Dois je me poser la question d'une "détection"?

Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par CarHerto le Dim 19 Jan 2020 - 12:55

Bonjour à tous et toutes !

J'avoue être un peu gênée par ma démarche mais c'est une question que je commence à me poser un peu. Je trouve que cela fait un peu "j'ai la grosse tête" alors que ce n'est absolument pas mon genre, très loin de là....

Cela fait en fait quelques semaines que je me pose la question d'un éventuel "haut potentiel" familial.

Je vous explique un peu ma situation.
J'ai 22 ans et je suis titulaire d'un bac L et d'une licence de lettres modernes appliquée.
Je n'ai jamais été une élève très scolaire, me reposant sur des facilités que j'ai toujours trouvé sorties de nulle part... Il m'est impossible d'expliquer ma réussite en licence notamment. Je voyais mes camarades de promotion travailler sans cesse tandis que je passais chaque étape sans en faire autant. À vrai dire j'ai eu le sentiment de ne pas avoir mérité ma licence.
Ensuite je suis partie en Master enseignement.
Cela a été la dégringolade. J'ai été extrêmement déçue par l'éducation nationale dont je remets en cause beaucoup le fonctionnement. Je suis partie de ce fait.

Ayant un énorme besoin d'aider les autres je suis partie en formation d'assistante de service social. Je suis complètement implacable sur la justice/l'injustice. Je suis en stage actuellement. Il ne se passe pas très bien. Je manque un peu de savoir être au niveau communication avec la hiérarchie. Je ne sais pas du tout comment parler aux supérieurs. C'est quelque chose à laquelle je n'ai jamais réfléchi et qui ne m'est jamais apparue comme étant importante. Je suis dans une mairie dont je trouve le fonctionnement structurel beaucoup trop rigide pour moi et absolument pas primordial. L'important c'est d'aider les autres. De ce fait, je remets encore en cause mon orientation en me disant que ma façon d'être n'est pas compatible avec l'exercice, malgré le fait qu'il m'est très important de bien me tenir et d'être respectueuse.

Je ne me sens pas à ma place dans ma promotion non plus comme cela était le cas en licence. Il y a toujours un décalage. Mes formatrices disent que je suis une "intello", mes camarades me surnomment "Wikipedia".

Je m'intéresse à beaucoup trop de choses à la fois. J'ai presque envie d'exercer tous les métiers du monde à la fois. Je me dis que si je me lasse du social je ferai serveuse ou alors j'irai dans une formation courte dans le numérique.
C'est usant et terrible pour moi.

Ensuite, je me pose la question aussi vis à vis de mon grand père, ancien mineur. Il est décédé mais avait une culture et des connaissances extrêmement supérieures à son niveau d'études.
Il a appris à jouer de la guitare seul, lisait énormément. Il allait jusqu'à lire le dictionnaire page par page. J'ai retrouvé des poèmes qu'il a écrit que je trouve brillants et sensibles.
Ma mère quant à elle, a appris à lire toute seule sur des boîtes d'aliments. Elle s'est montrée très autonome dans ses apprentissages, plus rapidement que la normale.

Je sais qu'au niveau développement j'ai été très rapide aussi. Je suis passée au stade des phrases directement. Ma mère me disait que c'était comme si j'avais attendu le bon moment pour commencer à parler.
Par contre j'ai toujours été un peu immature sur le plan émotionnel, j'ai parfois été difficile à gérer.
J'ai aussi des énormes difficultés à prendre en compte les codes sociaux qui me passent souvent un peu au dessus de la tête bien malgré moi.

Ce sont des camarades qui m'ont dit de me poser la question du haut potentiel. Je n'aime pas trop en plus ce terme, personne n'a un "bas potentiel".

Alors je viens voir les premiers concernés, les personnes qui ont été détectées, est-ce que je dois me poser la question sérieusement et faire un bilan avec un psychologue spécialiste de la question ou je laisse couler ?

CarHerto

Messages : 1
Date d'inscription : 19/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Re: Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par RoyJade le Dim 19 Jan 2020 - 13:23

Bonjour CarHerto, et bienvenue !

Pour te répondre, ça dépend si tu penses que cela peut t'aider ou pas. Le bilan n'est pas un miracle qui va corriger tout les problèmes de ta vie, c'est une suite de mots officiels placés sur un fait. Ce que tu en fais après dépend surtout de toi. Personnellement je l'ai utilisé comme socle pour me dire "ça c'est sûr, je n'ai plus besoin de me poser de questions dessus, maintenant qu'est ce que je fais avec ça ?" ; d'autres n'en on eu aucune utilité.
Si tu te demandes juste si le bilan peut ou non statuer sur un diagnostic surefficience, alors je pense que oui. Ce que tu décris dans ta manière de fonctionner fais écho à bien des traits que j'ai vu chez d'autres surdoués, moi compris. Reste à voir si le bilan est nécessaire ou non pour toi, et seul toi même peut répondre à cette interrogation.

Ah, et ton post ne donne pas du tout l'impression que tu as la grosse tête, seulement que tu as beaucoup de pensées qui y tournent ^^
RoyJade
RoyJade

Messages : 488
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 28
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Re: Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par B.forBilly le Dim 19 Jan 2020 - 14:35

CarHerto a écrit:[...]Je m'intéresse à beaucoup trop de choses à la fois. J'ai presque envie d'exercer tous les métiers du monde à la fois. Je me dis que si je me lasse du social je ferai serveuse ou alors j'irai dans une formation courte dans le numérique.
C'est usant et terrible pour moi.

[...]

la question du haut potentiel. Je n'aime pas trop en plus ce terme, personne n'a un "bas potentiel".[...]

Hello et bienvenue CarHerto,

J'aime beaucoup ton témoignage et l'humilité qui s'en dégage. Sache que ta démarche est tout à ton honneur, j'ai senti la même gêne quand j'ai commencé à me poser ces questions.

Je viens tout juste de finir ma réflexion sur le sujet et j'ai enfin décidé de franchir le pas pour passer ces tests. Il s'agit d'une démarche très personnelle et j'ai volontairement pris le temps pour me poser des questions pertinentes, partager sur ce forum et lire sur le sujet avant de me lancer. C'est tout frais, alors je vais te partager quelques conclusions que j'ai tirées de ma démarche, en espérant que tu y trouveras un peu de matière pour avancer dans ta rélfexion.

A te lire, je pense devoir apporter quelques précisions nécessaires à ton questionnement, précisions qui sont relatives à ma compréhension perso, issue de mes interrogations sur la douance, leurs biais et quelques risques associés, amha.

Trop souvent vulgarisé comme "haut potentiel" ou "surdoué", faute de mieux pour en parler ou caractériser cette différence cognitive, ces termes résultent d'études sur la répartition normale (gaussienne) de quelques traits cognitifs bien précis dans une population donnée - qui ne saurait être représentatif de l' "intelligence", un terme qui a une portée plus vaste à mon avis -. Ton prémisse de dire que "personne n'a un bas potentiel" est juste à mon sens, tout comme on ne peut pas juger le potentiel d'un poisson par sa capacité à grimper à un arbre. Mais quand on parle de "haut potentiel", c'est dans le contexte précis de ces tests et ce qu'ils permettent de valider = le potentiel de seulements quelques traits d'intelligence que les chercheurs ont su mesurer. Mais c'est pas comme si les autres traits d'intelligence n'existent pas, ils sont juste plus qualitatif et intangibles.

Donc, dans ce contexte précis, le terme de "Haut potentiel" génère implicitement un groupe des "bas potentiel", c'est une simple opposition linguistique à la catégorie des "haut potentiel", ou "neuro-typiques", sans jugement de valeur. Le problème sous-jacent et trop souvent vu et revu, c'est d'associer un jugement de valeur à ces catégories, et pour moi c'est un tout autre débat sur lequel j'aurais un avis tranché, sans doute similaire au tien.

Donc pour résumé, peut-être que comme moi auparavant, ton humilité te fait refuser la catégorie "haut potentiel" à cause d'un jugement de valeur associé. A éviter donc si tu as saisi le sens de mes explications Papy Non désolé C'est peut-être ce qui a amené la néologisme de "zèbre" pour parler de ces gens "neuro-atypique", et là on entre dans un language plus neutre... même si c'est juste pour éviter de froisser certaines sensibilité, ce qui ne me va pas non plus mais je vais éviter de digresser là dessus Dent pétée

En voyant le "haut-potentiel" ainsi, j'espère ça va t'aider à lever certaines barrières pour te poser des questions plus précises et orientées différemment. Car je pense qu'il est risqué de d'attendre des conseils tranchés et direcement actionnables, tout simplement à cause de la complexité intrinsèque de la question et de tous les cas particuliers. Le paysage sera forcément très hétérogène quant aux retours d'expérience que tu vas recevoir. De mon observatoire d'amateur, je vois :

  • ceux qui le font trop à la légère sans trop y réfléchir avec des conséquences aussi bénéfique pour certains que désastreuses pour d'autres,
  • d'autres qui le font pour les mauvaises raisons = dans l'espoir d'obtenir un passe droit pour justifier le comportement de leurs enfants ou de leur supposée supériorité intellectuelle, mais
  • sans oublier tous ceux que ça aura vraiment aidé pour comprendre un mal-être, ou avancer dans la vie, mieux s'accepter, etc...


Je n'ai pas l'impression que tu sois frappée de prétention ni d'arrogance, alors maintenant, si tu continues d'emprunter ce chemin, il t'ouvre à d'autres questions d'ordre plus personnelles dont tu es la seule détentrice des réponses. Quelques exemples : Qu'est-ce que ça t'apporterait de savoir que tu es HP ou pas ? Seras-tu ok avec le résultat, même si le test infirmait la suspiçion de ta douance ? Que le résultat soit positif ou non à la douance, qu'est-ce que ça va changer pour toi, dans ta vie et ta relation aux autres ?

Je suis de ceux qui pensent qu'il est très risqué de partager publiquement (même à des proches) ce résultat chiffré, ou ce constat etayé du rapport d'un psychologue. Il est aussi difficile de l'amener de la bonne façon et que d'en mesurer les conséquences, et c'est à faire au risque de se faire du tord à soi ou aux autres. En règle général, je considère que c'est une très mauvaise idée d'en parler avec son entourage sans raison valable.

Maintenant pour te partager ma propre expérience. J'effectue cette démarche dans la volonté de mieux me connaître, pour mieux m'adapter et naviguer dans ce monde dont je rejette souvent les codes, pour ceux que j'ai réussi à en comprendre l'essence. En cela, j'ai conscience qu'un simple résultat de test a beaucoup moins de valeur que l'accompagnement du psychologue et le travail personnel qui s'ensuivra. Peut-être que ma démarche me permettra d'éclairer un certain nombre de difficultés que j'ai vécues en terme d'intégration et de relations sociales, ou peut-être qu'il faudra que j'explore d'autres pistes à la lumière de ces résultats. D'ailleurs la question de la douance ne m'est venu qu'après avoir écarté une suspicion de TSA (je pensais être borderline Asperger) avec un psychologue clinicien.

J'espère que tu trouveras les réponses à tes questions cat


Dernière édition par B.forBilly le Dim 19 Jan 2020 - 14:45, édité 4 fois (Raison : saut de ligne malencontrueux + combattre ma verbosité pathologique + corrections de coquilles)

B.forBilly

Messages : 48
Date d'inscription : 04/01/2020
Age : 100
Localisation : Laniakea

Revenir en haut Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Re: Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par Topsy Turvy le Dim 19 Jan 2020 - 17:46

Bienvenue !
Le test en lui-même n'est pas utile à tout le monde.
Certains ne passent pas par cette case, que ce soit par anxiété, par souci financier, par désintérêt pour la vérification,...
Si tes camarades l'ont envisagé et tu te reconnais dans les descriptions d'abord, puis dans les échanges par ici en virtuel ou lors d'IRL, ça peut suffire à trouver un certain apaisement, un schéma de lecture fécond,...
Topsy Turvy
Topsy Turvy

Messages : 510
Date d'inscription : 10/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Re: Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par teichezgégé le Dim 19 Jan 2020 - 19:01

Salut Carherto.
Le deuxième partie d'une phrase de la réponse de RoyJade :
"ça c'est sûr, je n'ai plus besoin de me poser de questions dessus, maintenant qu'est ce que je fais avec ça ?" a écrit:
est certainement la plus importante.
Il me semble inutile de se poser la question de tes capacités en effet.
Les bilans de compétences peuvent t'aider, mais toujours pareil, la personne qui va le réaliser est (ou pas) en phase avec la douance.
En tout cas je te souhaite de trouver le domaine dans lequel tu t'épanouiras.

Very Happy Very Happy Very Happy

teichezgégé
teichezgégé

Messages : 31
Date d'inscription : 17/12/2019
Localisation : bassin d'Arcachon

http://www.synchronicites.fr

Revenir en haut Aller en bas

Dois je me poser la question d'une "détection"?  Empty Re: Dois je me poser la question d'une "détection"?

Message par Dams69 le Lun 20 Jan 2020 - 8:52

Bonjour CarHerto
Je suis nouveau sur ce forum et je me permets de te répondre car, je me retrouve dans plusieurs choses que tu mentionne.

Comme ne pas mériter ton diplôme. Sache que j'ai eu les mêmes réflexions. J'ai trouvé des réponses sur les tribulation d'un petit zèbre. On parle de syndrome de l'imposture, on réussit car on a eu de la chance et que le sujet était simple. Mais jamais grâce à soi.

Moi j'ai fait un bilan cette année à 33 ans, car je me posai des questions et j'avais besoin de réponse pour avancer. Et il y a que toi pour déterminer si tu en besoin.
Et surtout savoir ce que tu en feras après.
Pour moi ça a été bénéfique. J'ai appris que je n’étais pas zèbre, mais que j'étais dans les 6% de la population avec une zone de douance.
Ça m'a permis d'avancer.

Autre chose qui me parle c'est le fait de vouloir exercer tous les métiers. Je suis pareil, j'ai envie de tout apprendre et je me lasse vite, trop vite. Donc je commence tout, je ne finis rien et je me sens nul. Avec aucune confiance en moi. Je travaille dessus et ça m'aide à reprendre confiance.

Mon conseil fait abstraction de :"c'est prétentieux de faire un bilan ou de pensé que je suis zèbre". Et simplement dit toi que si tu te poses autant de question, c'est que tu veux savoir.
J'espère avoir pu t'aider un peu.

Dams69

Messages : 13
Date d'inscription : 20/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum