Journal d'un Squelette

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 11 Mai 2019 - 9:29


Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Sam 11 Mai 2019 - 14:51


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Saxifrage* le Sam 11 Mai 2019 - 21:52

Mon jardin fleurit !... mais je m'aperçois que je n'y ai pas de fleurs bleues…
Journal d'un Squelette - Page 3 Girofl10
Saxifrage*
Saxifrage*

Messages : 9413
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 36
Localisation : Entre les rochers

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 11 Mai 2019 - 23:45

Je ne suis pas coincé sur les couleurs ! Merci beaucoup !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 12 Mai 2019 - 22:44

Un petit cadeau en passant.
C'est loin d'être parfait mais...
Je pense que tu apprécieras la couleur:
Journal d'un Squelette - Page 3 Bugle211

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par St'ban le Dim 12 Mai 2019 - 23:15

Dumnos a écrit:Un petit cadeau en passant.
C'est loin d'être parfait mais...
Je pense que tu apprécieras la couleur:
Journal d'un Squelette - Page 3 Bugle211

premier essai:
Journal d'un Squelette - Page 3 Cover-10  Dent pétée  Dent pétée
St'ban
St'ban

Messages : 6117
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Belgium (Région Namuroise)

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 12 Mai 2019 - 23:19

St'ban a écrit:
Dumnos a écrit:Un petit cadeau en passant.
C'est loin d'être parfait mais...
Je pense que tu apprécieras la couleur:
Journal d'un Squelette - Page 3 Bugle211

premier essai:
Journal d'un Squelette - Page 3 Cover-10  Dent pétée  Dent pétée
Elles sont bizarre tes feuilles de palmier...
C'est un croisement ? Dent pétée

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par St'ban le Dim 12 Mai 2019 - 23:27

Dumnos a écrit:
St'ban a écrit:
Dumnos a écrit:Un petit cadeau en passant.
C'est loin d'être parfait mais...
Je pense que tu apprécieras la couleur:
Journal d'un Squelette - Page 3 Bugle211

premier essai:
Journal d'un Squelette - Page 3 Cover-10  Dent pétée  Dent pétée
Elles sont bizarre tes feuilles de palmier...
C'est un croisement ? Dent pétée
Un "happy grass " Dent pétée
St'ban
St'ban

Messages : 6117
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Belgium (Région Namuroise)

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Dim 12 Mai 2019 - 23:32

Mort de rire
C'est les palmiers belges je suppose ? Dent pétée

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par St'ban le Dim 12 Mai 2019 - 23:35

Dumnos a écrit:Mort de rire
C'est les palmiers belges je suppose ? Dent pétée
Ouais ça pousse au milieu de Champ de maïs loin des regards indiscrets Dent pétée
St'ban
St'ban

Messages : 6117
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Belgium (Région Namuroise)

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Lun 13 Mai 2019 - 7:54

Tu laisses pousser jusqu'à ce qu'on voit plus le commissariat, tu coupes, tu sèches les feuilles, tu récupères les graines, et c'est parti.

Merci les gens. Étant naturellement perché, je ne m'autorise comme psychotrope qu'une bonne bière à l'occasion (ce week-end c'était une bière aux myrtilles des Alpes, Cimes pour la marque je crois, un délice).
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Lun 13 Mai 2019 - 9:49

Étant naturellement perché, je ne m'autorise comme psychotrope qu'une bonne bière à l'occasion

Pour tous ceux qui sont tombés dans la marmite quand ils étaient petits, c'est sage de suivre les conseils de notre sage celtique Panoramix que tous les francophones éclairés ont lu.

Journal d'un Squelette - Page 3 Obelix10
"Non, pas toi Obélix !"

Sinon, la garrigue est toute bleue de fleurs de lin en ce moment.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mar 14 Mai 2019 - 21:05

Very Happy Je les ai tous lus, les Astérix (enfin les vieux).

Sinon pour ceux qui ne trouvent pas ma plume trop maladroite :
Chroniques d'une créature de la nuit
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:23

Fiat Lux, partie 1

Dan pénétra dans la cuisine via la porte-fenêtre de la terrasse. Il se tint immobile un instant, ayant déjà égaré en route l'idée qui l'avait amené jusqu'ici. Son regard se perdit dans les limbes. La naïveté de l'univers tout entier se lisait sur les traits béats de son visage, dessinait la courbe du contour de ses yeux bruns. Il porta son attention sur la porte du frigo. Des lettres magnétiques aux couleurs vives, collectées dans des boîtes de céréales, formaient l'expression «  fiat lux  » dans un alignement parfait. Ces mots ne provoquèrent aucun déclic sur sa réflexion. Soudain, une tornade blanche de poils et de bave s'engouffra dans la pièce, grondant, tournoyant autour de lui. Elle s'immobilisa enfin à ses pieds, la langue en avant, un air malicieusement quémandeur suspendu aux babines.
«  Pupuce  ! Mon Pupuce  !  »
Il se pencha sur le chien, lui tira gentiment les bajoues et lui gratta la tête, du sommet du crâne à la base du cou. Ce dernier lui répondit d'un bref et joyeux jappement, tout en secouant la queue.
«  C'est le bon toutou à son Danounet, ça  ! C'est le bon toutou à son Danounet  !  »
Puis il se releva, saisit une gamelle pour la remplir d'eau à l'évier du plan de travail, et la déposa fièrement devant lui. L'animal, ignorant totalement l'ustensile en métal, posa sa tête sur ses pattes avant. Il troqua les mouvements de son appendice caudal pour un immobilisme assorti d'une mine déconfite. Dan s'accroupit, pour tenter de mieux lire dans l'esprit de l'animal. Ce dernier laissa échapper de faibles couinements. La scène dura plusieurs dizaines de secondes. L'intelligence de ces deux êtres face à face se heurtait à l'absence de moyen de communication réciproque.
Dan se releva soudainement, aussi vite que l'idée avait mit longtemps pour lui parvenir. Il s'approcha du frigo. Son chien releva la tête, autant par curiosité que par espoir.
«  Toi mon coquinou, je sais ce que tu veux  !  »
La porte s'ouvrit sur une abondance de victuailles. Légumes frais, produits laitiers en tous genres, douceurs sucrées, mais aussi quelques boîtes de conserves entamées. L'Homme chercha le pâté pour chiens du regard. Il se trouvait à côté d'une autre boîte, leurs deux emballages se ressemblant vaguement sur des nuances de violet. Du foie gras de canard aux truffes et à la gelée de confit d'oignons. Pris par l'élan de son enthousiasme, porté par les jappements du trépignant «  Pupuce  », Dan prit le foie gras pour le déverser dans l'autre gamelle. Il ne se rendit compte de son erreur qu'au moment où il observa machinalement la boîte vide avant de la jeter au tri sélectif. Il se tourna vers le canidé. Ce dernier ne s'était pas fait prier pour commencer un festin encore plus délicieux qu'à l'accoutumée. Conscient qu'il était trop tard pour faire quoi que ce soit, Dan posa la conserve dans le bac de tri, puis haussa les épaules avant de quitter la pièce.
Une fois dehors, il porta son regard sur Eva. Cette dernière était assise sur la table de la terrasse face à Ralph, devant le jeu d'échecs. Ses longs cheveux châtains tombaient en bataille sur ses épaules jusqu'au milieu du dos et aux courbures de sa gorge. Elle était nue, tout comme lui. Au contraire de Ralph, Mitch, Gabi, et les autres, qui portaient des toges blanches. On lui avait expliqué la raison de cette différence il y a un certain temps déjà. Trop compliquée et sans grand intérêt pour lui. Elle lui adressa un bref sourire, auquel il répondit benoîtement. Il savait qu'elle le gronderait sûrement après avoir remarqué la boîte de foie gras vide dans le bac de tri. Il préféra occulter cette pensée et retourna à son occupation favorite  : l'escalade. Un majestueux chêne situé au levant du Jardin avait retenu son attention.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:24

Fiat Lux, partie 2

Pendant ce temps, IL sortit de la salle de bain et Se dirigea vers la cuisine. Les Traits de Son Visage posaient au monde entier les galons d'une géométrie parfaite, sacrée, tandis que les pupilles de Ses Yeux s'ouvraient sur deux galaxies aux reflets de gaz stellaire turquoise. Ses Cheveux et Sa Barbe, arabesques de nuages aux filaments gris tressés d'or, enveloppaient Sa Tête d'un mystère indicible. De Sa Robe au blanc immaculé, émanait une lumière pure, franche, mais également douce et paisible. IL avait créé ce monde-là en une poignée de jours seulement. Ce n'était pas Sa Création la plus parfaite, mais IL S'était amusé à glisser quelques gouttes d'Incertitude dans l'argile primordial. Depuis lors, IL S'y était installé, attendant patiemment de voir comment cela évoluerait. Sa principale occupation était devenu le jardinage. Cependant, pour inventer de nouvelles plantes, dessiner des fleurs originales, ou obtenir de nouveaux légumes, IL ne Se servait plus du Verbe, le Verbe expression de Sa Volonté, la Volonté faite Œuvre. Mais de Ses Mains, d'outils en bois et en fer, de gestes, d'efforts, de transpiration, de temps. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette transposition dans le paradigme espace-temps LUI apportait de la détente, de la sérénité. Ce qu'IL aimait par dessus tout, après une séance au Jardin, était de Se laisser aller à une bonne douche, puis de Se poser dans Son Fauteuil avec des tartines de pain grillé.
IL ouvrit la porte de la cuisine, se trouva nez-à-truffe avec le chien, penaud devant une gamelle vide. Eva l'avait baptisé Pulsar car, tout petit, il aimait tourner très vite sur lui-même ou courir de partout avec énergie. IL lui adressa un regard d'Amour, de Bienveillance, avant de découper une épaisse tranche de pain semi-complet qu'il glissa dans le grille-pain. Puis IL ouvrit la porte du frigo. IL chercha une première fois, une seconde, une troisième, en vain. La boîte de foie gras, SA boîte de foie gras avait disparu. IL dévisagea Pulsar, qui LUI rendit un couinement interrogatif. De l'haleine habituellement chargée du canidé, se dégageait en plus une légère, discrète note de truffe. IL comprit. A cet instant précis, le grille-pain recracha une tranche presque carbonisée. IL soupira, tendit la Main vers l'appareil pour distordre le temps et revenir à une cuisson parfaite, avant de Se raviser. Cela ne servirait à rien, car il n'y avait plus de charcuterie à tartiner. Et IL avait de toutes façons fait le Choix d'accepter ce Monde avec son Incertitude  ; ce n'était pas pour le changer à chaque événement déplaisant.
IL prit le pain trop grillé pour le lancer à Pulsar, qui l'attrapa au vol avec sa gueule avant de s'enfuir sans demander son reste. Puis IL Se dirigea vers le garage et monta à bord du Pegasus. A cette heure-lumière ci, le périphérique stellaire devait sûrement être surchargé, congestionné par l'Incertitude, mais ce ne serait pas de simples amas de super-novas ou des sursauts gamma qui L'empêcheraient, LUI, de céder à Son Péché Mignon. Le véhicule gronda, toussa au démarrage, pour finalement s'envoler, suivi par une traînée de photons et de neutrinos.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:25

Fiat Lux, partie 3

Gabi rejoint Eva et Ralph sur la terrasse. La partie d'échecs tournait clairement au désavantage de son frère de Lumière. Cette «  Femme  » avait quelque chose de résolument spécial. Lorsque son tour venait, elle déplaçait une pièce avec un désarmant faux-semblant d'innocence. Puis elle prenait un malin plaisir à dévisager son adversaire. Ses traits fermés, ses lèvres fixes cachaient mal une jubilation intérieure, calculatrice, implacable.
Ralph, de son côté, se voyait perdre le fil de ses pensées, qui s'étiolaient en autant de tiges, de pétales, de pistils d'Incertitude. Son adversaire récupéra une coupole de noisettes dont elle se mit à briser les coquilles sans discrétion aucune, avant de les croquer tout aussi bruyamment. Il resta immobile, ne sachant plus que faire, n'envisageant même pas la possibilité d'abandonner. Gabi observa le plateau avec attention. Il se mit à parler à Ralph en Langage Subtil, pour qu'Eva ne l'entende pas.
«  Ta tour  ! Garde ta tour  !  »
Ce dernier réagit enfin, la mettant hors de portée d'un cavalier menaçant.
D'autres êtres de Lumières, des petits chérubins, surgirent, tournoyant autour d'Eva.
«  Noble Femme  ! Noble Femme  !
_ Quoi, que ce passe-t-il  ? Rétorqua-t-elle sèchement.
_ C'est votre compagnon Dan  ! Il est en train d'escalader un chêne  !
_ Un énorme chêne, dont la cime tutoie les Cieux  !
_ Il est en train d'escalader un chêne, et il est déjà monté très haut  !
(tous à l'unisson) Il va sûrement tomber  !
_ Et bien tant pis pour lui  !  »
Elle fit mine de les chasser de la main, ses doigts passant à travers des corps éthériques.
«  La dernière fois qu'il est tombé, il a dû passer plusieurs lunes alité, à dormir du même côté et manger de la soupe. Si cela ne lui a pas servi de leçon, il comprendra peut-être ce coup-ci.  »
Puis elle s'empara de la Reine adverse avec son fou blanc, avant de saisir une autre noisette. Ralph poussa un soupir de lassitude, émergea de sa brume mentale, coucha son roi en signe de défaite. Eva se leva alors de tout son haut, s'étira en respirant profondément, puis s'avança vers le Jardin. Son adversaire l'observa, pris d'un trouble inexplicable. Lui qui aimait l'équilibre, l'égalité, l'harmonie par dessus tout, se trouvait toujours désemparé par l'Incertitude. Or, Eva était l'être qui dégageait le plus d'Incertitude de tout ce Monde. Gabi s'approcha de lui.
«  Je ressens ton trouble. Je le comprends et le partage. Mais il y a plus urgent. Mitch vient de rentrer de sa mission.  »
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:25

Fiat Lux, partie 4

Dan observait ses pieds, ses bras, ses paumes couverts d'égratignures, mais également de la sève poisseuse de l'arbre. Ce n'était pas bien grave. Le «  truc qui colle  » partirait avec une bonne douche. Quant aux blessures, elles finissaient toujours par guérir. Son regard se leva sur la forêt, bordée du Jardin, puis sur les montagnes lointaines, et l'horizon. Cette fois, il n'était pas allé très haut. Le plus souvent, Dan montait autant qu'il pouvait. Ou alors, lorsqu'il se baladait, il marchait aussi loin qu'il pouvait dans la forêt. Il ne s'expliquait pas son envie, cette envie d'aller plus loin, plus haut, au delà de ce qu'il connaissait. Gabi appelait ça «  son Incertitude  ». Gabi aimait bien employer des mots compliqués.
En commençant à grimper sur l'arbre, Dan ressentait exactement cela. Mais en chemin, il repensa à la boîte de terrine. A Eva, qui allait sûrement le gronder. Et à LUI, qui dans ces moments fait toujours les Gros Yeux qui font peur et la Voix du Tonnerre. Gabi disait après ça que «  punir, c'est aimer  ». Gabi était capable de dire des choses compliquées même avec des mots simples. Dan pensait à sa punition à venir, et ça lui faisait comme une impression bizarre dans le ventre. Alors il arrêta de vouloir monter à tout prix. Il chercha une branche large, confortable, et surtout bien orientée pour voir le coucher de soleil. Des esprits sylvestres, sortis de trous ou de leurs maisons de feuilles, l'entouraient et l'observaient attentivement, avec leurs corps tous petits, et leurs grosses têtes bien rondes. Le disque solaire se rapprochait peu-à-peu des montagnes au loin. Plus il descendait, plus ces drôles d'esprits se faisaient nombreux. C'était des «  êtres éthériques  », comme disait Gabi. Ça voulait dire qu'on ne pouvait pas les toucher. Ils ne devaient pas se faire mal s'ils tombaient de l'arbre, eux.
Dan entendit Pupuce japper. Le chien fit le tour du chêne plusieurs fois en couinant, chercha à grimper sans pouvoir planter ses griffes dans l'écorce. Il finit par se poser au pied des racines traçantes. L'obscurité commença à dresser son voile sur l'horizon. Un point lumineux apparut au loin, grandit, approcha de plus en plus. Dan reconnut le Pegasus sur le chemin du retour. Pupuce leva la tête, se mit à hurler, puis détala en direction de la maison.
Le silence revint s'installer autour de Dan. Les ombres s'étendaient jusqu'à la forêt. Il ressentait encore ce truc bizarre au ventre, mais regarder le coucher du soleil lui faisait du bien. Soudain, un esprit de l'arbre tomba à côté de lui. Il tendit le bras par réflexe pour tenter de le rattraper, bascula, chu à son tour.

Puis ce fut le noir, comme quand il dormait.

Puis il se réveilla. Il se mit péniblement debout. Dan avait mal un peu partout, mais il pouvait marcher, en clopinant de la jambe droite. La nuit n'était pas encore totalement là. Une aura rougeâtre persistait encore à éclairer le coin du ciel où le soleil avait disparu. Après quelques pas, il entendit des voix au loin. C'était peut-être Eva  ? Quand il partait en balade, très loin, elle le retrouvait toujours. Des fois, il n'avait pas le temps de rentrer avant la nuit noire, alors il dormait là où il se trouvait, dans l'herbe, sur de la mousse ou un tas de feuilles. Et à son réveil, elle était là, juste contre lui. Elle le regardait avec des yeux bizarres, mais bizarres de gentillesse, sans rien dire. Il continua d'avancer. C'était deux voix différentes, aucune ne ressemblait à celle d'Eva. Deux voix qu'il connaissait. Il arriva à l'orée d'une clairière, juste à la limite de Son Jardin. Il reconnu alors ceux qui parlaient. C'était Sam, un être de Lumière comme Gabi, Mitch et Ralph, qu'il n'avait pas vu depuis longtemps, en compagnie de Serpent, le seul animal de la forêt capable de parler.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:26

Fiat Lux, partie 5

Ralph et Gabi trouvèrent Mitch dans la cuisine, affalé sur une chaise devant un verre d'eau.
Gabi s'assit face à lui.
«  Comment vas-tu  ?
_ Ça va...  »
Ralph se posa à son tour, les yeux rivés sur le verre.
«  Tu es sûr  ? Nous n'avons aucunement besoin de nourriture terrestre. Seule Sa Lumière nous suffit.
_ Je ne vais pas vous mentir. Ça n'a pas été facile. Mais c'est mon devoir d'exaucer Sa Volonté. Notre devoir. - Mitch tendit le bras, prit une gorgée d'eau- Je ne sais pas ce qu'il va advenir maintenant, mais cela ne nous appartient pas.  »
Gabi se parla à lui-même.
«  L'incertitude...  »
Mitch prit un coffret rectangulaire posé contre sa chaise, et le mit sur la table devant Ralph. Ce dernier l'ouvrit. A l'intérieur se trouvait une épée dont le fil était constitué de flammes rouges et de jets d'énergie dansant en rythme. Un œil grand ouvert sculpté au centre d'une croix noire en ornait la garde. Du velours capitonné d'ombres et d'anti-matière recouvrait l'intérieur du coffret. Mitch s'adressa à lui.
«  Je te laisse la ranger. J'espère ne plus jamais avoir à m'en servir.  »
A ce moment, le Pegasus se posa près de la terrasse sous les jappements de Pulsar.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 15 Mai 2019 - 21:27

Fiat Lux, partie 6

Sam portait une tenue insolite. Une drôle de veste noire arborant des symboles inconnus, un pantalon et des chaussures tout aussi sombres. Dan n'avait jamais vu de chaussures. L'être lumineux se tenait sur un engin plus bizarre encore, une espèce de machine en métal, avec deux roues placées l'une devant l'autre. Mais le plus étrange, et dérangeant, était ce que Sam lui racontait. Dan réagit violemment.
«  Je ne te crois pas  ! Je ne te crois pas  ! Tu ne dis que des bêtises  ! Je sais que tu as fait quelque chose de grave, que c'est pour ça que tu es parti  ! Quelque chose de plus grave que de tomber des arbres  !
_ Tu ne me crois pas  ?  »
La réponse de Sam était calme, contenue. Il descendit de son char à deux roues. Se tourna. Ouvrit sa veste noire. La fit basculer sur ses avant-bras, découvrant un dos nu, au milieu duquel se trouvaient deux profondes cicatrices rouges parallèles. Puis il se rhabilla.
«  Tu sais très bien ce que Gabi, Mitch et Ralph ont à cet endroit.  »
Dan secoua la tête, incrédule.
«  Tu les as déjà vus étendre leurs ailes, leurs jolies ailes éthérées de lumière, pour voler.  »
L'Humain se mit à genoux, se prit la tête des deux mains.
«  Tu sais que je pouvais faire la même chose. Maintenant, je ne peux plus. Et je te dis que c'est Mitch qui est venu me couper mes ailes.  »
Serpent profita de la conversation pour se rapprocher subrepticement.
«  Et Mitch a fait cela car IL lui en a donné l'Ordre.
_ C'est pas possible  ! IL est Bon, IL est Amour  ! Il prend toujours soin de nous  ! Et toi, qu'est ce que tu as fait pour être puni comme ça, loin de la maison  ?
Serpent grimpa sur Dan, l'enlaça avec ses pattes couvertes d'écailles, murmura à son oreille gauche.
«  SS'est le fruit  ! Le ssplendide, le délissieux fruit  !  »
Sam renchérit, un sourire au coin des lèvres.
«  J'ai voulu vous parler du fruit, à Eva et à toi, mais ça ne LUI a pas plu. Tu comprends, il veut le garder pour LUI.
_ Le ssublime, l'exssquis, le ssenssassionnel fruit  !
_ Je ne comprends rien, rien du tout, s'énerva Dan, de quel fruit parlez-vous  ?!
Sam éprouva de l'agacement, mais ne laissa rien paraître. Il se rapprocha de l'Arbre situé à l'extrémité du Jardin. L'Arbre Interdit. Dan se releva, les larmes aux yeux, Serpent fermement arrimé à son corps. L'obscurité ambiante s'épaississait. Cela accentuait la lumière qui émanait de ses fruits dorés, joufflus, dodus, semblant mûrs à point. L'homme protesta.
«  Mais ce fruit ne se mange pas  ! Il sert juste à faire joli  ! Si on en mange, on s'endort et rien ne peut nous réveiller  ! Il ne faut surtout pas le toucher  ! C'est LUI qui nous l'a dit  !
_ Ah bon  ?  »
Sam tendit la main, cueillit un fruit qu'il porta à sa bouche, le mordit à pleines dents. Puis il s'approcha de Dan, posa un autre fruit, entier, à ses pieds.
«  Hum  ! C'est délicieux  ! C'est le meilleur de tout le verger.  »
_ Sson goût est irréssisstible  ! En pluss, il guérit de toutes les blesssures tout de ssuite  !
_ IL voulait le garder rien que pour LUI.
_ Ssède à ssa ssaveur ssubtile  !  »
Sam dévora le reste de son fruit. Puis il fit à Serpent un clin d’œil complice, avant de monter sur son engin et quitter la clairière. Ce dernier affermit son emprise.
«  Tu te ssentiras bien  ! Ssuper bien  ! Hum, ssent ssette odeur ssuave, ssa ssent trop bon  !
Dan observa la forme lumineuse, couleur or, à ses pieds. Il avait faim. Il n'avait rien mangé depuis midi. Il avait mal. Sa jambe, son bras, son dos le lançaient. Il repensa aux longues journées passées au lit sans pouvoir marcher. Il imagina au nombre de jours qu'il lui faudrait pour remarcher normalement et ne plus ressentir de douleur. Il se pencha.
«  Ssède à la tentassion  !
_ Dan, non, ne fais pas ça  !
Ce cri venait d'Eva. Elle arrivait juste depuis le Jardin. Comprenant ce qui se tramait au premier coup d’œil, elle se précipita.
«  Dan  !
_Ssède  ! Ssuper bon  !  »
Il ne la vit pas. Ne l'entendit pas. Obnubilé qu'il était par l'étrange lueur, enivré par l'odeur à la fois complexe et douce, aveuglé par la faim étreignant son ventre. Déchiré par la douleur de ses membres. Il ramassa le fruit, le porta à sa bouche.
«  Non Dan  ! Je t'en prie  !  »
Elle se jeta sur lui. Serpent s'esquiva juste avant qu'ils ne soient en contact. Lorsqu'ils se relevèrent, Dan avait du jus doré aux commissures des lèvres. Il se mit à genoux, pleurant toutes les larmes de son corps.

«  QUE SE PASSE-T-IL ICI  ?  »

Ses Mots sortaient de Sa Bouche, mais Ils semblaient tonner de toute part, comme si le plus formidable orage dévalait du plus haut des montagnes, résonnant et recouvrant de tonnerre la vallée, la forêt, le Jardin, et tout le Monde connu.
Ses Yeux se firent Fureur. Ses Cheveux se dressèrent sur Sa Tête. Son ombre, mélange d'obscurité et de lumière, grandit, recouvrit la clairière entière dans ses moindres recoins. Derrière lui se tenaient Gabi, Ralph et Mitch, ce dernier gardant Serpent prisonnier dans ses mains.
Eva réfléchit, aussi vite qu'elle put, tout en soutenant Son Regard. Puis elle se baissa. Ramassa le fruit en partie déchiqueté. Se présenta devant LUI.
«  Tout est de ma faute, pardonnez-moi.  »
IL ne la lâcha pas du regard. Son Courroux explosa.
«  TU LUI AS FAIT MANGER CE FRUIT  ? CELUI-LA MÊME QUE JE VOUS AI INTERDIT DE TOUCHER  ?
_ Je l'ai mordu en premier. Puis je lui l'ai fait goûter. Il n'avait rien demandé.  »
Et comme pour mieux affirmer ses dires, elle le porta à sa bouche, le déchira avec ses propres dents.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Sam 18 Mai 2019 - 0:31

Disclaimer : texte difficile, à éviter pour les âmes sensibles métaphysiquement. Et non, je ne me drogue pas.


L'autre rive

- Est-ce que tu le vois ?
Il ne bouge pas la mâchoire. Sa langue reste également immobile. Pourtant, je l'entends parler distinctement. Oui, je vois. Je distingue enfin ce qu'il veut dire. Des immeubles penchés dans une inclinaison quasiment imperceptible. Quelques panneaux en dehors de leurs axes. Des lampadaires ayant oublié où pointait le zénith. Les routes elles-mêmes tanguent, dans une marée silencieuse. Certains espaces verts résistent, mais les bordures artificielles bougent, au ralenti, comme des cohortes de lourdes fourmis en pierre. Oui, je le vois. Ce monde est en train de s'effondrer.
- Il est déjà en ruine. Ce que tu peux observer n'est qu'un écho persistant.
Je me tourne vers lui, sans faire un mouvement. Est-ce un esprit ? Un guide ? Un animal totem ? Ce renard au poil d'or m'accompagne, depuis de nombreuses années déjà. Le pelage de son ventre a tourné au gris, mais le haut de sa tête, son dos, l'extérieur de ses pattes brillent encore, tels les rayons de soleil d'un après-midi automnal. Il fixe toujours devant lui. Nous n'avons plus besoin de nous regarder pour nous comprendre. Je déglutis.
- Le moment est venu ?
- Toi seul le sais.
Je me trouve assis en tailleur, sur un banc. Il se tient sur ses pattes arrières, les pattes avant en appui, deux ou trois mètres derrière moi. Un peu décalé à ma droite. Nous sommes pourtant à côté, au même niveau. Entre deux êtres apprivoisés, les lois de la physique, comme celles de la perspective, n'ont plus lieu d'être. Elles deviennent même embarrassantes. Je me penche à gauche. Mon cahier à spirale se trouve ouvert sur le visage d'une femme, esquissée en lignes de carbone. Beauté japonaise, valkyrie blonde, aux tâches de rousseur celtes, lèvres trop pulpeuses pour ne pas venir du cœur de l'Afrique. Le croquis hésite. Au fond, maintenant, quelle importance ? Elle semble ignorer superbement celui qui l'observerait, appuie son dédain d'un sourire aussi discret, fin et léger que cruel.
- Tu l'aimes encore, hein ?
Au fond, maintenant, quelle importance ? Je tourne la tête. Des humains errent au milieu de ce vacarme silencieux. Un grand vide gris remplace leurs yeux, leur nez, leur bouche. Ils portent tous un écran à la main gauche, qui regarde à leur place, pense à leur place, décide à leur place. Certains marchent sur les murs, au défi de la gravité. D'autres passent à travers les murs. Leurs trajectoires se percutent et s'évitent, dans un ballet improbable. Et écervelé. Au milieu d'une pelouse, quelqu'un avait dressé un cairn. Mais les pierres parfaitement entassées en ordre décroissant suivent maintenant une ligne parabolique. Même le sacré n'y croit plus. Il s'effondre aussi, mais résiste, un peu ; il a peut-être juste choisi un tempo un peu plus lent.

Au fond, maintenant, quelle importance ?

Je me lève en même temps que l'animal, sans que l'on ne se soit concertés. Nous échangeons un regard. Puis il se retourne, prend le chemin de la forêt. De mon côté, je remonte la rue la moins penchée. Les animaux ne perdent pas leur temps à dire au revoir. Ils savent que cela ne sert à rien. À part ces chiens stupides, qui doivent reproduire l'humain par un mimétisme improbable. J'arrive bientôt devant une maison encore parfaitement droite. Le portail en fer forgé noir, surmonté de volutes florales, s'ouvre sur une petite cour au chemin en rocaille grise. La bâtisse se pare de murs faits de briques rouges. Elle comporte une petite tour ronde centrale, surmontée d'une flèche en ardoise, et deux ailes latérales. Les fenêtres du rez-de-chaussée arborent des voûtes en style gothique. Celles de l'étage ont la forme de rectangles plus petits, aux cadres en pierre. Sur le côté, au milieu de la pelouse, je remarque des cubes blancs bordés de couleurs, avec des lettres en leur centre.

C A R P E * D I E

Leurs arrêtes semblent se tordre, ou se bomber. Le « M » se trouve face à moi, sur le perron de l'épaisse porte en chêne, peinte de blanc. Je le surmonte, pousse le lourd battant. Puis inspire profondément. Au fond, maintenant, quelle importance ?

Au moment précis où je franchis le seuil, je me retrouve projeté immédiatement sur un ponton en bois. Le couloir aux murs crème, le sol en carrelage fatigué, les frises de feuilles de lierre couleur bordeaux, tout l'intérieur que je distinguais disparaît. Un ciel vide le remplace, qui n'est qu'un silence monochrome, miroir d'une étendue d'eau livide. Le peu de terre que je vois sur les côtés, est constitué d'anthracite. Au bout des planches sur pilotis, un bateau attend, une lanterne posée à la poupe, une silhouette fantomatique vêtue d'un manteau à capuche à la proue. Je me retourne, pour ne distinguer qu'un immense champ de charbon surmonté d'une brume épaisse. Cela me procure une sensation désagréable, comme un aimant qu'on tournerait face à un pôle identique. Je me dirige alors de l'avant. Mon regard se projette au loin, pour tenter de voir s'il y a une autre rive. Mais plus je me concentre, plus un bruit sourd, épais, comme une radiation toxique, semble émaner de l'horizon lui-même. J'abandonne. L'être attend. Je m'en approche précautionneusement. Il se place devant le passage, interdisant l'accès à l'embarcation. Un roulement de tonnerre, ou plutôt le bruit d'un bâtiment qui s'effondrerait, dévale dans mon dos. Je frissonne. J'interpelle le spectre sans visage.
- où va ce bateau ?
Ce dernier hausse les épaules, comme pour dire « tu le sais déjà. » Ou, peut-être, « c'est toi qui décides. » Un autre fracas déchire le silence ambiant. La brume s'épaissit, se rapproche du rivage. Je fais un pas en avant, mais l'autre m'arrête d'un geste bref, faisant claquer la paume de sa main gauche contre mon plexus. A son contact, une sensation de froid cassant, net, lugubre, parcourt mon échine. Un flot de souvenirs mélancoliques, tristes, violents, désagréables, remonte à ma conscience. Puis il me tend la main droite, repliant les doigts, comme pour demander une obole. Sans réfléchir, je tâte mes flancs. Quelque chose de dur se trouve dans la poche de mon pantalon. J'en extrais une pièce d'or. Sur l'avers, se trouve un visage féminin terrifiant dont les cheveux sont autant de serpents vindicatifs. Méduse. Au revers, un homme porte un casque, sans doute Persée et la Kunée. Je la dépose dans la main du spectre, la face de la gorgone visible. Il patiente un instant, comme pour me demander de confirmer mon choix. Puis referme sa poigne et s'écarte. Je prends place sur l'embarcation. Il récupère une vieille chaîne rouillée qui maintenait le canot au ponton, la jette à mes pieds, me rejoint, retrouve sa posture debout sur la proue. Le bateau s'éloigne automatiquement du bord, avant de se tourner pour prendre la direction du lointain, comme tiré par une corde invisible.
Tout autour n'est que vide, silence, décliné sur des nuances de blanc, de noir, de gris. Je sens l'embarcation remuer au gré des vagues, mais aucun bruit de clapotis ne parvient à mes oreilles. L'azimut des lieux me semble incohérent : la rive brumeuse se fait vite avaler par un horizon qui devient uniforme, quelque soit la direction dans laquelle je me tourne. Et toujours ce bruit étrange, si je regarde trop loin. L'autre se tient debout, face à moi, impassible. Je scrute alors cette mer liquoreuse à la turbidité étrange. Je ne peux retenir un cri d'horreur : le fond est constitué d'une mosaïque de visages humains. Jeunes, vieux, femmes, hommes. Bien qu'issus d'ethnies différentes, ils ont tous la peau blanche, les yeux fermés, la bouche cousue de tissus sur lesquels ont été écrits des mots. Seize the day, Aprovecha el día, Nutze den Tag, Carpe diem...

Je me tourne vers le spectre qui demeure la tête cachée sous la capuche de son manteau gris. Qui sont ces personnes ? Que leur est-il arrivé ?

Au fond, maintenant, quelle importance ?

Une pensée aussi improbable qu'évidente nait alors en moi. Ce sont les figures de mes existences passées.
Je me prends à regarder mes propres mains. Elles sont devenues transparentes. La peau translucide, mais également les muscles, les tendons, les os. Je remarque les couleurs de mon corps s'effilocher, comme des pelotes dont on tiendrait l'extrémité depuis la rive où j'ai embarqué. Du rose carmin. Du blanc calcaire. Du rouge musculeux. De l'orange plasmique. Du violet sanguin. S'échappent de moi. Mes vêtements cèdent à leur tour. Seul mon coeur que je distingue maintenant, ne s'effrite pas. Il bat toujours. Au fond, maintenant, quelle importance ?
Je sais ce qui m'attend. L'épreuve de la pesée. La plume de Maat. La somme des péchés, des malheurs, des arrogances. Et si la balance penche du mauvais côté, je serai pour Âmmout un vulgaire repas à consommer sur le champ.

C'est, l'esprit tout à cette effrayante perspective, que j'entends au loin, un léger cri, ou plutôt un chant, comme venu des profondeurs pour déchirer le silence.

Je relève la tête. Le fantôme ôte alors sa capuche. Je blêmis. Ses traits sont les miens. Du haut de son front à l'extrémité de son menton, en passant par mon nez ou mes oreilles. Ce n'est pas un reflet, une illusion, ou un miroir. Mais bien un autre moi.

La mélopée se fait à nouveau entendre, qui vient secouer le mutisme ambiant.

Pendant ce temps, la barque s'enfonce, doucement, alors que les visages se rapprochent de la surface, deviennent la surface. Je tente un pas de côté, mais cela fait tanguer l'embarcation, l'enfonce de plus belle. L'autre moi remet sa capuche, puis croise ses bras, en signe d'attente. Seul son sourire reste visible à la limite du tissu lugubre. Le bateau ralentit, puis s'arrête. Sa coque se fait dévorer par des dizaines de bouches, ayant avalé leurs scellés de tissus, libérées et avides.

Mais l'étrange et douce mélodie résonne, tout en se rapprochant.
Là, dans le ciel, apparaît une créature immense, couleur iroise, qui danse plus qu'elle ne vole, avec une improbable légèreté. Une baleine bleue. Une baleine bleue céleste. Son chant remplit le silence, fait vibrer mon corps qui retrouve un semblant de consistance. Sa présence seule suffit pour que vacille la morbidité de ce monde. Le spectre la regarde. Un hébètement se lit sur ses lèvres. L'animal passe devant nous, pivote dans une trajectoire rieuse, se retourne, puis vient stationner à mon niveau pour me tendre sa nageoire pectorale. Sans réfléchir, je me baisse, jette les chaînes rouillées à la face du fantôme-moi, puis me précipite sur l'appendice recouvert d'une peau à la fois lisse et rugueuse. Ce dernier se précipite, mais trop tard. Le cétacé s'éloigne pour reprendre son ballet divin. Je grimpe sur son dos, m'agrippe au creux de son évent, m'enivre de la hauteur, me saoule au vent d'une liberté retrouvée. Lorsque je tourne la tête en arrière, je vois le bateau se faire engloutir jusqu'à disparaitre totalement. Les visages se distinguent à nouveau de l'eau, s'enfoncent, retournent sous la surface. Nous continuons notre ascension. Le ciel commence à prendre des nuances bleutées. Le corps sous moi tremble dans un vrombissement dont l'intensité va crescendo. Elle chante, encore. Des échos semblent lui répondre de loin. Nous ondulons au gré des vagues éthérées. Les sons se rapprochent, se multiplient, s'entremêlent. Je finis par distinguer ce qui ne sont en fait que d'autres voix, portées par un bourdon grave, quasi souterrain. D'ici, je distingue enfin autre chose qu'un horizon morne. D'autres cétacés virevoltent dans l'air d'une gracile lenteur. Le plus gros d'entre-eux, immense, tel une ville de sang et d'os, flotte à quelques mètres à peine au-dessus des eaux. Alors que nous nous approchons, je l'aperçois, enfin. Incommensurable pieuvre affalée entre ciel et mer. Déchirure exquise des perspectives recouverte de floraisons cadavériques. L'autre rive.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Dim 19 Mai 2019 - 18:41

Désolé, je n'ai pas vos talents de photographe  ni votre matériel. Il faut dire aussi que la rencontre était impromptue et l'animal plutôt discret et fugace.

Journal d'un Squelette - Page 3 Img_2014
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Mer 22 Mai 2019 - 8:46

Don't You forget. To breath is to cheat. To feel is to lie.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par fift le Mer 22 Mai 2019 - 10:53

Kingfisher a écrit:Fiat Lux



Un reliquat de Nestor Burma ? lol!

fift

Messages : 4391
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 42
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 19:37

Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 19:38

Journal d'un Squelette - Page 3 42534610
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Godzilla le Jeu 23 Mai 2019 - 20:11

Mort de rire

Godzilla
Godzilla

Messages : 10976
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 20:24

Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2019 - 20:27

J'Aime Bien Occire Nullité ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Godzilla le Jeu 23 Mai 2019 - 20:39






Godzilla
Godzilla

Messages : 10976
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 20:46

scratch
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Godzilla le Jeu 23 Mai 2019 - 20:56

Tu peux pas comprendre, t'es encore du bon coté de la barrière ^^
Godzilla
Godzilla

Messages : 10976
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 21:02

Euh... scratch
C'est mon topic mais là ça m'échappe complètement !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Godzilla le Jeu 23 Mai 2019 - 21:06

OK, désolé ! je cherche la sortie ^^
Godzilla
Godzilla

Messages : 10976
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 21:11

Un ptit truc qui tabasse avant de partir quand même ?



PS : je fais partie de l'Ordre Ancien, Mystérieux et Primitif des Chevaliers Glandaille. Aussi, je suis imperméable aux concepts de bien et de mal, et de mauvais côté de la barrière.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2019 - 21:12

Serais-tu un adepte du Vieux de la Montagne, Kingfisher ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 21:15

ludion a écrit:Serais-tu un adepte du Vieux de la Montagne, Kingfisher ?
Non. Naturellement perché, pas besoin de produits pour cela. Et si au "centre" se trouve la jonction entre tradition orientale et tradition occidentale, je veux laisser au vieux monde encore une chance de me surprendre.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Jeu 23 Mai 2019 - 21:15

Et sinon.

Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Godzilla le Jeu 23 Mai 2019 - 21:21

Nan mais le coup de la barrière c'était autre chose, t'inquiètes, rien de grave ni de méchant Wink

Godzilla
Godzilla

Messages : 10976
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2019 - 21:22

Même sans produits ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 9:12

ludion a écrit:Même sans produits ?

Si tu fais un peu d'astro, je suis cancer, asc poissons, lune en scorpion en VIII, et surtout Neptune dominant, conjoint MC.
Cela me permet de sérieuses économies et une tranquillité vis à vis des forces de l'ordre, ainsi que les soucis de santé liés à la consommation de psychotropes.
Avec comme inconvénient le fait d'être perché naturellement et pas tout à fait là à peu près tout le temps, et notamment quand la vraie vie réelle est trop forte. Et le besoin de liens, de contacts pour ne pas m'isoler trop. Bon les effets sont aussi moindres, je prends pas mon ptit dej en tête à tête avec un éléphant rose hein.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 9:19

Sinon pour revenir à ma bd du cochon, il y a quelque chose que je ne comprends pas. Certaines personnes avec lesquelles j'avais des interactions ici semblent depuis un moment m'ignorer totalement. Je ne pense pas avoir fait quelque chose de mal, ni de "trop bien" (l'enfer est pavé de bonnes intentions). Je ne pense pas être quelqu'un avec qui on ne peut pas discuter, poser les choses. Après je traîne aussi mon histoire de rejet depuis tellement longtemps, ça ne serait pas illogique qu'elle me suive jusqu'ici.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Saxifrage* le Ven 24 Mai 2019 - 9:50

… Pour ma part, si ça peut te rassurer, j'ai énormément diminué toutes mes interactions, je ne réponds plus qu'à de rares MP, je suis tellement épuisée que je n'y arrive plus…
Quant à intervenir sur les fils perso, c'est devenu rare aussi… Je lis, je ressens mais ne poste pas forcément… En fait, quand je suis dans une mauvaise période, je ne me sens pas capable d'être… un soutien..? Une écoute..? En fait je ne me pense pas de bonne compagnie dans ces périodes. Et je n'arrive plus à aligner plus de 3 pensées d'affilée…
Je me sens diminuée en ce moment, et par peur d'entraîner qui que ce soit dans les bas-fonds, je raréfie mes interactions. Parce que je sais que je n'arrive pas par exemple à me retenir mes larmes si je lis quelque chose qui me remue ou me touche (et c'est souvent le cas à ta lecture), ou ma colère (et c'est régulièrement le cas en lisant zc ces jours-ci…).
J'essaye de prémunir et les autres et moi-même de ma négativité en me renfermant…
J'avais une signature avant qui disait de ne pas s'inquiéter si j'étais pas réactive dans mes réponses, que ce n'était pas personnel mais un souci avec moi-même… Cette signature me permettait également de moins culpabiliser de mes délais de réponse…

Tu vois, je te fais une longue réponse, t'as de la chance, il n'est même pas 10h du matin, j'ai encore un peu de cerveau qui fonctionne à cette heure-ci, du coup j'arrive encore à aligner plus de 6 mots..!

Kingfisher, je suis désolée de mon repli mais sincèrement ce n'est absolument pas contre toi…
Un ange Long hug Un ange
Saxifrage*
Saxifrage*

Messages : 9413
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 36
Localisation : Entre les rochers

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 10:03

Merci beaucoup pour ton retour Saxifrage, je sais à peu près ce que ça coûte et implique d'écrire tous ces mots,

J'espère ne pas te blesser en disant ça. Tu sais que tu as tout mon respect, que tu sois bien ou pas bien, positive ou négative. Que ton repli te soit bénéfique et te permette de rebondir !

Un ange Un ange Long hug Courbette
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Chuna le Ven 24 Mai 2019 - 10:42

Je suis pas dans l'état de saxifrage, mais pas mal fatiguée aussi, surtout pour lire et comprendre les posts de plus de 3 lignes Embarassed et si des fois je vais raconter pour me vider des trucs de 3km de long, j'ai du mal à interagir réellement avec les autres...
Donc désolée de ne pas être vraiment présente...
Chuna
Chuna

Messages : 14910
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Ven 24 Mai 2019 - 11:08

Pour ma part y a un peu de saxi et de chuchu.
En ce moment je fais 10h par jour dans les vignes et le temps que j'ai tenu hier soir sur le fil était assez exceptionnel vu mon état de fatigue. D'ailleurs tu auras sans doute remarqué que je n'interviens plus beaucoup depuis bientôt deux semaines.
Je me protège. Je lis mais ne réagit pas.
Quant à tes textes, je compte bien les lire quand je serai reposé.
Mais je comprend que tu le prennes ainsi.
Et si tu t'es senti blessé, je suis très sincèrement désolé.
Wink Amis

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 11:45

Chuna > Aucun soucis, je sais que tu as été pas mal occupée notamment avec l'accouchement de ton chaton !
Un ange

Dumnos > Tout pareil, prends soin de toi !
Un ange

En fait j'avais plutôt l'impression de poster dans d'autres sujets, et d'avoir l'impression de parler tout seul... Mais je participe peu, étant moi-même pas mal fatigué et à l'ouest (y a une épidémie sur le fofo ?).

Et je me disais aussi que mon dernier texte, l'autre rive, était encore moins "accessible" que la tempête, et qu'il avait perdu tout le monde en route.
Un ange les gens !
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Ven 24 Mai 2019 - 13:53

Continue à écrire Kingfisher... quelques soient les réactions ou non-réactions que nous pouvons avoir... continue et écoute les réactions que cela crée en toi. Ce sont les plus intéressantes. Les échos que ça soulève en nous sont parfois bien complexes pour arriver à les mettre en mots, et de plus comme tout le monde l'a relevé, c'est difficile de pouvoir répondre à tout ce qu'on lit ici et ce même si on se restreint à seulement quelques uns.
J'ai souvent eu à mes débuts ce ressenti que tu as là et c'est vrai que ça touche une faille abandonnique mal refermée. Mais on s'en fout, on marche quand même.
Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 13:55

Merci Cuicui !

Very Happy

Après, je t'avoue que j'écris toujours pour moi, mais aussi dans l'espoir que ça suscite quelque chose chez l'autre...
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Invité le Ven 24 Mai 2019 - 14:11

Bien sûr c'est l'intérêt d'écrire sur un forum, avoir des interactions. Sinon on tiendrait un journal intime ou un blog.
Mais Ludion te l'expliquera mieux que moi, faut rien attendre car l'attente ça n'existe pas. Wink
Installe toi dans ton texte et regarde ce qu'il y a... c'est comme ça que j'ai comblé dans le passé mes attentes non comblées par la présence des autres. Ça m'a aidé à avancer différemment.
Et le plus souvent, les stimulations-interactions que je cherchais se faisaient ailleurs, par d'autres modalités.
Je ne sais pas si ça se ressent mais ce que j'écris sont souvent des dialogues inaboutis qui commencent dans ma tête entre deux personnes, moi et un second et qui finissent entre deux personnes moi et moi. Un moi qui parle et un moi qui écoute. On n'est jamais mieux servi que par soi-même ! tongue

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 22:04

Merci pour ton retour Cuicui. J'ai tendance à un peu perdre mes fondamentaux de vue ces derniers temps. Ça va revenir, je sens un retour d'énergie.
Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'un Squelette - Page 3 Empty Re: Journal d'un Squelette

Message par Gashadokuro le Ven 24 Mai 2019 - 22:08

Gashadokuro
Gashadokuro

Messages : 2147
Date d'inscription : 12/02/2019
Age : 37
Localisation : Préfecture de Kyoto

https://soundcloud.com/user-928448840

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum