Solitude, dépression et idées de mort

Aller en bas

Solitude, dépression et idées de mort

Message par alexfender le Lun 3 Déc 2018 - 0:22

Bonjour à tous,

Alors je sais qu'il y a beaucoup de sujets relatifs à ce dont je vais parler, mais je suis aussi conscient que chaque zèbre est différent. C'est pourquoi je voudrais parler un peu de ce qu'il m'arrive, car je n'arrive plus à suivre ...

J'ai 23 ans, j'ai été détecté à 9 ans. Pendant 14 ans, j'ai pour l'instant mené une vie en quelque sorte masquée devant les autres, et c'est encore bien trop souvent le cas. Je suis passionné par l'histoire depuis tout petit, mais tout ce qui est relation entre les gens je n'arrive tout simplement plus à suivre. J'ai l'impression d'avoir des conversations toutes plus débiles les unes que les autres, avec certaines personnes pourtant j'arrive à en avoir des tout à fait normales sur des sujets divers et intéressants. Mais souvent, lorsque je parle de généalogie, d'histoire, d'anecdotes aux gens, dans mon fort intérieur j'ai l'impression qu'on me regarde bizarrement.

C'est très stupide je sais, mais je souffre énormément car j'ai l'impression d'être seul dans ma vie. Je suis célibataire, bien plus cultivé que la plupart des gens de mon âge, j'adore faire la cuisine, planter des légumes, bref tout ce qui rend la vie intéressante et permet de s'occuper l'esprit intelligemment. Je suis dégouté des gens de ma génération, voir même de gens de mon école légèrement plus âgés. A les entendre, ne savoir rien faire serait un luxe dont on peut rire ... je sais ça paraît très exigeant dit comme cela, mais je vous assure que c'est tout le contraire que je veux faire passer comme message. J'adore passer des heures à aider les autres, d'ailleurs jusqu'à maintenant j'ai l'impression de n'avoir fait que ça dans ma vie.

J'ai fait 3 ans d'armée, puis je suis revenu à mes études .... cette sensation de vide, elle vient du fait que je suis seul, en permanence. Les jours sont les mêmes pour moi, alors que j'aimerais faire tant de choses, pouvoir les partager avec quelqu'un de pétillant et d'ouvert. J'ai cours un jour par semaine à mon master, le reste du temps devant être en alternance, je gère ma petite entreprise de retouches photos et de généalogie. J'ai choisit de travailler à mon compte après plusieurs mauvaises expérience dont la dernière en entreprise a failli me faire péter une durite. Devoir me retrouver dans des bâtiments industriels avec une vue sur l'autoroute de Paris et en fond sonore des klaxons toute la journée fait qu'on peut devenir fou. Rajoutez à ça des collègues stupides comme jamais, plus occupés par les ragots dans l'entreprise que par de vrais discussions intéressantes. Autant vous dire que dès le départ j'ai été mis à l'écart dans ce groupe ou manger tous les midi est devenu un supplice.

J'ai eu une éducation assez stricte, mes parents sont de la "vieille école" si je puis dire. N'empêche que cela m'a beaucoup servis car au moment ou d'autres laissaient leurs gamins jouer toute la journée, moi ma mère me montrait comment faire pousser des légumes et mon père m'apprenait à bricoler.

J'ai toujours été seul, allant d'un groupe d'amis à un autre, et j'ai rarement repéré d'autres gens avec les mêmes centres d'intérêts désintéressés que moi. Je suis venu seul à Paris, car j'avais un logement sur place, mais tous les jours deviennent des supplices. Je suis sur l'ordinateur toute la journée quasiment, j'ai perdu toute envie de cuisiner ce qui fait que je me ruine en livraison de plats, je ne sors plus de toute façon avec qui ? personne ne m'appelle à part ma famille et mon bon vieux camarade de l'armée ... on passe notre temps à se remémorer nos histoires, lui aussi ne va pas bien et encore une fois je me suis plié en 4 pour lui changer les idées, nous sommes partis à une reconstitution historique avec mon association, j'ai même été jusqu'à lui coudre son vêtement qui n'était pas prêt pour l'occasion. Je suis capable de me fatiguer pour une personne bien plus que d'arriver à prendre du repos. Je ressens la détresse des gens en moi, et j'ai l'impression de toujours devoir aller vers tout le monde, alors que personne ne vient vers moi.

Maintenant vous allez rire ... les filles qui s'intéressent à moi ont la trentaine ... je me fait draguer par ma prof d'anglais mariée qui est fascinée par mon passé militaire, ensuite mon ancienne coloc m'a sauté dessus aussi ... enfin bon ce n'est pas ce que je recherche des histoires d'un soir, moi je veux établir des choses profondes et durables avec une personne qui saura me transmettre sa joie de vivre que moi je n'ai plus au quotidien. Quand je suis avec les gens, je change. Je rigole de tout, je fais des blagues etc, mais une fois rentré chez moi et la porte claquée, je n'ai plus envie de rien. Je ne comprend pas le monde qui m'entoure, obsédé par l'argent et le travail. Littéralement je suis excédé par les gens de ma classe qui postent sur notre groupe Facebook un dimanche après midi leur stress quand aux examens à venir. J'ai l'impression d'avoir affaire à des robots qui ne pensent que par le travail et n'ont aucune personnalité ni discussion.

Pourquoi les gens sont aussi à cran sur les choses superficielles ? Je n'arrive pas à le déterminer ... c'est très dur pour moi chaque jour d'avoir affaire à de l'injustice, que ce soit dans les médias, au travail ou entre les gens en général ... je ne comprend pas la haine et la méchanceté, bien que je me soit engagé dans l'armée j'avais mes raisons au moment des attentats de Paris. Je ne sais plus quoi faire, avec mes parents qui me martellent sans cesse d'aller toujours plus haut, ils ne se rendent pas à quel point ça me stress ... Plus haut de quoi ? Pour atteindre quoi au juste ? Pourquoi toujours plus d'argent même quand on en a assez pour vivre bien, on nous demande encore d'en accumuler pour payer des conneries. Votre machine a laver qui rend l'âme parce que ces abrutis de constructeurs ont pensé à l'obsolescence programmée, ou bien encore devoir payer une nouvelle taxe injustifiée de 90€ pour ma rentrée ... bref je comprend le raz le bol des gens maintenant.

Malgré que je m'interesse à beaucoup de choses, je suis toujours seul. Aucune fille de mon âge ne vient vers moi. Je n'aime pas la drague, dans le sens ou je ne suis pas du tout quelqu'un qui va aller vers une fille dans le but de l'entourlouper. Bah oui on va pas se mentir, draguer pour moi c'est entourlouper quelqu'un. Et voir qu'après ces mêmes mecs "charmants" au premier jour font des sales crasses à leur copine, voir les battent, franchement je me demande ce que moi je fout au milieu de tout ces clivages de beaux parleurs qui révèlent leur vrai nature bien plus tard dans les relations... Des fois comme en ce moment, j'ai l'impression d'avoir une série de problèmes à la chaîne qui me tombent dessus, jamais une étoile qui s'allume. Je suis pas à la rue, je peux me faire plaisir, j'ai une famille soudée etc, mais non une simple pacotille au quotidien et c'est un stress pour les jours à venir. Dernièrement c'est un ordinateur tout neuf qui ne marche plus à cause d'un technicien, et que la marque met 4 mois à le remplacer + lave vaisselle tombe en panne + ma poignée de porte s'est arrachée avant hier + j'ai ma semaine d'examens à l'école avec des matières franchement pas marrantes qui arrivent. Bref voila j'ai l'impression d'être au botu avec ces accumulations de problèmes, et rajouter à ça de grosses insomnies jusqu'à 3 voir 4h du matin qui me font une tête de zombie le lendemain, et vous avez le combo parfait pour une dépression en règle.

Je ne sais plus ce que je dois faire, vers qui me tourner, j'ai l'impression d'être en dehors de ce monde en fait ...

alexfender

Messages : 10
Date d'inscription : 12/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par Hirondelle123 le Lun 3 Déc 2018 - 15:56

C'est triste de lire un tel témoignage d'un garçon de 23 ans. Pourtant, à te lire, on sent en toi quelqu'un de sincère, entier, généreux, curieux, instruit... de bien belles qualités.
Tu ne te fondras probablement jamais dans "la masse" et c'est ce qui te permettra aussi de te démarquer, de prendre ton propre chemin, d'inventer ta vie qui sera forcément riche de ce que tu en feras. Smile

j'ai envie de te dire "tu peux tout faire", tu n'es limité par rien, sauf par ton désir de vouloir ressembler aux autres à tout prix en même temps que ton mépris pour eux.

et donc te poser cette question : pourquoi et comment veux/peux-tu être aimé de gens que tu n'aimes pas ?

avatar
Hirondelle123

Messages : 160
Date d'inscription : 04/11/2018
Age : 50
Localisation : En théorie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par Saxifrage-ex-Antinéa le Lun 3 Déc 2018 - 16:01

Aujourd'hui, je ne suis pas en jolie verve alors je laisse les bons mots aux autres et t'offre ça :
Console Long hug Pour Toi

Bon courage..!
avatar
Saxifrage-ex-Antinéa

Messages : 3223
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 35
Localisation : l'Atlantide

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par nikoku74 le Lun 3 Déc 2018 - 16:12

Beau témoignage, on dirait moi il y a pas si longtemps que ça ...sauf que je n'avais même pas la chance de plaire aux femmes!
Plus sérieusement, c'est clair que c'est très difficile de subir sa lucidité sur le monde au quotidien et surtout quand on subit une vie d'entreprise. J'ai trouvé la clé (pour l'instant car rien ne dure éternellement) en fuyant le monde de l'entreprise et en étant libre professionnellement. ça fait au moins 8h par jour à ne pas subir. Pour le reste je prends un peu de hauteur en me disant que si 80% des gens me débectent il y en a quand même 20% qui valent la peine qu'on s'y attarde.
Mais je te comprends, tu traverses une phase où tu es en bas et il te faut t'accrocher, être patient, aller faire des activités type méditation, sophrologie, cohérence cardiaque, sport, lecture...qui t'apaisent. Quand tu iras mieux tu y verras plus clair à condition de ne pas retomber dans un schéma au boulot qui te broie.
avatar
nikoku74

Messages : 1150
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 43
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par Shikapaul le Lun 3 Déc 2018 - 16:33

Ecoutes je me retrouve un peu dans ton témoignage, on a le même âge, au fond j'ai très rapidement su que j'étais "différent", en décallage avec les camarades de classes de la primaire à la fac, mais ça ne m'a pas empéché de vivre.

Certes comme le dit nikoku le fait d'être aussi lucide fasse à tant d'injustice et tant de vide peut etre dur au quotidien, mais ne le prends pas personnellement essaie de te détacher de cela, tout en gardant quand même ta lucidité.

On est jeune, même si on se retrouve pas dans cette société, on se retrouvera ailleurs. Dans un autre domaine, dans un autre pays, une autre activité.

Tes parents savent ils pour ta "douance"?

Je remarque egalement qu'on est pareil sur le fait d'être limité socialement.
Pour ma part beaucoup de connaissances, mais pas d'amis sur la même longueur d'onde.

Tu n'as pas encore trouvé ta moitié mais ne désespère pas ça viendra avec le temps.
La vie est faite de choix que l'ont fait mais aussi d'évènements qui surviennent et bousculent notre quotidien.

Orientes toi vers ce qui te fais du bien, lis, étudies, occupes ton esprit dans du positif.

Lave vaisselle en panne c'est pas grave ! j'en ai pas et ça fait les bras lol ! Essaie de relativiser pour ces petites choses du quotidien et de traiter les "problemes" un par un.

Donnes nous de te nouvelles champion !

Shikapaul

Messages : 11
Date d'inscription : 23/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par alexfender le Lun 3 Déc 2018 - 16:50

Merci pour vos messages je suis bien content de tomber sur des gens qui s'intéressent à la psycho au delà des forum traditionnels ou bien souvent on se fait rabrouer pour nos idées ... c'est à dire que je rencontre tellement de clichés au quotidien, que ce n'est plus une question d'avoir ma personnalité et de l'assumer, c'est plutôt une lutte perpétuelle avec les gens pour leur prouver le contraire des conneries qu'ils avancent ... je suis métisse donc je sais peut être que voir quelqu'un de métissé et de plus instruit qu'eux les emmerde au point de provoquer de la jalousie alors que ce n'est pas du tout de la suffisance quand j'explique quelque chose, c'est que je me suis bien renseigné sur le sujet ...

Mes parents sont tous les deux zèbres, et j'ai constaté que tous les deux n'ont pas pu travailler avec les autres au sein d'une entreprise. Ma mère était biologiste et est allée de CDD en CDD car elle s'entendait rarement avec ses autres collègues, pareil on lui a fait des crasse injustifiées qui lui ont vraiment fait beaucoup de mal. Sa vrai passion c'est le jardinage depuis toujours, et je ne vais en rien critiquer cela car nous avons toujours mangé à notre faim grâce à elle. Mon père lui est architecte et il a préféré monter sa PME en travaillant avec maximum un ou deux salariés avec lesquels il est très paternaliste et compréhensif. Il n'est pas là à compter les horaires non plus comme les gros patrons, si un salarié à un soucis, il peut lui en parler librement et mon père trouve une solution. Nous sommes même devenus amis avec d'anciens employés et clients avec qui nous organisons des repas... je ne pense pas que dans beaucoup d'entreprises il y ai cette proximité et cet humanisme désintéressé.

En fait le plus dur pour moi c'est de voir tous les gens de ma classe en couple et faire plein de choses ensemble. Moi je pense constamment que le soir je vais rentrer et qu'il n'y aura personne avec moi. J'ai même été victime un certain temps d'un pervers narcissique dans ma famille, un cousin qui jouait avec mes nerfs en permanence en me faisant de fausse promesses et en essayant d'avoir une sorte de pouvoir malsain sur moi, donc j'ai coupé court étant donné que les PN adorent les profils comme le nôtre.

J'ai énormément de bons retours sur mon travail, je gère une page Facebook ou je poste mes réalisations au quotidien, et je constate qu'à ce jour j'ai quand même réuni plus de 20 000 personnes qui m'envoient tous les jours des messages de soutien, je me fait redraguer par des jeunes mamans célibataires de 35 ans ! Bon ça me fait assez rire finalement.

Au final ça fait 4 ans que ma déprime dure. Ca s'est décuplé avec les attentats ou j'ai décidé de sortir ma rage à l'armée et d'aider jusqu'au point de donner ma vie si besoin était. Au final, les pompiers, les militaires, les policiers, etc sont souvent les plus malheureux. On voit des horreurs régulièrement, on aide du mieux qu'on peut mais c'est pas forcément gratifiant sur le plan humain.

J'ai plein de projets dans la tête, mais j'ai pas envie de les réaliser seul. J'aimerais aller au Japon découvrir l'histoire féodale et visiter un village japonais typique, aller aux USA et faire plein d'autres choses mais je ne rencontre que des gens fermés dans leurs obligations de travail. J'ai réellement l'impression d'avoir affaire à des gens dont la vie est encore plus vide que moi, à les entendre c'est métro-boulot-Netflix-dodo et voilà ils ne font rien d'autres de forcément intéressant. Encore que sur Netflix on peut voir des choses intéressantes, mais quand c'est des conneries je n'arrive vraiment pas à voir l'intérêt, comme ceux qui regardent des émission comme les chtis ou se laissent duper par des pseudos journalistes merdiques comme Yann Barthès.

Avec beaucoup de gens je parle de choses simples, compréhensibles et tout ce qu'ils ont à me répondre avec défaitisme c'est "c'est la vie" ça ca me saoule j'ai l'impression d'avoir un débat stérile qui va mener nulle part ... Actuellement ce que je déteste par dessus tout, ce sont les gens méchants par nature. C'est à dire des gens qui par leur parole, vont directement vous attaquer sur ce que vous êtes, faites ou dites, de manière méchante et sans arguments derrière. J'ai l'impression que c'est totalement gratuit, dit juste pour vous détruire et vous rabaisser, et vraiment ça me donne limite des envie de cogner sur ce genre d'attaques gratuites provenant d'individus détestables et fielleux dont la frustration les amène à faire le mal par leurs paroles. Pourquoi être méchant d'entrée avec des gens qui sont peut être déjà malheureuses dans leur vie ? C'est rajouter du malheur et certaines personnes après la réflexion de trop au bureau en arrivent à se jeter sur les rails du RER en sortant du travail ...

Moi j'ai prévenu en amont, d'une façon peut être très dure, mais l'humain et ma famille passeront toujours avant tout. Je ne supporte pas que du mal soit fait gratuitement aux autres, je suis plutôt pour le oeil pour oeil, dent pour dent.

alexfender

Messages : 10
Date d'inscription : 12/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par fleurdesel le Lun 3 Déc 2018 - 22:23

Pfiou, aller direct 15-20 ans en arrière Shocked

De ce que je comprends, LE soucis profond, c'est le partage : avoir des amis, es relations saines et profondes, pour remplir le stock de chaudoudou et te permettre ainsi d'affronter les perversions de notre civilisation avec moins de heurts.

Tu dis que tu ne rencontres que des gens fermés. Alors peut-être te faut-il trouver d'autres canaux pour les rencontrer ?
- ta passion pour l'histoire :
*trouver des associations sur le sujet et participer aux manifestations qu'elles proposent (sorties, conférences...).
*S'il n'y a pas loin de chez toi une fac d'histoire, surveiller s'il n'y a pas des conférences sur le domaine et t'y rendre.
* les visites guidées dans des sites que tu apprécies (j'ai participé à une récemment au cours de laquelle si j'avais essayé, je pense que j'aurais pu gardé contact avec une famille)
Et à chaque fois, tenter au maximum de lier connaissance avec les personnes présentes, tu finiras surement par trouver des personnes avec lesquelles tu apprécieras d'échanger
- les IRL, de ce site, d'autres sites, d'asso d'HQI, puisque manifestement la différence de traitement de l'information est un point important (15 points de QI d'écart pour une communication fluide, 30 pour une communication difficile, et impossibilité de se comprendre au delà), ça peut augmenter tes chances de trouver Smile

Et pour le Japon, si tu vas régulièrement sur Paris, je connais quelqu'un avec qui tu pourrais parler de ce projet puisqu'il est à cheval sur les 2 pays Wink
avatar
fleurdesel

Messages : 861
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 39
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par alexfender le Mar 4 Déc 2018 - 0:00

Je suis à 135 niveau QI donc oui la communication est difficile ^^ oui c'est pas facile mais concernant l'histoire je vis déjà ma passion à fond, je fais parti d'une association de reconstitution historique, la on était à fond sur le centenaire. Conscient des douleurs éprouvées il y a 100 ans par mes ancêtres, je leur ai rendu hommage en me montant une tenue complète de poilu et cette année j'étais tous les week end sur des événements parfois jusqu'à l'autre bout de la France.

Des fois je passe une heure devant les photos de mon arrière grand oncle et je me dit que j'aurais préféré être avec lui dans les tranchées plutôt que vivre la solitude au quotidien dans ce monde superficiel ... mais bon je m'égare. En fait l'armée ça m'a fait tellement relativiser sur beaucoup de choses, du coup j'ai l'impression de voir les autres comme des gamins. Je suis complètement décentré de leurs centres d’intérêt, je me tais et j'écoute quand ils font que parler de foot, ce qui m'horripile, comme si le foot leur amenait à manger le soir ...

Sérieux c'est horrible comment j'ai l'impression d'être un vieux qui ruminerait sa guerre, veuf sur un banc public à nourrir les pigeons. Partout ou je vais, même dans des domaines bien précis, j'ai du mal à accrocher avec les gens. Faut pas croire même dans les associations d'histoire il y a des gens très très cons, qui sont justes là pour se montrer en tenue et faire les beaux ça j'en ai vu et c'est pas eux les plus intéressant ... et puis malgré qu'il y a quelques jeunes, ils viennent d'un peu partout donc pour se voir ailleurs qu'en sortie c'est difficile. Il n'y a quasiment aucune fille dans ce genre d'événement, ça doit leur faire peur ou je sais pas elles aiment pas se cultiver et apprendre des choses ... et le reste des membres de l'assoc c'est que des retraités ou des gens âgés de plus de 40 ans donc avec certain on a des discussions intéressantes mais d'autres même à 70 piges arrivent encore à se prendre la tête comme des enfants entre eux pour des conneries.

Moi en général je reste toujours à l'écart des groupes et j'observe les comportements. Même si je suis très strict sur certaines choses (le respect des morts, des soldats, de l'armée des valeurs et des traditions du pays), je n'en suis pas moins très ouvert (bah oui par exemple je suis pour la légalisation du cannabis, ou encore le mariage homosexuel, bien que je ne sois pas concerné, j'estime qu'il en va de la liberté de chaque individu adulte de pouvoir s'épanouir pleinement dans ce qu'il a envie). Mais à coup sûr, si je commence à parler d'histoire à un normal-pensant, il va de suite se dire que je suis un espèce de conservateur ultra nationaliste mdr alors que j'ai des idées de tous bords, faut juste pas me titiller sur certains principes fondamentaux que je refuse de voir remettre en cause par des imberbes avec 2 poils sur le cul et au menton.

Pour l'instant ma vie c'est un peu comme la citation du film "la haine". C'est à dire que je me répète "jusqu'ici tout va bien", mais dans un an et demie, j'aurais fini mon master et je me retrouverais perdu. J'ai déjà perdu toute envie de vivre et encore plus de travailler. A mon ancien travail j'arrivais avec les yeux explosés parce que j'étais juste crevé je faisait insomnies sur insomnies à me demander ce que je foutais dans cette boîte malgré tous les avantages qu'elle procurait, c'était la routine quotidienne qui m'a fait pété un câble. Partir tous les matins à la même heure, devoir y aller alors qu'on sait pertinemment que ce jour là on a pas spécialement beaucoup de boulot et qu'on pourrait en profiter pour se reposer un peu plus, prendre le même café réglé à la même heure chaque jour, enfiler ses chaussures, aller à Malakoff attendre le tramway, tout en calculant sa position pour être devant la porte qui va s'ouvrir et ainsi chopper une place avant le flow des autres esclaves qui attendent aussi. Passer devant la même hôtesse d'accueil conne comme un balais et devoir se forcer à dire bonjour, ensuite monter jusqu'au bureau après avoir badgé, s’asseoir et attendre qu'au moins un mail arrive dans ma boîte chaque jour pour faire semblant de bosser auprès de ma responsable qui ne sait plus quoi me confier tellement j'abat le travail qu'elle me confiait vite. Alors on m'a confié les tâches chiantes de la boîte, celles qui ne concernaient pas du tout mon métier, juste pour m'occuper en somme. Et ça a été ça tous les jours pendant 8 mois.

Le pire c'est que je pourrais prendre des vacances quand j'en ai envie, je propose à mon ancien camarade de l'armée de faire une virée dans les Balkans en été, et devant le manque de motivation de tout un chacun je me résigne à ne rien faire et je végète. Je rencontre personne de célibataire c'est assez incroyable tout le monde est en couple autour de moi, dans ma classe pareil, dans mon assoc les rares filles c'est pareil ...

alexfender

Messages : 10
Date d'inscription : 12/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par Agenor le Mar 4 Déc 2018 - 0:45

Hum, je vais répéter ce qu'on dit certaines personnes avant moi mais j'ai l'impression de me revoir quelques années en arrière Wink Je ne suis pas fin remonteur de moral ni trouveur de solution mais je tenais tout de même à laisser un message pour que tu saches que tu n'es pas le seul à être dans ce cas, au contraire : il suffit de voir le nombre d'inscrit sur ce forum pour comprendre que des zèbres il y en a plus qu'on ne le pense !

Ce qui ressort principalement de tes messages c'est surtout la solitude sentimentale... Mais avant cela, est-ce que tu as déjà envisagé de consulter un psychologue et/ou un psychiatre ? Parce que l'absence de motivation dans certaines taches qui nous plaisaient avant (par exemple la cuisine dans ton cas) peut être le signe d'un passage un tantinet dépressif. On a tous des hauts et des bas mais lorsque la période "basse" coure sur plusieurs années en ne s'améliorant pas, ça peut être une piste, et il ne faut pas hésiter à tenter de chercher un peu d'aide et d'écoute auprès de professionnels voir d'un traitement si ils estiment que cela peut améliorer les choses, même si le sujet des anti-dépresseurs reste à mes yeux, quelque chose de très taboo dans notre société ... Tu peux toujours faire un tour dans un CMP pour te renseigner ou avoir un entretien avec un infirmier pour vider ton sac sur le coup ! (bon, ça, c'était le côté alarmiste vis-à-vis du titre du sujet Wink )

Pour revenir sur la solitude sentimentale, lorsque l'on n'est pas forcément dans une bonne période on souhaiterait compenser par une présence affectueuse mais ce n'est pas toujours la bonne solution. D'une part, cela ne traite pas le problème de fond, cela ne fait que le masquer quelques temps. D'autre part, c'est le risque de plonger corps et âme dans une relation et d'en ressortir encore plus affaibli et diminué qu'on ne l'était avant lorsqu'arrive la rupture Neutral Je sais que j'ai souvent entendu dire qu'avant d'être heureux à deux il faut pouvoir être heureux seul (ou plus nuancé "ne pas être trop malheureux seul").

Tu sembles avoir des centres d'intérêts variés (jardinage, généalogie, histoire) et plutôt entouré par le biais de ton association et de ton travail. Est-ce qu'il n'y a pas moyen de creuser des amitiés de ce côté là ?
Il faut parfois se faire à l'idée que l'on ne peut pas toujours avoir une relation profonde et fusionnelle avec chaque personne que l'on côtoie : certaines personnes peuvent être l'occasion de sortir boire un verre et faire une promenade, d'autres parler travail, histoire, ou d'autres encore justement sur le sens profond de la vie, etc.

Et comme dit un peu plus haut par les autres zèbres, le forum est également un moyen de faire de nouvelles rencontres, de zèbres justement, et d'avoir des discussions un peu plus approfondies qu'en société Wink

Dans tous les cas je te souhaite bon courage, la période des 20-25 ans n'est pas toujours évidente, c'est souvent là que l'on se retrouve confronté aux désillusions liées au monde du travail, les études, le système et la société dans son ensemble Wink Et ça porte même un nom : la crise du quart de vie !
avatar
Agenor

Messages : 22
Date d'inscription : 15/08/2018
Age : 27
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par alexfender le Mar 4 Déc 2018 - 1:41

Merci pour ta réponse Smile quand je lis ce genre de messages je souris devant mon pc ça me redonne le moral ^^ cette année nous sommes une toute petite classe (8 personnes) et nous avons des cours de confiance en soit en plus des autres cours. Mais bon pour l'instant on a pas eu de réels idées, si ce n'est qu'on a tous fait un sérieux pas en avant en se dévoilant dès les premiers cours.

Et c'est là que je ne comprend plus les gens et leur changement d'attitude du jour au lendemain. Dans ma classe y'a une fille jolie, bon un peu coincée mais qui a un peu de discussion au moins, en début d'année on parlait bien, on se faisait même des duels sur des applications ce genre de trucs un peu débile ^^ et puis du jour au lendemain elle commence à parler de son copain, donc moi je me suis mis une barrière de respect. C'est à dire que jamais, ô grand jamais je ne vais draguer la copine d'un autre je trouve que ça se fait pas du tout et je constate qu'un paquet de mecs normaux ne pensent pas comme moi. Des phrases style "tu t'en fout qu'elle ai un mec va y !" non ça ne me correspond pas et encore une fois je ne veux pas tricher/me rétamer/faire du mal à une personne que je ne connais même pas non je peux pas quoi.

On me dit souvent que je suis trop gentil avec les gens, que je n'arrive pas à dire non et bien tout simplement parce que j'ai toujours l'impression que ces gens vont m'amener quelque chose, et donc je veux les satisfaire au maximum dans l'espoir qu'ils me renverront l’ascenseur.

Ma pire expérience avec les filles, ça a été au nouvel an fin 2016. Cette année là, avec l'un de mes cousins qui connais beaucoup de filles à Paris, nous avons proposé d'organiser le nouvel an chez moi. Je me suis plié en 4 pour cette soirée, j'ai dépensé plus de 170€ en courses, passé mon après midi à préparer des plateaux de sushi maison + des canapés et d'autres choses, et n'importe qui aurait dit que je n'avais pas de quoi me plaindre bah oui nous étions 3 garçons pour 6 filles ... mais bon c'était le style petites princesses polonaises refaites de partout, donc même si j'aime les jolies filles, souvent je ne retrouve en elle bah rien du tout, le vide intersidéral qui résonne comme un écho dans une vallée ... à part parler de marques de luxe et d'esthéticienne elles n'avaient aucune conversation.

Résultat, je me suis fait squatté mon lit, et j'ai dû dormir sur mon propre canapé avec l'un des mecs de la soirée que je ne connaissais même pas, autant vous dire que ça a fait rire tout le monde, mais que moi intérieurement je riais très très jaune. Je ne sais plus ce qu'il faut dire ou pas en société ... dans les médias on voit que les femmes luttent énormément contre le sexisme par exemple, parfois en émettant des hypothèses absurdes donc moi ça me donne juste envie de rester le plus froid possible de toute personne afin qu'on ne m'assimile à rien du tout. Une fois, une fille dans le métro m'a dragué, et je m'en suis même pas rendu compte. On étaient collés dans le métro comme d'hab à Paris, et la elle commence à me poser des questions cash sur Paris, alors les 5 premières secondes j'était dans la lune avec mes écouteurs, puis je me dit pendant un court instant "une fille qui demande un truc censé dans le métro, ne cherche pas juste son chemin ? mais ... mais je suis ou la avec qui ? lol" donc elle commence à me demander si c'est pas trop dur la vie à Paris, elle vient d'arriver pour ses études etc, toute mignonne et moi j'ai pas trouvé mieux que de répondre brièvement en descendant à mon arrêt. Après ce genre de situation je me remémore et je me dit constamment "et merde j'aurais du lui demander un numéro ou j'aurais dû lui répondre ça" mais sur le moment j'analyse tellement que pour pas dire de conneries, je vais choisir la réponse qui socialement serait la mieux acceptée.

alexfender

Messages : 10
Date d'inscription : 12/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par nikoku74 le Mar 4 Déc 2018 - 7:24

J'aimerais te conseiller une chose quant à ta vision des gens en couple : le célibat a de sacrés avantages surtout pour les gens comme nous! La plupart des gens ne sont pas heureux en couple donc ce qui te fait rêver est peut-être un leurre. Le couple peut apporter un plus, mais pour ça il faut être exigeant. Il est très souvent un moins dont tu peux te passer. Tu dis que tu as du succès avec les femmes, tu vas pouvoir donc expérimenter! C'est une sacrée chance que je n'ai pas.
avatar
nikoku74

Messages : 1150
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 43
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude, dépression et idées de mort

Message par Lyssangelle le Mar 4 Déc 2018 - 23:00

Salut !

J'ai lu l'intégralité de ton fil ce matin. J'ai trouvé ton témoignage véritablement touchant et je m'y suis retrouvée aussi un peu. Ça ne me surprendrait pas que tu sois quelqu'un de vraiment intéressant à la recherche d'échanges de qualité.

Je traverse également un genre de crise existentielle (avec solitude, idée de mutilation et de mort mais-heureusement- sans jamais être passée à l'acte) et je me sens très seule malgré que je sois en couple et que cela se passe bien. (Je suis en plein deuil de mon groupe d'amis, désœuvrée de le voir s'éloigner sans jamais que je puisse les retrouver, ceci du à une grosse évolution de ma part...). J'ai identifié plusieurs intérêts que l'on aurait en commun : le japon féodal (j'ai notamment fondé et administré un forum pendant 5 ans qui s'inspirait du japon féodal et ait une petite collection d'ouvrages chez moi traitant de la période) et une dimension "de rôle" à travers la reconstruction historique. Egalement plusieurs caractéristiques : "trop gentil", cette sensation de ne pas appartenir à ton monde et d'autres...

Ah, j'ai 25 ans et je suis une fille. Comme quoi...Tout arrive  Razz
N'hésite pas à m'envoyer un MP si tu te sens seul, je serai ravie de te répondre.

Bonne soirée à toi. Smile
avatar
Lyssangelle

Messages : 52
Date d'inscription : 25/11/2018
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum