Journal d'un Squelette

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 22:08


Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Ven 24 Mai 2019 - 22:17

Je lis aussi Kingfisher...
Tu sais, des fois je réponds d'une autre manière, sur mon fil, par parallèle, par ressenti. Je ne sais pas trop comment le travail que je fais sur moi, ce que je ressens, ce qui m'appelle, ce que je déduis... peut être interprété par autrui en sa phase de recherche...

Je n'aime pas la sensation d'envahissement que je crois parfois infliger en postant chez autrui (j'ai évoqué cela sur le fil de p2m par exemple), car, autrefois, beaucoup m'ont fait comprendre que je pouvais être lourd, pénible, intrusif, déstabilisant, coercitif... j'en passe et des meilleures...

Sans doute est-il, quand on vient en un endroit supposé acceuillir des semblables, interpellant, voire angoissant, de se trouver devant une page que nous sommes seuls à remplir... Pour autant, penses (si ce n'est point déjà fait), à la multiplicité des parcours, à la floraison des différentes recherches, à la granularité des expériences couplée à la dureté de ces dernières... Sans doute te feras-tu alors une image de cet écartement que nous pouvons avoir dans les attentes...

Recoltes en emplis-toi. C'est le mieux que je puisse te souhaiter.

Amicalement


Dernière édition par ludion le Sam 25 Mai 2019 - 0:00, édité 2 fois (Raison : fautes et reformulation)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 22:27

Merci pour ton message Ludion.

Je commence tout doucement à comprendre comment tu fonctionnes. C'est inhabituel pour moi, mais cela m'apporte beaucoup (et ne change rien au respect que j'éprouve pour toi et ce que tu fais de ton côté, sois-en sûr) !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Ven 24 Mai 2019 - 22:49

Coucou King. J'ai rien d'intéressant à dire, mais je te fais un petit coucou.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 25 Mai 2019 - 8:58

Salut Hortense, merci beaucoup ! Tu peux passer sur mon topic quand tu veux, même juste le temps d'un coucou !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 25 Mai 2019 - 10:23

Ton match Tinder t'a laissé en plan. Devant ce coffee shop d'une petite rue des Pentes. Et forcément, ton moral prend la tangente. Pourtant tu sais parfaitement où tu es. Le GPS branché, la web map en poche. Mais tu es à l'ouest. Le regard cloué sur tes pompes, des Kelvin Klein, forcément, parce que l'allure ça ne se négocie pas.
Alors tu repenses à demain. À ton bullshit job qui t'attend. Ce prédateur, tapis dans l'ombre, toujours prêt à t'engloutir avec ses canines disruptives et sa langue de process up to date. À ton putain de boss, son haleine Coldgate Frimdent, qui ne sait que te japper dessus, comme un Yorkshire condescendant, avant de te refiler une autre corvée barbante à en mourir, à rendre pour avant-hier dernier carat. Pendant qu'il se barre rejoindre ses potes pour travailler son swing sur le green. À tes enfoirés de collègues, sourire carnassier et main chaleureusement posée sur le dos, pour tâter du meilleur coin où planter un couteau.
Tu lèves ton nez sur la devanture qui te promet du chaleureux caféiné dans un cadre intime. Le chaleureux, tu l'aurais préféré dans les bras de ton match, ou d'un autre, mais tu tends les mains et il n'y a personne devant toi. Ce match-là, tu es déjà en train de le maudire, de l'envoyer au neuvième cercle de l'Enfer, et plus bas encore si ça existe, à grands coups de lattes virtuelles dans son avatar. C'est quand même dingue ça, tu peux trouver le produit parfaitement calibré à tes besoins, et même aux besoins que tu n'as pas encore. Suffit juste de franchir le seuil du shop du coin, ouvert de 7h à 22 non-stop. Ça devrait juste marcher pareil pour rencontrer quelqu'un. Surtout qu'il y a le choix. Homo, hétéro, bi, trans, queer, cis, sapio, straight ou flexible, duo, trio ou poly. Pour quelques minutes ou pour la vie. Mais même du regular, ça swipe à droite vite fait, t'entourloupe en deux trois, te vend du rêve en package, Lune incluse. Et ça te plante au premier rencard.
Alors tu traces ta route, le coeur en nénuphar. Les pétales qui s'étiolent l'un après l'autre, la feuille posée sur une étendue de boue et de merde. Là ce n'est plus le lapin, mais tout le terrier que tu maudis, lièvre ou garennes.
Ça devrait marcher pareil. Mais ça ne matche pas.
Tu prends le chemin du retour, le cerveau déjà connecté sur pornrevenge.com, lorsque que tu les croises. Un couple improbable, de deux intellos au look travaillé et à la silhouette slim. Deux pouilleux épais aux cheveux gras et aux fringues volées chez Emmaüs. Lui sans doute médecin, petites lunettes cerclées d'or, collier de barbe parfaitement taillée. Elle avocate en freestyle, maquillage aussi minutieux que discret, le tailleur impeccable, genre je sors juste de l'office mais je vais quand même me balader comme ça parce que je suis une femme moderne. Lui en gros porc, t-shirt de l'OM et jean taché, troué d'usure, RSA-iste déterminé. Elle vêtue d'un haut rose trop fin pour son 95E, décolleté et nombril apparents, pantalon de jogging gris et baskets no-brand de supermarché.
Ils passent juste là, sous ton nez, pour te rappeler que la vie est injuste. Se tenant à peine du petit doigt, avec discrétion et pudeur. Emmêlés l'un contre l'autre, lui qui l'étreint d'un bras étouffant autour du cou, elle qui réplique d'une main plongée dans l'obscène.
Tu voudrais les insulter, les repousser, leur cracher à la gueule. Ta colère, cette colère, c'est bien le seul truc authentique que tu auras vécu aujourd'hui. Tout te semble creux. Si creux. Pourquoi on s'attache, bêtement, comme ça ? À un autre qui nous aime, promis, juré, une main sur le cœur, l'autre cachée, toujours en train de swiper sur Tinder. Creuses, ces relations. Creux, ces gens. Creux, ces potes qui sont toujours là pour boire une bière, mais qui raccrochent quand tu leur dis "Allô, ça va pas". Creux, ces aliments sous cellophane, méta-transformés, garantis sans bactéries ni nutriments. Creux, ces programmes, ces séries, ces infos, disponibles de partout, sur tous les écrans du monde. Creuses, ces heures qui passent, et qui semblent revenir hier du même costume vide qu'elles arboraient demain.
Tu t'approches d'un muret, surmontant une falaise qui surplombe le reste de la ville. Sous tes yeux un cortège d'immeubles gris, à perte de vue jusqu'au lointaines montagnes. Le vertige te frappe de son ivresse, t'offre l'étreinte que tu n'attendais plus. Tu te penches, fermes les yeux, hésites, puis reviens sur tes pas. Pas maintenant, pas cette fois. Ça ira mieux demain. Peut-être.
Tu continues comme si de rien n'était. Le ciel t'accompagne d'un œil morose. Il commence à lâcher quelques larmes. Il ne manquait plus que ça. Tu t'en fiches, traces ta route. Lorsque tu le sens. Ton portable vibre. Sans doute juste une pub. Un texto promotionnel. Un message de ta mère, qui n'a pas eu de nouvelles depuis trop longtemps, genre hier soir. Ou pire encore, ta banque qui t'annonce en direct live que tu es à découvert.
Tu l'ignores. Ne veux pas regarder. Et si jamais ? Non, idée débile. Tu mets un pas devant l'autre, geste répétitif, démarche creuse. Journée creuse. Vie creuse. Prends quand même l'appareil en main.

Une première photo. Radiographie d'un os brisé, avec un autocollant daté d'aujourd'hui. Une seconde d'une jambe dans le plâtre, posée sur un lit d'hôpital. Et ce message : excuse-moi pour le rendez-vous, j'ai eu un léger soucis ! Je propose un changement de lieu : clinique du Zzz, entrée Zz, chambre n°Zz. J'espère pouvoir faire ta connaissance ! M.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Sam 25 Mai 2019 - 11:59

En somme... la seule chose qui vaille ne se niche-t-elle pas dans l'impondérable ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Sam 25 Mai 2019 - 12:13

En fait, depuis mon bannissement, je ne vais plus accueillir les nouveaux (je suis vexée d'avoir été considérée comme mauvaise alors que si personne n'accueille les nouveaux... Ben... Ils n'ont pas envie de rester, pas vrai ?).

Je suis touchée par ton texte. Pourquoi Tinder ? L'endroit le plus probable pour rencontrer des personnes creuses et le plus improbable pour rencontrer des personnes profondes. N'y a-t-il pas là une recherche inconsciente d'échec ?

Tu ne changeras pas les gens mais en changeant toi-même, tu changeras tes perspectives de rencontres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Sam 25 Mai 2019 - 15:05

Salut Kingfisher !
Bravo pour ton texte " Fiat Lux" ! Impec !
Je lirai " l'autre rive" et le reste plus tard Wink
... J'ai les yeux qui fatiguent sur l'écran...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Sam 25 Mai 2019 - 15:25

Dans les moments creux, une phrase me réveillait :
« Il faut s'attendre à l'inattendu.»
Je parlerai bien d'espoir porté par ces quelques mots lus ou entendus de Edgar Morin, en espérant que pour ne plus souffrir de ce qui ne vient pas, tu n'aies pas choisir la voix bouddhiste, sinon j'aurais tout faux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 26 Mai 2019 - 22:50

Merci pour vos messages.

Euh "il faut s'attendre à l'inattendu", c'est pas de moi. -_- Mais ça me parle.

Pour info le texte sur tinder est une fiction, je préfère même ne rien faire et gâcher mon temps que le perdre sur des applis comme ça. Biz.

Cuicui > Euh non le bouddhisme, testé et ça me parle pas. Je tente le coup avec la tradition occidentale, on verra bien ce que ça donne.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Mar 28 Mai 2019 - 14:01

L'autre rive... Impec ! Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mar 28 Mai 2019 - 14:26

Dumnos a écrit:L'autre rive... Impec ! Wink

Merci beaucoup ! Je crois que c'est ma production la plus "bizarre"...
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Mar 28 Mai 2019 - 16:22

C'est peut-être parce que je suis moi-même bizarre mais j'ai vraiment aimé.
J'ai même envie de la relire...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Le Don qui Chante le Mar 28 Mai 2019 - 22:18


On en est tous là. A ramasser des poussières d'étoiles et à ne pas comprendre qu'en nous Prométhée pousse, pousse et pousse à la porte de nos rêves les plus inavoués.
De bagatelles vites oubliées...
Le Don qui Chante
Le Don qui Chante

Messages : 1821
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 29 Mai 2019 - 13:20

Je porte la lumière. C'est là le moindre des fardeaux.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 1 Juin 2019 - 23:03

On dit King Fisher ou Fisher King ? J'aime pas ce titre, King, mais on m'appelle comme ça ici. Je ne suis roi de rien, et même pas de moi-même. A commencer par moi-même. Mais j'ai pas trouvé comment éditer mon pseudo.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 1 Juin 2019 - 23:07

Se surprendre à s'égarer sous un rayon Sélène,
Une seconde ou une heure,
Idée sombre et délicieuse.
Contempler les astres qui s'effilent,
Indicible sentence,
Devant l'ombre pernicieuse de ton
Eternité.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 0:09

Kingfisher a écrit:
Pour info le texte sur tinder est une fiction, je préfère même ne rien faire et gâcher mon temps que le perdre sur des applis comme ça. Biz.
Lol ^^ je comprends qu'avec un tel récit prémonitoire tu n'essaies même pas. 
En fait tu condamnes toutes tes chances en n'envisageant pas une seconde que ça puisse fonctionner. 
Tu ne t'inscris pas car tu redoutes l'échec ... que tu anticipes. 
Finalement, si ça marchait, tu serais limite déçu Twisted Evil

Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 2 Juin 2019 - 0:49

Premier dimanche du moi, tu peux changer de pseudo, ça fera moins marque d'articles de bricolage.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Chuna le Dim 2 Juin 2019 - 6:38

Y’a okcupid que je trouve un tout mini peu moins glauque...

Chuna
Chuna

Messages : 14934
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 10:51

Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 2 Juin 2019 - 11:34

Hello, je ne veux pas être désagréable, permettez-moi cependant de préciser certains points.

Quand je dis que ma nouvelle est une fiction, cela veut dire que, même s'il y a forcément un peu de moi dans ce texte, ce n'est pas moi qui parle. Ni ma vision du monde, ni une expérience vécue et relatée. Ce n'est même pas vraiment mon style avec ce lot de mots "branchés" et même branchouilles, que je trouve pour ma part vulgaires. Ce texte était une sorte d'essai, de faire un truc qui serait plutôt accessible (et ça a marché, j'ai eu des retours sur Facebook, c'est dire).
Pour ceux qui n'ont pas lu jusqu'au bout, ça se termine de façon positive, donc exit la thèse du "tu te condamnes à échouer".

Pour terminer, et pour parler de moi, enfin (même si je ne vois pas l'intérêt profond que cela pourrait avoir), je suis déjà allé sur des sites de rencontres. Je cumule plus d'années célibataires que d'années en couple, depuis ma majorité, et donc forcément j'ai essayé. Des gratuits, des payants, meetic, Badoo, adopteunpingouin, pof, okcupid.

Le résultat est toujours le même. J'ai un profil trop atypique, j'ai une tronche trop atypique. Pour la tronche, ça fait déjà un sacré essaimage. Forcément, celles qui consultent, même si elles ne cherchent pas du Brad Pitt (c'est un exemple, remplacez par qui vous sied), elles vont consulter les profils qui leur semblent beaux, séduisants, ou du moins agréables.
Ceci fait, ça limite déjà énormément le nombre de "candidates" potentielles. Pour celles qui se sont plantées de route ou ont cliqué un peu vite sur mon profil, bah les échanges tournent vite au nawak, parce que je rentre pas dans leurs critères de petite vie rangée, gosses maison travail famille patrie. Quant à moi qui attend autre chose de la vie, bah je reste également sur ma faim.

Si on ajoute à tout cela une capacité nulle, pitoyable, déplorable, incommensurablement mauvaise à aborder, ou prendre un premier contact avec une représentante de la gente féminine dans une optique de relation sentimentale, et un désintérêt tout aussi latent aux jeux et codes de séduction que j'ignore autant que je les méprise, préférant une forme d'honnêteté qui tiendrait presque dans ce contexte de sacrifice christique (j'en rajoute à peine), alors non, non, mille fois non, je n'ai rien à foutre sur ces sites-là. A un tel point que je n'ai même pas tenté le truc évoqué ici sur ZC (www.apie-people.com je crois), qui pourtant a l'air à rebourd des autres, avec le forum, les sorties, la perspective de rencontrer des personnes vraiment intéressantes, le fait de s'inscrire au choix pour amitié également.

Donc non, je n'ai pas l'impression de me condamner à échouer quoi que ce soit. On ne juge pas un poisson à sa capacité à grimper aux arbres, c'est tout.

Je crois juste, et surtout, que l'on peut faire une rencontre dans des lieux, à des conditions, et à un timing qu'on ne soupçonnerait même pas. Que c'est incalculable, imprévisible. Que cela tient également à notre état, notre vision de nous-mêmes et de notre estime de soi. Il y a un côté un peu karmique dans tout ça, mais rien n'arrive par hasard, et si on n'a rien ce n'est pas non plus par hasard.

Désolé pour ce pavé inepte.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 2 Juin 2019 - 11:44

Pavé on ne peut plus réaliste veux-tu dire ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Chuna le Dim 2 Juin 2019 - 11:57

Je suis assez d'accord avec toi.

Je suis pas certaine que ça te rassure des masses, mais je cumule également plus d'années de célibat que de couple. Je parle même pas de vie de couple (soit sous le même toit)
Chuna
Chuna

Messages : 14934
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 12:01

Arf, vous me déprimez alors même que c'est déjà un crève-cœur de m'être résignée à la télécharger cette fichue appli censée me faire rencontrer cet ami/amant/amour jusqu'alors imaginaire.
je le fais sans illusion, sans condition, avec ma bite et mon couteau comme disent les gens vulgaires.
mais Le vulgus commun des mortels est il si différent de moi ? suis je réellement au dessus de tout ça ?
N'est ce pas ce dont j'aimerais finalement m'illusionner ?
Que tout ça, ce n'est pas pour moi, que je vaux mieux que ça...

je crois qu'il faut beaucoup d'humilité pour accepter de se réduire à l'état de "coeur à prendre", surtout quand on est une femme qui a été jusqu'alors plus courtisée que courtisane.

je crois, moi, qu'on est tous égaux devant notre misère affective et que si ça ne marche pas, c'est plus aisé de condamner les autres ou de se mentir que d'assumer notre incapacité à assouvir nos besoins.
Désolée pour ce pavé dans ta mare, s'il te semble cruel, dis toi que je l'ai écrit pour moi.
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Chuna le Dim 2 Juin 2019 - 12:17

c'est plus aisé de condamner les autres ou de se mentir que d'assumer notre incapacité à assouvir nos besoins.

Va dire ça à mon pote asperger qui n'a plus un seul contact dans sa vie hormis moi...
Chuna
Chuna

Messages : 14934
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 12:29

On en connait tous des aspergers, comme quoi il n'est pas le seul. Ils seraient les seuls à souffrir de solitude affective, il n'y aurait pas autant de millions de célibataires. Si tu les interroges, tous te diront la même chose : c'est très compliqué de trouver la personne avec laquelle on peut dire qu'on est bien assorti.

Ce que je remarque aussi à force de fréquenter ce forum, c'est que les HP ont l'art d'aimer les situations très complexes tant et si bien qu'ils s'en créent quand ils n'en trouvent pas. je me demande même si c'est pas pour le seul plaisir masochiste de ne pas savoir finalement les résoudre, comme pour toucher du doigt leurs limites.


Dernière édition par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 12:33, édité 1 fois
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 2 Juin 2019 - 12:32

L'assortissement passe aussi par le "polissage" mutuel, et encore par la possibilité de se laisser "apprivoiser", ce qui est d'une effarante complexité pour un être auparavant blessé ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 12:35

ludion a écrit:L'assortissement passe aussi par le "polissage" mutuel, et encore par la possibilité de se laisser "apprivoiser", ce qui est d'une effarante complexité pour un être auparavant blessé ...
alors là, je plussoie +1000
La peur de l'échec est proportionnelle à la douleur vécue et le refus du déni de soi, non négociable, une exigence supplémentaire.
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Chuna le Dim 2 Juin 2019 - 12:55

Je vois tellement de jugement dans ces mots Shocked

Je vous laisse discuter de ça, parce que ça m'énerve Smile
Chuna
Chuna

Messages : 14934
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 13:10

je sais perso quand j'ai besoin d'un bon coup de pied au cul.
dis toi que je me parle à moi même Laughing

Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 2 Juin 2019 - 14:34

J'appelle à toutes et tous un peu d'apaisement sur mon fil, merci.

Chuna, je comprends ce que tu veux dire. Tu dois voir ton ami Asper dans la souffrance. C'est simple, si simple, trop simple, de lui tendre un miroir en lui disant "c'est de ta faute". Et à mon sens, pas tout à fait exact.

Comme je le disais plus haut, si l'on est seul sentimentalement, cela montre où on en est, comment on est face à soi-même. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'on est "au dessus" comme tu le dis Hirondelle. On a juste des différences qui nous empêchent de créer des liens aussi facilement que d'autres. Avec les non-pairs, on se retrouve vite frustrés, à ne pas pouvoir échanger nos idées, aller au fond des choses, rebondir sur n'importe quel thème. A se retrouver discuter de la pluie, du beau temps, et autre sujet bateau du genre.
Avec les pairs, on est comme des tonneaux de tri-nitroglycérine. L'équilibre entre mental et émotion est instable, ça peut vite partir dans tous les sens, et au passage exploser. J'ai rencontré une zébrette avec laquelle j'ai eu beaucoup de discussions qui sont allées très loin dans l'intime. Eu des échanges épistolaires avec une autre, avec respect, poésie, à un rythme plusieurs fois quotidien. Je ne serais pas honnête en disant que je n'attendais absolument "rien" de ces échanges. Tout comme je peux dire en étant en accord avec moi-même que, si ça ne donnait rien, je n'en serais ni blessé ni blasé. Mais au final, je n'ai plus aucun contact ni avec l'une ou l'autre, et je n'ai pas encore récupéré le déficit d'énergie que ces échanges ont causé.

Hirondelle78 a écrit:
je crois, moi, qu'on est tous égaux devant notre misère affective et que si ça ne marche pas, c'est plus aisé de condamner les autres ou de se mentir que d'assumer notre incapacité à assouvir nos besoins.
Désolée pour ce pavé dans ta mare, s'il te semble cruel, dis toi que je l'ai écrit pour moi.

Il ne s'agit pas, selon moi, d'une histoire de besoin à assouvir. Une histoire d'amour n'émane pas du besoin, mais du désir. Et dans un couple souvent les choses partent en cahuète lorsque le désir vacille, ou n'est plus écouté. L'enjeu étant de mener ce désir, l'adapter, le vivre et le renouveler au quotidien.
Et, si l'on n'est pas en couple, selon moi toujours, à trop chercher on se perd soi. Personne ne semble nous aimer, alors on ne s'aime pas, et on en arrive à pester contre ces cons.nnes qui nous ignorent. Et le cercle est fermé.
Je ne dis pas que c'est facile de s'aimer soi, de se regarder en face. J'en suis même à un stade où je n'arrive pas à aimer ce que je fais, ou faire des choses que je pourrais aimer (je n'arrive pas à écrire des choses que j'aime). Hélas, or ce chemin, point de salut. Sauf à tomber sur un.e manipulateur.trice, ou quelqu'un de néfaste, qui va nous pomper le peu d'énergie qui nous reste et s'en aller vers un autre parasite.

ludion a écrit:L'assortissement passe aussi par le "polissage" mutuel, et encore par la possibilité de se laisser "apprivoiser", ce qui est d'une effarante complexité pour un être auparavant blessé ...

Du coup je voulais rebondir sur un extrait du Petit Prince. Mais je sais pas lequel mettre, je vais tenter de trouver les deux.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 2 Juin 2019 - 14:37

CHAPITRE XXI

C'est alors qu'apparut le renard:

- Bonjour, dit le renard.

- Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.

- Je suis là, dit la voix, sous le pommier.

- Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli...

- Je suis un renard, dit le renard.

- Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...

- Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.

- Ah! pardon, fit le petit prince.

Mais, après réflexion, il ajouta:

- Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?

- Tu n'es pas d'ici, dit le renard, que cherches-tu ?

- Je cherche les hommes, dit le petit prince. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?

- Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant ! Ils élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt. Tu cherches des poules ?

- Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?

- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."

- Créer des liens ?

- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

- Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur... je crois qu'elle m'a apprivoisé...

- C'est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses...

- Oh! ce n'est pas sur la Terre, dit le petit prince.

Le renard parut très intrigué :

- Sur une autre planète ?

- Oui.

- Il y a des chasseurs, sur cette planète-là ?

- Non.

- Ça, c'est intéressant ! Et des poules ?

- Non.

- Rien n'est parfait, soupira le renard.

Mais le renard revint à son idée:

- Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m'ennuie donc un peu. Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...

Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince:

- S'il te plaît... apprivoise-moi ! dit-il.

- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

- Que faut-il faire? dit le petit prince.

- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...

Le lendemain revint le petit prince.

- Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. A quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le cœur... Il faut des rites.

- Qu'est-ce qu'un rite ? dit le petit prince.

- C'est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C'est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! Je vais me promener jusqu'à la vigne. Si les chasseurs dansaient n'importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n'aurais point de vacances.

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche:

- Ah! dit le renard... Je pleurerai.

- C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...

- Bien sûr, dit le renard.

- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

- Bien sûr, dit le renard.

- Alors tu n'y gagnes rien !

- J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

Puis il ajouta:

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret.

Le petit prince s'en fut revoir les roses:

- Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

Et les roses étaient bien gênées.

- Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu'elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai mise sous globe. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c'est ma rose.

Et il revint vers le renard:

- Adieu, dit-il...

- Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

- L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

- C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

- C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose... fit le petit prince, afin de se souvenir.

- Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...

- Je suis responsable de ma rose... répéta le petit prince, afin de se souvenir.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 2 Juin 2019 - 14:39

CHAPITRE IX

Je crois qu'il profita, pour son évasion, d'une migration d'oiseaux sauvages. Au matin du départ il mit sa planète bien en ordre. Il ramona soigneusement ses volcans en activité. Il possédait deux volcans en activité. Et c'était bien commode pour faire chauffer le petit déjeuner du matin. Il possédait aussi un volcan éteint. Mais, comme il disait, "On ne sait jamais !" Il ramona donc également le volcan éteint. S'ils sont bien ramonés, les volcans brûlent doucement et régulièrement, sans éruptions. Les éruptions volcaniques sont comme des feux de cheminée. Évidemment sur notre terre nous sommes beaucoup trop petits pour ramoner nos volcans. C'est pourquoi ils nous causent des tas d'ennuis.

Le petit prince arracha aussi, avec un peu de mélancolie, les dernières pousses de baobabs. Il croyait ne jamais devoir revenir. Mais tous ces travaux familiers lui parurent, ce matin-là, extrêmement doux. Et, quand il arrosa une dernière fois la fleur, et se prépara à la mettre à l'abri sous son globe, il se découvrit l'envie de pleurer.

- Adieu, dit-il à la fleur.

Mais elle ne lui répondit pas.

- Adieu, répéta-t-il.

La fleur toussa. Mais ce n'était pas à cause de son rhume.

- J'ai été sotte, lui dit-elle enfin. Je te demande pardon. Tâche d'être heureux.

Il fut surpris par l'absence de reproches. Il restait là tout déconcerté, le globe en l'air. Il ne comprenait pas cette douceur calme.

- Mais oui, je t'aime, lui dit la fleur. Tu n'en as rien su, par ma faute. Cela n'a aucune importance. Mais tu as été aussi sot que moi. Tâche d'être heureux... Laisse ce globe tranquille. Je n'en veux plus.

- Mais le vent...

- Je ne suis pas si enrhumée que ça... L'air frais de la nuit me fera du bien. Je suis une fleur.

- Mais les bêtes...

- Il faut bien que je supporte deux ou trois chenilles si je veux connaître les papillons. Il paraît que c'est tellement beau. Sinon qui me rendra visite ? Tu seras loin, toi. Quant aux grosses bêtes, je ne crains rien. J'ai mes griffes.

Et elle montrait naïvement ses quatre épines. Puis elle ajouta:

- Ne traîne pas comme ça, c'est agaçant. Tu as décidé de partir. Va-t'en.

Car elle ne voulait pas qu'il la vît pleurer. C'était une fleur tellement orgueilleuse...
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Dim 2 Juin 2019 - 14:51

Ce que tu dis est vrai K***, je connais la chanson : "besoin de rien, envie de toi" sauf qu'une envie peut devenir un besoin quand tu as envie de rendre ta vie meilleure qu'elle n'est.
Je ne veux pas que tu crois que je suis une mendiante qui cherche quelqu'un à tout prix.
Mon célibat est un choix par défaut d'avoir rencontré la bonne personne.
Et comme toi, je sais ô combien c'est difficile quand ses envies et ses besoins ne sont justement pas négociables, qu'on refuse de se brader, qu'on s'autorise le droit de choisir le meilleur pour soi, qu'on refuse de faire des choses qu'on n'aime pas, qu'on refuse de se perdre, de se nier.
Seul tout ce qui a un prix est négociable.

Et quand par hasard on le trouve, on s'accroche car c'est se faire une grande violence de devoir renoncer à ce qui est pour soi une évidence lorsque ça ne l'est pas pour l'autre.
Mais alors quoi ? il faudrait renoncer, abdiquer et pourquoi pas culpabiliser tant qu'on y est ?
A la culpabilité et à la remise en cause permanente de ses "fautes" que je bannis de mon vocabulaire, il y a un mot qui me semble bien plus adéquat pour changer les choses : responsabilité.
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 2 Juin 2019 - 19:22

Merci pour le rappel au Petit Prince, K***fisher

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 2 Juin 2019 - 20:40

Hirondelle,
Bien évidemment que je ne te vois pas du tout comme "une mendiante qui cherche quelqu'un à tout prix".
Je me retrouve totalement dans le fait que seul ce qui a un prix est négociable.

Bien évidemment qu'il ne faut pas renoncer, surtout pas, à ce que l'on est et ce qui nous fait.

Aucune voie d'élévation ou d'éveil personnel ne passe par la culpabilité.

S'aimer soi-même, et être en accord avec soi-même, ça, ça me parle plus. Bien évidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Lun 3 Juin 2019 - 12:15

je sais que tu me comprends.
Je ne cherche pas à faire culpabiliser mais j'assume de provoquer, ne serait ce que la colère.
Je ne vois pas la colère comme une énergie négative. C'est aussi le coup de pied dans les c... à ton "agresseur" ou celui que tu donnes quand tu touches le fond pour te hisser à la surface.
je crois qu'on a tous en nous des ressources insoupçonnées qui ne nous apparaissent que lorsqu'on vit certaines expériences.
je ne pense pas que la vie s'apprenne dans les bouquins, qu'on puisse apprendre de ses expériences et grandir en s'épargnant de les vivre.
Quand "la vie ne t'apprend rien et que tu restes planté là" tu es comme la belle aux bois dormant, tu pionces.
je préfère perso princesse Fiona que la colère transforme en guerrière quand cela est nécessaire.

Comment s'aimer soi même quand le dégoût qu'on a pour soi même est forcément perçu par les autres ? C'est un cercle vicieux et mortifère.
Le dégoût traduit notre colère enfouie, niée, refoulée, accumulée et retournée contre soi.
Il est alors nécessaire de l' extérioriser.
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 13:22

Merci pour ton retour Hirondelle,

Il me parle d'autant plus que j'ai un gros soucis avec la colère.
C'est pas pour rien que j'ai un foie qui par en vrac avec les dernières analyses plutôt mauvaises (je suis au dessus sur tous mes taux de transaminases).
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 3 Juin 2019 - 13:51

K***fisher a écrit:Merci, je me sens un peu moins "imposteur" du coup.
J'ai pas mal de signes de zébritudes, mais aucune envie de me faire tester.
Pour te lire sur le forum et t'avoir croisé en IRL, K***fisher, tu n'as rien d'un imposteur (même si ta personnalité physique est différente de ta personnalité écrite - ce qui est assez normal pour un HP ! (C'est un des aspects amusants du forum pour moi. Very Happy) Pourquoi n'as-tu "aucune envie de [te] faire tester" ? (Désolée si ma question est redondante, je n'ai pas lu les 8 pages du fil.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 14:05

Katniss a écrit:
Pour te lire sur le forum et t'avoir croisé en IRL, K***fisher, tu n'as rien d'un imposteur (même si ta personnalité physique est différente de ta personnalité écrite - ce qui est assez normal pour un HP ! (C'est un des aspects amusants du forum pour moi. Very Happy) Pourquoi n'as-tu "aucune envie de [te] faire tester" ? (Désolée si ma question est redondante, je n'ai pas lu les 8 pages du fil.)

Hum c'est quoi que tu appelles ma "personnalité physique" ?! Comment je me comporte en IRL ?

Sinon pourquoi je n'envisage pas de tests pour l'instant :
- je n'ai pas le budget (+300€),
- je n'ai pas l'énergie (état proche du burn-out), ce qui à mon sens fausserait les tests,
- cela ne changerait absolument rien des rapports avec mon entourage (parents, famille), et je crois avec les gens en général.

J'ai donc du mal à en voir un bénéfice, ou même une utilité. Mais cela peut évoluer.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 3 Juin 2019 - 14:43

C'est drôle que tu me reprennes, car j'ai justement hésité sur l'emploi du terme "personnalité physique", je le trouvais imprécis. Disons "personnalité présentielle" en opposition à "personnalité virtuelle". C'était plus pour signifier que c'est difficile de montrer entièrement ce que l'on est en présentiel, de même qu'en virtuel seul. A mon sens, la somme des deux donne une meilleure représentation de la personne.  

K***fisher a écrit:cela ne changerait absolument rien des rapports avec mon entourage (parents, famille), et je crois avec les gens en général.

Je trouve étonnant que tu ne mentionnes pas le principal rapport qui est susceptible d'être modifié par le résultat du test... A savoir le rapport à soi-même. C'est de ce dernier que vont découler les autres d'ailleurs. (Mais je comprends la pertinence de tes 2 premiers arguments.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 15:12

Peace, je ne reprends pas, je demande juste un complément d'information. La nuance est tout sauf superflue pour moi. Smile

J'ai énormément, mais énormément de mal à être en mode "émission", à parler de moi ou même de tout un tas de sujets, en vrai, et plus le groupe est fourni plus c'est le cas.

Euh pour le test, qu'est-ce-que ça changerait dans mon rapport à moi-même ? Je ne pense pas que cela change grand chose, honnêtement.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 3 Juin 2019 - 16:00

Je ne l'avais pas mal pris ! Disons que je me suis auto-reprise. Smile Je pense que ça change beaucoup de choses de faire le test, pour améliorer son positionnement à soi-même justement. Parce que le test ne te dit pas seulement si tu es HP ou non. Il t'indique aussi de possibles déséquilibres, des potentiels plus ou moins bien exploités. (D'ailleurs, il est toujours associé à un test de personnalité.)

En ce qui me concerne, j'ai le sentiment que finalement se penser HP sans le vérifier, c'est ne pas vouloir (oser ?) aller au fond des choses. Beaucoup semblent craindre un résultat négatif. (Je ne parle pas spécialement de toi. Wink) Pourtant, un résultat négatif n'a rien de dramatique non plus, ça veut dire que les réponses sont ailleurs. Le test, je le vois en fait comme un des éléments du "connais-toi toi-même" de Socrate, ni plus ni moins. Son résultat est d'ailleurs à prendre comme tel, un indicateur de ce que l'on est. Ce n'est en rien un indicateur de la valeur de l'individu. Seulement, un indicateur de son positionnement vis-à-vis d'autrui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 16:59

Gnothi Seauton.

A méditer.

Merci pour ton partage !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 3 Juin 2019 - 17:05

K***fisher a écrit:Merci pour ton partage !

You're welcome, comme disent les anglophones. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 3 Juin 2019 - 18:07

Hirondelle78 a écrit:je ne pense pas que la vie s'apprenne dans les bouquins, qu'on puisse apprendre de ses expériences et grandir en s'épargnant de les vivre.
Et c'est bien dommage. Le décodage n'est pas forcément évident. Tant de souffrance pour ne rien apprendre...
Hirondelle78 a écrit:Quand "la vie ne t'apprend rien et que tu restes planté là" tu es comme la belle aux bois dormant, tu pionces.
Voilà. Dort

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Hirondelle78 le Lun 3 Juin 2019 - 19:18

@hortense Ça doit dépendre des individus. J'aimerais bien apprendre en avalant du pre-mâché (ce serait plus rapide) sauf que mon cerveau ne l'assimile pas. 
Il faut lui laisser le temps de digérer les informations, de faire le tri, de relever les incohérences, de les recouper, j'ai un cerveau lent  Razz 
J'ai une mémoire quasi exclusivement émotionnelle. 
Donc, pas le choix, je dois ressentir les choses pour les intégrer et le comprendre, donc les vivre.
Mais j'imagine que chacun est different.
Hirondelle78
Hirondelle78

Messages : 2935
Date d'inscription : 04/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 22:01

C'est la différence entre savoir et connaissance. Entre apprendre et vivre quelque chose.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 4 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 3 Juin 2019 - 22:03

Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2153
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum