WAIS IV et Antidépresseurs

Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty WAIS IV et Antidépresseurs

Message par AMG81 le Jeu 3 Jan 2019 - 22:06

Aloha !

Après un paquet années d'errance, des sessions où on m'a diagnostiquée "dépressive contextuelle" "speed" "trop" etc... un jour où on m'a dit "et si tu te faisais tester ?". Me voici partie en quête d'un-e psy qui pourrait me faire passer le WAIS IV. Sauf que : depuis un an je suis sous Seroplex (10 mg). Et que j'ai eu plusieurs sons de cloches (soit de psychiatres, soit de psychologues) : attendez de ne plus les prendre cela fausse le test ou, oui mais on le prendra en compte dans les résultats (comment du coup ? je sais pas), oui mais en même temps si vous ne les aviez pas est-ce que vous seriez en mesure de passer le test ??
Toujours est-il qu'impatiente de savoir, je suis allée chez une psy clinicienne. Je lui ai dit être sous traitement. J'ai passé le test cet été. Mais au moment de la restitution elle m'annonce qu'elle ne se souvenait plus du fait que j'étais sous traitement. Bref. Je suis au final le combo classique QI Hétérogène, sous la barre des 130 (whouhou) avec, en conclusion cette phrase "Il n’est en revanche pas possible de conclure ou d’infirmer de manière sûre à l’existence d’un fonctionnement cognitif relevant du haut potentiel intellectuel dans son ensemble."

Voici le détail de mes résultats :

Indice de compréhension verbale
139 [130-143] à 95 %, percentile : 99,5
Similitudes : 16
Vocabulaire : 19
Information : 15
(Compréhension : 16)

Indice de raisonnement perceptif
102 [96-108] à 95 %, percentile : 55
Cubes : 10
Matrices : 13
Puzzles Visuels : 8
(Balances : 9)

Indice de mémoire de travail
106 [98-113] à 95 %, percentile : 66
Mémoire des chiffres : 12
Arithmétique : 10

Indice de vitesse de traitement
123 [111-129] à 95 %, percentile : 95
Symboles : 12
Code : 16

QIT : 124 [119-128] à 95 %, percentile : 95 (non significatif)
IAG : 125 [117-127] à 95 %, percentile : 95 (non significatif)

questions :
- quelqu'un a-t-il déjà eu des retours consolidés sur l'influence d'un traitement d'antidépresseurs sur les résultats des tests ? Les potos de chez Mensa ont l'air de le suggérer sur la page d'inscription à leurs tests maison. Je pense particulièrement, dans ce cas à l'IVT et à l'IMT. Me sens objectivement à la ramasse depuis un bail et bien moins vive que d'hab', avec une mémoire pourrie, ce qui d'ordinaire n'est pas mon cas. La psy a d'ailleurs noté un certain nombre de phases de déconcentration pendant le test.
- avec un écart aussi grand entre l'ICV (139) et l'IRP (102) qui m'étonne pas, j'ai jamais rien compris aux puzzles, quid du résultat global ? Ce fameux HP dans son ensemble ?
- quelqu'un peut-il me dire pourquoi ces seuils (125 en Belgique) et (130 en France) de HPI ne sont pas les mêmes ?

Merci bien !
AMG81
AMG81

Messages : 5
Date d'inscription : 03/01/2019
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par Lotophage le Jeu 3 Jan 2019 - 23:50

Bonjour AMG81,

Je ne suis pas du tout professionnelle en psychométrie, mais pour avoir beaucoup lu sur la question je peux t'apporter une réponse à ta dernière question.

Le consensus majoritairement retenu pour l'identification du surdon dans la plupart des pays à ce jour, et un seuil de QIT supérieur ou égal à 130 sur l'echelle de Wechler. Il ne s'agit pas d'un seuil "clinique" qui différentierait les individus selon un fonctionnement cognitif particulier, mais un seuil statistique de rareté (plus deux écarts-types par rapport à une moyenne théorique de QI de la population de référence, soit QIT=100), en miroir avec le seuil de déficience établit à moins deux éclats-types.

Le point de vue change selon certains auteurs ou pays. En France, le psychologue Jean-Charles Térrassier, spécialiste du surdon, retient le seuil de 125 qui, selon lui, serait pertinent compte tenu de la possibilité d'erreurs dans le calcul du QIT (La psychométrie n'est pas une science exacte et il peut, comme pour toute évaluation humaine basée sur des statistiques exister des biais ). Il évoque en particulier l'éventualité d'un QIT abaissé par des blocages psychologiques lors de la passation (manque de confiance, névrose d'échec, trouble anxieux, inhibition...) ou encore des troubles associés type THAD, troubles "dys", troubles sensoriels...

En Belgique, ils considéreraient qu'à 125 le décallage de fonctionnement avec le reste de la population est suffisant pour être pris en considération.

Ca se complique encore selon le profil des résultats des différents indices. Un profil homogène à 125, sans aucun indice significativement supérieur permetrait de conclure à des facilités dans tous les domaines mais sans surdon particulier. En revanche, un QIT à 125 hétérogène avec un ou plusieurs indices significativement supérieurs et les autres relativement abaissés, pourrait être en faveur d'un haut potentiel avec des troubles associés. C'est dans ces cas là que l'analyse du neuro/psychologue est indispensable pour conclure positivement ou négativement au surdon, selon la situation individuellle de la personne.

En fait, le WAIS est très loin d'être un test binaire. J'espère que ces quelques lignes te donneront des pistes de réflexion.

Sur un plan plus personnel, il n'y a que la personne qui t'a évaluée qui peut te répondre. Je te souhaite vraiment d'obtenir des réponses qui t'aident à te construire et à être en paix avec toi-même.
sunny
Lotophage
Lotophage

Messages : 823
Date d'inscription : 03/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par St'ban le Jeu 3 Jan 2019 - 23:56

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-ca-fait-peur-seule-dose-antidepresseur-impacte-cerveau-entier-55376/

http://img.medscape.com/images/826/248/826248_reprint_fre.pdf
St'ban
St'ban

Messages : 6117
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Belgium (Région Namuroise)

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par Invité le Ven 4 Jan 2019 - 0:39

je pense que les anti dépresseurs doivent avoir une influence sur le wais4

mais un bon wais4 est précédé d'une analyse du parcours de vie qui en dit bien plus qu'un simple test

et c'est souvent là qu'on peut trouver certaines clefs aussi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par AMG81 le Ven 4 Jan 2019 - 14:40

Punaise merci de vos réponses à tous les trois
Sympa ces petites revues médicales pas du tout anxiogènes :-) Nan sans dec’, c’est pas faute d’avoir exprimé à mes précédents psychiatres mes doutes sur le combo « ralentissement »/« concentration »... je voulais tenter un sevrage de toutes façons.
@lotophage en effet j’avais lu que le test pouvait mettre en lumière un trouble associé. Reste à présent à continuer l’investigation (joie !) espérant que cette fois-ci les choses soient un peu plus claires. Le plus fou c’est qu’en début d’année dernière un psychiatre avait un doute me concernant quant à un TDAH. Il ne cessait de me répéter que j’étais « très speed ». Il m’avait fait remplir via l’intermédiaire d’un confrère un questionnaire de 4 pages. Qui avait conclu à : ben non !
J’avoue être un peu usée de parcelliser les interlocuteurs pros, censés être briefés sur ce sujet. Ça peut paraître couillon et paradoxal mais, autant au quotidien je grince des dents lorsque l’on tente de me faire rentrer dans une case, autant là l’étiquette « HPI » m’aurait rassurée voire déculpabilisée d’être si souvent en décalage avec l’Autre. Absurdité quand tu nous tiens. Du coup je bloque sur ces satanés chiffres WAIS IV.
PS : ironie (mignonne), au moment où j’écris ce message je suis entourée de deux enfants THQI (pour le coup pas de doute les concernant) qui me rabâchent qu’ils sont convaincus que je suis comme eux :-)
AMG81
AMG81

Messages : 5
Date d'inscription : 03/01/2019
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par Hormé le Ven 4 Jan 2019 - 15:47

Au vu des résultats, il est possible qu'il y ait un TDAH (l'IMT inférieur) et/ou une dyspraxie visuo-spatiale (chute à puzzle par ex).

Mais la piste des antidépresseurs me semble quand même l'explication la plus directe et fiable (ce qui ne veut pas dire que c'est la bonne réponse).

Dans tous les cas, ton résultat en ICV montre clairement des capacités très au-dessus de la moyenne et il se suffit à lui seul à expliquer ton sentiment de décalage, ainsi (donc ?) qu'une partie de tes difficultés. En effet statistiquement, seulement 1 personne sur 200 ont fait au moins aussi bien que toi et 199 personnes sur 200 n'arrivent pas à atteindre ton niveau.
J'imagine que tu savais déjà ce que signifiait un percentile, mais c'est toujours bon de se l'entendre dire pour ne pas trop se retrouver pétrifié par un test, pourtant complexe et varié, que l'on résumerait très abusivement à "QIT<130" (et d'ailleurs non probant dans ton cas).  

ta psy a écrit:"Il n’est en revanche pas possible de conclure ou d’infirmer de manière sûre à l’existence d’un fonctionnement cognitif relevant du haut potentiel intellectuel dans son ensemble."
Cette phrase est quelque peu datée. Aujourd'hui l'idée d'un "fonctionnement cognitif [sous-entendu différent] relevant du haut potentiel intellectuel" est de plus en plus douteuse*. Les études sur des populations testées à grande échelle (comme les tests du service militaire israélien ou dans le second cycle aux USA) tendent à démonter plutôt un continuum qu'une différence qualitative quant à la manière de fonctionner.


*(Sur le sujet : Les surdoués Ordinaires de Nicolas Gauvrit, où il compile un grand nombre d'étude sur le sujet).
Hormé
Hormé

Messages : 968
Date d'inscription : 14/05/2017
Age : 35
Localisation : Entre Iliade et Odyssée

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par Lotophage le Ven 4 Jan 2019 - 16:11

AMG81 a écrit:Punaise merci de vos réponses à tous les trois
Sympa ces petites revues médicales pas du tout anxiogènes :-) Nan sans dec’, c’est pas faute d’avoir exprimé à mes précédents psychiatres mes doutes sur le combo « ralentissement »/« concentration »... je voulais tenter un sevrage de toutes façons.
@lotophage en effet j’avais lu que le test pouvait mettre en lumière un trouble associé. Reste à présent à continuer l’investigation (joie !) espérant que cette fois-ci les choses soient un peu plus claires. Le plus fou c’est qu’en début d’année dernière un psychiatre avait un doute me concernant  quant à un TDAH. Il ne cessait de me répéter que j’étais « très speed ». Il m’avait fait remplir via l’intermédiaire d’un confrère un questionnaire de 4 pages. Qui avait conclu à : ben non !
J’avoue être un peu usée de parcelliser les interlocuteurs pros, censés être briefés sur ce sujet. Ça peut paraître couillon et paradoxal mais, autant au quotidien je grince des dents lorsque l’on tente de me faire rentrer dans une case, autant là  l’étiquette « HPI » m’aurait rassurée voire déculpabilisée d’être si souvent en décalage avec l’Autre. Absurdité quand tu nous tiens. Du coup je bloque sur ces satanés chiffres WAIS IV.
PS : ironie (mignonne), au moment où j’écris ce message je suis entourée de deux enfants THQI (pour le coup pas de doute les concernant) qui me rabâchent qu’ils sont convaincus que je suis comme eux :-)

Bonjour AMG81,
Juste pour enrichir ta réflexion, il y a un petit "truc" qui me surprends dans tes résultats. Tu as une très bonne vitesses de traitement, nettement supérieure, ce qui me semble peu compatible avec la notion de ralentissement psychique, quelle qu'en soit l'origine (médicaments, dépression...ou autre). Cette "incohérence" mériterait d'être creusée avec un pro, a fortiori au vu de ce que tu vients d'écrire quant à ton côté "speed".
Perplexe
Lotophage
Lotophage

Messages : 823
Date d'inscription : 03/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

WAIS IV et Antidépresseurs Empty Re: WAIS IV et Antidépresseurs

Message par AMG81 le Ven 4 Jan 2019 - 20:30

@Hormé merci pour la réassurance (liée à l'ICV). Comme tu dis ça fait toujours du bien de l'entendre. En allant regarder les défs. de la dyspraxie je ris, mais je ris. En effet, ça fait des piges que je m'amuse à répéter que "je suis tellement maladroite que mes mains me gênent." Et là je me revois, à la vingtaine, passant des tests psychomoteurs pour un entretien d'embauche sur un PC datant de l'ex-bloc soviétique, où je devais actionner :
- une première manette permettant de faire se déplacer tantôt vers la gauche tantôt vers la droite une boule dans un labyrinthe ;
- une deuxième manette permettant de la faire monter ou descendre.
Les deux, en même temps.
Si la boule touchait les bords ça sonnait comme dans le jeu Docteur Maboul (je vous parle d'un temps...). Bref, dois-je spécifier que le bazar sonnait tout le temps, à chaque fois ? J'étais tellement agacée que j'en ai rendu mon tablier.
Toute blaguounette mise de côté. On est d'acc' que mes résultats sont tellement disparates qu'il y a un truc qui cloche ? TDAH ou dyspraxie ou... médocs.
Gamine j'étais très bonne élève. J'ai sauté une classe. Rien de surprenant finalement au regard de mes suspicions de douance et le fait que cela semble courant chez les HPI. Mais, quand j'"échouais"ou plutôt "ratais des points", c'était en permanence la même chose : inattention, le fait d'être allée trop vite, de vouloir finir très vite. Et, je pense aussi, à la longue, d'avoir cultivé un baobab dans la main dès que ça me demandait un effort. De là je décrétais que j'étais nulle dans telle ou telle matière. Et fini. Rideau. Impossible de soutenir un quelconque travail dans celles-ci.
@lotophage sur le "truc" que tu évoques. En effet, présenté sous cet angle, cela mérite réflexion. Ce que le psy entendait par speed c'était au regard de mon débit de paroles ultra rapide, de ma prépondérance à tirer tous les fils d'un raisonnement en même temps très vite et de l'exprimer tout aussi vite. C'est toujours un peu le cas (le débit de parole) mais depuis le traitement, c'est quand même moins fluide, je bute sur des mots, parfois j'oublie ce que je viens de dire ou ne sais plus où j'en suis. Et me répète "punaise je suis fatiguée". Et alors ma mémoire... j'ai l'impression qu'elle en a pris un coup. M'en suis rendue compte au moment de l'épreuve d'arithmétiques. Parfois j'oubliais l'énoncé à peine était-il prononcé. Et ça, "avant" ça arrivait pas, j'avais un temps d'avance dans ce genre de cas. A tenter de deviner la question avant même qu'elle arrive. Un jour un mec me l'a même reproché dans un entretien d'embauche Laughing
Donc, si ça se trouve, sans antidépresseurs, je serais juste une sorte de robot sociopathe speed...
Concrètement : faudrait que je trouve un neuropsy. Ma psychologue, une nouvelle (dans le sens, pas celle qui m'a fait passer les tests) mais sensibilisée aux HPI et que je vois depuis environ deux mois, me conseille de revoir un nouveau psychiatre de ses contacts, afin de déterminer quoi faire du traitement.
AMG81
AMG81

Messages : 5
Date d'inscription : 03/01/2019
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum