le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Sam 25 Avr 2015 - 15:24

J'ai donc repris le travail après plusieurs semaines d'arrêt.

Cela c'est très bien passé. Mais la véritable épreuve de vérité est la semaine prochaine, lorsque tous les collègue auront repris leur poste. Nous sommes en restructuration et j'ai déjà eut des échos des intentions des autres pour me placer.

J'ai clairement des soutiens depuis cette absence un peu longue. A moi de défendre ma place. C'est possible.

La différence que je perçois entre avant et après, c'est que je me pose beaucoup moins de questions. Je reste sensible aux agressions, et lorsqu'il y en a plusieurs dans la même journée, c'est là que je m'affaiblie petit à petit.

L'important, c'est de continuer à avancer sur mes projets personnels. Et continuer à me repositionner d'un point de vue subjectif. Bien repérer mes forces personnelles aussi, qui sont indépendantes des capacités intellectuelles.
D'ailleurs ces capacités m'handicapent plus que de raison. Faire simple.

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Burn out

Message par Angel Trinity le Sam 25 Avr 2015 - 15:31

J'ai vécu le burn out, mais cela m'a apporté l'éveil !!!
avatar
Angel Trinity
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 1
Date d'inscription : 19/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Deedee le Sam 25 Avr 2015 - 15:50

LiOr a écrit:
Oui je me sent vivante aujourd'hui
Pourtant j'ai ressentie la mort de mon âme, de mon corps qui lache et de ma tête qui n'en fait qu'à sa tête. Sad
Tu ne te trompe pas, on devient extrêmement lucide sur notre vie et notre entourage...moi j'ai l'impression d'avoir 100 ans, d'avoir expérimenté plusieurs vies...
Pas facile alors de parler, de se dévoiler vers ceux qui "ne peuvent pas comprendre"  Wink

+1
L'hyper lucidité est je trouve très difficile à vivre. Parce qu'au moment où j'allais mieux, où j'étais prête à repartir après avoir retrouvé pas mal de force, les doutes et les anticipations de dingue m'ont tétanisée. J'ai passé l'hiver en "bug", complètement bloquée. L'impression horrible d'avoir rechuté, d'avoir dégringolé les marches que j'avais mis tant de mal à monter.
Là ça va je repars mais j'ai l'impression qu'il me faut me mettre des œillères pour pouvoir avancer, rester concentrée pour aller droit et ne pas être perturbée par la vision à 360° (c'est comme ça que je me représente cette hyper lucidité !) et les questions qui viennent avec.
avatar
Deedee
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1831
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par LiOr le Sam 25 Avr 2015 - 21:58

"j'ai l'impression qu'il me faut me mettre des œillères pour pouvoir avancer, rester concentrée pour aller droit et ne pas être perturbée par la vision à 360° (c'est comme ça que je me représente cette hyper lucidité !) et les questions qui viennent avec."

Je me retrouve dans ton discours, les mots sont justes.
avatar
LiOr
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 68
Date d'inscription : 12/04/2015
Age : 36
Localisation : Auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Kodiak le Dim 26 Avr 2015 - 11:18

miko16 a écrit:Pour ceux qui ont un peu de recul sur leur BO, avez vous des séquelles?


Tout à fait. Consécutivement aux burn-out que j'ai vécus il y a deux ans de cela :

* ma résistance à la surcharge de travail (à laquelle tu faisais allusion dans un de tes posts page 8 de ce fil) est devenue durablement, et sans doute définitivement, quasiment nulle. Syndrome post traumatique ? Usure due à l'avancée en âge ? Conscience omniprésente de l'absurdité et de l'illégitimité de la mise sous pression subie (alors même que 5 millions de nos concitoyens sont privés d'emploi et que les avantages des cadres dirigeants et autres remboursements d'emprunts bancaires ne sont jamais considérés comme des variables d'ajustement à contrario de la dégradation des conditions de travail des salariés) ? sans doute un cumul de ces 3 causes,

* le sens que j'accordais à ma mission professionnelle a pris du plomb dans l'aile. Je ne suis pas rentré dans la fonction publique hospitalière par hasard, mais par constat d'un solide socle de valeurs communes partagé avec l'Hôpital public. Or, ce que cette belle institution devient sous la férule des règles de gestion et de gouvernance issues du secteur privé, dont les métastases nous rongent depuis quelques années, me révulse au plus haut point. Cette perte de sens, cette atteinte d'affect, ont contribué aux BO que j'ai subis. La désaffectivation, la prise de recul, le pragmatisme, m'ont été recommandés par le psychiatre qui me suit. L'application de ces prescriptions thérapeutiques m'a permis de rééquilibrer mon état psychique et de supporter le retour au travail, le corollaire en étant hélas que je ne m'y investis plus comme auparavant, et que je ne suis plus motivé que par le salaire qui m'est versé.
avatar
Kodiak
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 55
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Dim 26 Avr 2015 - 11:44

[q


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:10, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Kodiak le Dim 26 Avr 2015 - 13:55

zelle a écrit:
Kodiak a écrit:
... que les avantages des cadres dirigeants et autres remboursements d'emprunts bancaires ne sont jamais considérés comme des variables d'ajustement

Tu peux développer un petit peu cette histoire e remboursement (en deux lignes). Merci.

... le sens que j'accordais à ma mission professionnelle a pris du plomb dans l'aile... je ne m'y investis plus comme auparavant, et que je ne suis plus motivé que par le salaire qui m'est versé.



La lecture du bilan social annuel montre que les frais financiers (remboursements d'emprunts : capitaux + intérêts) sont les charges qui croissent le plus depuis quelques années, pour des raisons structurelles (fragilisation de la base des recettes depuis la mise en place de la T2A accentuée par la perte de spécialités juteuses) et conjoncturelles (grosses opérations d'investissement immobilier lancées il y 10 ans, dont le coût ne cesse de déraper depuis). C'est cette ligne budgétaire qu'il conviendrait de réduire en premier lieu, en renégociant les conditions de certains emprunts contractés, voire en sollicitant l'aide des collectivités publiques.

PS : je sais que cette affirmation risque encore d'attirer l'ironie des paons vaniteux thuriféraires du veau d'or.....
avatar
Kodiak
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 55
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Dim 26 Avr 2015 - 14:44

ok. merci.

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par maalesh le Mer 29 Avr 2015 - 9:23

Un lien vers les videos de l'Intelligence Day de Mensa Nantes sur le burn out et les zèbres au travail:
http://www.zebrascrossing.net/t18992p20-nantes-intelligence-day-2014-29-novembre#934289

maalesh
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 148
Date d'inscription : 08/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Ven 1 Mai 2015 - 21:13

+


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:10, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Sam 30 Mai 2015 - 11:30

+


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:09, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Mer 17 Juin 2015 - 21:35

s


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:09, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Zebraskaroll le Mer 17 Juin 2015 - 23:04

Zelle a écrit:Deux options :
- soit il est pervers et je dois le séduire pour me protéger
- soit il est hystérique et il faut que je le casse en l'ignorant.
ma foi je crains quand même l'évaluation qui approche.

Je dirais qu'il soit Pervers ou Hystérique, dans les deux cas il faut l'ignorer. Laisser glisser ses paroles et ne pas en tenir compte. Je sais que c'est super difficile mais cette méthode m'a très certainement sauvée il n'y a pas si longtemps.

Pour le faire j'avais vraiment une méthode de zèbre, quand mon directeur me parlait agressivement ou ironiquement, ou pire quand il mentait et que je m'en rendais compte, je me chantais une petite chanson marrante, voir débile dans ma tête et je l'imaginais en train de la chanter plutôt que ce qu'il disait, ce qui d'ailleurs ne m’empêchait pas de lui répondre correctement. Cette méthode m'a permis de moins être affectée par ses médisances. (Attention cela ne fonctionne qu'un moment, lorsque l'assaillant est devenu trop agressif, je suis "partie")
avatar
Zebraskaroll
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Ven 19 Juin 2015 - 0:04

O


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:08, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par miko16 le Lun 29 Juin 2015 - 20:20

J'ai eu les premiers signes de mon burn out il y a bientôt 2ans, depuis j'ai repris mon job et mes etudes en parallèle. L'apparence extérieure est de nouveau lisse, cependant a l'intérieur c'est tjs un peu le bord*l...

A la base je suis qq'un d'anxieux ms depuis le BO ça devient ingerable, je suis inquiète pour tout et tout le monde, je suis hypocondriaque, je me sens coupable de tous les malheurs du monde, je suis pessimiste... bref c'est un calvaire de vivre avec moi et pourtant... tout va bien dans ma vie!!!
Je veux vivre sereinement... jai pris des dispositions, je vais voir une psy comportementaliste et un hypnotherapeute! J'ai peur de gâcher la vie de ceyx que j'aime et la mienne...
Avez vous aussi ce genre de séquelles? vous en êtes vous sorti?

miko16
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 24
Date d'inscription : 11/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par ErikFromFrance le Lun 29 Juin 2015 - 21:30

avatar
ErikFromFrance
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2869
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 39
Localisation : Roci Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par zelle le Dim 5 Juil 2015 - 12:40

+


Dernière édition par zelle le Sam 24 Mar 2018 - 21:08, édité 1 fois

zelle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1150
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Revival de post!

Message par Blop007 le Lun 12 Mar 2018 - 18:56

Bonjour à tous!

Déjà, merci à tous ceux qui ont contribué à cette discussion depuis des années, j'ai déjà trouvé quelques réponses.
Cette discussion a presque trois ans d'inactivité, mais je cherche des zèbres sympas et à l'écoute pour m'aider à la faire revivre... et  m'aider en même temps Smile

J'ai (ma psy a) déclaré un burnout il y a 10 mois de cela, même si je pense que j'aurais du être alertée bien plus vite (je pense que pour les zèbres qui me liront ,c'est enfoncer les portes ouvertes!).
Cela faisait 3 ans et demi que je travaillais en Afrique sur des projets de développement. Un contexte qui demande une adaptation constante à des publics différents et des conditions de travail et de confort qui sont loin de ce que nous connaissons en Europe. C'est pour ca que je me retrouve beaucoup dans le témoignage d'Anthracite, car je comprends ce par quoi ton amie est passée. Je suis désolée de son geste, mais je comprends trop bien à quoi la solitude que l'on ressent (que l'on ressent physiquement, mais également face au mur d'incompréhension des collègues qui eux vivent bien leur travail), et dont on a aussi paradoxalement besoin face au trop-plein d'émotion, de fatigue, de stress, constant.

J'ai eu la chance que ma hiérarchie réagisse extrêmement positivement à l'évocation du mot "burn out" (si seulement ils avaient réagi avant... mais je n'étais pas prête à l'entendre de toute façon!). Je suis partie en congés presque forcés pendant 15 jours, et suis passée à mi-temps dans la foulée, avec une liste presque réaliste des dossiers a clore avant mon arret définitif. Je suis rentrée en France il y a 8 mois, toujours à mi temps, pour réduire les conditions de travail difficiles et couper le lien avec les équipes terrain pour éviter les sur-sollicitations.. mais également une manière "douce" pour moi de passer progressivement de 200% à 0%.
Je me retrouve beaucoup dans le témoignage de YA-KA également sur les réflexions, le recul que l'on prend à ce moment sur les raisons qui nous ont amené jusque là : le contexte, les gens, mais également qui l'on est soi-même.

Depuis début septembre 2017, je suis en arret complet. Après la période de sommeil obligatoire pour rattraper mes 80 heures de travail semaine, suivi médical et psychologique, j'ai récupéré un peu d'énergie. En gros, il y a l'électricité de jour, mais plus de générateur de secours lors des pannes de courant Smile
Pas d'emploi car pas possible d'en reprendre un pour le moment (rien que regarder des offres me fait remonter des angoisses et symptomes physiques), et je ne rentre pas dans les cases administratives françaises car mon expérience professionnelle a l'étranger ne m'a pas permis d'ouvrir mes droits, donc je ne suis pas en arret, mais pas vraiment non plus en recherche d'emploi. Ca ne fait que rajouter mon impression de ne pas être à ma place nulle part Smile

Au milieu de tout ca, depuis février 2018, après que deux psys m'aient fortement incité à lire le livre de C. Petitcolin Je pense trop : comment canaliser ce mental envahissant ,(résumé sur ceclair.fr), je découvre que je suis une zèbre "trop", soit une neuro-droitière.

Je vous avoue que je suis un peu perdue entre burnout et zébritude. Je suis dans la phase où je n'accepte pas du tout ma zébritude (tout en ayant conscience que j'y corresponds à 95%), je vis très mal de ne pas être "comme tout le monde" et en même temps je sens cette énergie qui bouillonne en moi. Mon cerveau a besoin que je l'occupe, mais je n'arrive pas à trouver le bon dosage entre l'occuper suffisamment et l'occuper trop (conséquence du burn out, toute "sur-occupation" me terrasse pendant 2 j), la limite fluctuant beaucoup trop à mon gout!

Je cherche donc des zèbres qui pourraient peut-être m'aiguiller en fonction de leur vécu.
- Comment vit-on la zébritude et le burnout?

Et pour ceux qui sont en phase de récupération d'un burnout (que vous l'ayez déclaré il y a 3 mois ou 20 ans, car comme plusieurs avis au dessus je considère que nous serons toujours "en rémission" jamais complètement remis):
- avez vous réussi à trouver un meilleur équilibre?
- Comment faites vous pour le trouver (mesures radicales, pesures quotidiennes, chez soi ou au travail ?) ?
- comment retrouve-t-on un travail qui corresponde à la fois à la transformation liée au burnout, et le zèbre qui sommeille en nous?

Beaucoup d'autres questions, mais mon post est déjà très long Smile
Merci de m'avoir lue, et hate de vous lire en retour!

Blop007
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 1
Date d'inscription : 10/03/2018
Age : 28
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Dodie le Lun 9 Avr 2018 - 19:48

Bonsoir Blop007,
Ton post m'intéresse. Je me pose exactement les mêmes questions que toi en ce moment. L'équilibre entre le trop et le pas assez...Mon métier actuel m'occupe trop et à la fois pas assez... J'en déduis qu'il ne m'occupe tout simplement pas comme il faut. Le dosage est ardu à trouver ! Car cela reste générateur de souffrance.
Comment ne pas faire un mauvais choix qui ramènera à la case départ ? en d'autres termes, comment faire un vrai changement et non un faux changement ?
J'ai hâte de voir les retours également.

Dodie
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par fleur de canard le Ven 25 Mai 2018 - 1:52

Blop007 :
Je cherche donc des zèbres qui pourraient peut-être m'aiguiller en fonction de leur vécu.
- Comment vit-on la zébritude et le burnout?

Et pour ceux qui sont en phase de récupération d'un burnout (que vous l'ayez déclaré il y a 3 mois ou 20 ans, car comme plusieurs avis au dessus je considère que nous serons toujours "en rémission" jamais complètement remis):
- avez vous réussi à trouver un meilleur équilibre?
- Comment faites vous pour le trouver (mesures radicales, pesures quotidiennes, chez soi ou au travail ?) ?
- comment retrouve-t-on un travail qui corresponde à la fois à la transformation liée au burnout, et le zèbre qui sommeille en nous?


Dodie :
L'équilibre entre le trop et le pas assez...Mon métier actuel m'occupe trop et à la fois pas assez... J'en déduis qu'il ne m'occupe tout simplement pas comme il faut. Le dosage est ardu à trouver ! Car cela reste générateur de souffrance.
Comment ne pas faire un mauvais choix qui ramènera à la case départ ? en d'autres termes, comment faire un vrai changement et non un faux changement ?

Salut,
j'ai peut-être déjà répondu à ce post il y a quelques temps, je ne sais plus.
Je suis zébrée et j'ai vécu un burn-out il y a 3 ans.
C'est sûr que pour s'en remettre, il faut du temps, c'est-à-dire pouvoir prendre le temps de penser, de réfléchir à notre vie et de revoir ce qui ne nous convient pas. C'est tellement plus global que le simple burn-out professionnel, en tout cas me concernant ça a changé ma vie. Même si j'étais déjà en période d'évolution dans ma façon de concevoir les choses quand j'ai été touchée.

Sur la façon de vivre le burn-out quand on est zèbre, je pense simplement qu'on rationalise beaucoup et qu'on a cette capacité de résilience en nous. Les ressources sont dans nos valeurs et le fait de les suivre et de mettre en œuvre nos compétences au service notre bien-être. Nos valeurs sont nos guides. Sans elles, on se perd, on se déconnecte de soi-même.
C'est ce qui maintient dans la bonne direction.

Pour ce qui est de l'équilibre, je suis zèbre et donc j'oscille.
J'apprends à l'accepter, en me connaissant de mieux en mieux.
Je m'adapte à l'énergie que j'ai de disponible. Mon corps est mon meilleur allié pour m'informer des coups de fatigue, quand j'en fais trop etc. (là je suis malade, car j'ai pas assez dormi par exemple). Il y a des jours où je peux en faire 10 fois plus, et des jours où il faut que je reste tranquille car mon corps le commande.
Le burn-out m'aura appris ceci : la santé c'est tout ce qu'on a.

Alors j'essaie de m'organiser, j'ai un agenda papier sur lequel j'écris en liste ce qu'il a à faire, et je pioche dedans au fur et à mesure et selon l'humeur/la forme du moment. (Par exemple : si je suis malade, et que je ne peux pas bosser sur qqchose de compliqué, je peux toujours passer des coups de téléphone, et j'avance quand même)

Pour ce qui est de trouver un travail qui tienne compte du zèbre et de l'après burn-out, ça je ne m'en fais pas pour vous.
On est zèbre, c'est intrinsèque il n'y a même pas à réfléchir sur le type de poste/de travail pouvant convenir à un zèbre. Vous êtes vous, avec vos préférences, avec votre vécu.
Je vais parler pour moi : j'étais salariée, avec pointage et tout le tralala de supérieurs qui viennent vous solliciter 10 fois par jour alors que vous avez votre boulot à faire, et qu'en plus de ça la boîte dans laquelle vous êtes est complètement pourrie de l'intérieur et mensongère au niveau des valeurs qu'elle prône.
-> J'ai compris après ça que je ne peux plus être salariée, que je ne peux pas faire des choses qui ne correspondent pas à moi, à mes valeurs simplement parce-qu'on me demande de les faire, je ne peux plus pointer, je veux choisir moi-même mes horaires et mes actions. Et je pense que c'est là le grand changement : c'est le point de vue, la façon de concevoir sa vie qui change.
Et même si j'accepte aujourd'hui encore de me plier à certains horaires, c'est parce-que je l'ai CHOISI, c'est là toute la différence (bon il ne faut pas que ça dure trop longtemps non plus hein Wink)

Dodie, je pense qu'on ne peut pas retourner à la case départ. Et si ça arrivait on le pressentirait forcément, à l'intérieur ça va bouillonner dans les tripes comme un avertissement.
Quand tu parles d'un "vrai" ou d'un "faux" changement, je pense que la peur de ne pas avancer est toujours présente.
Quand il y a un changement, il y a toujours une évolution même minime, même si elle ne t'apporte que l'idée de ne plus aller dans telle direction. C'est ce qui nous fait avancer.
avatar
fleur de canard
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 80
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par delf le Mer 13 Juin 2018 - 17:47

Bonjour,
Pour ma part, je fais un burn out.  
En arrêt depuis 7 semaines, j'ai lu plusieurs livres sur le burn out, et suspecté un Haut Potentiel.

Maintenant que je sais pour le HPI, je comprends mieux, tout devient limpide, j'ai pu déceler certaines causes de mon burn out, et surtout comprendre que pour un HPI c'est normal de se comporter comme ça:

- j'ai un besoin maladif de reconnaissance, et l'envie que tout le monde m'aime ou m'accepte -> ce qui entraîne : ne jamais dire non, être trop perfectionniste, vouloir être une employée/femme/mère/maîtresse de maison/cuisinière/jardinière/amie parfaite -> éléments qui ont entraîné une surcharge de travail pro et perso et m'ont conduit au burn out

- je  me suis surinvestie dans mon travail parce que ça a un sens pour moi, je trouve que c'est important, je me sens investie d'une mission (je travaille dans la protection de l'environnement) et puis contrairement à beaucoup de témoignages que j'ai lu, moi je m'éclate dans mon travail, je suis autonome et je peux utiliser ma créativité et répondre à mes curiosités personnelles. MAIS, j'ai compris maintenant que je dois exprimer ma créativité de préférence en dehors de mon travail et surtout l'exprimer pour moi et moi seule, pas pour être reconnue de je ne sais qui!,  sinon j'en fais trop, je fais trop d'heures au boulot, je m'épuise à cuisiner des gâteaux pendant trois jours pour un anniversaire, je stresse de ne pas terminer à temps. Mais ces beaux conseils, c'est plus facile à dire qu'à faire.....

- je comprend que j'ai crée ce masque /  ce surmoi pour être acceptée par les autres, parce que à force d'être rejetée, j'ai cru que ma personne ne serait jamais acceptée. Mais que si je m'investissais dans des tonnes de trucs, si je faisais tout ça, je serais acceptée.

Aujourd'hui, avec le burn out et l'acceptation de ma douance, toute ma façon de vivre, et mon identité s'écroulent. Je ne sais plus qui je suis, et si ce que j'aimais faire avant, je l'aimais vraiment ou si je le faisais uniquement pour me faire accepter. ..
Aujourd'hui je vois ça comme une chance, d'avoir fait ce burn out, ça m'a permis de découvrir ma douance, lever le voile sur qui je suis au fond. D'avoir une chance de rattraper le tir et de ne plus continuer ma vie droit vers le mur!
Mais c'est dur. Dur de pas savoir où tu vas, combien de temps tu seras encore incapable de travailler, honteuse et dépressive, dur de faire la part des choses entre ce qui est vraiment toi et ce qui est le masque.

J'ai essayé de chercher sur le forum si certains d'entres vous ressentent ces mêmes chose vis à vis du masque et comment vous avez fait pour découvrir votre vrai Moi. Si vous avez des pistes, n'hésitez pas à me les donner. Merci.

Concernant le burn out : le livre de Cécile Bost, Surdoués : s'intégrer et s'épanouir dans le monde du travail  est intéressant et donne des pistes. Mais encore une fois, ce n'est pas parce que je sais ce que je dois changer, que c'est facile de l'appliquer!
Je ne sais pas si mon témoignage vous éclairera, j'espère revenir bientôt avec des réponses, pour moi-même et pour ceux qui sont dans ce même état de latence, de recherche, de flou.

delf
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 17
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 32
Localisation : alsace nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Fika le Mar 19 Juin 2018 - 19:00

Bonjour,

j'ai lu rapidement vos post, et cela me parle beaucoup car je viens d'éviter ( enfin j'espère) un burn out à mon travail. Comme Delf, je suis passionnée par mon travail (je travaille dans une ONG) et j'adore ce que je fais. J'ai voulu montrer que je pouvais faire bien et beaucoup, et je crois que ma curiosité naturelle m'a poussé dans un engrenage sans fin : toujours vouloir de nouvelles choses (merci les zèbres...), par peur de l'ennui. Ce qui fait qu'un jour j'ai réalisé que je n'avais même plus de temps de partir en vacances. J'étais écrasée par le poids de mes tâches et surtout le sentiment de mal faire. Alors je me suis mise à douter de mes capacités et c'est là où j'ai craqué à la moindre petite remarque sur mon travail...

Hypertension, perte de sommeil et de poids plus tard, mes supérieurs ont entendu mon appel au secours et un poste va être créer pour me décharger. (car je réalisais 2 métiers en fait). Et pourtant...

Une part de moi est soulagée d'avoir été entendue, mais, une autre part de moi est inquiète, et je me réjouis à moitié. Je me dis que c'est un echec, je n'ai pas réussi à concilier les deux. Que je vais m'ennuyer au final. Qu'on verra que je suis moins bonne dans les missions que je conserve. Que je n'y arriverai pas. Que je vais regretter. Qu'on trouvera que je ne sers à rien. Que l'autre personne sera mieux. Mais surtout cette horrible spectre de l'ennui qui me hante... C'est terrible car j'étais mal physiquement et même avec une solution, et bien ça me bouffe. Je me dis que je suis nulle d'abandonner là où d'autres auraient réussi. J'en fais de la tachycardie ...

Suis-je pas assez forte ?

Je trouve cela tellement contradictoire et ça me fatigue de ne pas me comprendre. Pensez-vous qu'il est possible de lutter contre ces angoisses ?

Merci et bonne soirée à tous
avatar
Fika
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 12/07/2017
Age : 31
Localisation : ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par delf le Jeu 21 Juin 2018 - 9:26

@Fika

Pour être encore dedans, et pour avoir lu pas mal de choses sur le burn out et sur les HPI ces dernières semaines, je pense que, au final, c'est une bonne chose pour vous. Que vos patrons aient pris conscience de la trop grande tâche confiée. Vous l'avez dit vous même : vous faisiez le travail de deux personnes! Ce n'est ni juste pour vous, ni pour les autres!

Alors oui c'est sûr, il faut faire le deuil de ce que vous pouviez faire avant. Mais c'était avant.
Oui, vous allez peut être vous ennuyer un peu plus dans votre travail.... Les livres que j'ai lus, disaient que pour les HPI, trouver d'autres occupations cachées pour ne pas s'ennuyer au travail était assez courant. Juste pour donner un exemple que je trouvait drôle et plutôt inspirant : une jeune femme qui remplissait les rayons d'un supermarché, hyper in-intérressant pour elle. Elle le contrait en écoutant des cours de philosophie! Personne ne sait ce qui se cache derrière ses écouteurs ! Elle pouvait ainsi s'adonner à sa passion et curiosité, tout en travaillant!

Ne pas prendre cela comme un échec, mais au contraire, l'occasion d'avoir enfin ouvert les yeux sur une situation qui n'était pas juste, et pas vivable ! (Pas le temps de prendre de vacances  Shocked !!! J'ai fait ça aussi.... Sad ). L'occasion de se reposer et de se re-poser des limites correctes, durables.
En parlant de durable, je travaille dans l'environnement, vous dans une ONG -> ce n'est pas parce que c'est important à nos yeux, que ces missions doivent être plus importantes que nous ! Connaissez-vous la fable du colibri de Pierre Rabhi? (sinon regardez dans votre moteur de recherche favori) : chacun doit faire sa part de colibri. Mais j'ai l'impression, que nous, les HPI, on est des cerfs (ou des zèbres..... lol) , qui penseraient avoir la capacité d'un éléphant ! Oui un cerf c'est très fort, c'est capable de beaucoup, mais le cerf ne peut pas sauver la forêt à lui seul. Je crois que c'est un peu la dérive de travailler dans un secteur ou le sens est très fort et important (éducation, social, humanitaire, environnement, etc...).

Je pense que c'est facile à dire, mais vous ne devriez pas vous sentir nulle, mais plutôt courageuse de regarder en face vos capacités, et dire stop, je suis allée trop loin. C'est dur à admettre, c'est dur de changer de façon de faire...... Mais JE SUIS PLUS IMPORTANTE QUE MON TRAVAIL, et JE NE SUIS PAS MON TRAVAIL.

Vous dites être nulle d'abandonner là où d'autres auraient réussi. Concrètement, qui dans votre boulot est capable de faire ce que vous avez fait jusque là??? Je suis sûre que (si vous regardez honnêtement hein?!) vous ne trouverez personne.
Vous êtes exceptionnelle, et vous méritez de vous épanouir dans votre travail, certes, mais aussi chez vous, tous les jours, et pendant vos vacances !

Votre gros travail maintenant, à mon avis, c'est de trouver des astuces pour ne pas vous ennuyer, et donner le change à vos supérieurs.
Quelques idées glanées de ci de là :
- faire des milliards de pauses (puisque les HPI travaillent plus vite, ça permet de maintenir un écart raisonnable avec les collègues), ou se donner la possibilité de faire du rangement une fois par jour (et laisser son esprit un peu vagabonder...) car il y a toujours des trucs à ranger quelque part..... et on ne pourra pas vous dire que vous glandez!
- demander un mi-temps thérapeutique (reprendre en douceur, et vos collègues prendront conscience que vous êtes fragile, qu'il ne faut pas trop vous pousser),
- prendre des RDV à l'extérieur vers la fin de journée, et rentrer plus tôt à la maison
- trouver des passions/occupations qui nous donne envie de rentrer à la maison ("désolé les collègues, je peux pas, j'ai aqua-poney le mardi!" lol) -> S'investir, s'épanouir aussi ailleurs que dans le travail en fait!
- l'idée d'écouter des cours ou des podcast avec ses écouteurs est assez séduisante je trouve.....

Pour le perfectionnisme maladif (dont je fais preuve), je n'ai pas encore de conseils à vous donner..... pas encore résolu pour moi!

En tout cas, COURAGE à vous !!!

delf
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 17
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 32
Localisation : alsace nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Jeu 21 Juin 2018 - 10:37

Like a Star @ heaven
avatar
Miss aux yeux arc-en-ciel
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1006
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 99
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Re: le BURN OUT, vous avez déja vécu ?

Message par Fika le Jeu 21 Juin 2018 - 18:41

Merci, merci du fond du coeur cher @Delf, pour vos mots et votre bienveillance. J'espère que vos mots toucheront également d'autres zèbres qui ont peur de leur ombre et parfois de leurs rayures.

Merci.
avatar
Fika
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 12
Date d'inscription : 12/07/2017
Age : 31
Localisation : ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum