Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par soleil300 le Jeu 25 Juin 2009 - 3:40

Bonjour à tout le troupeau, on dirait que la pression démographique s'accélère en ce moment, non ?

Je suis un monsieur de 42 ans qui voit du monde reçoit des gens va chez des gens rencontre des gens fait rire des gens apprécie des gens, qui vit dans le Sud de la France (vous savez, là où il fait toujours soleil, sauf quand il pleut beaucoup !), est marié, a un fils de 10 ans une femme un métier des collègues un appart une voiture même un lecteur mp3 ... mais pas d'amis.

Des connaissances, des relations, mais pas d'amis.

Pas d'amis "à la vie à la mort".

Pas "d'amis à moi".

Et le pire : pas d'amis qui me semblent digne de se voir conférer la dénomination d'"ami".

Pas d'ami physique (mais deux, trois "âmes soeurs" quasi-virtuelles : échanges écrits, maintenant tapuscrits et mailés, sporadiques, démarrés sur la base d'un fanclubisme solitaire auprès d'artistes uniques en leur genre. Réticence à aller au delà. Ou alors rencontres hyper épisodiques avec UNE - et une seule - fine mouche découverte par téléphone dans un cadre professionnel. Rien que des instants volés, comme si ça devait rester caché, insu, exceptionnel, rare - donc cher !?).

Alors les questions sourdent, depuis longtemps, forcément, et de manière lançinante, car lorsqu'on souffre et qu'on se rend compte que ça dure, on se pose toujours trés vite des tas de questions, un peu comme le médecin, qui ne peut poser son diagnostic qu'après avoir demandé pleins de détails sur plein de choses - si c'est un professionnel sérieux ! - (et obtenu des réponses valables).

Et, à ces questions, on trouve plein de pistes de réponses, qu'on s'empresse de suivre, mais sans que jamais aucune ne débouche sur le moindre début de bout de solution :trop lucide, trop exigeant, trop frileux, trop paresseux, trop peureux, trop courageux, trop entier, trop effacé, trop discret, trop fier, trop faible, trop manipulable, trop conscient de l'être, trop brillant, trop beau, trop laid, trop vieux, trop mou, trop intègre, trop trop... Et les réponses sans solution, ça rajoute du mal au mal (notamment parce qu'on se trouve encore plus nul, même pas capable de trouver la bonne réponse).

Un jour, il faut que ça arrive, on doit nécessairement se crier à soi-même : STOP !!!!

42 ans, c'est peut-être le moment de prendre sa vie en main, non ? C'est maintenant ou jamais, vous ne croyez pas ? Moi, si (en fait, il y a longtemps que j'ai commencé, c'est un travail de longue haleine, et la liste avec laquelle j'ai démarré ma présentation témoigne et résulte des étapes passées de ce travail, démarré un peu avant la trentaine. Cette liste, c'est un peu comme des canots de sauvetage que les passagers auraient construits eux-mêmes pendant que le bâteau commençait à prendre l'eau et qui, au final, lui auraient servi de flotteurs et l'auraient empêcher de sombrer. Sans eux, pif, paf, plouf, plus de bâteau et plus de passagers).

Quand je dis prendre sa vie en main, je veux dire prendre en main l'essentiel, c'est à dire ce qui n'a pas encore été accompli, ce noyau dur de souffrance, irréductible jusqu'à présent, pour lequel il faut accepter de laisser tomber le marteau et le pinceau d'archéologue qu'on avait utilisé jusque là pour progresser et qu'on doit se résoudre à attaquer à la dynamite (car, bizarrement, lorsqu'on explore son moi intérieur, lorsqu'on s'attelle à la tâche ingrate mais vitale qui consiste à progresser avec volontarisme, méthode, opiniâtreté et ténacité vers l'objectif (= comprendre et réparer une bonne fois pour toutes LE foutu machin qui coince en nous), lorsqu'on fait ça donc, on se rend compte que plus on descend profond en soi, plus on découvre de la profondeur, enfouie, cachée, dure à découvrir, et on avance de plus en plus péniblement, lentement, au fur et à mesure qu'on descend...et le fond nous semble de plus en plus hors d'atteinte))

Je me suis un peu perdu dans les puits de mine de ma présentation... je voulais en venir où, moi, au fait ? Ah, oui, à la dynamite.

Hum, alors, la dynamite, ça sert à quoi ? A tout mettre sens dessus-dessous pardi !

Oui, parce que c'est ça qu'il faut faire, tout faire pêter, pour tout remettre dans le bon sens, lorsqu'on est bloqué, lorsque toutes les améliorations qu'on a réussi à apporter à sa vie, sur un plan matériel, affectif et social, vous laissent quand même un petit goût amer, le goût de la ... compromission ? ... du sentiment qu'on n'a pas réglé le vrai problème ? qu'on s'est un peu accomodé de la réalité et avec la réalité ? qu'on a peut-être finalement bâti une bonne partie de sa vie sur du sable (lorsque les plaques se mettront en mouvement, tout pourrait bien basculer et rouler à terre) (et dieu sait qu'elles bougent de plus en plus souvent, les plaques - je veux parler des conditions de vie, de travail, des relations de couple, de la vie en général, quoi)).

Bref, bouleverser, inverser le cadre, penser hors du cadre (merci les théories du management !) : et si le problème ne venait pas de moi, mais des autres ?

--> "ET retourne maison !"

Et si la solution était vraiment là, à portée de coeur et de Récré A2 (une petite recherche Google sera peut-être nécessaire pour les zébrillons de moins de 30 ans) : "laisse parler ton coeur", "va là où ton coeur te porte" (non, Eden, Solhan, j'ai dis le coeur, pas la !%$ ! Quoi que, des fois, pour mieux se connaître, ça peut être une bonne amorce de thérapie Smile pig ), etc...? (bon sang, quand je pense que je m'en suis mangé des tonnes de Disney à l'eau de rose et que je n'ai jamais, ne serait-ce qu'une fois, essayé d'imaginer qu'on pouvait peut-être tirer un truc opérationnel des enseignements du bon tonton Walt et de ses condisciples !).

Car c'est bien connu : la famille, t'as pas la main ; les amis, ça, c'est une autre histoire... Et la boussole à utiliser pour se faire des amis, c'est le coeur, pas les méninges (incidente : les zèbres auraient-ils un problème de gestion de leur émotionnel : vous savez, l'histoire de ce gars dont le cerveau droit avait été touché et qui est devenu incapable de faire des choix, cas clinique qui permettrait de démontrer l'importance des émotions dans le circuit de la décision : on ne décide pas avec sa tête, mais avec son coeur ! Et si un "trop gros cerveau" muselait nos émotions et nous empêchait de trancher, nous faisant nous perdre dans les méandres de notre cortex hyperanalytique ?).

Bon, le coeur, imaginons qu'on sache bien s'en servir pour se choisir des amis. Le problème, c'est que si t'es différent du péquin médian, c'est sûr que tu vas pas pencher pour des amis standards. Et alors ? Où est le problème ? Ben, ne serait-ce que déjà le fait qu'il existe un truc nommé l'adolescence, cette super période où le conformisme social peut peser parfois (pour certains) jusqu'à des tonnes. Là, il me semble qu'on a déjà un sacré phénomène d'éboulis majeur dans la galerie qui mène à Friends City... Je m'explique, hypothèse : t'es ado, zèbre, et tu aimerais être ami avec quelqu'un comme toi. Seulement, il y a une grande partie des autres qui te rebutent et à la rigueur deux ou trois, dans le meilleur des cas, qui t'intriguent et dont tu te demandes si par hasard ils ne seraient pas un peu plus proches de toi. En fait, il me semble me souvenir que tu peux faire confiance aux vannes de certains crétins pour te faire renoncer à l'avance à toute entreprise de rapprochement avec les autres z...ombies ! La question qui se pose : peut-on être zèbre et néanmoins trés moutonnier ? J'imagine que oui. Le zèbre ne me semble pas emprunter trop souvent la parure du grand fauve et/ou du mâle dominant.

L'enjeu, ce serait alors de parvenir à se dégager de cette gangue, de ce carcan qui empêche d'être soi-même et d'affirmer ses choix, son "orientation amicale", pour reprendre une terminologie développée par (je suppose) les gays.

Le but étant d'aller vers ceux qui, nécessairement, existent quelque part et se sentent proches de nous et dont on peut se sentir proches. L'être humain est un être social, il a besoin du réconfort des autres, il n'y peut rien, c'est un "singe nu", comme dirait l'autre (dont j'ai lu le livre, en cachette quand j'avais 10 ans, qui était dans la bibliothèque de mes parents quel émerveillement, quel éveil mémorable, quel bonheur d'avoir trouvé de quoi étancher la soif de connaissance qui m'habitais - et puis il y avait un peu de sexe, aussi ! pig pig pig )

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par Solhaan le Jeu 25 Juin 2009 - 4:09

Bienvenue à toi, ami de la parenthèse? Very Happy

Tu as l'esprit qui part dans tous les sens, mais heureusement pour toi, tu es tombé sur des zèbres qui savent suivre le fil non pas chaotique mais "pluriel" de tes puits de mine de ta présentation.

pig

Solhaan
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 343
Date d'inscription : 02/06/2009
Age : 36
Localisation : Paris

http://solhaan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par JK le Jeu 25 Juin 2009 - 10:42

Salutations flower

JK
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 148
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par éden le Jeu 25 Juin 2009 - 15:32

Welcome

...et ensuite !

d'abord sache que toutes tes questions sont les miennes mais que j'ai commencé à entreprendre le chemin des réponses. Il faut savoir que nous somme la plus grand question de notre vie, et cela peut mettre les autres au second plan. Pour allé mieux je pense qu'il faut être prêt au sacrifice, prêt à tout détruire pour se retrouver en bas, face avec nous même et nous affronter à l'image de luc...skywalker bien sur ^^ (je suis ton père...).

Pour ma part je me suis asphyxié dans un couple pendant une longue période. J'ai du surmonté le fait que ce qui cloche ne peut pas être définie par les problèmes classique... je l'aime plus ? on s'aime plus ? ...blablabla... et non ce n'est pas ça, juste que l'on est différent et que l'on a besoin, à un moment de sa vie, d'être seul pour se construire (et non reconstruire). Pour tout avoué c'est un drame qui m'a fait prendre cette non décision... non décision car cela c'est fait, c'est tout !

être parmi nous, les zèbres et enfin avoir de la reconnaissance entre nous ! nous retrouver et s'apprécier comme on est ! ... et peut être avoir un avant gout de l'amitié, la vrai .

éden
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1323
Date d'inscription : 13/06/2009
Age : 36
Localisation : antony

http://www.facebook.com/pages/Eden/107105672696066

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par Magita le Dim 28 Juin 2009 - 12:10

sunny

Magita
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 37
Localisation : Belgique

http://www.avancetoi.be (en restauration!)

Revenir en haut Aller en bas

merci solhaan, merci jean, merci eden, merci magita

Message par soleil300 le Mar 30 Juin 2009 - 23:37

et merci de votre indulgence pour l'amour immodéré que je porte (et porterai toujours, vraisemblablement) à nos amies, les parenthèses

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par Morgane le Sam 18 Juil 2009 - 2:01

L'amitié fut ma première façon de conjuguer le verbe "aimer". Pulsion d'amour absolu dès la maternelle pour des êtres que je ne choisissais pas, mais qui venaient à moi, par aimantation mystérieuse. Sans savoir pourquoi, je peignais alors autour d'eux, une bulle de protection et que cette bulle soit égratignée par un gosse "p'tit con", en quête de confrontation agressive, et immédiatement, mes tripes cardiaques m'envoyaient "signal d'alerte-option colère"... Ainsi, je pouvais, par exemple, me castagner (sans jamais aucun dommages corporels - hormis une fois, une énorme bosse sur le front suite à télescopage avec un mur implacable) avec des "p'tit XY", destabilisés d'être attaqué par une fille bizarre qui (j'étais la seule scratch) n'avait pas peur de les poursuivre jusque dans les toilettes qui leur étaient (d'après le code de récréation vol.II pirat) réservées (et donc strictement interdites aux XX pale).
J'ai cependant assez vite remarqué que, si moi, je me comportais en "justicière d'amitié à la vie à la mort", et bien le jour où c'est sur mes pompes et ma tête que la vendetta s'abattait affraid , personne ne se pointait en "justicier-retour d'ascenseur". Pas grave! Rolling Eyes J'ai continué comme ça...
De la maternelle jusqu'à la fin de primaire (4 écoles), j'avais invariablement les "plus fragiles", les "mal aimés/acceptés", "les raillés-moqués" sous ma protection, bien qu'étant soit "la p'tite nouvelle qui débarque en milieu d'année" soit "la p'tite bretonne qui débarque à Paris". Ca n'était pas un choix, c'était... comme ça.
J'avais une passion dévorante pour l'amitié I love you, mais étrangement, je n'étais l'amie d'aucun enfant/ado. Je sentais qu'aucun ne pulsait cette passion avec moi, qu'aucun n'entrevoyait l'ampleur d'amour qui se lovait en amitié et ce fut, sans doute, l'une de mes premières désillusion-frustration. Je l'ai pansée grâce aux livres et aux films dans lesquels je m'abreuvais jusqu'à plus soif de "loyauté éternelle-parole donnée, parole tenue-serment gravé à l'encre de sang". sunny
J'avoue que j'ai pas mal méprisé les "amitiés-supermarchés-kleenex" confused que je voyais fleurir en médiocrité et disparaître en "coups foireux" tout autour de moi. Entre "elles", je veux dire.
Le lundi à 10h: "C'est ma MEILLEUUUUURE AMIE!!!" What a Face
Le lundi à 15h: "C'te conne? c'est plus mon amie !!!"What a Face - Ah et pourquoi? Qu'est ce qu'elle t'a fait?Rolling Eyes - "bah rien, c't'une conne, c'est tout!" - Ah... Shocked ok...
Je ne comprenais pas du tout, mais alors pas du tout, comment une amitié éternelle pouvait leur sembler aussi "acceptablement éphémère". J'aurai tout donné pour avoir une AMIE et je sentais que j'aurai pu donner ma vie en sacrifice (en cas de coup dur, hein, genre "prendre sa place sur l'échafaud" - ça peut arriver, on sait pas...Suspect Faut tout envisager, savoir jusqu'où on est prêt à aller avant de se lancer en amitié et de donner sa parole de marbre). Mais ça n'est jamais arrivé... ou si peu...

Morgane
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1346
Date d'inscription : 06/06/2009
Age : 41
Localisation : Quelque part en milky way

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par mariel1978 le Sam 18 Juil 2009 - 14:51

De la maternelle jusqu'à la fin de primaire (4 écoles), j'avais invariablement les "plus fragiles", les "mal aimés/acceptés", "les raillés-moqués" sous ma protection, bien qu'étant soit "la p'tite nouvelle qui débarque en milieu d'année" soit "la p'tite bretonne qui débarque à Paris". Ca n'était pas un choix, c'était... comme ça.
J'avais une passion dévorante pour l'amitié I love you, mais étrangement, je n'étais l'amie d'aucun enfant/ado.

haha, ma petite enfance!

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par Nicoco le Dim 27 Juil 2014 - 0:14

UP ! 

 bounce 

cheers 

Nicoco
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3434
Date d'inscription : 16/09/2009
Age : 52
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompiste, le plein de soleil svp, j'ai un zèbre dans ma cafetière !

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum