Etre un homme.

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Ven 16 Fév 2018 - 3:06

Je pense que l'on est un homme dès lors que l'on exploite toutes les fonctions misent à notre disposition, dont la principale vivre de la manière dont on souhaite. Dès lors, cela relègue une énorme majorité d'homme comme n'étant pas des hommes sur notre planète.
Puisque beaucoup sont obnubilés par le virilisme, le machisme, l’incessante comparaison à un idéal masculin indexé à la pensée sociétale. C'est vrai depuis la Rome Antique à nos jours, où plein d'homme font, vivent non pas selon leur goûts, souhaits, mais selon ce qui va les inclure dans la case des hommes ou ce qui va les exclure. Le tout étant remis en jeu à chaque seconde. (je porte pas du rose car ça fait "tapette", je regarde pas le patinage car c'est un truc de fille, etc...).

Ainsi par opposition, sera un véritable homme, celui qui se sera défait de toutes ses choses et vivra comme il l'entend. Par exemple, prenons l'ennemi de la virilité, le cliché du gay "folle", il sera pour moi l'homme le plus homme s'il est ainsi par nature et par goût. Car il s'assumera, sans se soucier des cases que la société lui suggère.
En revanche le même bonhomme qui serait ainsi, mais par désir de coller au cliché, lui serait comme le bonhomme viriliste, prisonnier de la chasse à l'image sociétale. Et comme il ne se conçoit pas d'homme sans liberté...

L'homme qui n'assume pas sa personnalité mais celle de la société à la place, n'est pas un homme, il est un ambassadeur de la société, un calque, un clône, un homme en devenir, un homme qui s'ignore, un homme biaisé, on peut l'appeler comme on veut, mais il n'est pas le produit de lui-même.

Je pense la même chose pour les femmes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Ven 16 Fév 2018 - 9:22

Je suis d'accord avec la synthèse de Davidabricot, surtout la dernière phrase..! En fait, ta "définition" correspondrait même plus à l'Homme, non?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par holokian le Ven 16 Fév 2018 - 11:36

Oui bien d'accord avec toi davidabricot.

C'est très marrant d'observer en théâtre, la baisse progressive de cette peur de ne pas être un homme. Le théâtre agit comme une thérapie comportementale, et l'on pousse les gens, et a fortiori ici les hommes, à élargir leur base de comportements.

Parfois on retrouve le réflexe de caricaturer, comme pour dire "regardez ce n'est pas moi, je m'amuse". Et là, pareil, on pousse gentiment "ne caricature pas, il ne t'arrivera rien, personne ne te jugera".
avatar
holokian

Messages : 528
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Ven 16 Fév 2018 - 12:18

Bon, exposé, Daviab'.

Mais je me suis toujours posé une question,
qui rejoint la problématique de la liberté, laquelle est présente sous ton discours (=logos, quand j'emploie le mot "discours, c'est "logos") tout au long des lignes.

Ainsi : et si l'on appliquait ce que tu écris à une société "primitive", type amérindienne, etc... Est un homme, précisément, celui prend sa place dans la société, avec les rites, traditions, croyances et tabous associés.
Est-il un "produit de lui-même" ?

Ne penses-tu pas que ton portrait de l'homme idéal est un produit de nos sociétés occidentales, issu de siècles et de siècles de philosophies (et théologies), avec les "Lumières" au bout, et tout au bout enfin, les libertarismes.
(NB. Cela débouche aussi sur un individualisme qui semble le produit en même temps que le fondement de nos comportements actuels.)

Ce que je dis est tout aussi vrai pour les femmes que pour les hommes.

En fait, pour "voir" le monde comme tu le vois, il est nécessaire de "s'éloigner" (Levi-Strauss) , de s'abstraire, de porter un regard critique.
Ce qui induit pas mal de conséquences.

ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par holokian le Ven 16 Fév 2018 - 13:46

Selon moi, l'individu et le collectif peuvent se renforcer l'un l'autre. Si chacun est accepté avec son individualité, sans jugement, alors il devient possible de créer des coopérations plus riches, car porteuses de plus de matière.

(j'ai la chance de pouvoir expérimenter ça, et c'est plutôt génial)

Mais c'est sûr que l'individualité mène aussi au libertarisme, mais je pense que ce n'est pas nécessaire : il y a d'autres voies.
avatar
holokian

Messages : 528
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Ven 16 Fév 2018 - 14:06

Pour rebondir sur le post de ifness, ( pour ) être un homme c' est avoir accompli son "rite de passage"
Dans nos sociétés pouvons nous encore être des hommes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Ven 16 Fév 2018 - 16:27

Tigre blanc a écrit:les femmes pourront se passer des hommes, grâce aux connaissances scientifiques et techniques acquises majoritairement par ces derniers. Et donc potentiellement feront ou laisseront disparaître ces derniers.
Horreur Horreur Triste Triste Bouhouhou Bouhouhou Bouhouhou Bouhouhou



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Ven 16 Fév 2018 - 16:42

@ifness
En fait, je suis d'accord avec toi. Dans certaines civilisations effectivement, il y a la notion de trouver sa place dans la société. Et pour moi ce n'est pas incompatible avec la liberté, du moment où l'individu s'intègre sans contradiction avec ses valeurs, ses goûts. Moi, qui suit d'une manière générale anti-conformiste, ça veut dire quoi? Que je vais refuser de faire comme les autres, juste pour le faire, ou juste faire quelque chose parce qu'on me l'a dit.
Mais au final, je fais des choses qui correspondent au moule de la société, mais par pour coller à l'étiquette, parce que j'aime. Moi qui suis gay, j'aime le patinage artistique, ça fait un peu cliché. Mais je ne l'aime pas parce que je suis gay, simplement par ce que ça me plait.

D'ailleurs la transition avec ce que nous dit @holokian est toute trouvée. Je suis d'accord pour le théâtre, et c'est aussi pour cela que j'adore le patinage artistiques, car au delà de l'art et du sport, les hommes qui le pratiquent sont arrivés à une sorte de dépossession du genre. A l'opposé du foot, par exemple où les bonhommes sont en permanence dans des codes précis.

@cassecaillou
Ça doit dépendre des cercles, car même si ce n'est pas officiel, certains milieux ont leur rites. Certains te diront que tu es un homme quand tu as de la barbe, lorsque tu travaille. Dès lors que tu as couché. Ou si tu as une maison, un mariage et des enfants à 30 ans.
De mon point de vue expliciter précédemment, comme nous vivons une époque où la pression de société est forte, je pourrais à la limite considérer que le rite, c'est justement lorsque l'homme a dépassé cela, s'est détaché de cette volonté d'entrer dans le moule.
Mais c'est à relativiser, car quoi qu'on en dise, la pression de la société est aujourd'hui plus faible que par le passé (influence religieuse, Rome Antique avec les habits et couleurs codifiées, etc...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Ven 16 Fév 2018 - 19:34

Mmmmmmm ....mwais.

@Hiémale. Ben ouais, nous sommes provisoires. What a Face clown

@les autres
Agréables à lire, les garçons. Smile  Cool

-Question "rites de passage", oui, TRES important, dans toutes sociétés. Pour hommes et femmes.
On ne peut pas "moraliser" ou "politiser" autour de ça : c'est un fait ethnologique.
Et c'est là un des rites qui "tient" une société, petite (tribale) ou grande (civilisationnelle).
Restent peu de ces choses, aujourd'hui, et la société me semble assez déboussolée.
Je ne le regrette pas (au contraire) mais le crains. Des malins/méchants ( Twisted Evil ) savent toujours s'immiscer par les failles. Et l'on ne peut pas compter, je crois, sur la "sagesse" populaire. Laquelle n'existe pas, selon mon humble avis.

-C'est vachement sympa, davidab' : maintenant je sais que je suis un homme ! Merci !
En effet, à 30 ans, j'avais (je remets dans l'ordre) un mariage, des enfants, et une maison. Et de la barbe.
Mais rien à voir selon moi avec un rite : je m'étais simplement laissé porté par le fleuve de la vie, et des personnes avaient pris le contrôle que je leur laissais volontiers (par ignorance et une certaine évanescence, ou désinvolture) sur le cours des choses. Ce que je me suis mis à regretter de plus en plus sévèrement au fil des années, mais c'est une autre histoire, et les enfants étaient là, j'allais pas abandonner mon navire.  Smile

-Enfin, mais je ne m'appesantirai pas,
c'est curieux, ces "clichés" que vous citez, pas tous, mais presque.
Me viendrais pas à l'esprit de me définir comme un homme en fonction de mes goûts ou attirances.
...............Sexuellement, OK, c'est une chose à traiter à part. Je suis attiré par les femmes, c'est clair. J'aime la peinture de Raphaël -qui était homosexuel proba- aussi, et j'en suis conscient, parce que ses hommes sont doux et ressemblent à des femmes. Et dans la vie, mon regard se porte sur les femmes, rarement (sinon par curiosité) sur les hommes............
................Hé bien j'aime le patinage artistix, le football mais féminin  Laughing , enfin bon : mes goûts sont bien plus souvent des goûts de femmes (enfin, qu'on dit tels; et non, pas des goûts de chiotte, malotrus !) que des goûts masculins. Et je me suis toujours senti plus à l'aise dans la société de femmes. Même enseignant, je préférais les filles aux garçons, dont je ne supportais pas le côté je fais le malin à la récré je fais cocoricoooo Cowboy Trance Foot
Mes amitiés m'ont porté vers les femmes (sorry, j'ai peu fréquenté de gays, pas pu tester  Razz ). J'aime lire des livres écrits par des femmes (que ce soit philosophes, comme E.Badinter; juristes, comme M.Iacub; ethnologues, comme F.Héritier ; romancières etc...), sans exclusivité, bien entendu.
Je fais la vaisselle, le ménage, ai m/p/aterné mes enfants, garçon&fille,
bon, OK, j'aime pas faire la cuisine (je sais la faire, mais) je crois que je ne suis pas assez gourmand. Mais j'ai cuisiné avec bonheur pour régaler mes enfants lorsque j'étais seul avec eux.

STOP LA. J'ai écrit ça dans le seul but de provoquer des réactions. Pas pour parler de moi.

Enfin, @davidab encore.
Les sociétés que j'évoquais ("sauvages", selon le mot pas péjoratif du tout qu'employait L.Strauss) sont très figées, la plupart du temps. La "liberté" a-t-elle un sens, pour leurs membres ? On peut en douter.
Plus complexes les sociétés extrême-orientales. Le Japon, démocratique, dont on sait les difficultés à mêler tradition et modernité ,
la Chine, avec en post-maoïsme le retour aux bases confucianistes, extrêmement rigides et morales. Un brin trop anti-conformiste, davidab, et tu croupis en geôle.

RESTOP. Bises à tou(te)s.

ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 10:00

davidabricot:

davidabricot a écrit:Je pense que l'on est un homme dès lors que l'on exploite toutes les fonctions misent à notre disposition, dont la principale vivre de la manière dont on souhaite. Dès lors, cela relègue une énorme majorité d'homme comme n'étant pas des hommes sur notre planète.
Puisque beaucoup sont obnubilés par le virilisme, le machisme, l’incessante comparaison à un idéal masculin indexé à la pensée sociétale. C'est vrai depuis la Rome Antique à nos jours, où plein d'homme font, vivent non pas selon leur goûts, souhaits, mais selon ce qui va les inclure dans la case des hommes ou ce qui va les exclure. Le tout étant remis en jeu à chaque seconde. (je porte pas du rose car ça fait "tapette", je regarde pas le patinage car c'est un truc de fille, etc...).

Ainsi par opposition, sera un véritable homme, celui qui se sera défait de toutes ses choses et vivra comme il l'entend. Par exemple, prenons l'ennemi de la virilité, le cliché du gay "folle", il sera pour moi l'homme le plus homme s'il est ainsi par nature et par goût. Car il s'assumera, sans se soucier des cases que la société lui suggère.
En revanche le même bonhomme qui serait ainsi, mais par désir de coller au cliché, lui serait comme le bonhomme viriliste, prisonnier de la chasse à l'image sociétale. Et comme il ne se conçoit pas d'homme sans liberté...

L'homme qui n'assume pas sa personnalité mais celle de la société à la place, n'est pas un homme, il est un ambassadeur de la société, un calque, un clône, un homme en devenir, un homme qui s'ignore, un homme biaisé, on peut l'appeler comme on veut, mais il n'est pas le produit de lui-même.

Je pense la même chose pour les femmes.

Bon, j' ai relu, en fait tu ne parles pas du tout de "être un homme", mais plus de "être adulte", surtout si c' est la même chose pour les femmes.

"L'homme qui n'assume pas sa personnalité mais celle de la société à la place, n'est pas un homme"
C' est peut être ça être un homme justement, on est tous pour un énorme part les produits de notre société ( tant pis pour notre impression de liberté ), si tu étais né en Russie ou au Sénégal, tu n' aurais pas les même gouts ni les même "identités sociales"
Être un homme c' est peut être "revêtir"  l' image et le rôle social de l' homme,
Dans les sociétés traditionnelles ou "primitives" il n' y a pas 36 "identités" et le passage de l' enfant à l' adulte est un passage "social" qui garanti l' intégrité et de l' individu et de la société

Dans nos société modernes, l' individu se pense affranchi d' une société qui n' est plus vouée à sa pérennité mais à la consommation et au spectacle

Ce qui ressemble plus à des rites de passages aujourd’hui c' est le Bac et le permis de conduire, si à une époque ils étaient genré, ce n' est plus le cas, ils ne définissent plus "être un homme"

On voit bien qu' il y a une volonté d' appartenir à un groupe genré d' une manière ou d' une autre, avec la voiture, le foot, les tatoo, la barbe etc...
C' est une volonté atavique je pense de se définir en tant qu' homme, mais cette appartenance et ces rites se dilue dans la société et est rattrapé par la consommation et le spectacle ( il n' y a qu' a voir la récupération du Biker tatoué avec ses rites ( Hells Angels ) qui c' est transformé en hipster bobo bien plus rentable )

Si la société ne définit plus ce qu' est un homme,...    peut on l' être ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Bimbang le Sam 17 Fév 2018 - 10:15

Amusant ce fil. Vous vous prenez la tête pour trouver un truc généraliste. Razz
Au fond de vous, être un homme, ça représente quoi ?
Si on vous disait, demain, hop, on vous change en femme. Vous auriez le sentiment de ... quoi ?
avatar
Bimbang

Messages : 3852
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 11:18

Bimbang a écrit:Amusant ce fil. Vous vous prenez la tête pour trouver un truc généraliste.  Razz
Au fond de vous, être un homme, ça représente quoi ?
Si on vous disait, demain, hop, on vous change en femme. Vous auriez le sentiment de ... quoi ?

Ben justement, c' est la question Smile

Un truc généraliste, forcement, sinon ça ne répond pas à la question

Après, a-t-elle un sens ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 11:26

cassecaillou a écrit:

Après, a-t-elle un sens ?



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Sam 17 Fév 2018 - 11:52

Très succinctement.

Pour moi, être un homme, c'est.

-être allé à l'école des garçons et pas celle des filles quand j'étais en primaire (hé oui, ça existait; ça déterminait)

-être regardé comme un garçon, puis comme un homme

-ressentir cette fucking pulsion sexuelle et me balader avec mon matos entre les jambes.

-précisément me sentir/me savoir un homme et pas une femme.

Voilà. Juste des pistes.
Pour répondre à Bim.


ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 12:19

ifness a écrit:Très succinctement.

Pour moi, être un homme, c'est.

-être allé à l'école des garçons et pas celle des filles quand j'étais en primaire (hé oui, ça existait; ça déterminait)
Bon, c' est fini ce temps là  Very Happy , et ça représente quoi ?

ifness a écrit:-être regardé comme un garçon, puis comme un homme
Ca veut dire quoi ?

ifness a écrit:-ressentir cette fucking pulsion sexuelle et me balader avec mon matos entre les jambes.

ifness a écrit:-précisément me sentir/me savoir un homme et pas une femme.
Et ??  
C' est la question non ? quel est ce savoir ? En dehors des pulsions sexuelle ? A moins que ça ne se réduise à ça ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Sam 17 Fév 2018 - 13:03

1) Ca représentait que, jeune garçon, on ne fréquentait que des garçons, et les filles étaient loin. Ca représentait : t'es un garçon.

2) Ca veut dire que mon Ego social est celle d'un homme.
Dans une société quelconque, j'étais un homme. Pas une femme. les hommes me voyaient comme un homme, les femmes aussi.

3) Ressentir qu'on est un homme, qu'on ressent/reçoit le monde depuis l'état d'homme. Savoir qu'on n'est pas une femme, et qu'on ne voit pas/ne peut pas voir le monde depuis le corps/les yeux d'une femme.

Rien à dire d'autre.
Si vous comprenez pas, je reste dans ma tête.

ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par 3615chuna le Sam 17 Fév 2018 - 13:09

Hello cher ami Smile

Tu crois que d'un point de vue neurologique, psychologique, la perception est différente entre les hommes et les femmes ?

J'ai l'impression qu'en fait, tu te perçois homme en partie parce que la société t'a mis dans la case "porteur du service 3 pièces".
Ai-je saisi ou suis-je à côté de la plaque ?
avatar
3615chuna

Messages : 10677
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 37
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Sam 17 Fév 2018 - 15:12

Ouaaah ! Chuna !!
Quel plaisir, chère amie.... Amoureux

C'est bizarre, parce que je n'ai jamais eu à m'exprimer sur le thème,
j'ai la sensation de ne pas savoir quoi dire.
C'est toujours resté au niveau d'un ressenti,
si les femmes s'intéressaient à moi affectivement c'était en tant qu'homme, c'était clair (elles n'avaient pas la même attitude avec les autres femmes), c'est un exemple, et j'ai évolué dans un milieu très majoritairement féminin.

En fait non, comme je ne suis pas raciste pour un sou, il m'est arrivé jadis de proférer cette énoncé qui, aujourd'hui, me ferait lyncher : "je ne connais que 2 races humaines : celle des femmes et celle des hommes". Et ça ne me semblait pas méchant, simplement j'avais des bases de génétique, et mon affirmation est plutôt exacte génétiquement parlant.
Aujourd'hui, on n'a plus le droit de dire grand chose. Surtout homme, et hétéro : j'ai vraiment envie de me taire. J'ai peur de me retrouver aux Urgences.

Je tenterai de te répondre, mais je suis un peu sans voix.

J'ai émis l'idée que "voir le monde" était très différent selon qu'on est homme (hétéro) ou femme. Les gens à qui je m'adressais ne répondaient pas grand chose.
Moi je ressens très fort sur les trottoirs d'une ville, par ex.
Je ne regarde que les femmes, je ne trouve de beauté, de charme, que chez les femmes, je regarde les hommes le plus souvent d'un oeil critique, parce que je ne les aime pas trop, ils aiment le foot et faire la guerre, et j'ai de tout temps détesté les petits coqs .
Je me basais sur les thèmes de l'Art (peinture surtout) aussi.
Et puis tout mon vécu dans le relationnel amoureux.

Je dirai : je ne pense pas qu'il y a identité entre homme et femme. Même en tenant compte de la "culture", au sens large, sociétal, éducatif, etc...
Alors qu'il y a identité facile (sauf éventuellement culturelle) entre un homme "blanc"(enfin : rose) et un homme "noir", ou asiatique (pas jaune, ils n'ont pas la jaunisse), etc...
Je vois en un japonais un homme, comme moi, en une japonaise une femme.

Bon, c'est asper qui m'a suggéré d'ouvrir ce fil,
chuis pas coupable.
Mais question "goûts" de vie quotidienne, pratique, et tout, là, non, je ne vois pas de différence, sauf chez pas mal de gens des restes de vieille culture d'antan,et je ne "comprends" pas trop ce qu'écrit davidab.
Sauf qu'au mur de ma chambre je veux bien mettre une toile de Matisse représentant une femme à la toilette, me viendrait pas à l'idée de mettre un mec. Laughing Laughing Laughing

Bisous à tou(te)s.(J'ai plus la grippe, et pas d'herpès Embarassed Embarassed Rolling Eyes )

ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 15:15

Déjà, je pense qu'il y a autant de manière d'être un homme que d'hommes. Je rejoins ceux qui parlent de sociétés restrictives, où il est clair que la pression sociale fait que. Néanmoins, même dans une société sans aucune option, il n'empêche que les gens ont peut-être des réflexions et un mal-être, même s'ils ne mettent pas de mots dessus.
Après, quand on vit en Corée du Nord, a priori difficile d'être un homme, puisque l'on ne vous traite même pas en tant qu'humain. J'ai envie de dire qu'ils en sont même pas là.

Bon et puis affaire de point de vue. Sur la biologie pure, je pense qu'on est tous conscient de ce qu'est un homme. Si on ajoute la psychologie, l'être intérieur, c'est déjà différent. Et le reste, la barbe, le foot, tous les clichés, ça tient plus à mon sens du genre, du degré de masculinité, et encore par rapport à l'index actuel qui sera sans doute différent dans 30 ans.

En fait ce fil me met mal à l'aise, car il pourrait porter à croire que l'on cherche à définir quelque chose, alors que justement, il me semble que ces questions ne devraient pas se poser. Dès lors qu'une quelconque définition est posée, même en surbrillance, elle crée de l'exclusion.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par ifness le Sam 17 Fév 2018 - 15:23

Oui, je ne sais pas si je dirais les choses comme toi, davidab,
mais un peu ce ressenti aussi.

ifness

Messages : 2369
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Bimbang le Sam 17 Fév 2018 - 15:41

Y a pas d'exclusion si on ne parle que de soi.
C'est en tentant de généraliser que l'on crée des exclusions, non ?

Mais peut être que tout ça est délicat.
Je le conçois.


avatar
Bimbang

Messages : 3852
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par holokian le Sam 17 Fév 2018 - 15:42

Ce que je comprends Ifness, c'est que tu réponds très bien au pourquoi tu te sens homme. Et une sensation, ça ne se débat pas, c'EST !

Tout comme un enfant qui dit s'être fait mal au genou, et qu'on lui dit "mais non ça ne fait pas mal". En fait, la personne la mieux placée pour savoir si ça fait mal, c'est l'enfant lui-même.

Ça ne veut pas dire que cette sensation doit être vécue pareil par d'autres, ni que ça invalide d'autres sensation ou perceptions, ou manières d'être un homme. Ça éclaire surtout un point du débat, c'est que se sentir homme (et femme ce serait pareil), ça peut aussi être une construction subjective.
avatar
holokian

Messages : 528
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 15:50

J'aime bien l'idée qu'il y ait une différence entre les hommes et les femmes. Je crois que cette idée se suffit à elle-même. Je ne ressens pas la nécessité de la justifier. Un peu comme l'idée de Dieu. L'idée Dieu perd tout son intérêt quand il est défini par l'être humain.
Un homme pour mes yeux de femme, c'est à la fois la ressemblance et la différence. Suffisamment de semblance pour que je ne m'en effraie pas et suffisamment de différence pour attiser ma curiosité, et + si affinité, et ouvrir ainsi à l'altérité. Nos sociétés inscrivent des codes pour établir peut-être une sorte de consensus minimum et on peut en souffrir plus ou moins en fonction de nos environnements, mais au fond du fond, c'est pas ça qui compte.
Mais j'irai plus loin car je pense que c'est le même processus qui est dans la rencontre en général, suffisamment de différences sur fond de ressemblances.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 16:05

je suis d'accord holokian, je pense que c'est plus une question de sensation finalement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par Invité le Sam 17 Fév 2018 - 17:44

Pour ce qui est de "voir le monde", en particulier mes congénères, je regarde autant les femmes que les hommes, d' un point de vue esthétique je ne fait pas de différence.
J' ai probablement un regard sur le monde qui me définit en tant qu' homme mais pour le cerner il me faudrait appréhender ces regard "masculins"  et "féminins" pour en définir les contours, en trouver les plus petit dénominateurs communs...

Sauf qu' entre les couches des idées préconçues qui se sont cristallisées et le grand chamboule tout de notre société moderne rien n' est clair...

En tout cas, pour moi dire "il n' y a pas de différence homme femme" et/ou "on est tous différent" revient à dire qu' il n' y a pas d' homme (masculin) ni de femme (féminin)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etre un homme.

Message par 3615chuna le Sam 17 Fév 2018 - 17:54

Ce qui me chagrine en trainant sur ZC, seul endroit où je peux parler de sujets de société, si je puis dire, c'est qu'il y a cette frayeur à mettre les gens en cases.

Je comprends pourquoi, beaucoup l'ont expérimenté ici, moi la première.
Une fois qu'on nous a mis une étiquette, difficile de sortir de ça. C'est déstabilisant pour tout le monde, à commencer par l'entourage.

Donc sur les sujets sur le genre, on en arrive finalement à des compromis : ya pas de genre, on est tous unique.
Mouais. Facile.

La scientifique que je suis n'aime pas trop ça.
J'expliquais ça sur l'autre fil, celui sur la masculinité.
On en arrive presque à nier des évidences biologiques pour ne froisser personne.

Lorsque l'on explore ce genre, on peut éventuellement arriver à une représentation de l'homme ou de la femme, dépeinte très très grossièrement, qui donne une idée vague de ce qu'ils sont.
Chaque individus ensuite se rapproche ou s'éloigne fortement du modèle, car ça n'est qu'un modèle, qui n'est intéressant que si l'on étudie un comportement global de groupe.
Chaque individu étant en effet unique, et ayant le curseur placé différemment sur chaque trait définissant ce modèle.

C'est pas mal si on arrive à définir ces modèles homme/femme, si on le fait à partir de données objectives, en ayant conscience qu'on est dans un contexte sociétal particulier.
Même si le modèle final plait pas...

Si on se base sur le ressenti personnel d'un seul individu, c'est plus ennuyeux...

Maintenant, que chaque personne explique son vécu, et comment il se perçoit homme ou femme, je trouve ça intéressant.
C'est une façon de parler de soi, et moi, j'aime qd les gens parlent d'eux.
avatar
3615chuna

Messages : 10677
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 37
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum