L'allégorie du Labyrinthe

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Dim 3 Déc 2017 - 20:48

Bienvenue dans mon labyrinthe,
 
On sait par ou on rentre, on ne sait pas si on en sortira,
A la manière d'une chasse au trésor littéraire, je vous propose de relater dans ce labyrinthe tout ce qui vous passe par la tête. 
Que ce soit du texte pur, des poèmes, des extraits de romans, des nouvelles, de l'autobiographie...
Avec un objectif, essayer de trouver la porte de sortie.
Et bien entendu avec toute la gamme littéraire qui existe. 


 
Vous êtes ici chez vous,
Des portes vous ouvrirez,
Des clés vous chercherez,
A gauche vous tournerez,
A droite vous bifurquerez,
Des ponts vous monterez,
Des caves vous descendrez,
Des pièces vous fouillerez,
Des grottes vous explorerez,
Comme un aventurier,
Qui sème des maux,
Pour découvrir des mots.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Maldoroth le Lun 4 Déc 2017 - 12:05

La conquête du rêve est un génocide d'hallucinations, un coït d'étreintes fantomatiques...

L'échec est-il le masque ou bien la face de l’abîme? Ou encore le pas de cette ombre milonguera qui résonne au loin, crucifiée sur le bord d'une véranda?

avatar
Maldoroth
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2015
Age : 27
Localisation : Bordeaux/Madrid/Buenos Aires

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par izo le Lun 4 Déc 2017 - 12:17

Clé de sol ou clé de fa ?
Fa cille à dire
Dire son mot ?
Mosasaure survivant ?
Vent d'ouest ou d'est ?
Est ce qui sera alors
Alors aller où ?
Où tu veux aller
Alléluia !
avatar
izo
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2316
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Invité le Lun 4 Déc 2017 - 13:14

de vents et de pluie il sera
comme une vague ombre il s'avancera
perdant les uns, sauvant les autres
avec une bonne odeur de pain d'épeautre
fait de deuils et de naissance
de chemins traçés ou bien d'errances
de très hauts murs ou de modestes bosquets
se parcourant à la douce lueur d'un briquet
et en son centre brille la lumière
celle qui accompagne tes pas
c'est qu'il ne date pas d'hier
il a toujours été là





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Sam 16 Déc 2017 - 20:36

Le labyrinthe du Jurassique,

Dans un autre temps, 
Dans un autre monde,
Vînt l'éclosion,
D'un ptérosaure,
De son surnom, Ptérodactyle,
Vivant et survivant,
Dans une contrée lointaine,
Au milieu de barbares,
Et d'animaux venimeux,
En tout genre,
Ptérodactyle, le soixante quatre,
Âgé de trente six années,
Réussira t-il à sortir indemne,
De ce labyrinthe de la mort ?
Voici le début de l'aventure,
Manuscrite et retranscrite,
De mots mis bout à bout,
De rimes mis côte à côte,
De récits qui vont vous être contés,
Telle une épée de Damoclès.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Godzilla le Sam 16 Déc 2017 - 22:36

@Pterodactyle : forcément, le cadre de ton texte me parle Very Happy
Pour la forme, un bon début je trouve : ce n'est pas ampoulé... le gros défaut des "rimeurs" débutants (ou experts parfois ^^). C'est fluide et sympa. Mais... je trouve qu'on hésite un peu entre les tons : "comique" ou plutôt détendu (avec la métaphore dinosauresque qui invite à la "distraction"), ou nettement plus sérieux et sombre ("l'épée de Damoclès"). Remarque que mélanger ces deux aspects peut-être une voie intéressante. Bon en tout cas tu n'as pas à avoir honte du tout, continue Smile
avatar
Godzilla
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 6191
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 40
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Dim 17 Déc 2017 - 13:47

Le kandjar,
 
Au crépuscule, une ombre inquiétante,
Se glisse, au moyen d’une corde,
Au premier étage d’une forteresse,
Dans la nuit noire et glaciale,
Histoire de vengeance, manigance d’une histoire,
Escaladant le mur comme un guépard,
Au bord de la fenêtre entrouverte,
L’homme pénètre silencieusement,
A tâtons, sur la pointe des pieds,
Dans la pièce à coucher,
Ou dort paisiblement un jeune homme,
L’homme-jaguar, s’immobilise
Et adresse une longue prière silencieuse,
Demandant pardon de l’acte qui va se produire,
Réclamant justice divine,
Aux abords de sa hanche gauche,
Se tient posé dans son bel étui en cuir,
Une fine lame, un couteau tranchant,
La prière est finie, le couteau sorti de son étui,
Un silence de plomb s’abat dans la pièce sombre,
Ce soir Dame Vengeance a encore frappé,
Et son amant triomphe souvent,

Le kandjar et son fourreau…
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Tokamak le Dim 17 Déc 2017 - 15:06

Le kandjar, peut-être une musique adéquate à poser par-dessus (?)

Spoiler:

Avec les pizzicati...

‘L’homme pénètre silencieusement,
A tâtons, sur la pointe des pieds,
Dans la pièce à coucher,’

Au départ j’y voyais plutôt un aladdin bis venu sauver sa chère et tendre enfermée au sein d’une forteresse dans le profond désert (un court-métrage d’animation!). Ici qui sait ça peut aussi faire l’affaire. ^^

Ou ce qui peut inspirer pour des scénarios de SF, ou pour tenter d’anticiper le Monde dans x années, décennies, siècles ou millénaires. Vangelis est très bon, un génie.

Spoiler:
avatar
Tokamak
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3004
Date d'inscription : 24/05/2017
Localisation : Wonderland

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Dim 17 Déc 2017 - 18:03

Le point d’exclamation ,
 
Toujours bon dernier,
A la place du point,
Evoquant l’attention,
Suscitant l’admiration,
Et invitant à la surprise,
Audacieuse interjection,
Augmentation de l’intonation,
Tu restes le phare de la ponctuation,
Aussi bien usité,
Sur nos panneaux de signalisation,
Qu’en littérature classique,
J’accuse !
Que tu veuilles te faire,
La part du Lion,
Sans partage,
En utilisant l’humour,
En bandes dessinées,
Ou en te dissimulant,
Dans les meilleurs coups,
Aux jeux d’échecs,
Tu es décidément le roi,
Ou la reine,
De notre belle orthographie,

Echec et mat !
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Lun 18 Déc 2017 - 17:49

Le chien de faïence,

Sur le bord de la cheminée,
Deux statues en bronze,
Se toisent du regard,
L’une représente une gorgone,
Comme la fameuse Méduse,
Coiffée d’innombrables serpents,
Avec un visage immonde,
Et un regard pétrifié,
L’autre représente un sphinx,
Massif et imposant,
Doté d’une crinière dorée,
Et d’un regard mystérieux,
Toutes  deux sont posées millimétriquement,
Sur les deux extrémités de la cheminée,
Face a face,
Et s’échangent impassiblement,
Un regard,
Qui selon l’ambiance de la pièce,
Et surtout selon la température de celle-ci,
Ressemble tantôt à une relation amicale fusionnelle,
Tantôt à une inimitié froide et distante,
Le feu brûle,
Le bois se consume,
Et les deux statues de cire,
Paraissent immortelles.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Lun 18 Déc 2017 - 23:15

Le vautour fauve,

Dominant les airs, surplombant les falaises,
Voilà qu’il s’approche, le grand équarisseur,
Nécrophage admiré et admirable,
Symbolique mortifère des cultures anciennes,
Prédateur hors pair,
Père des rapaces,
Le grand charognard orné de plumes,
Crochu est son bec,
Reptilien est son cou,
D’ange sont ses ailes,
Purificateur sacré,
Passeport pour l’au-delà,
Fidèle en amour,
Comme en amitié,
Lien sacré entre l’homme et le ciel,
Lié au culte du soleil chez les Incas,
Mout,  la déesse égyptienne en est la couronne.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Mar 19 Déc 2017 - 10:44

La boule de flipper,

Comparable à notre planète,
Naviguant à grande vitesse,
Dans toutes les directions,
De la taille d’une orange,
Et pressé comme un citron,
S’efforçant d’obtenir ta pulpe,
Par tous les moyens,
Par toutes les méthodes,
Lorsque l’on te secoue,
Tu frémis timidement,
Lorsque l’on te maltraite,
Tu gémis douloureusement,
Lorsque l’on t’agresse,
Tu réagis violemment,
Petite boule de flipper,
Qui va dans tous les sens,
Personne ne veut comprendre,
Que c’est toi qui dirige,
Ton propre jeu,
 
Game Over.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Mar 19 Déc 2017 - 15:11

Le tigre de papier,

Prédateur de syllabes,
Félin de papier buvard,
Aux griffes inoffensives,
Comparables à des plumes d’oie,
Tachetées de noir et blanc,
Telle l’encre sèche,
Sur la feuille blanche,
Pattes de velours,
Comme une écriture de mouche,
Odorat indolore,
Composé  de teinte bicolore,
Pour seul arme,
Le feutre bleu,
Couleur de la modération,
Surlignant la teinte indélébile,
Des limites de son encrier.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Mer 20 Déc 2017 - 19:32

Le poison qui rends fou,

Comme une toile d’araignée,
Tissée avec minutie et patience,
Insidieusement diffusée,
Dans notre corps et notre esprit,
A l’image de l’infusion d’une verveine,
Son goût  se propage, et s’est propagé,
Sur toute la surface de planète,
Régnant en maître incontestable,
Incontestablement roi d’une nouvelle ère,
Aire d’une surface ronde comme la Terre,
Et rapide comme l’éclair,
Poison du nouveau monde,
Poison de connaissance,
Poison de l’humanité,
Injecté dès la plus tendre enfance,
Dans nos veines rouges sanguines,
Inhalé dès l’adolescence,
Dans nos narines vierges,
Accoutumé dès l’âge légal,
De nos cinq sens,
Pour une émancipation,
D’un futur en forme,
De point d’interrogation.











www.poison.com
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Sam 23 Déc 2017 - 18:02

Le repas de Noël,

La chaleur familiale monte,
Crescendo, 
Au point le plus haut,
Tous sont assis autour d'une grande table,
Table ovale, conviviale et tribale,
Le bal des hypocrites peut commencer,
Pour apéritif, un vieux martini primitif,
Tout le monde parle de soi,
Les langues se délient plus facilement,
Sous l'effet de l'alcool,
L'entrée démarre avec les fruits de mer,
Qui ont pour effet,
De donner le mal de mer,
Les huîtres sont amer,
Et le concours de perle continue,
Le plat de résistance arrive en second,
Avec son lot de fourberies,
A ce stade,
Parler des autres et du voisin,
Est la démarche classique,
D'un Noël narcissique,
La pintade du voisin n'a qu'à bien se tenir,
La descente des bas fonds continue,
Avec l'arrivée du dessert,
Qui annonce un champ lexical désert,
Voler bas et tirer haut,
Telle est la devise,
A coups de champagne,
Dans la lointaine campagne,
Pour finir une belle bûche,
Vient terminer ce moment désagréable et abominable,
Qui annonce souvent,
Une fin d'année, pleine de promesse,
Et qui débute tout le temps,
Pleine de petitesse, 
Le père Noël est une ordure.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Mar 26 Déc 2017 - 11:27

Le calumet de la paix,

C’est dans un sac en cuir,
Que contenait ce vieil instrument,
Comparable à une pipe,
Duquel l’on peut aspirer,
De profondes inspirations,
De tabac endurci,
Aux milles vertus,
Et aux senteurs de pain d’épice ,
Qu’un petit garçon, les yeux écarquillés,
A l’allure chétive et maladive,
Scrutait ce petit bout de bois,
Avec défiance,
Avec méfiance,
Et avec rancœur,
A l’autre bout de la cour de récréation,
Le petit Winston, gamin vif et intelligent,
Arborait fièrement ce chapeau de cow-boy,
Pas n’importe lequel,
Celui d’un célèbre colonel de l’armée Anglaise,
Dont les victoires célèbres,
Etaient clamées haut et fort,
Par l’ensemble des élèves de cette petite école,
L’ensemble des gamins jouaient,
Aux indiens et aux cow-boys,
Les uns coiffés de chapeau,
Les autres ornés de plume,
Et poussaient des cris, des hululements,
En formant des cercles,
Et en applaudissant fièrement,
Faisant de la cour de récréation,
Une grande de salle de théâtre,
Dans laquelle tout le monde avait son rôle,
Sauf ce pauvre petit Adolf,
Qui avait hérité de cette grande pipe en bois,
Dont l’usage historique,
Lui en était inconnu,
Et dont l’utilisation symbolique,
Lui servait, à ce moment précis,
Au milieu des chants et des cris enfantins,
A former des croix profondément ancrées,
Dans le sol en terre battue,
De la petite école.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Jeu 28 Déc 2017 - 12:54

Le chien aboie et la caravane passe,

C'était un soir d'hiver, à la tombée de la nuit,
A l'an de grâce, mille neuf cent soixante dix neuf,
La pluie tombait par averses, et le brouillard se levait,
Un petit garçon de sept années, farouche,
Mais point téméraire,
S'apprêtait à rentrer chez lui,
Après une journée harassante, pleine de souvenirs,
Et les poches remplies de billes, gagnées,
C'était à la mode à cette époque de collectionner,
Des billes de toutes les couleurs,
Et qui n'ont pour utilité que de suivre la mode,
Changeante, d'année en année, 
A l'angle d'une rue, le petit garçon s'immobilisa,
Et observa au loin, dans un petit appartement,
Une lumière rouge scintillante et furtive,
Qui brillait par à coups, un peu comme un signal,
Alors le petit garçon, dont la curiosité insatiable, 
N'était jamais satisfaite, même des années plus tard,
Décida de s'approcher de ces faisceaux lumineux intriguant,
Qui avaient désormais doublés en intensité,
Au fur et à mesure, qu'il se rapprochait de la lumière rouge,
Approximativement, à deux cent cinquante mètres,
On pouvait exactement s'apercevoir qu'elle provenait,
D'un appartement, tout en haut d'une tour,
Haute de plusieurs étages, voir même de dizaines d'étages,
Ressemblant à un grand château d'eau,
Laissé à l’abandon,
Arrivé en bas de la tour, le petit garçon stoppa net,
Il regarda une dernière fois la tour immense,
Et s’aperçut que le signal rouge clignotait au dernier étage,
L’entrée était déserte, le petit garçon poussa doucement la porte du hall,
Et la première des sensations qu’il ressentit, fût,
Un étrange silence de plomb, envahissant et enveloppant,
L’ensemble de la grande cage d’escalier,
Il referma la lourde porte d’entrée derrière lui,
Et décida de monter par l’escalier, lentement, pas à pas,
Il faisait noir, sombre, et le petit garçon avançait à tâtons,
A chaque étage il marquait un temps d’arrêt, pour écouter, pour scruter,
Mais aucun signe de vie lui parvenait, ni un bruit, ni une odeur,
Comme si cette tour était abandonnée, et pourtant,
Les lumières extérieurs étaient bien réelles,
A cet instant le petit garçon n’en menait pas large,
Quelle idée avait-il eu de pénétrer dans cette tour maudite ?
Vingt cinquième, vingt sixième, vingt septième, vingt huitième étage,
Le petit garçon approchait du but,
Et tout d’un coup, brusquement, au vingt neuvième étage,
Son sang ne fit qu’un tour,
Dans la froideur de la nuit, là en haut de cette tour infernale,
Se tenaient debout deux hommes armés de kalachnikovs,
Devant la porte ouverte de cet appartement,
Duquel l’on apercevait un homme cagoulé, muni d’un treillis,
Et d’un fusil à lunettes,
Dont les coups silencieux s’abattaient lentement,
De l’autre côté de la ville,
Le petit garçon compris alors,
Que c’était le début d’une longue série de lumières rouges clignotantes,
Et que son paquet de billes de toutes les couleurs,
N’était déjà plus à la mode,
Le chien aboie, la caravane passe.
 

Kandâhar, Afghanistan, mille neuf cent soixante dix neuf.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Dim 2 Sep 2018 - 12:01

S'il te plaît,
Ne me regardes pas,
S'il te plaît,
Ne me touches pas,
S'il te plaît,
Ne m'écoutes pas,
Ton labyrinthe est à toi,
Mon labyrinthe est à moi,
Une porte d'entrée,
Et une porte de sortie,
Je suis ton minotaure,
Et tu es mon Thésée,
Mais saches une chose,
Rien qu'une seule chose,
C'est qu'on ne sort,
Ni vainqueur,
Ni perdant,
De mon labyrinthe.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Lun 3 Sep 2018 - 20:02

Les frères têtes kreuzes,

Il était une fois,
Dans une sombre forêt,
Au milieu d'une clairière,
Près d'une rivière,
Trois frères,
A l'allure débonnaire,
Grands par la taille,
Taillés comme des rocs,
Imposants d'allure,
Et surtout emplis,
D'une grande fierté,
Fiers d'être des membres,
De la prestigieuse organisation,
"La Table".
Car Mère Nature,
Leur avait offert,
Un quotient intellectuel,
Supérieur à la normale,
Dont ils se servaient,
A vrai dire,
Pour diverses contrefaçons,
Afin de façonner,
Dans leur modeste demeure,
Un butin considérable,
Digne de la caverne,
D'Ali Baba,
C'est ainsi que les trois gredins,
Grâce à leur intellect,
Et à leur sens inné,
De l'entourloupe,
Tel le corbeau et le renard,
Fourvoyaient en quantité,
De jeunes zèbres,
Car comme dit le proverbe,
"Trop intelligent pour être heureux".

Les frères têtes kreuzes, Forêt de Fontainebleau, La Table, Ingénieurs des Mines et des Combines.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Ven 7 Sep 2018 - 21:28

Les Trois Petits Singes.

Ne pas voir le mal,
Dit le premier,
Ne pas entendre le mal,
Dit le second,
Ne pas dire le mal,
Enchérît le troisième,
C'est ainsi que cette maxime,
Prends tout son sens,
Lorsqu'on ferme les yeux,
Lorsque l'on se bouche les oreilles,
Lorsque l'on garde silence.




avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Ven 7 Sep 2018 - 21:42

Le docteur Jivaro,

Porté disparu,
Loin dans une tribu,
A demi-nu,
Pieds nus,
Le docteur Jivaro,
Alias El torrero,
Alias le Réducteur,
Alias le Liquidateur,
Préparait son prochain coup,
A coup de coupe-coupe,
A travers la jungle.
La légende voulait,
Que le docteur Jivaro,
Avait quitté la métropole,
Pour cacher son pactole,
Et purifier son auréole,
De son sillage moribond,
Et de ses nombreuses casseroles,
Qui lui collaient aux basques.
Docteur Jivaro,
Libre dans sa tête,
Derrière sa fenêtre,
Déjà mort peut être.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Ven 7 Sep 2018 - 22:28

Tu quoque mi fili,

Avant la mort,
Il y'a la vie,
Après la vie,
Il y'a la mort,
Une vie vaut bien une mort,
Une mort vaut bien une vie,
La vie nous apprends,
La mort nous reprends,
La vie nous fait souffrir,
La mort se charge de nos soupirs,
La vie, on la respire,
La mort, on la transpire,
Entre les deux,
C'est une histoire d'amour,
Entre les deux,
C'est une histoire de haine,
Mais surtout,
Entre la vie,
Entre la mort,
C'est une histoire,
Qui se veut,
Intime.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Dim 9 Sep 2018 - 20:23

Muet comme une carpe,

C'est l'histoire de quatre lascars,
Armés de carambars,
Qui racontaient leurs blagues,
Avec un humour,
Souvent pas très drôle,
Ils avaient embarqué,
Dans leur drakkar,
Direction le Zanzibar,
Pour confronter leur savoir,
A la communauté de zèbres locaux.
Nos quatre lascars,
Loin d'être des malabars,
Mais avides,
De trouver quelques pétrodollars,
A la manière de Pablo Escobar,
Commencèrent par détaler,
Leur Curriculum-Vitae,
Afin d'en jeter plein la vue,
Puis de distiller,
Leur pseudo savoir,
Afin d'éblouir leur public,
En vain,
La résistance intellectuelle,
De penseurs libres,
D'artistes indomptés,
De scientifiques cartésiens,
Leur donnait une nouvelle direction,
Un nouveau chemin,
De jaguar qu'ils prétendaient être,
Ils étaient devenus des carpes,
Silencieuses,
Et muettes,
Rangeant leurs devinettes,
Aux oubliettes,
Car l'échelle mesurant,
Et menant à,
L'intellect,
Ne peut être gravie,
Que par une certaine,
Honnêteté intellectuelle.

Les Quatre Lascars, ou Les Quatre Carpes, Forum ZC, premières décennies du second millénaire.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Mer 12 Sep 2018 - 17:58

Qui vit par l'épée périra par l'épée.

Du haut de ses deux mètres,
Et bâti comme un colosse,
Antoine faisait figure,
D'épouvantail dans son domaine,
Il était devenu un expert,
Et une figure d'autorité,
Il était devenu le spécialiste,
Dans la résolution d'affaires criminelles,
Et plus particulièrement,
Celles, concernant les tueurs en série,
A son actif glorieux,
On lui recensait une vingtaine d'arrestations,
De prédateurs intelligents,
Et redoutables d'efficacité,
Dans l'univers du crime.
Mais surtout, l'opinion publique,
Ainsi que la Justice,
Avait gardé en mémoire,
L'arrestation ingénieuse,
Du macabre Désiré Drulan,
Surnommé le "Neurochirurgien"
En raison de son habileté,
Et de sa dextérité,
A disséquer et à manger,
Certaines parties du cerveau,
De ses victimes.
L'affaire Drulan avait fait grand bruit,
Et son arrestation,
D'une subtilité intellectuelle,
Hors norme,
De la part de l'inspecteur Antoine,
Lui valu des remerciements,
Bien au delà de l'Hexagone,
Et partout dans le monde de la Police,
Et de la Justice,
On ne manquait pas d'éloges,
Pour saluer le brio d'Antoine.
Des années après,
Une vingtaine exactement,
Antoine était toujours un grand enquêteur,
Promu au plus haut des grades,
Il était devenu un "sage" parmi les "sages"
De son domaine de prédilection,
Celui d'exceller dans l'arrestation,
Et la résolution,
De connaître la vérité.
Mais cette soif de vérité,
Tellement ancrée au plus profond,
De son être,
De son âme,
Il en avait oublié,
Que son combat, principal,
Approchant de la retraite,
Etait devenu sa maladie,
Et non plus son métier.
Oubliant donc,
Alzheimer précoce,
Et son lot de souffrances,
C'est ainsi, qu'un jour,
Antoine passa, contre son gré,
Un examen de neurochirurgie,
Et y laissa sa peau, et son cervelet,
Car ayant négligé sa condition humaine,
Et s'étant consacré,
Corps et âmes,
A son métier,
Il en avait oublié,
Le proverbe célèbre,
"La vengeance est un plat qui se mange froid"

Les frères Drulan, Diplômés en Neurochirurgie, années deux mille, Région Parisienne, France.
Antoine O., Diplômé de l'institut des Hautes Etudes de Criminologie, années deux mille, Paris, France.
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'allégorie du Labyrinthe

Message par Ptérodactyle le Ven 14 Sep 2018 - 21:50

Au bal masqué,

Décalécatan, décalécatan, ohé, ohé
Décalécatan, décalécatan, ohé, ohé
Décalécatan, décalécatan, ohé, ohé
Décalécatan, décalécatan, ohé, ohé
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Elle danse, elle danse, elle danse au bal masqué
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser au bal masqué
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Au bal, au bal, au bal, au bal masqué
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser
Pendant toute l'année on prépare les costumes
Dracula, Casanova
C'est un vrai plaisir de respecter les coutumes
Cendrillon, Napoléon
Aujourd'hui, je fais ce qui me plaît (me plaît)
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrière mon loup, je fais ce qui me plaît, me plaît
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Elle danse, elle danse, elle danse au bal masqué
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser
C'est l'occasion rêvée de changer de partenaire
Superman (Superman) Spiderman (Spiderman)
On peut s'envoler en gardant les pieds sur terre
Joséphine (Joséphine) Colombine (Colombine)
Aujourd'hui j'embrasse qui je veux, je veux
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrière mon loup, j'embrasse qui je veux, je veux
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Au bal, au bal, au bal, au bal masqué (au bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser
Joséphine (Joséphine) Dracula (Dracula)
D'Artagnan (D'Artagnan) Cendrillon (Cendrillon)
Jules César (Jules César) Arlequin (Arlequin)
Superman (Superman) Colombine (Colombine)
Aujourd'hui, je fais ce qui me plaît (me plaît)
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrière mon loup, je fais ce qui me plaît, me plaît
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Elle danse, elle danse, elle danse au bal masqué (au bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, au bal masqué (au bal masqué)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Au bal, au bal, au bal, au bal masqué (au bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser
Joséphine (Joséphine) Dracula (Dracula)
D'Artagnan (D'Artagnan) Cendrillon (Cendrillon)
Jules César (Jules César) Arlequin (Arlequin)
Superman (Superman) Colombine (Colombine)
Napoléon (Napoléon) Bécassine (Bécassine)
Casanova (Casanova) Marilyn (Marilyn)
Aujourd'hui, j'embrasse qui je veux, je veux
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrière mon loup, j'embrasse qui je veux, je veux
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Aujourd'hui, (aujourd'hui) tout est permis (tout est permis)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Elle danse, elle danse, elle danse au bal masqué (au bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, au bal masqué (au bal masqué)
Au bal, au bal masqué, ohé, ohé
Au bal, au bal, au bal, au bal masqué (au bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser au bal masqué (au bal masqué)
avatar
Ptérodactyle
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 954
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 37
Localisation : une contrée lointaine

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum