Présentation de Louly

Aller en bas

Présentation de Louly Empty Présentation de Louly

Message par Louly le Mar 10 Oct 2017 - 19:13

Bonjour à tous!

Je me présente: je suis Louly, je suis une fille, j'ai 23 ans, et je réside actuellement en Savoie.
J'ai toujours hésité à m'inscrire, mais plus j'avance dans la vie, plus j'éprouve le besoin de rencontrer des personnes qui me ressemblent et me comprennent et c'est pourquoi je franchis le pas aujourd'hui.

Je sais que je suis haut potentiel depuis toute petite. Pour la petite anecdote, la douance a été diagnostiquée alors que j'étais en grande section de maternelle. J'étais absolument insupportable, et ma maîtresse me suspectait être sous-douée ( moins de 75 de Q.I., et donc, inapte à aller à l'école ). Les tests ont révélé tout l'inverse et j'ai sauté une classe... C'est alors très naturellement que j'ai grandi avec cette différence, comme faisant partie de moi. J'ai lu que pour beaucoup, c'était difficile à accepter et qu'il y avait une réticence à passer ces fameux tests... Personnellement, ça n'a pas du tout été le cas pour moi.  En revanche, comme j'avais un an d'avance et que mes proches étaient au courant, ils se sont mis à attendre beaucoup de moi. Selon eux, haut potentiel signifie grande intelligence, et donc, résultats scolaires exceptionnels. C'était une torture sans nom de s'entendre dire qu'on est très intelligent mais que dans les faits, quoi qu'on fasse, on est incapable d'obtenir ces très bonnes notes. On se sent nul, bon à rien, et la scolarité est vécue comme un échec. Fort heureusement tout ça est derrière moi à présent! J'ai beaucoup lu, je me suis renseignée sur ce que signifiait vraiment la douance, et je me suis vraiment reconnue dans le livre Différence et souffrance de l'adulte surdoué de Cécile Bost, qui a été un véritable déclic pour moi - et un soulagement aussi.

Aujourd'hui je souffre d'insomnies, j'ai de terribles difficultés dans la relation à l'autre, je me sens seule, j'ai développé un faux self tellement grand que j'ignore qui je suis et ce dont j'ai envie et je ne parviens pas à trouver ma place dans la société et dans mon existence. Je n'arrive plus à donner de sens à ma vie, et, souffrant plus que je ne suis heureuse, je me demande, rationnellement, si la vie vaut vraiment la peine - et j'insiste sur ce mot - d'être vécue. Je ne suis pas suicidaire mais quelques fois, j'imagine que je n'existe plus et ça me rassure. Je me dis qu'il n'y aurait plus de souffrance, et ça m'apaise.

A part ça, je suis quelqu'un de très joyeux et de très enjoué! Disons que je balance entre des périodes de doutes et de crises vitales et d'autres de bonheur et de joie de vivre. Ou plutôt, il y a ce temps normal ou tout va bien, mais dès lors que je perds ce sens que j'arrivais à donner à ma vie, dès que je n'ai plus de désir ou d'envie, tout se casse la figure et je me remets tout en question. Est-ce "normal" ou au moins "acceptable" et compréhensible?

Je réfléchis tout le temps, et c'est particulièrement épuisant. Je pense que c'est le lot de tous les petits zèbres ici... Comment parvenez-vous à vivre avec? A dormir la nuit? A ne pas être angoissé tout le temps? A nouer des relations stables et solides? A faire tomber ce faux self et savoir qui on est? Peux-on vivre "heureux" quand on n'arrive pas à donner de sens à sa vie? Comment peux t-on trouver sa voie et s'accomplir? Ai-je ma place quelque part? Tant de questions sans réponses qui me terrifient...


Ici, j'espère pouvoir échanger, trouver peut-être des personnes qui partagent mes craintes ou qui peuvent y répondre et me rassurer. J'espère pouvoir trouver une place qui pourrait être la mienne...? Et pourquoi pas rencontrer et tisser des liens avec des personnes qui me ressemblent ou me comprennent. J'adorerais voir des personnes IRL ou simplement entretenir une correspondance épistolaire.

Je m'en remets à vous, et je compte sur votre indulgence et votre bienveillance.. ♥️
Si vous avez des questions ou des remarques, surtout n'hésitez pas!


- Louly
Louly
Louly

Messages : 9
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 26
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Vesperal le Mar 10 Oct 2017 - 19:37

Avant tout, bonjour et bienvenue ici Louly. Je suis assez nouveau ici et je vais tenter d'apporter un peu d'eau à tout moulin car je lis beaucoup de douleur (comme souvent).


Je réfléchis tout le temps, et c'est particulièrement épuisant. Je pense que c'est le lot de tous les petits zèbres ici... Comment parvenez-vous à vivre avec? A dormir la nuit?"

Tu trouveras certainement des tonnes de témoignages sur le forum.
Les quelques zèbres que je connais vivent cela, en effet. Ça n'est peut-être pas une généralité, mais nous nous sommes rendus compte qu'on était tout simplement plus actif en fin de journée, alors c'est le moment ou nous nous mettons à travailler. C'Est pratique quand on est àson compte, moins quand on est employé(e). J'ai longtemps cru que j'étais insomniaque (depuis mes huit ans), mais dans mon cas, il s'avère que si je me couche tard (Vers 2h00) je suis plus performant en journée que si je me couche tôt. De toute facon, une règle important quand on est insomniaque : ne pas rester a tourner dans son lit quand on n'Arrive pas à dormir. Se lever, faire une activité tranquillisante (lecture, écouter de la musique douce, de la méditation etc.)


A nouer des relations stables et solides?
Mes trois seules relations solides sont avec trois zèbres et durent depuis plus de dix ans. Beaucoup de gens sont passés dans nos vies à tous les trois, mais peu sont restés. Si cela peut être un début de piste.


Peux-on vivre "heureux" quand on n'arrive pas à donner de sens à sa vie? Comment peux t-on trouver sa voie et s'accomplir? Ai-je ma place quelque part?


Bien sûr que oui, mais , selon moi (toujours mon expérience personnelle), cela commence par apprendre à se connaître, à s'ecouter et à s'aimer. Apprivoiser le zèbre en nous pour en faire un ami et non un ennemi. Ça ne sera sûrement pas parfait, mais ce sera déjà mieux. C'est un gros travail à faire sur soi mais je pense que tous les zèbres sont capables de le faire.
Je t'encourage à passer du temps à parcourir le forum afin d'y dénicher des témoignages de gens ayant vécu ce que tu vis.

En espérant que mon égocentrisme ai pu t'aider.

Vesperal

Messages : 211
Date d'inscription : 29/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Bimbang le Mar 10 Oct 2017 - 19:56

Ah si si ! Ça vaut le coup ! Hourra !
Il faut juste ... Et y a qu'à... et puis, c'est tout !  Dent pétée

Alors juste un conseil peut être, que j'ai mis plus de 50 ans à trouver. Le présent est quelque chose d'important surtout pour les têtes qui carburent aux hypothèses 24h/24.
Il faut sans cesse apprendre à se recentrer, sur soi, sur le moment. Prendre son temps, et ne pas le projeter.

Bienvenue à toi flower
Bimbang
Bimbang

Messages : 4752
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Fab. Fabrice le Mar 10 Oct 2017 - 20:12

Bienvenue Louly, fait toi confiance, tu discernera tout ce qui semble te manquer aujourd'hui
Fab. Fabrice
Fab. Fabrice

Messages : 1328
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 50
Localisation : Entre Moules-Frites et Huitres-Melon

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Louly le Mar 10 Oct 2017 - 21:53

Bonsoir à vous trois, et merci pour vos messages!

Vesperal: Merci beaucoup! J'avoue que jusqu'ici, j'ai toujours gardé mes douleurs pour moi, un vilain défaut... Face à mon incapacité de m'aider toute seule ( et c'est normal en même temps... ) j'essaie une petite nouveauté, en parler! Peur d'être jugée et d'être incomprise m'ont toujours donné des réticences à vrai dire.
J'ai commencé à découvrir les différents topics, mais vu la richesse de ce forum, je suis certaine de trouver toute la documentation et les témoignages qu'il me faut!
Alors par contre, autant je n'arrive pas à dormir, autant me lever le matin avant 9h30 est une torture! J'ai besoin d'énormément d'heures de sommeil pour me sentir à peu près reposée, et dormir la matinée ou la journée ne me repose pas. C'est bien simple, si je ne dors pas la nuit ( me coucher aux alentours de 22h30 par exemple ), peu importe l'heure du réveil ou le nombre d'heures de sommeil, je serais fatiguée le lendemain! Et, hum, comment dire, étant donné que je ne parviens pas bien à m'endormir avant 2h du matin... Je ne suis pas souvent reposée! Du coup, le moment du coucher est angoissant parce que je sais que mon cerveau va m'imposer des questionnements existentiels et angoissants, que je vais tourner dans mon lit pendant des heures avant de trouver le sommeil, que le lendemain je vais être fatiguée, donc j'arrive encore mois à dormir, bref, cercle vicieux! Mais c'est souvent vers ces heures-là aussi ( minuit et des brouettes ) que je suis la plus productive et créative, hum....
Concernant les relations que tu as nouées, c'est très rassurant, merci! Smile
Je pense qu'apprendre qui je suis est le début du chemin... Mais pas facile quand on s'est créé un faux self depuis toujours! J'ai de l'espoir, j'espère y parvenir un jour!
Merci pour tes encouragement et ton éclairage! ♥️

Bimbang: Merci pour le conseil, je tâcherais de m'en souvenir! Et de mettre de côté ces pensées envahissantes...!

Fab.Fabrice: Merci beaucoup! Je l'espère! Smile
Louly
Louly

Messages : 9
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 26
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par RoyJade le Mar 10 Oct 2017 - 22:56

Bienvenue Louly !

Je vais essayer de donner mes réponses à certains de tes questionnements, en espérant que ça t'aide.

Premier point très important, comme l'a dit Bimbang, ça vaut clairement le coup. Tout ne vaut pas le coup d'être vécu, mais une fois que tu sais à peu de chose près quoi vivre et comment en profiter, c'est du gagnant à tout les niveaux.

Pour tes périodes de crises, je ne saurait dire si c'est normal, parce que je n'arrive pas à voir de norme à ce niveau. Ça arrive à d'autres, donc ce n'est pas anormal. Est-ce acceptable ? Je pense que c'est à toi de t'accepter et de définir ta vie, aussi seule ta réponse sera vraiment valable ; je crois personnellement que c'est une question peu utile, car elle disparaitra quand tu te sera trouvée. Quand au dernier point, "compréhensible"… oui, ça l'est. Beaucoup même. Du moins moi je le comprend très bien, et je doute fort être le seul. Comme dit avant, ça arrive à d'autre, ou ça arrivait ^^

J'ai développé avec le temps des relations assez solides avec d'autres personnes. Ma famille notamment, mais aussi une poignée d'amis avec qui je m'entend très bien. Certains sont ouvert à la zébritudes, d'autres n'y connaissent rien, mais tous sont prêt à accepter la personne que je suis, sans masque ni artifice. De même, j'accepte chacun d'eux, leurs qualités éclipsant de loin leur défauts à mes yeux.
Par contre, il a fallu que je fasse une très grosse sélection pour en arriver là. Comment ? Eh bien majoritairement, en disant "flûte, je suis comme ça". C'est aussi ainsi que j'ai explosé les débuts de masques que j'avais commencé à me faire, ne gardant qu'un essentiel sociétal non entravant que j'enlève dès que possible. À être moi même, à m'autoriser à être moi même tout en sachant que ça allait m'exclure, j'ai naturellement attiré des personnes me correspondant tout comme j'ai été attiré par ceux à qui je correspondais. C'est à mes yeux le meilleur filtre amitié, et je dis encore actuellement à ceux qui veulent apprendre à me connaitre qu'il faut déjà supporter ma folie, voir même s'y plonger.
Ce qui répond donc à une autre question, comment faire tomber ce faux self. Majoritairement, en agissant d'instinct. Bien sûr, c'est compliqué surtout pour nous. Personnellement, il y a une période où je me suis détaché de mon propre corps, et où j'ai commencé à m'observer comme j'observerai un cobaye plongé dans diverses situations. À force d'identifier des cas où je me voyais moins crispé, plus souriant voir plus heureux, j'ai fini par (re)devenir à peu près naturel, et à me poser beaucoup moins de question sur ma façon d'agir. Au fil du temps, apprécier des moments simples, sans pensées ni blocages, est devenu possible. Savourer le présent n'a pas de prix, à mes yeux. C'est rare, mais un seul de ces moments sur une semaine entière est largement rentabilisé.

Pour les flux de pensées permanent et les insomnies… ben pour le coup, je cherche aussi ^^
Les pensées me gênent probablement moins que toi car je suis en accord avec moi et donc qu'une bonne partie de ce fourmillement d'hypothèse trouve vite sa conclusion, mais rien à faire pour le sommeil qui est très aléatoire.

Dernier point sur la place que l'on a en ce monde : personnellement, je l'ai prise de force. Conformément à mes principes, je n'ai écrasé personne pour ce faire, je n'ai supprimé la liberté d'aucun autre être vivant, mais comme je n'avais pas de place définie j'ai dit "je veux être heureux à ma façon" et le reste est venu après. Je n'ai pas de mode d'emploi, mais je peux dire que c'est faisable !

Et ce sera tout pour ce message, en attendant les prochains. En espérant que ça t'aide Smile
RoyJade
RoyJade

Messages : 486
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 28
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Louly le Mar 10 Oct 2017 - 23:27

Bonsoir RoyJade, et merci pour ton beau message!

Pour le moment, même si j'essaie de garder espoir, de voir toujours le bon côté des choses, de me relever quand je tombe, j'avoue que quand je m'arrête quelques minutes, regarde par dessus mon épaule, je vois un champ de désolation et de douleurs, et j'hésite à avancer. Je me dis "mais que va t'il encore m'arriver?".
J'ai parcouru le forum, et j'ai lu de nombreux témoignages qui ont fait sens et écho en moi. C'est terriblement rassurant! C'est incroyable de lire des récits qui utilisent les mêmes expressions, les mêmes mots que moi... Ça ne m'était jamais arrivé!
J'espère que je parviendrais à trouver des gens qui m'acceptent telle que je suis. Pour le moment c'est pas ça! A chaque fois que j'ai doucement ôté le masque, j'ai été rejetée. Ça me rend un peu craintive à montrer aux autres ce que je suis vraiment et ce que je ressens. J'imagine que je l'ai bien cherché: j'avais qu'à être moi-même avec eux dès le départ! Le rejet, c'est un truc particulièrement douloureux pour moi. Comme pour beaucoup...
Pour cette histoire de faux self, je ne suis pas sure que ce que tu dis me parle. Je dois essayer de me focaliser sur mes ressentis et mes sensations sans le filtre de la pensée, c'est ça? Je ne sais pas si je sais encore faire ça! Je ne sais pas ce que c'est de se regarder de façon neutre. Quand je me vois dans le miroir, j'ai toujours ce mépris pour mon corps - douloureux vestige du regard que l'on a porté sur moi plus jeune. Je ne suis pas vraiment bienveillante avec moi-même. Il faut sérieusement que je m'y mette!
Mais pour être moi-même, et agir selon mon instinct, il faudrait déjà que j'en ai un. Je l'ai tellement oppressé, tût et inhibé que je ne sais plus comment le laisser revenir. Qu'est ce que j'aime? Qu'est-ce que j'aime parce qu'on trouve ça bien que je l'aime?
Parfois j'arrive à me mettre hors du temps, quand je lis un très beau passage de roman ou quand je vis un pur moment de tendresse avec quelqu'un que j'aime. Et là, c'est le bonheur! Actuellement, je vis pour ces rares instants. Qui me torturent aussi d'autre part!
Trouver ma place, j'espère y parvenir un jour Smile Je ne désespère pas!

Merci pour tout!
Louly
Louly

Messages : 9
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 26
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par RoyJade le Mer 11 Oct 2017 - 1:11

Anticipe le pire, espère le meilleur, profite de ce que tu as. J'ai cette philosophie de vie depuis un petit bout de temps, et elle m'aide bien à ne pas trop craindre l'avenir. Enfin, je crois ^^

Tu trouvera des personnes qui t'accepterons toi plutôt que ton masque. Tu en aura certes beaucoup plus qui te rejetterons, mais la qualité prime nettement sur la quantité, en amitié plus que presque partout ailleurs. C'est vraiment l'une des premières étapes que je conseillerai, accepter l'idée d'être seul(e).
Je ne te le cache pas, c'est dur, voir très dur. Complètement seul, c'est même quasi impossible à tenir, mais il suffit d'une ou deux personnes derrière pour avancer et se débloquer. Pour moi ça a été ma famille, pour certains c'est des amis, d'autres c'est leurs enfants, d'autres encore leurs conjoints. Là où ça devient encore plus difficile, c'est de ne pas devenir dépendant d'une personne qui pourrait s'avérer être un manipulateur, ou de ne pas être perdu si on perd ces personnes. J'admet ne pas trop savoir comment trouver ces soutiens, mais techniquement poster ici est un bon début !

Apprendre à se retrouver est un long chemin. J'en ai lu beaucoup dire qu'ils avaient commencé par de la méditation et autres techniques qui permettent de se recentrer sur son soi intérieur, mais je n'y ai aucune expérience et pas plus de connaissances. Ce que je sais, c'est qu'il nous est impossible de tuer notre vrai soi, donc d'une façon ou d'une autre on peux le retrouver.

Je me demande si à moyen terme les irl ne t'aideraient pas. Avec des gens qui de base savent tes problèmes et que tu tente de te débarrasser de ton masque, tu pourrais te sentir suffisamment à l'aise pour que ton vrai toi fasse de petites percées progressives sans que tu ne t'en rende compte.
Le dialogue via le forum en fera déjà une bonne partie, et n'a pas les inconvénients de l'irl (notamment ce réflexe de reprendre un masque de société, même en étant avec des zèbres). Ça a déjà commencé mine de rien Wink

Et c'est toujours un plaisir d'aider !
RoyJade
RoyJade

Messages : 486
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 28
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Louly le Mer 11 Oct 2017 - 22:32

Je te remercie pour tes mots qui font sens et qui me sont d'une aide précieuse Smile
La méditation et autres techniques du genre ne fonctionnent pas vraiment sur moi, je suis assez insensible à ça mais je trouverai mon propre chemin! C'est rassurant de savoir que mon moi est toujours là quelque part et qu'il n'attend qu'à être redécouvert...
Je pense que tu as raison, les rencontres IRL pourraient m'être vraiment bénéfiques. J'espère que ce sera possible...!
Tes conseils seront pris en compte,
Merci beaucoup! ♥️
Louly
Louly

Messages : 9
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 26
Localisation : Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par RoyJade le Mer 11 Oct 2017 - 23:48

Encore un plaisir !

Si tu as besoin d'autres conseil ou simplement envie de parler n'hésite pas, je suis ouvert à la discussion Smile
RoyJade
RoyJade

Messages : 486
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 28
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Louly Empty Re: Présentation de Louly

Message par Loxosceles le Dim 15 Oct 2017 - 16:09

Louly a écrit:Je réfléchis tout le temps, et c'est particulièrement épuisant. Je pense que c'est le lot de tous les petits zèbres ici... Comment parvenez-vous à vivre avec? A dormir la nuit? A ne pas être angoissé tout le temps? A nouer des relations stables et solides? A faire tomber ce faux self et savoir qui on est? Peux-on vivre "heureux" quand on n'arrive pas à donner de sens à sa vie? Comment peux t-on trouver sa voie et s'accomplir? Ai-je ma place quelque part? Tant de questions sans réponses qui me terrifient...

Salut, je voulais répondre à ton "quizz", déjà pour t'apporter un autre point de vue, et aussi parce qu'écrire m'aide à me clarifier.

Alors en préambule, c'est vrai que la pensée quasi ininterrompue est épuisante. J'avais opté assez tôt pour le jeu vidéo comme technique d'anesthésie. Oui, pas top... Mais ça me permettait au moins de gérer les périodes d'anxiété chronique. Avec le temps j'ai fini par me centrer sur le moment présent de plus en plus, et je précise, sans recourir à la méditation. Cela a singulièrement amélioré mon problème d'endormissement, ça et le fait d'accepter vivre légèrement en décalage. Mais avec ça, même le décalage a fini par s'atténuer. Ainsi, lorsque j'ai des périodes plus sociables, je peux me coucher vers 23h-1h sans trop peiner côté sommeil, avec l'avantage d'avoir des journées moins amputées (pendant de nombreuses années je vivais la nuit, sans pouvoir dormir avant 3-5h, ni me lever avant 11-14h). C'est donc le fait de refuser d'anticiper les problèmes du lendemain autant que possible (et pour cela me préserver aussi, autant que possible des situations générant les soucis que je ne peux affronter sans stresser) qui a le plus participé à la résolution de ce problème (pas totalement résolu, mais à 80-90%).

Nouer des relations... Je suis en contact avec un lointain "cas social" bruxellois me ressemblant beaucoup (en version beaucoup plus intransigeante avec les choses et les gens en général, assumant nettement mieux sa situation de ce fait) depuis un bon paquet d'années. On ne s'est vus qu'une fois, et sans parfaitement être d'accord sur tout, loin de là, on se comprend très bien, et c'est déjà un soulagement en soi. A part ça, j'ai fait un gros tri dans mes amitiés aux alentours de 30-35 ans. Enorme nettoyage par le vide n'ayant laissé aucun survivant à cette période là... Mes relations étaient strictement virtuelles, si j'excepte ma famille proche (soeur, père et mère). Puis j'ai retrouvé le contact un peu par hasard avec un copain de lycée avec qui j'avais des affinités, et depuis quelques années, on se voit régulièrement, et je suis dans son cercle d'amis (lui-même assez restreint, bien qu'il travaille dans le commerce, lui aussi est un peu particulier à sa façon). Cela m'a fait beaucoup de bien, disons que je peux considérer avoir désormais deux amis "réels"... même si pas extrêmement proches ou très complices, mais on s'entend bien : il faut s'accepter, accepter les autres, du moment que ça ne cause pas trop de compromissions (et mon expérience de nettoyage par le vide prouve que je suis assez peu capable de concessions avec des gens intolérants, centrés sur eux ou encore stupides ou ignorants... bien que je sois sociable, j'ai beaucoup de mal avec les compromissions et j'ai de la chance d'avoir trouvé quelques amis malgré tout). Le rythme peu élevé des rencontres (une fois toutes les deux semaines on va dire) me va bien : ça me laisse tout le temps qu'il me faut pour vivre dans mon monde sans avoir à (me sentir obligé de) me conformer à une "bande d'amis". Il faut donc trouver le bon équilibre de fidélité et d'indépendance (en ce qui me concerne et comme pour tous les félins, quoi... ouai, je ne suis pas très "zèbre", en fait).

Le sens de la (sa) vie, la (sa) place... Hum... Vastes questions. Joker.

Vivre heureux je ne sais pas ce que c'est et j'ai tendance à penser que c'est une illusion et un faux espoir. Le bonheur auquel je crois est un bonheur d'instants merveilleux, de moments de grâce et de beauté qui peuvent être séparés de pas mal d'éons, mais qui existent néanmoins et justifient à eux seuls l'existence. Ne nous leurrons pas : on vivote tous entre deux instants magiques. La routine meuble l'espace entre des temps plus intenses qui peuvent être inoubliables (en bien comme en mal, d'ailleurs, mais sans le mal, que serait le bien ?).

Le faux self et s'accomplir... Je n'ai jamais eu de faux self. J'ai par contre toujours eu un masque social momentané qui s'est par ailleurs montré assez fragile à certains épisodes de mon existence. Je n'ai pas pour habitude de faire semblant pour principe, par contre je ménage beaucoup les autres, et pour cette raison, j'ai tendance à m'oublier et à trouver ce masque social par trop épuisant (ce qui est une bonne raison pour le laisser tomber de temps à autres, quitte à choquer, chose qui me fait de moins en moins peur). On ne peut évidemment s'accomplir qu'en étant soi-même. Je ne crois pas trop au "vrai soi" que j'appellerais plutôt "nature profonde", c'est à dire un ensemble de besoins primaux, humains et sociaux qu'il faut satisfaire dans une certaine mesure, sauf à vouloir cultiver la frustration (voire la victimisation). Dès le collège, j'ai commencé à me rebeller contre le système scolaire. A ma façon, sans violence ni éclat, juste en brillant par mon absence... Je disparaissais des établissements par moments, et complètement à partir de mai... Mes absences commençaient dès lors que je sentais que je commençais à exploser intérieurement de cette incarcération à but de formatage généralisé, dans lequel je ne suis jamais rentré. D'année en année, mon "quota mental" pour supporter cette situation s'amenuisait. En terminale, j'ai commencé à rater les cours en novembre, en ayant l'impression d'avoir fait preuve de beaucoup d'endurance : c'était MA limite, et elle était atteinte. Personne d'autre que moi-même ne s'en est jamais soucié, alors j'ai pris sur moi de ne pas dépasser cette limite (qui aurait correspondu à un schisme mental) et d'en assumer les conséquences : j'ai raté mon BAC et pour rien au monde je n'aurais refait une année d'école carcérale.

Voilà. Pour conclure, je crois que ce qui m'a sauvé du naufrage (en terme de se perdre soi-même, j'entends) c'est un solide instinct de mes limites, et d'avoir écouté cet instinct, quoiqu'il en coûte socialement. L'autre versant de la problématique se traduit bien sûr par un échec social relatif : je suis assez isolé, sans travail, et je me considère pas fait pour cette société ou cette époque. Je m'en accommode comme je peux, sans être malheureux (le malheur n'a pour moi pas plus de sens que le bonheur, ce n'est jamais un état stable, seulement un état transitoire). J'ai donc navigué à vue, vivant d'aides sociales, sans reconnaissance sociale, mais avec le respect de ceux qui n'ont pas demandé de moi plus que je pouvais donner avec les armes que j'avais (je parle notamment de mes parents et quelques autres membres de mon entourage). Il faut donc bien avoir conscience que concilier une personnalité "hors-normes" et des objectifs de réussite sociale est un défi de taille : souvent on échoue à l'un parce qu'on a réussi à l'autre... Du moins, dans mon expérience. Peut-on cultiver un "juste milieu" ? Sans doute, tout le monde est différent... Mais il me semble que faire un choix est l'option qui garantit de réussir à celui qu'on a choisi (il faut alors assumer de perdre l'autre... ou tout du moins, de ne pas y exceller).

Enfin j'espère que tu trouveras de quoi nourrir ta réflexion dans ce que j'ai écrit. Peut-être que tout n'est pas bon à prendre, il y a des éléments très personnels, mais ils te donneront peut-être un point de comparaison avec ton cas (le mien est assez extrême par certains aspects, j'en conviens, peu de gens rejettent le système au même point que moi).
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 255
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum