Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Lun 8 Jan 2018 - 20:02

Bonjour à tous!
 
    Je reviens sur ce forum après très, très longtemps. Je suis par ailleurs un des premiers inscrits. Pour certaines raisons, je ne vais plus, ni ne poste plus trop sur ce forum, mais je reviens avec un topos sur la cyclothymie (bipolaire type III - et attention, la bipolarité, c'est pas juste des sauts d'humeur, mais une psychose maniaco-dépressive) qui, alliée à la surdouace, produit un curieux mélange.
   
    J'arrive à enfin mettre des mots sur ce qui suit, après une rupture initiée en novembre dernier de manière très brutale par mes soins (jouant l'amoureux puis 15 minutes après disant que c'est fini), mon ex copine me demandant le jour suivant : "mais souffres-tu des troubles de personnalité?". Alors, je me suis souvenu...

Pour tout vous dire j’ai été diagnostiqué il y a six ans, à la suite d’un épisode de dépression auquel a succédé des migraines corrélativement à dix changements d’humeur par jour comme « cyclothymique ». Peu convaincu par ce diagnostic trop rapide, et attribuant par mes sauts d’humeur à la vie en ville, j’ai pris durant deux mois du lithium qui m’a plus plongé dans un état nostalgique qu’autre chose, j’ai attendu de partir m’établir ensuite en Roumanie (pour enseigner le français et continuer la philosophie), ce qui m’avait alors calmé. Ayant eu une petite enfance quasi-autiste (j’ai su lire à l’âge de deux ans), une enfance lunatique, passant chaque classe sans écouter les cours, ne travaillant que sur les ordres de ma mère,  je crois que rien ne me prédisposait à avoir une pathologie de cet ordre. Le drame arrive à l’âge adulte, lorsque le jeune homme naguère sain se découvre avec des symptômes proches de la schizophrénie, sans que cela soit de la schizophrénie.


En revanche, il ne faut jamais sous-estimer les pouvoirs néfastes du trouble bipolaire s’ils ne sont pas traités. En effet, il y a 2 ans et demi, après des problèmes personnels attristants, couplés à une entrée stressante en thèse de doctorat, j’ai vécu je pense mes « premiers états mixtes » (c’est-à-dire être maniaquement en dépression, et oui), épisodes dans lesquels on ne peut pas s’alarmer soi-même, car les symptômes peuvent s’apparenter à de l’anxiété, de la paranoïa, le tout non sans Toc. Puis, quand ça se calme, on se dit : « ah ba j’ai été anxieux, c’est tout ». Et, quand ça ne se calme pas, les angoisses sont entrecoupées de révélation artistiques (et c’est le pied). D’ailleurs, ma nouvelle amoureuse assez sérieuse avait, il y a un an et demi, apaisé mes symptômes sans le savoir, je ne pouvais rien dire d’un état bipolaire, cyclothymique ou autre qui ne se manifestait pas, ou plus.
La psychose a commencé il y a un an, fin janvier 2017, lorsqu’un virus ransomware a détruit tous mes fichiers sur ordi. Une vraie crise de panique, la première depuis 7 mois, est derechef survenu, suivi d’un état stressé (trois jours à tout réécrire), 2 semaine d’une dépression puis… un épisode maniaque (j’ai eu des idées folles pendant quelques jours, j’en ai presque honte). Un mois avec ma copine a tout calmé puis… de retour en Roumanie fin avril, après 5 jours de concentration sur mon boulot, des événements un peu incongrus, (impossibilité de trouver la bonne combinaison de billets d'avion, correction de trad’ qui ne vient pas) m’ont stressé au point de perdre le contrôle de mon corps (alors qu’une personne lambda aurait stressé, rien de plus), pour me réveiller quelques jours après… en dépression. Plus envie de rien. Dévalorisation totale de soi. D’ailleurs, il existe un autre topic dans cette rubrique, celle sur la dépersonnalisation, et bien je me suis complètement « déphasé » ! Mes amis, ma copine ont su trouver les mots pour me remettre au travail, et là la catastrophe… « l’épisode mixte » du trouble bipolaire, là où on commence à comprendre le mot de « psychose » : un jour on est paranoïaque, le suivant anxieux, le suivant juste des variations d'humeur, le suivant on a des hallucinations, puis un jour calme, les trois suivants alcooliques. La démence est si vive que sur le moment, on ne peut pas se dire « je suis malade ». Les idées noires, puis folles, s’enchaînent, et même le travail (quand on réussit à travailler !!!) devient une folie furieuse. J'ajouterais que c'est même atroce, et je me demande comment je ne suis pas arrivé en HP. L’été suivant, ça c’était à nouveau calmé… ou plutôt ai-je eu un épisode maniaque…
Et malgré cela, au printemps, j’ai réussi à avoir des heures en travaillant comme un dingue ! Etant zèbre, la personne souffrant de ces troubles fait en une heure ce que les personnes avec un QI normal font en quatre (les trois autres heures, pour le zèbre cyclo’, étant dédié à des heures sombres, ou mégalomanes, bref concentration impossible). D’un point de vue extérieur, si l’on est malin, impossible que quelqu’un soupçonne ce que l’on a : car le travail est quand même effectué (moins la rigueur parfois…).
J’arrête ici de raconter ma vie, le post serait trop long.

Je partage mon expérience pour tous ceux qui sont cyclothymiques et qui se posent des questions sur leur pathologie. Et je dis : attention, la cyclothymie n’est pas un « trouble bipolaire mineur », ça peut vraiment s’aggraver. A moins que, dans mon cas, il ne soit pas question de cyclothymie, mais de bipolarité à cycles ultra-rapide, et à ce moment là faudrait encore plus s’inquiéter… je consulte un spécialiste de retour en Roumanie en février, je n’en peux plus de vivre avec des sauts d’humeur, des impossibilités de concentration, et parfois des idées psychotiques.



PS: ici un autre sujet sur la bipolarité.
http://www.zebrascrossing.net/t22529-zebre-bipolaire-une-force?highlight=bipolaire

 Bien à vous,
Romulus.
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Patate3fruit le Lun 8 Jan 2018 - 22:54

Ave romulus,

Ton post fait écho avec certains trucs en moi, j'ai quelques questions à te poser :

Quels éléments sérieux te permettent d'attester que tu es en épisode dépressif ? (je veux dire, à part un """ptit coup de blues""")

Comment se caractérisent exactement les phases maniaques (mis à part la productivité) ? As tu l'impression de pouvoir "déclencher" ta manie à certains moments (exemple exams) pour booster ton talent de HP (au prix d'une extrême fatigue ensuite) ?

Tu evoquais le risque couru en ignorant la maladie. Mais comment savoir et quel est le risque de se tromper ?

Patate3fruit
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 7
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Lun 8 Jan 2018 - 23:23

Bonjour Patate3fruit,

  La dépression est cliniquement un manque d'activités. Chez moi, au niveau du cerveau, cela se traduit par un manque de volonté total concernant l'avenir. Manque d'estime, aussi. J'ai vécu trois ou quatre épisodes dépressifs majeurs, qui m'ont d'ailleurs empêché d'avoir un bon niveau dans plusieurs domaines... car on devient bête. Oui. Ensuite ma bizarrerie me conduit à vivre souvent des phases ultra-courtes qui ressemblent à la dépression, mais qui ne font que ressembler : avoir la crève, la gueule de bois, et même la digestion (qui devient une dépression de une heure). Je parle par analogie, car pour qu'il y est dépression il faut 15 jours de déprime d'affilée. Je vais donc préciser : lorsque je suis enrhumé, par exemple, il se passe bien un jour ou deux où je n'ai que des idées noires, et je deviens bête. Pour cette raison j'ai toujours peur d'être malade. Et j'ai remarqué que chez les autres personnes avoir la crève ne produit pas forcément cet "effet" là.

Mais attention ! je pense pas que les phases maniaques aident à travailler plus. D'ailleurs, chez moi, ce sont plutôt des phases "hypomaniaques" (car la manie t'envoie en HP), avec un sentiment de puissance, comme si rien n'allait t'arriver ; mais avec ces idées, tu ne travailles pas forcément plus, et peux manquer de concentration. C'est juste que l'état d'hypomanie est une drogue en soi. On ne veut pas en sortir, et pourtant elle peut rendre irritable. Dans l'état comme dans l'autre il peut y avoir déphasage, l'impression de sortir du réel.
Ensuite j'ai des phases normales, qui ressemblent plus à une cyclothymie classique où mon humeur fait le yo yo avec de l'anxiété, mais sans que cela revienne à ne plus rien faire du tout, ou bien à être mégalomane. Mes capacités cérébrales varient tout au long de la journée (peut-être comme la plupart des zèbres d'ailleurs, mais il existe beaucoup de personnes douées qui peuvent raisonner dans leur logique propre à longuer de journée, et de manière intelligente, lorsque dans mon cas je peux être bête une ou deux heures...).

  En relisant ce post, je me souviens aussi que lorsque je ne suis pas déprimé, mais pas maniaque non plus, je pense extrêmement le soir, mon cerveau va touutttt seul en s'endormant. En dépression, je m'endors angoissé, sans aucune idée intelligente. Je pense que c'est un élément sérieux d'analyse, mais seul moi peut le savoir. Ca diffère de chacun, je pense.


 Pour les coups de "boost" exams, rien à voir avec une manie du bipolaire donc, c'est juste qu'on se donne un coup de pied au cul la veille d'un exam... c'est exactement la méthode du zèbre !
et quels regrets! ça fait 6 ans que je me colle au cul sur mon parcours scolaire un 11/20 de moyenne en L3 philo après une prépa, qui fait extrêmement tâche sur un ensemble plutôt bon (bon, je me suis rattrappé par la suite, mais un carnet de L3 te suit toute ta vie), car au 2nd semestre je n'avais presque pas mis les pieds en cours... c'était soit le lit, soit les amis, révision pour tous les exams la veille.  

  J'essaye de m'exprimer à l'aide de mots, mais la psyché est de toute façon compliquée.

Et toi Patate as-tu été souvent dépressif ou maniaque?
 Mais attention, la bipolarité est bien une psychose, un trouble de la personnalité... au contraire les hauts et les bas tout le temps, les coups de bosst la veille des exams, c'est le lot du zèbre, ce n'est pas encore pathologique. Si la frontière entre surdouance et bipolarité est mince, la pathologie survient néanmoins lorsque des forces obscures te rendent autre que ce tu es ou crois être. Ce qui différencie un bipolaire d'une personne dépressive. D'un point de vue extérieur, cela s'apparente à  de la dépression, ou de la manie, mais à l'intérieur ce sont des parasites spirituels qui te transforment et te rongent...
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Invité le Mar 9 Jan 2018 - 12:34

Romulus, je peux t'envoyer un mp ? j'aimerais discuter avec toi (j'écris aussi ça parce qu'il me faut 5 messages pour en envoyer Rolling Eyes )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mar 9 Jan 2018 - 20:41

Oui oui mais le but du MP, c'est de ne pas avouer que l'on en envoie (un secret doit rester secret!).


avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Patate3fruit le Mar 9 Jan 2018 - 23:41

[Mais attention, la bipolarité est bien une psychose, un trouble de la personnalité...]
Je voyais plutôt ça comme un trouble de l'humeur, est-ce que tu dirais que c'est à peu près la même notion ?

Le biais que je redoute au sujet de la dépression c'est "la flemmardise". L'aboulie et le désintérêt pathologique de la dépression pourraient être relativisés par l'entourage (culpabilisant presque le dépressif en le traitant de branleur).
Un autre biais est le faux-self heureux qui est construit et présenté aux autres... Le négationnisme de la dépression pourrait être un phénomène bien vicieux ; on ne veut pas, on ne peut pas la reconnaître.

Merci de ton explication sur l'hypomanie je pense mieux cerner les différentes variations que tu vis.
Du coup je devrais plutôt reformuler ma question ("As tu l'impression de pouvoir "déclencher" ta manie à certains moments (exemple exams) pour booster ton talent de HP (au prix d'une extrême fatigue ensuite) ?") avec le terme hypomanie. J'ai l'impression qu'au moment clé, je me place dans un état "d'impulsion" (très agité, concentration très focus en "vision tunnel" sur l'objectif, hermétisme, confiance extrême tendant vers la mégalomanie) qui me laisse totalement éreinté quelques heures + tard une fois que la pression retombe, fatigue à tous les niveaux, volontée zappée, la confiance et fierté dans les chaussettes, l'anxiété revient de plus belle et la fuite sociale semble être la seule option.
J'aime bien ton expression de "révélation artistique" car elle image assez bien l'émotion ressentie lors d'un moment de flow musical par exemple, ultra grisant pendant quelques secondes de flash de lucidité artistique, qui se casse tout à coup la gueule et rend bête et abattu.

De plus, ma productivité "de tous les jours" rappelle énormément ce fonctionnement que tu as décrit : [Etant zèbre, la personne souffrant de ces troubles fait en une heure ce que les personnes avec un QI normal font en quatre (les trois autres heures, pour le zèbre cyclo’, étant dédié à des heures sombres, ou mégalomanes, bref concentration impossible)] Ce qui est frappant c'est le contraste avec la débilité infâme ressentie la plupart du reste du temps.


Difficile de s'observer au fil des mois voire années, avoir l'objectivité nécessaire pour délimiter des tranches de périodes maniaques/intermédiaires/dépressives. Je me demande comment est fait le diagnostic

Patate3fruit
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 7
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mer 10 Jan 2018 - 6:41

Bonjour Patate,

Quel âge as-tu? Ca pourrait permettre de savoir. Et si cela devient grave, contacter un spécialiste !

Je ne suis pas d'accord avec le terme de "troubles de l'humeur", car d'un point de vue extérieur cela semble transparaître ainsi, mais la bipolarité ne se résume pas à être surexcité ou en dépression. Avec un trouble de l'humeur vous êtes anxieux, c'est tout.

Le premier danger, en effet, consiste à se laisser complaire dans la dépression. J'ai déjà ressenti ça. Mieux vaut se laisser devenir cadavérique, non?
Le second danger, sans nulle doute, consiste à décrire un faux self heureux, qui est néanmoins nécessaire pour se faire apprécier!
Le troisième danger, que tu n'as pas relevé, est la chute dans les addictions.

Pour la confiance extrême sur le moment cher Patate3fruit oui c'est ce que je ressens lors d'un écrit philosophique ou littéraire, mais ces moments sont rares et je peux même ajouter que si jamais l'écrit a quelconque valeur c'est au prix d'une journée de "hors-temps" qui peut avoir des répercussions sur le monde sensible qui nous entoure....

avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Patate3fruit le Mer 10 Jan 2018 - 9:12

L'ironie du sort a fait que je lise t'a réponse en fumant x)

Patate3fruit
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 7
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mer 10 Jan 2018 - 9:53

Oui mais dépend quoi. J'ai beaucoup fumé la cigarette, j'ai arrêté, ça faisait l'inverse de l'effet voulu.
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mar 16 Jan 2018 - 21:30

Là j'explore la piste microbienne et parasitaire pour les troubles psychiatriques. Un lien existe entre toxoplasmose et de tels troubles. http://jeb.biologists.org/content/216/1/127

Mais bon, il ne faut pas oublier la piste génétique pour les troubles bipolaires, c'est une maladie héréditaire...
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Lujan le Mer 17 Jan 2018 - 12:16

Bonjour,

Je me reconnais un peu.
Avant d'être diagnostiquée surdouée, je pensais être bipolaire. Et puis, j'ai appris que la douance pouvait provoquer des "symptômes" apparentés. L'idée est paradoxalement confortable.

Donc, je vis sur des montagnes russes, et je ne sais pas vraiment pourquoi.

Lujan
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 71
Date d'inscription : 08/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mer 17 Jan 2018 - 21:41

Oui,

Elles ont des frontières. Et l'une n'exclue pas l'autre!!!

La moitié des bipolaires doivent être zèbres (c'est-à-dire + le facteur création).
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Lujan le Jeu 18 Jan 2018 - 13:37

Je ne sais pas si la moitié des bipolaires sont zèbres, mais on peut effectivement avoir pas mal de particularités à la fois...

Lujan
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 71
Date d'inscription : 08/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Jeu 18 Jan 2018 - 20:19

Je le soutiens, par intuition !!
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Peaceandlive le Ven 19 Jan 2018 - 12:30

Je ne sais pas à cause de quoi cela est du mais je vis dans un état d'ennui quasi permanent ; le matin je me réveille comme si j'étais en prison.

Je suis allée à l'HP 3 semaines en décembre dernier (pour la 3e fois depuis juin...) pour arrêt de traitement de Zoloft et tension psychique à son comble. Je prenais ce traitement depuis ma première hospitalisation (j'avais des tocs idéatifs sur des thèmes métaphysiques, moraux depuis que j'étais allée en classe préparatoire). Mais je pense que c'est surtout le travail que j'ai fait sur moi qui m'a sortie de ces tocs qui ont pourri mes études lol! et la vie (cette peur de la pensée qui te prend à chaque instant).

Du coup, même si j'ai plus de tocs littéralement j'ai toujours ce fonctionnement donc on me donne du Valium (un anxiolytique)- dont les effets secondaires peuvent être la fatigue) et du Lithium. En effet j'avais été hospitalisée pour la 2e fois une semaine suite à un arrêt dans la rue sous "état maniaque/bouffée délirante" du coup ils ont décidés de réguler mon humeur en décembre.

Or je suis dans un ennui généralisé (la pensée, la vie donc la pensée, mon existence, l'existence en général...). Je suis rarement enthousiaste et le matin je me dis que j'en ai marre de la vie. J'ai que 22 ans mais n'ai plus vraiment de désir. Romulus, tu penses que le lithium peut non pas causer (car je suis très souvent dans cet état de désintérêt) mais l'aggraver ? Je te cite " j’ai pris durant deux mois du lithium qui m’a plus plongé dans un état nostalgique qu’autre chose." Je ne sais pas si tu ne voulais pas dire mélancolique. Je n'ai plus envie de faire du piano, d'écrire, ou lire. Je danse à la rigueur et vais à la piscine, et cherche du travail car j'ai encore une fois arrêté mes études trouvant que les études de lettres tournaient en rond. Bref, courage Romulus
avatar
Peaceandlive
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 22
Localisation : Créteil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Dim 21 Jan 2018 - 12:02

Salut Peacandlive, tiens, ce que tu décris ne ressemble pas du tout aux troubles bipolaires, mais au sentiment du zèbre en soi ! A tel point que donner des anxiolytiques pour un ennui généralisé me semble louche, voire une erreur de la part des médecins. A moins que tu sois allé en HP pour d'autres raisons?
 Car l'ennui et la réflexion sur l'ennui en soi, je l'ai connu dans la petite enfance. Et mon meilleur ami vit la même chose que toi niveau ennui généralisé + anxiété (il est testé Thqi), sans pour autant être ni bipolaire et il n'est pas allé en HP.


Sinon je crois qu'en effet le lithium avait stabilisé des sauts d'humeur, mais m'avait plongé dans une mélancolie (distinct de la dépression, je pouvais lire avec du lithium) quelque peu romantique, sans aucune perspective sur mon avenir...
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Peaceandlive le Dim 21 Jan 2018 - 12:18

Salut Romulus, en effet on ne m'a pas détectée de troubles bipolaires ; je suis juste une ancienne toquée sévère ahah Mais suite à cette hospitalisation de décembre on m'a prescrit du lithium car j'avais été hospitalisée en décembre suite à une bouffée délirante du coup on a décidé de stabiliser mon humeur. Et les anxiolytiques c'est cas de tension du à des tocs.

En ce qui concerne l'ennui, j'en ai marre ! Hier j'ai passé une bonne journée et j'ai décidé de me bouger et faire des projets. Il faut que je laisse filer mes pensées sur l'ennui et écoute celle concernant mes objectifs Smile

Au vu de ta caractéristique, quel mode de vie as-tu Romulus ? (si ce n'est trop indiscret)
avatar
Peaceandlive
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 52
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 22
Localisation : Créteil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Dim 21 Jan 2018 - 12:28

D'accord, je comprends mieux.

Je mène une vie qui est pour l'instant pas trop stressante (je passe par ailleurs l'hiver en france chez la famille). Je suis incapable de travailler au sens de la "vie active" (expression française complètement conne car on peut être actif sans gagner de l'argent). Mais il faut que je fasse quelque chose car il faut que je construise une vie, une famille dans le futur etc.

Pour l'instant je reviens à une phase plus depressive après 20 jours à la fois excité et angoissé.
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mar 6 Fév 2018 - 8:26

Voilà, je suis retourné chez un bon psychiatre qui s'y connaît sur le sujet, et très sympathique. Sachant que j'ai fait mes "devoirs" auparavant (j'ai fait un schéma de tous mes cycles depuis trois ans, et encore c'était un réusmé), après une heure de discussion il me dit : cela ne peut pas être de la cyclothymie, mais bipolaire à cycles rapides, une forme "plus grave que la classique". Il est d'ailleurs d'accord avec moi pour se méfier des étiquettes pré-conçues, et pour ne pas se jeter sur les médocs.

Mais le problème est bien là...
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Mar 6 Mar 2018 - 9:47

Deux psychiatres m'ont proposé de la dépakine, que j'ai rejeté, étant donné la batterie des effets secondaires et l'interdiction de boire de l'alcool. Comment faire pour vivre avec la maladie sans prendre de médicament?
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par brushstrokes75 le Ven 9 Mar 2018 - 2:13

(Desole par avance mais ayant un clavier US, je n'ai pas acces aux accents)

Pour en avoir discute avec mon psychiatre aujourd'hui, il s'agit d'un choix personnel. Certains patients choisissent de ne pas prendre de traitement medicamenteux ou de n'en prendre que pendant les crises.

Les phases hypomaniques sont parfois difficiles a deceler. Pour ma part, j'ai parfois l'impression et notamment quand je me mets a travailler d'avoir un surplus d'adrenaline. Je me suis fait des sessions a 16h de boulot par jour avec 3/4h de sommeil sans etre fatigue et puis un moment le crash.

C'est aussi une situation personnelle completement unique car les traitements ne sont pas miracles et beaucoup de patients en changent pour trouver la bonne formulation. (Certaines etudes considerent meme que les traitements medicamenteux ne donnent que peu de resultats positifs)

Le probleme majeure c'est qu'une bipolarite non adressee risque de s'aggraver en termes d'intensite. De mon experience personnelle, pendant 6 ans je me suis dit que je pouvais me gerer tout seul sans rien, et j'ai l'impression que l'intensite (notamment des phases depressives) s'est accentuee au fur du temps et de certains evenements "traumatiques".

Pour ma part, j'ai decide de tenter le coup et de voir si cela m'aide ou non. J'ai commence un traitement aujourd'hui (diag type II). Sensation un peu bizarre le premier jour mais a voir sur une semaine ou deux.

Je pense que meme si tu choisis de ne pas suivre de traitement, tu devrais consulter regulierement un psychiatre pour suivre ton evolution ce qui te permettra d'ameliorer dans la gestion des periodes.

Tu as plein d'autres moyens a ta disposition. L'exercice regulier, une certaine stabilite voir pour certain une routine (difficile en etant HP vu le probleme qu'est l'ennui), la meditation. Tu peux faire des seances de psychotherapies, parler a des proches etc etc

Il n'y a pas de recettes miracles. Il faut trouver ce qu'il te convient le mieux et ce qui fonctionne pour toi.

Pour ma part, ma relation amoureuse precedente me stabilisait enormement. Ensuite, pendant mes episodes depressifs, je me retirais completement socialement (sans pression exterieure) et j'arrivais a me recentrer sur moi meme en quelques jours et stabilisais moi meme mon humeur.


brushstrokes75
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 22/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Amo - le Sam 10 Mar 2018 - 0:48

Hi
Même si tu choisis de prendre des médicaments, ils ne constituent que 30% des soins. 30%psychothérapie et 30% hygiène de vie. C'est ce que j'avais lu quelque part... J abonde avec le post qui précède là dessus : pas de recette miracle.
Médocs ou pas c'est ton choix, mon opinion : les médicaments peuvent être une bonne béquille, indispensables dans certains cas mais c'est tout.
Il faut réapprendre à bien manger, bien dormir, faire un peu de sport, des choses qui font du bien au coeur et au corps, éliminer ou limiter au max clope, café, stimulants...
Ah oui et l'alcool et la drogue, on oublie et on apprend à s'amuser sans Smile c'est juste mettre de l'huile sur un feu ardent pour un troublé de l'humeur.
Écrire un journal, être à l'écoute, vigilant, s'armer de beaucoup de patience, beaucoup s'entourer.
On ne m'a pas laissé tranquille dans mes lows, on ne m'a pas laissé déprimée tranquille. La tristesse a sa place mais la vie continue. Les émotions passent....
avatar
Amo -
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 469
Date d'inscription : 26/04/2012
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Lun 12 Mar 2018 - 18:26

Salutations, merci pour vos réponses!!

Je réponds tout de suite concernant l'alcool : pour moi pas question de s'arrêter. Je vis dans un pays d'Europe de l'Est et, comment dire? Ne pas boire d'alcool, c'est inimaginable. Je me suis cependant bien calmé!

 Etant déprimé la semaine dernière, même un peu trop, j'ai commencé à prendre de la griffonia... mais quelques heures avant que je commence à la prendre, je me sentais déjà mieux, m'enfin j'ai quand même commencé la cure. Mais là je pète le feu (sûrement un virage hypo), faut peut-être pas que j'en prenne si je vais déjà mieux, quoique pour un certain temps.

Brunshtrokes je suis d'accord avec toi, la bipolarité varie en intensité. ll y a 6 quand on m'a diagnostiqué cyclothymique, je n'avais jamais été vraiment maniaque, juste des excitations intellectuelles le soir, et bien sûr des phases dépressives. On ne m'avait jamais dit que ça pouvait s'aggraver ! Mais pour avoir eu un état psychotique (la phase mixte) l'an dernier, ça m'a suffisamment calmé pour ne pas faire d'excès d'alcool, et me surveiller. Donc je suis d'accord avec Amo sur la 30% d'hygiène de vie que je mets à présent.

En revanche Brunshtrokes mes phases hypomaniaques ne sont pas comme les tiennes. J'ai déjà fait une manie dysphorique, quelques délires, mais les sessions de travail incessantes,  jamais, car "la vie" intervient déjà dans une journée, et je crash à la première angoisse.
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par brushstrokes75 le Lun 12 Mar 2018 - 18:53

Encore une fois, tout est ton choix. L’important c’est d’etre capable de gerer ces periodes de crises. Je pense qu’avec le temps, tu es surement plus à meme d’identifier les periodes depressives. Les identifier c’est le premier fois. Si tu les identifies à tenps tu peux les controler.

Je ne sais pas qu’elle est ton cadre environnemental mais avoir une certaine stabilite aide au niveau de l’hygiene de vie. Comme je l’ai dit plus haut, routine et stabilite sont tes meilleurs amis.

Tu peux essayer la racine de valeriane (les slaves en raffole en gestion du stress). J’en prenais un moment pour m’endormir.

Encore une fois pas d’obligation et de recette miracle. Le mieux c’est de trouver un psychiatre qui puisse te suivre et t’orienter et a toi de definir ce qui fonctionne pour toi pour te reguler.

La majorite des bipolaires (hors type I) consulte pour les episodes depressifs parce que les episodes maniaques ou hypomaniaques sont generalement cool a vivre.

Pour moi, prendre des meds c’est indispensable si tu es type 1 ou so tu te mets gravement en danger. Le reste, tout un chacun mais il est important d’assumer sa bipolarite et de ne pas la reprimer (quand tu finis clouer au lit pendant 2 mois sans envie, c’est pas cool)

Mais on peut tres bien vivre avec!


Ps : j’ai un triple diag (hp/asperger/ bipo 2) ca aide pas

brushstrokes75
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 22/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Romulus le Lun 12 Mar 2018 - 19:05

C'est possible d'être hp, asperger et bipolaire à la fois???


Pour les médocs ben un jour je vais devoir en prendre si je veux travailler au quotidien,  je suis incapable d'avoir une "vie active", ne serait-ce que parce que la vie active implique heures de sommeil réduites. En revanche, une activité du cerveau, pourquoi pas!
avatar
Romulus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 750
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surdoué et cyclothymique : de la force au désastre.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum