Equus grevyi se présente

Aller en bas

Equus grevyi se présente

Message par Equus grevyi le Dim 20 Jan 2019 - 13:04

N.B.: Cette présentation est approximativement un copier-coller de celle présente sur Asperansa.

Salutations à vous tous, camarades !

Alors, du coup, bonjour, je me présente :
Je m'appelle Equus grevyi — du moins c'est mon pseudonyme, qui en passant est aussi celui que j'usite sur Asperansa (un forum cette fois-ci axé sur les TSA) — j'ai √225 ans (oui) et j'ai été diagnostiqué THPI à l'âge de √25 ans (j'ai mis les âges sous forme de racines carrées pour souligner la ressemblance entre 225 et 25 qu'on ne retrouve guère dans 15 et 5), suite à la demande de la maîtresse qui tint à me faire passer un test de Quotient Intellectuel ; elle voulait me faire passer l'année de CP à cause de mon avance par rapport à la classe dans certains domaines. Resultat : QI au delà de la moyenne (je n'ai point envie de faire usage d'adverbes tels que "largement" ni de mentionner le score exact afin de ne pas blesser certains lecteurs), la courbe de Gauss n'a qu'à bien se tenir ! Depuis, mon père à quelques reprises (entre 2 et 4 si je ne m'abuse) recroisa la psychologue — que nous appellerons ici Mme Fabienne par souci de préservation de son identité — m'ayant fait passé le test, apparemment (d'après ce que mon géniteur m'en a rapporté) racontant souvent à ses clients qu'un de ses clients (moi) à passé son test de QI allongé sur son bureau (et pourquoi pas ?). D'après mes souvenirs plus ou moins flous suite à de petites et partielles amnésies, j'étais malade ce jour-là — tout simplement du stress, peut-être ? Non, je pense plutôt à une maladie de type gastro-entérite ou à un mal de ventre continu... Quoi qu'il en soit, d'après ce que m'a rapporté ma génitrice, le test était destiné aux enfants à partir de 6 ans (j'étais légèrement trop jeune pour le passer, mais je l'ai passé quand même)...

J'ai vu plusieurs psychologues (j'ai été suivi juste après mon diagnostic de THPI si je ne dis pas de bêtises, le plus long suivi ayant été fait avec une psychologue d'une vingtaine à une trentaine de minutes de chez moi, je ne me souviens absolument plus d'elle excepté que son cabinet est à Saint-Machin et que souvent apres ou avant (je ne me souviens plus) le rendez-vous j'allais au MacDonald's avec mon géniteur, et que dans la salle d'attente où d'ailleurs je n'ai pas le souvenir d'avoir beaucoup eu à attendre il y avait un livre du Prince de Motordu, et le fait d'évoquer ces deux derniers souvenirs me réveille une quantité gargantuesque de détails), un pédopsychiatre (pour mes tics rendondants et encombrants (j'en ai toujours autant, voire plus, mais ils se remarquent significativement moins)), et même un psychomotricien (je ne l'appréciais pas vraiment, de toute façon je n'eût qu'une séance avec lui : d'après lui j'étais aussi praxiphore qu'une personne moyenne, alors que mes difficultés motrices (manque de coordination, de synchronisation, de réflexes, je ne savais et ne sais toujours pas courir sans finir la tête par terre tous les 50 mètres (pas d'hyperbole ni d'ironie ici)) étaient pour moi éminemment remarquables) ou encore une hypnotiseuse ericksonnienne (qui a par la suite et si je me souviens bien, puisque tout échouait, conseillé à ma mère pour moi des livres de mandalas, qui d'ailleurs me demanda si je voulais les garder il a de cela une à trois semaines car on déménage et on n'emmène pas tout) et aussi une tonne de psychanalystes (là, c'était une blague : eh oui, la brièveté de mes écrits n'a d'égal que mon humour)!

Mon dernier rendez-vous avec un psychologue (d'ailleurs, ça me fait penser : quand j'étais petit, enfin plus petit car astheure je suis jusqu'à preuve du contraire toujours aussi jeune, je croyais que les psychologues étaient forcément des femmes et les psychiatres indubitablement des hommes...) date d'août ou septembre, mais je ne me vis point avoir d'autres rendez-vous avec lui, voyez-vous : je n'arrivais même pas à le regarder dans le visage (je m'explique : d'habitude je n'arrive déjà pas à regarder droit dans les yeux, en fait, quand j'essaye, mon regard se détourne instantanément et je ressent un frisson singulier que je déteste à un haut point suivi d'un regret instantané (je ne sais point si ce que je viens de dire est compréhensible et limpide, j'ai des difficultés à décrire cette émotion mais je pense et espère ne pas être le seul et à l'éprouver et à en éprouver) du coup je regarde une autre partie du visage, en général la bouche, mais quelquefois le nez ou les sourcils (surtout quand l'interlocuteur exhibe un monosourcil) sinon je reçois la remarque, la fameuse remarque : "Regarde-moi quand je te parle !") ; c'était — à ma connaissance — un psychologue spécialisé dans les enfants et adolescents à HPI.

Durant ma scolarité post-saut de classe, j'ai été assez rapidement exclu, du coup, après pléthore d'efforts, j'ai commencé à jouer avec un petit groupe de fille, même si je n'appréciais pas particulièrement leurs jeux, puis, je ne sais guère plus comment, mais ça s'est arrêté progressivement... À cet époque époque-là, je me suis fait un copain — que l'on appellera Mohammedou afin de préserver sa véritable identité — qui habitait (et habite toujours) à deux maisons de chez moi, car j'habite dans un lotissement perdu dans une petite commune (que l'appelerai par la suite Triffouillis-les-Vaches) de campagne du vignoble du Muscadet (d'ailleurs je déménagerai en février, si tout se passe bien, dans un village encore plus paumé, encore plus dans la campagne). Nous nous fûmes par la suite un autre copain, que l'on appellera Pierrot pour préserver son identité, et qui habitait et habite d'ailleurs toujours la maison en face de celle de Mohammedou ; nous jouions aux cartes Pokémon tous les trois. Et puis plus le temps défilait, moins j'avais envie de ou plutôt ne réussissais point à les voir... Même si Mohammedou fût dans le même collège que moi, je ne lui ai guère plus reparlé. Revenons encore un peu en arrière, à l'école : j'en vint donc à traîner tout seul, avec pour seuls amis les poteaux de la cour du midi - il y en avait trois que je préférais, je leur faisait des câlins (pourquoi donc ?), tournait autour d'eux et m'y balançait grâce à mon écharpe... À cette période-là, je commençai à avoir de tics — beaucoup de mouvements bizarres, brutaux et lourds (notamment mon bras qui partait), et des
mimiques de la face (contraction des muscles nasaux) — ou plutôt : me parents commençaient à remarquer que j'avais mes tics... J'en ai d'ailleurs toujours.

J'ai toujours adoré démonter des appareils électroniques, ainsi je me suis découvert une monomanie pour la robotique que j'ai pratiquée en club de 9 à 13 ans, et qui m'intéresse toujours autant.

Ensuite vint le collège, pire époque de ma vie que ma mémoire à préféré — à raison — oublier partiellement (et c'est tant mieux). Harcèlement, solitude, rejet... L'enseignement ne m'était plus guère adapté et les autres commençaient à perdre leur aspect enfantin, à suivre des modes, ect. Ce monde n'était pas fait pour moi. Je n'attendais que les accalmies (vacances) et surtout, surtout l'aube d'un lendemain plus prometteur (l'entrée au lycée). Plus le temps passait, plus je me morfondais, mais je me disais que je me rapprochait du lycée. Fin de troisième, grosse dépression (que ma famille ne remarqua point), mais pour m'encourager je me comptais le nombre de mois, de semaines, de jours, de secondes avant la fin... Finalement j'ai réussir à tenir, mais de justesse, surtout grâce au CDI (médiathèque du collège) qui me permettais de retrouver ma bulle pendant la longue, très longue pause du midi, et au fait que j'ai commencé à faire de la musique, à dessiner, surtout que le dessin m'attirai la sympathie et l'intérêt de quelques personnes, moi qui était insignifiant depuis le début du collège.

Ensuite vint le lycée (pour moi, les vacances font partie intégrante du domaine de l'onirique, je ne les prends donc pas en compte), je fait de gargantuissimes efforts d'intégration — et ça paye ! Malgré mes différences quelques personnes vont m'aider à évoluer, et celles qui ont réussi à me supporter sont maintenant mes amis (j'en ai cinq)!

Le collège m'a tout de même laissé des séquelles, puisque j'ai perdu toute capacité à exprimer mes sentiments, comme si je m'étais enfermé dans une coquille, que je suis astheure en train de briser. Il me manque surtout plantureusement de codes sociaux : comment s'habiller, se tenir, ne pas être trop franc trop spontanément, comprendre certaines formes d'humour (aujourd'hui encore je prends (trop) souvent des palabres au pied de la lettre), paraître normal, se faire des amis... Mais j'ai l'impression que ce manque de codes sociaux ne vient peut-être pas du collège mais justement de moi... Même mon petit frère, qui a quelques années (je ne me souviens plus combien) de moins que moi, même lui comprend mieux que moi ces codes universels. Du coup je me dis qu'il ne faut pas reporter la faute sur le collège, ni même sur les problèmes que j'ai pu avoir étant enfant. C'est peut-être mes différences qui font que je ne comprends point ces codes (ma foi fort illogiques) que tous les autres connaissent sans pourtant ne les avoir appris...

J'ai donc mis cette incompréhension sur le dos de mon THPI. Mais, suite à mon inscription récente (il y a un peu — moins d'un mois) sur ce forum, j'ai pu discuter et observer la façon dont les autres zèbres interagissaient. Quelques-uns présentaient des TSA. Il me rappelaient un peu moi dans leur façon de communiquer et de penser... C'est là qu'est venu le commencement de la suspicion d'un possible TSA chez moi. Plus j'approfondis, et plus je vois que ce profil me ressemble. Effet Barnum ? Ou peut ai-je juste quelques traits autistiques se justifiant par mon THPI ? Je me suis donc inscrit sur Asperansa.

Mon autobiographie est désormais finie, désolé pour les ellipses, parenthèses, anachronismes, approximations, fautes ou autres...

Je suis relativement fatigué donc je vais conclure en citant quelques troubles/caractéristiques/pensées qui me paraissent plus ou moins importants :
- J'aime les arts de tout acabit — dessin, animation, peinture, musique, création d'instruments, de bédés, écriture, etc.
- Je suis à l'internat à Nantes
- J'ai des insomnies chroniques
- J'ai des lunettes car je suis photophobe (hypersensible à la lumière)
- Je n'arrive pas à m'habituer aux lunettes
- Je suis végétarien depuis mes 7 ans (conviction empathique)
- J'hésite pour mon orientation professionnelle
- Je suis actuellement en classe de 1°S-SI
- Je ne sais pas lire l'heure avec aiguilles, confond ma droite et ma gauche
- Je suis perpétuellement hors-sujet
- Je pense fortement avoir un TDAH également

Bonjour/Bonsoir à vous tous ! Smile

Et encore désolé pour les nombreuses fautes d'orthographe, de syntaxe, etc.
Equus grevyi
Equus grevyi

Messages : 6
Date d'inscription : 07/11/2018
Age : 15
Localisation : dans la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Equus grevyi se présente

Message par Maxim le Lun 28 Jan 2019 - 17:33

Bienvenue!
Chouette présentation! Le site possède un nombre relativement important de sujets parlant de thpi/thqi, de tsa, tdah et a même une section ado. Ca part un peu dans tout les sens mais c est cela qu on aime n est ce pas? En espérant que tu y trouves ton bonheur.
J envie ton interet pour l electronique! C est un talent que j aimerai beaucoup avoir malheureusement mon prof de physique m a perdu au moment où j ai appris que le sens du courant (conventionnel) était dans le sens opposé du mouvement des électrons Perplexe et puis l électricité me fait plutot peur.
"Je ne sais pas lire l'heure avec aiguilles" ca me rappelle que j ai eu relativement difficile à apprendre à lire l heure sur une horloge^^.

Tombé un peu "par hasard" sur le site rien ne prouve que je sois hqi, tsa ou quoi que ce soit cela dit je me devais de souhaiter la bienvenue à un autre sélénite (terme que je découvre à l instant^^).
L introspection ne peut pas faire de mal n est ce pas?
Bonne découverte!
Maxim
Maxim

Messages : 216
Date d'inscription : 20/04/2016
Age : 36
Localisation : Dans la lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Equus grevyi se présente

Message par Equus grevyi Aujourd'hui à 2:23

Merci pour ton accueil, camarade sélénite !

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Equus grevyi
Equus grevyi

Messages : 6
Date d'inscription : 07/11/2018
Age : 15
Localisation : dans la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum