Le grand art dans la culture populaire

Aller en bas

Le grand art dans la culture populaire

Message par holokian le Lun 26 Mar 2018 - 14:13

De Gainsbourg, à Tarantino, du cinéma aux séries, en passant par le jazz, la culture populaire a toujours nourri l'art, voire le grand art d'une manière ou d'une autre.

Alors, du grand art populaire à partager ?
avatar
holokian

Messages : 527
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par oyans le Lun 26 Mar 2018 - 22:18

Gainsbourg concevait ses chansons à partir de morceaux classiques, j'ai un doute que l'art populaire est apporté quoique ce soit, enfin c'est pas moi qui le dit.Smile
avatar
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par holokian le Lun 26 Mar 2018 - 23:48

En fait, je voulais surtout évoquer cette zone grise entre art populaire et profondeur artistique. Il me semble qu'il y a eu des va et vient entre les deux.

Gainsbourg part de la musique classique, et crée des morceaux populaires. (Lemon incest se classe 18 semaines au top 50 et se base sur une composition de Chopin). Il semble s'inspirer Miles Davis dans un autre album, mais c'est lui qui compose cette fois-ci...

Tarantino opère le mouvement inverse : il va s'inspirer du cinéma d'exploitation (les nanars en quelque sorte) pour créer sa propre esthétique.

Mais pas besoin d'aller aussi loin.

Plus basiquement, j'ajouterai la série The leftovers par exemple, avec un univers bien à lui, de la mélancolie, des super musiques. Il y a une profondeur, et en même temps, ce n'est pas un art savant et inaccessible.
avatar
holokian

Messages : 527
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par oyans le Mar 27 Mar 2018 - 0:03

Et bien j'aime beaucoup les films de cinéma, comme arizona dream, le temps des gitans d'émir Kusturika.
dead man de jim jarmush.
prometheus de ridley scott
Pour ce qui est musique je bloque sur Bashung.
Quant aux séries, j'aime, les mystères de l'ouest, le prisonnier, chapeau melon et botte de cuir, le saint, enfin toutes les séries un peu vieillotes.
avatar
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par Invité le Mar 27 Mar 2018 - 0:21

L'art est l'art. Populaire ou grand, ça veut dire quoi ? Ce qui émeut, interroge, entraîne vers un monde inconnu, évoque la nostalgie de ce qui est inconnu, parle de l'universel ou du particulier dans un échange entre l'artiste et celui ou celle qui contemple, lit, écoute l'oeuvre, le travail, le truc, le gribouillis, le grafitti, c'est l'art. Il peut se nicher dans l'inattendu, le rien, ou être absent des oeuvres qui se vendent si cher, dans le bavardage inconsistant de la critique. Ou l'inverse. Une oeuvre parle à celui ou celle qui y reconnaît une part de ce que l'artiste ou l'auteur ne savait pas y avoir mis, et voilà, pouf, quelque chose naît, se crée, se disperse ou est oublié dans un dialogue muet, d'humain à humain, à des années ou des siècles de distance. Et c'est pas grand-chose, presque rien. Alors, l'art, finalement, c'est quoi ? Une traduction, transmission, interprétation ?

Je ne comprends pas bien la distinction entre zone grise, la profondeur ou l'art populaire. C'est déjà penser qu'il y a l'art, et ce qui n'en est pas mais pourrait l'être, quoique, parce que bon, l'art c'est sérieux et le populaire n'est pas sérieux, ni même important, ce qui est reconnu comme artistique (par qui ?, en fonction de quels critères ?) et ce qui ne l'est pas (mais pourquoi donc ?). La frontière est floue, voire inexistante, ce qui compte, c'est la découverte. Et non l'imitation ou le mimétisme, ou le mercantile. Quoique, pourquoi pas. Voilà, voilà Very Happy


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par holokian le Mar 27 Mar 2018 - 0:31

@ oyans : merci pour tes partages Smile Faudra que je creuse, je connais pas tout (mais certains quand même) !

@ zamzam : en fait on est d'accord. J'essaie juste péniblement d'utiliser des mots qui sont toujours "à côté". J'ai lancé ce sujet, justement parce que les gens ont tendance à créer une dichotomie entre art majeur et art mineur. D'un côté, il y aurait le profond le noble et de l'autre il y aurait le vulgaire : je n'aime pas cette conception.

C'est bien d'avoir mentionné le grafitti, parce que justement des gens pourraient le considérer comme un sous art. Donc, voilà le graffiti, tu peux l'ajouter à la liste de l'art populaire et qui fait de très belles choses.

Pareil avec les séries qui peut être considéré comme sous art, par de nombreuses personnes (il me semble).
avatar
holokian

Messages : 527
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par Invité le Mar 27 Mar 2018 - 0:41

Leftovers:
Je voulais parler de choses très humaines que nous expérimentons tous : le deuil, la souffrance. Quant à l’absurde, disons que le public a tendance à réclamer des histoires qui fassent sens à la télé, mais la vie a -t-elle un sens ? Bien souvent, les gens contestent le comportement erratique d’un personnage, alors même que nous pouvons tous être assez dingues, sans être forcément malades : nous sommes volontiers autodestructeurs, nous faisons souffrir ceux que nous aimons… Mon travail consiste à fouiller ce qui pousse mes héros à agir ainsi et à tendre ce miroir au spectateur. Le but, c’est de faire partager le chaos intérieur de Kevin (le héros de “The Leftovers”, incarné par Justin Theroux, NDLR), sans que celui-ci ne dise : “Je ne comprends plus ce que je ressens”. Il s’agit, à chaque fois, de trouver la juste métaphore. De toutes les paraboles bibliques, celle qui sous-tend la série est le livre de Job, l’histoire de cet homme auquel Dieu enlève tout ce qui lui tient le plus à coeur.

Il y a de la beauté dans la souffrance, celle-ci fait partie de l’expérience humaine et nous donne accès à la transcendance.

https://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20170427.OBS8626/damon-lindelof-createur-de-the-leftovers-il-y-a-de-la-beaute-dans-la-souffrance.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par holokian le Mar 27 Mar 2018 - 13:45

@ Inoxiron d'Antique : beau complément sur The leftovers. Ça aurait même mérité d'être visible directement.

Ce sentiment d'absurde je m'en étais rendu compte (j'aime bien analyser les scénarios), ça me conforte dans ce que je pensais.
avatar
holokian

Messages : 527
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par Invité le Mar 27 Mar 2018 - 16:58

Spoiler The leftovers:
Mon frère m'avait suggéré cette série. alors que je n'en regarde pas de séries, ni rien, je me suis dit que comme c'était mon frère, j'allais jeter un coup d’œil.
Et j'ai franchement aimé. J'ai adoré cette sorte de spiritualité que traverse le héro. Le monde perds la raison, le sens, le héro avec, mais il apprends tout le long, et à la perdre et à la retrouver (la raison). C'est aussi plein d'humour (quand ils sont tous perchés et le héro le messie). C'est vraiment génial, dans leurs délires, ils font un chemin intérieur. On voit à coté les risques de se perdre, de ceux qui se perdent. Pour moi c'était très "réel" finalement.

sinon j'ai beaucoup aimé premier contact comme film. ça traite du temps et du langage et c'est génial aussi. Dans un autre genre : le mur invisible, ou l'on peut faire le lien avec une sorte dépression existentielle, de retour à soi, par l'enfermement de soi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le grand art dans la culture populaire

Message par holokian le Mar 27 Mar 2018 - 20:36

The Leftovers:

(ok, je comprends mieux les spoiler alert Wink)

Il y a vraiment ce grand écart, très beau, entre d'un côté un aspect presque "what the fuck", très étrange et de l'autre la vie, la sensibilité auquel on peut s'identifier.

Et puis cette perte de sens crée un fond d'ambiance mélancolique qui est vraiment très beau.

Ah oui premier contact, c'est géant. Je le rajoute à la liste !

En fait, j'avais lu la nouvelle, et je m'en suis rendu compte que bien tardivement pendant le film.

Le mur invisible, je connais pas mais ça a l'air bien sympa.
avatar
holokian

Messages : 527
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum