Mal de mère

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 20:45

Ca me rappelle quand m'a mère nous a dit un jour (je devais avoir dans les 13 ou 14)
"Je vous en voudrais ENORMEMENTTT si l'un de vous se suicidait, je ne vous le pardonnerais jamais !"

Je me suis dit une fois de plus que jamais je ne la comprendrais. Si j'avais un fils qui se tue, je serais effondré de tristesse, de questionnement et de remise en cause, mais pas elle... elle se serait contenté de nous en vouloir. Trop easy!

Je ne dis pas ça pour qu'on s'apitoie sur moi, je m'en fou maintenant. Juste une anecdote d'une petite phrase révélatrice, et qu'on peut ne plus entendre quand on baigne dedans tous les jours depuis sa naissance. Le genre de chose qui sali l'équilibre malgrès soi. Comme un buvard  posé sur un petit caca auquel personne de porte d'attention.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par chuna56 le Mer 5 Sep 2018 - 21:02

Je finis par me demander s'il ne faut pas avoir soi même eu des parents toxiques pour réellement comprendre ce que c'est, comment on se sent, pourquoi on réagit de la sorte.

Le jour où ma psy m'a dit "non, c'est pas normal ce qu'on vous a fait", alors que j'ai passé des années à raconter des évènements traumatiques comme si de rien n'était, sans réellement me rendre crompte qu'en effet, non, c'était pas normal, ça m'a fait tout bizarre.
Et le réflexe, c'est de minimiser.
Et ce qui est encore plus impressionnant, c'est qu'un jour, j'ai fait ça à ma mère. Alors qu'elle me racontait la même histoire que les 1000 autres fois où son père l'avait malmenée, je lui ai dit ça : "non, c'est pas normal. C'est horrible ce qu'il t'a fait". Et elle m'a regardé avec des yeux ronds, et m'a dit "ah bon ?"
Mais ça ne l'autorisait pas pour autant à faire des conneries avec moi.

Ces parents, qu'ils nous aiment quand même ou pas, ils ont une constante : l'absence de remise en question.
On peut tenter de discuter, ça finit généralement au conflit. Soit par des arguments d'autorité, si ce ne sont pas des insultes, soit des larmes de crocodiles qui appuient sur le bon bouton de la culpabilité qu'ils ont installé dans l'enfance.

Certains sont de vrais pervers, d'autres le sont malgré eux. Mais le résultat est le même au final.
Un enfant tout cabossé avec de grosses casseroles derrière lui.
avatar
chuna56
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10288
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 37
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 21:06

@youcancallmelily,

Mon avis :  ce que tu écris dans ton message initial, c'est les conséquences d'un sentiment d'abandon.
"Je n'ai pas reçu d'amour, donc personne ne pourra m'aimer"
"Je fuis les situations qui pourrait me remettre face à une situation d'abandon, quitte à briser le lien moi-même pour anticiper la souffrance bien plus grande qui me serait insupportable"

Pour répondre à ta question :
1) Je t'encouragerais à prendre conscience que tu es quelqu'un d'estimable, et d'aimable (comprendre "j'ai le droit de recevoir de l'amour", "je n'ai pas besoin de trouver une justification rationnel au fait que des personnes m'apprécient")
2) Ce n'est pas aux enfants (durant l'enfance) de prendre soin de leur parents, c'est l'inverse. Il faut que ce soit bien clair.
TU N'ES PAS responsable du mal-être de ta mère, et tu ne peux assumer ta construction personnel, et la réparation psychique de ta mère. Alors accorde toi une chance, et ne pense qu'à toi. Tu as déja fait ce que tu peux. Il faut maintenant que TU te donnes TA chance.

Je crois que l'une des clés importantes est que tu réussisses à identifier lorsque la "peur" du rejet pointe son nez, et que précisément à ce moment là, tu changes ton attitude par une attitude de confiance, pour changer petit à petit les réflexes qui t'isoleront immanquablement.

Bon courage  Like a Star @ heaven


Dernière édition par Xav06 le Jeu 6 Sep 2018 - 13:20, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Godzilla le Mer 5 Sep 2018 - 21:09

chuna56 a écrit:
Ces parents, qu'ils nous aiment quand même ou pas, ils ont une constante : l'absence de remise en question.

Mon père connait même pas l'expression je crois ^^
Il me demande parfois si je me souviens de trucs alakon de mon enfance, mais lui a totalement oublié ses méfaits (encore eut-il fallu qu'il considère des
torgnoles et humiliations injustifiées comme des méfaits ^^)
Par contre l'autre jour, il a failli devenir dingue et m'a dit que je lui manquait gravement de respect, parce que je lui faisais observer que la boite à lettres
de son immeuble était pas pratique ^^
avatar
Godzilla
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7184
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 21:15

fleurblanche a écrit:Parent toxique...

La mère évoquée ici a l'air d'être, fondamentalement, une personne en souffrance : plusieurs tentatives de suicides...

youcancallmelily a écrit:
Tu as peut-être raison mais comme tu l'as dit, ce qui me bloque, c'est qu'après 20 ans, elle ne m'ait jamais prise dans ses bras ou simplement remerciée quand je l'ai aidée pendant des heures après chacune de ses tentatives de suicide.

@youcancallmelily : comment a réagi ta mère lorsque le psy lui a fait part de son diagnostic la concernant ou, plus simplement, quand il a évoqué les choses qu'elle devait régler à son niveau ?  
Comme l'a dit Chuna, je ne lui en ai pas parlé. En fait, elle n'est même plus au courrant de mes agissements (comme aller voir un psy,...) car clairement, elle s'en fout.
Même si je lui disais, elle dirait que c'est mon père qui m'a monté la tête ou que je suis moi-même folle. Comme d'habitude quoi Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 21:20

chuna56 a écrit:Je finis par me demander s'il ne faut pas avoir soi même eu des parents toxiques pour réellement comprendre ce que c'est, comment on se sent, pourquoi on réagit de la sorte.

Le jour où ma psy m'a dit "non, c'est pas normal ce qu'on vous a fait", alors que j'ai passé des années à raconter des évènements traumatiques comme si de rien n'était, sans réellement me rendre crompte qu'en effet, non, c'était pas normal, ça m'a fait tout bizarre.
Et le réflexe, c'est de minimiser.
Et ce qui est encore plus impressionnant, c'est qu'un jour, j'ai fait ça à ma mère. Alors qu'elle me racontait la même histoire que les 1000 autres fois où son père l'avait malmenée, je lui ai dit ça : "non, c'est pas normal. C'est horrible ce qu'il t'a fait". Et elle m'a regardé avec des yeux ronds, et m'a dit "ah bon ?"
Mais ça ne l'autorisait pas pour autant à faire des conneries avec moi.

Ces parents, qu'ils nous aiment quand même ou pas, ils ont une constante : l'absence de remise en question.
On peut tenter de discuter, ça finit généralement au conflit. Soit par des arguments d'autorité, si ce ne sont pas des insultes, soit des larmes de crocodiles qui appuient sur le bon bouton de la culpabilité qu'ils ont installé dans l'enfance.

Certains sont de vrais pervers, d'autres le sont malgré eux. Mais le résultat est le même au final.
Un enfant tout cabossé avec de grosses casseroles derrière lui.
Je vois qu'on a vécu la même chose. C'est vrai qu'elle joue souvent sur la culpabilité que je ressens. Par exemple, comme vous l'avez évoqué, pendant ses tentatives de suicide, j'ai remarqué qu'elle ne voulait pas vraiment mourir (elle prennait presque rien comme cachet ou des cachets inoffensifs) et c'était uniquement quand nous ne faisions pas attention à elle (période d'examen).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 21:26

Xav06 a écrit:@youcancallmelily,

Mon avis :  ce que tu écris dans ton message initial, c'est les conséquences d'un sentiment d'abandon.
"Je n'as pas reçu d'amour, donc personne ne pourra m'aimer"
"Je fuis les situations qui pourrait me remettre face à une situation d'abandon, quitte à briser le lien moi-même pour anticiper la souffrance bien plus grande qui me serait insupportable"

Pour répondre à ta question :
1) Je t'encouragerais à prendre conscience que tu es quelqu'un d'estimable, et d'aimable (comprendre "j'ai le droit de recevoir de l'amour", "je n'ai pas besoin de trouver une justification rationnel au fait que des personnes m'apprécient")
2) Ce n'est pas aux enfants (durant l'enfance) de prendre soin de leur parents, c'est l'inverse. Il faut que ce soit bien clair.
TU N'ES PAS responsable du mal-être de ta mère, et tu ne peux assumer ta construction personnel, et la réparation psychique de ta mère. Alors accorde toi une chance, et ne pense qu'à toi. Tu as déja fait ce que tu peux. Il faut maintenant que TU te donnes TA chance.

Je crois que l'une des clés importantes est que tu réussisses à identifier lorsque la "peur" du rejet pointe son nez, et que précisément à ce moment là, tu changes ton attitude par une attitude de confiance, pour changer petit à petit les réflexes qui t'isoleront immanquablement.

Bon courage  Like a Star @ heaven
Merci beaucoup ! Very Happy Tes conseils sont inestimables et je vais tenter de les appliquer au mieux ! ^.^ Maintenant, je ne sais pas comment me préoccuper que de moi ^^' J'ai toujours tout donné pour les autres, sans vraiment prendre le temps de penser à mes propres besoins Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par ortolan le Mer 5 Sep 2018 - 21:28

Ça s'apprend et ça ne vient pas du jour au lendemain Very Happy
avatar
ortolan
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10344
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : ZC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Mer 5 Sep 2018 - 21:30

youcancallmelily a écrit:
Merci beaucoup ! Very Happy Tes conseils sont inestimables et je vais tenter de les appliquer au mieux ! ^.^ Maintenant, je ne sais pas comment me préoccuper que de moi ^^' J'ai toujours tout donné pour les autres, sans vraiment prendre le temps de penser à mes propres besoins Smile

Tu peux commencer à essayer d'identifier les situations. Prendre conscience des choses est le premier pas. Ce que tu écris sur ton copain est vraiment révélateur (pour moi).
Donc y réfléchir et essayer d'identifier dans ta vie de tous les jours ce qui se passe, te demander pourquoi, et est-ce que ta réaction est vraiment rationnelle. Ex : tes copains de fac vont manger ensemble mais ils ne t'ont pas proposer de venir : c'est n'est pas forcement parce qu'ils te rejettent, tu peux aussi aller vers eux. Peut être que cette situation te parle, c'est ce genre de chose que tu peux identifier, pour les comprendre, et avancer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par fleurblanche le Jeu 6 Sep 2018 - 0:26

youcancallmelily a écrit:

fleurblanche a écrit:@youcancallmelily : comment a réagi ta mère lorsque le psy lui a fait part de son diagnostic la concernant ou, plus simplement, quand il a évoqué les choses qu'elle devait régler à son niveau ?  

Comme l'a dit Chuna, je ne lui en ai pas parlé. En fait, elle n'est même plus au courrant de mes agissements (comme aller voir un psy,...) car clairement, elle s'en fout.
Même si je lui disais, elle dirait que c'est mon père qui m'a monté la tête ou que je suis moi-même folle. Comme d'habitude quoi Wink

Je ne demandais pas si tu lui en avais parlé. Comme tu disais qu'un psy avait posé un diagnostic formel sur ta mère, cela laissait croire qu'elle avait été au moins vue en consultation. Mais ce n'est pas le cas.
avatar
fleurblanche
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4361
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 50
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Jeu 6 Sep 2018 - 9:17

Xav06 a écrit:
youcancallmelily a écrit:
Merci beaucoup ! Very Happy Tes conseils sont inestimables et je vais tenter de les appliquer au mieux ! ^.^ Maintenant, je ne sais pas comment me préoccuper que de moi ^^' J'ai toujours tout donné pour les autres, sans vraiment prendre le temps de penser à mes propres besoins Smile

Tu peux commencer à essayer d'identifier les situations. Prendre conscience des choses est le premier pas. Ce que tu écris sur ton copain est vraiment révélateur (pour moi).
Donc y réfléchir et essayer d'identifier dans ta vie de tous les jours ce qui se passe, te demander pourquoi, et est-ce que ta réaction est vraiment rationnelle. Ex : tes copains de fac vont manger ensemble mais ils ne t'ont pas proposer de venir : c'est n'est pas forcement parce qu'ils te rejettent, tu peux aussi aller vers eux. Peut être que cette situation te parle, c'est ce genre de chose que tu peux identifier, pour les comprendre, et avancer.
Merci, je vois mieux ce que ça implique et je vais essayer d'appliquer ça à mon quotidien ça ne peut le rendre que meilleur ^.^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Jeu 6 Sep 2018 - 9:22

fleurblanche a écrit:
youcancallmelily a écrit:

fleurblanche a écrit:@youcancallmelily : comment a réagi ta mère lorsque le psy lui a fait part de son diagnostic la concernant ou, plus simplement, quand il a évoqué les choses qu'elle devait régler à son niveau ?  

Comme l'a dit Chuna, je ne lui en ai pas parlé. En fait, elle n'est même plus au courrant de mes agissements (comme aller voir un psy,...) car clairement, elle s'en fout.
Même si je lui disais, elle dirait que c'est mon père qui m'a monté la tête ou que je suis moi-même folle. Comme d'habitude quoi Wink

Je ne demandais pas si tu lui en avais parlé. Comme tu disais qu'un psy avait posé un diagnostic formel sur ta mère, cela laissait croire qu'elle avait été au moins vue en consultation. Mais ce n'est pas le cas.
Ma mère a été a été en psychatrie et j'imagine que mon psy a utilisé son dossier ainsi que mes témoignages afin de faire un bilan. Je sais très bien qu'on ne peut pas poser ce genre de diagnostic sans avoir un aperçu de la personne, via ses propres mots. Je ne lui aurait pas fait confiance sur les résultats, s'il avait conclut sans même prendre le temps de voir ce qu'en dise les deux partis.
Il ne l'a pas interrogé directement car elle aurait menti et aurait joué à la victime. Voilà pourquoi je suis confiante par rapport aux dire de mon psy. (faut savoir que je n'ai jamais fait confiance aux psy de toute ma vie car j'en ai rencontré quelques uns bien foireux mais celui-ci prend bien le temps de faire toutes les démarches nécessaires pour découvrir ce qui se cache derrière mon mal-être)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par fleurblanche le Jeu 6 Sep 2018 - 18:24

Ah, c'est plus clair. Merci de prendre le temps et encore une fois, beaucoup de courage et de persévérance.

Xav06 a écrit:Ca me rappelle quand m'a mère nous a dit un jour (je devais avoir dans les 13 ou 14)
"Je vous en voudrais ENORMEMENTTT si l'un de vous se suicidait, je ne vous le pardonnerais jamais !"

Je me suis dit une fois de plus que jamais je ne la comprendrais. Si j'avais un fils qui se tue, je serais effondré de tristesse, de questionnement et de remise en cause, mais pas elle... elle se serait contenté de nous en vouloir. Trop easy!

En fait, ce n'est pas aussi simple. Quand une personne se suicide, l'entourage peut passer par plusieurs émotions simultanément. Ainsi, il n'est pas rare qu'une personne éprouve à la fois : de la colère, du chagrin, de la culpabilité, un sentiment d'abandon, voire même de la honte, etc. Et quand c'est comme cela, l'exercice difficile est de tenter de démêler tous ces sentiments qui nous submergent à la fois.

Même si ta mère a déclaré uniquement qu'elle vous en voudrait, cela ne signifie pas qu'elle ne ressentirait rien d'autre si le cas arrivait.
avatar
fleurblanche
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4361
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 50
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Ven 7 Sep 2018 - 8:44

fleurblanche a écrit:Ah, c'est plus clair. Merci de prendre le temps et encore une fois, beaucoup de courage et de persévérance.

Merci beaucoup, j'en aurais bien besoin je pense ^.^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Jeu 13 Sep 2018 - 20:04

Bonjour tout le monde,

Je voulais tous et toutes vous remercier pour vos mots, conseils et encouragements suite à la publication de ce post.
Je ne m'étendrai pas d'avantage sur le sujet de ma mère car celle-ci a décidé de quitter la maison familiale.
J'espère que cet éloignement aussi bien physique que mental me permettra de faire le deuil de la maman que je n'ai pas eu et d'enfin reprendre ma vie en main.
C'est un peu comme si elle partait avec une partie de moi et ça me fait très mal pour l'instant.
Bref, mille fois merci pour tout et je vous souhaite pleins de bonnes choses Long hug

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Antinéa le Jeu 13 Sep 2018 - 20:25

Bon courage. Long hug Bisous
avatar
Antinéa
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2627
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 35
Localisation : l'Atlantide

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Jeu 13 Sep 2018 - 22:11

Antinéa a écrit:Bon courage. Long hug Bisous
Merci beaucoup Antinéa ^.^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Jeu 13 Sep 2018 - 22:26

youcancallmelily a écrit:Bonjour tout le monde,

Je voulais tous et toutes vous remercier pour vos mots, conseils et encouragements suite à la publication de ce post.
Je ne m'étendrai pas d'avantage sur le sujet de ma mère car celle-ci a décidé de quitter la maison familiale.
J'espère que cet éloignement aussi bien physique que mental me permettra de faire le deuil de la maman que je n'ai pas eu et d'enfin reprendre ma vie en main.
C'est un peu comme si elle partait avec une partie de moi et ça me fait très mal pour l'instant.
Bref, mille fois merci pour tout et je vous souhaite pleins de bonnes choses Long hug
Je ne sais pas quoi te dire. Cela doit faire à peu près 20 ans que j'ai décidé de ne plus voir ma mère (je l'ai recroisé parfois). C'est une blessure qui reste présente, mais la raison me rappelle, et je sais que c'était le seul choix possible (et sans doute celui qui m'a sauvé de la folie). Il ne faut pas que tu te sentes coupable ou responsable, et que tu te rappelles de ce qui est vraiment nécessaire pour toi lorsque ça ne va pas. Rappelles-toi que tu n'es pas responsable de tes parents, et que ton bonheur n'est pas une option dans tes relations aux autres, et à ta famille.
Ne pas faire une priorité des gens pour qui tu n'es qu'une option.
sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Invité le Ven 14 Sep 2018 - 7:56

Xav06 a écrit:
youcancallmelily a écrit:Bonjour tout le monde,

Je voulais tous et toutes vous remercier pour vos mots, conseils et encouragements suite à la publication de ce post.
Je ne m'étendrai pas d'avantage sur le sujet de ma mère car celle-ci a décidé de quitter la maison familiale.
J'espère que cet éloignement aussi bien physique que mental me permettra de faire le deuil de la maman que je n'ai pas eu et d'enfin reprendre ma vie en main.
C'est un peu comme si elle partait avec une partie de moi et ça me fait très mal pour l'instant.
Bref, mille fois merci pour tout et je vous souhaite pleins de bonnes choses Long hug
Je ne sais pas quoi te dire. Cela doit faire à peu près 20 ans que j'ai décidé de ne plus voir ma mère (je l'ai recroisé parfois). C'est une blessure qui reste présente, mais la raison me rappelle, et je sais que c'était le seul choix possible (et sans doute celui qui m'a sauvé de la folie). Il ne faut pas que tu te sentes coupable ou responsable, et que tu te rappelles de ce qui est vraiment nécessaire pour toi lorsque ça ne va pas. Rappelles-toi que tu n'es pas responsable de tes parents, et que ton bonheur n'est pas une option dans tes relations aux autres, et à ta famille.
Ne pas faire une priorité des gens pour qui tu n'es qu'une option.
sunny
Ce message mérite une capture d'écran, ça m'a redonné un peu de motivation en ce matin pas très joyeux ^.^ Merci beaucoup et j'espère que toi aussi tu t'en sors, tu mérites d'être heureux Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par Vikthor le Jeu 20 Sep 2018 - 15:22

Bonjour à tous,

Cette année j'ai eu 31 ans, et je commence à me rendre compte de ce que c'est de vivre, d'arriver et de participer à ce monde, tout seul, malgré la souffrance, la tristesse, le sentiment d'abandon, qui m'habitent depuis si longtemps.
Pour parler de ma mère, quand je lui évoquais mes envies de suicides, c'était toujours la même réaction : "n'importe quoi ! Qu'est ce que tu racontes !", etc.
Ça été très dur, ça l'est toujours, mais j'arrive à ce que ça le soit de moins en moins.
J'arrive enfin à me détendre.
Bien sûr, en partie grâce à une bonne psychologue qui connaît bien les surdoués, grâce à la méditation, entre autres.
Je sens moi aussi un grand vide affectif, par rapport à ma mère, à ma soeur, mon père, et mon frère.
Un sentiment d'abandon, d'indifférence.
Surtout par rapport à ma souffrance.
"T'exagères", qu'ils me disent.

Désormais... STOP !
J'ai décidé, et même promis, d'arrêter de souffrir, d'arrêter de ME faire souffrir.
De m'accepter, mon corps tout entier, et de m'aimer, peu importe ce que les gens en penseraient, peu importe ce que ma famille en penserait.
Je suis là, j'existe, et j'ai des choses à dire, en moi, et je fais avec.
Si je suis libre de mourir, alors je suis libre de vivre, à ma guise !

Si je peux te donner un conseil Xav,
Écoutes toi, tu es la personne la plus importante de ta vie.
N'en fais qu'à ta tête, laisses passer les pensées qui te font du mal, que ça soit avec ta famille ou d'autres, quitte à t'isoler.
Lâche les brides, le passé, les remords, pour revenir plus fort, là, dans le présent.

Tu mérites d'être heureux, nous le méritons tous.

Vikthor
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 23
Date d'inscription : 03/05/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par ortolan le Jeu 20 Sep 2018 - 16:45

Vikthor a écrit:Je suis là, j'existe, et j'ai des choses à dire,
Impec !
Vikthor a écrit:Tu mérites d'être heureux, nous le méritons tous.
Re +1
avatar
ortolan
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10344
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : ZC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par ressac le Sam 13 Oct 2018 - 11:02

Vikthor a écrit:Bonjour à tous,

Cette année j'ai eu 31 ans, et je commence à me rendre compte de ce que c'est de vivre, d'arriver et de participer à ce monde, tout seul, malgré la souffrance, la tristesse, le sentiment d'abandon, qui m'habitent depuis si longtemps.
Pour parler de ma mère, quand je lui évoquais mes envies de suicides, c'était toujours la même réaction : "n'importe quoi ! Qu'est ce que tu racontes !", etc.
Ça été très dur, ça l'est toujours, mais j'arrive à ce que ça le soit de moins en moins.
J'arrive enfin à me détendre.
Bien sûr, en partie grâce à une bonne psychologue qui connaît bien les surdoués, grâce à la méditation, entre autres.
Je sens moi aussi un grand vide affectif, par rapport à ma mère, à ma soeur, mon père, et mon frère.
Un sentiment d'abandon, d'indifférence.
Surtout par rapport à ma souffrance.
"T'exagères", qu'ils me disent.

Désormais... STOP !
J'ai décidé, et même promis, d'arrêter de souffrir, d'arrêter de ME faire souffrir.
De m'accepter, mon corps tout entier, et de m'aimer, peu importe ce que les gens en penseraient, peu importe ce que ma famille en penserait.
Je suis là, j'existe, et j'ai des choses à dire, en moi, et je fais avec.
Si je suis libre de mourir, alors je suis libre de vivre, à ma guise !

Si je peux te donner un conseil Xav,
Écoutes toi, tu es la personne la plus importante de ta vie.
N'en fais qu'à ta tête, laisses passer les pensées qui te font du mal, que ça soit avec ta famille ou d'autres, quitte à t'isoler.
Lâche les brides, le passé, les remords, pour revenir plus fort, là, dans le présent.

Tu mérites d'être heureux, nous le méritons tous.

Yahoo !

J'apprécie - parce que je m'y reconnais?

Je précise que je suis suivi, que je butte toujours à démêler mon rôle dans le giron familial, que une tante s'est suicidée et qu' un cousin a fait une tentative du côté de ma mère qui aussi avait de fortes tendances dépressives et en miroir, agressives. Il semblerait que ma place a été celle du tampon/amortisseur entre mes deux parents pas trop content d'etre ensemble à partir de mes 5 ans. Mon père habite loin maintenant, pas vu depuis 15 ans, un mail pour noel, un mail pour l'anniv des enfants qu'il n'a jamais vu - contrairement à ceux de mes frères.
En présence des enfants, ma mère ne nous félicite que quand il n'y a pas de restes à table et quand les enfants répondent qu'ils travaillent bien à l'école. Je ne lui dis rien de rien de ma situation en particulier après m'etre entendu répondre "mais dis moi ce qu'il se passe pour savoir si je dois m'inquiéter?"
Un enfant a t il envie d'être la cause de l'inquiétude du parent?

Je mens constamment, assez insupportable; j'ai appris aux enfants à ne répondre que de la bonne manière "oui mamie" , complètement insupportable.
Et globalement, si ca ne va pas, je dois faire des efforts, j'en demande trop, je ne reste pas à ma place...

Un frere a decidé de ne JAMAIS laissé ses enfants seuls avec ma mère; mère et frère s'entendent cependant très bien et se voient régulièrement. Je dirai que ce frere a une famille "bien sous tout rapport", il a réussi.
L'autre frère et moi avons laissé nos enfants en garde à la grand mère: négligence, colère, coups...une cata, une culpabilité énorme pour moi ainsi qu'une honte totale d'etre celui dont les parents ( j'ai lu plusieurs fois le terme géniteurs) ne sont pas des grands parents. Dans grands parents, il y a "grand", on pourrait espérer de la sagesse, de l'appui...

Mon ex a par 2 fois mis en scene des tentatives de suicide; s'est automutilée pour faire constater par un médecin MAIS se colle à moi dès que nous sommes dans le meme espace; et d'autres scenarios dans lesquels j'ai plongé... De mon point de vue, du bien gratiné ( manip - PN mais je ne suis pas qualifié) MAIS je suis resté, n'est ce pas!?

La question est : je tente de m'éloigner de l'une comme de l'autre( après avoir lonnngtemps tenter de discuter pour comprendre et forcement les changer Rolling Eyes ), et je constate que c'est impossible complétement, donc suffisamment.
Dois je retirer la grd mère de l'univers des enfants? Dois je etre celui qui fuit les relations familiales, celui qui isole les enfants?
Puis je avoir l'idée de retirer les enfants à leur mère ou dois je les quitter pour me sauver?
Des idées d'outils - à part un long travail qui est déjà bien trop long à mon goût?

merci pour les suggestions.
S'il faut déplacer sur un autre fil, pas de pb!

ressac
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 23
Date d'inscription : 22/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par chuna56 le Sam 13 Oct 2018 - 13:04

Le recul me fait dire que la distance est salvatrice, mais seulement avec un suivi psy.

On se construit sans souci sans grand parent.
C'est plus compliqué sans papa, ou sans maman.

A savoir si tu veux te sauver toi ou tes enfants, à toi de voir ce qui te semble le plus important, et surtout ce qui est faisable.
Comment retirer la garde à leur mère ?
Quel choc subiront tes enfants si leur papa disparait définitivement ?
Ne sont ils pas capables de se construire avec un papa qu'on voit pendant les vacances ?
Arrives tu à être un bon papa avec la proximité des toxiques ?
Quel est le niveau de toxicité de leur mère ?

C'est vraiment pas facile comme situation.
avatar
chuna56
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10288
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 37
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par ressac le Lun 15 Oct 2018 - 23:01

chuna56 a écrit:A savoir si tu veux te sauver toi ou tes enfants, à toi de voir ce qui te semble le plus important, et surtout ce qui est faisable.
cf dessous
chuna56 a écrit:Comment retirer la garde à leur mère ?
Il est envisageable de faire la demande de garde exclusive, je pense que ca va bien faire rire la mère, qui a l'apparence parfaitement socialement crédible
chuna56 a écrit:Quel choc subiront tes enfants si leur papa disparait définitivement ?
Comme je doute, je n'en sais rien. Définitivement, non, il s'agit d'aller plus loin, et donc de transformer la garde en autre chose que 50/50
chuna56 a écrit:Ne sont ils pas capables de se construire avec un papa qu'on voit pendant les vacances ?
Surement, comme d'autres; avec quelles failles? Par ex, papa s'occupe seul des activités.
chuna56 a écrit:Arrives tu à être un bon papa avec la proximité des toxiques ?
La question que je préfère, je ne l'avais pas envisagée, merci. je pense que non, je suis sous influence, comme prisonnier de leur jeu. Impossible d'être moi, en paix à leur contact. Je suis sous tension et bien moins bon que je ne le pourrais! C'est bien là le rapport avec le zebre, je ressens tellement les persécutions, manipulations, et je culpabilise de ne pas trouver l'échappatoire. J'ai lu pourtant; comment faire cesser l'emprise- et conserver les enfants, si jamais je devais  leur être necessaire. ( ce n'est pas pour faire pleurer; on peut se poser la question de son "importance" ici)
chuna56 a écrit:Quel est le niveau de toxicité de leur mère ?
scène de suicide et automutilation préméditée, on est bien déjà? Chantage affectif, crises de nerf, humiliation......gros panel

ressac
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 23
Date d'inscription : 22/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par siamois93 le Lun 15 Oct 2018 - 23:19

Ne place pas la barre trop haut, tu n'es pas parfait et ce n'est pas le but.
Pourquoi tu restes ?
Parfois la bonne question c'est «est-ce que je vais le regretter si ........» si tu pars ou si tu restes, qu'est-ce que tu vas regretter ? Ce n'est pas facile de trancher parfois, pourtant il le faut.

avatar
siamois93
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3272
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 51

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mal de mère

Message par chuna56 le Lun 15 Oct 2018 - 23:22

Il est envisageable de faire la demande de garde exclusive, je pense que ca va bien faire rire la mère, qui a l'apparence parfaitement socialement crédible

scène de suicide et automutilation préméditée

Tu es sur qu'un juge trouvera qu'elle est parfaitement crédible socialement avec ce genre de chose ?
Ce qui est certain, c'est que c'est toujours compliqué....

Définitivement, non, il s'agit d'aller plus loin, et donc de transformer la garde en autre chose que 50/50

Oké.
Ce qui est le cas de milliers de gamins.
Et je vais te répondre : qu'est ce qui est important ? Le temps passé avec ses enfants ou la qualité de ce temps ?

je pense que non, je suis sous influence, comme prisonnier de leur jeu.

Oui, ça se comprend bien.
C'est qd même trèèèèèès compliqué d'être disponible si on n'est pas bien dans sa peau.

Je dirais que le seul élément à prendre en compte est le dernier point.
Évaluer la toxicité de la maman sur les petits.
Moi je reproche une chose à mon père : de ne nous avoir pas protégés petites.
Il me dit aujourd'hui qu'il n'est pas parti à cause de nous, mais il n'a rien fait. Il ne s'est jamais opposé à ma mère pour nous défendre qd elle pétait un câble. Et ce qu'il me disait "il faut que tu travailles bien pour ne pas mettre ta mère en colère".
Euhhhh....
Bref.

Je dirais que c'est ce point que tu dois évaluer en premier.
Si tu as la garde partagée, ptèt montrer les gosses à un psy ?
Ton ex peut très bien être horrible avec toi et se tenir devant eux, ou avoir un niveau de toxicité réduit.

Si réellement maman est toxique, je crois que la première chose à faire, c'est de le reconnaitre vis à vis du gosse.
Lui expliquer que non c'est pas normal.
Je te jure que ça peut être salvateur.




Je sais pas quoi te dire de plus, si ce n'est bon courage.
Ne reste pas tout seul.
Fais toi aider.


Ma psy m'a dit que ce qui ralentissait fortement mon évolution, c'était la proximité.
Le fait d'être en permanence confronté au même traumatisme chaque fois que ça recommence à cicatriser.
Pourtant j'ai réussi à évoluer à côté, alors que loin et sans psy ben j'étais sous emprise.
Bref, j'en déduis que le mieux, c'est plus loin et avec psy.
Après, on fait comme on peut.
avatar
chuna56
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10288
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 37
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum