Perséverer ou me résigner

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Lorelei le Lun 29 Avr 2019 - 11:34

Puisque ce fil n'est pas mort, il y a deux choses qui me sont venues à l'esprit et que je n'ai pas écrites car beaucoup de choses très pertinentes me semblaient déjà écrites, et je n'avais fait que survoler l'ensemble.

  Cependant : j'aimerais bien savoir ce qui te donne la certitude, Stoïcienne, de n'être pas zèbre!
   Pour moi, quelles que puissent être les résultats de tous les tests de la Terre que tu pourras passer, tu es plus que dans ton élément parmi les zèbres, donc tu en fais partie. (Tout le problème étant en fait de définir ce qu'est un zèbre).

   Et aussi : pourquoi ai-je l'impression que tu parles de ton compagnon comme une mère de son enfant?
Je cite : "Ne pas être en mesure d'offrir à mon petit zèbre cette intensité dont il semble avoir besoin. En raisonnant de la sorte, j'ai pleinement conscience de penser à sa place, ce qui est assez idiot mais c'est plus fort que moi."

Lorelei

Messages : 1191
Date d'inscription : 15/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Djeez le Lun 29 Avr 2019 - 12:52

En amour faut toujours composer avec des craintes et des doutes. Rien ne t'obliges à continuer quoique ce soit, dans n'importe quelle relation. Certains choisissent de prendre le risque, certains abandonnent par crainte. Parfois, l'un vaut le coup, Parfois c'est l'autre.

Cependant, je pense qu'en amour, adopter un comportement bienveillant, masquer la peur ou la pensée d'un éventuel échec, montrer une confiance aveugle en l'autre malgré les raisons de douter (quand celles ci sont pas carrément justifiées, genre un adultère ou autre), sont des attitudes qui peuvent aider l'autre à surpasser les vieux démons qui le rongent. Parce qu'on s'appuie naturellement sur les gens qui ont l'air solides et sûrs d'eux pour changer. Mais c'est un effort que peu ont la volonté de faire. Vaut-ce le coup ? Oupas ? Nul ne sait.

(Ceci est un conseil qui est valable en relation de couple comme amicale ou familiale, pour plus d'infos n'hésitez pas à consulter votre...votre cœur.)
Djeez
Djeez

Messages : 32
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 26
Localisation : [Insérez une blague]

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Lorelei le Lun 29 Avr 2019 - 13:14


à défaut de consulter son docteur... https://www.youtube.com/watch?v=27-ShKcsEic
Lorelei
Lorelei

Messages : 1191
Date d'inscription : 15/08/2016
Age : 31
Localisation : Sion, 1950 CH

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Stoïcienne le Lun 29 Avr 2019 - 15:17

Bonjour à tous,

J'ai un peu déserté le sujet car j'avais l'impression de me répéter et de tourner en rond malgré vos précieux conseils. J'avais également besoin de réflechir et de faire les liens entre toutes les informations reçues et sentiments perçus.

J'ai beaucoup réfléchi ces derniers temps sur ma place dans cette relation et le choix de ce partenaire. J'ai conscience de recréer exactement le même schéma que dans mes relations passées et je pense l'avoir bien identifié. Deux voies s'offraient donc à moi : fuir en espérant sauver mon âme mais au risque de mieux recommencer le même pattern ailleurs ou rester et m'affirmer davantage sur mes besoins avec cette volonté de faire face à mes peurs les plus profondes.

Et bien, je vous annonce avoir fait le deuxième choix (pour l'instant). J'admets être clairement névrosée, j'en ai pleinement conscience et je l'assume. Toutefois, mon ami l'est aussi (deux névrosés ensemble, ce n'est pas une grande surprise  Very Happy). Il s'est beaucoup confié et je m'aperçois que la seule femme qu'il ait aimé comme un fou et qu'il peine à oublier (son ex) est le pendant de sa mère qui l'a beaucoup dénigré et avec laquelle, il a longtemps eu des rapports conflictuels. Il ne peut vivre que dans le conflit pour s'affirmer alors qu'il dit avoir horreur de cela. Je le crois volontiers mais je constate aussi qu'il ne sais pas fonctionner autrement. En provoquant les gens, en les testant sans cesse, il ne peut qu'engendrer des hostilités.

Je ne supporte pas le conflit, donc j'ai l'impression de paraitre faible à ses yeux car je réagis souvent de manière posée (timorée??). Il se permet, de ce fait, des comportements pas toujours respecteux. Dernièrement, j'ai eu le droit à "sois un meuble" parce qu'il avait sa tête posée sur mes genoux et que je remuais trop à son goût. Cette petite pique s'est faite sous couvert de la plaisanterie, bien évidemment. Je lui ai dit que ca ne me plaisait pas. Il intègre et comprend (ou fait mine de comprendre) mais pour combien de temps, je l'ignore.

Bref, j'ai aussi identifié, ce qui n'allait pas chez moi (je ne fais pas son procès et espère ne pas donner cette impression) et je tente de faire un travail de fond (long et fastidieux) pour espérer une relation saine, sans drama. Lui, je ne pense pas qu'il en soit à ce stade (je me trompe peut-être car je ne lui ai pas encore fait part de ma brillante analyse, par peur de sa réaction, sans doute). Je ne peux pas le faire changer et la seule personne sur laquelle j'ai de l'influence, c'est moi-même.

.

Parce que si je veux être complétement honnête et entrer en contradiction avec ma phrase précédente, je veux réparer les gens chez lesquels j'ai identifié des failles. Je pense qu'en leur pointant celles-ci, je vais pouvoir les aider et leur démontrer à quel point je suis bienveillante et géniale (surotut aimable) Rolling Eyes Grosse erreur! Cet homme n'a pas été aimé avec respect et bienveillance. Sa douance non detectée n'a fait qu'exacerber les incompréhensions avec sa mère et son entourage. Son ex, en qui il avait fondé tous ses espoirs puisque zèbre aussi et fonctionnement proche, a fini par se rebeller et s'opposer violamment à ses tests et mauvaise foi. D'où la relation passionnelle mais surtout conflictuelle ou comment appuyer là où ca fait mal.

Pour ma part, je reconnais ma responsabilité dans cette relation qui tend à se déséquilibrer. Depuis toujours, j'ai appris à ne pas faire de bruit, à m'oublier, pour ne pas facher, froisser, heurter les autres (et originellement mes parents), ce que j'ai clairement reproduit dans cette relation jusqu'à l'asservissement.

Une nana qui s'efface face à un type qui a toujours fonctionné en mode conflit, je vous laisse imaginer les dégâts de part et d'autre et la perte de repères pour les deux (c'est quoi ce mec qui reste avec moi alors que je ne me respecte pas??? C'est qui cette meuf que je provoque et qui ne me répond pas par le dénigrement?)

Pourquoi dire tout cela pour rester, me direz-vous? Et bien parce que je veux affronter mes démons et que cet homme arrive à réactiver tous les angoisses de mon enfant intérieur. L'exercice est donc, certes, périlleux mais peut être salutaire. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire (le triomphe ici se matérialise par le fait de vouloir en finir avec mon mode de fonctionnement dysfonctionnel). Il y a également, sans doute, un infime espoir qu'il se rende compte que l'amour peut être serein et beau. Naivité, utopie de ma part mais je reste une idéaliste.

Ce qui nous rassemble, nos carences affectives et notre environnement familial insécure qui le pousse à me tester, me heurter (je ne le blâme pas, j'ai également été comme ca). Je pense aussi que l'on cherche à retrouver en l'autre, l'amour inconditionnel non-recu dans notre enfance. Mais vouloir cela est un leurre puisque le couple se fait sur une volonté, le choix d'être avec quelqu'un. Par voie de conséquence, on a également le choix de le désinvestir. L'inconditionnel n'a donc pas sa place dans l'équation.

Ce qui nous différencie, mon envie impérieuse de tordre le cou au déterminisme, mon optimisme en la vie malgré les difficultés et cette envie d'apprendre à me donner et donner aux autres ce que je n'ai pas toujours ou mal recu (amour, bienveillance, soutien...).

Nous n'irons peut-être pas très loin mais il me fait prendre conscience de tellement de choses que je lui en porte une reconnaissance infinie. En restant, j'ai conscience également de l'utiliser, d'une certaine façon, pour me réparer. Mais nous en sommes tous là. Non?

Voilà ce post n'a plus grand chose à voir avec le poste d'origine. Mon focus sur l'ex cachait bien d'autres choses, notamment mon insécurité et la sienne. Sans compter nos peurs respectives.

PS: ceci n'est que mon interprétation. Si ca se trouve, je me trompe complétement sur lui mais c'est mon ressenti

PS2 :
j'aimerais bien savoir ce qui te donne la certitude, Stoïcienne, de n'être pas zèbre! a écrit:
Je n'ai jamais fait de test mais je ne me reconnais pas dans votre mode de fonctionnement (pensée arborescante, mémoire impréssionnante, traitement rapide de l'information). Sur tous ces points, je suis assez laborieuse

Stoïcienne

Messages : 20
Date d'inscription : 16/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Chuna le Lun 29 Avr 2019 - 15:39

Puis bah au final, on s'en fiche un peu, ça te rendrait pas moins intéressante (que son ex par ex, et tu as compris toute seule que c'est plus le mode relationnel qui l'a attiré que sa zébritude)

Bravo pour ce cheminement.

Vous faites des erreurs, vous arrivez à en parler, et reconnaître vos torts, moi je trouve ça génial.
Je sais pas si ça vous mènera à rester ensemble, mais dans tous les cas, vous allez grandir.

Bonne chance à tous les 2 Smile
Chuna
Chuna

Messages : 14256
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Djeez le Lun 29 Avr 2019 - 18:36

T'es peut être pas une zèbrette mais t'as clairement ton petit talent d'élaboration et de synthèse.
Je crois que t'as tout dit et que tu sais où t'en es. Bonne continuation !
Djeez
Djeez

Messages : 32
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 26
Localisation : [Insérez une blague]

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Lorelei le Lun 29 Avr 2019 - 18:46

Stoïcienne, la qualité de l'analyse que tu as faite de ta relation avec ton compagnon prouve que tu es particulièrement intelligente.
    Beaucoup de "zèbres" en sont incapables, soit parce que c'est psychiquement impossible pour eux, soit parce que ce n'est possible qu'avec une aide extérieure, soit par flemme ou par peur de se confronter avec eux-mêmes...

   Bien sûr cela n'enlève rien à leurs éventuelles "caractéristiques" :
  La pensée arborescente, personne ne sait si c'est une réalité, une difficulté de concentration, ou une richesse de liens affleurant à la conscience qui soit corrélable avec ce que l'on nomme intelligence. Il me semble que la véritable intelligence ne se mesure pas à la richesse de liens affleurant à la conscience en un temps court, mais à la qualité de ceux qui s'imposent à la conscience lorsque l'on est pris par un questionnement : j'entends par qualité leur pertinence, la vertu qu'ils ont de nous faire mieux comprendre comment nous fonctionnons, percevons, agissons, et comment les autres le font ; ou de nous permettre de se représenter un concept abstrait ou d'en créer un ; bref de manière générale comment ils peuvent nous éclairer sur la réalité des choses.
  Une activité rapide et désordonnée du cerveau, des liens rapides et vides de sens sont peut-être caractéristiques d'un certain "potentiel", mais pas de l'intelligence : si tu n'es pas "zèbre", tu es au moins dotée d'une intelligente rare.
  La mémoire est-elle un critère de zébritude? La mémoire de quoi d'ailleurs? Et la mémoire de qui? doit-on prendre en compte celle liée à la psychose?
  Le traitement rapide de l'information : il est difficile de séparer intuition et traitement d'information, et surtout la rapidité d'assimilation me semble liée à l'activité de l'attention tendue par l'intérêt et fonctionnant par attente et anticipation, c'est-à-dire qu'elle ne dénote rien de plus qu'un intérêt particulier pour "l'information" reçue qui est tout sauf neutre, quand il ne s'agit pas d'une peur liée à un syndrome de stress post-traumatique impliquant une hyper-vigilance.
Lorelei
Lorelei

Messages : 1191
Date d'inscription : 15/08/2016
Age : 31
Localisation : Sion, 1950 CH

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Arpheval le Mar 30 Avr 2019 - 3:28

Lorelei a écrit:Stoïcienne, la qualité de l'analyse que tu as faite de ta relation avec ton compagnon prouve que tu es particulièrement intelligente.
Je suis d'accord avec cette remarque. J'ai été impressionné par tes capacités d'analyse, Stoicienne, ainsi que ton sens de l'empathie. Tout cela prouve que tu es particulièrement intelligente et je ne serai pas étonné que tu sois zèbre aussi ou approchant. Je ne sais pas quel âge tu as. Mais en tout cas, tu es très mature dans tes réflexions. Smile
Arpheval
Arpheval

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Bimbang le Mar 30 Avr 2019 - 22:33

A te lire, j'ai eu envie de regarder à nouveau cette autre vidéo de Guy Corneau
https://www.youtube.com/watch?v=FVosRusNb68
parce qu'il me semblait que ça faisait écho à ce que tu écrivais.

J'ai beaucoup aimé apprendre à distinguer les besoins et les attentes de soi même et de l'autre pour que ça ne vienne pas entraver la relation. C'est loin d'être simple, mais c'est intéressant.
Peut être que ça te plaira aussi.

En tout cas, tu sembles bien plus sereine à présent, c'est chouette !
Bonne continuation ! flower
Bimbang
Bimbang

Messages : 4280
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Invité le Mar 30 Avr 2019 - 23:05

merci pour avoir partagé avec nous ton analyse. c'est intéressant venir à connaissance comment peuvent fonctionner différemment les autres personnes. je n'arriverai jamais à concevoir une méthode si "scientifique" pour le domaine de l'amour.

(p.s. je suis étrangère si j'ai utilisé des mots d'une façon inusuelle ou un propos apparaissait alambiqué n'ayez pas de souci ).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Stoïcienne le Mer 1 Mai 2019 - 18:37

Merci pour tous vos messages qui me touchent profondément et votre empathie car vous n'êtes jamais dans le jugement et c'est tellement agréable.

Je ne sais pas si mon analyse est la bonne mais elle me permet d'avoir quelques points d'ancrage pour essayer de progresser. Et puis, je pense que mon esprit et mon corps sont fatigués de tous mes questionnements, peurs et comportements répétitifs. Bizarrement, j'ai l'impression d'avancer non pas par grandeur d'âme mais parce que j'ai la sensation de ne plus pouvoir faire autrement au risque d'y laisser ma santé et ma joie de vivre. Maintenant, je ne m'emballe pas, le plus du reste à faire. Il ne suffit pas de constater les choses pour qu'elles changent mais il faut également agir dans la durée

Arpheval, je ne suis plus si jeune que cela du haut de mes 35 ans. J'aurais aimé avoir ce regard et ce petit recul bien plus jeune.

LoreleiSebasto, merci pour tes mots et ton explication sur les caractéristiques des zèbres. Nous avons tous des qualités quelque soit notre nature. A nous de les exploiter à bon escient.

Bimbang, je vais m'empresser de visionner ta vidéo.

Stoïcienne

Messages : 20
Date d'inscription : 16/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Stoïcienne Hier à 16:50

Bonjour à tous,

Il y a quelques mois, vous m’avez tous chaleureusement accueillie et avez été des oreilles attentives et compatissantes alors que je me posais une somme de questions sur ma relation avec un petit zèbre. Je me permets donc de vous faire un petit retour d’expérience plusieurs mois après car je trouve toujours intéressant de savoir ce que les personnes deviennent et leur cheminement. Je considère que l’on ne peut profiter du temps des autres et de leur bienveillance pour se rassurer, se remonter le moral et disparaitre une fois obtenu ce que l’on souhaitait.

Bref ! Pour rappel, à l’époque, je ne savais quelle direction choisir pour ma relation avec un zèbre.
Malgré nos difficultés et modes de fonctionnement différents, j’ai décidé de nous laisser une chance et de poursuivre. J’ai tenu jusqu’à début juillet, date à laquelle j’ai préféré mettre un terme à notre relation. Il y a divers évènements qui m’ont poussée vers ce choix et m’ont laissée penser que cet homme ne m’aimait pas réellement ou mal.

Je digère tout doucement cette rupture mais je suis fière de deux choses. La première est que je suis allée au bout de cette relation. Par conséquent, au moment d’y mettre un terme, la décision m’a paru évidente car je ne pouvais donner plus que ce que je lui avais donné jusqu’alors. A notre séparation, j’ai ressenti un grand soulagement car toute la boule d’incertitude que j’avais aux tripes depuis plusieurs mois s’est envolée d’un seul coup.

La deuxième est que j’ai énormément appris sur moi et mon mode de fonctionnement (qui n’est pas toujours très sain). L’adage « connais-toi toi-même » a vraiment pris tout son sens car j’avais, durant cette relation, davantage la volonté de le sauver ou de trouver comment il fonctionnait que de me préserver et de m’interroger sur mes propres paradoxes.
Comme évoqué dans mes précédents posts, j’ai rejoué des vieux patterns qui m’ont poussée à me soumettre pour garder l’amour ou l’intérêt de cet homme. J’ai donc accepté beaucoup de choses irrespectueuses mais je ne peux le blâmer car une partition se joue à deux. Pas de bourreau, sans victime ! L’autre n’a sur nous que le pouvoir qu’on lui donne.
En outre, si j’ai décelé, à plusieurs reprises, de la manipulation de sa part, je me suis également demandée si je ne le manipulais pas moi-même en me reniant pour le satisfaire et donc obtenir son amour ? L’un est-il plus condamnable que l’autre ???
Les procédés étaient différents mais nous étions les revers d’une même pièce. Peur de ne pas être aimés pour ce que nous sommes réellement et d’être rejetés, abandonnés. On utilise donc l’autre à ses propres fins.

Lorsque j’ai pris conscience du jeu malsain (ca m’a pris du temps) que l’on jouait et que j’ai objectivement compris qu’un adulte ne peut être abandonné car il est capable de pourvoir (dans les faits) à ses besoins, je me suis sentie la force de me dire que cette relation ne me convenait pas et ne m’apportait pas ce que j’attendais d’une relation amoureuse mais uniquement des bénéfices secondaires à court terme.

Je vais peut-être vous surprendre mais j’ai aimé le fait qu’il soit HP et c’est sans doute la raison pour laquelle je lui ai donné autant de crédit. Je voulais me faire aimer par cette personne reconnue comme « plus intelligente », moi qui me suis sentie une bonne partie de ma vie plus bête que les autres. Il y avait une sorte de revanche et une fierté. C’est compétemment ridicule car avec le recul, je ne me trouve absolument pas plus idiote que lui et je lui ai reconnu des qualités qu’il n’avait pas forcement.

Quels enseignements je tire de tout cela ? S’AIMER soi avant tout chose. On a beau nous le dire, nous le répéter, on ne le comprend que lorsque l’on a accepté de se faire malmener pour obtenir des miettes de considération. Ce n’est pas simple tous les jours de s’aimer et d’être en accord avec soi mais, je constate que c’est la seule façon de poser ses limites face à l’autre et de ne pas transiger avec ses valeurs et ce qui nous importe. Et franchement, qui peut nous aimer si l’on ne s’aime pas ??? une personne qui ne s’aime pas non plus et autant dire que l’on va droit dans le mur.

Voilà, je tourne une page de ma vie.

Je remonte sur ma monture et je repars à l’aventure comme dirait l’autre.

Je vous remercie pour toutes vos contributions et je continuerai à vous lire avec plaisir et si mon histoire peut aider, tant mieux

Stoïcienne

Messages : 20
Date d'inscription : 16/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Perséverer ou me résigner - Page 2 Empty Re: Perséverer ou me résigner

Message par Pélerin Hier à 17:28

Bonjour Stoïcienne,

Très pertinent "Pseudo" semble-t-il ...

De l'engagement, de la lucidité, une vraie réflexion, du courage : une véritable intelligence. Respect !

Bonne Aventure !
Pélerin
Pélerin

Messages : 47
Date d'inscription : 12/08/2019
Age : 50

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum