EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Aller en bas

EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle Empty EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Message par Manu0 le Sam 26 Mai 2018 - 19:24

Rebonjour à tous,j'ai entièrement supprimé mon ancien message,trop émotionnel et personnel,au final où l'on ne comprenais pas ce que je voulais dire;j'avais du mal à pointer la source de mes difficultés ,sans divaguer;alors je recommence du début.Si vous vous allez à l'essentiel allez au dernier paragraphe.
Tout commence en seconde,je me sent différent, perdu dans une classe,perdu dans un lycée,je n'y comprends rien,jusqu'au jour ou intrigué et seul chez moi devant mon bureau ,avec tout ses questions en tête, je commence à faire des vas et viens avec une paire de ciseaux sur mon bras,en y laissant des petites cicatrices,rien de voyant.
(Ce schéma je l'ai reproduit quand j'étais vraiment désespérée ,je place une lame sur mon bras "comme ça" pour déterminer si je souffre plus à l'intérieur qu'à l'extérieur,si c'est le cas,alors je n'ai pas de mal à continuer mais cela sonne comme une alerte pour moi et je prend des mesures comme quoi ça ne va plus)
Bref,finalement je dis à mes parents que je veux voir un psy, j'en parle au psy;en cette année j'arrivai encore moins à structurer mes idées,au final seul moi comprenait pourquoi ça n'allait pas,mais je ne savais pas d'où cela venait...
Sur internet je tombe sur le terme Asperger,je me rappelle ce jour ou je me suis à pleurer en me demandant si je ne l'étais pas,si je n'étais pas autiste,presque tout me ressemblait en ressenti et sentiment,je me sentais mal...
En première,j'essaie d'effacer cette idée,et presque tout le long de l'année,j'essaie de faire comme si tout allait bien,j'essaie d'être normal,j'essaie de m'oublier
En terminale, cette possibilité me revient,mais de façon plus mature,"oui tu as peux être des traits autistiques,il faut que je revienne sur ce sujet avec ma psy";au centre j'ai un rendez-vous avec un autre pédopsychiatre, qui conclut que "non,je vois juste un manque de confiance en soi,je n'y vois pas un adolescent Asperger..."

Cette année j'ai fait une liste des comorbidités,afin de classer qu'elle particularité je suis susceptible de vivre avec et donc en dernier celles qui sont à éliminer:
-Déficit d'inhibition latente
-Trouble déficitaire de l'attention
-Asperger à faible degré
-Hypersensible tout court
-Personnalité Kinesthésique
Je ne suis pas spécialement hypersensible (à part émotionnellement),je partage des particularités avec le syndrome Asperger, (ou du moins du spectre) mais je n'ai pas d’intérêts restreins,et j'ai beaucoup d'affect émotionnel et relationnel (je comprends très bien les autres et je sais m'adapter)/
Je suis effectivement constamment dans les étoiles,je suis ailleurs,je fais des rêves éveillés et je ne suit pas tellement les cours,je regarde au loin, donc je me tourne vers la façon dont je gère les informations importantes sur le moment.
La première fois que j'ai entendu parler de LLI (déficit d'inhibition) je me suis dit que ce n'est pas mon cas,car je pour moi ça parlait des stimuli sensorielles à proprement parler et pas du rapport qu'on a avec notre réalité.
C'est au fil du temps que je vois de quoi on parle quand on parle d’inhibition latente,et ça voit dans les relations avec soi et aux autres,si je peux expliciter à ma façon la voici:
-je n'ai pas "l'habitude de";chaque fois que je me regarde dans un miroir,mon inconscient se demande qui suis-je vraiment à l'instant,lorsque je vois mes parents,je vois d'abord un être humain,puis ensuite un homme,puis mon père et les questions qui s'en suive.Lorsque je vois mon chien,je me demande inconscient pourquoi il est là,à quoi il pense,qu'es-ce que c'est.Lorsque je vois ma chambre,je vois d'abord une chambre d'un garçon,ensuite les objets qui lui appartienne,je l'identifie à ma chambre. C'est très subtil,à chaque fois que j'ai un contact avec un objet ou environnement ou un être vivant,consciemment je connais son nom,sa personnalité,mais au fond de moi les mêmes questions reviennent,comme si appréhendais la chose comme une nouvelle chose.
Au fond ce n'est pas une affaire d'attention,je suis attentif au choses,mais je perds la plupart de mon temps à les appréhender,à appréhender la vie et moi même,et cela se voit dans le rapport que j'entretiens avec moi même,ma confiance d'argile qui se perd en quelque heures à cause de ces questions,la difficulté que j'ai à me socialiser,quand tout un travail de fond se passe dans mes pensés et mes raisonnements,c'est épuisant.
C'est ainsi qu'aujourd'hui, je considère que c’est plus probable que je souffre d'inhibition latente qu'autre chose,mais malheureusement,cette particularité est encore peu connue et il n'existe aucun traitement pour améliorer les choses (mise à part de l'aderall,ritaline mais ça ne résout pas le fond du problème)
Merci à ceux qui ont lu ce pavé,


Dernière édition par Manu0 le Mar 28 Aoû 2018 - 16:26, édité 1 fois

Manu0

Messages : 2
Date d'inscription : 24/01/2018
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle Empty Re: EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Message par franfan le Ven 10 Aoû 2018 - 19:55

wew
tu fais une sorte de mimétisme en fait, pour ne pas blesser l'autre et te faire aimer?
Un ami agis comme sa, mais c'est plus un besoin de controle.. tu ne veux pas que les choses déraillent a cause de toi.
De quoi as tu peur, pour adopter un comportement pareil?

franfan

Messages : 14
Date d'inscription : 20/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle Empty Re: EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Message par Manu0 le Mar 28 Aoû 2018 - 16:35

Désolé Franfran pour l'Edit,mais en gros,oui je tiens à m'adapter à l'autre,à lui correspondre,et vu que j'ai cette particularité,j'arrive à facilement connaître les goûts des autres.
Mais quand je parle à quelqu'un je me perds facilement dans son regard,à quoi elle pense,qu'es-ce qu'elle pense de moi,qu'es-ce qu'elle est,et cela constamment.
Par moment je gagne une énorme confiance en moi,mais elle s'estompe au bout de quelques heures,lorsque je ré-appréhend le monde,que je me remet en question ect...
Par exemple si je passe la journée à faire du théatre,quelques heures plus tard je vais perdre toute l'assurance que j'avais sur le moment,parce que je me suis totalement remis en question inconsciemment et donc j'ai limite oublié qui j'étais si je peux dire les chose franchement.

Manu0

Messages : 2
Date d'inscription : 24/01/2018
Age : 20

Revenir en haut Aller en bas

EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle Empty Re: EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Message par Vranken29 le Mer 6 Mar 2019 - 22:02

Whouah c'est vachement intéressant ce que tu dit là, je me reconnais pas mal là dedans, ça à intéressé personne d'autre ?

Vranken29

Messages : 1
Date d'inscription : 02/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle Empty Re: EDIT; Déficit d'inhibition latente, pourquoi ça me parle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum