Travail en bénévolat

Aller en bas

Travail en bénévolat Empty Travail en bénévolat

Message par ocefuxus le Dim 22 Avr 2018 - 22:14

A compter de Septembre, j'envisage de travailler en tant que bénévole pour des particuliers, afin de leur rendre service utile à moindre coût dans un des domaines suivants :

- Bâtiment (projets dans le cadre de l'habitat et hors contexte professionnel)
- Automobile (entretien, maintenance, réparation)
- Informatique (solution personnelle donc non commercialisée et non utilisée en dehors du cadre personnel)
- Musique (apprentissage donc pas de projet ou concert en rapport direct)
- Transport (marchandises uniquement en VL, remorques voire PL basique donc pas de SPL, 2 roues ou de bus)


Précisions importantes :

- Niveau non professionnel car supérieur à ce qu'un professionnel peut proposer (Outre le coût réduit au matériel, en qualité, en quantité, en utilité et en spécificité). Le but n'est pas de systématiquement obtenir un résultat supérieur mais plutôt de faire ce qu'il y a de mieux pour le particulier, donc y compris au cas où il ou elle souhaite mieux que quiconque.

- D'autres activités dans lequel j'excelle peuvent être envisagées mais je préfère me limiter à 4-5, c'est déjà pas mal.

- Possibilité d'intervenir pour des associations sous réserve de contrat de bénévolat en bonne et due forme (afin de ne pas déraper dans l'illégalité potentielle car il y a associations et associations...)

- Les règles du bénévolat sont toutes ou presque en vigueur (cf. les textes officiels à ce sujet). Une appréciation des réalités et des opportunités peuvent être envisagées, même en mode non contractuel, ce qui ouvre  le champ d'intervention (ou le ferme selon le cas). Pour l'essentiel, c'est le travail en indépendant et en fonction de la disponibilité de chacun sans autre don que la ou les compétences, ainsi que la ou les réalisations correspondantes.




Si vous avez des envies, n'hésitez pas ! Le best of the best ici ou ailleurs c'est moi !

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Travail en bénévolat Empty Re: Travail en bénévolat

Message par Michaël le Lun 30 Avr 2018 - 0:02

Bonjour,

Je découvre le "Système d'Echange Local" peut être que cela t'intéresserais :


"SEL veut dire «Système d'Echange Local».

Un SEL est un groupe de personnes où chacun met certains biens, connaissances ou savoir-faire au service des autres.

On ne parle jamais d'argent.

L’échange est basé sur une unité.

Il n’y a pas de notion de hiérarchie des connaissances et des biens.

Pour nous, l'essentiel est la qualité des relations humaines.

Pour ceux qui l'utilisent, différents outils de l'internet nous aident à garder le contact "
Extrait sur le site d'un des réseau utilisant ce concept international dans ma région.

D'autre part, à la place de travailler, je dirais plutôt m'investir dans des activités bénévoles ? Quand il y a travail c'est pour une rémunération ?

Tu proposes des services qui nécessitent d'être dans ta région pour pouvoir en profiter. Peut être à indiquer ?

Cela peut m'intéresser si tu as des compétences en informatique (création de site web)

Michaël
Michaël
Michaël

Messages : 81
Date d'inscription : 29/04/2018
Age : 32
Localisation : Brest (Bretagne)

Revenir en haut Aller en bas

Travail en bénévolat Empty Re: Travail en bénévolat

Message par ocefuxus le Lun 30 Avr 2018 - 11:28

Bonjour,


Le système d'échange local aurait a priori autant d'avantages que d'inconvénients en ce qui me concerne. Au vu de ce que tu résumes, je conçois cependant que ce modèle est optimisé pour la plupart et accessible, pour ce qui est de la production ou du résultat matériel et non délocalisable (hors numérique, transport ou autre exception).

Je pourrais être partiellement intéressé et le temps pour moi est à cette réflexion de ce que mon annonce peut suggérer. Tu le dis justement au sujet du mot travail : il est certain que le bénévolat ou une activité bénévole ne sont pas considéré comme un travail au sens fiscal ou juridique. Si j'ai choisi ce mot c'est tout aussi dérangeant que le mot système dans ce contexte mais pas par hasard...

De facto, sur la comparaison des bénéfices d'une telle manière de fonctionner eu égard au monde de la société actuelle, il y a cependant tout une acception au sens juridique de ces activités depuis quelques années, activités qui n'étaient d'ailleurs même pas respectée voire moquée il y a quelques décennies. Depuis 2 ans, le Ministère du Travail reconnait l'expérience d'acquisition ou d'exercice de compétences bénévoles : il a enfin accepté l'établissement de ponts officiels entre ce mode bénévole et le monde du travail, et ce à plusieurs titres. Outre le fait que rien ne vaut la compétence pour ce qui est à créer ou exploiter en valeur ajoutée (pas même l'argent qui peut même en masse faire l'objet d'investissements des plus incertains et pas qu'en pure spéculation financière), les compétences proposées sur un autre mode n’enlèvent rien à la valeur d'un bien produit ou d'un service accordé par d'autres biais. Cela est considéré et accepté aussi bien pour les activités nécessitant qualification selon ce même Ministère du Travail que les activités dites non qualifiées.

Bien entendu, en ce qui me concerne, l'intérêt est dans l'exercice de compétences nécessitant qualification officielle dans un contexte professionnel. C'est la raison pour laquelle j'ai déjà pratiqué le bénévolat, afin de pouvoir avoir l'autorisation de travailler dans le bâtiment par la suite en tant que professionnel même si je n'ai strictement rien appris du ou des métiers, de ceux qui avaient plusieurs décennies d'expériences, qu'ils travaillent avec moi en chantier ou qu'on soit plus en autonomie (Mais c'est le potentiel qui décuple l'effet et cela m'est arrivé depuis le début de ma carrière tous métiers confondus même en salarié non autodidacte au départ).

Le mot travail est aussi en ce que le bénévolat se contractualise légitimement, même si ce n'est pas sous la même forme qu'un contrat de travail classique (encore heureux !). Je parlais de règles du bénévolat en ce sens que je pensais à celle qui sont dans le Code du Travail, même si elles sont relativement récentes.

Pour ce qui est de la mobilité, n'ayant pas intérêt à me développer dans ce mode de fonctionnement qui ne serait que temporaire, j'ai surtout intérêt à éviter ce qui est local. Ce qui est local est une case bien pratique mais moins sereine par rapport à mes projets en ce qui me concerne : mes projets ne sont que des projets et ne sont pas toute ma vie, même à l'époque où j'étais entrepreneur (c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai souvent changé d'activité ou de compétences afin d'élargir et de poursuivre l'aventure sans attachements, ni engagements ingérables lors des transitions ou des ruptures pour passer à autre chose). Les relations humaines ne me sont pas importantes paradoxalement car je sais faire avec et de plus, force est de constater qu'elles ont déjà bien assez d'emprise, y compris et surtout par rapport aux notions subjectives en société (ou communautés) de compétences : c'est le seul point noir des relations humaines pour ma part car, hiérarchie ou non, tu as toujours la primauté de l'image et de la position sociale ou économique sur la compétence, y compris devant le résultat indéniable... C'est la raison pour laquelle j'ai 36 diplômes, ce dont je ne suis pas fier car ils ne valent rien selon l'autodidacte passionné que je suis, hormis le fait qu'ils ne soient que de simples passeports pour avoir le droit de produire, même tout seul comme un con puisque la liberté d'agir et d'entreprendre n'est plus ce qu'elle était. Par exemple, un demandeur d'emploi ne bénéficiant d'aucune allocation peut se voir radié s'il se finance lui-même une formation sans autorisation préalable dudit conseiller qui lui aura refusé pendant des années l'idée que changer de métier peut se faire sans nécessité de trouver un travail qui recrute en cdi (C'est vrai que ces fameux conseillers ont aussi leurs objectifs numériques !).

Enfin j'ai choisi le mot travail car il se trouve qu'en dehors de mes expériences pro, j'ai toujours eu l'occasion d'en apprendre plus, de fournir plus sans limite d'heure, de produire plus, plus rapidement et mieux que moi même en équipe ou en entreprises grands comptes ou de renommée internationale... C'est assez spécifique je le reconnais mais le plus dur est surtout l'incompréhension et le refus d'incompréhension de quiconque de comprendre qu'on peut être heureux sans travail juste parce qu'on fait plus de choses sans pour autant fuir le monde du travail dans l'esprit car également parmi les potentiels les plus susceptibles d'apporter ce qui convient au mieux à l'entreprise (cela a toujours été le cas au prix de haines grandissantes quand je reprenais des sujets en échecs ou perdurant, quand je partais aussi rapidement que j'étais arrivé par ambition du challenge technique ou quand je faisais le contraire de ce qu'on me disait de faire pour réussir tel projet apparemment complexe pour les spécialistes qu'on n'a pas à contredire). Bref, le travail reste un plaisir pour moi, même si travailler avec les autres m'est particulièrement nuisible, dès l'accueil ou quelques jours après (puisqu'avec la surenchère des réseaux sociaux tout le monde a la prétention de connaître tout le monde avant de le recruter ! Pire que la sacro-sainte réduction au CV même atypique...). Il suffit que je fasse le taff trois fois plus vite et que je me casse Very Happy ! Cela dit, ce n'est pas mon objectif des plus sereins même si je suis rodé dans la gestion des allers et venues imprévues. C'est aussi la raison pour laquelle je veux tester officiellement le mode bénévole.

Oui, dans l'esprit des gens comme de la société, quand il y a travail c'est pour une rémunération. On ne voit d'ailleurs aucune annonce sur Pole Emploi d'activité bénévole : c'est interdit dans la mesure où il n'y a pas de cotisation sociale en faveur de cette organisation gouvernementale ou plutôt régionale... avec les objectifs financiers et budgétaires sous-jacents conditionnés par les vrais recruteurs, dérives des concurrences inter-régionales obligent.

Cela ne nécessite pas d'être dans la région (je suis basé à Toulouse mais je suis moins en 31 qu'ailleurs).

Pour ce qui est de l'informatique, j'ai également toutes les compétences mais le problème dans le cas du site web c'est qu'il est de par sa nature à vocation de traffic ou de fréquentation. Cela n'est pas mauvais en soi mais en cas de succès, ce que je souhaite, la maintenance du site ne pourra pas plus être en bénévole ni par moi, ni par autrui refusant l'absence d'équité que cela impliquerait par rapport à l'obligation d'aller sonner les administrations fiscales. A moins de soit se transformer en salarié, soit fonctionner pour une association en devenir mais la ou les tâches afférentes ne pourraient plus proposer les avantages de liberté en temps ou autres spécifiques au bénévolat sans contraintes (Quand ça booste, l'organisation et le mode de fonctionnement doivent changer, à moins d'anticiper et de renoncer à certaines libertés). En ce sens, le seul truc que je pourrais faire est de conseiller, d'aider ou de former mais cela m'obligerait à me distancier techniquement donc à ne pas apprendre des techniques trop personnelles ou spécifiques afin qu'autrui puisse comprendre sans difficulté et reprendre à partir d'un déblocage normal et conventionnel de la situation. Je l'ai déjà fait et il est vrai que malgré le méga succès du site de l'initiateur, je passais mon temps à transmettre des choses que la personne aurait pu recevoir d'autres personnes ou d'ouvrages courants sur la question...

Merci pour ta découverte, j'irai quand même me renseigner sur le SEL car il y a sûrement des choses que j'ignore et qui se démarquent du bénévolat traditionnel ou légiféré.

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Travail en bénévolat Empty Re: Travail en bénévolat

Message par Michaël le Lun 30 Avr 2018 - 12:08

Bonjour,

Ce que tu ne dis pas c'est qu'est-ce que tu recherches par ces activités, mais peut être ne le désires tu pas Wink

On est dans un monde où les personnes se questionnent toujours sur les intentions des autres au point que les personnes trop généreuses, dont je pense faire parti, deviennent suspectes.

Pour ma part, je m'implique dans les activités bénévoles. J'ai identifié ce qui m'attire.
- Par exemple fréquenter des personnes qui partagent des centres d'intérêt commun dans un cadre où la présence n'est pas nécessaire.
Personne n'est obligé d'être dans une asso ou un forum, etc... contrairement à un lieu de travail où tu côtoie des personnes exerçant un métier "alimentaire". L'état d'esprit est en général favorable à l'échange et aux projet dans une ambiance sereine.
- Travailler des aptitudes et compétences, sans prise de risque pro et pouvoir les valoriser ensuite dans ma carrière. ( une carrière est différente du métier et des jobs, mais peut être que je t'apprends rien Smile )
- Me faire plaisir et rendre service, avoir un rôle citoyen... être altruiste.

J'ai développez un modèle de Base de données qu me permettrait à moi et d'autres travailleurs (par exemple handicapés) ayant des activités de bénévole ou simplement pro d'utiliser un outil de renseignement et d'interrogation de leur capacités et compétences (carnet de bord, générer un portfolio, faciliter la création de CV ...) Peut être que tu pourrais me donner un avis avant de réaliser l'interface web Wink

J'ai d'autres projet, et des conseils seraient la bienvenue si tu peux.
J'ai déjà un bagage informatique et cherche un esprit critique et des orientations en, terme de compétence à réaliser ensuite en tant qu'autodidacte d'ici Octobre.
J'espère être pris en formation d'informatique, rémunéré par la région et pouvoir aidé lors de mes stages des structures dans leur communication digitale Wink

J'espère t'avoir aidé Wink
Michaël
Michaël

Messages : 81
Date d'inscription : 29/04/2018
Age : 32
Localisation : Brest (Bretagne)

Revenir en haut Aller en bas

Travail en bénévolat Empty Re: Travail en bénévolat

Message par ocefuxus le Lun 30 Avr 2018 - 15:01

Tout à fait ! Les personnes généreuses au sens large donc qui donnent aussi de leur temps et de leur attention au point d'être suspectées, je sais ce qu'il en est... même si je pense avoir eu ma part de responsabilité à faire fi de ce constat, au seul motif que pour moi, fourguer une qualité inattendue tout en m'éclatant techniquement quand j'étais jeune fou était la seule priorité. avec le temps, l'alternance égoïsme / altruisme s'est estompée pour faire place à la distance minimum ou maturité et je dois avouer que j'en ai payé les frais car, même en alignant des tas de choses qui ne me coûtaient rien sinon quelques minutes à développer, je me suis aperçu sur le tard m'être parfois carrément fait avoir (et bien comme il faut) même si faire gagner de l'argent ne me dérangeait nullement. A partir de ce constat, autrui donc la société n'en n'a déduit que c'était trop louche de se faire avoir à ce point pour qu'il n'y ait pas quelque chose de suspect et de plus gros derrière cette naïveté...

Je le désire et ne le désire pas... En fait cela ne me dérangerait pas mais il faut bien que je saisisse aussi l'occasion, par rapport au fait que le but n'est plus de me faire plaisir techniquement mais de faire plaisir utilement et selon la vision du ou des bénéficiaires (sans pour autant me renier bien sûr). Et puis c'est assez cocasse car étant seul est la situation où j'avance le plus et de plus, je suis assez souvent surpris du peu de temps que la plupart de mes projets prennent : mais ça cela est du au fait que je pars souvent de 0 pour changer d'activité et que j'ai tendance à m'assurer de la marge pour justement étudier à fond puisqu'au départ je pense ne rien savoir, même si bien souvent, je constate que presque tout est relié avec les compétences ou connaissances acquises... Comme un informatique, en musique, en bâtiment... Etc.

C'est marrant parce que tes objectifs sont assez communs avec les miens, comme si la liberté de chacun, même si elle est propre à l'individu, pouvait être partagée selon les attentes de chaque intervenant. Cela me semble possible car le contexte et le cadre hors business me parait bien plus ouvert en possibilité, même s'il faut toujours avoir le sens de la valeur matérielle ou sociale pour qui veut vivre sereinement dans ce monde.

Oui, ce sera un plaisir de te donner un avis et même dans le cas le plus courant ou le plus spécifique.

A plus !

ocefuxus

Messages : 418
Date d'inscription : 26/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum