En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Noun le Ven 28 Sep 2018 - 17:05

Bonjour à tous,

C'est mon premier message sur ce forum, je souhaitais avoir votre avis sur la situation que je vis actuellement et qui dure, à mon sens, depuis trop longtemps.
La zébritude de ma compagne a été diagnostiquée il y a 4 ans environ, avec un QI de 140 et des bananes.
Elle a passé ce test sur les conseils de sa psychanalyste, et cela a finalement mis un terme à 6 ans de psychanalyse.
Cela lui a fait beaucoup de bien, car elle a enfin compris pourquoi elle se sentait en décalage avec les autres depuis son enfance, elle a pu mettre des mots sur les difficultés relationnelles qu'elle a toujours connues, etc..

Elle a alors dévoré tout un tas de livres sur la question (que j'ai lus également, pour tenter de mieux la comprendre et améliorer notre relation), dont le fameux 'Trop intelligent pour vivre heureux ?'.
Ce livre m'a beaucoup remué, car à ma grande surprise, je me suis également retrouvé dedans. J'avais parfois la chair de poule en lisant certains passages, où pour la première fois de ma vie, j'avais l'impression que quelqu'un me comprenait parfaitement.
Pour autant, je n'ai pas passé de test, car en fait j'ai peur qu'il soit négatif ; moi qui me suis également toujours senti en décalage et qui ai traversé pas mal de difficultés, j'appréhende de ne pas pouvoir y trouver là l'explication qui me ferait dire "Ha ok, j'ai l'impression d'être anormal mais c'est normal... je suis un zèbre."

Mais je m'égare, ce n'est pas le sujet.
J'ai rencontré ma compagne à 20 ans.
On a emménagé ensemble au bout de 5 ans.
On s'est PACSé au bout de 10 ans.
On a fait un enfant au bout de 12 ans.
Aujourd'hui, notre fille a 6 ans.
Donc oui, on est ensemble depuis 18 ans, on peut dire qu'on ne s'est pas précipités pour faire les choses Smile
Cela est sûrement dû (en partie) au fait que notre relation a été _très_ tumultueuse, en fait j'ai l'impression de ne jamais véritablement avoir vécu notre relation de manière sereine.
La communication avec elle a toujours été compliquée, et je pense que c'est du fait de son hypersensibilité. J'ai le sentiment de faire beaucoup d'efforts et de prendre sur moi, mais ça n'a pas l'air de suffire. Elle a souvent des avis très tranchés, et le simple fait que je puisse tenir un discours plus nuancé peut la mettre dans un état émotionnel très instable, surtout lorsqu'il s'agit d'un sujet qui lui tient à cœur.
Elle prend alors mes paroles pour une agression caractérisée, c'est comme si le simple fait que j'exprime un avis différent revenait à nier l'existence de ses émotions.
Je suis persuadé que c'est la puissance des émotions qu'elle ressent qui la font parfois réagir comme ça.
Ce qui me pose problème, c'est qu'elle ne veuille pas reconnaître que pour son interlocuteur, ses réactions, quand elles sont explosives, peuvent également être blessantes.
Il peut m'arriver d'être anormalement irritable parfois, après une journée de boulot stressante, un manque de sommeil... mais après coup je sais le reconnaître et m'excuser, je ne vois donc pas pourquoi elle n'en serait pas capable également.

J'ai lu beaucoup d'articles sur le fait d'être en couple avec un surdoué, il y est systématiquement question de l'attitude que le non surdoué doit avoir face à cet "être de lumière" (ou "être d'exception", cela varie), des efforts qu'il doit fournir etc..
Je fais vraiment des efforts, mais j'ai l'impression que c'est unilatéral, que je suis obligé de subir.
Lorsqu'elle a appris qu'elle était HP, cela lui a fait un bien fou, elle a peu à peu retrouvé confiance en elle, elle s'est reconstruit, et elle a désormais une bien meilleure image d'elle même qu'auparavant. Mais j'ai l'impression qu'elle s'est arrêtée là, qu'elle ne réalise pas que sa spécificité peut parfois être pénible pour ses proches au quotidien, que c'est aux autres de s'adapter mais en aucun cas à elle.

Il y a clairement des choses qui me semblent déséquilibrés dans notre couple. Par exemple, en 18 ans de relation, je pense (sans exagérer hein), qu'elle a du me dire 'pardon' environ 3 fois (et parce que je lui avais expressément demandé). De la même manière, je ne l'ai _jamais_ entendu prononcé la phrase "Tu as raison, c'est moi qui ai tort."

Je l'aime, elle a une joie de vivre, une innocence, une capacité à s'émerveiller qui me font toujours autant craquer (et une mémoire véritablement flippante  Laughing ). Je lui trouve énormément de qualités, mais parfois elle me rend dingue.
Avez-vous vécu des situations semblables ?
Les zèbres ne sont-ils pas capables de faire des efforts pour améliorer une relation ?
Noun
Noun

Messages : 3
Date d'inscription : 28/09/2018
Age : 39
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par olivier77 le Ven 28 Sep 2018 - 17:21

Il ne faut pas confondre douance et personnalité.
Il me semble que c'est de sa personnalité et de son incapacité à se remettre en question qui te dérange.

Pourquoi dans un couple l'un devrait être dominé par l'autre?
Et enfin, au vu de ton post, je ne saurai que de te conseiller d'arrêter de culpabiliser et de te sous-estimer face à elle.

Le problème ne peut il pas se voir différemment: vous êtes ensemble avec les même blessures, puis elle reprend confiance en elle ce qui crée un décalage dans votre relation que tu ne peux rattraper qu'en prenant toi aussi confiance en toi.
Une autre tranche de vie s'ouvre. Saurez vous la construire ensemble?

pourquoi pas dialoguer par écoute active et communication non violente pour maitriser vos émotions; et pourquoi ne passes tu pas le test, tu sera fixé et ce ne pourra être que le début de la construction de ton estime de toi qui commence par te connaître et assouvir les besoins du 3e niveau de la pyramide, bref, ce qu'à fait ta chère et tendre Rolling Eyes
olivier77
olivier77

Messages : 64
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 38
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Meganaram le Ven 28 Sep 2018 - 19:25

Tu peux lui rappeler que même les gens intelligents se trompent (si elle en doute, impose lui deux heures de lecture des topics politique ou religion sur Zebrascrossing), et lui dire ensuite que tu souffres d'être mal considéré par elle et qu'elle n'est pas la seule à être sensible, et que tu es à bout.
Si ça ne change pas, et que ça te mine : valises et mouchoirs.
Meganaram
Meganaram

Messages : 68
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Invité le Ven 28 Sep 2018 - 21:40

Quand on aime ,on ne compte pas. (pas meme en score QI) Rolling Eyes Arrow

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Charv le Ven 28 Sep 2018 - 22:28

LOUIS CIFER a écrit:Quand on aime ,on ne compte pas. (pas meme en score QI) Rolling Eyes Arrow

Louis Cifer, sans doute y as-tu pensé en l'écrivant, mais c'est bien tout son problème, apparemment : malgré qu'il l'aime, dit-il, et fasse plein d'efforts, il ne compte pas pour elle. Ou pour du beurre.
Charv
Charv

Messages : 889
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 42
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Chuna le Ven 28 Sep 2018 - 23:24

J’adore ta réponde Meganaram Pété de rire

Le HP et l’hypersensibilité n’excuse pas tout, ni les caprices, ni l’orgueil mal placé...

Chuna

Messages : 15477
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Invité le Ven 28 Sep 2018 - 23:40

Salut Noun, je trouve que tu fais bcp d'effort (je ne peux juger que par ce que tu écris).
Ce qui est sur, c'est que ta femme est imparfaite comme tout être humain, et ce n'est pas son QI qui fait d'elle une flèche à l'épreuve des mauvais vents.

Personnellement, j'ai tendance à penser que c'est toujours le plus intelligent des 2 qui fait le plus d'effort. (je veux dire par là que tu fais bcp d'effort...)
Ce n'est pas parce qu'elle serait sur-émotive, qu'elle à le droit d'être blessante, et cela, il semble qu'elle soit en mesure de le comprendre toute seule. Ne renonce pas à ton bien-être parce que tu serais ébloui par ton ange tombé du ciel. Je n'ai pas de solution à te proposer, juste une certitude : quand on est intelligent, on est capable de comprendre, mais "pouvoir" et "vouloir" sont deux choses bien différentes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Noun le Sam 29 Sep 2018 - 9:35

Merci pour vos messages. Smile
Il est impossible d'exposer dans un message la complexité d'une relation, surtout lorsqu'elle dure depuis si longtemps, mais je pense avoir réussi à présenter un aspect assez symptomatique de ce qui ne va pas dans notre relation.
Vos réactions sont assez unanimes, cela me conforte dans mon opinion.

Merci !
Noun
Noun

Messages : 3
Date d'inscription : 28/09/2018
Age : 39
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Marquise45 le Sam 29 Sep 2018 - 10:18

Noun, je me permets juste de relativiser les réactions ci-dessus : on n'a que ta version, pas la sienne Wink

Marquise45

Messages : 114
Date d'inscription : 15/07/2013
Age : 43

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Noun le Sam 29 Sep 2018 - 10:24

Oui, j'en ai bien conscience !
Noun
Noun

Messages : 3
Date d'inscription : 28/09/2018
Age : 39
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par I am just Nath le Sam 29 Sep 2018 - 21:11

Ben oui mais c est lui qui poste et qui en a marre, s il ne peut non plus l exprimer ici non plus pour donc encore faire un effort ici pour sa copine ici ? Elle n a qu a faire l effort de venir poster sa version ? Sinon l auteur du fil n en sort jamais ? S il ressent qu il en a marre ? Perso si quelqu'un me saoule grave, et qu on me dit arrêtes d être saoulee ??? Je quitte le gars et...la personne qui prend parti pour mon gars. Mode il me gonfle tu lui trouves des circonstances atténuantes ça vous fait des points communs mariez vous  Razz
I am just Nath
I am just Nath

Messages : 13173
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 49
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Charv le Dim 30 Sep 2018 - 0:47

Allez, je me lance.

En fait, j'avais rédigé un assez long post hier soir, qu'une fausse manip de "page précédente" a fait sombrer dans le néant sidéral et désespérant. Ca m'a sidéré et désespéré, figurez-vous, et, dépité, je suis allé me coucher. Gasp. (mais j'ai bien dormi quand même, merci) Mais ça me titille quand même, ce qui fait que me revoilà...


En premier lieu, je voudrais souligner combien me semble important ce qui a été dit en début de réponse (qu'il ou elle me pardonne, je ne tente plus la marche arrière pour vérifier le pseudo, mais le coeur y est, hein !), à savoir : ce n'est pas tant une question HP vs non-HP, que de personnalités, et de tolérance(s) de l'une par rapport à l'autre. Ce qui serait "officiellement prouvé", soit dit en passant, si, Noun, prenant ton courage dans une main et ton chéquier dans l'autre, tu passais le test, et qu'il s'avérait (pure hypothèse bien sûr !) (quoique...) que toi aussi, tu sois l'un de ces "êtres de lumière"... (mouarf, soit dit en passant ; ce genre d'humour et de provoc me plaît beaucoup ! Que je me dis que ça serait bien d'un HQI, tiens... Mais non, j'ai rien dit...)

Tout à fait juste également de souligner qu'elle ayant boosté sa confiance, Noun reste un peu en carafe. Et que plutôt que de risquer de prendre confiance à son tour, par exemple en passant un Wais qui, au choix, le déclarerait "HQI" (et jackpot confiance !) ou le déclarerait "normal" (et juste, statu quo ante question confiance) (sachant qu'il y a quand même des chances que le score soit pas trop mauvais, puisque j'imagine qu'en 18 ans de vie commune, elle doit bien lui trouver d'autres vertus qu'un sourire allbright ou de grandes performances plumardesques, enfin moi je dis ça, je dis rien.) Bref, plutôt que de risquer de gagner en confiance, il préfère rester en n'ayant pas confiance, c'est son choix... (oui, c'est de la provoc, et y'a dans ce paragraphes plein de messages subliminaux chaussés de gros sabots !)


Secondement, évidemment, on n'a que ta version des faits, et nul doute que madame produirait un autre son de cloche (c'est juste une image, n'est-ce pas ?). MAIS point n'est question ici de trancher en faveur de l'un ou de l'autre, ou de prétendre à une quelconque équité, qui impliquerait qu'on attribuerait des bons ou des mauvais points, pour ne pas dire pire. Ou même carrément, qu'on essayait de "sauver" ou "condamner" leur relation. L'objet, le seul qui m'intéresse ici, c'est le souci que Noun se / nous pose. C'est lui qui cause : si lui trouve son compte à nos calembredaines, c'est tout ce que je souhaite ; et si, de surcroît, ça peut indirectement profiter aux deux, ma foi, formidable, mais sinon, ben... c'est pas notre problème, ça serait juste une cerise sur le gâteau. En revanche, j'ai envie de répondre pour moi, parce que je pense que, par le truchement de son questionnement, j'ai moyen d'avancer, moi. Ou tout simplement, de prendre du plaisir à rédiger ce message. Et toute motivation plus ou moins consciente, intime, exhibitionniste ou nombrilesque fera l'affaire. Toujours est-il que m'y voilà, et que ça m'amène à mon


troisièmement. Quelle était LA question de Noun ?

Noun a écrit:
Avez-vous vécu des situations semblables ?

Et puis, secondairement :

Noun a écrit:
Les zèbres ne sont-ils pas capables de faire des efforts pour améliorer une relation ?

Je laisse cette dernière question pour la fin, je pense que la réponse s'imposera d'elle-même. Et je prends donc la première à mon compte, et je veux bien en parler (euh, y'en a un peu plus, je vous le mets quand même ?). Puisque, oui, certains éléments de ton propos résonnent (raisonnent ?) très fortement pour moi, et que OUI, je pense avoir vécu des situations très semblables. Sauf que, dans mes histoires, ta compagne... c'est moi !


Noun a écrit:
Elle a souvent des avis très tranchés, et le simple fait que je puisse tenir un discours plus nuancé peut la mettre dans un état émotionnel très instable, surtout lorsqu'il s'agit d'un sujet qui lui tient à cœur.
Elle prend alors mes paroles pour une agression caractérisée, c'est comme si le simple fait que j'exprime un avis différent revenait à nier l'existence de ses émotions.
Je suis persuadé que c'est la puissance des émotions qu'elle ressent qui la font parfois réagir comme ça.
Ce qui me pose problème, c'est qu'elle ne veuille pas reconnaître que pour son interlocuteur, ses réactions, quand elles sont explosives, peuvent également être blessantes.

Je suis quelqu'un de plutôt doux, pondéré, la plupart du temps prêt à arrondir les angles, quoique certes un peu maniaque. Dans mon cas, pas de problème pour entendre un avis différent du mien, surtout s'il est exprimé avec éloquence et humour. Ajoutez-y une once d'auto-dérision, et j'aurais carrément plaisir à discuter. Mais qu'on remplace, dans ton propos, le mot "avis" par (je cherche le terme plus exact, plus concis, pour l'instant j'ai pas) "négation de mon être", et y'a le Hulk tout vert qui sort de moi (la femme que j'aime parle expressément de "transformation physique"). Là, selon l'intensité de la négation ressentie, ça peut aller du rentre-dedans amusé à la recherche de l'anéantissement total de l'autre. (attention, c'est verbal ET ça se voit physiquement, mais je n'ai jamais tapé ou menacé quiconque, ou même été tenté de, hein...)

Exemples :
- un abruti qui s'est garé au milieu du trottoir, empêchant quiconque de passer, notamment les poussettes. Là, généralement, j'interviens, c'est plus fort que moi. Mais celui qui est nié par l'abruti en question, c'est le "moi comme les autres" ; et mes réactions, généralement, amuseront les gens autour, et m'attireront, généralement toujours, des marques de sympathie. C'est un peu le "plus bas niveau" de la négation.
- j'ai manifesté mon envie de partir au plus vite de cette soirée où je m'ennuie (et c'est moi qui conduis), et l'autre me fait poireauter, poireauter, poireauter... Là, normalement, ça clashe. C'est pas forcément hyper-violent, mais il n'y a plus du tout d'humour ou de second degré. Ca serait un peu le niveau 2 ou 3 de la négation.
- on m'informe, par texto, donc sans me donner la capacité d'interlocution, qu'en fait, non, ça va pas être possible d'être au RDV dans une heure, on annule, mais on se rappelle, hein ? Ca me rend absolument furax. Si c'est un RDV boulot, l'autre est grillé. Si c'est mon amoureuse, je la rappelle pour la pourrir, ou ne la rappelle pas pendant 3 jours. Ca serait le niveau 4 ou 5. Notez que si, en lieu et place du texto, l'autre m'appelle, ça ne me fera certes pas plaisir, mais ma réaction restera tout à fait "dans la norme".
- on m'interdit de parler, a fortiori sur un problème que l'autre m'a amené, et qui n'est pas le mien (ça va, on en a assez discuté, chuis crevé, là), ou on me fait dire ce que je n'ai pas dit. Là, le gros bonhomme tout vert débaroule ! Et la seule alternative, c'est ma fuite (qu'est-ce que t'es susceptible !) ou l'anéantissement de l'autre (et c'est violent...). High level.


Comme de bien entendu, le degré d'intimité, ou, pour être tout à fait exact, d'amour, que je porte à l'autre (ce salaud !) sera non pas une circonstance atténuante (genre on pardonne plus facilement à ceux qu'on aime), mais au contraire un facteur aggravant : plus j'aime l'autre qui - trahison !- me nie, plus forte sera ma rage.
Noun a écrit:
Ce qui me pose problème, c'est qu'elle ne veuille pas reconnaître que pour son interlocuteur, ses réactions, quand elles sont explosives, peuvent également être blessantes.
Le truc, dans mon cas, c'est que c'est (enfin, plus ou moins, c'était, work in progress) totalement inconscient, littéralement "plus fort que moi". "Explosif", oui. Et, c'est pas tant que ça "peut" blesser : clairement, le but (et, clairement, inconscient, du moins non avoué !) est de faire très très mal (autant que tu m'as fait du mal), voire d'anéantir (comme tu m'as anéanti). Pour reprendre tes termes, Noun, c'est tout à fait normal que ça "pose problème" : c'est exactement le but recherché ! Et, si je parle pour moi, ce n'est pas tant que "je ne veux pas reconnaître" que c'est blessant, mais plutôt, que c'est parfaitement légitime, de la légitime défense, en fait !

Noun a écrit:
un état émotionnel très instable, surtout lorsqu'il s'agit d'un sujet qui lui tient à cœur.
Elle prend alors mes paroles pour une agression caractérisée, c'est comme si le simple fait que j'exprime un avis différent revenait à nier l'existence de ses émotions.
Bourdel de merde, c'est pas tout à fait pour les mêmes enjeux, mais j'ai l'impression que tu parles de moi, là ! Pour moi, c'est exactement ce qui se passe : je me sens agressé, et même nié dans mon existence. A cette aune, normal que je t'en mette plein la gueule, non ?


"pour un sujet qui lui tient à coeur", dis-tu. Forcément, je pense. Mais ce qui se joue là, à mon sens, ce n'est pas tant une question d'importance du sujet, que de revivre quelque chose d'insupportable.

Un peu grâce à un travail perso préalable fait tout seul ou avec ma psy (ces situations, je les ai vécues dans d'autres histoires amoureuses d'avant), et surtout avec la femme que j'aime aujourd'hui (HQI, oui, et c'est elle qui m'a fait lire mes premiers bouquins sur le sujet...) que j'ai pu autant cerner la chose. Avec elle, j'ai pu constater qu'il s'agissait bien d'une histoire de "négation de soi" ; et, parce que ça, c'est vraiment mon truc, j'ai pu me rendre compte que le pire, c'est lorsqu'il s'agissait de ma parole qui était niée (ou, du moins, que je le perçoive comme tel, of course...) : qu'on me nie, moi, c'est grave ; qu'on nie ma parole, ou ma possibilité de parole, là, c'est l'apocalypse psychologique (marrant, que je prenne ce terme d'apocalypse, quand on sait que ça veut aussi dire "révélation"... bref, je m'égare).

Au jour d'aujourd'hui, sur le high level, ayé, le mécanisme ayant vraiment été mis au clair (et mon aimée ayant vraiment failli foutre le camp à cause de ça, c'est pas mal, comme révélateur et stimulant !), j'arrive à respirer, à me calmer, et à pondérer.
Pour les étapes intermédiaires, y'a du mieux, mais c'est pas fini. Pas évident d'arriver à déceler "tiens, je suis en colère, et gravement, mais en fait, c'est parce qu'il s'agit encore de cette vieille histoire de négation du moi... Ca avance, mais, honnêtement, y'a des rechutes.
Donc, sur le "traitement symptomatique", je suis pas trop mal.

En revanche, d'où que ça me vient ? Evidemment, il s'agit d'une histoire d'enfance, de construction de mon moi, d'un rapport à mes parents, tout ça ; mais, précisément, je n'ai pas encore trouvé LA raison, L'origine première. Pour l'instant, je constate, et tâche de pondérer. C'est déjà pas mal.
Là-dedans, certainement que la douance vient rajouter un adjuvant, une capacité incendiaire supplémentaire à une donnée psychologique. Mais je ne pense pas que la seule douance explique cela.

Qu'en est-il de ta compagne ? J'en sais rien. Pour moi, en tout cas, je suis sûr qu'il s'agit d'un trouble existentiel lointain, préhistorique. Et que je revis un vieux trauma, que cette situation vient réactiver.


In fine, puisque c'était aussi l'autre question :
Noun a écrit:
Les zèbres ne sont-ils pas capables de faire des efforts pour améliorer une relation ?

Ben... à mon sens, il s'agit de bien plus que de simples "efforts", comme s'il s'agissait de se motiver pour aller faire un jogging ou ne plus mettre les doigts dans son nez... Quelque chose de beaaaaaaaaaauuuuuuuuuucoup plus profond. Qui, oui, peut évoluer, n'est pas imuable, et fixé de et pour toute éternité. Mais y'a du boulot, et si pour ta compagne, je n'en sais rien, je sais que pour moi, je ne suis capable de faire ce boulot que parce que JE le veux. Même si, certes, la femme que j'aime m'est aussi une vraie motivation, et m'aide beaucoup par sa capacité de dialogue, d'analyse, et de pardon. Bref, j'ai bien peur qu'il ne te / vous reste du boulot... Et les efforts que tu consentiras, ou non, ne joueront que sur ta capacité de rester avec elle, ou non. Mais ce ne sont pas TES efforts qui feront avancer le schmilblick. En revanche, peut-être, que tu consentes à plonger avec elle dans les abîmes pour comprendre ce qui se joue là...

Opération spéléo, banzaï !?


Dernière édition par Charv le Dim 30 Sep 2018 - 1:14, édité 1 fois
Charv
Charv

Messages : 889
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 42
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Invité le Dim 30 Sep 2018 - 1:06

Vivat

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par tim9.5 le Mar 2 Oct 2018 - 12:06

La douance a souvent pour cousines des troubles de l'attention avec ou sans hyparactivité, ou des troubles du spectre autistique (ça vaut la peine de creuser de ce côté. Les surprises peuvent être énormes, et le cas échéant, des solutions pratiques envisageables et efficaces permettent à la personne de mieux s'adapter à son environnement).
tim9.5
tim9.5

Messages : 376
Date d'inscription : 18/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Fla le Mer 24 Oct 2018 - 12:56

Bonjour à tous,

Je me permets "d'intervenir" pour apporter ma petite pierre à l'édifice ou plutôt mon humble participation et il me semble plus simple de parler de mon expérience personnelle pour aborder certains points.

Je suis une jeune femme de 30, hypersensible en mode Super Saiyan (En bref, j'ai toutes les caractéristiques au plafond). À force, de recherches durant des mois et des mois sur mon mode de fonctionnement/de réception et de pensées (Pensée en arborescence, très créative et qui ne s'arrête pour autant dire presque jamais) j'en suis venu au constat et à une quasi certitude que je serais peut-être moi aussi : Un zèbre.

J'ai dans l'idée de passer un test dans les mois à venir mais d'autres sujets m'impliquent beaucoup trop pour le moment : Ne pas rester fixe dans mon mode de fonctionnement (ancrages/expériences douloureuses, tendance à analyser la moindre chose pour me protéger et devancer... )

"Mais ou veut-elle en venir ?"

Je me suis retrouvée dans certaines descriptions de Noun et je peux me permettre d'écrire que j'ai été volcanique durant de nombreuses années, ou plutôt : Une porte de prison. Mon avis, ma vision des choses étaient pour moi "LA RÉALITÉ".

Cela ne veut pas dire que je n'étais pas douce, bienveillante et rigolote mais la moindre contrariété et mots de travers pouvaient me mettre dans des états pas possible car cela risquait de me sortir à tout moment de ma zone de confort. Mon arme à ce moment là ? : La colère/le rejet de l'opinion de l'autre puis une grande culpabilité accompagnée d'une incapacité de me repentir. En clair, je m'isolais dans ma propre réalité et souffrais.

Les choses ont bien changé depuis, et comment ? Je me fais bien plus confiance à force de faire des recherches car je développe mon intuition. Cela ne veut pas dire que je suis toujours dans la "justesse" mais que j'ai pris conscience que j'étais mon propre bourreau et que je ne pouvais pas totalement me faire confiance dans mes périodes "basses" où je suis à fleure de peau. Et pourquoi cela ? Car dans ces périodes là, je surinterpréte absolument tout dans le but de me donner raison car cela est plus facile.

Un point ne change absolument pas par contre et je pense que c'est un des points les plus essentielles : L'importance des MOTS.

Je travaille au quotidien à améliorer les échanges avec mon compagnon pour lui faire comprendre que je fonctionne différemment de lui et que j'ai en horreur quand il utilise des mots qui ne correspondent pas à la situation. Ces mots qui sont utilisés pour "faire taire" "faire culpabiliser" et créer une certaine forme "d'autorité suprême". Après 8 mois de relation, il me dit régulièrement "Ha !!! toi et l'importance des mots !!!!"... Oui mon chéri, oui !

Cela ne se produit pas que durant nos "disputes" (qui sont rares et ne durent jamais bien longtemps). Je peux bloquer pendant un bon moment suite à une conversation car je ne trouverai cette logique et justesse que j'estime tant. Si les mots ne sont pas bien choisis, je peux alors me retrouver d'une certaine façon frustrée et dans un besoin presque maladif de retracer tout dans ma tête pour ensuite revenir avec une synthèse et une proposition de mots/ de reformulation plus en accord et plus juste.

Pourquoi ? Car j'aime aller en profondeur et dans presque tout. J'aime la justesse et la précision tout comme je préfèrerai toujours l'honnêteté qui blesse et qui me permet d'évoluer et de m'améliorer que les silences gênés ou les évitements que je remarque à la seconde (et qui vont me faire cogiter de nouveau).

Mais j'ai bien conscience que cela ne doit pas être du tout évident pour mon compagnon au quotidien, voir fatiguant.

Je vais finir mon pavé mais je tiens à ajouter une dernière chose : Nous ne pouvons pas utiliser notre "mode de fonctionnement atypique"  pour justifier toutes nos réactions et actions. Nous sommes responsable de notre partie de la relation. Nous avons toutes les clés en mains pour devenir des personnes plus bienveillantes, respectueuses, humbles et sages. Tout cela implique du travail et une grande implication et une bonne dose de lâcher prise. Il faut expliquer, communiquer et ne pas rejeter l'opinion de notre entourage.

Alors, j'accepte l'information qu'on me donne, je la met de côté, j'y pense le plus tranquillement possible (j'accepte mon rythme et le temps qu'il me faut pour retrouver mon calme) et je reviens vers l'autre pour donner mon avis. C'est mon choix d'accepter ou non une information mais si je ressens au bout d'un moment et valide la chose alors je peux tout à fait m'excuser et reconnaitre que cela à été finalement bon pour moi.

Je crois bien... qu'il est finalement question de "respect" Smile

Je vous souhaite à tous une très bonne journée !

Fla
Fla
Fla

Messages : 4
Date d'inscription : 24/10/2018
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Lac-Thé-Rose le Dim 11 Nov 2018 - 22:24

Salut,

Je n'ai pas tout lu parce que je n'ai pas de conseil sur cette histoire, mais c'est très étonnant vous avez vécu aussi longtemps ensemble. Félicitations, c'est comme un rêve d'enfant.
Lac-Thé-Rose
Lac-Thé-Rose

Messages : 723
Date d'inscription : 18/07/2016

http://yopyyo.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Conseil important

Message par Sol Invictus le Lun 4 Mar 2019 - 21:18

Noun, ton histoire me fait terriblement penser à la mienne, et voici ce à quoi je te conseille de réfléchir en profondeur : il existe des pervers narcissiques qui miment la zébritude, qui comme les zèbres ont un quotient intellectuel très élevé, sont d'une empathie extrême (mais une empathie évidemment dénuée de compassion). J'ai mis plus de 15 ans à voir derrière le masque de cette personne, et encore j'ai eu une chance incroyable de remarquer chez elle un comportement (évidemment caché) d'une gravité extrême sur un nourrisson. Si j'étais resté aveugle, je serais probablement mort à l'heure qu'il est. Si tu sens que quelque chose dissone chez ta compagne, réfléchis bien à sa nature profonde.

Sol Invictus

Messages : 6
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Sol Invictus le Lun 4 Mar 2019 - 21:26

Noun a écrit:Il y a clairement des choses qui me semblent déséquilibrés dans notre couple. Par exemple, en 18 ans de relation, je pense (sans exagérer hein), qu'elle a du me dire 'pardon' environ 3 fois (et parce que je lui avais expressément demandé). De la même manière, je ne l'ai _jamais_ entendu prononcé la phrase "Tu as raison, c'est moi qui ai tort."

Cette attitude me paraît presque pathognomonique de la perversion narcissique.

Sol Invictus

Messages : 6
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par dede973 le Lun 4 Mar 2019 - 23:40

Salut. Je n'ai pas lu toutes les réponses.
Ce qui me dérange dans le post (et le titre), est que j'ai l'impression que tu associes les difficultés au fait qu'elle soit hp. Et si c'était autre chose ? Parfois, on arrive au bout d'une histoire, c'est comme ça, on évolue différemment, les attentes ne concordent plus.
dede973
dede973

Messages : 44
Date d'inscription : 20/02/2019
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Mentounasc le Mar 5 Mar 2019 - 0:06

Sol Invictus a écrit:Noun, ton histoire me fait terriblement penser à la mienne, et voici ce à quoi je te conseille de réfléchir en profondeur : il existe des pervers narcissiques qui miment la zébritude, qui comme les zèbres ont un quotient intellectuel très élevé, sont d'une empathie extrême (mais une empathie évidemment dénuée de compassion). J'ai mis plus de 15 ans à voir derrière le masque de cette personne, et encore j'ai eu une chance incroyable de remarquer chez elle un comportement (évidemment caché) d'une gravité extrême sur un nourrisson. Si j'étais resté aveugle, je serais probablement mort à l'heure qu'il est. Si tu sens que quelque chose dissone chez ta compagne, réfléchis bien à sa nature profonde.

Noun, c'est très étrange, en te lisant, je me suis fait la même réflexion que Sol Invictus.
Je me suis même dit par ailleurs qu'il y avait un côté "Asperger" et en même temps une sorte d'autisme chez ta compagne.

En outre, un participant à ce sujet a souligné qu'il ne faut pas confondre "personnalité" et "zébritude".
Et il est bien possible que la personnalité de ta compagne soit aux yeux d'autres que toi parfaitement détestable.

Je pense que dans l'immédiat, il te faut faire un point plus sérieux sur ce qu'elle est, et non plus te fier à ses seules déclarations.
Mentounasc
Mentounasc

Messages : 227
Date d'inscription : 16/01/2019
Age : 63
Localisation : Autour de Monaco

https://www.jecontacte.com/profil/Mentounasc

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Xyv' le Mar 5 Mar 2019 - 11:51

Noun n'a plus trop l'air de fréquenter ces pages, mais au-delà de cet aspect, ce que la situation qu'il expose m'évoque, c'est cette tendance de certains zèbres à se figer dans leurs rayures aussitôt que le test les a mises en évidence, et à les brandir comme justificatif de comportements inconfortables pour leur entourage, juste parce qu'ils ont été référencés dans la looongue liste des "symptômes" de la zèbritude.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'au lieu d'utiliser le test pour travailler sur soi et progresser, certains zèbres se cachent derrière pour justifier un immobilisme, une tendance à l’auto-apitoiement, et, soyons franc, pour certains, une attitude égoïste.

Comme si être zèbre justifiait tout pour ces individus et les dispensait de faire des efforts d'adaptation. En cela l'expression "être de lumière" utilisé par Noun m'a beaucoup plu : figés dans la beauté lumineuse de leur intellect, ils attendent qu'on les accepte et les reconnaisse dans toute leur singularité, défauts et inadaptations aux autres inclus, en se sentant dispensés de reconnaître et accepter l'autre en face dans sa propre singularité.

Comme s'ils avaient le monopole de la sensibilité et de la souffrance.
Comme si la progression personnelle ne les concernait plus.
Comme si être zèbre était un état stable, définitif, une fin en soi.
Xyv'
Xyv'

Messages : 43
Date d'inscription : 19/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus Empty Re: En couple avec une zebrée : je n'y arrive plus

Message par Mentounasc le Mar 5 Mar 2019 - 12:07

Xyv' a écrit: …/… cette tendance de certains zèbres à se figer dans leurs rayures aussitôt que le test les a mises en évidence, et à les brandir comme justificatif de comportements inconfortables pour leur entourage, juste parce qu'ils ont été référencés dans la looongue liste des "symptômes" de la zèbritude.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'au lieu d'utiliser le test pour travailler sur soi et progresser, certains zèbres se cachent derrière pour justifier un immobilisme, une tendance à l’auto-apitoiement, et, soyons franc, pour certains, une attitude égoïste.

Comme si être zèbre justifiait tout pour ces individus et les dispensait de faire des efforts d'adaptation. En cela l'expression "être de lumière" utilisé par Noun m'a beaucoup plu : figés dans la beauté lumineuse de leur intellect, ils attendent qu'on les accepte et les reconnaisse dans toute leur singularité, défauts et inadaptations aux autres inclus, en se sentant dispensés de reconnaître et accepter l'autre en face dans sa propre singularité.

Comme s'ils avaient le monopole de la sensibilité et de la souffrance.
Comme si la progression personnelle ne les concernait plus.
Comme si être zèbre était un état stable, définitif, une fin en soi.


C'est on ne peut plus juste.
Il est parfaitement possible que la compagne de Noun soit dans ce cas de figure !
Mentounasc
Mentounasc

Messages : 227
Date d'inscription : 16/01/2019
Age : 63
Localisation : Autour de Monaco

https://www.jecontacte.com/profil/Mentounasc

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum