L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par caméléonneandco le Mar 13 Fév 2018, 11:02

Tu es tout excusé!! Moi qui suis d'ordinaire si prompte à relever les fautes, je n'ai rien vu que du beau!!...
Connais-tu la suite de cette (ta) vie? Si oui, conte, conte, je ne compte plus mon plaisir de te lire!
avatar
caméléonneandco
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 256
Date d'inscription : 05/01/2018
Age : 34
Localisation : Pyrénées-Orientales mais souvent perdue dans mes pensées

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par ifness le Mar 13 Fév 2018, 12:52

Ouaps ! Enfin quelqu'un !
Quelqu'une, en l'occurrence.
Je commençais à me demander si je n'étais pas resté seul sur ce fil.
J'ai décidé de poster des textes plutôt que de déblatérer sur le thème,
à donner de mauvais conseils du fond de mes garrigues.

Aussi pour "l'exemple" : en quelque sorte il est bien beau de parler d'écriture sans donner à lire quelques extraits de sa production.
Enfin, c'est ce que je pense. Rapport à ce forum.
Où j'ai parfois la sensation de rencontrer beaucoup d'egos (je ne reproche rien : des souffrances ou des manques y trouvent à se dire) et peu de matière. je dis bien : parfois.
Quant aux relations plus personnelles qu'on y trouve... Bien des personnes ont disparu.

Et je soupçonne (mais je dois lire trop de polars) certain(e)s disparu(e)s d'être passé(e)s en mode MP.
C'est leur droit le plus absolu, c'est même un des intérêts du process qui régit ces échanges virtuels, mais c'est très irritant pour ceusses qui tentent de lire un fil , d'y trouver une logique. POf ! Plus de logique. Et même parfois : mort, le fil !
Encore ce MP qui est passé par là.

Non, ce n'est pas ma vie.
L'écriture est aussi l'art du mensonge. Ou du décalage. Il suffit d'un léger glissement pour passer du vécu au roman.
Kundera, que j'ai beaucoup étudié, et des auteurs qu'il m'a conseillés (via son oeuvre) m'a beaucoup aidé, dans cette démarche.
Quant au style, un certain auteur de SF.... alien m'a amusé et j'utilise certains de ses codes pour , en particulier, faire passer un humour distancié.

Je ne suis pas fan de l'autofiction (au sens français) ni du roman autobiographique.
Des nouvelles suffisent.
En tant que lecteur, j'aime assez faire la différence entre lard ou cochon.  Laughing

Bon, ici, il est exact que ce que j'écris est proche de mon Moi passé, au sens où ces pensées et ressentis, je ne les ai pas inventés. Je les ai pensées ou ressentis, mais j'ai poussé le bouchon un peu plus loin dans la bouche d'un pseudo-auteur et de pseudo-ami.e.s.

Comme ce n'est qu'un simple "divertissement" (cf le titre), il est bref et ne comporte que trois chapitres.
(Et heureusement, je pense : on se lasserait.)

Je te caresse avec prudence et tout le respect que je dois à ta nature, NéofélisNebulosa.
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1599
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par holokian le Mar 13 Fév 2018, 13:13

Je n'ai pas encore le temps de tout lire mais juste pour dire que le sujet m'intéresse bien. Le travail sur la fiction me passionne.

Au plaisir d'en lire plus alors Smile

holokian
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 175
Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par caméléonneandco le Mar 13 Fév 2018, 13:44

ifness a écrit:Je te caresse avec prudence et tout le respect que je dois à ta nature, NéofélisNebulosa.

Rrrrrrrrrrrrrrr! je ronronne de plaisir respectueux cat
avatar
caméléonneandco
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 256
Date d'inscription : 05/01/2018
Age : 34
Localisation : Pyrénées-Orientales mais souvent perdue dans mes pensées

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par ifness le Mar 13 Fév 2018, 15:53

Ben oui, mais je ne connais pas la nature d'une NeofelisNebulosa.

Un félin, ça apprécie le respect.
On l'approche avec circonspection, on doit se fait accepter.
Mais si tu ronronnes déjà.... Je sens mon stress s'évacuer doucement, ......

Mmmm, attention qd_même, if, un coup de griffe est vite arrivé.

Je posterai + tard, j'ai écrit ailleurs.

Bisous.
ifness.
Et bienvenue à toi, holokian.
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1599
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par ifness le Mar 13 Fév 2018, 23:33

******************************++++++++++++++************************

...............CHAPITRE III...............................................
----------------------------------------------------------------

L'Auteur. Ecris-tu souvent des lettres ?

L'ami. (Cet ami-là est un vieil ami, un homme plus âgé que l'auteur lui-même.) Non,
le plus rarement possible.


L'Au. Même à des femmes ?

L'ami.Surtout à des femmes !

L'Au. Oui. Ecrire est un acte dangereux. Paradoxalement l'Homme cherche à laisser des traces de lui en ce monde, et craint parfois de marquer son passage par ce qu'il possède de plus spécifique : le langage. Le langage écrit. Craint-il son propre mensonge ? Sa propre vérité ? Redoute-t-il de prendre conscience de la fugacité de la valeur d'une pensée, d'un sentiment ? A-t-il honte de la précarité de son présent, de son état permanent d'expérimentateur aveugle ?

L'ami. Pourquoi écrire ?

L'au. Penses-tu que ce soit un acte tellement étrange ?

L'ami. Beaucoup de personnes ont, un jour, écrit : des lettres, un journal, des poèmes... l'écriture est-elle le prolongement de ces actes adolescents ? Quels sont ses raisons, ses buts, avoués, ou secrets ?

L'au. Donc : pourquoi écrire ?

L'ami. Pourquoi peindre ? Pourquoi sculpter ? Pourquoi jouer de la musique, composer ?

L'au. Nos pourquoi posent le problème en termes d'utilité, ou tentent de nous faire cheminer sur les sentiers d'une logique. Je crois que nous nous égarons : il s'agit plutôt de plaisirs et de nécessités...

L'ami. Plaisirs solitaires, alors. Lorsqu'on écrit, on s'adresse à un Autre, mais on est seul devant sa page. Fût-elle page d'écran.

L'au. (s'adressant à un public imaginaire). Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, l'ennui, de nouveau, se glisse sournoisement dans cette conversation, et la précieuse gaieté initiale ne sera bientôt plus qu'un souvenir mélancolique. Derrière la porte s'agitent, impatientes, de sombres silhouettes de philosophes morts, de psychologues, de tristes raisonneurs. Nous entendons de scabreuses allusions; la vulgarité nous guette sous le masque de bons mots. Ce ne sont point les risibles paradoxes issus d'un esprit perverti et trouble comme l'eau d'une mare aux grenouilles qui vous divertiront. Mes amis, vous me voyez ici inquiet, sceptique, désemparé...

Le jeune homme (soudain apparu). Le silence me semble en effet préférable à l'émission de semblables fadaises. Pensais-tu provoquer le rire ? Vois comme ils regrettent déjà de t'avoir consacré tant et trop de leurs précieuses minutes de vie ! Un vieil Alceste radoteur et bougon peut-il nous divertir ?

L'au. Et que désires-tu, toi, monsieur le Juge ? De l'amour ? Du libertinage ?

Le jh. Je désire créer ma propre existence. Je désire vivre. Vos élucubrations m'endorment ! (Il disparaît.)
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
(à suivre).
......................................+++++++++++++++++++...................................
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1599
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par izo le Mar 13 Fév 2018, 23:37

ils sont terribles tes "......................................+++++++++++++++++++..................................", on dirait des barbelés qui enceignent tes mots. Ils dessinent ce qu'ils disent d’ailleurs, leur dangerosité et étrangeté.
Ces barbelés sont pour nous protéger ?
avatar
izo
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1883
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par Bleuenn le Mer 14 Fév 2018, 09:21

Je t'avoue que je ne t'ai pas répondu Ifness parce qu'on parlait d'écriture/édition/publication et tu as posté tes textes sans prévenir en coupant la conversation, j'ai continué sur le sujet qui m'intéressait en tentant de ne pas perdre le fil de la discussion. Mais on peut peut-être ouvrir un sujet pour poster ses textes, non? Ca éviterait ce genre de désagréments. Smile
avatar
Bleuenn
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 446
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 34
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t21892-presentation-bleuenn

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par ifness le Mer 14 Fév 2018, 16:02

Dernier post.

@Bleue
Je comprends fort bien.
Mais je n'ai pas coupé la conversation comme on la coupe souvent, en dérivant, en déconnant, en inondant un fil de blagues vaseuses (ou oiseuses), bref en détournant le fil de son objectif.
Je l'ai coupé en me disant : je vais proposer une sorte d'illustration par une création littéraire, marginale, par ailleurs, je n'entre pas dans le débat, je pourrais, car j'écris depuis fort longtemps, mais je n'ai rien à dire à ces gens , sinon des trucs aussi mélancoliques que je le suis au fond de ma tête.
Et ça ne les empêchera pas de poursuivre.

Je me suis trompé : je vous ai "coupé le sifflet". J'ai donc continué ma story, et puis caméléonne&C° est intervenue brièvement, en introduisant l'idée que je pouvais perso m'être mis en scène dans ce que je contais.
Ma réponse épousait très bien le fil, je pense, sauf si je suis devenu fou.
De quelle matière se saisir lorsqu'on écrit ? De soi ?
Le problème est d'importance, et vieux comme les livres, ou presque.
Il se trouve que j'ai eu le temps de bien l'étudier.
Et toujours personne, hors camelia et une blague ou deux,

Bon, je vous laisse entre vous, vous serez mieux. Retour à la caverne.

@ izo
Alors, là, c'est plus sévère.
Ferais-tu partie, izo, de ces êtres qui hantent le forum, distribuent bons points ou vacheries et dont on m'a parlé ?
(Plusieurs personnes, des femmes, m'ont conté par MP, voire au téléphone, leur crainte de tels malfaisants. Et comment leur présence pouvait réellement les faire disparaître.)
Moi, ifness, suis en tous cas totalement transparent.
On peut (perdre son temps à ) rechercher dans tous mes messages, rien à cacher, aucune mauvaiseté, des erreurs de com', c'est certain, j'ai fait amende honorable, parfois une blague déplacée ou incompréhensible, des mots doux, des mots plus crus, la vie, quoi.

Alors, je ne comprends pas. J'y ai pensé, cette nuit, car je n'en ai quasiment pas dormi.
J'ai voulu pour ne pas gêner le cours du fil (même si je sais désormais que je l'ai brouillé) simplement bien identifier visuellement mon écrit en l'encadrant, en utilisant mises à la ligne et italiques.
Raté.  Si j'avais à refaire, j'utiliserais des °°°°°°°°° ou des oooooo ou des OOOOOOOOO
pour bien signifier leur valeur O (zéro) . Adieu les "barbelés".
C'est méchant et agressif, ce que tu dis toi, pas ce ce que j'ai fait moi.

Il y a pire : que mon "discours" (théâtralisé) te semble étrange, passe.
Mais dangereux..... Ouaaahh !
Tu sais, ça me fait songer au thème de "La plaisanterie", de mon maître Milan Kundera.
Ludvik envoya par dépit amoureux une carte postale à son amie qui était heureuse, loin de lui, en stage (communiste; on est en Tchécoslovaquie communiste) alors qu'il l'eût préférée près de lui, carte sur laquelle il écrivit :
"L'optimisme est l'opium du genre humain !  L'esprit sain pue la connerie. Vive Trotski ! Ludvik."
Et il se retrouve dénoncé, séparé de ses amis, renié, mis à l'écart, contraint à l'autocritique, jugé, envoyé en camp de rééducation, empêché de poursuivre ses études....

Alors, mes mots, "dangereux" ???

C'est aussi une blague, mon texte. Certes une blague basée sur des ressentis et des réflexions réels, mais une pochade, quoi. Le titre en est d'ailleurs "Divertissement".
Divertimento.
Et toi, izo, tu me parles comme parlaient à Ludvik les camarades du Parti, blaguer à propos de choses sérieuses, oser écrire une monstruosité telle que "l'optimisme est l'opium du genre humain", pensée "bourgeoise" et décadente qu'un bon communiste ne devrait dire ni même penser..., quel danger !

Sauf que j'ai fait bien moins.
Dangereux ? Alors dangereux Kundera dans "La vie est ailleurs", dans "Risibles amours", dangereux Kafka dans "Le procès" ou "Le château", dangereux Broch, ...
Bien plus dangereux que moi, minuscule écrivailleur-sur-web !
Brocardons-les, brûlons leurs livres, autodafons, soyons des gens de bien !

Tu désires être protégé de quoi, donc ? De mes ogives thermonucléaires ? De mes bombes au chlore ? Du réchauffement climatique que, en bon démiurge, je provoque seul avec mes mots ? Du rire de Voltaire ?

Bien, me voici en procès, donc.
Le monde n'a pas changé. Ni ailleurs, ni chez les Z.
Demain, on viendra peut-être m'arrêter au saut du lit, comme K.

C'est absurde.
Mais ainsi vivons-nous, pauvres humains : en Absurdie.

ifness.
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1599
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par izo le Mer 14 Fév 2018, 16:16

ben non ifness je suis seulement allée sur le palier de ta porte et pas plus loin que cela et sans intentions de nuire. C'était juste une remarque formelle comme pour s'étonner. J'ai étayé cette remarque par la dangerosité perçue ça et là dans tes propres mots : exemple "Ecrire est un acte dangereux". Je me disais trouver là comme une cohérence implicite, tacite entre le fond et la forme. Désolée si cela a paru agressif. Je vais probablement déserter ZC d'ailleurs. Bonne continuation à toi et tache de bien dormir cette nuit.
avatar
izo
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1883
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par Greysome le Mer 14 Fév 2018, 19:52

Je ne trouve pas les textes d'Ifness dérangeants, au contraire. Bon. Sûr que le fil sera "personnalisé" à défaut de rechigner à utiliser le mot "flood", parce que les interventions sont belles, et au moins belles pour ceux qui suivent à l'instant présent, peut-être tant pis aux autres...? Oserai-je ?

La question de l'édition, de l'écriture, du métier d'écrivain, oui nous pouvons continuer à l'aborder. Je n'ai pas encore répondu à bon nombre de réponses qui en méritent une. Je dirai que ça fait son petit chemin, et que je n'ai pas encore trouvé le bon état d'esprit pour le faire.

Je ne crois pas non plus que la remarque d'Izo ait été malveillante. A vrai dire, je me suis demander un pourquoi aussi, sans aller jusqu'à la comparaison avec les barbelées. J'ai essayé d'y voir des "plus" et de chercher les "moins", j'ai essayer de voir un croisement, plusieurs croisements, j'ai essayer de voir un nombre, un message caché, et puis... j'ai relu le texte entre deux et ça n'avait plus d'importance.
avatar
Greysome
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 196
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 18
Localisation : Caen, mais un peu à droite quand même.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par Invité Hier à 12:41

GP a écrit:" Pour être au clair avec soi-même, pour savoir de quoi sa propre pensée est réellement capable, l'épreuve de l'écriture paraît cruciale. Peut-être publie-t-on trop, mais il n'est pas sûr que l'on écrive suffisamment. Tout le monde devrait écrire pour soi dans la concentration et la solitude. " Dans cet essai très personnel, Georges Picard part du désir de l'écriture comme " désir de se découvrir autant à soi-même qu'aux autres " pour développer sa conception du travail de l'écrivain, de la lecture et de la littérature. Il défend l'idée d'une littérature exigeante, libre, sourde aux sirènes du marketing et de la publicité, assumant crânement sa marginalité à une époque où sont privilégiés les livres conformes aux standards d'une lecture fluide, rapide et immédiatement digeste. " Aujourd'hui, la littérature est entrée en résistance contre un ennemi qui n'a pas de visage, qui n'a que l'identité vague et grise de l'indifférence. Cela ne doit pas décourager la passion d'écriture, au contraire. C'est justement parce qu'il n'y a rien à attendre du médiatique et du social en général, qu'écrire ressemble de mieux en mieux à une vocation désintéressée. "
Tout le monde devrait écrire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acharnement littéraire, entre passion et peur de l'insuffisance financière.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum