[Hesper]

Aller en bas

[Hesper]

Message par Hesper le Dim 6 Jan 2019 - 9:50

Bonjour à tous,

J'arrive sur la pointe des pieds ; un peu désespérée mais toujours souriante.
Jeune enseignante en Lettres, j'essaie de me débarrasser de mes dernières bribes de cynisme pour retrouver la bienveillance enfantine, d'autant plus que je suis une optimiste chevronnée... mais continuellement dans l'empathie. Trébuchements sur trébuchements... J'arrive ici. Passionnée par la sémantique.
Je peine à nouer des liens solides avec mon entourage. Souvent, la corde est bien plus épaisse de mon côté et se brise sur les talus de l'Autre. Soif d'Idéal. Soif d'intellect.
Montherlant, Léon Bloy, Musil, Paul Valéry, Corbière, Baudelaire [...] sont les amitiés restantes.
Puisqu'il me reste l'écrit, espérons que je sois la bienvenue pour sortir de ma thébaïde.

Bien à vous.
Hesper
Hesper

Messages : 3
Date d'inscription : 06/01/2019
Age : 28
Localisation : Vers Paris.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hesper]

Message par Fleur de Lotus le Dim 6 Jan 2019 - 10:05

Bonjour Hesper, bien que membre active sur ZC depuis un moment, je ne participais plus guère, étant retombée bien malgré moi dans ce cynisme dont tu parles (à cause de ZC en grande partie).

Pourtant ce matin je me disais justement que je devrais au moins reprendre mon fil d'écriture, écriture qui m'a toujours sauvée et me sauvera encore certainement de ce fatalisme qui ne me ressemble pas du tout, optimiste chevronnée comme toi (certains disent même béate ou naïve ou conne, selon leur degré de scepticisme).

Je profite de ton arrivée pour reprendre pied dans ce lieu en te souhaitant la bienvenue et te confirmer que, même s'il n'y a pas que du bon ici (bah oui, cela reste humain...) il y a moyen pour toi de sortir de cette thébaïde que j'avais oubliée et que j'adopte pour mieux en sortir...  Wink
Fleur de Lotus
Fleur de Lotus

Messages : 798
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hesper]

Message par Hesper le Dim 6 Jan 2019 - 10:14

Sourire. Merci Fleur de Lotus.

Je n'ai jamais réellement fréquenté les forums, les tchats... Je crois normalement à la valeur de l'épistolaire, mais surtout aux liens tissés en face à face. A titre d'exemple, j'imagine ton éthos en écrivant, je t'imagine fumant une cigarette. Bref, mon imaginaire s'emballe. J'ai besoin d'un certain cadre réel pour me sentir en phase avec le sensible.
Je vais tenter de rester ici quelques temps, malgré la pile de copies qui m'attend. Sourire.
Hesper
Hesper

Messages : 3
Date d'inscription : 06/01/2019
Age : 28
Localisation : Vers Paris.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hesper]

Message par Fleur de Lotus le Dim 6 Jan 2019 - 10:36

Devant la pile de copies (du français qui n'en a plus ni la saveur ni même le sens depuis quelques années maintenant, et cela va de pire en pire, mais c'est un autre débat), une pile  dont la hauteur ne diminue pas assez vite à mon goût, je te lis en souriant car, non, je ne fume pas.

Si tu veux m'imaginer, sache que je fais toujours plusieurs choses en même temps, c'est ce qui me permet de rester vivante.

Donc là... je joue à World of Warcraft, c'est impératif lorsque je corrige ces copies d'étudiants en BTS qui ne savent pas pourquoi ils sont là (et me posent un véritable problème de sens dans mon quotidien professionnel).

Tout en même temps, je te réponds, j'écoute de la musique sur une liste Spotify qui s'intitule Lazy week-end, je pioche sur Facebook (que j'ai réouvert pour devenir membres des zèbres lyonnais, moi qui avait juré devant tous les grands dieux et même les petits que jamais plus je ne retournerai sur cette plateforme !) des vidéos que je regarde et poste ici sur les fils ad-hoc si elles me semblent intéressantes, et puis j'ai mon petit "carnet de notes" numérique où j'ai recommencé depuis une heure à poser mes pensées du moment.

Et... je discute sur le jeu avec celui qui partage cette vie virtuelle pas ordinaire mais nécessaire à mon équilibre.
Fleur de Lotus
Fleur de Lotus

Messages : 798
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hesper]

Message par Hesper le Dim 6 Jan 2019 - 10:54

Sourire. Encore une fois merci.

Je fais toujours plusieurs choses en même temps, je dois bien l'avouer.
Je corrige des écritures d'invention (qui disparaissent l'année prochaine. Tristesse quasiment irréparable qui diagnostique une traversée absurde dans le matériel), j'écoute Dead Can Dance ("Summoning of the Muse" pour être précise, en boucle, car j'ai l'iris qui se colle sur la belle cape rouge de la dame. Un clip réalisé par je ne sais qui, reprenant des images de l'adaptation du Moine de Lewis. La cape rouge...). Je ne fume pas non plus, j'essaie d'arrêter. Je vapote. J'écris également à un ami qui a décidé de me rayer de sa vie, car je prenais une place trop imposante pour sa femme. C'est frais, douloureux. Je regarde le gars au balcon qui plante des graines [?] sous la pluie avec un sweat bleu. Je ne m'ennuie jamais, mais je sens une espèce de carence.

J'habitais à Lyon avant ma délocalisation en région parisienne. Lyon, me manque.
Hesper
Hesper

Messages : 3
Date d'inscription : 06/01/2019
Age : 28
Localisation : Vers Paris.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hesper]

Message par MoojiKadja le Mer 9 Jan 2019 - 2:47

Bonjour et bienvenue parmi nous, Hesper !

J’aimerais pouvoir prendre le temps de saluer poliment chacun des nouveaux arrivants, mais d’une part, je n’ai pas l’énergie et le sens commun pour ça ; et d’autre part, rare sont les présentations qui m’inspirent cet élan de bienséance zélée dont je vais témoigner là, en commentant dans le détail tes interventions hors du commun :

Hesper a écrit:J'arrive sur la pointe des pieds ; un peu désespérée mais toujours souriante.

D’emblée, j’aime beaucoup ce parti-pris humble et délicat de ton entrée en matière – en matière sensible, le comprend-on ainsi sans délai.

Hesper a écrit:Jeune enseignante en Lettres, j'essaie de me débarrasser de mes dernières bribes de cynisme pour retrouver la bienveillance enfantine, d'autant plus que je suis une optimiste chevronnée... mais continuellement dans l'empathie. Trébuchements sur trébuchements... J'arrive ici. Passionnée par la sémantique.
Également passionné par le sacro-saint Verbe (« Au commencement était… » – élémentaire, mon cher Jean ! Papy ), je dirais, pour ma part, que je suis d’un pessimisme joyeux que rien ne peut durablement entacher. Surtout, comme toi, je prise ce retour à l’enfance, continuellement, pour mieux cultiver ma propension à l’étonnement, voire à l’émerveillement – je suis un privilégié, pour ça. Nous le sommes, n’est-ce pas, nous qui sommes (sur)doués pour assumer et encourager notre inner child, cet enfant intérieur qui est telle une lumière vivante « que chacun porte en soi,
et que tout le monde étouffe pour faire comme tout le monde. » :
Lueur du cœur,
Lueur de l’amour –
Lueur...
Oh, il faut la poursuivre, cette lueur aveuglante !
Elle existe,
Elle crève les yeux ;
Mais s’il faut que les yeux crèvent pour tout voir :
Crevez les yeux.

— Jacques PRÉVERT, Lumières d’Hommes (in Soleil de nuit)

Hesper a écrit:Je peine à nouer des liens solides avec mon entourage. Souvent, la corde est bien plus épaisse de mon côté et se brise sur les talus de l'Autre. Soif d'Idéal. Soif d'intellect.
Montherlant, Léon Bloy, Musil, Paul Valéry, Corbière, Baudelaire [...] sont les amitiés restantes.
Puisqu'il me reste l'écrit, espérons que je sois la bienvenue pour sortir de ma thébaïde.

Je souhaiterais tellement que ma propre thébaïde (merci pour l’acquisition lexicale que tu me permets là ! Amour ) en soi proprement une, et non pas cette antre encerclée par la grimace d’une urbanité froide et oppressante, cette agitation alentour qui exaspère mon sentiment d’insécurité plus sûrement que ne le ferait une retraite isolée aux confins du monde, où le seul risque vital incarné par le grizzly ou je ne sais quelle menace naturelle me serait plus doux que cet incessant climat délétère, ce sentiment d’aliénation qui ne me lâche plus. Mon ascèse est martyrisée par cette maudite cité impossible à occulter…
Mais je m’emporte, pardon !

Montherlant, Léon Bloy, Robert Musil (qui a parfaitement décrit, dans son chef d’œuvre, mon ancien métier si dénué de qualités intrinsèques : bibliothécaire), Paul Valéry… Je les fréquente, moi aussi, assidûment, suavement, même. Je noircis mes carnets de leurs fulgurances. Bloy, justement : « Quand une personne qui se croit importante se présente devant vous, demandez-lui d’abord où est sa douleur. »
Ce qui est pratique avec les modestes léchant leurs plaies telles que toi, c’est qu’on a pas besoin de les interroger de la sorte : leurs failles (celles qui laissent passer la lumière de l’intérieur vers l’extérieur) sont magnifiquement visibles, évidentes et palpables, même. Merci pour ta touchante transparence, si contagieuse.


Hesper a écrit:Je n'ai jamais réellement fréquenté les forums, les tchats... Je crois normalement à la valeur de l'épistolaire, mais surtout aux liens tissés en face à face. A titre d'exemple, j'imagine ton éthos en écrivant, je t'imagine fumant une cigarette. Bref, mon imaginaire s'emballe. J'ai besoin d'un certain cadre réel pour me sentir en phase avec le sensible.
Je vais tenter de rester ici quelques temps, malgré la pile de copies qui m'attend. Sourire.
Cela fait maintenant longtemps (plusieurs années que je m’efforce de renoncer à ce forum déceptif (qui a vocation à décevoir), mais mon intérêt est sempiternellement relancé par des afflux qualitatifs tels que celui-ci : ton inscription réjouissante, ta sensibilité déclinée au fil de posts élégants et soignés, bien balancés, entre éloquence gracieuse (souriante) et suggestive puissance narrative (on parle encore de storytelling), comme elle s’exprime joliment dans ce fragment évocatoire :

Hesper a écrit:Je fais toujours plusieurs choses en même temps, je dois bien l'avouer.
Je corrige des écritures d'invention (qui disparaissent l'année prochaine. Tristesse quasiment irréparable qui diagnostique une traversée absurde dans le matériel), j'écoute Dead Can Dance ("Summoning of the Muse" pour être précise, en boucle, car j'ai l'iris qui se colle sur la belle cape rouge de la dame. Un clip réalisé par je ne sais qui, reprenant des images de l'adaptation du Moine de Lewis. La cape rouge...). Je ne fume pas non plus, j'essaie d'arrêter. Je vapote. J'écris également à un ami qui a décidé de me rayer de sa vie, car je prenais une place trop imposante pour sa femme. C'est frais, douloureux. Je regarde le gars au balcon qui plante des graines [?] sous la pluie avec un sweat bleu. Je ne m'ennuie jamais, mais je sens une espèce de carence.
Je crois que si je prends à ce point temps et soin pour te souhaiter la bienvenue, c’est que ton beau pseudo me parle particulièrement cette nuit : Hesper, qui évoque bien évidement « Espère » ; et j’ai tant besoin d’espoir, ce soir… Je ne développerai pas ici – ce n’est pas l’endroit, que j’ai déjà bien phagocyté de mon nombril ; mais si tu es, à mon instar, encline à la correspondance (je l’ai notamment pratiquée, jadis, avec une amie dont la perte fut probablement aussi douloureuse que celle de cet ami dont on te prive là, deuil a fortiori terrible qu’il est injuste, indirectement imposé par un tiers – si toutefois j'ai bien compris scratch ), je t’invite à prolonger le dialogue en marge de cette place publique qui m’indispose si rapidement, désormais. Je précise à toutes fins utiles que mon cœur (enfantin) est déjà pris et que ma proposition se veut absolument désintéressée. L’objectif serait uniquement de créer un lien entre nos villes respectives, lesquelles figurent cet écartèlement lancinant que tu avoues là :

Hesper a écrit:J'habitais à Lyon avant ma délocalisation en région parisienne. Lyon, me manque.
Avec Fleur de Lotus et moi-même (puisque je suis et reste un véritable « gone » ! king ), il n’y a jusqu’ici que des Lyonnais pour t’accueillir, comme une ironie sympathique susceptible de t’interroger, oui, sur une rémanence de ta vie (ville) précédente, toujours vivace et pulsante, qui voudrait te rendre toujours plus nostalgique de ce que tu as pu/du laisser ici… Carences, rémanences, remembrances : autant de symptômes de notre belle impermanence.

Au plaisir de te lire encore, ici ou là !

PS : J’en termine avec une touche d’espoir, justement. J’ai récemment appris que Dawn Of The Iconoclast, l’un des morceaux épiques de cet album sublime, Within The Realm Of A Dying Sun, avait été samplé par Fergie (des Black Eyed Peas) sur son nouveau tube Hungry : https://www.whosampled.com/sample/435801/Fergie-Rick-Ross-Hungry-Dead-Can-Dance-Dawn-of-the-Iconoclast/

Réécoutons-le ici, pour accompagner ton inspiration mystique qui fait idéalement écho à la mienne, ce soir, tout aussi invocatoire :



[Et lorsque je dis qu’il y a, à mon sens, de l’espoir au regard de cet emprunt du mainstream à la musique indépendante, c’est parce que je trouve satisfaisant ce genre d’initiative, fussent-elles purement mercantiles, qui remettent en exergue des œuvres authentiques exigeantes, en leur faisant potentiellement rencontrer un nouveau public, plus jeune et novice. Et tant pis, tant mieux si cela prend parfois l’apparence d’un plagiat caractérisé, dont les répercussions vertueuses et autres bénéfices seront plus indirects et différés, comme ici : https://www.vanityfair.fr/culture/voir-lire/story/anne-teresa-de-keersmaeker-la-choregraphe-plagiee-par-beyonce-a-sa-retrospective/4318#1 ]
MoojiKadja
MoojiKadja

Messages : 243
Date d'inscription : 21/05/2017
Localisation : Avant « Je Suis »

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum