Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Aller en bas

Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par davidabricot le Jeu 25 Jan 2018 - 22:13

Bonsoir,

je possède un ressenti qui me rend la vie compliquée. Et j'aurais voulu savoir si certains le partageait et s'ils avaient trouvé des solutions apaisantes.

LE RESSENTI:
Souvent, j'idéalise un lieu, ou ai envie d'être en un lieu. Et une fois arrivé, qu'il fusse idéalisé ou que ce soit un lieu que je connais déjà, je peux être pris d'une mélancolie sans limite. Une sensation d'être dans un monde post-apocalyptique où tout est sans vie autour. Un peu comme une illustration violente de "un être vous manque et tout est dépeuplé". Alors c'est certain que ça arrive avec un lieu dépeuplé de mes amis par exemple. Mais pas seulement.
Une sensation qui peu arriver dans les lieux isolés, comme les tous petits villages, ça ça parait normal. Seulement ça arrive aussi ailleurs, dans les endroits pas isolés physiquement. C'est comme une horrible impression que le monde avance, vit ailleurs, mais pas où je me trouve. Comme si c'était une nature morte. C'est un état dépressif, qui me donne envie de hurler et de partir loin où il y a de la vie.

J'imagine que les gens se massent dans les grandes villes pour ce genre de ressenti, que ce soit conscient ou non. Pour ma part c'est étrange, car je n'aime pas la foule non plus et les trop grandes villes. Je ne me comprend pas sur ce point et c'est difficile pour moi.

Je vais avoir aussi ce sentiment par rapport à un film par exemple. Récemment je regardais la série les Innocents sur TF1, soudain j'ai eu envie de me téléporter dans le 66. Bon il faut dire que les Pyrénées y sont tellement bien mis en valeur (tout comme la côte, la nature est verdoyante, l'eau est bleue, et Perpignan semble différent de ce que l'on entend). J'ai l'impression que le coin y est vivant, avec des émotions, la vie quoi. Ce qui est stupide puisqu'il s'agit d'une fiction. Je connais qui plus est parfaitement les lieux, et sais très bien que c'est comme ailleurs, voire pire, car c'est saisonnier. Mais je sais pas, je me fais prendre au jeu, tout en étant lucide.
Pour tout dire j'ai eu le même sentiment avec le film Dunkerque...

Ça fait un peu comme revenir dans la classe ville de son école, à la fois bien mais à la fois spécial... Ou comme revenir dans sa maison familiale après le décès de ses parents : les souvenirs sont là, les images, la tristesse, le sentiment d'un passé qui vous échappe. Mélangé à des joies incroyables qui sont autant d'éléments dépressifs puisque disparues.


LES PISTES:
Alors je ne sais pas, est-ce un trop plein d'empathie? Est-ce que j'arrive trop bien à entrer dans la fiction? Tout comme dans l'idéalisation d'un lieu, dans des projections? Je fais également de la dyspraxie entre mon intelligence émotionnelle et ma représentation dans l'espace, ce qui me conduit à d'intenses conflits émotionnels. Ce serait-ce une expression de cela?

Parfois j'ai la sensation qu'il y a une cause rationnelle, comme lorsque j'ai déménagé à Cognac : la ville est noire, triste, le job ne me plaisait pas. Mais d'autres fois, c'est sans aucun sens. Le soleil peut-être, j'ai beau détester la chaleur, le temps ultra gris déprime. Le monde? C'est absurde car le monde ne sert à rien si l'on entre pas en contact avec.

Dans ma ville de Castres, je comprends, quand je suis loin elle m’apparaît comme les bras d'une mère car j'y ai mes souvenirs, et quand j'y suis je suis triste car toutes les personnes de ces souvenirs n'y sont plus. Mais pour le reste?

A l'inverse, j'ai du coup listé où je me sentais bien pour voir ce qui construisait ce ressenti, mais ce peu être biaisé par d'autres éléments :
- Royan (le soleil qui se couche, l'océan, les maisons magnifiques)
- Londres (les vacances, le plaisir de voyager)
- Font-Romeu (la grandeur du paysage, mais bon j'y vais l'été, je pense qu'en Octobre ça doit mettre la frousse)

J'idéalise énormément l'Angleterre, raison pour laquelle je n'ai pas accepté d'emploi là-bas. Parce que revenir en crise de Cognac, c'est une chose, gérer pour l'Angleterre, le côté administratif et l'échec cuisant pourrait avoir raison de moi.

CONCLUSION:
Ainsi voilà pourquoi je poste ce message, car je commence à être à bout de pistes et assez mal, très mal même avec ça (la série les Innocents m'a achevé, et je n'arrive pas à comprendre le lien entre mon ressenti et le fait qu'il soit d'ailleurs plus dopé par les séries presque que par la vie réelle). Et comme le Petit Prince, je me sens d'un ailleurs, dont j'aimerais trouver un lieu palliatif sur terre quand même. J'ai longtemps pensé que ce serait plus simple en couple. Mais ça aussi ce n'est pas simple, et j'aimerais pouvoir me soigner un peu par moi-même et ne pas tout miser sur ma moitié.

Voilà si quelqu'un a une lucidité que je n'ai pas, le même ressenti, quelque chose, je vous remercie de votre aide...

EDIT: j'ai même cette sensation si je regarde un film en direct à la TV ou en différé. C'est pour ça que je pense à la dyspraxie ou à quelque chose qui me dépasse, que c'est mon cerveau qui me joue un tour. Car ce n'est pas rationnel ni logique.
avatar
davidabricot
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1544
Date d'inscription : 01/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par Universal.love le Sam 27 Jan 2018 - 19:56

Bonjour David,
Il y a quelque chose d'inconscient je pense,un genre de décompensation du "trop plein" de l'adaptation au monde et aux rapports sociaux "normaux",au fond tu fais le constat du "ce monde n'est pas fait pour moi" trop insipide,trop faux,trop violent.
Parfois tu trouves ton idéal dans certains endroits,moments furtifs et sereins où tu es toi,et parfois toute cette violence te transperce par tout les pores de la peau et par le coeur.

Je le vis comme ça,ne pas être fait pour ce monde et s'adapter,et parfois des moments de grâce où je sais que ces instants je les vis à 200./. Par rapport à la plupart des gens.
avatar
Universal.love
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 02/12/2017
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par Cerise le Dim 28 Jan 2018 - 0:34

Est-ce que ce ne serait pas simplement que ta vie actuelle ne te plaît pas, et que ça apparaît simplement beaucoup plus dans les moments de "vide" ? Et comme ça ne convient pas (et peut-être qu'inconsciemment, tu sais que tu ne peux pas améliorer les chosedans ce lieux), il monte une urgence de partir ailleurs.

Pour moi, quelque part, ça ressemble à une fuite en avant. Arriver quelque part, voir que ça ne convient pas, vouloir fuir vers un ailleurs qui possède ce qui manque. Indéfiniment, même en sachant que l'arrivée est une illusion. Ce qui "compte", c'est de partir.

Peut-être, pourrais-tu essayer de faire l'inverse de ta démarche : qu'est-ce qui te pousse à bouger? Par exemple, le désir de revenir à Castres peut traduire le besoin de sociabilité positive (amis, parents), ou un désir de sécurité (maison familiale, parents toussa...) etc. Toi seul a les clés Wink.

Une autre pensée est que : si ça te tombe dessus aussi brusquement, de manière aussi brutale, c'est que le message véhiculé par l'émotion est important, et à mon avis refusé (ça sent l'émotion qui attend la moindre similitude situation/message pour essayer de s'exprimer).

Peut-être faire un point sur ce que tu souhaites, sur ce qui te rendrait heureux Wink ? Impression perso : j'ai l'impression que vide/vivant revient beaucoup dans ton message. Peut-être est-ce simplement ta vie actuelle que tu trouves vide (ennui? solitude?) et qui te pèse.

Voilà, j'espère avoir pu t'avancer...

avatar
Cerise
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1009
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Toulouse :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par cassecaillou le Dim 28 Jan 2018 - 1:37

C' est peut être une forme de nostalgie, il y a des moment "étapes" dans la vie, on avance pas de façon linéaire mais par paliers, et il arrive que notre "regard se retourne" derrière, dedans, même de façon symbolique, par analogie de ressentis et émotions
C' est un peut comme ça que je vis ce que je pense que tu vis

cassecaillou
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 275
Date d'inscription : 25/11/2017
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par Bimbang le Dim 28 Jan 2018 - 15:29

Souvent, j'idéalise un lieu, ou ai envie d'être en un lieu

Je me plante peut être, mais y a que toi qui sais, alors autant que je tente mon explication.
Je ne pense pas qu'il faille faire un lien avec un lieu. C'est l'ambiance du lieu dont tu as envie.
Alors tu peux faire tous les villages de la terre, l'ambiance, les émotions que tu cherches, elles sont à travailler en toi, quelque soit le lieu où tu es.

Quand je vis mon quotidien, je ne vois pas, ne regarde pas trop le monde où je vis. Je suis dans l'action. Mais pose toi un instant chez toi, et regarde ta cuisine, ou ton salon en revisitant chaque objet, qui l'a acheté ? Pourquoi ? les souvenirs qui sont liés. Et tu verras alors que l'endroit sera chargé d'émotions dont tu n'avais pas conscience. Comme quand on regarde des vieilles photos avec nostalgie.
On peut tout à fait le reproduire dans le présent, dans son quotidien, et prendre conscience de l'émotionnel tout pareil.

Le coté déprimant que tu ressens, c'est que tu constates que la solution n'est pas de changer de lieu. Un gros espoir déçu.
La solution est intérieure. Tu la trimballes avec toi. Il faut que tu trouves la solution en toi.

Et je ne sais pas trop pourquoi, j'ai l'impression que c'est une émotion particulière que tu cherches.
Au feeling, (pas tout à fait au pif mais pas loin hein) quand je lis tes pistes, j'ai l'impression que tu as envie de liberté. Quelque chose t’opprime, mais ça te fait peur de le lâcher. Peur de sortir de ta zone de confort peut être ? Une peur de s'affirmer ?
et tu chercherais un contournement facile, un voyage, un déplacement, une façon d'y arriver sans prendre les vrais problèmes à bras le corps parce que ça te semble trop compliqué.

Après, j'ai l'impression que c'est un peu le cas de tout le monde hein. Je ne prends pas trop de risque en le disant. Razz



avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2573
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par davidabricot le Lun 29 Jan 2018 - 21:59

Merci pour vos messages! Ils m'aident beaucoup pour être honnête, car je manque terriblement de recul sur ce problème!!

@Universal.love
Oui je ressens ce que tu exprimes. Je m'aperçois aussi qu'il y a un facteur ponctuel. J'essaie d'en profiter, mais je n'y arrive pas totalement. Et c'est vraiment violent en effet lorsque le trop plein s'exprime. Après c'est vrai que je constate tellement la bêtise humaine tous les jours, que peut-être je cherche à me protéger, et que cela passe par un lieux qui me garantisse plus de paix??? En tout cas je fais le même constat que toi, et il y a toujours un truc terrible pour m'arracher à mon illusion, comme si la connerie devait sans cesse se rappeler à moi.

@Cerise
Ah ça il est clair que ma vie actuelle y est en partie pour quelque chose. Même une grosse partie. Mais j'ai toujours eu ce ressenti tout de même. Mais il est clairement exacerbé à l'heure actuelle donc mon état actuel doit être un facteur aggravant.

Ce qui "compte", c'est de partir. Et oui! Et malheureusement c'est le problème, je m'enferme là-dedans et me rend bien compte que ce n'est pas tenable. J'essaie la recherche inverse, et ai dégagé quelques facteurs, mais j'ai peur de tenter, car l'échec est chaque fois terrible et dévastateur.
C'est intéressant ce que tu avances sur l'émotion. Mais comme ce mal-être s'exprime aussi via les séries TV, c'est bizarre quand même. La dernière série en date Les Innocents, ça peut être quoi? Bon les beaux paysages des Pyrénées certes, mais la région n'existe pas (ils ont monté des images de montagne de Cerdagne, comme si c'était collé à Perpignan...), donc le lieu qu'ils montraient était beau, mais n'est pas la réalité. Les gosses étaient jeunes et beaux et me rappelaient ma jeunesse, bon certes. Et le rythme haletant du thriller, peut-être me donnait l'idéal d'une vie rythmée, où on ne s'ennuie pas??
Mais pourquoi n'accepterai-je pas ces émotions? Surtout au point d'en devenir dépressif? Bon après c'est sûr que je m'ennuie au bout d'une seconde, mais le vide, l'absence de vie comme je le voudrais serait à ce point capable de me rendre mal? C'est peut-être le cas, mais alors c'est totalement fou l'impact que ça aurait!

@cassecaillou
Oui la nostalgie j'y suis sujet, et en bon hypersensible, c'est clair que cela me rend mal assez souvent. Et en effet, un lieu peut largement évoquer la nostalgie. Je l'ai par exemple lorsque la nuit vient, ou le dimanche soir, dans toutes ces situations où c'est la fin de quelque chose... alors j'imagine que les lieux doivent aussi me titiller sur ce point.

@Bimbang
Oui tu tapes très juste en parlant de l'ambiance du lieu. Car effectivement, Castres par exemple, n'a pas changé. C'est l'ambiance, le départ d'amis, tout cela qui a été modifié. Et cela expliquerait aussi les émotions véhiculées par les film et séries TV. Car fondamentalement, je sais que le 66 existe. J'en suis originaire et j'y ai passé plus de 20 ans de mes vacances. Néanmoins je deviens très dépressif à l'occasion d'une série. Hors la TV présente toujours les lieux de manière plus poétiques, ou vivantes, ou désirable. Ça doit jouer!

Par contre je suis stupéfait que tu dises que tu ne fasse pas attention à ton environnement. Même si tu as raison, que ce sont nos souvenir et que le bien être est en nous, il me semble que c'est plus facile avec un environnement qui nous est plaisant, que l'on trouve beau. Je veux dire ça participe. J'ai vécu dans le Gard, et le côté broussaille, dégueulasse en ruine omniprésent m'a achevé plus vite qu'ailleurs.

J'ai clairement un souci de liberté, parfois je me voir partir loin sans chaîne. Mais j'ai peur d'être loin de la famille, car j'ai envie de conserver la possibilité de les voir souvent et facilement (pas prendre 4 avions pour revenir). Idem les amis. Et si je pars loin, c'est dur de se retrouver seul. Surtout que je n'ai pas de raison ou motivation à partir loin (pas de job fondamentalement meilleur, le climat meilleur l'été, mais pire l'hiver). Je recherche de Hendaye à La Rochelle, en passant par Toulouse, Castres et de Banyuls à Nîmes. Maxi 5h de chez moi. Du coup, certes ça ne m'envoie pas à Lille, mais il me semble que c'est déjà une certaine capacité à contrer la peur.
Je rêverais de partir en Angleterre (merci Harry Potter...) mais malgré mes voyages j'ai bien peur que le lieu soit idéalisé, d'autant plus que je ne souhaite pas quitter la France (besoin de parler la langue constamment, besoin d'être en France).
Parce que bon la peur de m'affirmer, je crois pas. Tout le monde sais que je suis gay, que j'ai des goûts tranchés, que je ne veux pas compromettre mes valeurs. J'ai pas l'impression d'avoir un côté de moi qui soit enfoui et qui voudrait se montrer.


Donc si je résume c'est bien le bordel quand même. Mais vos interventions me donne du grain à moudre. J'étais en weekend chez un copain à Avignon et j'avais hâte de pouvoir m'asseoir au calme et vous répondre. D'autant plus que je voyais les notifications arriver!

Si je fais un premier état des pistes, j'ai :
- difficulté à canaliser mes difficultés à appréhender le monde, le trop plein
- instabilité actuelle comme facteur aggravant
- une émotion non admise, refoulée qui s'exprime brutalement par un canal approprié au premier stimuli correspondant
- le vide, l'ennui, le manque de vie rythmée
- difficulté à gérer la nostalgie et les souvenirs
- mauvaise gestion de la liberté

Bon ça me fait une belle synthèse que je vais commencer à analyser. C'est fou ce que vous m'aidez et combien votre aide est précieuse pour combler la lucidité que j'arrive plus à avoir sur moi-même! flower
avatar
davidabricot
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1544
Date d'inscription : 01/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par Bimbang le Mar 30 Jan 2018 - 8:21

- mauvaise gestion de la liberté

Si tu tires ça de ce que j'ai dit, c'est que je me suis mal exprimée, ou que je ne comprends pas ce que tu veux dire par là.
Je pense que quelque chose n'est pas bien en toi, et que tu ne prends pas le temps de comprendre ce que c'est. Tu prends la solution d'envisager le voyage comme une solution, alors que le problème est en toi.

J'ai clairement un souci de liberté, parfois je me voir partir loin sans chaîne.

Qu'as tu envie de quitter ? Qu'as tu envie de trouver ?
et que pourtant tu ne t'autorises pas à voir.

La famille et les amis, c'est cool. Mais parfois ils nous obligent parfois à nous cantonner dans un rôle que l'on n'a pas toujours choisi. Qui es tu vraiment quand tu creuses au fond ? Es-tu toujours d'accord avec ce qu'ils disent ? Te permets tu de dire ce que tu penses ?
avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2573
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par davidabricot le Mar 30 Jan 2018 - 14:53

Ca fait plusieurs années que j'essaie de comprendre ce que c'est. C'est juste que j'ai pas envie de travailler car c'est une perte de temps par rapport à ce que j'aimerais faire dans la vie (visiter, apprendre, se cultiver, la musique, tout cela). Néanmoins je trouve logique et accepte que dans la vie en société on doivent gagner son pain et participer à l'effort général. D'où ma recherche d'un job à peu près plaisant.
Et aussi d'un lieu apaisant, car comme dit plus haut, je m'épanouis pas du tout dans le travail, donc si en plus c'est en un endroit que j'ai rejoint que pour le travail, c'est le comble de la dépression.

En dehors de ça... je suis célibataire, ce qui est pesant, mais bon peut pas changer ça dans l'immédiat. Et partir loin dans l'idée je dirais oui, mais je trouve que cela rime à rien une vie loin des siens. Je m'ennuie tout seul dans un voyage de 3 jours, alors vivre par exemple aux USA ??? Ah ouais OK, je pourrais découvrir, tout ça, mais c'est fade. Impossible de voir les amis plusieurs fois par an, idem la famille, idem les lieux que j'aime.

D'autant plus que ma famille ou amis, oui je suis sans filtre, mais vraiment sans aucun filtre. D'ailleurs parfois je le dis, je suis "trop libre". J'ai rien qui m'attache quelque part vraiment. Et ça fait peur l'étendu du vide devant moi. Trop de choix, certes filtré par ce que je veux ou pas, mais ça reste vaste.

Moi je sais qui je suis, un type qui veut pouvoir aimer son futur copain sans embrouilles (exit Montreuil par exemple) qui aime la culture, le patinage artistique, la haute montagne, l'océan, la musique classique et l'opéra ainsi que voyager en Angleterre. Et qui adore l'histoire.

Ça aide à cadrer un peu quand même, a priori je vais pas partir dans la Marne demain. Mais bon, en fait je suis surtout traumatisé de mon déménagement à Cognac je crois. La France est tellement diverse, qu'un mal-être à Cognac ne signifie pas qu'il en sera de même ailleurs, mais ça refroidis et me rend froussard.
avatar
davidabricot
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1544
Date d'inscription : 01/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mélancolie liée aux lieux et aux gens qui s'y trouvent

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum