Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Aller en bas

Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Dim 12 Nov 2017 - 22:27

Et merde ! Deuxième nuit blanche à gamberger un sujet qui à priori ne regarde que moi et n’en vaut vraisemblablement pas la peine… Besoin d’écrire, d’être écouté, même si ça n’a ni queue, ni tête…

Aimer… Dieu que je déteste ce mot… Juste le mot, hein ! C’est ce qu’il est censé représenter qui me pose problème ; en français, et sans doute dans bien d’autres langues, c’est une saloperie de mot-valise qui peut signifier mille et une choses, et qui a toujours besoin d’un contexte, d’un référentiel commun et admis pour se faire comprendre.

On n’aime pas ses parents comme on aime ses enfants. Tout le monde sera d’accord avec cette assertion de psychologie de comptoir. Je voudrais parler d’autres genres de différenciation de l’amour. Pour quiconque a eu une vie un minimum remplie, quelle différence entre le premier amour et le ou les suivants ? Vous hiérarchisez ? Vous faites le ménage dans votre cœur car pas assez de place ? Comment peut-on dire « j’aime une-telle » et de la même manière « j’aime telle autre » ? J’en suis incapable ! Mes amours ont été à chaque fois aussi intenses que différents. J’en suis venu à penser qu’il m’aurait fallu un mot spécifique à chacune pour leur dire un « je t’aime » vraiment personnalisé.

Pas question non plus de les distinguer dans le temps. Je garde en moi tous ces amours, en même temps : ils me construisent, m’enrichissent chacun à leur manière. Incapable de faire le deuil, me direz-vous ? Je ne suis pas câblé comme ça, pour suivre ce fameux schéma trop connu : pas de deuil, pas de déni, de colère, juste les acceptations et la sérénité pour continuer à avancer… Je suis comme ça. On m’a parfois accusé d’aimer des fantômes, d’être peu sensible à l’engagement, la fidélité. Peut-être, mais j’ai trop à l’esprit des choses comme ‘conscience’ et ‘confiance’…

Et pour le plaisir de compliquer, je suis capable d’employer ce même mot pour des trucs qui n’ont rien à voir entre eux, juste parce que ce mot décrit la même sensation. « J’aime » regarder fondre la tablette de chocolat qui me donnera une merveilleuse mousse au chocolat comme « j’aime » sentir fondre ma partenaire sous mes caresses. C’est le même « j’aime ». De même, croquer un carré de chocolat (oui, encore du chocolat… et pourtant, je suis plutôt caramel…) me procurera le même boost dans mon système hédonique qu’un quicky, simple exutoire fugace à un excès ponctuel de testostérone. Un autre mais même « j’aime ».

Le temps : tout le monde a, ou a eu un jour ou l’autre cette perception d’élasticité, qui fait que les bons moments passent apparemment trop vite, et les difficiles instants trop lentement. Mais avez-vous déjà ressenti l’impression de ressentir l’instant présent en même temps qu’un moment du passé, ainsi qu’un instant futur ou tout au moins la perspective de celui-ci ? Oui, c’est pas clair, mais je vous rassure, pour moi non plus… Chacune de mes expériences produisent leurs propres ondelettes dans le temps, et suivant où je me situe sur ma propre ligne de temps, elles viennent se superposer, se contrariant ou s’amplifiant, se sublimant, allant parfois jusqu’à entrer en résonance.
Ok, ça, ça fait un peu trop Dr WHO... ; Pas grave, on continue dans le bizarre…

Jusqu’à présent, j’ai 3 nœuds temporels clairement identifiés : 3 femmes importantes dans ma vie d’adulte. Toutes ne font ou n’ont pas fait partie de ma vie amoureuse et/ou sexuelle. Toutes 3 ont été ou plutôt sont (parce que je les ressens toutes les 3 au présent comme j’ai essayé de l’expliquer), toutes 3 contribuent à mon ‘éclosion’, mon ‘explosion’… Merci à vous 3, belles Pygmalions, votre statue a pris vie…

« Late Bloomer »… merci pour cette révélation ! Je commence à peine à percevoir les implications, les conséquences, et surtout quand cela a commencé, comment je me suis mis de moi-même en mode OFF pendant tant d’années, sous un étouffoir que j’avais moi-même construit par convention, par souci d’intégration, de faire comme les « autres »…

Alors oui, j’aime même si le mot ne me plait pas, mon cœur aime chaque facette de ma vie chacune à son aune.

Je suis comme ça, « à prendre ou à laisser ». Ou plutôt non, mon cœur n’est pas à prendre, mais je peux l’offrir ; ce sera donc « à recevoir ou à laisser » dans mon cas.

Bonne nuit
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Fleur de Lotus le Dim 12 Nov 2017 - 23:05

Hum.. voilà un sujet qui ne peut me laisser indifférente, mais je dirais qu’il n’est sans doute pas là par hasard. Après tout je joue avec ce mot depuis trop longtemps pour ne pas me retrouver face à un détracteur averti.

Bien évidemment que c’est un mot-valise et qu’il ne vaut rien sans le contexte, le récepteur et le média utilisé.

Personnellement je n’ai, je crois, jamais dit “je t’aime” à quiconque, j’entends dire en face et les yeux dans les yeux. .. sauf à mes enfants.

Pourtant je l’ai écrit, pensé, pleuré, raconté, et dit.. mais en rôle play. Je ne peux affirmer par contre ne pas l’avoir susurré, dans un souffle ou un rauque, au creux d’une oreille après une envolée vers un “ailleurs” indescriptible. Je ne m’en souviens pas, mais il me semble que c’est probable, et rassurant pour celui qui était là.

Donc c’est un mot valise.

Mais moi aussi j’aime le chocolat quand il fond sauf qu’en fait je préfère encore l’odeur du chocolat qui fond et ce que ce parfum révèle de promesses, comme tout parfum.

J’aime aussi la mer, la vraie, mais j’aime encore plus la transparence de l’air d’un petit matin de septembre sur cette même mer.

J’aime toujours onduler en écoutant du jazz comme je le fais en ce moment même, mais j’aimerai encore plus onduler sur autre chose et pas seule.

Et encore.. j’aime me sentir amoureuse et crever d’attente pour quelques mots, j’aime cette sensation à en pleurer de joie, avec délectation et ravissement.

En fait j’aime… aimer.

Est ce que cela répond à ta question ?

Non, je le sais bien, mais au moins cela alimentera-t-il une petite partie de ta prochaine insomnie.

Doux rêves.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par fleurdesel le Dim 12 Nov 2017 - 23:11

Il ne te reste qu'à te lancer  dans l'étude du grec : 7 termes pour l'amour  :
- Porneia (du grec pornê, prostituée)
- Pathos (souffrance, passion)
- Eros (désir des sens)
- Philia (amitié)
- Storgê (amour familial)
- Charis (grâce, faveur)
- Agapê (amour divin)
Sinon tu peux aussi lire le livre de Leloup et Bensaïd, "Qui aime quand je t'aime" c'est a priori plus rapide Wink

Moins dans la boutade, je n'ai pas aimé mes 3 compagnons de la même façon non plus. Je suis incapable d'effacer non plus. Si chaque être est unique, alors une relation, union de 2 êtres uniques, ne peut que l'être aussi.

Je ne connais pas cette distorsion du temps dont tu parles, ça doit être curieux à vivre alien
avatar
fleurdesel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 769
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 38
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Lun 13 Nov 2017 - 12:29

Merci de me faire partager vos premières impressions...
Fleur de Lotus a écrit:Personnellement je n’ai, je crois, jamais dit “je t’aime” à quiconque, j’entends dire en face et les yeux dans les yeux. .. sauf à mes enfants.
Je l'ai dit, dans différents contextes, pour m'apercevoir aussitôt de l'incomplétude, voire parfois de la vacuité de mon propos. Bon, heureusement que sur le moment, j'avais d'autres canaux de communication disponibles...
Fleur de Lotus a écrit:Et encore.. j’aime me sentir amoureuse et crever d’attente pour quelques mots, j’aime cette sensation à en pleurer de joie, avec délectation et ravissement.
J'ai suffisamment faire de ménage dans ma vie récemment, que je crois bien, je dis bien 'je crois', que je voudrais retomber amoureux. Les contacts que j'ai autour de moi sont à l'heure actuelle trop beaux, trop fragiles, pour me risquer à forcer quoi que ce soit, même s'il y en a certains que je 'bouscule' un peu, ne serait-ce que pour éclaircir la situation.
Fleur de Lotus a écrit:En fait j’aime… aimer.
Est ce que cela répond à ta question ?
Je n'avais pas particulièrement de questions; mes points d'interrogation étaient plus des interpellations. En fait, les vraies questions, on ne les pose jamais: peur de connaitre la réponse, ou alors, tu connais déjà la réponse...
Fleur de Lotus a écrit:Non, je le sais bien, mais au moins cela alimentera-t-il une petite partie de ta prochaine insomnie.
J'ai encore bien d'autres sujets à exprimer. Je n'ai pas envie d'ouvrir un blog, trop public. Ici me paraissait bien, au sein d'une communauté qui à mon sens bénéficie de la sensibilité adéquate. J'ouvrirai probablement d'autres fils à l'avenir...
Fleur de Lotus a écrit:Doux rêves.
merci, cela a bien été le cas la nuit dernière, sans adjuvant chimique...

fleurdesel a écrit:Il ne te reste qu'à te lancer dans l'étude du grec : 7 termes pour l'amour :
- Porneia (du grec pornê, prostituée)
- Pathos (souffrance, passion)
- Eros (désir des sens)
- Philia (amitié)
- Storgê (amour familial)
- Charis (grâce, faveur)
- Agapê (amour divin)

Argh, et l'amour interpersonnel, c'est obligatoire 'souffrance' ou 'passion', ou même les deux à la fois? Quoique, je peux comprendre, c'est du vécu...
Et 'Pathos' pour moi, garde une profonde connotation négative... Il me faudrait un mot qui situe quelque chose entre 'Eros' et 'Pathos' (mais sans la composante souffrance...) avec une touche de 'Philia' sublimé. Le 'porneia', je le garderai pour les instants un peu luxurieux.
Bon, vous l'aurez compris, je n'ai jamais fait de 'lettres anciennes', donc je fais à ma sauce...
fleurdesel a écrit:Sinon tu peux aussi lire le livre de Leloup et Bensaïd, "Qui aime quand je t'aime" c'est a priori plus rapide
Lire? (ptdr), j'ai même acheté un livre sur la procrastination, j'en suis toujours au Chapitre 2.
fleurdesel a écrit:je n'ai pas aimé mes 3 compagnons de la même façon non plus. Je suis incapable d'effacer non plus. Si chaque être est unique, alors une relation, union de 2 êtres uniques, ne peut que l'être aussi.
Parfait résumé, merci, tu as compris. Même si mon propos ne me limitait pas à des compagnes...

Merci les Fleurs
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par apprenti surdoué le Mer 15 Nov 2017 - 12:16

Les autres langues ont aussi leurs connotations et implications sémantiques. Je pense à une conférence de André Comte-Sponville sur le désir, manque ou puissance et opposant les philosophies de Platon et Spinoza. Il remarquait ceci qu'en espagnol le je t'aime amoureux se dit «te quiero», c'est-à-dire «je te veux» chargeant cette si belle déclaration d'un désir de possession et d'un intérêt personnel que la langue française nous a épargné.
avatar
apprenti surdoué
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 175
Date d'inscription : 15/05/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Mer 15 Nov 2017 - 13:45

Voilà qu'on retombe sur un autre mot valise du français. Le "je te veux" au sens "je te désire", "j'ai envie de toi", "faisons l'amour" ne me choque pas, tant que le contexte s'y prête et tant qu'on occulte oui, en effet, le désir de possession, de propriété. Sentiment que j'ai toujours trouvé malsain...
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par apprenti surdoué le Mer 15 Nov 2017 - 18:17

Il me semble que pour beaucoup de gens, la relation amoureuse se conjugue sur le mode de la possession, ou tout du moins d'un engagement réciproque et exclusif. C'est d'ailleurs cette conception de l'amour qui peut autoriser la jalousie, qui est peut-être cosubstantielle au couple classique.

à 2.49 le développement sur la philosophie de Spinoza illustre cette idée.
avatar
apprenti surdoué
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 175
Date d'inscription : 15/05/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Germanicus le Mer 15 Nov 2017 - 18:42

" Amoureux


Dernière édition par Germanicus le Mer 15 Nov 2017 - 19:29, édité 1 fois
avatar
Germanicus
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 254
Date d'inscription : 12/04/2017
Localisation : Gaule gelbique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Fleur de Lotus le Mer 15 Nov 2017 - 18:50

Merci pour cette vidéo, explication limpide et le clip qui suit est particulièrement tendre et beau.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Mer 15 Nov 2017 - 18:53

Germanicus a écrit:"Pauvreté de la langue française"? C'est une farce!? La langue française est une des langues indo-européennes les plus riches en vocabulaire, vocabulaire riche des plus belles subtilités.
"Pauvreté de mon vocabulaire français", conviendrait sans doute mieux. La lecture des Mémoires d'outre-tombe devrait pallier ce manque.
Si tu veux... Mais ton propos aurait pu être étayé, sinon moins agressif... ça, ça commence à me plaire de moins en moins sur ZC
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Germanicus le Mer 15 Nov 2017 - 19:28

Kiwi44 a écrit:
Si tu veux... Mais ton propos aurait pu être étayé, sinon moins agressif... ça, ça commence à me plaire de moins en moins sur ZC
Ach! L'amour, l'amour, touchours l'amour! Pas de violence, pas de sang et pas d'avis divergeant. Lissons, lissons, moussaillons! De la tendresse, que diable!
Je suis professionnellement déformé et j'aime le débat viril. C'est réac', le débat viril, j'en suis bien conscient.
Donc, j'efface, j'efface, je lisse, je disperse.
Voilà, il ne s'est rien passé. Dormez bien, braves gens.
avatar
Germanicus
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 254
Date d'inscription : 12/04/2017
Localisation : Gaule gelbique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Fleur de Lotus le Mer 15 Nov 2017 - 19:48

Nul besoin d'agressivité pour un avis divergeant, au contraire, si divergeant il est, alors il restera respectueux de l'autre, complémentaire, proposera une autre voie, d'autres idées, qui n'auront rien de lisses mais au contraire apporteront rugosité, douceur, finesse, piquant ou même drôlerie... qualités que pour ma part j'aimerais pouvoir penser viriles, à leurs manières.

Et pour compléter je rajouterai même que savoir être divergeant sans être agressif c'est bien au contraire rester éveillé et ne pas s'endormir sur des présupposés sclérosants.

Mais ce n'est bien évidemment que mon point de vue... très féminin Wink
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Germanicus le Mer 15 Nov 2017 - 19:52

Fleur de Lotus a écrit:
Mais ce n'est bien évidemment que mon point de vue... très féminin Wink
J'avais très bien compris.
Cf. ma réponse, mon avis, très masculin.e.s. Passionné
avatar
Germanicus
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 254
Date d'inscription : 12/04/2017
Localisation : Gaule gelbique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Jeu 16 Nov 2017 - 4:23

Voilà, je crois que ma 3eme marraine fée vient de ma dire adieu, à sa façon, synthétique et stratosphérique à la fois. La raison aura sans doute fini par l'emporter. Ma 1ere, éprise de chamanisme aurait pu me donner quelques explications, mais nous ne somme plus en contact, hélas. Me voici seul, seul sur une route qui à cette heure est bien humide avec ce qu'il me reste de vibrations... vers un horizon incertain et bien lointain avant la prochaine étape... Votre souvenir illuminera une bonne partie de cette route, je l'espère... Wink
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aimer… Pauvreté de la langue française et vrac de mes pensées… et de mes sensations du moment…

Message par Kiwi44 le Jeu 16 Nov 2017 - 4:31

A vous, Très Chère, je n'ai rien à vous souhaiter de plus que vous ne sachiez déjà, si ce n'est que votre route à vous soit aussi lumineuse que vous-même sunny sunny
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 262
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum