Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par lafeelicite le Mer 24 Aoû - 15:07

Bonjour à tous,

après une petite recherche, je crois que ce sujet n'existe pas encore et comme, je vous l'avoue, ce fameux test est au coeur de mes préoccupations actuelles, je me suis dit que j'allais oser me lancer dans l'ouverture de mon premier sujet.

J'espère que vous voudrez bien y participer, raconter votre expérience et le bilan que vous en faites.

Histoire de structurer un peu, je vous propose un semblant d'organisation:
1- du doute d'une possible douance au test: combien de temps, évolution pendant ce temps, état d'esprit au moment de le passer (était-ce une formalité pour vous qui vous sentiez déjà zèbre ou une validation d'un doute ou...)
2- le "verdict" du test: l'avez-vous bien pris, est-ce que vous avez appris qqc sur vous même ou le saviez vous déjà (et vous vous êtes juste retrouvé moins riche de qq centaines d'euros)
En particulier, si des personnes testées qui ont eu moins de 130 et pas confirmation de leur zébritude passent par là, votre témoignage m'intéresse grandement.
3- ce que ça a changé pour vous (désolée s'il existe déjà un sujet là-dessus, je n'ai pas vérifié)

Je ne peux personnellement témoigner que pour le point 1 vu que j'attends avec impatience et crainte (ah bon, ça se voit Very Happy ) de faire un bilan mercredi prochain. Mais je viendrai donner la suite, que je sois zébrée ou non.

Alors donc (pour ceux qui veulent sauter mon HS, j'ai vraiment répondu à ma question 1. Après le "je synthétise". Désolée Embarassed )

1- Première séance avec une psychologue que je consulte pour régler enfin les petites choses qui m'empêchent de profiter pleinement de la vie qui me sourit. Après m'avoir écouté une heure, elle me demande si j'étais une enfant précoce. Réponse première et spontanée: non, j'avais des facilités.

Ca a fait son petit bonhomme de chemin dans ma tête quand même puisque deux semaines plus tard, je tape dans google "adulte ancien enfant précoce". De là s'enchaîne prise d'information, lecture de TIPH et du livre de Cécile Bost, inscription sur un autre forum de surdoué qui poussent un peu au test, interrogation personnel, enquête sur ma vie... à fond dedans, comme d'habitude quand je trouve un nouveau sujet qui m'intéresse.

J'ai re-découvert (j'avais complètement oublié) que j'avais été testée à la maternelle parce que je savais lire et qu'on se posait la question de me faire sauter une classe. Mes parents n'ont pas eu de résultat chiffré ni de rapport, on leur a dit que j'étais intelligente et que je pouvais sauter une classe s'ils le voulaient. Pas de saut de classe, mes parents n'étaient pas pour, pas d'explication pour moi. Fin de l'histoire.

Je vous raconte, je vous raconte... bref, je m'emballe en me disant que peut-être je le suis, que peut-être ça pourrait expliquer un tas de choses mais en fait non arrête de t'emballer t'es pas surdouée t'es juste pas bête et hypersensible et flemmarde et bizarre.
Des dialogues avec moi-même très animés, des montagnes russes mentales assez fatiguantes avec une amplitude plus importantes que d'habitude.
La seule solution: être fixée, passer le test, m'en remettre à l'avis d'un expert.
Recherche du dit expert, prise de rdv... et maintenant il faut attendre 1 mois!!!
J'ai tenu bon en m'éloignant du sujet pendant un moment, en refusant d'y penser consciemment. Et puis je me suis inscrite ici et j'ai eu envie d'échanger avec vous, même si je me sens imposteuse un peu parfois souvent, vous êtes bienveillants et je me sens bien chez vous, la preuve, j'ai ouvert ce sujet après seulement 2 jours de réflexionnite aigüe.

En fait mon histoire est HS du plan que j'ai moi-même défini, c'est complètement n'importe quoi. Du coup j'espère que vous vous sentirez libre d'écrire ce que bon vous semblera, hein, pas de chichi, je montre l'exemple Smile

Je synthétise:
délais: 1 mois entre premier doute et mon bilan
évolution pendant ce temps: montagnes russes et dialogue de sourd avec moi-même
état d'esprit: pffff... pas facile à synthétiser ça... je spoiler mon monologue incompréhensible et je synthétise, comme promis: Mad

Spoiler:
pffff... pas facile à synthétiser ça... je sais que ça ne changera pas celle que je suis, que j'en saurai de toutes façons plus sur moi et peu importe finalement si je suis rayée ou non. MAIS j'ai aussi conscience d'en attendre bien plus que ça, être rayée voudrait dire pouvoir mettre un mot sur un ensemble de caractéristiques qui font que je suis moi, pouvoir identifier ce sur quoi je peux travailler et ce sur quoi je peux lâcher prise.
J'ai tellement envie d'en être que ça me fait peur et que j'essaie de me répéter que non, aucune chance, je suis pas du tout assez brillante ce qui me renvoie à mon éternel regard négatif sur moi que justement je voulais améliorer en commençant une thérapie, thérapie dans laquelle ce bilan s'inscrit donc... donc donc donc ça mort la queue et je piétine dans la médiocrité.

Edit: voilà, test passé, je peux compléter Smile

2. Verdict: zébrée. Ouf, je ne me suis pas complètement plantée. Ouf, il y a une explication. Ouf, je sais dans quelle direction aller, je sais où creuser.
Je le prends bien. Par contre je suis déjà à l'étape d'après: ce que je vais en faire, quelle démarche avoir... Là dessus le rdv du bilan a été utile, j'ai pu en discuter avec le psy.
Par contre je trouve que le rapport n'est pas très détaillé et je n'aurais pas si bien compris sans le rdv.

3. Ce que ça change pour moi: je crois que jeudi était le premier jour du reste de ma vie. Je suis profondément heureuse d'avoir la chance d'avoir trouvé cette pièce qui me constitue. Je me réjouis d'avance de ce que je vais pouvoir en faire, je sens que je vais avancer vers moi, plus confiante.
Il me reste tout à apprendre, je suis en sommeil depuis très ltps et même l'envie d'apprendre n'est plus tellement là. Mais maintenant j'ai espoir de trouver mon mode d'emploi.
Et puis je peux rester sur ZC* avec tous les gens formidables que j'ai déjà croisé et ceux que je croiserai encore Smile
*Non pas que ZC dégage ceux qui sont testés zébro-négatifs, hein, je sais pas. Mais disons que j'ai mis un coup de pied au derrière de ma fée imposture king


Dernière édition par lafeelicite le Lun 12 Sep - 11:56, édité 1 fois

lafeelicite
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 326
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Lapo le Mer 24 Aoû - 17:05

Me pose un peu les même questions...je pense franchir le pas rapidement, aller voir un psy, discuter, et on verra ce qu'il en sort...
Je pense que ça doit aider à mieux se connaitre, maintenant est-ce que ces "travers" qui polluent un peu la vie et les relations avec les autres changeront, j'en doute...

Lapo
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 81
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 36
Localisation : Bois le roi

http://www.escales-nordiques.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par pique à choux le Ven 9 Sep - 12:18

Salut !

J'espère que tu vas bien. T'as eu tes résultats ? Que t'ont-ils apporté ?

Moi j'en suis qu'au stade 1 : le doute aves les "maux-êtres" qu'il implique. Je me suis renseignée pour trouver une psy dans ma région qui fait passer des tests lors d'une suspicion de HPI, mais je n'ai encore pas franchi le pas de fixer un rdv. Et si je ne traversais qu'une nouvelle crise existentielle à 2 balles et que la souffrance engendrée m'indispose au point que je cherche en vain des causes qui justifieraient mon état intérieur si noir. De l'extérieur, je passe pour une optimiste toujours motivée... Bah ! Je m'étale...

Alors ? T'en es où lafeelicite ?
Tout de bon à toi !

Une âme errante

pique à choux
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 08/09/2011
Localisation : sur MA route

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par ikg le Ven 9 Sep - 13:14

Hello,

1- Je me suis toujours sentie à côté de la plaque, et en parallèle j'étais en avance à l'école et m'ennuyait beaucoup. Au cours des années je me sentais de plus en plus limitée, j'avais l'impression d'être idiote et inadaptée et ça me bouffait la vie. J'ai commencé à penser sérieusement au test il y a peut-être un an, mais j'avais peur de la réponse - quelle qu'elle soit, tout en ayant les mêmes doutes que Pikachu (crise existentielle à 2 balles)
Et puis, il y a 2 ou 3 mois, je me suis dit "oh et puis m...., au moins je serai fixée !". Marre d'être dans les "peut-être" ! Je me disais : si je le suis, ok, cool, ça explique pas mal de choses et ouvrira des perspectives, et si je ne le suis pas, eh bien il faudra que je trouve un moyen de régler ce qui ne va pas (et donc ouverture de perspectives aussi). Je n'avais rien à y perdre !

État d'esprit au moment de le passer : le trac avant, puis beaucoup moins pendant.


2 - Concernant l'observation psychologique, je n'ai pas appris grand chose que je ne savais déjà, et pour ce qui concerne le test de QI, le résultat m'a fait l'effet d'un super cadeau de Noël. ("Bonjour Madame, j'ai l'impression d'être totalement stupide. ... Ah, en fait je suis THQI ? Hohohohohohoho ! Cooooooooool"). J'étais euphorique et incrédule. 1er effet Kiss Kool.


3- 2ème effet Kiss Kool : Je suis passée de l'euphorie à l'impression d'être condamnée à me sentir toujours décalée ou selon les moment d'avoir juste eu un coup de bol, ou que ce n'est pas possible, ou que je suis vraiment nulle de n'avoir rien fait de ça, ou tout en même temps. Mais je sais que ça passera (ça ne fait que 2 semaines que j'ai eu le résultat). Autant avant le test, j'avais abandonné l'idée qu'une thérapie pouvait me servir, autant maintenant j'ai envie d'en entamer une, au moins pour parler à un professionnel de mes doutes, interrogations, ressentis, histoire de tirer quelque chose de positif tout ça (c'est un peu le but de départ ^^), et surtout de trouver un moyen d'exploiter ce potentiel histoire de m'apaiser un peu l'esprit et de me sentir moins comme la pire des bouses au quotidien.

ikg
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 96
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Invité le Ven 9 Sep - 13:27

pikachu a écrit:Salut !

J'espère que tu vas bien. T'as eu tes résultats ? Que t'ont-ils apporté ?

Moi j'en suis qu'au stade 1 : le doute aves les "maux-êtres" qu'il implique. Je me suis renseignée pour trouver une psy dans ma région qui fait passer des tests lors d'une suspicion de HPI, mais je n'ai encore pas franchi le pas de fixer un rdv. Et si je ne traversais qu'une nouvelle crise existentielle à 2 balles et que la souffrance engendrée m'indispose au point que je cherche en vain des causes qui justifieraient mon état intérieur si noir. De l'extérieur, je passe pour une optimiste toujours motivée... Bah ! Je m'étale...

Alors ? T'en es où lafeelicite ?
Tout de bon à toi !

Une âme errante
Coucou Pikachu,

Je voulais juste te dire que le travail sur soi-même ne passe pas obligatoirement par le test Smile
A vrai dire, si dans mon parcours l'intelligence m'a posé problème (soucis scolaires, de confiance en moi, questions existentielles et sentiment de solitude...), j'ai par contre trouvé un mieux-être sans m'y référer particulièrement. Il a été important pour moi de déterminer les heurts du passé qui ont mené au mal-être, mais plus pour faire la paix ; pour ne plus être révolté(e), pour couper les ponts avec tout ce que je tournais sans cesse dans ma tête, et passer au présent.

Enfin, en tout cas tu feras ton chemin, et c'est normal d'être un peu aux abois quand on va mal. A l'époque je n'ai pas passé le test, donc je ne sais pas quel impact ça pourra avoir, mais si tu sens que c'est une voie à explorer alors vas-y. Arrête de battre ta coulpe ("une nouvelle crise existentielle à 2 balles") et va voir par là sans faire un pas en avant et deux pas en arrière, tu as bien le droit (si tant est qu'il faille une autorisation) de vérifier tes hypothèses Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par pique à choux le Lun 12 Sep - 10:01

Hello Cherokee,

Effectivement que ce n'est pas obligatoire de passer un test. Cette démarche est propre à chacun. Pour moi, elle me semble nécessaire car je traverse une période de flou intérieur. J'aimerais faire une relecture de mon passé, tirer des conclusions utiles pour faire les bons choix pour l'avenir et me rapprocher un peu plus de "qui je suis". Pour cela, je souhaite utiliser les bonnes lunettes, HPI ou non (la relecture ne sera pas la même). Bien entendu que ce qui constitue mon être ne se limite pas à être ou non HPI, cependant ça fait ou non partie de mon identité et me permettrait de mieux me connaître et de mieux me comprendre afin de vivre en cohérence avec qui je suis. Bref, tout un programme !

En venant sur ce sujet lancé par lafeelicite, je pensais pourvoir lire de nombreux témoignages concernant l'impact d'un bilan psychologique. Donc avis à la population : merci d'avance à celles et ceux qui prendront 5 min pour me partager leur vécu, testé positif ou négatif aux rayures --> et après ?



Dernière édition par pikachu le Jeu 22 Sep - 21:48, édité 2 fois

pique à choux
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 08/09/2011
Localisation : sur MA route

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par lafeelicite le Lun 12 Sep - 14:22

Bonjour Pikachu,

je ne sais pas si tu as vu, j'ai édité mon message pour compléter 2 et 3.

Je suis exactement dans la même démarche que toi, je comprends complètement ce que tu écris et personnellement, je te recommande vivement de passer le test si tu le peux.
Ce résultat, c'est la pièce de puzzle qu'il me manquait, une grille de lecture qu'il est important de prendre en compte, je pense.
C'est sur que c'est difficile de se confronter à soi-même, c'est sur que la réponse à la question "saurai-je gérer si la réponse est non-HQI" n'est pas facile à trouver sans y être confronté... mais ça soulage de ne plus tourner le pb dans tous les sens Smile
Tout à fait d'accord avec Cherokee, tu as bien le droit de vérifier une hypothèse, c'est même une très bonne démarche.

Merci Ikea girl d'avoir partagé ton expérience, j'espère qu'on aura l'occasion d'échanger sur d'autres sujets (en particulier sur comment utiliser ce potentiel maintenant qu'on sait qu'il est là)

lafeelicite
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 326
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par ikg le Lun 12 Sep - 14:48

De rien Smile

ikg
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 96
Date d'inscription : 06/09/2011
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par zebuline le Lun 12 Sep - 18:01

voici un petit témoignage de mon vécu :
J'ai été testée il y a environ deux ans et demi :

1- le doute :il s'est écoulé environ 6 à 8 mois entre le moment où ma thérapeute m'a vivement conseillée de lire le livre de JSF et le moment où je me suis décidée à prendre un rdv avec une spécialiste. En fait, en lisant le livre,tantôt je me disais que ça pouvait me ressembler, tantôt je pensais que c'était impossible et n'importe quoi... je nageais dans le flou total avec un manque d'estime et une dépréciation de moi ++++. Donc, à un moment donné je me suis dis, ben autant savoir pour de bon et ne plus tourner autour du pot.

2- le jour de la passation j'ai flippé comme une malade avant, mais pendant le test tout c'est bien passé.
Pour les résultats, ben elle m'a donné un premier résultat direct juste à la fin des tests, qui me confirmait que j'étais bien HQI...et alors, je me souviens de mon unique réponse en la regardant droit dans les yeux "non, ça n'est pas possible, vous avez surement fait erreur!", ça l'a plutôt amusé ma réponse et elle m'a dit que "si si, y'avait pas d'erreurs possibles". Je me souviens avoir été dans un drôle d'état, complètement sonnée (et aussi du fait d'avoir passé presque trois heures à me concentrer sur les tests), je suis sortie je sais plus comment, et j'avais l'impression de tout un monde qui vacillait autour de moi, comme si tout se mettait à basculer, comme ci le monde s'était arrêté autour de moi, plus rien, plus de voitures, plus de gens, plus de bruits (alors que j'étais en plein centre de Paris)...et là, comme abasourdie, comme dans un rêve...je suis rentrée à pied et en métro je sais pas comment, j'ai pris le train je sais pas comment...juste que je revoyais dans ma tête ce moment où la spécialiste me disait "bon, ben je peux vous le confirmer, vous êtes bien HQI"...je sais pas trop dans quel état j'étais : à la fois sur une sorte de nuage et en même temps comme au bord d'un gouffre car tout mon monde précédent, toutes mes croyances, tout ce sur quoi je m'étais appuyé jusqu'à présent s’effondrait en moi tout à coup...je me souviendrais toute ma vie de ce moment unique, j'avais 35 ans et on était le jour de la saint valentin...et je m'étais dit que je m'offrais un beau cadeau à moi même Very Happy

3- ce que ça a changé en moi : ben au début c'était confus, je suis passée par la joie et l'envie d'en parler à mon entourage,de partager cette merveilleuse découverte...mais ça été très vite une grosse claque en pleine figure car mon entourage familial a très mal réagit, a très mal pris la chose...je me suis fait traiter de fière et d'hautaine, j'ai eu beau expliquer ma démarche, ce qu'était être zèbre et le fait que pour moi c'était pas une question d'être au dessus des autres, personne n'a vraiment compris. Ma mère m'a même dit qu'elle pensait que ma soeur pouvait être comme ça mais pas moi (bonjour la claque là) et a mis des plombes avant de comprendre que j'avais fait des tests avec une spécialiste qui attestait de cela. J'ai fini par offrir le bouquin de JSF à mes parents et ma famille : ma mère l'a lu et s'est reconnue dedans (ouf) mais a dit "pour moi c'est trop tard, on peut rien y faire", mon père a jusqu'à aujourd'hui (ça fait 2 ans que je leur ai offert le livre) refusé de le lire sous prétexte qu'il refuse les étiquettes Crying or Very sad ...mon petit frère (de 31 ans) envisage seulement aujourd'hui d'être zèbre (ce dont je ne doute pas) et veux éventuellement lire le livre (yes!!!), ma sœur ainée (sans doute pas zèbre)s'est mise en colère et refuse de parler de ça car son fils est zèbre (diagnostiqué) mais pour elle s'est des conneries, mon autre soeur a lu le livre mais doute pour elle (mais elle est aussi surement zèbre)...
Bref, ça a été un cataclysme au niveau familial...mais les choses se décantent et je dirais que le tabou tombe (sauf pour ma sœur ainée) et je peux maintenant en parler librement.
Au niveau des amis, ben je me suis rendue compte que sans doute 80% de mes amis sont certainement zèbres...et donc ça a facilité les échanges...certains sont plus ou moins curieux de cela. Une amie m'a dit il y a quelque temps qu'elle avait été diagnostiquée enfant. Le fait d'en parler auprès de mes amis, je me rends compte que ça permet aussi pour certains qui sont parents, de se poser la question pour leurs propres enfants et de lire des livres concernant les enfants zèbres.
Donc, les répercussions sont grandes.

Pour moi, cette découverte a marqué un tournant majeur dans ma vie. J'étais déjà en plein questionnement, en pleine reconstruction personnelle, mais ça a été comme un booster énorme qui a tout accéléré quand à mes choix personnels, mes choix de vie, mes choix professionnels (même si je le dis, les choses étaient déjà amorcées). Même si je suis passée par des moments de colère énorme de voir tout ce gâchis de le savoir qu'à 35 ans...mais en même temps, quelle chance!!!je ne l'aurai peut être jamais su si je n'avais pas fait cette thérapie avec une thérapeute zèbre (je le savais pas au départ).
Cela fait maintenant 2 ans et demi que j'ai fait cette découverte et je peux dire maintenant que : savoir que je n'étais ni bête, ni folle, ni tordue...mais seulement HQI Smile , avoir pu mettre des mots sur mes maux, sur mon malaise permanent...ben ça été libérateur. ça m'a redonné confiance en moi, en mes capacités...ça a permis de revisiter mon passé, de le comprendre différemment et aussi de mieux l'accepter...ça m'a permis de tourner la page doucement : il y avait la zébuline d'avant, dans une peau qui n'était pas la sienne...et il y a la zébuline de maintenant, qui porte avec joie sa peau de zèbre et qui l'accepte aussi avec ce que cela comporte en terme de fragilité, de différence...mais j'en ai fait en moi une grande force... et, tout les jours de ma vie je trouve de beaux moments et des instants merveilleux à vivre que je savoure pleinement, même si ces instants sont parfois furtifs...
Donc, je ne regrette rien et je sais que pour moi (mais ce n'est que mon expérience) le fait de la savoir et de le vérifier avec une professionnelle, ça a été fondamental dans ma démarche. Mais j'ai aussi pris le temps avant de faire cette démarche ( car il faut savoir qu'avant d'avoir lu le livre de JSF, ma thérapeute a essayé plusieurs fois, pendant des mois et des mois, de me mettre la puce à l'oreille sans que je tilte...c'est vraiment la lecture du livre de JSF qui a servi aussi de premier révélateur et qui m'a donné envie de faire la démarche), le temps de me sentir prête...car sans doute qu'aussi j'étais prête à affronter les changements que ça allait entrainer dans ma vie. Car pour moi, ma vie a changé et change aussi du tout au tout.

Zèbuline ... (qui découvre la vie et qui est heureuse de vivre drunken )

zebuline
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 43
Localisation : Bretagne sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par pique à choux le Jeu 22 Sep - 21:49

Voilà, le rendez-vous avec la psy est fixé et la machine est lancée. Temps écoulé entre le doute quant à une éventuelle zébritude et la prise de rendez-vous : 1 mois. Je pensais honnêtement prendre rendez-vous en 2012 et c'est ce que j'avais envoyé par mail à cette psy, mais l'incertitude me rongeait... Une semaine plus tard, je lui renvoie un mail pour lui dire que finalement le plus tôt serait le mieux. Et sincèrement, je me sens un peu plus apaisée d'avoir fixé une date. En même temps, quant j'ai reçu un mail de ma future psy me demandant des informations pour constituer le dossier, ça ma fait bizarre. ça me confrontait à la réalité, au fait que je devrais en parler et que peut-être je suis complètement à l'ouest !!!! Un petit moment de grande solitude et un petit froid dans le dos... Le bilan va commencer dans un mois et demi et va s'organiser sur 3 rendez-vous (anamnèse, test WAIS IV, retour du bilan).

Entre temps, j'ai lu "Différence et souffrance de l'adulte surdoué" de Cécile Bost et je me suis pas mal reconnue pour un bon nombre de choses... mais est-ce vraiment spécifique aux zèbres ?

Affaire à suivre... Je viendrai quelque soit le résultat témoigner de mon vécu. J'apprécie beaucoup lire vos témoignages, ça m'aide... MERCI A VOUS TOUS pour vos partages !


pique à choux
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 08/09/2011
Localisation : sur MA route

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Aeud le Dim 25 Sep - 1:37

Je ne sais pas trop quoi dire... Je viens de trouver ce site ( interessant) bien que n'étant pas très net la (moi, mais cela ce pardonne, c'est le wek-end), me suis inscrit me sentant plutot concerné et trouvant avec une certaine ouverture et chance de discuter. Ensuite j'ai choisis de consulter ce sujet, le premier. Voila, je ne suis pas là pour raconter ma vie mais faire part de mon "expérience". Alors....... (Je vais essayer de mettre un peu d'ordre.)
Sachant que j'ai deja passé le test depuis plusieurs années et n'ai jamais été en proie au doute que vous avez pu avoir, l'ayant passé plus tot et n'ayant pas encore la vingtaine.

1) Cela devait etre, non plutot c'est sur en cinquième ( je suis actuellement en terminal) Ne faisais rien a l'école bien qu'en dehors m'interessé a tout, lisé tant des livres d'économies, de politiques, d'histoires ou autres selon mes envies passant tant par la psychologie que la médecine.J'étais très curieux mais ne faisais que dormir en cours ou contredire constamment les professeurs. Au niveau scolaire c'été la galere, bien que je m'en moquais deja plus qu'un peu, remettant dejaen cause l'éducation et le fait qu'elle soit fait pour la majorité et que je n'avais pas a m'y plier. Un rebelle. Mes parents décidèrent donc de prendre rendez vous pour que je passe un test de QI. Je ne vais pas dire que j'étais stressé loin de la, cela n'a jamais été dans mes habitudes mais plutot curieux de voir comment cela marché et me faire un avis sur le sujet.

Désolé si c'est un peu court por la premire partie ou pas assez complet mais nesais pas tropquoi dire d'autre, j'ai essayé de peindre grossièrement mon état avant le fameux test. Je passe donc a la seconde partie

2) Je pense pouvoir dire que le test ne m'a rien appris, mais a plutot engendré une multitude de question sur sa fiabilité, d'ou pouvait venir ces capacités sur la psychologie en général.

et enfin l dernière parite.

3) Ca n'a pour moi rien changé de particulier sauf m'assurer que mon comportement est ma confiance était justifié.

Et cela nos capacités notre entourage ne peut le comprendre croyant que l'on doi absolument travailler pour arriver a ces fins alors que l'on en a pas toujours besoin. J'espére avoir répondu au sujet Smile


Aeud
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 4
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par UnNouveauMembre le Dim 25 Sep - 2:41

ikeagirl a écrit:Hello,

1- Je me suis toujours sentie à côté de la plaque, et en parallèle j'étais en avance à l'école et m'ennuyait beaucoup. Au cours des années je me sentais de plus en plus limitée, j'avais l'impression d'être idiote et inadaptée et ça me bouffait la vie. J'ai commencé à penser sérieusement au test il y a peut-être un an, mais j'avais peur de la réponse - quelle qu'elle soit, tout en ayant les mêmes doutes que Pikachu (crise existentielle à 2 balles)
Et puis, il y a 2 ou 3 mois, je me suis dit "oh et puis m...., au moins je serai fixée !". Marre d'être dans les "peut-être" ! Je me disais : si je le suis, ok, cool, ça explique pas mal de choses et ouvrira des perspectives, et si je ne le suis pas, eh bien il faudra que je trouve un moyen de régler ce qui ne va pas (et donc ouverture de perspectives aussi). Je n'avais rien à y perdre !

État d'esprit au moment de le passer : le trac avant, puis beaucoup moins pendant.


2 - Concernant l'observation psychologique, je n'ai pas appris grand chose que je ne savais déjà, et pour ce qui concerne le test de QI, le résultat m'a fait l'effet d'un super cadeau de Noël. ("Bonjour Madame, j'ai l'impression d'être totalement stupide. ... Ah, en fait je suis THQI ? Hohohohohohoho ! Cooooooooool"). J'étais euphorique et incrédule. 1er effet Kiss Kool.


3- 2ème effet Kiss Kool : Je suis passée de l'euphorie à l'impression d'être condamnée à me sentir toujours décalée ou selon les moment d'avoir juste eu un coup de bol, ou que ce n'est pas possible, ou que je suis vraiment nulle de n'avoir rien fait de ça, ou tout en même temps. Mais je sais que ça passera (ça ne fait que 2 semaines que j'ai eu le résultat). Autant avant le test, j'avais abandonné l'idée qu'une thérapie pouvait me servir, autant maintenant j'ai envie d'en entamer une, au moins pour parler à un professionnel de mes doutes, interrogations, ressentis, histoire de tirer quelque chose de positif tout ça (c'est un peu le but de départ ^^), et surtout de trouver un moyen d'exploiter ce potentiel histoire de m'apaiser un peu l'esprit et de me sentir moins comme la pire des bouses au quotidien.



Je crois que tu as tout dit : quand on sort de chez la psy, on a l'impression d'être le roi du monde (pas dans le sens qu'avoir un HQI puisse donner le melon ou quelque complexe de ce genre Very Happy mais dans le sens qu'on se sent revivre) mais rapidement on se demande ce que ça change concrètement et on se retrouve perdu (enfin en ce qui me concerne, bon faut dire que j'ai passé le test y a 2 semaines et demi et j'ai le résultat (enfin bilan, même si le chiffre m'avait déjà été donné) depuis même pas 10 jours)

UnNouveauMembre
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 60
Date d'inscription : 06/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Zupiter le Dim 25 Sep - 11:07

UnNouveauMembre a écrit: rapidement on se demande ce que ça change concrètement et on se retrouve perdu
hum, c'est décourageant..
j'ai déjà eu plusieurs fois l'impression de prendre un nouveau départ dans la vie, et puis finalement non, rien ne bouge.
là en te lisant, je me dis que ça va encore faire pareil avec le test.
le bon côté, c'est que ça m'enlève un peu de pression pour le réussir (ou le rater).

Zupiter
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 345
Date d'inscription : 20/08/2011
Localisation : chez moi, dés que j'aurai retrouvé la route.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Invité le Dim 25 Sep - 11:32

Rien ne bougera, si tu attends depuis l'extérieur. Tu trouveras de quoi te nourrir, distraire, échanger...

Mais ce qui bouge le plus, ce qui nourrit le plus, vient de ce que tu démarres toi-même, à ta façon, sans forcément que ce soit visible à tous ou à d'autres. Suivre son coeur, ses envies... Fabriquer ses propres trucs de A à Z. Et là tu peux enfin avancer et bouger selon ce qui te correspond, puisque c'est toi. Wink

Tu cherches un bon feu qui te réchauffera, parmi ce qui existe, mais nul ne réussit à te satisfaire...
Assied-toi et fais-le.
Celui-là te plaira davantage. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Aeud le Dim 25 Sep - 11:56

Je ne voudrais pas te décourager mais le test ne va rien changer de fort pour toi, si tu avais deja la confiance et étais deja sur du résultat ca ne fera qu'appuyer ce que tu pensais, tu seras toujours le meme. Si tu doutais de tes capacités tu continueras surement a encore te remettre en question et remettras aussi le test en question. Le but du test et de son résultat pour un "renouveau" et l'interprtation que tu feras par la suite, et meme il ne faut pas qu'il change quelque chose en toi, il n'est pas la pour ca. N'espére pas te sentir meilleur ou pire, tu seras simplement ou tu peux "te situer" et àcombien on peu estimer certaine de tes capacités ce qui ne change nullement ces dites capacités. Si tu ne penses qu'a ca le test est préférable mais tu devrais aussi te demander pourquoi te poses tu autant de question? Tu te sens différent etc, regarde les autres différemant oui mais tu n'as nullement a changer tu es comme tu es. Perso j'ai toujours fais en sorte que les autres change dans mon sens et pas le contraire. Navré je divague mias il ne faut pas non plus que tu vois le résutat comme l'ouverture vers un autre monde et d'autre pesonne. Moi qui suis encore a l'ecole je suis touours avec autant de navet :p

Aeud
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 4
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Zupiter le Dim 25 Sep - 14:25

@ Kara
Spoiler:
Kara a écrit:Suivre son coeur, ses envies...
mon cœur et mes envies sont surdimensionnés pour cette petite planète[mode folie des grandeurs off]
Kara a écrit:Fabriquer ses propres trucs de A à Z.
ma procrastination aussi Razz ...mais je vais y méditer, merci beaucoup!

@Aeud: oui, je cherches à me situer. et oui je me pose déjà la question "mais pourquoi je me poses autant de question" Wink
quant au resultat, j'en suis presque sûr, ce sera 129 What a Face

Zupiter
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 345
Date d'inscription : 20/08/2011
Localisation : chez moi, dés que j'aurai retrouvé la route.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Aeud le Dim 25 Sep - 15:45

Pourquoi 129? :p Vous fixez a barre des "surdoués" a 130? Dsl nouveau sur le forum je n'ai pas encore les repéres. Au pire tu n'auras qu'a arrondir a 130 Very Happy, pour un piint c'est le meme. Mais après avoir étais "situé" ne te sens pa devoir quelque chose ou que ca va changer, non tu seras seulement a combier sont mesuré certane de tes capacités. Tu n'as pas a stresser ou autre ca ne changera rien mais plutot a profiter de tes journées.

Aeud
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 4
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Boq-Boq le Lun 26 Sep - 14:20

1) 3 mois. Pas trop de stress mais l'envie d'en avoir le cœur net. J'étais déjà pratiquement convaincu après la lecture de JSF.

2) J'ai dit : "c'est un choc".
La démarche m'a appris quelques trucs sur mon fonctionnement intellectuel, en accord avec la structure du test, par contre pratiquement rien sur tout le reste, qui m'intéressait beaucoup : émotivité, sensibilité, insatisfaction etc. Pour me renseigner sur ces sujets-là, je lis : ZC, C. Bost...

3) Dans mon expérience, ça change énormément de choses :
- relecture du passé à la lumière de cette nouvelle information : ça donne de la cohérence et permet de comprendre tout un tas d'événements qui restaient un peu bancals. J'ai trouvé important de mieux comprendre ma vie.
- amélioration de la confiance en soi ; c'est pas du luxe. Ça m'a permis d'envisager pour l'avenir des choses tout à fait nouvelles, peut-être même qu'un masque commence à tomber...

Au total, la prise de conscience est un réaménagement en profondeur. Attention, la prise de conscience ce n'est pas la même chose que le test mais il contribue à la créer ou la renforcer. Bien sûr, au total, les capacités ne changent pas, par contre la manière dont on les vit, notamment leur mise en œuvre, oui. Ça m'a permis de lancer des projets ou d'envisager des changements sérieux dans ma vie, bref de penser à la réalisation peut-être plus complète de ce potentiel.

Boq-Boq
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 69
Date d'inscription : 30/08/2011
Age : 43

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par pique à choux le Ven 4 Nov - 12:53

Voilà... deux mois se sont écoulés et j'ai enfin mon premier rendez-vous lundi. Ce ne sera que l'anamnèse, mais cette première prise de contact me stresse un peu tout de même.
Pendant ces deux mois, j'ai plongé tête baissée dans le boulot pour occuper mon esprit et tenter d'oublier cela, je me suis inventé des vies où tout est possible,... Mais voilà, la réalité me rattrape et il va falloir m'y confronter.
Je reviendrai pour y laisser mes impressions...

pique à choux
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 08/09/2011
Localisation : sur MA route

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par iralhepre19 le Sam 5 Nov - 14:09

bonne chance Pikachu !!
Moi j'ai passé le test a 8 ans sans savoir que je passer un test qui pouvait avoir une tel influence sur ma façon de voir les choses !
Bref a 8 ans j'apprend que je suis surdoué, HQI, enfin appelé ça comme vous voulez !
à l'école primaire la maîtresse qui ne pouvais absolument pas voir mes parents décide de me faire voir un psy pour refaire un test parce qu’elle me trouve dissipé en cours , bavard , mes resultats sont très bon pourtant je ne travaille pas !
Mais rien y fait la prof me prend pour un attardé qui et incapable de se concentré le 2eme test remontre que je suis disons pas normal !
Voila ça fais 11 ans et maintenant je me demande si je devrai pas en refaire un parce-que j'ai commencer a raté mes études a partir de la première S , j'ai raté mon BAC !
Je n'arrive pas a travaillé mes cours ça m'ennuie , je les comprends pas , j'ai mieux a faire !
je ne comprenais pas pourquoi je n'y arrivai pas alors que tout le monde dis que c'est si simple , j'en ai fini par oublier qu'on m'avais testé et que je n'étais pas comme les autres !

C'est a mon cours de guitare de Jeudi que mon professeur m'a demandé si j'avais fais un test de QI en plein milieu du cours , alors je savais pas trop pourquoi il me demandai ça mais apparemment c'est parce-que il remarquait en moi des réactions , des façons de parler , des trucs qui lui font penser que peut-être je serai comme lui !! Voila jeudi dernier j'ai parler avec lui pendant 1h et j'ai compris que tout ce que je ressentais étais normal si j'étais un HQI !

Voila il m'a conseillé ce site qui a l'air cool j'y suis que depuis 1 h mais ça m’intéresse !

Ma question c'est ( je sais que c'est pas le sujet mais la on va surement me répondre quand même) : est ce que je dois refaire le Test ??

iralhepre19
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 19
Date d'inscription : 05/11/2011
Age : 24
Localisation : TULLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par pique à choux le Mar 8 Nov - 21:02

Merci iralhepre19 !

Franchement, je me suis étonnée moi-même à quel point j'étais calme pendant l'anamnèse. Un peu perplexe par moment, mais je n'ai pas ressenti de stress. Donc après ce premier rendez-vous, je suis contente d'avoir enfin rencontré ma psy et soulagée d'avoir pu enfin abordé mes doutes quant à une éventuelle zébritude sans me sentir jugée ou sans devoir gérer moqueries ou autres... Elle a su me mettre en confiance ce qui m'aide pour la suite.

Je stresse toujours pour le WAIS IV. J'avais réussi à faire un peu abstraction de mes doutes en bossant à fond, mais ce rendez-vous les a remis aux premier plan. Je ne peux m'empêcher de penser que ce n'ai que le fruit de mon imagination et que finalement j'ai tantôtdes caractéristiques de borderline, tantôt maniaco-dépressive et tantôt paranoïa. Et finalement vous me direz qu'on peut bien être zèbre et être borderline, maniaco-dépressif et parano ! Mais j'ai plutôt l'impression que la zébritude pourrait expliquer certains traits sans qu'il s'agisse de pathologie alors que si les tests sont négatifs... !?! Bref, dans l'attente, les doutes reprennent le dessus et j'ai la boule à l'estomac... Vivement que la Terre tourne, tourne, tourne et que je me retrouve assise à nouveau dans son bureau pour les tests !

Quant à ta question iralhepre19, tu as déjà fait 2 fois le test qui t'attestent une zébritude donc tu peux bien refaire le test une troisième fois (entre nous, tu connais déjà le résultat du 3ème puisque être zèbre n'est pas une caractéristique variable dans le temps, c'est un fait), mais tu n'y croiras pas plus que maintenant... La réponse t'appartient, mais que cherches-tu ?


pique à choux
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 08/09/2011
Localisation : sur MA route

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Jackychan le Mer 9 Nov - 22:24

Coucou jeune zebrette!

Ce n'est pas le test de QI qui te dira qui tu es vraiment, je pense...
Tu as toute la vie devant toi pour te faire les dents dans le monde du "concret", en travaillant, bref pour progresser sur le terrain et faire ton expèrience. C'est ainsi que je me suis révéler à moi- même et... sans bac.
Bonne chance,

Jackychan
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 08/11/2011
Age : 45
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par iralhepre19 le Mer 9 Nov - 23:46

eh bien ce que j'attend , c'est d'en être sûre et conscient parceque quand j'ai fais les test j'étais coscient de rien j'étais trop jeune ! je sais pas trop ce que je recherche Pika !
En même temps je passe mon temps a réfléchir sur tout et n'importe quoi , et je me pose jamais de question sur moi c'est un peu bête ! Smile mais je vais m'y mettre ^^ qui sais ? peut être vais-je trouver le graal !! (j'vois pas le rapport )

iralhepre19
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 19
Date d'inscription : 05/11/2011
Age : 24
Localisation : TULLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Invité le Jeu 10 Nov - 22:54

.


Dernière édition par Loic le Jeu 6 Déc - 19:09, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Fata Morgana le Jeu 10 Nov - 23:02

Tiens ça à distance. Respire. Tu n'as rien de quelqu'un "dans les limbes" et cela quelque soit le résultat.
Prends le temps de relativiser.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan psychologique - quelles attentes avant, quel impact après...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum