La honte des zôtres

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Invité le Mar 27 Sep 2011 - 20:56

A l'école comme au travail, on est quand même 2% dans ce cas. Alors ça se voit certes moins qu'un fauteuil roulant, mais ça peut être handicapant. Sauf que voilà, les linéaires étant majoritaires, ils voudraient qu'on ait tous un parcours linéaire.

On a beau être adaptés et faire "comme si" tout allait bien, il n'empêche qu'on est différent. Personnellement, je suis objectivement très adaptée. J'ai eu un parcours scolaire presque sans heurt, je pars sur une bonne réussite sociale (enfin j'espère), j'ai bien réussi ma vie sentimentale (enfin je crois) et je ne vis pas trop mal d'être un peu asociale. Mais quand même. Ca serait bien si je pouvais décider que je travaillerais de 12h à 16h, puis de 18h à 22h. Sauf qu'encore une fois, je devrai m'adapter aux autres, me justifier si je ne veux pas travailler avant midi, ou avoir un travail en horaires décalés comme dans la restauration.

On est 2,2% mais on compte pour du beurre. Alors que les grossesses représentent 18 mois dans une vie (2 fois 9 mois) pour un salarié sur deux. Soit 1,7% d'une carrière (hommes et femmes inclus). Et les femmes enceintes, elles, ne comptent pas pour du beurre. Nous, avec notre lucidité, notre intuition, notre empathie, notre curiosité et nos idées lumineuses, on pourrait faire gagner un fric fou aux entreprises françaises... si tant est qu'elles prennent ce risque, qu'elles nous supportent et acceptent nos petits caprices de stars, nos horaires décalés, nos crises de nerfs, notre volonté de changer de service tous les trois mois...

Je veux dire, on nous fait porter notre différence comme une tare. Mais ça n'en est pas une. Au lieu de nous brimer, de nous faire rentrer dans un moule, si on nous laissait nous exprimer, on aurait sûrement des choses à dire et à faire qui feraient avancer les choses, et dans le bon sens en plus !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par \Alex/ le Mar 27 Sep 2011 - 21:34

Je ne pense pas qu'il y ai ni a cacher ni a revendiquer. Si tu veux revendiqué, que tout le monde le sache, peut-être est-ce le contre-coup de la découverte, le passage de "je suis bizarre" a "bin non merde je suis surdoué"?
L'équilibre personnel, n'est-il pas de s'accepter dans toute sa complexité, avec ses qualités et défauts qui font qui on est, sans pouvoir le résumer en 1 mots, pour finalement se revendiquer juste d'être soi sans autre étiquette?
Et pour le travail, a chacun de prouver qu'il le vaut bien, les cadeaux c'est le père noel qui s'en occupe.

PS: Proud to be yellow Smile

\Alex/
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 153
Date d'inscription : 20/10/2010
Age : 40
Localisation : Lyon

http://www.initial-massage.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Foreigner le Mer 28 Sep 2011 - 11:19

What a Face


Dernière édition par Foreigner le Dim 7 Avr 2013 - 11:29, édité 2 fois

Foreigner
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 641
Date d'inscription : 23/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Lysange le Mer 28 Sep 2011 - 18:13

Foreigner a écrit:
betapi a écrit: [Les "normaux" ] sont incapables de comprendre notre réalité car ils n'en fond pas partie.
Oui mais les plus ouverts d'entre eux comprennent facilement que la zébritude n'est pas simplement une différence ou un handicap mais bien une profonde différence. Certains parviennent même à cerner cette différence, à plus ou moins non pas se la représenter mais comprendre quand même les problèmes et décalage qu'elle pose.
A nous aussi de savoir communiquer lorsque nous rencontrons un interlocuteur ouvert.

S'il m'arrive de parler clairement de la zébritude, mon meilleur "discours" consiste à les y immerger en traitant avec eux n'importe quel sujet en lâchant progressivement mais assez vite les chevaux. Tout repose sur le choix du moment pour le faire ! Et aussi bien sûr de savoir ne pas aller trop loin pour ne pas les décrocher.
En constatant le décalage entre ce qu'ils appelaient une opinion sur le sujet et mon discours beaucoup ( Very Happy ) plus riche et surtout structuré et construit (en direct live !), c'est là qu'ils réalisent la différence d'échelle de raisonnement et de niveau de considération des choses. C'est alors un peu comme si la petite troupe de mercenaires qu'étaient leurs idées se retrouvait brusquement projetée dans une légion romaine, vaste, entrainée et bien équipée.
Mon argument massue est le "Mais ça c'est un autre sujet" que je vais sortir plusieurs fois dans la conversion pour l’empêcher de s'éparpiller ("Hé non, je ne suis pas à fond là !"). Ben oui, une armée n'est pas constituée que d'une seule légion et elles peuvent toutes manœuvrer ensemble.

Étrangement, quand cela arrive (sinon il ne faut pas insister) la "puissance intellectuelle" passe alors au second plan et c'est un moment très sympa car le dialogue est établit et ma zébritude devient fédératrice, une sorte de catalyseur. Il n'y a alors aucune gène ou honte ni d'un côté ni de l'autre.
Cela ne leur permet pas de comprendre ce que c'est que d'être zèbre mais d'au moins pour une fois toucher du doigt l'extérieur de la zébritude, commencer à deviner ou entrevoir ce qu'il peut y avoir derrière et constater que ce n'est pas qu'une idée, un concept ou une légende urbaine. (MDR ! J'y ai eu droit à celle là !!! Bien entendu le gars ne savait que j'étais une de ces légendes urbaines.)

C'est marrant parce que pour moi ça marche jamais. Le peu de personnes à qui j'ai parlé de mes rayures (déjà trop à mon gout), ont voulu savoir concrètement ce qui me rendait différente. J'ai tenté de leur expliquer un peut tout ce que tu décris là. Mais la plupart des personnes à qui j'ai eu affaire m'ont dit "mais il y a plein de gens comme toi". Je pense que c'est parce que tout comme je ne peux pas saisir leur façon de voir le monde, leur échelle de pensée et tous plein d'autres choses, simplement parce que je ne suis pas comme eux, ils ne peuvent pas saisir ce que j'entends vraiment par là, ils comparent donc à ce qu'ils connaissent, à leur échelle, et trouvent que finalement ce n'est pas si loin.

Quand à se lancer dans un dialogue en m'exprimant comme je le pense (en gros en enlevant la censure "non-zèbre), je n'oserais même pas parce que j'ai toujours eu peur du regard des autres, et savoir que par ce dialogue une personne pourrait juger la crédibilité de mes propos, ça me fait terriblement angoisser de ne pas être à la hauteur. Donc c'est vrai que je ne sais pas si ça permet de pouvoir évaluer la différence...

Toujours est-il que j'ai choisi de n'en parler qu'à mes proches, et surtout de ne pas entrer trop dans les détails pour ne pas laisser comparer les gens à leur échelle. Après, ils font l'analyse si ils veulent. Si ils ne trouvent rien de bien particulier ils se diront que c'ets pas un truc qui se voit. Si ils trouvent quelque chose de particulier ils se diront peut être "ah tiens c'est donc ça". Peut être que dans les deux ca ils se planteront, mais après tout, quelle importance? Je suis une personne avant d'être un zèbre...

Lysange
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 770
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : entre la chaise et le clavier

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Fata Morgana le Mer 28 Sep 2011 - 19:42

Tout dépend de la proximité intellectuelle commune. Selon moi je trouverais logique que plus l'écart sera grand, plus l'incompréhension le sera aussi. A titre personnel, j'ai renoncé, sauf envers mon entourage immédiat, à décrire ce en quoi cette différence consiste. D'ailleurs dans mon cas, le retour que j'en ai c'est qu'elle se voit; se voit, mais n'est pas interprétée réellement pour ce qu'elle est. C'est la solitude à mes yeux qui définit profondément le surdoué. je la vois comme un fatum contre lequel on ne peut presque rien faire. Elle est le signe tangible d'une différence subtile mais essentielle. Je suis assez d'accord (expérience faite) avec l'idée que le non-surdoué ne se représente pas, ne visualise pas cette distance, n'est pas en mesure d'utiliser un référentiel valide pour l'évaluer. Ce n'est ni bien ni mal, c'est un fait de nature.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par ♥ Kiss Jong-il ♥ le Sam 8 Oct 2011 - 14:22


D'ac, merci pour le renseignement, concernant l'avatar.

Il est drôlement joli joli et bien fait, alors !

De belles couleurs, franches sans être fluos.

Des zébrures colorées, c'est cooool.

C'est pour cette raison, que j'avais choisi ça, moi, comme avatar.

http://www.zebrascrossing.net/u1038

Je tenais à mort aux couleurs, quitte à en oublier les rayures.

Intéressant n'est-ce pas ?!


♥ Kiss Jong-il ♥
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 943
Date d'inscription : 12/07/2011
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Invité le Lun 10 Oct 2011 - 11:22

Kiss ! a écrit:De belles couleurs, franches sans être fluos.
Des zébrures colorées, c'est cooool.
(...)
Je tenais à mort aux couleurs, quitte à en oublier les rayures.
Merci Smile

C'est parce que j'ai une relation "particulière" aux couleurs. Disons qu'entre la douance et la synesthésie, je suis la 3D couleurs sur écran géant face à des normo-pensants qui ont une mini-télé en noir et blanc ! Ce que mon copain prend pour une marque de mépris, alors que c'est simplement pour montrer le côté indescriptible de la chose. Encore un bel exemple de décalage... Je prends une image parce que je n'ai pas les mots, et elle est interprétée différemment de ce que j'entendais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par moise le Mar 11 Oct 2011 - 21:25

je ne crois pas possible de nier ce que l'on est... nous sommes nombreux à en avoir fait déjà l'amer expérience... comme je disais dans un autre post un peu plus haut aujourd'hui on m'a carrément demandé si j'étais un extra terrestre... j'ai pris ça avec beaucoup d'humour... dans la vie personnelle ça peut passer pour bien pire... je crois que s'affirmer tranquillement pour ce que l'on est, est la seule solution... ne rien dire serait mentir et ouvre la porte justement à des interprétation du genre ''manipulation'' ... il ne s'agit pas de se faire passer pour supérieur... nous ne le sommes pas... nous pensons plus vite et sommes souvent plus sensibles en beaucoup de points je vous passe la litanie des hyper, syn et kin ... ça n'a rien à voir avec de la supériorité... nous parlons d'une différence qui, comme toutes les différences au cours de l'histoire, est mal perçue car minoritaire ... pour autant je crois qu'en s'affirmant comme tel... les autres non Z, nous regarderont autrement... ils sauront que ce n'est ni de la prétention, ni du mensonge... c'est une différence que nous devons marquer... sinon nous nous condamnons éternellement à nous déformer... franchement je remercie tous les jours le créateur de ce site... quelle chance j'ai eue de le trouver... (enfin, ...j'ai cherché quand même)

moise
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 39
Localisation : quebec

Revenir en haut Aller en bas

Re: La honte des zôtres

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum