Pistes pour séduire un(e) zèbre

Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par sankookai le Ven 14 Fév 2020 - 12:53

Hello la savane, ce sujet revient souvent dans mes discussions entre zèbres... J'ai eu envie de faire une petite synthèse des pistes qui se dessinaient Wink

« La tendresse, la complicité, les ébats d’un couple me manquent. Je me trouve trop compliqué(e). J’ai tendance à idéaliser une relation pour ne plus être déçu(e). Je ne rencontre personne qui me corresponde. Je ne sais même pas où chercher, ni comment aborder l’autre. J’ai bien peur de ne jamais trouver J’ai trop souffert, je ne sais pas si je me remettrai d’une nouvelle déception... »

Il n’est pas facile d’entrer en séduction en tant que zèbre. Sa sensibilité, son sens de l’observation, sa capacité à faire des liens, son exigence, son intuition et son besoin de sens existentiel… compliquent sacrément l’exercice. En cette journée de Saint-Valentin, petite exploration en la matière pour tenter de trouver des solutions.

Comme pour tout le monde, le genre, la part de féminin-masculin et l’orientation sexuelle sont déterminants. Un homme et une femme ne sont généralement pas stimulés de la même manière, l’apparence physique ayant bien souvent un impact physiologique plus immédiat auprès de la gente masculine. Mais pour les HP, elle est néanmoins mise en regard de la curiosité intellectuelle de la personne en face et souvent de ce que son âme souhaite partager, car ces complicités-là comptent aussi.

Les implicites culturels et sociaux jouent aussi leur rôle, pour le meilleur comme pour le pire, consciemment ou non. Ainsi la femme philo-cognitive, souvent indépendante et volontaire, ne correspondant pas franchement au système patriarcal, impressionne ses partenaires potentiels. Peut-elle faire le premier pas sans effrayer plus encore l’autre ? Ce faisant, risque-t-elle par la suite d’être toujours à l’origine des initiatives ?
D’un autre côté, les hommes HP qui sont plus particulièrement posés et sensibles peuvent présenter une certaine timidité qui ne leur permet pas d’exprimer tout leur potentiel masqué là où on attend encore souvent un partenaire viril et fonceur. Comment se lancer alors ?

Quant au type de rayures, même si elles ne définissent pas une personne, elles conditionnent certainement aussi l’approche. Un profil plus organique (complexe, arborescent et intuitif) sera plus facilement conquis par l’intensité, l’authenticité et l’originalité de la prise de contact tandis qu’un profil plus méthodique (laminaire, séquentiel et dans la maîtrise émotionnelle) préférera prendre la température doucement et apprendre à connaître l’autre avant de se dévoiler… petit à petit. Autant dire que l’intersection de connexion n’est pas gagnée d’avance. Mais c’est aussi pour ça qu’elle est si belle lorsqu’elle a lieu, entre partenaires mixtes ou haut potentiel.
Toutes les combinaisons sont possibles. Néanmoins, les opposés s’attirant, l’attraction organico-méthodique est récurrente. Et pour les rayures inaverties, elle a toutes les chances de bousculer les méthodiques aux entournures et de frustrer les organiques en parallèle. Pourtant, si chacun fait un pas vers l’autre, en mobilisant sa sensibilité et son envie de comprendre et prendre soin de l’autre, ce type d’union offre par la suite une grande complémentarité, comme me le démontrent des jolis couples de ma connaissance.

Là où ça se complique sérieusement, c’est lorsque la vie a semé quelques embuches en la matière. La peur de souffrir à nouveau (intensément) et de faire confiance rend les HP extrêmement vigilants, plus facilement ancrés dans leur mental, quitte à passer à côté d’une jolie histoire. En effet, un certain détachement, une carapace version « roi/reine des neiges », un besoin de contrôle et de réassurance ou un idéal sur-intellectualisé ont souvent pris les commandes, laissant peu de place au pétillement émotionnel des premiers instants amoureux. Si la solitude et le repli sont réparateurs un temps, ne laisse-t-on pas alors le passé gagner à la longue ?

___

Les bases de la problématique étant posées, comment séduire ?

En préalable, il me semble plus indiqué de se connaître soi-même, de savoir qui on est, ce qu’on veut, ce qu’on vaut et ce qu’on à offrir à l’autre. Sans dresser une check-list détaillée, on peut déterminer ce qu’on attend de l’autre, en termes de valeurs et de projection globale.
Il est également important de se défaire des blessures et autres fantômes du passé, en cherchant à comprendre ce qui s’est passé et la part de responsabilités qui nous incombe. Et dans toute interaction impliquant deux personnes, à moins d’être dépendant physiquement et mentalement, cette part est de 50%. En se pensant uniquement victime, rejeté(e), abandonné(e), trahi(e)… On reste sujet de l’histoire, sans se donner les moyens de redevenir verbe. Le risque de reproduire le même type de scénario, de combler un vide ou de chercher réparation auprès du/de la néo-soupirant(e) est donc grand. Ce travail d’introspection n’est certes pas très agréable à mener mais il conduit, à tous les coups, à plus de chance d’épanouissement personnel, comme amoureux. Et du point de vue des femmes HP, c’est certainement le plus bel atout de séduction chez un(e) amoureux(se).
(Re)connecter son alarme corporelle et instinctive est une autre étape. Elle permet de se préparer à accueillir les sensations et émotions qui accompagnent un nouvel élan amoureux. C’est aussi le bon moment pour faire le point sur son éventuelle famine sexuelle et le moyen d’y remédier. En effet, la majorité des HP ne manquent pas de capter ce type de fringale, même masquée, qui a besoin d’être comblée, ce qui peut avoir un effet répulsif. On se demande alors si on sert de casse-croûte ou si on intéresse son/sa partenaire pour « qui » on est vraiment. Une autre option consiste à l’annoncer avec honnêteté et élégance… avec un(e) HP, vous pourriez être étonné(e) du résultat.

Il faut ensuite élargir sa « surface de contacts», c’est-à-dire multiplier les possibilités de rencontres, à travers des loisirs, des passions, des sites dédiés ou plus simplement dans la rue ou à un café. Dans tous les cas, cette surface est beaucoup plus réduite lorsqu’on ne sort pas de chez soi ou rencontre toujours les mêmes personnes. Il faut simplement en avoir conscience et assumer alors que (pour un temps) ses habitudes priment sur son sentiment de solitude.

Puis, il suffit… d’OSER... ouvrir l’œil déjà, ensuite jeter quelques regards en direction de cette personne qui nous plaît, vérifier la réciprocité – cette étape est primordiale pour ne pas se ramasser - à travers des mots, des signes ou des regards, accompagnés de sourires. Mais surtout, on doit prendre le temps d’accueillir ces papillons dans le cœur, ce pétillement dans les entrailles ou le simple fait de se sentir pleinement à l’aise avec l’autre, bien plus fiables en la matière que la relève mentale qui suit inévitablement chez tout zèbre, pas toujours des meilleures conseillères en la matière.
On peut alors aborder l’élu(e) en trouvant une formule originale (ce dont tous les HP sont capables, quitte à réfléchir en amont à quelques jolies phrases qui sortent de l’ordinaire) et lui demander / donner son numéro de téléphone ou lui proposer de prendre un café/verre ensemble. Puis se lancer, en acceptant de sortir un peu de sa zone de confort. Sinon, à quoi bon… Après tout, on apprend bien plus de ses expériences que de ses regrets.
Au pire quoi ? Ce n’est pas réciproque ! Dans la mesure où les phéromones mènent la danse, personne n’y peut rien, ni ne devrait se remettre en question finalement. Car cette chimie-là sait mieux que notre cerveau ce qui va fonctionner. Et si la démarche a été élégante, un compliment fait toujours plaisir à l’autre et aura servi d’entraînement pour la prochaine occasion. Quel est le risque ? Est-il plus pesant que sa solitude ?

___

Pour terminer, quelques astuces, issues de multiples conversations féminines, pour mieux cerner les femmes surdouées dans ce domaine, selon son profil. HP ou non, elles sont naturellement bien plus complexes que ne permet de l'illustrer un profil. Il s'agit simplement d'une cartographie pour envisager les choses selon un angle différent et pouvoir développer la réflexion.

Pour séduire une femme de type organique, il faut gagner son respect et comprendre son rapport au temps et à l’indépendance.
Cela suppose d’entrer en relation avec authenticité et franchise car même les tout petits mensonges sont perçus et rédhibitoires. Comment faire confiance ensuite ? Elle a aussi besoin d’être accueillie dans son intensité émotionnelle, sans qu’on veuille la changer, ce qu’elle vit trop par ailleurs. Idem pour le respect de sa solitude ou de son indépendance. Mais comme elle est aussi très empathique, si vous prenez le soin d’exprimer vos propres besoins, elle en tient compte.
Cela implique aussi de savoir « monter dans le train » temporel quand il est en gare : ce type de femme est profondément connectée à ses sensations. Elle préférera quelqu’un capable de capter quand c’est le bon moment de se lancer, plutôt qu’un indécis/timide qui pèse le pour et le contre. Elle est souvent taxée d’impatience. Même si c’est le cas, les enjeux se jouent ailleurs : son intuition lui murmure déjà que l’absence initiale de fluidité risque de se rejouer par la suite. Enfin, intense par nature, elle apprécie particulièrement l’originalité et l’humour. Il faut surtout retenir que même si elle livre ses émotions au moment où elle les ressent, elles n’ont rien à voir avec des sentiments forts qui mettent plus de temps à s’épanouir, y compris chez elle.

Pour plaire à une femme de type méthodique, il faut plutôt l’apprivoiser.
Comme elle a besoin de maîtrise, il est plus judicieux d’y aller pas à pas, en posant un cadre et en prenant le temps de valider les jalons. La patience et la discrétion sont donc des bons atouts de départ même s’ils n’empêchent pas l’humour qui fait mouche régulièrement, surtout s’il est bien amené.
Plutôt que d’exprimer vos sentiments frontalement, avoir recours à des références de films, de livres ou de musique peut être apprécié. Retenir ce qui a été dit pendant les échanges est aussi un point positif. Dans tous les cas, il ne faut pas chercher à entrer trop vite en contact avec ses émotions ou avoir besoin de réassurance car cela la pousse à se fermer, voire à faire marche arrière. Ce sont des femmes que l’on courtise.

Quel que soit leur profil, les femmes HP ont bien plus à offrir à leur partenaire qu’un physique, une tendresse maternante ou une oreille psychologique. Libérées, nombre d’entre elles se prêtent volontiers à des plans cul, s’ils sont présentés comme tels, du moment qu’elles n’ont pas l’impression d’être un nouveau trophée à accrocher à un tableau de chasse. Elues de votre cœur, elles vous offrent une complicité inégalable et beaucoup d’attention, ce qu’elles attendent par contre en retour.
Au final, le secret avec ces femmes-là est d’oser prendre des risques et se dévoiler, malgré ses failles, sans masquer ses imperfections, car ce courage et cette honnêteté sont ce qui la séduisent le plus.

Ainsi pour chacun des partenaires, tout l’enjeu est surtout de se demander ce qu’il cherche à partager avec l’autre. Lorsque l’on est sincère avec soi-même et qu’on s’en donne les moyens, le reste se fait tout seul… à un moment ou à un autre. Mais c’est bien là le plus difficile, non ? S’en remettre au hasard, lâcher prise, sans contrôle possible sur ce que l’avenir nous réserve ?

Et pour celles et ceux qui ont la chance d’avoir trouvé leur moitié, celle qui les comprend, avec qui partager leur quotidien, leurs joies et leurs peines, se projeter… je vous encourage à lui témoigner vos sentiments, pas seulement ce 14 février, mais toute l’année, à chaque fois que vous pensez à elle/lui. Car l’amour est selon moi une des plus belles façons de se sentir vivant(e) !

----

Et vous, quelles sont vos astuces ?

Sankookaï

sankookai

Messages : 55
Date d'inscription : 06/05/2017
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par Palika le Sam 15 Fév 2020 - 23:10

sankookai a écrit:Les implicites culturels et sociaux jouent aussi leur rôle, pour le meilleur comme pour le pire, consciemment ou non. Ainsi la femme philo-cognitive, souvent indépendante et volontaire, ne correspondant pas franchement au système patriarcal, impressionne ses partenaires potentiels. Peut-elle faire le premier pas sans effrayer plus encore l’autre ? Ce faisant, risque-t-elle par la suite d’être toujours à l’origine des initiatives ?
Le système patriarcal a bon dos: on ne peut pas dire que la Belgique soit le pire pays en la matière, or les femmes y sont exceptionnellement peu entreprenantes, même pour une relation amicale. C'est d'ailleurs un peu pareil en France.
sankookai a écrit:D’un autre côté, les hommes HP qui sont plus particulièrement posés et sensibles peuvent présenter une certaine timidité qui ne leur permet pas d’exprimer tout leur potentiel masqué là où on attend encore souvent un partenaire viril et fonceur. Comment se lancer alors ?
C'est bien là tout mon problème...
sankookai a écrit: Il est également important de se défaire des blessures et autres fantômes du passé, en cherchant à comprendre ce qui s’est passé et la part de responsabilités qui nous incombe. Et dans toute interaction impliquant deux personnes, à moins d’être dépendant physiquement et mentalement, cette part est de 50%.
L'idée que la responsabilité est toujours de 50/50 est un gros cliché. Parfois les torts sont partagés, parfois non, ou de manière très inégale.
sankookai a écrit: C’est aussi le bon moment pour faire le point sur son éventuelle famine sexuelle et le moyen d’y remédier. En effet, la majorité des HP ne manquent pas de capter ce type de fringale, même masquée, qui a besoin d’être comblée, ce qui peut avoir un effet répulsif. On se demande alors si on sert de casse-croûte ou si on intéresse son/sa partenaire pour « qui » on est vraiment. Une autre option consiste à l’annoncer avec honnêteté et élégance… avec un(e) HP, vous pourriez être étonné(e) du résultat.
Eh bien moi, ça me gonfle toutes ces femmes qui partent du principe que si vous êtes un célibataire de longue durée, vous n'êtes forcément intéressé que par des coups d'un soir. Cette mentalité semble d'ailleurs particulière aux pays occidentaux (les Gabonaises ou les Malgaches ne paraissent pas généralement la partager) et dérive du sexisme ambiant, où l'idée qu'un homme puisse avoir d'autres besoins que sexuels dans une relation de couple est assez difficilement admise.
sankookai a écrit: Il faut ensuite élargir sa « surface de contacts», c’est-à-dire multiplier les possibilités de rencontres, à travers des loisirs, des passions, des sites dédiés ou plus simplement dans la rue ou à un café.
Ce qui suppose de vivre dans une société où les gens se parlent encore entre eux, ce qui est de moins en moins le cas.
sankookai a écrit: Puis, il suffit… d’OSER... ouvrir l’œil déjà, ensuite jeter quelques regards en direction de cette personne qui nous plaît, vérifier la réciprocité – cette étape est primordiale pour ne pas se ramasser - à travers des mots, des signes ou des regards, accompagnés de sourires.
Cela me semble un peu léger pour vérifier la réciprocité... Certaines femmes sont généralement aimables et apprécient les amitiés masculines, donc un grand sourire de leur part ne signifie pas nécessairement que vous leur avez tapé dans l'oeil. Inversement, une personne qui est attirée peut se montrer très timide et gênée (c'est souvent mon cas). Donc, autant éviter de jouer au mentaliste...
sankookai a écrit: On peut alors aborder l’élu(e) en trouvant une formule originale (ce dont tous les HP sont capables, quitte à réfléchir en amont à quelques jolies phrases qui sortent de l’ordinaire) et lui demander / donner son numéro de téléphone ou lui proposer de prendre un café/verre ensemble. Puis se lancer, en acceptant de sortir un peu de sa zone de confort. Sinon, à quoi bon… Après tout, on apprend bien plus de ses expériences que de ses regrets.
Pour ma part, si mes regrets ne m'ont pas beaucoup appris, mes expériences, généralement suivies de regrets, ne m'ont pas beaucoup appris non plus...
sankookai a écrit: Au pire quoi ? Ce n’est pas réciproque ! Dans la mesure où les phéromones mènent la danse, personne n’y peut rien, ni ne devrait se remettre en question finalement.
On me permettra de douter des super-pouvoirs des phéromones. Je ne crois pas qu'il en existe d'assez puissantes pour vous faire éprouver, assis au fond d'un amphi de 100 personnes, une attirance brusque pour une femme qui vient d'entrer de l'autre côté de la pièce, au moment même où vous l'apercevez. Ceci m'est arrivé une fois.
sankookai a écrit: Car cette chimie-là sait mieux que notre cerveau ce qui va fonctionner.
Qu'en sait-on réellement, au juste ??
sankookai a écrit: Et si la démarche a été élégante, un compliment fait toujours plaisir à l’autre et aura servi d’entraînement pour la prochaine occasion. Quel est le risque ? Est-il plus pesant que sa solitude ?
Ca, c'est quand on est entre gens civilisés. Dans le monde réel, ce qui se passe généralement est ceci: vous rencontrez une personne avec qui vous sympathisez, et quand vous lui proposez d'aller plus loin, brusquement, elle vous considère comme un lépreux et vous envoie plus ou moins franchement vous faire f... Ou bien, elle coupe tout contact.

Palika

Messages : 86
Date d'inscription : 06/10/2019

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par I am just Nath le Dim 16 Fév 2020 - 0:55

San ku Kai. Générique série. YouT.
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 14972
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 49
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par sankookai le Dim 16 Fév 2020 - 13:56

Bonjour Palika,
Mon texte n'est qu'une synthèse d'échanges, recherches et autres lectures... Merci pour tes remarques. Les débats sont une bonne source de progression. Quelles sont les éléments complémentaires que tu as retenus de ton côté ainsi que les pistes que tu proposes pour avancer ?

sankookai

Messages : 55
Date d'inscription : 06/05/2017
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par nikoku74 le Dim 16 Fév 2020 - 14:14

comme avec les autres, être beau, avoir du fric et aimer se faire manipuler...
je pense quand-même que non, mais j'aimerais quand même connaître des femmes qui acceptent la sinistre réalité.
nikoku74
nikoku74

Messages : 1346
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 44
Localisation : Loire

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par isadora le Dim 16 Fév 2020 - 14:37

nikoku74 a écrit:comme avec les autres, être beau, avoir du fric et aimer se faire manipuler...

et au féminin, ça donne : etre jeune, jolie, sourde, muette et avoir un père garagiste. (H78)


sinon, être disponible le mercredi soir.


Dernière édition par isadora le Dim 16 Fév 2020 - 23:26, édité 1 fois (Raison : Citation complétée car tronquée involontairement)
isadora
isadora

Messages : 1840
Date d'inscription : 04/09/2011
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Pistes pour séduire un(e) zèbre Empty Re: Pistes pour séduire un(e) zèbre

Message par Palika le Dim 16 Fév 2020 - 19:10

sankookai a écrit:Bonjour Palika,
Mon texte n'est qu'une synthèse d'échanges, recherches et autres lectures... Merci pour tes remarques. Les débats sont une bonne source de progression. Quelles sont les éléments complémentaires que tu as retenus de ton côté ainsi que les pistes que tu proposes pour avancer ?

J'avoue que mon intervention n'était pas très constructive mais, honnêtement, je trouve qu'il y avait pas mal de clichés dans ton texte...
Pour ce qui est des pistes... Je serai bien en peine d'en donner pour séduire une femme, en revanche, dans l'autre sens, je peux donner quelques conseils:
1) ne lisez pas la presse féminine, ni les bouquins du type "Les hommes viennent de Mars...". C'est aux sociétés occidentales ce que la sorcellerie est aux sociétés africaines: un facteur d'arriération.
2) avant d'être un représentant du sexe masculin, l'individu en face de vous est d'abord une personne, qui a sa sensibilité propre.
3) ne partez pas du principe que c'est systématiquement à lui de faire le premier pas.
4) il n'est pas télépathe, donc, parlez franchement, et évitez les non-dits.
5) il peut avoir besoin de prendre son temps, et ne pas forcément savoir, lorsque vous faites connaissance, s'il veut faire de vous une amie ou davantage.
6) si vous voulez mieux connaître ses intentions, commencez par les lui demander.
7) un rendez-vous est rarement suffisant pour se faire une idée sur quelqu'un.
8 ) si vous n'êtes pas intéressée, n'inventez pas d'excuse bidon, et surtout, évitez de repoussez vos rendez-vous les uns après les autres sous des prétextes de moins en moins crédibles. C'est extrêmement détestable.
9) une réponse négative vaut mieux qu'une absence de réponse.
10) si vous cherchez un "vrai mec", un homme "viril et sûr de lui", etc..., c'est plutôt mal parti, que vous le trouviez ou non.

Palika

Messages : 86
Date d'inscription : 06/10/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum