La vie, une éternelle enseignante

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Ven 19 Juil 2019 - 21:02

My_illusion a écrit:@ pureté: On s’enseigne constamment et mutuellement, au moins ça de bien dans les relations sociales qui fait du bien, loooool.
Ouais, faut trier quand même  Razz

J’ai omis de mentionner que le paternel l’a trompée également, avec ... la femme de ménage.
Hé bien, c'est du propre (si j'ose dire).

En tant que père, il était absent et j’avais peur de le déranger alors il a aussi participé à mon caractère « fantôme », passoire. Je me souviens que très petite, je m’endormais sur son ventre devant la télé. Il disait beaucoup de jurons, je comprenais pas cette explosion de colère, du coup oui je le craignais et je l’évitais car heureusement, instinctivement je m’éloignais de ce qui était malsain. Pour moi, il est un étranger, je n’ai pas ressenti de protection ou de refuge affectif, mais je ne lui en veux pas pour ça, j’ai compris que aussi qu’il était en souffrance. Il a dit (via sa nouvelle femme avec qui il a refait le bon nombre d’enfants -3-)

Paaaardon ?  Shocked

Je ne comprends pas, le type n'est pas content d'avoir 5 enfants au lieu de 3, et au lieu de s'en occuper, il préfère se "consoler" en faisant trois gosses à une autre bonne femme, car au moins cette fois "le compte est bon". Il a cru que la vie c'était comme Des Chiffres et des Lettres ?


dans une lettre qu’il a dû être suivi par un psychiatre à l'époque et qu’il voulait se suicider. Décidément, tout le monde veut y passer... mon second frère aussi au début des études universitaires. Et les deux autres je sais pas, ils n’en ont jamais parlé. L’aîné est un peu autiste, dans sa bulle et le troisième extériorisait en démolissant dans sa chambre. C’est frère 2 et moi qui avons fait le plus pour la baraque et génitrice. L’ainé avait 15 ans et disparaissait, il s’est un peu drogué mais il n’a pas sombré dedans ouf. Ma sœur a quitté la maison à 16 ans pour vivre chez le paternel, son départ fut violent, génitrice refusait de la laisser partir, et sur le devant de la maison avec ses valises, génitrice lui donnait des coups de pied dont je me ramassais la moitié car je jouais le tampon entre les deux. Elle ouvrait ses valises en reprenant ça et là des choses qu’elle disait lui appartenir. Je comprenais la nécessité qu’elle parte, je pensais que ça lui aurait fait du bien, que ça la sauverait. Même si je me disais que ça pouvait être un forme d’abandon je ne lui en ai jamais voulu pour ça, elle voulait juste sauver sa peau. Et en un sens, j’en ressentais un soulagement car c’était franchement pas gai. Elle était anorexique, dépressive, elle se droguait, fumait, buvait, s’est faite violer et avait déjà tenté de se suicider, donc la totale quoi... tout ce que je lui espérais c’est qu’elle puisse remonter la pente. L’anorexie a duré une dizaine d’années, elle allait régulièrement en hôpital psychiatrique, j’y ai passé beaucoup trop de temps là-bas à aller la voir et tenter de lui transmettre « mes forces ». Elle a été sur-médicalisée mais de son propre chef surtout... elle parvenait à avoir des prescriptions. Elle avait besoin de moi, elle avait confiance en moi et tête obstinée que je suis, je n’ai jamais lâché pendant cette dizaine d’années, même si elles m’ont amochée également. Les frères avaient abandonné, ils disaient que ça ne servait plus à rien. Et de fait, son suicide a juste été retardé. Mais vraiment, j’ai cru que c’était une nouvelle vie pour elle qd l’anorexie était terminée, plus d’hospitalisation, arrêt du tabac et autres, rencontre d’un gars gentil, naissance du petit. Je m’étais dis «ça yest, elle a réussi à remonter la pente ». Un an avant son suicide réussi, elle avait fait une tentative et là, grosse déception, j’ai perdu tout espoir et c’était écrit, le suicide allait arriver. Je me répète souvent « on ne peut pas tous les sauver ». Elle suivait les mêmes traces que génitrice, je lui avais dit ça quand elle avait 19 ans et moi 15. Elle m’avait invitée à l’annif d’une de ses copines et elle a bu, trop bu. A émergé d’elle, le prototype génitrice et moi en colère je lui dis « arrête de boire tu ressembles à génitrice » et là bam elle me flanque une torgnolle mais d’une force. Je crois qu’elle s’en est voulu mais au lieu de calmer la situation elle est partie dans un délire, une sorte de delirium tremens, elle criait après moi pour que je rapplique et elle a arraché ma chemise et ne voulait plus lâcher, il a fallu appeler l’ambulance et elle a passé la nuit à l’hosto. Merci pour l'invitation... tout ça était tellement malsain, ni génitrice ni elle n’ont eu de respect ou d’amour envers moi. Et je n’ai jamais rien sur faire d’autres, que de « comprendre » laisser couler et les laisser continuer à me maltraiter. Je me disais que j’étais solide, et que mes efforts finiraient par porter leurs fruits..]

Aïe aïe aïe... que de tristesse. Tu m'étonnes que tu te sentes si mal malgré ta capacité à pouvoir garder le contrôle. En fait t'as tellement accumulé de "saloperies" que tu es devenue prisonnière de ta propre muraille en quelque sorte.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Ven 19 Juil 2019 - 21:17

My_illusion a écrit:Message précédent de ce matin que j’avais oublié d’envoyer, sorry il est en grand ce n’est pas intentionnel. 

Pour vous répondre sur l’alcoolisme, c’est un facteur très aggravant oui, comme toute addiction qui va trop loin, le reflet d’un problème de fond. Il n’y a pas eu que l’alcool, elle prenait vraiment trop de médicaments, sur des années :anxiolytiques, anti dépresseurs, somnifères. Son foie a bien trinqué et même pas de cirrhose, ce qui est totalement injuste ! En avril 2016, son foie était en intoxication sévère, elle vomissait, diarrhée constante, perte totale d’appétit et nécrose des talons, ce n’est que lorsque sa jambe est devenue noire qu’elle a commencé à vraiment flipper, je savais que c’est son foie mais elle refusait de consulter un médecin car elle savait qu’elle serait hospitalisée et qu’on la priverait d’alcool. Elle a été odieuse évidemment avec le personnel médical car le manque rend très violent, le sevrage doit se faire sur une bonne semaine sous diazepam. (J’ai supprimé une partie car je crois que je ne peux pas écrire ça). 

Ses parents à elle étaient des catholiques conservateurs, hyper anxieux de tout, qui brimaient les libertés. Elle était fille unique et ça l’a bcp frustrée et je suppose que c’est de la qu’elle a développé sa mégalomanie (bcp d’enfants, bcp d’animaux, bcp de choses qui restent même emballées). L’alcool calmait cette mégalomanie. Ses parents ne voulaient pas voir les problèmes en face, ils faisaient l’autruche. Elle a envoyé bouler la religion et les règles de bienséances. Et pour ça, merci. Pour ne rien entendre, ils ont allongé les billets. Elle détestait ses parents, n’a même pas versé une larme à leur mort et râlait de devoir aller à l’enterrement. Idem pour sa fille en fait. Idem pour le mariage de son fils aîné. Elle en a jamais rien eu à foutre des autres, seule sa personne comptait. Elle me disait « tu te rends compte, ma mère m’a forcée à manger une orange pourrie pour ne pas gaspiller! » et je me disais « ça va y’a pire dans une vie! ». Pour elle, c'était odieux de faire sa à sa fille... mouais et elle, elle nourrissait même pas ses gosses, c’est sûr c’est mieux. Enfant pourri gâté et frustré oui. Elle leur mentait quand elle était jeune et elle racontait ça avec bcp de malice. Elle couchait ça et là avec les mecs et si ses parents avaient su, c’aurait été un drame, « avant le mariage, mais enfin c’est une hérésie! ». Ma grand mère maternelle était qqn de très économe oui. Elle disait qu’elle ne buvait que l’eau du robinet. J’ai hérité son côté « pas gaspiller, pas trop polluer » c’est une qualité pour moi. Je mangerais pas une orange pourrie, je peux couper la partie pourrie ou bien faire en sorte de la manger avant pourrissement. Bref. Non je n’explique pas sa personnalité pourrie (celle de génitrice) par l’éducation qu’elle a reçue. Ses parents étaient je dirais castrateurs mais ils aimaient leur fille, jamais ils ne l’ont frappée, abusée ou traitée comme une moins que rien, au contraire elle a été mise sur un pied d’estale. Elle s’y est cru plutôt « moi je vaux plus que les autres! » « je suis habituée à avoir les gens à mon service ». Quand j’y pense, je nettoyais le sol pendant qu’elle regardait la télé et elle faisait exprès de pas bouger pour que je lui demande ou bouge ses pieds pour passer en dessous. Elle aimait ça, se penser valoir davantage et j’ai vraiment été conne. J’ai été conditionnée à lui servir. Si le ménage n’était pas fait ça pouvait rester sale pendant des années, pas grave la pisse de chien, les crottes, la puanteur, et compagnie. Je suis pas du tout maniaque, vraiment pas... elle ne se lavait pas d’ailleurs, elle puait mais grave ça m’agressait les fosses nasales et je finissais par lui ordonner de se laver, sans trop de succès. Elle a eu même une infirmière à domicile pour la laver alors qu’elle n’était pas infirme, pas simple paresse. Quand je parle d’elle en terme de déchet sociétal, je n’ai pas l’impression d'exagérer. Je fus là dernière à quitter la maison. A 32 ans, je vivais depuis 4 ans dans une annexe à la maison (très grande villa), je ne vivais bien sûr pas à ses crochets car c’était moi qui jouait le rôle de mère avec elle et elle, faisait l’ado sur les dernières années. Puis son nouveau mari est arrivé et une fois mariés il a réussi à me reprocher de pas lui avoir dit qu’elle était alcoolique. Mais fallait vraiment être con pour pas s’en rendre compte, on se marie pas avec qqn sans connaître ses antécédents, il pouvait me poser des questions j’aurais dit la vérité. Il était in love, il a voulu ne rien savoir, c’est de sa faute. Elle le traite probablement tjrs comme un chien, et il est terriblement bête, sur ça j’étais d’accord, elle l’appelait Nestor en référence à son seul neurone... Je ne le rabaissais pas, même si c’était pénible car il était têtu et avec mon caractère ça passait pas trop. Il a voulu me considérer comme sa fille mais non merci, je n’ai plus besoin de père... surtout qu’il avait des traits de caractère qui me débectaient (racisme, machisme, il a trempé dans des affaires de corruption, insensible à l’ecologie, fumeur, fainéant, etc). Désolée, j’ai pas besoin de ça. Il jetait ses mégots à terre que je ramassais ensuite... il a fini par arrêter après que je lui ai expliqué plusieurs fois... boulet quoi.

Tout ça pour dire quoi? Que génitrice a un caractère de merde de base, l’alcool n’a fait que l’intensifier en y ajoutant la violence. Mais la maltraitance c’est son truc, elle est très maligne pour faire ça. Mon frère aîné a coupé les ponts avec elle également (avant moi). Frère 3 ne garde que des contacts cordiaux pour ses enfants mais jamais il ne les laisse sous sa surveillance et il n’y a plus que frère 2 qui s’occupe des affaires pécuniaires. Il aime faire le chef, elle le respecte lui. Et c’est son fils préféré depuis qu’il est petit. Il aura une part plus grande d'héritage je suppose mais pour le peu qu’il restera. En plus, son argent m’a tjrs dégoûtée, je veux gagner mon propre argent et vivre sobrement. Les histoires d’argent, j’ai un roman là dessus aussi, c’est malsain aussi pour moi ces histoires alors je m’en suis éloignée et j’en suis très contente. Elle a tenu longtemps ma sœur par l’argent, l’argent qui lui tombait du ciel, car elle n’a pas bcp travaillé dans sa vie. Fille unique et une tante riche également qui n’avait pas d’enfant, en gros elle a eu deux mères et elle préférait sa tante.

Décidément, cette sale bonne femme a vraiment été loin dans l'ignominie.

A ta place je pense que je l'aurais tuée en l'aspergeant d'alcool puis en mettant le feu, façon "vaincre le mal par le mal".

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 19 Juil 2019 - 21:53

Pour te répondre Hirondelle, en effet ne pas avoir d’enfant est également une raison qui est motivée par mon besoin de ne pas transmettre mes souffrances, mais bien entendu ce n’est pas la seule, on en a parlé mais j’ai pas encore donné toutes les raisons et ce n’est pas une façon de m’auto persuader, c’est complètement factuel, dans mon esprit c’est très clair. Ma sœur a voulu faire mieux, elle disait qu’elle ne reproduirait pas, qu’elle serait une bonne mère, que jamais elle ne ferait de mal à son fils. Elle y a cru très fort, de bonne volonté, elle a fait de son mieux mais elle a déchanté. C’est vraiment éprouvant d’être un bon parent, c’est un métier je dirais même, le métier que je respecte le plus même. Mais il demande d’être très stable, d'être en paix avec soi-même, de pouvoir vraiment aimer un autre être sans tirer de lui ce qu’on a manqué. Tout parent commet des petites erreurs, ça c’est oké. Elle a fait un burn out maternel et ses démons sont revenus frappés à sa porte. Elle s’est senti pas à la hauteur. Elle me disait par exemple « j’ai l’impression que mon fils t’aime plus qu’il ne m’aime! » mais je lui répondais qu’il manifestait de la joie car il me voyait moins souvent mais que bien sûr qu’il l’aimait elle avant tout. Elle a ressenti à quel point un enfant demande bcp de ressources, à quel point il faut être bien avec soi pour tenir sur la longueur. Et malheureusement, j’ai constaté qu’elle débutait une reproduction de schéma, elle demandait à son fils de venir la sauver, même si elle ne s’en rendait pas compte... c’est ce que j’observais. A l’aube de ses 2 ans, elle tente de se suicider et elle confie à sa psychiatre et à moi qu’elle a pensé à emporter son fils avec elle, pour qu’il ne soit pas malheureux sans elle. C’était trop pour ma conscience. Même si je savais qu’elle n’aurait jamais fait ça, que ça lui ai traversé l’esprit m’a profondément déçue. C’est à partir de là que j’ai cessé de croire en sa rémission et à angoisser pour l’avenir de son fils, il porterait sa mère et elle avait bcp de traits de génitrice, le schéma allait se reproduire. Et elle a eu la lucidité de l’avoir compris... sa psychiatre a alerté les services sociaux, ça + le énième coup de poignard de génitrice et ça lui a donné la force de se suicider un an plus tard, juste un an après avoir contracté une assurance vie pour la maison, suicide au sein d’un hôpital psychiatrique sous haute surveillance (cameras et dans l’unité de haut risque suicidaire). Elle était intelligente aussi, elle a tout programmé. Et pour moi, de ce que j’en analyse, elle l’a fait pour son fils, pour ne pas le maltraiter avec une mère dépressive et suicidaire... elle avait cette lucidité là. Et pour ça je la remercie, car je n’aurais pas supporté que son fils subisse le même traitement qu’on a subi. Sa mère l’aimait ça c’est une certitude. Elle a cru qu’elle aurait pu se reconstruire mais elle était brisée. Je lui avais dit, pour protéger le petit « même sans toi, ton fil pourra être heureux, il ne sera pas seul » c’était une façon pour moi de lui donner la permission de se délivrer de sa souffrance inapaisable. Ça peut paraître odieux. Ce n’était pas une petite dépression de passage, vraiment j’ai suffisamment vécu l’enfer à ses côtés pour ressentir tout de ses souffrances. D’autant que la veille de sa tentative d’essai (elle disait «c’était juste un test », ce qui voulait dire qu’il y aurai un après), j’avais passé une heure au téléphone avec elle, en pleur, à la motiver de venir à l’anniversaire de notre belle-sœur. Et purée, elle a ri, on a fait un combat en tenue de sumo, elle était joyeuse, des moments en famille, encore donner pour remplir son vase affectif sans fond. Oui, j'étais épuisée de jouer ce rôle mais je continuais malgré tout. Et pour un résultat si maigre. J’ai abandonné les efforts le jour de son « suicide-test » car clairement, elle venait là de prévenir « il y aura une fin, faites mieux pour me sauver... » mais franchement j’avais plus rien à donner, complètement vidée, comment voulait-elle que je l’aime de façon démonstrative alors que moi non plus on m’a pas aimée, j’ai alerté les frères, ils ont pris un peu de ses nouvelles, par mail. Eux non plus, n’ont pas su lui donner ce dont elle avait besoin. En dernier recours, elle s’est retournée vers génitrice en la soignant avec ses jambes nécrosées (ma sœur était infirmière) et une fois guérie, génitrice n’a pas entretenu leur lien... abandon pour la millième fois, elle a cherché auprès du paternel et sa femme sur laquelle elle faisait un transfert affectif, et eux non plus n’ont pas pu combler ses attentes. Des extérieurs lui ont donné bcp mais ce dont elle avait besoin c’est d’une vraie famille... une famille qu’elle provoquait sans cesse, qu’elle rejetait pour avoir la preuve que le lien était vraiment solide... c’est vraiment très dur moralement, c’est de la maltraitance psy en fait. 

 @ortolan : Borgnus va super bien, hormis une rhinite à droite, je lui donne antibio. Et il n’est plus seul, il a une copine qui a le même âge que lui, trouvé en bord de route affamée. Mais elle est très craintive, on voit grave la différence avec borgnus qui lui vient vers moi. J’ai fait un sondage pour leur nom et tout le monde voulait garder le nom de Borgnus car g tellement spammé Facebook avec lui que son petit nom est devenu mignon, loooool. 
Il s’est réveillé et quand je l’appelle il vient, c fort ça, fin il reconnaît ma voix, il reste sur moi, en détente. 

Une collègue m’a déposé trois plantes sur mon bureau avec un « bon anniv! » trop chou, un plant à baies de goji, un de canneberges et un aloe vera!! Elle vient de perdre son papa de cœur et elle pense quand même à moi, c’est fou ça. 

Demain accrobranche. Dimanche tomorrowland !!! Youpieeeeee

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 19 Juil 2019 - 21:58

Oui pureté, plus jeune, même assez jeune, perchée dans un arbre, je cherchais le moyen de la « neutraliser ». Si une arme à feu avait été dispo, je l’aurais utilisée contre elle puis contre moi car impossible de vivre avec ça sur la conscience. Je me disais que c’était un sacrifice utile pour préserver les autres... un couteau, je ne pouvais pas, je n’ai pas cette âme violente à aimer faire souffrir. Juste appuyer sur un stop. J’y pensais sérieusement, ce n’était pas sous le coup de la colère. Pour moi, c’était la meilleure solution. Et je le pense toujours mais mnt c’est trop tard, tout le mal à été fait. Elle a 66 ans, je ne crois pas qu’elle vivra encore 20 ans, bien que ce soit une mauvaise herbe tenace.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 19 Juil 2019 - 22:01

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 3b79c510
Le petit nez de borgnus

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par ortolan le Ven 19 Juil 2019 - 22:08

Very Happy
ortolan
ortolan

Messages : 12694
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Ven 19 Juil 2019 - 22:09

Personnellement je n'aurais pas eu de remords. Et je me serais encore moins suicidé.
Après ça reste un meurtre, donc le plus gros souci c'est la prison en fait, sachant qu'en plus il y a un tabou énorme avec le parricide.

Je n'aurais pas pu utiliser d'arme blanche non plus, enfin je pourrais tuer quelqu'un de cette façon mais dans d'autres circonstances.

Je comprends pourquoi tu l'appelles génitrice, c'est très exactement ce qu'elle est et rien d'autre. C'est juste un incubateur.

Sinon il est adorable ce petit hérisson.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 19 Juil 2019 - 23:48

Si j’avais tué en étant mineure, j’aurais pas fait de prison, et pourtant je pensais pas comme un gosse. 

Je n’ai pas ce besoin de vengeance étonnamment, juste besoin que justice soit faite. Je n’aime pas l’adage « œil pour œil, dent pour dent ». La vie se charge de lui donner ce qu’elle mérite : l’abandon et l’indifférence. Ça fait deux ans que les ponts sont rompus de mon côté,  et c’est une décision sans retour, j’ai mis longtemps à le faire car jsuis pas lunatique, les explosions épidermiques c pas mon truc. « Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise." Et c’est le pire pour elle, perdre toute emprise. La meilleure qu’elle avait sur moi c’est via les animaux. Je m’inquiète bien sûr tjrs pour eux mais je ne sais plus rien et ça vaut mieux. La maltraitance animale yen a partout sur le globe. A l’époque, elle a tellement choté dans un de ses chiens qu’elle lui a cassé la patte.  Elle a tué mon chien par étranglement aussi quand j'avais une dizaine d’années car ma sœur l’avait accusé d’avoir tué son chat, par colère elle n’a pas lâché, j’ai hurlé et pleuré mais évidemment elle s’en fichait. A 20 ans je crois (je ne sais plus parfaitement situer certains événements), elle a traumatisée la chienne que je nomme « le symbole de mon enfance » car je l’ai eu à mes 7 ans et qu’on faisait tout ensemble. Elle l’a tenait par la peau du cou en hurlant derrière ma porte « ouvre cette porte où je crève ton chien » Là g bien failli la frapper car ma pauvre chienne était terrorisée. Après cet épisode, j’ai cherché à la placer voire même à l’euthanasier ... je ne voulais pas risquer qu’elle la torture car ce genre d’individus est capables de tout, il n’y a pas de remords ou de culpabilité. Je l’ai placée quelques jours et puis reprise et génitrice ne lui a plus rien fait car je laissais plus ma petite réglisse en bas sans moi. 


On pourrait croire que je mens... 


Dernière édition par My_illusion le Sam 20 Juil 2019 - 8:41, édité 1 fois

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Sam 20 Juil 2019 - 0:01

Il y aussi le tabou du parricide. Tuer son géniteur, aussi détestable soit-il, c'est symboliquement fort.

Quelle différence fais-tu entre justice et vengeance ?

Non mais...à chaque fois je crois avoir tout lu à son propos et en fait il y a encore un nouvel épisode effroyable.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Sam 20 Juil 2019 - 0:34

Vi rien que nommer en « génitrice » est mal reçu car raconter le pourquoi du comment prend du temps et qu’on me répond facilement « une mère on en a qu’une seule ». Pour l’appeler, je disais « mère » ou son prénom, ça met la distance affective oui. Je n’ai plus prononcé le mot « maman » depuis mes 12 ans je crois. Et « papa » je ne me souviens pas. A 13 ans il m’a forcée à le dire en me tendant la bouteille de soda « merci qui? »... ça m’a écorché les cordes vocales. Dans ma tête c’était « tu sais c’est quoi un papa? » tssst. 
Lui je dis pas vraiment géniteur, mais je dis « le paternel ». Génitrice le nommait « l’andouille ». Lui disons qu’il m’a pas vraiment fait du mal avec perversion, mais c’est pas qqn de bien à mon sens. Même si génitrice le démolissait, j’ai pu constater qu’il était salaud. Il a été inventer que je me faisais entretenir par un mec pour justifier de ne pas payer de pension alimentaire pour mes études. Ou d’inventer qu’on gagnait la blinde avec 50 chiennes reproductrices. Il aurait manigancé un faux cambriolage pour toucher l’assurance, frauder au niveau job, vol de matériel pour la maison, puis sa colère impulsive. Un mec introverti qui savait pas exprimer ses émotions (ouais j’ai hérité de ça pfff). Il n’y a qu’une fois que je l’ai vu ému, en me parlant de frère 2 qui ne voulait plus le voir. Le fils préféré des deux, j’sais pas pourquoi d’ailleurs, lol. Ce qui a changé qd le paternel a su qu’il était homosexuel. Ou bien parce qu’au même moment, frère 2 voulait changer de nom de famille. Ou les deux. 

Pour moi, la justice se base sur la morale et le rationnel (je parle pas de législation où là il suffit d’être doué pour contourner les lois), la vengeance est trop émotionnelle et souvent épidermique, elle est plus sanguine, plus violente, faible moralement. 

Sur génitrice, je peux écrire un livre, y’a des tas de choses qui se sont passées et qui sont choquantes.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Sam 20 Juil 2019 - 10:57

Les deux géniteurs se complètent bien en terme de "saloperie".

Pour moi la "justice" est trop "froide" justement, qu'elle soit de nature juridique ou non. Elle semble plus "apaisée" donc semble plus juste, mais l'est-elle vraiment pour autant...c'est discutable.

D'un côté un meurtre peut sembler être extrême, mais d'un autre c'est aussi une façon de renvoyer la souffrance reçue en plus de vouloir que ce merdier s'arrête pour de bon. C'est pas la même chose qu'un tueur animé par le seul désir de faire le mal, qui d'ailleurs a souvent un lien avec une enfance faite de maltraitance, sauf que l'individu va détourner ses pulsions sur les autres au lieu des responsables, et là ça devient totalement immoral.

Les criminels ont souvent un raisonnement aberrant, voilà pourquoi je les déteste en plus de leurs actions. Et je déteste tout autant ceux qui leur cherchent des excuses et des circonstances atténuantes.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Zarbitude le Sam 20 Juil 2019 - 21:35

Joyeux annif MyI
La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Gzetea11

I love you
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 7210
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Sam 20 Juil 2019 - 23:10

C demain zarbi’ mais merciiiii déjà, le 21 juillet est la fête nationale en BE, tjrs un jour férié donc avec feu d’artifice. Jsuis au moins née un bon jour. Lol. 

J’ai relâché la copine de Borgnus car elle ne se sentait pas bien en captivité et ne prenait pas de poids, elle est dans un bois avec un étang pas loin, chez mes anciens voisins. C le second que j’y relâche. Borgnus a enfin son enclos de plus de 4m2. Je l’y ai laissé une bonne heure pis je ne le trouvais plus et en l’appelant il a fait son petit bruit et est sorti de sa cachette (sous le tas de feuilles) ici il dort sur moi en totale détente et fait ses cauchemars car se contracte. Il n’est pas prêt pour la vie sauvage, j’espère que je vais pouvoir lui permettre de l’apprendre. Il ne mange tjrs pas de croquettes, juste du lait et du paté pour chaton, il n’a pas encore compris que ses dents servaient à quelque chose. Je soigne son rhume et son œil est pas encore remis. 
La vie, une éternelle enseignante - Page 6 5f68d110

L’acrobranche était bien sympa, on a fait le parcours le plus difficile et j’ai pas triché, même les barres à traverser avec la force des bras g réussi (et j’aurais pas cru). Puis on a voulu faire le parcours tyrolienne et l’orage a grondé, du coup interdiction de continuer, il a bien draché (plu des cordes) et le parc a fermé, pour dédommager et comme on avait déjà fait 2h30 on avait droit à un ticket pour un autre truc mais qui m’intéressait pas trop, du coup j’ai fait avec ma petite voix tristounette qu’on voulait faire le parcours tyrolienne alors le gars nous a donné un ticket pour revenir, donc en gros auj c’était gratuit hahaha c’est un we full gratuit pour mon annif, g vraiment trop de la chance !! 

Demain tomorrowland et truc de ouf, Facebook a ressorti une photo d’il y a 5 ans en souvenirs et c’était lors des 10 ans de ce festival avec la photo de mon best friend et moi avec écrit en arrière plan « today is a gift ». Les coïncidences sont parfois surprenantes.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Sam 20 Juil 2019 - 23:39

Pureté a écrit:Les deux géniteurs se complètent bien en terme de "saloperie".

Pour moi la "justice" est trop "froide" justement, qu'elle soit de nature juridique ou non. Elle semble plus "apaisée" donc semble plus juste, mais l'est-elle vraiment pour autant...c'est discutable.

D'un côté un meurtre peut sembler être extrême, mais d'un autre c'est aussi une façon de renvoyer la souffrance reçue en plus de vouloir que ce merdier s'arrête pour de bon. C'est pas la même chose qu'un tueur animé par le seul désir de faire le mal, qui d'ailleurs a souvent un lien avec une enfance faite de maltraitance, sauf que l'individu va détourner ses pulsions sur les autres au lieu des responsables, et là ça devient totalement immoral.

Les criminels ont souvent un raisonnement aberrant, voilà pourquoi je les déteste en plus de leurs actions. Et je déteste tout autant ceux qui leur cherchent des excuses et des circonstances atténuantes.
 
La justice serait une invention de l’homme. Voui mais bon faut bien un référentiel. On sera tous d’accord que violer un enfant c’est immoral et que justice doit être faite. Je précise que c la seule chose dont j’ai été préservée (le viol) ouf. Si la victime rend la souffrance qu’il a reçu par des actes peu moraux, il s'abaisse au même niveau que son agresseur. Mais je suis d’accord que les salauds doivent recevoir une bonne leçon... je suppose qu’en disparaissant de la vie des géniteurs, je leur donne le pire non? Ils n’ont plus aucune prise et ils crèveront avec un inconscient qui doit forcément les travailler. Il est normalement difficile de pouvoir se regarder dans un miroir après avoir posé des actes violents.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par ortolan le Dim 21 Juil 2019 - 0:01

Ce coup-ci, c'est la bonne : Joyeux anniversaire ! cheers
ortolan
ortolan

Messages : 12694
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Dim 21 Juil 2019 - 0:13

My_illusion a écrit:
Pureté a écrit:Les deux géniteurs se complètent bien en terme de "saloperie".

Pour moi la "justice" est trop "froide" justement, qu'elle soit de nature juridique ou non. Elle semble plus "apaisée" donc semble plus juste, mais l'est-elle vraiment pour autant...c'est discutable.

D'un côté un meurtre peut sembler être extrême, mais d'un autre c'est aussi une façon de renvoyer la souffrance reçue en plus de vouloir que ce merdier s'arrête pour de bon. C'est pas la même chose qu'un tueur animé par le seul désir de faire le mal, qui d'ailleurs a souvent un lien avec une enfance faite de maltraitance, sauf que l'individu va détourner ses pulsions sur les autres au lieu des responsables, et là ça devient totalement immoral.

Les criminels ont souvent un raisonnement aberrant, voilà pourquoi je les déteste en plus de leurs actions. Et je déteste tout autant ceux qui leur cherchent des excuses et des circonstances atténuantes.
 
La justice serait une invention de l’homme. Voui mais bon faut bien un référentiel. On sera tous d’accord que violer un enfant c’est immoral et que justice doit être faite. Je précise que c la seule chose dont j’ai été préservée (le viol) ouf. Si la victime rend la souffrance qu’il a reçu par des actes peu moraux, il s'abaisse au même niveau que son agresseur. Mais je suis d’accord que les salauds doivent recevoir une bonne leçon... je suppose qu’en disparaissant de la vie des géniteurs, je leur donne le pire non? Ils n’ont plus aucune prise et ils crèveront avec un inconscient qui doit forcément les travailler. Il est normalement difficile de pouvoir se regarder dans un miroir après avoir posé des actes violents.
Je ne suis pas convaincu par l'idée que la victime se rabaisserait. Évidemment, ça dépend des circonstances.
Aprè c'est sûr qu'en laissant la génitrice dans son coin, son monde s'écroule en ne pouvant plus manipuler quiconque. Plus personne ne peut lui servir de défouloir, et plus personne n'est là pour lui torcher le derrière.
De là à dire qu'ils éprouveront des remords, c'est incertain d'après leur profil psychiatrique complètement déplorable.

Sinon j'ai cru comprendre que c'était ton anniversaire, donc bon anniversaire.

Décidément, j'ignorais que les hérissons pouvaient être si adorables.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Dim 21 Juil 2019 - 8:56

ortolan a écrit:Ce coup-ci, c'est la bonne : Joyeux anniversaire ! cheers
WoW, quel timing  Razz
Merciiii Ortolan alien

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Dim 21 Juil 2019 - 9:26

Et merci aussi pureté sunny


Le soleil est là mais pas trop trop comme pour la semaine caniculaire. 


Vi, génitrice ne connaît pas la culpabilité. Rien n’a jamais été de sa faute. Elle a juste reconnu une fois qu’elle n’avait pas été une très bonne mère... « Mais c’est à cause du paternel » bien sûr. 
Lui, il en ressent je crois mais il intériorise. A l’enterrement de ma sœur, il était là, son discours parlait de soulagement, c’était pareil de ce que je pensais/ressentais et des gens m’ont dit « mais c quoi ce discours?!? Il n’était même pas affecté par sa mort! » et ça je ne pense pas. Pendant le dépôts des cendres, à côté de moi il me dit « on devrait se re contacter, après tout on fait le même métier » c’est son approche fébrile. Mais je n’ai pas donné suite car je lui ai donné de nombreuses opportunités d’être un père, il n’en a rien fait de bon. La dernière chance donné c’était il y a 10 ans. Il en a fait de la merde alors j’ai fini par tirer la révérence. Il me soutirait des informations pour ne pas devoir payer pour mes études. Alors qu’il n’avait aucun problème d’argent. Sa fille aînée de son second mariage (10 ans de moins que moi et une ressemblance physique assez frappante du visage) m’avait écrit à l’époque qu’à cause de cette pension alim’ elle ne pourrait pas garder son cheval en pension privée et que je gâchais son enfance, carrément ces mots-là, j’ai trouvé ça terriblement choquant. A l’époque, d’ailleurs ce n’est pas moi qui insistait pour toucher cet argent, il était légal et c’est frère 2 qui poussait à l’obtenir. Car au fond, oui il faut assumer ses gosses, pas vrai? C’était pas pour que je parte en vacances... je voulais que ces histoire de procès tirées en rallonge se termine, ça a duré si longtemps! Genre plus de 15 ans. Avec des menaces bien farfelues, le paternel menaçait de poser un cadenas sur le portail et de brûler la maison. Génitrice avait peur de lui et là j’étais plus grande donc je lui disais « il ne le fera pas et il n’a aucun intérêt à le faire car lui a 3 enfants en bas âge, s’il essaie d’intimider, il recevra la monnaie de sa pièce! » et de fait, il n’a rien fait. Il faisait peur c’est vrai mais y’avait aussi du bluff. Du coup, les hommes, j’en ai vraiment plus peur du tout! Jsuis une rebelle, lol.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Dim 21 Juil 2019 - 9:51

De rien.

Le géniteur est gonflé, il part refaire sa vie ailleurs et voudrait tirer un trait sur ses "erreurs de jeunesse".

Ce sont tous des tarés. Et malgré cet environnement destructeur, tu es parvenue à rester saine. C'est très impressionnant.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Lun 22 Juil 2019 - 3:54

C’est pas le propre de la plupart des humains ? Se faire plaisir sans assumer sur la durée? Génitrice disait que le paternel cochait sur un calendrier chaque fois qu’elle devait se plier au devoir conjugal. Il était fort porté sur le cul ça je veux bien le croire et il faisait ça mal disait-elle. 

Elle m’a envoyé un message... en disant « Un Très joyeux anniversaire à toi x ! J'espère que tu as passé une journée d'exception pour tes 34 ans ! Et que ta soirée n'est pas mal non plus ! Il y a 34 ans j'étais la plus heureuse des femmes ! Maintenant aussi mais différemment  ... Bravo pour tes hérissons ! 😉 » elle sait probablement pour les hérissons via frère 2. On dirait une gentille par ces mots, pas vrai? Mais c’est la même personne que j’ai décrite plus haut. Une bonne manipulatrice oui. Elle essaie de faire vibrer ma corde sensible. Mais ça ne fonctionnera plus, j’ai coupé les ponts il y a deux ans suite à son dernier coup de pute et déjà dans mon cœur c’était terminé et puis ce fut le cas dans ma tête, elle ne peut s’en vouloir qu’à elle-même. Elle n’a rien à me reprocher, elle m’a dit de dire adieu aux animaux le 4 juillet 2017, à mon retour d’un très court trip à Madrid et puis m’a envoyée une lettre recommandée pour que je dégage. J’ai respecté ses dernières volontés. Il faut assumer dans la vie. Elle ne semble pas comprendre que mon absence de réponse signifie que la rupture est définitive. Va falloir qu’elle arrête car je vais finir par bloquer tous les accès pour me contacter. Ses deux filles sont mortes, c’est ça qu’elle doit comprendre. Elle a participé activement à les tuer. Elle aurait dû manifester un minimum de respect. Ce n’est pas dans son éducation et bien qu’elle crève toute seule dans son coin. Car oui, elle ne mérite pas que je sois dans sa vie. Je fais justice moi-même. Je lui rends ce qu’elle mérite: plus rien de moi. Avant que je ne puisse déménager, j’angoissais qu’elle vienne me harceler la nuit, je me disais «elle va pas me laisser partir sans heurt, ça ne se passera pas en douceur! » et bien, elle n’a rien fait pour une fois, j’ai demandé aux frères de ne jamais lui communiquer mon adresse. Frère 2 ne l’a connait pas non plus d’ailleurs. J’angoisse qu’un jour elle débarque où j’habite pour encore faire un esclandre. Je me dis qu’avec les années, elle va cesser de me contacter. 

Hormis ce message, J’ai passé une très bonne journée, le soleil était de la partie, du bon son. 

Borgnus a passé toute la journée dans son enclos, il a vidé ses gamelles et il ne sort pas de sa cachette quand je l’appelle donc il passe la nuit dehors mais ça va fait pas très froid. Il semble s’adapter à son milieu naturel, et ça c cool.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par ortolan le Lun 22 Juil 2019 - 8:29

My_illusion a écrit:On dirait une gentille par ces mots, pas vrai?
Ah, elle doit avoir quelque chose à te demander Surprised
Spoiler:
ortolan
ortolan

Messages : 12694
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Lun 22 Juil 2019 - 18:47

Oui pour tailler toutes les haies de laurier cerise par exemple. J’y suis passée y’a deux semaines pour apporter de la roquette du jardin, des graines d’herbe à taupe et un traitement antiparasitaire (pour le chat lol) à mon ex-voisine (relation qui ne porte pas de nom car on est amies mais elle m’a aussi adoptée d’une certaine façon,  tjrs heureuse d’avoir de mes nouvelles, et c’est sincère ça se ressent). Elle m’a donné de la consoude pour en faire du purin et donné aux plantes. Et donc en passant je voyais l’état du jardin... un jardinier vient mais je suppose que c’est fort cher. Ah ça, c un boulot de dingue 60 ares. Moi j’aimais bien faire ces travaux car extérieur + physique avec un peu d’adrénaline. En faisant le toit, une année j’eus l’enormissime chance d’avoir une copine dans la cheminée : une chouette. Elle me regardait faire. C’est pour moi une rencontre magnifique car non prévue, je me sens un observateur privilégiée et j’observe longuement pour apprendre sur le comportement des animaux sauvages. Une autre rencontre très mémorable : avec un castor canadiensis pendant que je me baladais toute seule dans une montagne canadienne. Je me suis posée à un lac désert, et je croyais qu’au loin c’était un bout de bois. Qui a bougé, du coup j’ai approché jusqu'à 4 mètres, doucement et pas plus car il me faisait comprendre que je ne pouvais pas avancer davantage : il allait dans l’eau et frappait avec sa queue sur l’eau pour « intimider ». Je suis restée là aussi longtemps que je pouvais pour apprendre de lui. C’était ma plus belle rencontre au Canada en septembre 2014.

J’ai toujours le Costa Rica en tête mais le boulot m’y empêche pour cette année. D’ailleurs faut que je trouve autre chose car il y a trop du n’importe quoi, trop d'absurdités, de stress et surcharge. Je commence a trop connaître les coulisses et ça pue donc il est temps de dégager... mais difficile pour moi à faire car j’ai de la loyauté pour mon équipe et celui qui me répétait « t’as pas intérêt à partir ! » vient de dire qu’il voulait aller ailleurs. Ça m’a fait penser aux gens infidèles qui font ce qu’ils craignent qu’on leur fasse. Grosse déception car je l’ai appris par qqn d’autre et donc c chacun pour sa gueule. Donc je dois apprendre à ne pas avoir de loyauté dans un job. 

Borgnus est venu ce matin il a bien bu le lait (il en est vraiment accro et il le boit tellement vite qu'après il a le hoquet). Il a chaud mais heureusement il y a de l’ombre grâce au lilas. Son œil demande encore des soins, son rhume va mieux mais je dois continuer qd même les antibio pour éviter une récidive. 

Bonne semaine les z’amis

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Lun 22 Juil 2019 - 21:28

Bonsoir, j'ai une question pour My_illusion.

J'ai trouvé des souriceaux dans ma cabane de jardin. Ils sont encore aveugles et dénués de pelage.
Ils étaient dans une caisse en plastique que j'ai fait tomber accidentellement.

J'en ai trouvé 6 au total. 5 ont l'air d'aller parfaitement bien mais l'un d'entre-eux ne bouge pas et semble mort, mais je n'en suis pas sûr.

Je les ai placés dans une boite en carton petit format d'un robinet mélangeur. C'est un peu moins grand qu'une boite à chaussures. Avec de l'espace entre pour éviter qu'ils suffoquent, avec en plus des cotons disque.
Je les ai laissés dans la cabane mais je ne sais pas si je peux faire mieux.

J'ai pas tellement le temps ni l'envie de m'en occuper, même si je suis quand même touché.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par siamois93 le Lun 22 Juil 2019 - 21:37

My_illusion, tu as l'air de vivre des trucs hauts en couleur et bas en noirceur.
«C'est le mal qu'il faut combattre plus que les méchants», même si parfois on souffre, je crois que cette phrase est vraie.

Utilises-tu de la terre de Somières selon tes besoins ?
Ici le manque d'eau semble cruel mais les plantes et les arbres survivent ou meurent, et dès que j'arrose c'est des moustiques qui surgissent alors c'est vraiment pire.
Autant laisser les plantes gérer leurs racines, non ? Leur laisser le temps de s'enfoncer. Un jardin ne se gère pas dans une année mais il en faut plusieurs, au moins ici dans le War, pour que l'adaptation soit efficace, positive, bonne, je ne sais quoi.
siamois93
siamois93

Messages : 5153
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 52
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Lun 22 Juil 2019 - 23:47

Pureté a écrit:Bonsoir, j'ai une question pour My_illusion.

J'ai trouvé des souriceaux dans ma cabane de jardin. Ils sont encore aveugles et dénués de pelage.
Ils étaient dans une caisse en plastique que j'ai fait tomber accidentellement.

J'en ai trouvé 6 au total. 5 ont l'air d'aller parfaitement bien mais l'un d'entre-eux ne bouge pas et semble mort, mais je n'en suis pas sûr.

Je les ai placés dans une boite en carton petit format d'un robinet mélangeur. C'est un peu moins grand qu'une boite à chaussures. Avec de l'espace entre pour éviter qu'ils suffoquent, avec en plus des cotons disque.
Je les ai laissés dans la cabane mais je ne sais pas si je peux faire mieux.

J'ai pas tellement le temps ni l'envie de m'en occuper, même si je suis quand même touché.
Bonsoir pureté, la mère ne doit pas être loin, il ne faut pas les toucher à mains nues car la mère va les rejeter si odeur humaine. Ça vit sur un substrat type sciure de bois, foin, ouate, et même papier. Les remettre à l’endroit trouvé n’est pas possible? la mère doit pouvoir y accéder. Le petit amorphe est probablement en hypothermie. Il va mourir je présume. La température est le facteur le plus tueur pour les nouveaux nés.


Dernière édition par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 7:08, édité 1 fois

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Mar 23 Juil 2019 - 0:01

Bonsoir My_illusion.

Pour l'odeur humaine je le savais et j'ai eu le bon réflexe. J'ai utilisé un gant + un mouchoir en papier pour les saisir sans leur transmettre mon odeur tout en évitant de leur faire du mal.

Il y a un peu de jour dans le cabanon donc à priori rien ne l'empêche de revenir. J'espère qu'ils ne vont pas avoir trop chaud.

EDIT: les petits sont toujours vivants mais il fait chaud aujourd'hui, et même si la chaleur n'est pas infernale dans le cabanon (sûrement grâce à la présence du vent), ils vont finir par mourir à ce rythme.
Je ne sais pas quoi faire, ça me stresse beaucoup même si je reste calme.

Si je les apporte dans un cabinet vétérinaire, je sais très bien ce qui va se passer pour eux.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 18:56

Pureté a écrit:Bonsoir My_illusion.

Pour l'odeur humaine je le savais et j'ai eu le bon réflexe. J'ai utilisé un gant + un mouchoir en papier pour les saisir sans leur transmettre mon odeur tout en évitant de leur faire du mal.

Il y a un peu de jour dans le cabanon donc à priori rien ne l'empêche de revenir. J'espère qu'ils ne vont pas avoir trop chaud.

EDIT: les petits sont toujours vivants mais il fait chaud aujourd'hui, et même si la chaleur n'est pas infernale dans le cabanon (sûrement grâce à la présence du vent), ils vont finir par mourir à ce rythme.
Je ne sais pas quoi faire, ça me stresse beaucoup même si je reste calme.

Si je les apporte dans un cabinet vétérinaire, je sais très bien ce qui va se passer pour eux.

La mère vient les nourrir? La mère les déplacera s’il fait trop chaud. C facile pour elle de les transporter. Il vaut mieux laisser sans plus y toucher. Les animaux savent assez bien comment gérer. La mère souffre davantage de la chaleur que les petits. Et oui, un veto ne va pas s’en occuper ni un refuge. Il y a eu une vague de hérissons orphelins, le centre que je connais demandait des familles d’accueil, j’ai proposé mais pas eu de réponses. Tu penses bien que des souriceaux on ne les sauve pas quand tant de gens les tuent... dans les animaleries expérimentales, les bébés sont tues au CO2... ou congeler direct pour servir de nourriture aux serpents détenus. L’avantage des nouveaux nés c’est qu’il ressentent peu de douleur dans leurs premiers jours de vie. La Nature fait que bcp meurent c pour ça que les rongeurs en font bcp et en cycle très court. A moins de vouloir les domestiquer, je n’y toucherais pas. Les petits ne sont pas blessés.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Mar 23 Juil 2019 - 19:23

J'ignore totalement si la mère est revenue, je n'en ai pas l'impression, et peut-être même qu'elle est morte, qui sait.

Je me suis senti obligé de les hydrater avec de l'eau tiède en utilisant une pipette.

Je sais bien qu'un souriceau ne vaut "rien", mais ce sont de tous petits êtres innocents et on ne peut plus vulnérables, donc après les avoir découverts, je me sens responsable. Je n'ai pas passé une bonne journée d'ailleurs, justement à cause de ça.
Je n'imagine même pas qu'on puisse tuer de si petits êtres, comme si c'était de la merde.

Je n'ai pas du tout envie de les domestiquer, j'aimerais simplement qu'ils puissent tenir le coup.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 19:32

siamois93 a écrit:My_illusion, tu as l'air de vivre des trucs hauts en couleur et bas en noirceur.
«C'est le mal qu'il faut combattre plus que les méchants», même si parfois on souffre, je crois que cette phrase est vraie.

Utilises-tu de la terre de Somières selon tes besoins ?
Ici le manque d'eau semble cruel mais les plantes et les arbres survivent ou meurent, et dès que j'arrose c'est des moustiques qui surgissent alors c'est vraiment pire.
Autant laisser les plantes gérer leurs racines, non ? Leur laisser le temps de s'enfoncer. Un jardin ne se gère pas dans une année mais il en faut plusieurs, au moins ici dans le War, pour que l'adaptation soit efficace, positive, bonne, je ne sais quoi.

Ma vie est atypique ça on peut le dire. J’aime son côté « imprévu » que je décide qu’elle ait. Ici, je suis occupée à me dire que c un bon moment pour me prendre un last minute. Je dois garder le chien de mon frère bientôt pour trois semaines, zut. Le mien, je le mets chez eux qd jsuis pas là, échange de bons procédés. Vaut mieux que je parte début septembre niveau encombrement et prix. Quand on a pas d’enfant, c’est cool de pouvoir choisir ses dates en dehors des vacances scolaires. Il fait beau chez nous, le soleil c mieux d’aller le chercher quand fait dégueux chez nous.
Je suis parfois désorganisée : je vais rater un train, être à la bourre mais en général c parce que ça n’est pas vraiment important... je déteste arriver à l’avance à un rv, en général j’ai 5 Minutes de retard. Sinon, je termine tjrs tout ce que je commence car l’inachevé est un échec. 

Terre de somieres, kesako?

Vi, je ne me bats pas contre les méchants, je leur signifie plusieurs fois leur abus et si pas d’évolution positive, je m’en vais. Je me dis que c’est ce qu’ils méritent, non? Y’a personne qui aura suffisamment de pouvoir sur moi pour me retenir ad vitam. Les parents, eux, j’étais naïve car enfant. J’ai commencé mon deuil il y a longtemps, il sera définitif à leur mort physique. Mais dans mon cœur, c’est terminé, je ne ressens plus rien. J’ai longtemps obéi jusqu’à ce que la corde se rompe par usure. Dans mon esprit, je sais que j’ai fait plus que nécessaire, qu’on ne change pas les arbres qui ont poussé de travers. L'éducation est la seule arme vraiment efficace mais très peu vis-à-vis des « vieux ». 
Sur le lit de mort, bcp regrettent de pas avoir renoué plus tôt. Mais évidemment, je ne pense pas que ça m’arrivera. Je n’ai aucun problème/peur vis-à-vis de la mort. Et la souffrance on la masque bien avec la morphine donc c’est ok. Je déteste l’acharnement thérapeutique. Je n’irai pas « pisser » sur leur tombe car je n’ai pas cet esprit vindicatif. Je serai juste soulagée, merci pour cette fin, merci de me permettre de ne plus angoisser sur comment vont les animaux, sur ce que génitrice fait encore sur d’autres gens et de craindre qu’elle sache où j’habite ou qu’elle débarque au centre veto quand moi j’y suis. Je ne veux pas me souvenir, entendre cette voix, cette gestuelle, et ses mots de menteuse manipulatrice. Quand elle mourra, ma première pensée ira aux animaux qu’elle détient. Je ne gérerai que cette partie, la plus importante pour moi :les vivants qui n’ont pas demandé à être détenus. C’est aussi pour ça que quand mes deux chats et mon chien vont mourir (dans 7-8 ans) je n’en prendrai pas d’autres, car je sais d’avance que j’en aurai entre 10 à 20 voire 30 à gérer à la mort de génitrice. Je les stériliserai tous pour les replacer ensuite. J’ai fait ça à l’époque pour une éleveuse sénile qui a été vite emportée par Alzeihmer, on a réussi à lui faire comprendre de se défaire de ses chiens petit à petit. Elle m’accordait également sa confiance, ce qui n’était pas évident car sacré caractère qu’elle avait! Il y avait près de 20 chihuahuas, on les prenait par deux le temps de les stériliser et les faire adopter. Les gens payaient juste le prix de la stérilisation et vaccin si c’était à refaire. On les sélectionnait bien les adoptants, sentir les gens ça je sais faire. J’ai vu récemment le couple qui avait pris Gazouille même en connaissant ses problèmes cardiaques et rénaux. Cette chienne avait un caractère exceptionnel, c’était ma préférée. Quand je les ai revus, elle était décédée et ils étaient tombés tellement amoureux de cette race qu’ils en ont repris une autre. 

Pour l’arrosage des plantes, j’ai mis du mulch, ce qui réduit à 15 fois le nombre d’arrosages nécessaires (ce que jnai lu mais ça me semble bcp lol) en tout cas, en permaculture c’est le principe numéro un : ne jamais laisser un sol nu. Hier, j’ai vu une fleur femelle à mon mini pastequier, so happy!!

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 19:38

Pureté a écrit:J'ignore totalement si la mère est revenue, je n'en ai pas l'impression, et peut-être même qu'elle est morte, qui sait.

Je me suis senti obligé de les hydrater avec de l'eau tiède en utilisant une pipette.

Je sais bien qu'un souriceau ne vaut "rien", mais ce sont de tous petits êtres innocents et on ne peut plus vulnérables, donc après les avoir découverts, je me sens responsable. Je n'ai pas passé une bonne journée d'ailleurs, justement à cause de ça.
Je n'imagine même pas qu'on puisse tuer de si petits êtres, comme si c'était de la merde.

Je n'ai pas du tout envie de les domestiquer, j'aimerais simplement qu'ils puissent tenir le coup.
Alors tu peux aller chercher en pharmacie du lait en poudre pour chaton. Et les nourrir toute les 2-3h arghhh. Mais peut-être que la mère revient la nuit tombée? Et quand t’es pas là.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Mar 23 Juil 2019 - 19:43

C'est sûrement ce que je vais faire, mais alors pour les faire boire...ça risque d'être compliqué.

Si j'étais sûr que la mère s'occupait d'eux, ce serait parfait. Mais aucun signe ne le montre, ou du moins je n'ai rien remarqué. La boite et les cotons sont toujours d'un blanc immaculé.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 19:47

Je comprends, quand on les a chez soi, on arrive pas à fermer les yeux. Je fais pencher plusieurs facteurs dans ma balance pour fournir les efforts. Dans le cas de souriceaux, je crains que je ne les fournirais pas car pas une espèce en voie de disparition, envahissante et un cycle repro trop rapide (21 jours). Une mort que j’accepte pour des souriceaux nouveaux-nés, c’est la décapitation. Pas de douleur vu que tronc cérébral sectionné et qu’ils ont un système neuro très immature. C’est plus « doux » que se faire manger par un chat ou englouti par un serpent... mais je comprends que ça puisse choquer. Je cible tjrs le « bien-être animal ». S’il vont mourir d’inanition, c’est ce que je ferais mais tant qu’ils sont toniques c’est que la mère revient car en 24h sans être nourris, ils meurent par engourdissement (deviennent complètement flasques par demi-coma puis mort). Je ne pense pas qu’ils souffrent, la nature est « bien faite » à ce niveau... si ça peut te rassurer?

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 19:48

Pureté a écrit:C'est sûrement ce que je vais faire, mais alors pour les faire boire...ça risque d'être compliqué.

Si j'étais sûr que la mère s'occupait d'eux, ce serait parfait. Mais aucun signe ne le montre, ou du moins je n'ai rien remarqué. La boite et les cotons sont toujours d'un blanc immaculé.
Avec une seringue de 1ml, au goutte à goutte. La pharmacie en a. Pas besoin de tétine.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Mar 23 Juil 2019 - 20:50

My_illusion a écrit:Je comprends, quand on les a chez soi, on arrive pas à fermer les yeux. Je fais pencher plusieurs facteurs dans ma balance pour fournir les efforts. Dans le cas de souriceaux, je crains que je ne les fournirais pas car pas une espèce en voie de disparition, envahissante et un cycle repro trop rapide (21 jours). Une mort que j’accepte pour des souriceaux nouveaux-nés, c’est la décapitation. Pas de douleur vu que tronc cérébral sectionné et qu’ils ont un système neuro très immature. C’est plus « doux » que se faire manger par un chat ou englouti par un serpent... mais je comprends que ça puisse choquer. Je cible tjrs le « bien-être animal ». S’il vont mourir d’inanition, c’est ce que je ferais mais tant qu’ils sont toniques c’est que la mère revient car en 24h sans être nourris, ils meurent par engourdissement (deviennent complètement flasques par demi-coma puis mort). Je ne pense pas qu’ils souffrent, la nature est « bien faite » à ce niveau... si ça peut te rassurer?

Je préférerais quelque chose de plus doux, ça je ne peux pas le faire. Enfin, par sur des petites bêtes innocentes en tout cas.
C'est vrai qu'ils se reproduisent énormément façon "photocopieur" mais quand je suis devant eux ça me touche beaucoup.

Au pire s'ils meurent je les enterrerai ensemble dans une petite boite et je me consolerai en me disant que j'ai essayé de faire quelque chose.

En tout cas je te remercie pour tes connaissances et tes conseils.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Mar 23 Juil 2019 - 22:23

Borgnus est grave, il est trop accro au lait et ne veut pas manger les insectes et mollusques. Donc il était nerveux, il a mangé dans mon assiette... pour finir par faire caca dedans puis il me mordait les doigts pour que je le nourrisse avec son lait (de chaton) et mnt il est enfin repu et est allé digérer-dormir dans mes cheveux, il est graaaaave!

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 11:05

Bonjour pureté, quelles nouvelles de tes souriceaux ? 

Borgnus est un vrai petit hérisson domestique, il sort de sa cachette qd il m’entend et vient vers moi pour manger. Puis il reste deux heures au soir à l’intérieur où il visite tout. Dès que je mange il s’excite, me monte dessus me gratte le visage et me mord car il veut goûter ce que je mange. Je commence à me dire que je vais avoir bcp de mal à lui apprendre à manger dans la Nature, il y a plein de fourmis la journée et de limaces la nuit, il doit apprendre mais il attend que je lui donne et il devient fou aux odeurs. Son œil ça avance tjrs, encore quelques semaines pour que je puisse savoir s’il n’y a plus besoin de gouttes. Il est en pleine forme en tout cas! Dommage que je ne puisse pas mettre de vidéo car c trop mignon.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par ortolan le Jeu 25 Juil 2019 - 13:03

cheers Félicitations pour tes 1000 messages !
Et sacrés progrès pour Borgnus : dire qu'il y a 3 semaines à peine, il peinait à ingurgiter une ration de malade. Et peut-être que grâce à tes soins, tu lui évites une énucléation cyclops
ortolan
ortolan

Messages : 12694
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 13:08

Ahahah j’avais pas remarqué ! Ouch ça commence à faire bcp du coup! 

Il est passé deux fois par le petit trou de souris ça c’est clair. Mnt plus qu’à d’assurer que son œil sera viable et lui apprendre à se débrouiller tout seul. Il a trouvé une super cachette à l’ombre : sous le lilas dans le lierre, il y disparaît. Ça c’est son instinct de se cacher pour éviter que les mouches lui pondent dessus. Il est lent en journée et excité la nuit, ce n’est pas du tout un animal à avoir chez soi. Il y a de’ l’élevage de hérissons africains pour être adoptés, mais c’est vraiment pas bon pour eux! Surtout que les familles y connaissent souvent pas grand chose!

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Jeu 25 Juil 2019 - 13:57

My_illusion a écrit:Bonjour pureté, quelles nouvelles de tes souriceaux ? 

Bonjour my_illusion.

Ils sont tous morts et enterrés à présent.

Hier matin ils étaient déjà mal en point mais l'un d'entre-eux s'accrochait à la vie et avait encore suffisamment de force pour gigoter dans tous les sens.

Mais avec cette chaleur, ils n'ont pas pu résister à la mort.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 18:39

Zut. Mais c’est la loi de la Nature, les portées sont nombreuses et le cycle repro court car il y a une grande mortalité, ce sont des proies pour de nombreux animaux, même des hérissons, gloups. Tu as fais de ton mieux et avec respect pour ces petites vies. La mère n’est probablement pas revenue, les a abandonné car trop dangereux avec l’odeur humaine et changement de place. C’est malin ces bestioles. Il y a aussi pas mal d’infanticide chez les souris-rats. Si un autre mâle tombe sur des bébés qui ne sont pas de lui, il va les tuer pour que la mère revienne plus vite encore en chaleur... une fois l’ejaculation faite, il y a dans le sperme des rongeurs une substance qui forme un bouchon, empêchant la repro avec un autre mâle. La dure loi du gène égoïste. 

Dans le grenier de la maison de mon enfance j’ai capturé une vingtaine de souris que j’ai relâchés dans les bois... quelques unes sont d’ailleurs mortes par le stress si je ne les transvasais pas rapidement dans une cage où elles pouvaient se cacher. La Nature est là aussi bien faite. Mort par crise cardiaque c’est rapide et indolore aussi. La faune sauvage est extrêmement sensible au stress. Déjà eu une biche à soigner, percutée par une voiture, il faut leur mettre un linge sur la tête, manipuler au minimum et faire les soins rapidement, ensuite relâcher le plus vite possible sinon, mort par arrêt cardiaque. Eu aussi une chauve souris mais elle est morte, vraiment minuscule, pas encore  au top pour sauver ces bestioles, que j’aime pourtant aussi. Trop de stress de captivité. Les chats errants c’est chaud aussi, ils ont une trouille phénoménale, on doit les garder trois jours post-stérilisation donc on laisse une cage de transport recouverte d’un linge, ils vont direct dedans et mangent la nuit quand il n’y a plus personne. C’est un très bon instinct.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 19:30

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 57628d10

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par ortolan le Jeu 25 Juil 2019 - 21:13

Croquettes trempées dans du lait ? Bonne idée. Tu vas voir qu'il va pas aimer les légumes non plus Razz
ortolan
ortolan

Messages : 12694
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : où ça ?

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 21:23

Paté chaton dans le lait. Ça il veut bien mais bonne idée Ortolan pour les croquettes, je vais les ramollir car la texture dure ne l'intéresse pas. Il a goûté de la roquette dans mon assiette (ça pousse à une allure folle au potager) mais ça lui plaisait pas loool. Le lard du chèvre lard ça oui. Hier il a goutté un dessert au chocolat en s’y fourrant dedans, il est infernal le soir car il cherche constamment à renifler et goûter à tout. Il mâchouille mon t-shirt aussi et fait ce truc étrange que personne ne peut encore expliquer : produire une mousse avec sa salive et se la plaquer sur le dos en se contorsionnant. Il fait ça quand il goûte ou renifle une odeur nouvelle. Il a fait ça en mâchouillant du lierre la première fois. Quand il a reniflé les cheveux, sur mon t-shirt (parfum?), ... c’est étrange ce comportement, je me demande vraiment à quoi ça sert, il met cette mousse sur ses piquants avec sa langue et ça s’évapore en quelques secondes. Je vais aller le chercher de son enclos, le soir il mange davantage et si je laisse gamelle de paté-lait dehors c’est un chat qui vient vider.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Jeu 25 Juil 2019 - 22:02

My_illusion a écrit:Zut. Mais c’est la loi de la Nature, les portées sont nombreuses et le cycle repro court car il y a une grande mortalité, ce sont des proies pour de nombreux animaux, même des hérissons, gloups. Tu as fais de ton mieux et avec respect pour ces petites vies. La mère n’est probablement pas revenue, les a abandonné car trop dangereux avec l’odeur humaine et changement de place. C’est malin ces bestioles. Il y a aussi pas mal d’infanticide chez les souris-rats. Si un autre mâle tombe sur des bébés qui ne sont pas de lui, il va les tuer pour que la mère revienne plus vite encore en chaleur... une fois l’ejaculation faite, il y a dans le sperme des rongeurs une substance qui forme un bouchon, empêchant la repro avec un autre mâle. La dure loi du gène égoïste. 

Dans le grenier de la maison de mon enfance j’ai capturé une vingtaine de souris que j’ai relâchés dans les bois... quelques unes sont d’ailleurs mortes par le stress si je ne les transvasais pas rapidement dans une cage où elles pouvaient se cacher. La Nature est là aussi bien faite. Mort par crise cardiaque c’est rapide et indolore aussi. La faune sauvage est extrêmement sensible au stress. Déjà eu une biche à soigner, percutée par une voiture, il faut leur mettre un linge sur la tête, manipuler au minimum et faire les soins rapidement, ensuite relâcher le plus vite possible sinon, mort par arrêt cardiaque. Eu aussi une chauve souris mais elle est morte, vraiment minuscule, pas encore  au top pour sauver ces bestioles, que j’aime pourtant aussi. Trop de stress de captivité. Les chats errants c’est chaud aussi, ils ont une trouille phénoménale, on doit les garder trois jours post-stérilisation donc on laisse une cage de transport recouverte d’un linge, ils vont direct dedans et mangent la nuit quand il n’y a plus personne. C’est un très bon instinct.

Merci, j'ai fait en sorte de leur donner une "fin de vie" aussi douce que possible. J'ai mis des guillemets car elle fût très brève, si on peut appeler ça une vie.
J'ai fini par réaliser que le lait en poudre n'était qu'un petit sursis, d'autant qu'il ne contient pas les anticorps du lait maternel.
Donc j'ai continué à les hydrater à l'eau tiède jusqu'à leur mort.

Je trouve la "nature" extrêmement cruelle pour ma part, je suis bien content d'être un humain même si la vie est perfectible pour nous aussi.

Anecdotes très intéressantes sinon.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Jeu 25 Juil 2019 - 22:22

Le colostrum c mieux mais pas essentiel. En première intention, il faut réchauffer (bon ici il fait vraiment très chaud) et donner de l’eau tiède c bien, avec du miel pour remonter la glycémie, ensuite on ajoute du lait spécial et du jaune d’oeuf. Plus les orphelins sont jeunes, plus c’est difficile et ils demandent bcp de temps. Fatigue qui s’accumule et impératifs fait que c compliqué d’assurer sur la longueur. Puis je n’ai pas de mérite, je fais ça depuis enfant et j’ai fait les études pour. Mais ça me nourrit tjrs, si j'échoue je suis très sévère envers moi, je vais m’auto reprocher un tas de manquements.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Ven 26 Juil 2019 - 0:17

My_illusion a écrit:Le colostrum c mieux mais pas essentiel. En première intention, il faut réchauffer (bon ici il fait vraiment très chaud) et donner de l’eau tiède c bien, avec du miel pour remonter la glycémie, ensuite on ajoute du lait spécial et du jaune d’oeuf.
Ouais pour le coup ils ne risquaient pas de tomber en hypothermie. J'ai utilisé de l'eau tiède pour les hydrater sans pour autant risquer de créer un choc thermique (test de la température sur mon coude).
Pour le reste je ne l'aurais pas deviné, juste qu'il ne fallait surtout pas donner de lait de vache qui est bien trop riche en lactose.

Plus les orphelins sont jeunes, plus c’est difficile et ils demandent bcp de temps. Fatigue qui s’accumule et impératifs fait que c compliqué d’assurer sur la longueur.
C'est sûr, il faut les nourrir à seulement quelques heures d'intervalle.


Puis je n’ai pas de mérite, je fais ça depuis enfant et j’ai fait les études pour. Mais ça me nourrit tjrs, si j'échoue je suis très sévère envers moi, je vais m’auto reprocher un tas de manquements.
Au contraire, c'est très méritant d'être aussi dévouée depuis son enfance. Et même si c'est ta spécialité, ça va bien plus loin qu'un simple boulot alimentaire.
Je ne comprends pas ton raisonnement, t'es trop dure avec toi-même.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par siamois93 le Ven 26 Juil 2019 - 0:27

Un jour sur Youtube je suis tombé sur une chaine coréenne de sauvetage d'animaux. J'aime beaucoup leurs vidéos (si vous ne parlez pas coréen, les sous-titres anglais sont disponibles).
C'est intéressant de voir comment dans un pays avec d'autres traditions les gens se lient aux animaux.

Et leurs vets semblent plutôt bons ...
siamois93
siamois93

Messages : 5153
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 52
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 26 Juil 2019 - 11:00

À toute médaille, un revers. 

J’ai du tuer des bébés chatons et chiots. Il y a 25 ans, nous avons eu une épidémie de la maladie de carré. Un virus très mortel qui attaque les voies respiratoires et le système nerveux. Nous avions un élevage canin et félin assez important... du coup un chenil avait été construit. Systématiquement, tous les chiots nouveau-nés ont contracté le virus (introduit par un chiot que ma sœur voulait et qui a été acheté dans une saloperie de magasin qui a très mauvaise réputation), un chiot saint-Bernard. Il en est mort et tous nos bébés avec. Des les premiers symptômes, on abrégeait. Mon frère me disait de les noyer dans une bassine d’eau. Des bébés dalmatiens de quelques jours. Ça me marque  pour la vie car ôter une vie, ça reste tjrs en mémoire. Je me répétais qu’il fallait abréger leurs souffrances et si mon frère me disait de le faire ainsi, c’est qu’il savait mieux que moi la bonne méthode? (Je ne suis évidemment plus de cet avis). Du noir leur sortait du nez, c’était immonde. On était deux à s’occuper principalement de tous ces animaux, depuis mes 10 ans, je faisais ça dès que je rentrais de l'école, aucune activité extra scolaire, j’adorais être parmi ces animaux. J’ai du faire bien d’autres choses horribles, sans tenir compte de mon affect, juste me dire « c’est mieux pour cesser les souffrances ». On oublie jamais. Pour moi, mon ressenti ne doit pas peser dans la balance, il faut tjrs mesurer des facteurs objectifs. J’en ai sauvé un paquet aussi si bien que je sais à présent chiffrer la probabilité de réussite, pondéré par le niveau de souffrance enduré. J’ai en horreur les soins palliatifs, ne supportant pas l’égoïsme humain. Si l’animal court à sa fin et qu’il va s’en dégrader dans les jours-semaines, il faut respecter cette vie et lui offrir une fin sans douleur. On m’a forcée quelque fois à tirer en longueur, je me sentais hyper mal, et encore plus en retrouvant l’animal mort, je ressentais toute sa souffrance. Ce n’est pas juste non, de ne penser qu’à soi. J’en ai rien à foutre que les gens ont du pognon, jamais je ne bosserai avec cet objectif en place numéro une. Je me souviens d’un monsieur d’un certain âge qui ne parvenait pas à se décider de faire euthanasier son chien. Il a finalement accepté. J’ai été chez lui et je lui ai expliqué étape par étape. Tout en douceur, l’animal s’est éteint, le monsieur a évidemment pleuré et j’ai été contente de sa réaction « merci beaucoup, j’avais très peur et à présent je me sens soulagé, je ne savais pas que ça se passerait aussi bien, c’est une mort très douce ». Je lui ai dit ma petite phrase fétiche « lui permettre de partir en douceur est une marque d’amour que vous lui offrez ». C’est une mort tellement douce que j’aimerais mourir moi-même de cette façon. D’ailleurs, quand je me suiciderai, je le ferai ainsi. Le seul souci c’est de parvenir à injecter le produit final une fois que je suis bien endormie donc il faut penser à un système de post-délivrance (et rapide car un goutte à goutte ne suffira pas). Je ne demanderai évidemment jamais à qqn de m’euthanasier, c’est quelque chose qui doit trop marquer à vie. 

En contrepartie, j’ai ai sauvé bcp. Est ce une façon de racheter ma conscience? 
Je me souviens de mon petit rayou. Il était orphelin avec son frère ou sa sœur, la mère refusant de les allaiter. Je les ai alors pris dans ma chambre et mis dans mon panier à linge. Ça date d’il y a 15-20 ans. Je ne savais pas tout ce que j’ai appris jusqu'à aujourd’hui. Il a survécu et a fait une empreinte affective +++ sur moi. Je n’avais plus eu ce lien particulier depuis mon tout premier chat (mort éventré par le lévrier whippet, en mai 1995. Un choc +++. A partir de là, je m'étais promis de ne plus trop m’attacher à un chat, qu’est ce que je l’ai pleuré et écrit sur lui...). Rayou était fusionnel avec moi. Ses yeux bleus perçants magnifiques, il m’observait comme si j'étais une merveille (loool na mais jvous jure c’était particulier). A l'âge de deux mois, j’ai dit à génitrice de le vendre (chat de race) car nous avions déjà trop d’animaux et que je ne voulais plus m’attacher à un chat. Je le regrette évidemment. Génitrice me disait pourtant que je pouvais le garder mais elle était inconsciente. Un lien pareil avec un animal, j’en ai eu très peu. Chaque animal a une « personnalité », vraiment, et ça se remarque déjà tout petit. L’éducation influence mais le tempérament est quand même déjà présent. Ça m’a toujours fascinée. 
 
Le dernier chaton orphelin sauvé, ce fut une épopée, lui et sa sœur s’en sont sortis mais lui bcp plus difficilement car il a d’abord fait une cystite purulente puis une entérite et son retard de croissance lui donnait un air de yoda. Ses phalanges se subluxaient et il a fait un mégacôlon qui a nécessité des traitements puis une alimentation particulière. Comme il demandait un suivi, je l’ai donné à mon meilleur ami. Il est devenu magnifique, un red point. Il a vécu 5-6 ans puis ensuite être retrouvé écrasé il y a moins d’un an. Bouhouhouuuuu. Tant d’efforts pour ce résultat. Mais il m’a appris plein de choses, même médicales. 
 
Si on parle animaux et Nature, je m'arrête difficilement (rires).

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par Pureté le Ven 26 Juil 2019 - 11:35

My_illusion a écrit:À toute médaille, un revers. 

J’ai du tuer des bébés chatons et chiots. Il y a 25 ans, nous avons eu une épidémie de la maladie de carré. Un virus très mortel qui attaque les voies respiratoires et le système nerveux. Nous avions un élevage canin et félin assez important... du coup un chenil avait été construit. Systématiquement, tous les chiots nouveau-nés ont contracté le virus (introduit par un chiot que ma sœur voulait et qui a été acheté dans une saloperie de magasin qui a très mauvaise réputation), un chiot saint-Bernard. Il en est mort et tous nos bébés avec. Des les premiers symptômes, on abrégeait. Mon frère me disait de les noyer dans une bassine d’eau. Des bébés dalmatiens de quelques jours. Ça me marque  pour la vie car ôter une vie, ça reste tjrs en mémoire. Je me répétais qu’il fallait abréger leurs souffrances et si mon frère me disait de le faire ainsi, c’est qu’il savait mieux que moi la bonne méthode? (Je ne suis évidemment plus de cet avis). Du noir leur sortait du nez, c’était immonde. On était deux à s’occuper principalement de tous ces animaux, depuis mes 10 ans, je faisais ça dès que je rentrais de l'école, aucune activité extra scolaire, j’adorais être parmi ces animaux. J’ai du faire bien d’autres choses horribles, sans tenir compte de mon affect, juste me dire « c’est mieux pour cesser les souffrances ». On oublie jamais. Pour moi, mon ressenti ne doit pas peser dans la balance, il faut tjrs mesurer des facteurs objectifs. J’en ai sauvé un paquet aussi si bien que je sais à présent chiffrer la probabilité de réussite, pondéré par le niveau de souffrance enduré. J’ai en horreur les soins palliatifs, ne supportant pas l’égoïsme humain. Si l’animal court à sa fin et qu’il va s’en dégrader dans les jours-semaines, il faut respecter cette vie et lui offrir une fin sans douleur. On m’a forcée quelque fois à tirer en longueur, je me sentais hyper mal, et encore plus en retrouvant l’animal mort, je ressentais toute sa souffrance. Ce n’est pas juste non, de ne penser qu’à soi. J’en ai rien à foutre que les gens ont du pognon, jamais je ne bosserai avec cet objectif en place numéro une. Je me souviens d’un monsieur d’un certain âge qui ne parvenait pas à se décider de faire euthanasier son chien. Il a finalement accepté. J’ai été chez lui et je lui ai expliqué étape par étape. Tout en douceur, l’animal s’est éteint, le monsieur a évidemment pleuré et j’ai été contente de sa réaction « merci beaucoup, j’avais très peur et à présent je me sens soulagé, je ne savais pas que ça se passerait aussi bien, c’est une mort très douce ». Je lui ai dit ma petite phrase fétiche « lui permettre de partir en douceur est une marque d’amour que vous lui offrez ». C’est une mort tellement douce que j’aimerais mourir moi-même de cette façon.

Effectivement, ce sont des expériences marquantes pour ne pas dire traumatisantes.
Mais ce n'était pas de ta faute, on ne peut pas tout maîtriser dans la vie.

D’ailleurs, quand je me suiciderai, je le ferai ainsi. Le seul souci c’est de parvenir à injecter le produit final une fois que je suis bien endormie donc il faut penser à un système de post-délivrance (et rapide car un goutte à goutte ne suffira pas)

Hein ? Comment ça, quand tu te suicideras ? C'est pas du conditionnel, c'est comme si tu l'avais déjà planifié.
T'as tenu beaucoup trop longtemps pour mourir maintenant.

Je ne demanderai évidemment jamais à qqn de m’euthanasier, c’est quelque chose qui doit trop marquer à vie. 
Juridiquement c'est un meurtre surtout, à moins que tu pensais à un professionnel, mais je ne connais pas la législation belge à ce propos.

En contrepartie, j’ai ai sauvé bcp. Est ce une façon de racheter ma conscience? 
Je me souviens de mon petit rayou. Il était orphelin avec son frère ou sa sœur, la mère refusant de les allaiter. Je les ai alors pris dans ma chambre et mis dans mon panier à linge. Ça date d’il y a 15-20 ans. Je ne savais pas tout ce que j’ai appris jusqu'à aujourd’hui. Il a survécu et a fait une empreinte affective +++ sur moi. Je n’avais plus eu ce lien particulier depuis mon tout premier chat (mort éventré par le lévrier whippet, en mai 1995. Un choc +++. A partir de là, je m'étais promis de ne plus trop m’attacher à un chat, qu’est ce que je l’ai pleuré et écrit sur lui...). Rayou était fusionnel avec moi. Ses yeux bleus perçants magnifiques, il m’observait comme si j'étais une merveille (loool na mais jvous jure c’était particulier). A l'âge de deux mois, j’ai dit à génitrice de le vendre (chat de race) car nous avions déjà trop d’animaux et que je ne voulais plus m’attacher à un chat. Je le regrette évidemment. Génitrice me disait pourtant que je pouvais le garder mais elle était inconsciente. Un lien pareil avec un animal, j’en ai eu très peu. Chaque animal a une « personnalité », vraiment, et ça se remarque déjà tout petit. L’éducation influence mais le tempérament est quand même déjà présent. Ça m’a toujours fascinée. 
 
Le dernier chaton orphelin sauvé, ce fut une épopée, lui et sa sœur s’en sont sortis mais lui bcp plus difficilement car il a d’abord fait une cystite purulente puis une entérite et son retard de croissance lui donnait un air de yoda. Ses phalanges se subluxaient et il a fait un mégacôlon qui a nécessité des traitements puis une alimentation particulière. Comme il demandait un suivi, je l’ai donné à mon meilleur ami. Il est devenu magnifique, un red point. Il a vécu 5-6 ans puis ensuite être retrouvé écrasé il y a moins d’un an. Bouhouhouuuuu. Tant d’efforts pour ce résultat. Mais il m’a appris plein de choses, même médicales. 
 
Si on parle animaux et Nature, je m'arrête difficilement (rires).

T'as pas besoin de racheter ta conscience, les morts précédentes n'étaient pas de nature meurtrière.
C'est vrai que les animaux ont des personnalités particulières qui ne demandent qu'à être exprimées, encore faut-il un maître capable de les faire développer dans un cadre harmonieux tout en sachant les canaliser. L'éternel équilibre du ni trop ni trop peu.

Pureté

Messages : 175
Date d'inscription : 25/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 26 Juil 2019 - 11:47

Je ne compte pas faire de vieux os, non. L’euthanasie c’est soit quand je poserai un acte que ma conscience ne supportera pas soit quand je perdrai en autonomie. Je ne veux être un boulet pour personne. Je songe à quitter le confort occidental dans 10 ans, pour retourner dans la Nature à passer mes journées à construire, planter, semer, cultiver, élever, aider la faune sauvage, vivre dans une petite cahute en bois avec un système de chauffage pour l’hiver. Et une fourniture électrique pour le soir. C de plus en plus clair dans mon esprit. C’est le monde industrialisé qui me rend malade. Je ne déteste pas l'espèce humaine en tant que telle mais sa dénaturalisation.  

Jsuis pas née au bon endroit, ça c claiiiiiiir.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 Empty Re: La vie, une éternelle enseignante

Message par My_illusion le Ven 26 Juil 2019 - 11:53

La vie, une éternelle enseignante - Page 6 4216f810
Mon premier mini melon qui a poussé chez moi. J’ai été trop impatiente et l’ai cueilli trop tôt. Y’en a d’autres qui arrivent ouf. Et les mini pastèques aussi arrivent. Et normalement les aubergines aussi. Bcp de fleurs mais peu de pollinisation.

My_illusion

Messages : 1196
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 34
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum