Conséquence de chocs émotionnels

Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Sam 29 Juin 2019 - 7:27

C'est une question qui me poursuit depuis quelques mois.

Vous est-il arrivé, suite à un choc émotionnel particulièrement intense :
- de vous anesthésier complètement sur le plan émotionnel pendant plusieurs jours, de devenir lisse intérieurement comme si vous étiez sous antidépresseur ?
- d'observer en parallèle une modification de fonctionnement cognitif importante, comme si votre câblage avait été modifié ?

Témoignages directs ou indirects, documents, liens... tout m'intéresse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par ortolan le Sam 29 Juin 2019 - 8:48

Oui pour le premier point. C'est assimilable à l'état de choc qu'on peut rencontrer suite à un accident de la circulation. Le terme anesthésie est bien choisi, j'ai l'image du boxeur KO ou groggy avec une absence de réaction ; c'est une forme de protection je pense vis-à-vis de l'événement / des événements, surtout si on cherche à être dans la maîtrise de ses réactions.

Pour la modification du fonctionnement cognitif, je ne sais pas si tu fais référence à une agitation paradoxale (s'occuper la tête pour mettre à distance la cause, une forme de conduite d'évitement). Neurologiquement, une atrophie du cortex pré-frontal (planification, conduites sociales) réversible a pu être mise en évidence dans les cas de stress post-traumatique sévères et durables (Cyrulnik en parle pour les enfants roumains des orphelinats).
ortolan
ortolan

Messages : 13243
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : pas de MP, boîte pleine

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par RoyJade le Sam 29 Juin 2019 - 9:21

Ça tombe "bien", j'ai vécu le premier point il y a quelques semaines. Une semaine en étant totalement déconnecté de ma partie émotionnelle, de ne ressentir seulement la partie logique froide.
La seconde partie par contre, pas du tout. J'ai pu observer mon raisonnement logique entièrement nu, ce qui est intéressant mais ne l'a pas changé pour autant.
RoyJade
RoyJade

Messages : 470
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 27
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Dim 30 Juin 2019 - 11:03

ortolan a écrit:Pour la modification du fonctionnement cognitif, je ne sais pas si tu fais référence à une agitation paradoxale (s'occuper la tête pour mettre à distance la cause, une forme de conduite d'évitement).
Non, je pensais plutôt à une modification dans la qualité de mes représentations mentales. Mais pareil, ça n'a pas duré.

ortolan a écrit: Neurologiquement, une atrophie du cortex pré-frontal (planification, conduites sociales) réversible a pu être mise en évidence dans les cas de stress post-traumatique sévères et durables (Cyrulnik en parle pour les enfants roumains des orphelinats).
J'ai constaté un ralentissement général, oui, qui a duré plusieurs semaines, et je n'ai pas complètement récupéré : l'exemple le plus visible : je pouvais travailler concentrée sans pause pendant 8-10 heures assez facilement avant, je suis péniblement revenue à 3-4 heures après 6 mois.
En revanche, je ne remplis pas les critères de l'ESPT.

RoyJade a écrit:Une semaine en étant totalement déconnecté de ma partie émotionnelle, de ne ressentir seulement la partie logique froide.
La seconde partie par contre, pas du tout. J'ai pu observer mon raisonnement logique entièrement nu, ce qui est intéressant mais ne l'a pas changé pour autant.
Aucune modif, donc, même au retour des émotions ?


Je ne pensais pas avoir de retours, vu que le sujet est un peu bizarre, alors merci à vous deux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Beautymist le Dim 30 Juin 2019 - 12:10

En ce qui me concerne :

Anesthésie, froideur émotionnelle, méfiance
Alternance passivité/agressivité
Alternance mutisme, repli sur soi/hurlements, hyperactivité (jusqu'au burn-out)
Stress post trauma sévère et résistant aux traitements
Conduites à risque, auto-sabotage, auto-agressivité
Conduites d'évitement
Ralentissement psycho-moteur
Sur le plan cognitif : trous de mémoire, difficultés à se concentrer...
Beautymist
Beautymist

Messages : 1603
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 46
Localisation : Ailleurs

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Dim 30 Juin 2019 - 12:29

Boarf, moi, c'est pas un choc mais une série (stress chronique depuis le tout début de mon existence). Au bout de 3 décennies, ça a fini par s'effondrer, et là, amnésie, incapacité à mémoriser quoi que ce soit, à comprendre ce que je lis, à me plonger dans un travail intellectuel épanouissant... etc...

J'aimerais bien une vraie prise en charge avec imagerie du cerveau pour voir l'état de mes amygdales mais il semblerait que la médecine ne s'occupe pas du tout de ça (alors que les recherches, si).

Je doute de la possibilité de réparer ça. Il a fallu admettre que j'étais devenue idiote, ce qui a été particulièrement pénible, puisque j'avais basé le peu d'estime de moi sur la seule qualité que mon entourage me reconnaissait (enfin, pas tous les jours, mais assez pour m'offrir une sécurité): mon intelligence. Découvrir qu'on existe quand même, malgré cette déchéance, est un parcours long et douloureux.

Le décalage avec les autres est bien plus profond, maintenant. Devenir idiote ne m'a pas permis de me rapprocher de ceux avec qui je me sentais décalée avant mais m'a éloignée de ceux dont je me sentais proche (je déteste l'appauvrissement de mes conversations). Ce qui m'irrite le plus, c'est l'incompréhension des médecins, psys et autres qui trouvent que je "raisonne bien, pourtant". Ils ne veulent entendre ma souffrance. Quant aux solutions, n'en parlons pas, puisqu'il faudrait déjà qu'ils entendent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par RoyJade le Dim 30 Juin 2019 - 12:35

Wyrdwyn a écrit:Aucune modif, donc, même au retour des émotions ?

Si, mais lié à la raison du choc plus que le choc : méfiance, transformation de certains de mes sentiments en d'autres plus négatif (qui, je le sens, n'attendent que de repasser en positif quand ils auront quelqu'un vers qui se tourner), perte d'une partie de ma volonté autrefois instoppable d'aider les autres. Rien qui ne ressemble à ce que tu décris, et surtout rien d'irréversible.
RoyJade
RoyJade

Messages : 470
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 27
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Lun 1 Juil 2019 - 9:29

Beautymist a écrit:En ce qui me concerne :

Anesthésie, froideur émotionnelle, méfiance
Alternance passivité/agressivité
Alternance mutisme, repli sur soi/hurlements, hyperactivité (jusqu'au burn-out)
Stress post trauma sévère et résistant aux traitements
Conduites à risque, auto-sabotage, auto-agressivité
Conduites d'évitement
Ralentissement psycho-moteur
Sur le plan cognitif : trous de mémoire, difficultés à se concentrer...
... vu la liste, j'imagine que le choc est ancien... et que la prise en charge s'est avérée mal adaptée...  As-tu eu l'occasion de tester, à tout hasard, les nouvelles techniques pour traiter l'ESPT ?


Hortense a écrit:Boarf, moi, c'est pas un choc mais une série (stress chronique depuis le tout début de mon existence). Au bout de 3 décennies, ça a fini par s'effondrer, et là, amnésie, incapacité à mémoriser quoi que ce soit, à comprendre ce que je lis, à me plonger dans un travail intellectuel épanouissant... etc...
(...)
Il a fallu admettre que j'étais devenue idiote, ce qui a été particulièrement pénible, puisque j'avais basé le peu d'estime de moi sur la seule qualité que mon entourage me reconnaissait (enfin, pas tous les jours, mais assez pour m'offrir une sécurité): mon intelligence.
(...)
Ce qui m'irrite le plus, c'est l'incompréhension des médecins, psys et autres qui trouvent que je "raisonne bien, pourtant". Ils ne veulent entendre ma souffrance.
C'est exactement ma situation, sauf que les chocs en série ont eu lieu bien concentrés sur deux ans. Le dernier, mineur au regard de ce qui avait précédé, m'a fait plonger.
Personne ne comprend que je me sente diminuée, parce que je fais encore assez HPI dans l'ensemble Rolling Eyes , sauf que par rapport à avant, tout est devenu tellement laborieux que je me juge moi aussi devenue idiote. Avec cette impression d'avoir un truc de changé dans le cerveau, d'autant que j'ai noté des différences cognitives qualitatives absolument incontestables.
Si ce n'est pas indiscret, l'effondrement date d'il y a longtemps ? Tu as récupéré dans quelle mesure, et à quelle vitesse ?

RoyJade a écrit:Si, mais lié à la raison du choc plus que le choc
D'accord. Merci pour ta réponse. Je te souhaite de trouver rapidement la personne qui fera s'envoler tes pensées négatives...  Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Lun 1 Juil 2019 - 12:41

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase. J'ai un peu récupéré mais j'ai des alternances de moments où ça va mieux et de moments où ça repart en vrille. Et d'autres difficultés de santé qui ne permettent pas un bon rétablissement. Sans compter les difficultés relationnelles qui n'arrangent rien.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Beautymist le Lun 1 Juil 2019 - 18:31

Dans la liste, j'oubliais aussi les troubles dissociatifs. Et en effet, faute d'une prise en charge précoce et adaptée... (il faut dire qu'à l'époque, elle n'existait pas...). Sad

En ce moment, je fais des séances d'hypnose pour diminuer les troubles anxieux, retrouver la sérénité en ayant le moins possible recours aux anxiolytiques (néfastes sur le long terme pour la santé, et de toute façon incompatibles avec mes troubles respiratoires).

J'ai des difficultés (à long terme ou chroniques) au niveau matériel, émotionnel, relationnel. Et ce malgré tous mes efforts (parfois surhumains) et mes nombreuses démarches. en même temps, quand les professionnels du secteur médico-social sont incompétents ou dans le déni... ce n'est guère étonnant.
Beautymist
Beautymist

Messages : 1603
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 46
Localisation : Ailleurs

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Mar 2 Juil 2019 - 6:48

Hortense a écrit:Et d'autres difficultés de santé qui ne permettent pas un bon rétablissement. Sans compter les difficultés relationnelles qui n'arrangent rien.
Je connais ça aussi... (enfin, les difficultés relationnelles ont toujours existé chez moi) (mais j'me soigne) (ou tout au moins je tente, en me lançant des challenges)

Beautymist a écrit:Dans la liste, j'oubliais aussi les troubles dissociatifs. Et en effet, faute d'une prise en charge précoce et adaptée... (il faut dire qu'à l'époque, elle n'existait pas...).
J'espère que l'hypnose te soulagera... je ne te suggère pas d'autres thérapies, j'imagine que tu as une expérience de ces domaines bien supérieure que la mienne...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Stegos le Mar 2 Juil 2019 - 7:20

Wyrdwyn a écrit:C'est une question qui me poursuit depuis quelques mois.
Vous est-il arrivé, suite à un choc émotionnel particulièrement intense :
- de vous anesthésier complètement sur le plan émotionnel pendant plusieurs jours, de devenir lisse intérieurement comme si vous étiez sous antidépresseur ?
Les antidépresseurs, ça fait quoi, "normalement"....?

Wyrdwyn a écrit:
- d'observer en parallèle une modification de fonctionnement cognitif importante, comme si votre câblage avait été modifié ?
Toute expérience va modifier le câblage, non ?
Stegos
Stegos

Messages : 2561
Date d'inscription : 18/02/2018
Age : 100
Localisation : 3ème planète autour du soleil

Revenir en haut Aller en bas

Conséquence de chocs émotionnels Empty Re: Conséquence de chocs émotionnels

Message par Invité le Mar 2 Juil 2019 - 7:44

Stegos a écrit:Les antidépresseurs, ça fait quoi, "normalement"....?
Bien relevé  Very Happy
Je te dois mon premier sourire du jour.
Chez moi : antidépresseur = lissage émotionnel, mer d'huile, confortable les premiers temps, mais oui, impression d'être derrière une vitre, de ne pas vivre (j'ai tout balancé un beau matin, préférant définitivement les montagnes russes émotionnelles à cet état de zombie qui de plus ne me permettait même pas de m'attaquer efficacement aux problèmes).
Normalement -> je faisais donc allusion au lissage émotionnel.

Stegos a écrit:Toute expérience va modifier le câblage, non ?
Oui, bien sûr, mais je n'avais jamais ressenti aussi précisément une modification.
En fait, voila : avant, il m'était impossible de visualiser la moindre couleur dans mon imagerie mentale, quelle qu'elle soit (hypnagogique, rêves, visualisation yeux ouverts ou fermés), et j'étais assez proche, en matière de visualisation, de l'aphantaisie.
Après, j'ai eu des images en couleur en état hypnagogique (pour être exacte, en état hypnopompique, surtout), et quand tu passes de zéro couleur et contours plus ou moins flous à des images de type vitrail en plein soleil, c'est assez (divinement) violent.
(depuis, j'écume le net à la recherche de documents là-dessus, et je ne trouve rien)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum