Juin 2014 - 12:17

Elle assure ma future femme Wink

Amour


Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par fleur_bleue le Jeu 26 Juin 2014 - 13:44

Sengabl a écrit:

Et ma pote Sido a répondu ça :

C'est ça le truc Nes ... quand on a connu ça, on ne peut pas se contenter de moins, et autant ou plus, c'est pas si souvent ...

Voilà. *La* révélation en quelques mots.
C'est pour ça que j'ai cette sensation de ne plus pouvoir aimer, ou être aimée "comme avant".
Je dis toujours que c'est une chance d'avoir été aimée autant.
C'est vrai.
Mais j'oublie que ce qui est précieux est rare.

Qu'est-ce que je comprends ça... Et plus le temps passe, plus je me dis que c'est foutu, que ça n'existera plus. Mais c'est dur, parce que ça manque tellement...
Même si des fois je me dis aussi que le souvenir adoucit les contours, qu'il y a des choses qui étaient plus liées au contexte. N'empêche que c'était vrai.

Je ne sais pas trop comment gérer ça, j'avoue... Et je squatte ton fil pour ne pas dire grand-chose, à part que je comprends. Un ange

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 26 Juin 2014 - 15:13

Ah mais moi je ne me suis jamais dit que c'était foutu. Si je m'étais dit ça, à 30 ans, je me serais jetée sous un train.

Je continue d'aimer moi. J'ai juste parfois ce petit goût d'amer ou cette non envie "d'y aller" parce qu'il me semble évident que c'est "bof".

Et me rappeler de temps à autre que, mais oui, c'est vrai, c'était beaucoup d'amour quand même... bah...

J'suis pas triste. C'est autre chose que de la tristesse.

Peut-être un peu découragée par moment ?

Mais en tous les cas, je m'en veux moins de cette intransigeance dont je fais preuve.
Et non, je ne baisserai pas le niveau par dépit.

"Autant ou plus... "

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par fleur_bleue le Jeu 26 Juin 2014 - 16:35

@Senga::
Faut dire que si j'ai tendance à penser que c'est foutu, c'est aussi parce que je suis déçue - parce que "j'y suis allée" et que finalement, bah... Voilà, quoi.

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Mer 2 Juil 2014 - 0:48



Ça, c'est la synthèse de ce que je peux penser en 4 minutes. Le temps de rentrer de la cantoche en voiture. Résumé en quelques mots pour ne pas perdre le fil.
Tout ce sur quoi j'aurais aimé écrire ce soir. Le fil à suivre, les idées qui se sont enchaînées et qui auraient pu donner un joli truc.

Mais j'ai eu la flemme. Et je me suis laissée distraire par un grand type.

Alors que je rentrais et que je pensais au second de la cantoche qui a fait "a move" comme dirait mes potes des séries américaines, ben l'idée du grand type m'a saisie.

Un peu comme plusieurs fois depuis quelques semaines. Un peu bizarre. Plutôt inattendu.

C'est ça que je lisais...:




Et à l'intérieur de ça :


Le second est allé me chercher un macaron quand je payais ce soir.
Il avait enlevé sa veste de boulot.
Un petit pull noir. Un peu près du corps.
Le truc qui donne envie de glisser la main dessous pour connaitre la texture de la peau (j'allais écrire "le goût" et puis je me suis rappelé que pour le commun des mortels, le toucher n'a pas de goût...)
Et j'ai eu envie de marcher sur des étoiles en sortant.
Je me suis sentie légère et joyeuse.

Ces types à qui je plais (enfin, on dirait...) me font me sentir comme une gamine.
Idiote, curieuse et démunie (on peut rayer celui-là de la liste).

Y retourner demain, c'est pas raisonnable hein ?

A quoi ça sert de laisser le temps faire je ne sais quoi ?
C'était de nouveau mon questionnement ce soir en regardant la mer.
(les vagues étaient superbes, il va falloir que je finisse par me baigner mais j'ai trouvé pas très raisonnable d'aller me mettre dans l'eau après manger, après le vin, après la légèreté...)
Pourquoi tout le monde a besoin "de temps" et moi pas.
Pourquoi ce temps me chagrine-t-il ? Pourquoi ai-je l'impression qu'il est un peu gâché ?

J'irai après demain.
Il va bien falloir qu'il se passe quelque chose avec ce garçon.

Et demain... Demain on verra.

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par Invité le Mer 2 Juil 2014 - 16:38

N'ayez pas peur du bonheur, il n'existe pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Mer 2 Juil 2014 - 19:30

Mis En Pate Ugly Brat a écrit:N'ayez pas peur du bonheur, il n'existe pas.
Le bonheur existe, je l'ai inventé. Partagé. Créé. Pleuré. J'en ai mangé, bu et joui.
Le bonheur existe. Je l'ai rencontré.
Parfois.
Au détour d'un chemin, d'une main.
Au détour d'un regard, d'un baiser, d'un mot.
Le bonheur existe, je m'y suis frottée.

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Ven 4 Juil 2014 - 16:39

C'est ce bouquin dont tu parlais l'autre fois ?????????

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16914
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Ven 4 Juil 2014 - 20:10

Darth Lord Tiger Kalthu a écrit:C'est ce bouquin dont tu parlais l'autre fois ?????????

Ben oui.
C'était pas autant en emporte le vent hein.. Smile

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Dim 27 Juil 2014 - 22:06

A parler avec mon père, comme ça, mine de rien, je me rends compte que j'aurais voulu connaître mon grand père.

Je ne savais pas qu'il avait été assez vieux pour la guerre. Né en 23, il a intégré la 2ème DB à 19 ans. Et il avait connu l'occupation.
C'était un de ces jeunes français un peu con un peu fou.
Ils vendait du vin blanc dégueu aux boches allongé avec de la saccharine pour faire croire que c'était du doux... Et planquait des para dans la cave de ses parents.

J'aurais voulu connaître mon grand père.

Et ce soir à marcher dans le sable, je me suis rendue compte qu'il allait falloir réapprendre à aimer des gens normaux à un moment.
J'sais pas comment je vais faire ça...
Non, vraiment, j'sais pas.

Eviter J.
C'est comme fumer, l'envie persiste mais la raison domine.

Et en marchant dans le sable doux, je me suis demandé qui aurait, comme moi, envie d'entrer dans l'eau tout habillé.
Il va falloir aimer normalement...

Dis, quand réapparaîtras-tu ?

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Dim 27 Juil 2014 - 22:10


_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Un souvenir vieux, doux, sombre ou que sais-je.

Message par 'Sengabl le Mer 30 Juil 2014 - 14:17

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

Louis Aragon

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

For you...

Message par 'Sengabl le Jeu 31 Juil 2014 - 14:28

Je réalisais ce midi en faisant l'andouille (si si Smile) que j'étais en fait probablement une femme d'un autre siècle.
C'est parce que je re repensais que j'écrivais ce matin à cet homme qui bien malgré lui tente de voler mon âme, qu'au programme de ma journée était écrit "laisser l'idée de toi m'emplir".

J'aurais probablement dû naître à la première moitié du 19ème siècle, bourgeoise, lettrée, mariée jeune et tôt veuve. J'aurais alors eu toutes mes journées pour me languir. J'aurais été de ces improbables romantiques qui se laissaient mourir d'amour, dépérir de ne pas voir l'être cher. En théorie du moins. Avec une armée d’inquiets à mon chevet que j'aurais chassés pour qu'ils me laissent mourir seule, digne, blessée au plus profond de ma chair.
J'aurais été un mélo à moi seule. J'aurais écrit mes mémoires, mes pensées, mes amours. J'aurais tenu salon peut-être. Un salon plein d'hommes dont je me serais inspirée. Plein de femmes que j'aurais détournées de leurs chemins tracés.

J'aurais aussi bien pu être tenancière de bordel, vulgaire et vieillissante. Autoritaire et grande gueule.

Il n'y a pas de bien grande différence entre les deux je crois. J'ai toujours un peu l'impression de pouvoir parfaitement osciller entre les deux images.
On se trompe si on focalise sur l'écriture et on se trompe si on focalise sur mon image extérieure. L'une ne va pas sans l'autre et tous mes moi sont en harmonie, quoi qu'on en pense.
Il faut bien qu'un esprit habite dans un corps.


Et me voilà de nouveau tentée par les étoiles.

Hier quelqu'une disait "j'ai été folle amoureuse pendant au moins 40 secondes". J'adore cette idée qui me caractérise si bien.
Qu'importe d'aimer longtemps, ce qui compte, c'est d'aimer fort, et vrai.
Qu'importe la raison si l'on peut déraisonner à deux.

Je pourrais m'user à penser à l'autre, à le vouloir près de moi, à le coller. Rions et soyons heureux, pour le temps que ça durera.
En théorie, tout le monde a envie de ça.
En pratique, tout le monde a peur de soi, de l'autre, de l'étouffement, de la fuite, de la fin, de la mort. La prudence me fatigue. Que risque-t-on vraiment ?
Le manège continuera de tourner.


Respect, admiration, trust equal love ?
J'y pense.

"On ne peut être heureux si l’on ne désire rien. Le bonheur est ignoré de celui qui désire sans assouvir son désir, sans connaître le plaisir qu’il y a à l’assouvissement, ni le bien-être ressenti lorsqu’il est assouvi."

C'est alors que je te veux et que tu me fais envie. Dans une forme d’entièreté.
Le désir est important, vouloir est important. Que puis-je ressentir si je ne veux rien ? Alors moi, je veux tout. Et puis vite avec ça.
Je n'avais pas eu besoin de le lire de Laborit. Tu vois, je l'avais déjà pensé, je ne le savais même pas.
Peut-être que je lui ressemble plus qu'à Sagan finalement.
Plus raisonnable, moins droguée.
Plus alignée, moins torturée.
Plus systémique, et moins lesbienne.


Je suis tombée fort amoureuse des précédents intellos cinéphages de ma vie. Vraiment très.
L'un est en lune de miel avec sa jeune épouse à Boston. J'aurais cru qu'il irait directement à L.A., pour Ellroy.
L'autre... l'autre a disparu.
Alors si en plus y'a la musique, je ne réponds plus de rien, à rien, de tout, du tout.

Trente, sept et quatorze sont des chiffres simples.
Mille cinq cent dix, deux cent trente et cent sept.

Je ne vois pas ce qui manquerait.
Tout est là.
Arrête de fumer.

Un slow de l'été... 'fin tu vois... Smile

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Ven 1 Aoû 2014 - 19:30

Depuis Boston je reçois un message... "J'ai croisé un disque de Dusty, la plus américaine des anglaises, je pense à toi" et un lien vers la chanson.
Les ex ont cette tendance à se rappeler de moi dans les moments où ils sont le plus éloignés.
La voix de Dusty Springfield m'a toujours rendue dingue, j'aurais aimé avoir la même.
C'est Youcef qui m'a conduite à Tarantino, à Rodriguez, à cette bande de dingues. Il n'a jamais réussi à faire de moi l'amerloque's fan qu'il aurait probablement aimé que je sois.
Cependant, je serais partie à Boston s'il me l'avait demandé.
Il ne m'a pas aimée assez pour m'épouser ? Il disait que Yann était l'homme qu'il me fallait. Que j'avais besoin d'être aimée comme ça, choyée, protégée, bercée.
Il a finalement eu tort sur toute cette ligne.

Je me damnerais pour avoir la totalité de nos lettres.
Pour savoir ce que j'écrivais.
Mes doubles ont bien du rester quelque part, il faudra que je fouille cette cave un jour.

A quoi bon abandonner les filtres si cet abandon nous rend frileux.
Des perceptions qui diffèrent, des engagements qui amusent, des peurs qui submergent et de micros tristesses responsables... Pourquoi pas.

J'avais cette conviction qu'il était trop tôt.

Dans quelques mois, il sera temps de penser autrement.
On ne va tout de même pas laisser l'imprévisible envahir le quotidien. Cette sensibilité à la flatterie me perdra.
Back to my future.
C'est pas le tout de pouvoir construire une maison. Encore faut-il un terrain viabilisable.

 I love you

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Dim 3 Aoû 2014 - 15:44

On n'écoute jamais assez les Bee gees quand on est amoureux. Ou pas.


_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 7 Aoû 2014 - 0:43

You know I've seen a lot of what the world can do
And it's breakin' my heart in two




(merci Carla Smile)

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 7 Aoû 2014 - 9:56

Gpasdeprésent a écrit:Bonjour,
Merci pouŕ cette présentation; plus courte elle n'aurait pas été si clair.
Je te comprends.
Je comprends qu'il soit plus difficile de vivre que de .......
Powaaaaa c'est un truc de fou ce forum......pourquoi n'y suis je pas venu lire avant!
Bonne journée

Merci Smile
La présentation a déjà presque trois ans, je fais un peu partie des vieux meubles ici Smile
La sensation autour de la vie est un peu plus légère, peut-être aussi grâce à ce forum et parce que j'ai rencontré beaucoup de semblables.
Parce que je me sens beaucoup moins seule du coup.
L'univers n'est plus aussi vide de sens.

Je te souhaite de vivre ici une aussi jolie expérience que la mienne ! Smile


ⓗⓞⓤⓢⓔ a écrit:L'une de mes 4 ou 5 chansons pref... Ca et Sound of Silence (S&G), Hotel California (surtout le live, les Eagles), et Peace Train (surtout l'intro).

Cat Stevens et Sound of Silence, ce sont des "chansons d'enfance" apportées dans ma vie par mon papa le gratteux et venant controverser Cloclo et Sardou du côté de maman.
Dans le cas de wild world, ce sont les premières notes de chaque couplet qui me transportent "musicalement". Je ne sais pas pourquoi, mais il me semble toujours que je pourrais les écouter en boucle et me passer du reste du morceau... Et je ne connais même pas les paroles...
Peut-être comme toi avec l'intro de peace train ?

Cadeau Smile




Et un autre coup de coeur d'enfance pour moi




_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par Carla de Miltraize III le Jeu 7 Aoû 2014 - 12:27

Avec plaisir Amour Smile

J'aime les chansons qui ont du "lalala" dedans comme celle ci :




Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Jeu 7 Aoû 2014 - 12:31

Nan mais les lalalalala, shababada et whapdoowhap, ça a toujours été *la vie* quoi.

 I love you 

_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Lun 11 Aoû 2014 - 0:31

Nice conclusion


_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par 'Sengabl le Lun 25 Aoû 2014 - 0:22

Hier en rentrant j'ai shazamé mes vieilles K7...

Y'a des trucs vieux et sucrés qui me font fondre comme neige au soleil :









_________________
C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. - Montesquieu
The greatest ennemy of knowledge is not ignorance, it is the illusion of knowledge - Stephen Hawking - Quid malinum fat in ravinum tombat - Groupe dissident "Ailleurs"

'Sengabl
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1983
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 45
Localisation : ça dépend !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evidemment, j'ai fait trop long... Un salmigondis

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum