Revendiquer le non-diagnostic ?

Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Ven 6 Sep 2019 - 23:35

Bonjour,

En divaguant sur le formum ce soir je me demandais si des personnes seraient à contre courant de notre époque du "tout à cataloguer" et revendiqueraient le fait (ou droit?) de ne pas être catégorisé(e) ?

J'utopise là une société sans préjugé où les personnes n'auraient aucun à priori sur les modes de fonctionnement du cerveau de leur congénères, considérant par défaut que chacun est unique sans nécessité de positionnement par rapport à une loi normale...

Je crois que j'ai trop bu... merci de votre indulgence

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par I am just Nath le Ven 6 Sep 2019 - 23:37

Attention a l'alcootest. Je crois qu'on a pas le droit de le refuser celui-là Very Happy
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 12798
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 48
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Ven 6 Sep 2019 - 23:42

Bien vu ! Dent pétée

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Ven 6 Sep 2019 - 23:44

C'est vrai que tous les tests ne sont peut-être pas à mettre dans le même panier après tout..

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Ven 6 Sep 2019 - 23:52

temp a écrit:C'est vrai que tous les tests ne sont peut-être pas à mettre dans le même panier après tout..

lol!

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par ortolan le Sam 7 Sep 2019 - 0:06

temp a écrit:je me demandais si des personnes seraient à contre courant de notre époque du "tout à cataloguer" et revendiqueraient le fait (ou droit?) de ne pas être catégorisé(e) ?
http://www.zebrascrossing.net/t29863-je-ne-suis-pas-un-hqi-je-suis-un-homme-libre
ortolan
ortolan

Messages : 13013
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Sam 7 Sep 2019 - 0:27

A yes cimer je m'disais bien que j'enfonçais une porte ouverte...

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par temp le Sam 7 Sep 2019 - 2:15

En fait je ne vois pas le rapport... erreur de lien hypertexte ?

temp

Messages : 13
Date d'inscription : 16/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Irène A le Sam 7 Sep 2019 - 9:12

temp a écrit:En divaguant sur le formum ce soir je me demandais si des personnes seraient à contre courant de notre époque du "tout à cataloguer" et revendiqueraient le fait (ou droit?) de ne pas être catégorisé(e) ?

J'utopise là une société sans préjugé où les personnes n'auraient aucun à priori sur les modes de fonctionnement du cerveau de leur congénères, considérant par défaut que chacun est unique sans nécessité de positionnement par rapport à une loi normale...

Je crois que j'ai trop bu... merci de votre indulgence
Ne te justifie pas : j'arrive à la même réflexion, mais à jeun.
En gardant l'idée que positionnement par rapport à une loi normale peut avoir certains avantages, dans la connaissance de son fonctionnements cognitif par exemple, si on s'inscrit dans une logique d'amélioration et d'optimisation de soi.

Le paradoxe du zèbre :
Je refuse qu'on me fasse entrer dans une case, mais j'exige une étiquette.

Irène A

Messages : 7
Date d'inscription : 07/09/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par ortolan le Sam 7 Sep 2019 - 10:50

temp a écrit:En fait je ne vois pas le rapport... erreur de lien hypertexte ?
Erreur, oui et non, ça dépend comment tu vois les choses. Rien que le titre, "Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre" répondait à ta question de savoir si certains cherchaient à se démarquer de l'étiquette surdoué. Je t'ai retrouvé le début de son fil de présentation : http://www.zebrascrossing.net/t8972-je-ne-suis-pas-un-hqi-je-suis-un-homme-libre , tu te feras un avis par toi-même. Mais en matière de contempteur de la pensée unique, de rebellitude et de "vous êtes tous des cons" avec des apparences de grandiloquence, il se posait là.
ortolan
ortolan

Messages : 13013
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par My_illusion le Sam 7 Sep 2019 - 11:09

temp a écrit:Bonjour,

En divaguant sur le formum ce soir je me demandais si des personnes seraient à contre courant de notre époque du "tout à cataloguer" et revendiqueraient le fait (ou droit?) de ne pas être catégorisé(e) ?

J'utopise là une société sans préjugé où les personnes n'auraient aucun à priori sur les modes de fonctionnement du cerveau de leur congénères, considérant par défaut que chacun est unique sans nécessité de positionnement par rapport à une loi normale...

Je crois que j'ai trop bu... merci de votre indulgence


Comme pour tout, il y a dérive. Ca rapporte facilement de faire passer des tests HP. Le prix est abusif. Le seul intérêt est le test QI fait sans avoir performé avant de le passer. Cela donne une idée plus ou moins objective du niveau de câblage neuro. Et encore... c'est très perfectible car les facultés mentales sont impossibles à évaluer dans leur ensemble par un test de 2h. Seul, on peut évaluer la partie plus psycho, motrice, émotionnelle, en lisant sur le sujet. Les critères ne sont jamais TOUS réunis.

J'ai appris une chose il y a deux jours. Le potentiel a certes une origine génétique, épigénétique et environnementale. Mais on néglige un facteur qui stimule fortement ce potentiel : le facteur affectif. On pourrait le mettre dans l'environnemental mais il est plus précis et bien puissant. Dans quel état émotionnel l'enfant se trouve? Si on le néglige et le laisse grandir sans guide avec une maigreur affective, il va soit dévier soit justement stimuler ses facultés intrinsèques (résilience, maturité, conscience, performances, …) C'est une chance aussi en quelque sorte de l'avoir abandonné/négligé pour qu'il exploite ce potentiel qui aurait pu rester latent. C'est une voie que je vais approfondir.

Les étiquettes ne servent à rien, mais il est nécessaire de se connaître pour mieux pouvoir vivre avec. Ne jamais s'enfermer dans un diag' ça c'est clair et net. "C pas de ma faute, c'est parce que je suis HP" NON NON et NON. Ca explique des choses, et ça ne fige pas non plus!

Je ne dirai jamais à qqn "t'en sais rien si t'es hp ou pas, tant que t'as pas fait les tests!" Car c'est facile à sentir la probabilité que ce soit bien ça qui explique nombre de comportements différents… Puis, vu que je me méfie des diag' donnés, j'analyserai toujours par moi-même, lol. Une de mes belles-soeurs pensait l'être mais pour moi c'en était pas, elle a juste une hypersensibilité émotionnelle, une intelligence à ce niveau mais son QI est dans la norme. Quand je parle avec elle, je sens sa limite. Je lui aurais épargné des sous sous lol. Mais du coup, ça m'a travaillé et comme on me répétait souvent "fais les tests!", j'ai finalement fait ya deux ans. Et je n'ai toujours pas osé en parler, encore moins à ma belle-soeur, hum. Ca risque de conduire à une forme de jalousie. Alors qu'il n'y a pas lieu d'être. Elle me dit souvent "tu es particulière, unique en ton genre et c'est pour ça qu'on t'aime, tu ne ressembles à personne d'autre!" mais sans jamais m'avoir conseillée ces tests hp. Les autres n'ont pas besoin de savoir. Je ne pense que ça m'aiderait dans mon cas. Il vaut mieux juste s'apaiser de soi à soi. Et c'est tout.

Tu es tristounet(te) que tu as eu besoin de picoler? :-)

My_illusion

Messages : 1326
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Yusaku le Sam 7 Sep 2019 - 11:57

Un peu plus de 200 euros pour 3h30 de neuro psy avec le matériel pour la wais, je trouve pas ça abusé. Mon garagiste me coûte autant en main d oeuvre. (J exagére à peine).

Le test a au moins cette vertu d'aider à chercher à se comprendre. Après t es pas obligé d en faire étalage, c est personnel.

Yusaku

Messages : 271
Date d'inscription : 08/08/2019
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Bimbang le Sam 7 Sep 2019 - 12:51

Je n'ai pas passé les tests. Peut être je ne suis pas HP, ou peut être si ?

Si je me pose la question, de toute façon, c'est parce que je sens un problème.
Alors autant le creuser.
Ici, j'ai trouvé des oreilles attentives et j'ai pu m'ouvrir. Ça m'a fait un bien immense. Il y avait tellement de confusion dans mes différents mal-être que c'était compliqué de savoir par où commencer.

J'ai pensé aux tests. Je me suis dit que si je savais, ça changerait forcément ma façon de voir les choses, mais pas forcément dans le sens que j'aimerais.
Si c'était non, ça me ferait renoncer au forum par honnêteté, ou par honte... or, j'en avais besoin.
Si c'était oui, j'avais peur de basculer dans d'autres certitudes qui me nuiraient plus qu'elles ne m'aideraient. Tout serait vu par ce prisme.

J'ai vu aussi pas mal de gens après le test, avoir la tentation de faire le vide autours d'eux, comme si tout à coup, tout devait changer après cette découverte. On vire la femme, les amis... hop ! Ils ne sont plus à la hauteur, ou sont un frein. Je me suis fait la réflexion que, on ne devient pas intelligent après le test, on l'était avant. Les choix qu'on a fait sans savoir que... ont été faits avec la même intelligence. Pas de raison de s'isoler, juste prendre du temps pour comprendre tout ce qu'on n'avait pas vu, sans précipitation, avec tout le temps nécessaire.

Le doute est inconfortable, mais n'empêche pas de réfléchir, de chercher des solutions et d'envisager un maximum de pistes.

Après, je me fiche un peu des étiquettes qu'on peut poser sur moi, je ne suis plus toute jeune, et j'ai tiré pas mal de traits sur ce que je devrais être pour être "parfaite". Ça ne m'intéresse pas. Par contre, ne serait ce que l'idée que je puisse être intelligente, plus que je ne croyais tout au moins, m'ouvre des possibles et mon cerveau se régale de ces nouveaux champs à explorer. Alors, je profite ^^

Première conséquence depuis que je suis sur le forum : je commence à reprendre un peu confiance en moi.
Merci à tous !
Bimbang
Bimbang

Messages : 4386
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Loxosceles le Sam 7 Sep 2019 - 13:49

Je ne me suis jamais fait tester volontairement, mais comme j'ai eu un parcours compliqué, de l'école maternelle jusqu'à aujourd'hui, que j'ai passé du temps en hôpital de jour, que j'ai cessé de travailler il y a presque 20 ans (contexte compliqué à décrire), cela m'a amené à passer des tests psychologiques, psychotechniques et autres, notamment deux fois, où les examinateurs se sont déclarés franchement bluffés par mes résultats. L'une, qui fait passer des tests tous les jours a même déclaré "du jamais vu". Je ne viens pas pour me vanter, hein, j'essaye juste d'apporter un point de vue différent.

J'ai donc rencontré les tests dans des circonstances que je n'avais pas cherché à provoquer, mais qui sont venus confirmer des impressions que j'avais déjà, sans avoir cherché de ce côté là. La vertu principale de ces tests, et peut-être la seule, est qu'ils sont venus remonter un peu mon estime. Quand on est paumé et qu'on voit bien qu'on ne fonctionne pas comme "les autres", ça fournit un début d'explication.

La question c'est : a-t-on besoin de tests, pour savoir si on est "hp", "asperger", "thqi", et qu'est-ce que ça nous apporterait de le savoir ? Une autre question évidente : a-t-on peur d'être déçu du test (et de perdre en estime personnelle) ? J'ai fait deux tests de QI. Résultats 137 et 108. Impossible de savoir lequel est le plus fiable, ou même si aucun des deux ne l'est... Ou encore si les circonstances ont pu jouer, l'âge, l'humeur, l'état de concentration... Parfois les tests peuvent nous jeter dans la perplexité...

Il faut déjouer ce biais qui nous donne une impression de supériorité intellectuelle, savoir rester humble et mesuré. Si on arrive à vivre bien avec les autres et à contrôler à peu près sa vie tout en sentant qu'on est différent, pourquoi vouloir s'étiqueter ?

On en revient à une question de gestion des priorités. Si on ne se sent pas bien et qu'on cherche des explications, on peut mettre l'hypothèse "hp", "asperger" ou autre sur la table, par exemple avec un psy avec lequel on a une relation de qualité, et explorer l'idée sans forcément s'enfermer dans une case. Ce que m'a apporté ce forum depuis mon inscription, c'est de pouvoir y venir, poser des questions, lire les autres parler de leurs expériences, susciter et recevoir des points de vue (proposer le mien, aussi), puis prendre du recul et digérer tout ça, et revenir plus tard pour un nouveau repas. La chose principale que j'ai apprise est que quelles que soient les étiquettes que l'on veut bien se donner, ou que la psychiatrie veut bien nous coller (y en a une ribambelle dans mon dossier), on est tous différents et qu'on a toujours à apprendre, car on peut être hyper performant dans un truc et simultanément totalement à côté de la plaque dans un autre, qui nous empêche de développer le potentiel du premier truc. Exemple vraiment classique et presque cliché : QI dans les plafonds et QE (quotient émotionnel) totalement à la ramasse. Mais l'inverse existe aussi, ainsi surtout que toutes les autres nuances. En ce sens, j'ai décidé personnellement que je n'avais pas besoin d'un diagnostic, car un diagnostic fixe les choses à un "instant T" alors qu'une semaine après ou avant, on peut se trouver des ressources insoupçonnées, ou au contraire des blocages dont on n'avait pas pris conscience, et qui ne rentrent pas forcément dans le cadre étriqué d'un diagnostic forcément partiel puisqu'une personne est avant tout un tempérament martelé par un vécu, et qu'on ne fait pas rentrer ces choses dans des cases.

En conclusion : les diagnostics peuvent fournir un éclairage. Mais sont-ils nécessaires ? Cela dépend des personnes, et ils demandent en tout cas toujours un recul critique.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 200
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 45
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par kerlutinhoec le Sam 7 Sep 2019 - 18:29

temp a écrit:En divaguant sur le formum ce soir je me demandais si des personnes seraient à contre courant de notre époque du "tout à cataloguer" et revendiqueraient le fait (ou droit?) de ne pas être catégorisé(e) ?
Mais catégorisé par qui ? Par les "autres" ?
Si oui, je fais partie de ceux qui revendiquent le fait de ne pas être catégorisés, tout simplement parce que j'ai (égoïstement ?) passé le test UNIQUEMENT POUR MOI MÊME.
Du coup, je n'ai jamais vu l'intérêt de parler de mon résultat à qui que ce soit ou presque. J'en ai parlé à ma mère et ma soeur qui sont très proches de moi et je savais qu'elle n'auraient aucun jugement inapproprié sur la question. Mais mes amis, mes collègues et mes connaissances ne sont absolument pas au courant du résultat tout simplement parce que je n'en vois pas du tout l'intérêt. Un test de QI pour moi ce n'est utile qu'à la personne qui le passe. Une fois le résultat tombé elle peut (ou pas) avancer en conséquence, mais je ne vois pas ce que peuvent y faire les autres.
Personnellement, j'ai passé ce test parce que j'avais besoin de réponses à plein de questions que je me posais. J'ai eu une partie des réponses. Maintenant je continue à avancer.
Mais PERSONNE ne me "catégorise". Moi non plus en définitive ...


temp a écrit:J'utopise là une société sans préjugé où les personnes n'auraient aucun à priori sur les modes de fonctionnement du cerveau de leur congénères, considérant par défaut que chacun est unique sans nécessité de positionnement par rapport à une loi normale...
Eh bien, j'ai beau m'être faite tester, je suis malgré tout dans ce cas là.
Je ne vois absolument pas l'intérêt de demander le QI des gens ou de donner le mien.
Comme je le disais plus haut: se faire tester est une démarche personnelle et PERSONNE n'a besoin d'en connaître le résultat.
kerlutinhoec
kerlutinhoec

Messages : 169
Date d'inscription : 25/05/2018
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Thalestra le Lun 9 Sep 2019 - 22:01

Je revendique le droit de ne pas passer de test. Pourquoi? Parce que ça me fout en rogne profondément qu'on puisse avoir envie de me coller une étiquette. Ça fait remonter une vieille hargne viscérale et bilieuse du temps où j'étais un viking couturé de 2 m sur 2 qui cognait avant de causer, ça me fout des furoncles, ça me donne des envies de meurtre. Flingue Je suis qui je suis et surtout qui je décide d'être. Je refuse qu'on me dicte mon destin en m'enfermant dans des critères. Je revendique le droit d'être multiple et en perpétuelle évolution. Je refuse qu'on me pose des barrières au motif que je serais trop ou pas assez. Je décide de mon chemin et personne d'autre. Les mots sont une prison, le verbe est créateur. HP, zèbre ou autre est une prison comme une autre, une sentence. Nous sommes tous uniques, tous différents, et aucun d'entre nous n'a à accepter que qui que ce soit le définisse à sa place. Je choisis la liberté et je la paie tous les jours à son prix fort. Boxe
Thalestra
Thalestra

Messages : 165
Date d'inscription : 01/08/2019
Age : 44
Localisation : Troisième planète à partir du Soleil noir

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Hormé le Jeu 12 Sep 2019 - 14:14

Il y a peut-être une différence entre construire des catégories pour identifier des phénomènes (sinon on ne peut pas les penser puisque on ne peut les identifier, c'est un des principes de toutes démarches rationnelles) et réduire une personne à une étiquette...

Hormé
Hormé

Messages : 969
Date d'inscription : 14/05/2017
Age : 35
Localisation : Entre Iliade et Odyssée

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Thalestra le Jeu 12 Sep 2019 - 14:47

Hormé a écrit:Il y a peut-être une différence entre construire des catégories pour identifier des phénomènes (sinon on ne peut pas les penser puisque on ne peut les identifier, c'est un des principes de toutes démarches rationnelles) et réduire une personne à une étiquette...


Il y a une différence dans l'intention, rarement dans le résultat malheureusement.
La meilleure preuve réside dans les posts de ce forum: nombreux sont ceux qui recherchent dans le fait d'être HP l'explication à ce qu'ils sont, à leur manière de fonctionner, à leur mal être. On dirait l'attente d'un diagnostic à une maladie, qu'on espère ainsi pouvoir apprivoiser voir traiter.
Or, chaque être humain étant unique et le fruit de nombreux paramètres (génétique, milieu social, traumatismes...), les prétendues "caractéristiques" zèbres me semblent bien anecdotiques au milieu de tout ça. De plus, on passe vite de l'explication "tu es zèbre ça explique pourquoi tu fonctionnes comme ci ou comme ça" à la conviction "comme je suis zèbre, je suis comme ci ou comme ça", en d'autres termes, "je n'ai pas de jambes, je ne pourrai jamais marcher". C'est pour ça que je dis: vigilance quant à ce que vous attendez de ce test. Ce qui rejoint ce que disent beaucoup sur ce forum: avoir le résultat de leur QI n'a finalement pas changé grand chose à leur vie et ne leur a pas apporté les vraies réponses qu'ils attendaient en leur for intérieur.
Thalestra
Thalestra

Messages : 165
Date d'inscription : 01/08/2019
Age : 44
Localisation : Troisième planète à partir du Soleil noir

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Asperzebre le Jeu 12 Sep 2019 - 15:59

J'ai passé le test, bien après avoir découvert que j'étais à minima HQI et probablement THQI, et m'être revendiqué comme tel sans considérer que je devais m'en justifier par un test.

Le WAIS, je ne l'aurais jamais passé si il n'y avait pas eu de circonstances particulières, et je continuerais à m'affirmer HQI sans diagnostic et à revendiquer ma légitimité à le faire.

Mais il y a eu des circonstances particulières : je suis autiste en plus d'être (très probablement) THQI, et tout comme je revendiquais être probablement THQI et à minima HQI sans test, je revendiquais être autiste sans test : je sais être autiste depuis 2013, où je l'ai découvert.

Malheureusement, même si à mes yeux mon auto-diagnostic d'Autisme était suffisant, aux yeux de la société il ne l'était pas, et mes difficultés liées à l'autisme, notamment professionnelles, m'ont contraint à officialiser mon autisme afin d'accéder au statut de travailleur handicapé.
J'ai donc fait les démarches de diagnostic pour l'autisme, 3 ans après m'être découvert autiste, démarches que je ne considérais pas comme un diagnostic (la question était réglée depuis 3 ans), mais comme une sorte de formalité administrative, au grand dam de certains autistes de ce forum pour lesquels mon attitude relevait de l'hérésie.

Ce diagnostic s'est avéré positif pour l'autisme, comme je m'y attendais et à la grande surprise de mes détracteurs, et son lien avec ce sujet est le suivant :
Le WAIS était inclus (optionnel mais sans surcout) dans le diagnostic d'autisme, alors je l'ai passé par curiosité.
J'en attendais une éventuelle réponse à mon questionnement : suis-je 'simple HQI' ou suis-je THQI ?
Je n'ai eu qu'une réponse indirecte à cette question : le test m'etiquette 'simple HQI', mais apporte des éléments objectifs tendant à valider mon hypothèse du THQI: mauvaises conditions de passation, erreurs ne m'étant pas imputables ayant fait baisser mon score, effet plafond extrêmement marqué sur certains tests que j'aurais déjà plafonné sans difficulté étant enfant, temps de passation total d'à peine une heure en n'ayant pas eu l'impression de solliciter mon cerveau (qui était de toutes façons incapable d'être sollicité à ce moment), alors que normalement une passation de WAIS dure 2h à 3h30...

Je me considérais auparavant comme probable THQI (avec un doute sur une éventuelle sur-évaluation de mes capacités cognitives, disons 80% de chances d'être THQI et 20 % d'être HQI) et depuis le test, je suis passé à une certitude de plus de 99% d'être THQI, malgré un QI évalué à 135.
Pour être plus précis, je me considère THQI hétérogène, avec des items où mes capacités cognitives sont au moins 2 ou 3 écarts-types au dessus du plafond et d'autres où elles sont très loin du plafond.
Forte hétérogénéité qui est d'ailleurs monnaie courante chez les autistes, chez qui il n'est pas rare d'avoir un écart de 50 pts entre les points forts et les points faibles.

Là encore, ça a fait grincer certains des dents que je m'autorise à me déclarer THQI sans avoir été testé (et pire encore, en ayant un test négatif) mais peu m'importe.

Je connais les limitations du WAIS qui perd en fiabilité à mesure que l'on s'éloigne de la moyenne.

Ces limitations sont particulièrement fortes quand on parle de THQI, au point de ne parvenir à diagnostiquer THQI que des profils homogènes.
La faute revient aux plafonds des tests.
Les THQI homogènes auront de hauts scores proches du plafond partout, et un QI évalué à 145+.
Les THQI hétérogènes auront les mêmes scores sur leurs points forts que les THQI homogènes (être au niveau du plafond ou bien 1 écart type au dessus donne le même résultat) et auront des scores inférieurs aux THQI homogènes sur leurs points faibles (être au niveau du plafond ou bien 1 écart type au dessous ne donne pas du tout le même résultat), avec pour conséquence un QI sous-évalué, bien en dessous de 145 malgré des compétences cognitives globalement équivalentes à celles des THQI homogènes.

J'ai vu sur ce fil d'autres formes d'éloignement du test, en mode "je ne veux pas faire le test car je ne veux pas d'étiquette".
Mon approche est à l'opposé : je veux des étiquettes qui me correspondent, sans devoir passer de tests pour prouver en être digne.

Et bien sûr, ces étiquettes, je les veux uniquement à titre de compréhension de ce que je suis, pour moi-même et mon entourage, et certainement pas pour m'enfermer dedans.
"amoureux de nature" par exemple, est une étiquette qui me correspond tout autant que "THQI" ou "autiste", celle là non plus je n'ai passé aucun test pour me l'attribuer, mais personne ne me la conteste.
"homme féminin hétérosexuel" aussi me correspond, pour celle là non plus il n'y a pas de test, et elle est presque aussi difficile à faire accepter que "THQI".

Et bien entendu, plus on me refuse une étiquette qui me correspond, plus je revendique de l'avoir (et inversement, plus on m'attribue une étiquette qui ne me correspond pas, comme "masculin" par exemple, plus je revendique mon droit de ne pas la porter).
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2094
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Hormé le Jeu 12 Sep 2019 - 16:09

"Ce qui rejoint ce que disent beaucoup sur ce forum: avoir le résultat de leur QI n'a finalement pas changé grand chose à leur vie et ne leur a pas apporté les vraies réponses qu'ils attendaient en leur for intérieur."

Ok, mais je pense qu'un bon nombre ici en se renseignant sur le test, sont aussi des personnes qui ont des blessures à guérir et qui ne se sentent pas très intelligentes et pas légitimes.
Ce savoir surdoué, d'une manière objective, est une bonne première base pour un processus de reprise de confiance en soi et de reprise en main de sa vie. C'est si triste de rencontrer des personnes particulièrement douées et sensibles, qui gâchent leur vie en aliénant la richesse de leur personnalité.
Hormé
Hormé

Messages : 969
Date d'inscription : 14/05/2017
Age : 35
Localisation : Entre Iliade et Odyssée

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par kerlutinhoec le Jeu 12 Sep 2019 - 16:16

+1 Hormé
Moi ce qui me surprend, c'est le nombre de personnes ico qui décident de reprendre des études après avoir passé le test avec un résultat de HP.
A chaque fois elles ont dit que sans ce résultat, elles n'auraient jamais osé le faire ...
Comme quoi, quelquefois ça peut avoir du bon.
kerlutinhoec
kerlutinhoec

Messages : 169
Date d'inscription : 25/05/2018
Localisation : Brest

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Thalestra le Jeu 12 Sep 2019 - 17:10

Hormé a écrit:"Ce qui rejoint ce que disent beaucoup sur ce forum: avoir le résultat de leur QI n'a finalement pas changé grand chose à leur vie et ne leur a pas apporté les vraies réponses qu'ils attendaient en leur for intérieur."

Ok, mais je pense qu'un bon nombre ici en se renseignant sur le test, sont aussi des personnes qui ont des blessures à guérir et qui ne se sentent pas très intelligentes et pas légitimes.
Ce savoir surdoué, d'une manière objective, est une bonne première base pour un processus de reprise de confiance en soi et de reprise en main de sa vie. C'est si triste de rencontrer des personnes particulièrement douées et sensibles, qui gâchent leur vie en aliénant la richesse de leur personnalité.

Pour certains peut-être, pour d'autres au contraire.
D'abord "surdoué" de quoi? Pour moi ce mot n'a aucun sens. Il induit une connotation méliorative que je trouve déplacée et inappropriée. Tout au plus être zèbre signifie-t-il avoir un fonctionnement X plutôt que Y, comme être gaucher plutôt que droitier.

Ensuite, cela signifierait que le problème de l'estime de soi pourrait se régler par un petit : "regarde, c'est formidable, tu as tellement de qualités et de potentiel". Les psy vont bientôt être au chômage. Il y a des millions de gens sur terre, HP ou pas, qui ont une estime d'eux-même dégueulasse, il est manifeste que la solution vient de l'intérieur et pas de l'extérieur. Ce n'est pas parce qu'on ne cesse que vous dire que vous êtes magnifique que vous allez guérir de votre dégoût de vous-même ou de votre dysmorphophobie et subitement vénérer votre apparence physique.

Enfin, je pense aussi à tous ceux pour qui cette découverte est désastreuse. Non seulement ils se trouvent minables mais on leur enfonce le clou en leur expliquant qu'ils sont "surdoués" donc qu'ils n'ont aucune raison d'être "minables" car ils ont un potentiel exceptionnel. En gros, qu'ils gâchent leur vie. Moi on me dit ça je me dis: super, je suis doublement nulle, non seulement je merde mais en plus je n'ai aucune raison objective de merder, je devrais au contraire être brillante (à part l'explication tout aussi peu constructive du: c'est pas nous, c'est les autres, la société n'est pas adaptée aux HP).

Je note d'ailleurs que de nombreux professionnels de l'aide (psy, coach etc...) évitent bien de qualifier leurs patients (HP ou autres) pour éviter de les définir et leur laisser l'opportunité de se définir eux-mêmes.

Donc pour conclure, se faire tester pourquoi pas, mais ne pas en attendre des miracles et ne pas se laisser enfermer dans le diagnostic.
Thalestra
Thalestra

Messages : 165
Date d'inscription : 01/08/2019
Age : 44
Localisation : Troisième planète à partir du Soleil noir

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Ashak le Jeu 12 Sep 2019 - 18:20

"J'utopise là une société sans préjugé où les personnes n'auraient aucun à priori sur les modes de fonctionnement du cerveau de leur congénères, considérant par défaut que chacun est unique sans nécessité de positionnement par rapport à une loi normale..."

Déjà, utopise, ça n'existe pas. Les néologiseurs devraient être enfermés direct, car le dictionnaire est fait pour être respecté; les mots bien pensés et tous bien identiques pour tout le monde guident la réflexion et la morale commune, c'est la base. Les néologismes repoussent les extrémités des cases et ça, ça met le bazar. Merci d'éviter, au prochain, tu seras dénoncé aux autorités compétentes.

Pour ma part, je vote et j'adhère à ton aspiration de société. Cependant, je pense que les tests ont leur intérêt car ils permettent de mettre des mots et des systèmes logiques sur ce que notre cerveau ne peut pas imaginer. Proposer des tests, ce n'est pour moi pas enfermer quelqu'un dans une case mais expliquer en quelques mots simples qui il est : de quoi il a besoin, pourquoi il peut réagir comme il le fait, a des personnes qui ne peuvent pas l'envisager si on ne leur donne pas les bonnes clefs.
Mon avis rejoint celui d'asperzebre, bien utilisé dans un but de compréhension de soi, ainsi que de valorisation de soi et des autres, les tests sont positifs.

Un test HP, permet de mieux comprendre ses forces et faiblesses  et donne les mots pour les expliquer aux autres, sans forcément dire qu'on est HP.

Test ultra positif pour le developpement personnel (à mes yeux), non lié au QI :
Je me sens pour ma part beaucoup mieux dans ma peau depuis que je connais le  modèle BTI (je ne parlerai pas d'HP ici car je ne le suis pas, mais je suppose que le côté "case" peut être comparable).
Il traite des quatres fonctions cognitives qui sont à l'origine notre perception du monde (2 fonctions, l'intuition et la sensation) et notre méthode de prise de décision (2 fonctions, le sentiment "feeling" et la pensée "thinking") - en français ça se traduirait plus par logique éthique ou logique systémique). Chacune de ces fonctions a deux variantes qui modifie un peu le comportement. Tout le monde a les 4 fonctions et une variante de chacune, mais elles ne se developpent qu'une par une au cours de la vie (maitrise d'une fonction et passage au developpement de la suivante les dix ans environ) et ne se developpent pas dans le même ordre pour tout le monde. Nous serons à l'aise dans les activités où nos fonctions sont developpés et un peu plus quichou dans celles qui le sont moins. Une fois qu'on connait et comprend à peu près toutes les fonctions, c'est plutôt facile de voir celles que les gens gèrent et celles qu'ils ne gèrent pas du tout.

1) ça nous rend plus patient par rapport à leur comportement qui va nous sembler abérant.
2) on a les clefs, le "mode d'emploi" pour essayer de traduire le message qu'on veut faire passer via des fonctions qu'ils gèrent plus.
3) ça nous permet de nous valoriser aussi beaucoup plus, d'identifier clairement nos capacités, nos défauts et d'avoir une preuve scientifique qu'une partie de la population a le cerveau branché dans le même sens que nous. J'étais super mal dans ma peau une bonne partie de ma vie et voulait changer, j'ai rencontré des gens comme moi mais plus agés, ayant appris à gérer les avantages et inconvénient de leur branchement cérébral, je suis maintenant fier de mon branchement et veux seulement améliorer ce que je suis.

Thalestra : Je comprends ce que tu veux dire par rapport aux psys et aux coachs, c'est important que les patients se désignent eux même et se sentent satisfait de cette désignation. Cependant, leur job est de leur donner les clés pour se désigner, comment font ils dans ce cas? (ce n'est pas réthorique comme question, ça m'intéresse Smile )
Ashak
Ashak

Messages : 17
Date d'inscription : 27/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par plusdidee le Jeu 12 Sep 2019 - 18:42

Bah, pour moi le test çà m'a juste permis de mettre de côté ce diagnostique... quoique j'ai encore des doutes, le QI ne fait pas tout !

Le diagnostique:
plusdidee
plusdidee

Messages : 1887
Date d'inscription : 24/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revendiquer le non-diagnostic ? Empty Re: Revendiquer le non-diagnostic ?

Message par Thalestra le Jeu 12 Sep 2019 - 20:09

[quote="Ashak"] Thalestra : Je comprends ce que tu veux dire par rapport aux psys et aux coachs, c'est important que les patients se désignent eux même et se sentent satisfait de cette désignation. Cependant, leur job est de leur donner les clés pour se désigner, comment font ils dans ce cas? (ce n'est pas réthorique comme question, ça m'intéresse Smile )[/quote]

N'étant pas psy, ni coach ou quoique ce soit du genre (à part botteuse de fesses de temps en temps, ... un peu trop souvent en fait What a Face Mea culpa) je ne sais pas si j'ai les clés pour te répondre. mouais Je rejoins assez Plusdidee: le QI ne fait pas tout, et parfois il ne fait même rien du tout.

Un psy donne rarement des réponses: il pose beaucoup de questions. Il conduit la personne à porter sur elle un autre regard, lui donne des clés pour mieux vivre avec elle-même (et lui colle quelques EMDR ou autres de temps en temps histoire de faire avancer le shmilblick!Dent pétée ), il l'aide à trouver ses propres réponses. Aucun psy ne m'a jamais proposé de passer un test. Ils se sont ratés à certains moments où les mots zèbre ou haut potentiel ont été lâchés, mais c'était plutôt des ratés qu'autre chose. Par contre, ils ont su quand c'était utile m'inciter à lire les bons bouquins, par exemple "Pourquoi trop penser rend manipulable?" ou encore "Je pense trop: canaliser ce mental envahissant". Ils ont aussi nourri mes quêtes: Neal D Walsh, Anita Moorjani etc...
La psy de mon fils a clairement marqué "probable HP" dans son compte rendu, mais elle n'a pas non plus proposé de passer un test: ce n'est pas ce dont il a besoin en l'état.

Donc oui, je suis un peu extrême dans mes positions (mais de manière générale, j'aime bien pousser les raisonnements jusqu'à l'absurde [Les hommes naissent et demeurent aveugles jusqu'au jour où une bonne vérité leur crève les yeux] même si au fond je suis convaincue qu'il n'est jamais possible de généraliser... C'est mon self trash punk Punk ), mais mon propos est de dire que chaque personne est unique et si le test peut peut-être en aider certaines, il en enfoncera d'autres, toutes zèbres qu'elles soient.
Chacun sa voie... et la mienne est que je déteste profondément tout ce qui met dans une petite case Prisonnier . Je pense que je hais viscéralement cette espèce d'étiquette de bête de foire que je ressens collée sur mon dos depuis la maternelle (oh la la, elle a une grosse année d'avance et elle tient la tête de la classe), qui finissait par définir ce que je devais être car c'était ce que les autres attendaient de moi, en gros c'était comme ça qu'il fallait que je sois pour mériter leur amour. Or moi je n'en avais rien à faire d'être une bête à concours, je suis d'ailleurs peu cultivée au sens classique du terme et j'ai "réussi" professionnellement bien en deçà de ce que j'aurais pu faire si j'avais choisi une voie qui me plaisait et m'étais vraiment donné la peine. C'est le côté artistique, l'imaginaire et le vivant qui m'intéressaient. Sauf que quand tu peux faire science po, HEC ou math supp, surtout pour ma génération, tu ne vas pas te perdre en fac de bio. Alors oui je revendique le droit à me définir: je l'ai payé cher (burnout et toussa) et je suis trop vieille pour rentrer dans le rang maintenant. Trance

PS: j'adore inventer mon vocabulaire personnel: ça fait parti de tous les trucs chimériques qui se baladent dans mon petit univers de foire. Je m'en suis abstenue pour ne pas t'écorcher les yeux: ne m'en veux pas la prochaine fois!! Nargue

Thalestra
Thalestra

Messages : 165
Date d'inscription : 01/08/2019
Age : 44
Localisation : Troisième planète à partir du Soleil noir

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum