Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par teddybear le Lun 28 Aoû 2017 - 14:29

Bonjour à toutes et tous,
Lors de mes expériences professionnelles, passées comme actuelle, j'ai souvent eu la sensation d'anticiper si un problème allait survenir, mais fréquemment sans pouvoir en expliquer clairement la cause. Comme si ça "sentait mauvais" mais que je ne pouvais en décrire clairement le problème par défaut d'analyse. Cela dit, cette situation s'est également présentée avec conscience claire du problème et ne doit donc pas être analysée qu'au travers du prisme de l'inconnu.
Par conscience professionnelle, mon réflexe a toujours été d'informer mon/ma responsable hiérarchique de ce problème, en proposant une solution alternative me paraissant sans risque, ou au moins permettant d'en limiter l'impact. Je n'ai pas des "people skills" hors-normes, mais j'ai toujours cherché à présenter ce problème et sa solution d'une manière logique (donc sans émotions) en essayant au mieux d'inclure le manager dans cette décision. Mais deux scénarios semblent revenir de manière systématique:
1. Le manager refuse catégoriquement au motif que "ce sont des suspicions sans fondement / tu te fais des films / il faut arrêter de voir le mal partout / ce n'est plus le temps des décisions, il faut se mettre au travail" et j'en passe. Lorsque (si) ce problème survient, le manager m'en rend responsable pour n'avoir rien fait, et est beaucoup plus agressif qu'à l'habitude
2. Le manager est compréhensif (je suppose parce qu'il/elle se fie à mon jugement, ce qui n'arrive qu'après au moins un an de service par expérience) et me laisse effectuer les modifications, si besoin en les ajustant à la manière qui lui semble convenir. Sauf surprise, le problème anticipé ne survient pas, ce qui devrait être une bonne chose. Or, mon travail n'est pas valorisé au même niveau que des salariés à poste équivalent parce que "(mon) boulot est plus tranquille, (j'ai) moins de mérite que les autres qui règlent des problèmes à longueur de journée". Ce qui me frustre, car c'est justement cette anticipation qui évite d'avoir autant de problèmes en les traitant à la racine. Il m'est souvent arrivé de laisser sciemment passer des problèmes visibles à 15km pour avoir le "mérite" de les traiter quelques semaines plus tard, quand le téléphone sonne dans tous les sens à ce sujet et que plus personne ne peut l'éviter. C'est malhonnête intellectuellement mais je n'ai pas trouvé mieux comme stratagème.

Êtes-vous confronté(e)s au même problème, et si oui comment le réglez-vous?
teddybear
teddybear

Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 31
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par Invité le Lun 28 Aoû 2017 - 18:09

Hello,

je connais bien ce souci. J'avais plutôt un manager 1 au début. Il ne me croyait pas, pour le convaincre, je ne pouvais quand même pas tenir une liste de ce que j'avais prédit et mettre en face une croix pour montrer que ça c'était réalisé. Au final, j'ai tenté un jour en lui faisant une prédiction, avec un air totalement blasé, qui l'a interpellé. Ce à quoi j'ai répondu qu'il fallait m'appeler Cassandre (référence à Cassandre de la mythologie grecque, condamnée à dire la vérité mais à ne jamais être crue). A partir de là, je crois que je suis la seule personne lui avoir parlé comme ça. Du coup elle s'en est souvenue et a vu d'elle même ma lucidité. Dès lors elle m'a pris au sérieux. Sauf que la N+2 a été au courant, ça lui a fait peur, et on m'a forcé à partir car dangereux pour la hiérarchie en manque de courage.

Ensuite pour ce qui est de la reconnaissance, on louait ma lucidité, mon expérience, ma maturité, et ma capacité à apprendre des échecs et du coup de servir de mémoire collective et de garde fou des autres qui répètent sans cesse les mêmes erreurs. Au début, c'est valorisant, puis ensuite je me suis senti comme le bon pote qui bois pas en soirée, et qui se coltine de ramener tous les idiots qui picolent. Bref un pigeon. Et ensuite s'est greffé le manque de reconnaissance tout court (verbale, au niveau des actes, financièrement). Le seul truc que j'avais acquis, et que personne ne remettait en cause, c'était la liberté (d'amorcer des projets, de ne pas faire de reporting, de pas avoir la manager sur le dos, etc...). Ce qui était déjà bien au final.

Donc avec un peu de recul je me dis que c'est une chance pour l'intérêt de la boîte. Mais comme les gens en général se fichent de l’intérêt de la boîte, cela devient un handicap puisque plusieurs vont voir là une menace.

Il me reste qu'il faudrait réussir à employer cette compétence dans un job où c'est requis. Et déjà valoriser financièrement cet aspect. De la même manière qu'un ébéniste vends sont habileté, il faut vendre sa lucidité. D'où l'intérêt de trouver un job où c'est requis, connu et recherché (prévisionniste, marketing, stratégie politique, négociation, commercial...). Enfin il me semble...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par Atlasovaste le Sam 9 Sep 2017 - 1:45

Salut david81,

david81 a écrit:
Donc avec un peu de recul je me dis que c'est une chance pour l'intérêt de la boîte. Mais comme les gens en général se fichent de l’intérêt de la boîte, cela devient un handicap puisque plusieurs vont voir là une menace.

L'intérêt de ce forum, c'est que tu arrives fréquemment à trouver quelqu'un qui exprime de la meilleure façon possible ce à quoi tu étais en train de penser.

david81 a écrit:
Il me reste qu'il faudrait réussir à employer cette compétence dans un job où c'est requis. Et déjà valoriser financièrement cet aspect. De la même manière qu'un ébéniste vends sont habileté, il faut vendre sa lucidité. D'où l'intérêt de trouver un job où c'est requis, connu et recherché (prévisionniste, marketing, stratégie politique, négociation, commercial...). Enfin il me semble...

Ca, ça,
c'est une très bonne idée, et je la note.
Avec une nuance : dans une boîte telle que tu la décris (et comme on en connaît tous), les postes suscités risquent d'avoir les même travers. Si on est un manager peureux, on peut délibérément recruter, par exemple, un négociateur qui n'a pas de vision, parce qu'il ne va pas stopper notre train train frileux.

Donc faire ces jobs-là, mais pour des boîtes qui n'ont pas froid aux yeux. (?))

Pour changer de typologie de poste, en particulier pour acquérir un vernis management, gestion ou commercial, le CNAM peut fortement aider... je dirais même plus, salvateur

alien
Atlasovaste
Atlasovaste

Messages : 140
Date d'inscription : 15/11/2013
Localisation : Aperpèthe

Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par Invité le Dim 10 Sep 2017 - 1:30

@Altasovaste

Mais avec plaisir si j'ai pu mettre les mots exacts sur tes pensées Smile

J'ai connu une zèbre chez Mars, qui a changé de poste et est devenue prévisionniste. Bah effectivement, elle se fait embêter, non pas sur sa lucidité (car ça échappe totalement à son manager et il est bien content qu'elle ai cette qualité). Mais comme il est jaloux, il la titille sur la façon de faire. Du coup elle est obligée d'adopter une façon de travailler qui n'est pas la sienne. Mais elle sait que c'est temporaire car elle connait bien son manager. Et une fois rassuré, il la laissera faire.

Donc tu as raison, même si le job requiert cette fameuse lucidité, comme l'intérêt de la boîte n’intéresse que le fondateur de la boîte, il risque tout de même d'y avoir des problèmes.

J'ai connu qu'un asperger chez Mars toujours, que tout le monde laissait tranquille, parce qu'il était le seul au monde à comprendre ce qu'il faisait et rapporte des milliers d'euros à la boîte. Mais bon, ça doit être dur de trouver un tel poste...

Moi le CNAM, j'ai eu une très mauvaise approche avec eux. Mauvais souvenir, ça ne s'est pas fait. Après c'est bête mais je commence à penser qu'il faut peut-être changer de pays. Ici, ça devient totalement hors de ma portée en tout cas pour moi. Je suis :
- pas pistonné
- trop jeune
- mon intelligence se voit trop vite
- comportement différent
- humour différent
- travaille vite
- maîtrise totalement l'outil informatique
- parle anglais avec l'accent de la BBC

Donc avec un tel profil, autant dire que je suis le pire cauchemar des managers de 45-50 ans, c'est à dire la plupart des manager qui ont pouvoir de décision à l'embauche dans mon domaine.

Depuis quelques mois, je suis courtisé en Angleterre, car ils ont un fort manque dans mon domaine, et ils recherchent tout ce que je suis, à un tel point que j'ai même cru que c'était de l'arnaque. Les gens sont humains, intelligents, réfléchissent en équipe, sont attentifs et sans orgueil. J'ai l'impression de rêver éveillé.

Allez pour la route, la dernière perle en date :
Le ministère de la Défense m'a contacté pour un poste à la direction de l'armement. "Monsieur, votre profil est très intéressant, nous recherchons des gens comme vous qui ont une expérience d'ingénieur, de cadre, même si vous n'avez pas de bac+5. Nous souhaitons vous proposer un poste de technicien. En fait, vous faites le même travail que le cadre, mais vous avez une paye moindre, et vous n'avez pas les mêmes opportunités de carrière. Nous procédons par CDD de 3 ans, renouvelables avant CDI. En revanche, pour votre validation des acquis, une fois votre diplôme obtenu, nous ne pourrons le considérer, car vous serez rentré chez nous comme technicien. Pour le valoriser, il vous faudra partir".

Voilà... bon, on a pas un président qui loue le travail? J'ai jamais eu autant envie de partir, mais où est donc la méritocratie? Existe-t-elle d'ailleurs?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par zelmoed le Mer 3 Juil 2019 - 17:18

J'ai connu qu'un asperger chez Mars toujours, que tout le monde laissait tranquille, parce qu'il était le seul au monde à comprendre ce qu'il faisait et rapporte des milliers d'euros à la boîte.

*fou rire*

zelmoed

Messages : 64
Date d'inscription : 30/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par zebrepat le Jeu 4 Juil 2019 - 12:43

Invité a écrit:Hello,

je connais bien ce souci. J'avais plutôt un manager 1 au début. Il ne me croyait pas, pour le convaincre, je ne pouvais quand même pas tenir une liste de ce que j'avais prédit et mettre en face une croix pour montrer que ça c'était réalisé. Au final, j'ai tenté un jour en lui faisant une prédiction, avec un air totalement blasé, qui l'a interpellé. Ce à quoi j'ai répondu qu'il fallait m'appeler Cassandre (référence à Cassandre de la mythologie grecque, condamnée à dire la vérité mais à ne jamais être crue). A partir de là, je crois que je suis la seule personne lui avoir parlé comme ça. Du coup elle s'en est souvenue et a vu d'elle même ma lucidité. Dès lors elle m'a pris au sérieux. Sauf que la N+2 a été au courant, ça lui a fait peur, et on m'a forcé à partir car dangereux pour la hiérarchie en manque de courage.

Ensuite pour ce qui est de la reconnaissance, on louait ma lucidité, mon expérience, ma maturité, et ma capacité à apprendre des échecs et du coup de servir de mémoire collective et de garde fou des autres qui répètent sans cesse les mêmes erreurs. Au début, c'est valorisant, puis ensuite je me suis senti comme le bon pote qui bois pas en soirée, et qui se coltine de ramener tous les idiots qui picolent. Bref un pigeon. Et ensuite s'est greffé le manque de reconnaissance tout court (verbale, au niveau des actes, financièrement). Le seul truc que j'avais acquis, et que personne ne remettait en cause, c'était la liberté (d'amorcer des projets, de ne pas faire de reporting, de pas avoir la manager sur le dos, etc...). Ce qui était déjà bien au final.

Donc avec un peu de recul je me dis que c'est une chance pour l'intérêt de la boîte. Mais comme les gens en général se fichent de l’intérêt de la boîte, cela devient un handicap puisque plusieurs vont voir là une menace.

Il me reste qu'il faudrait réussir à employer cette compétence dans un job où c'est requis. Et déjà valoriser financièrement cet aspect. De la même manière qu'un ébéniste vends sont habileté, il faut vendre sa lucidité. D'où l'intérêt de trouver un job où c'est requis, connu et recherché (prévisionniste, marketing, stratégie politique, négociation, commercial...). Enfin il me semble...

ces sont des raisonnements de zebre
la plupart des gens sont moutonniers et voyent avant tout leur interet. et je connais des gars médiocres faineants qui ont fait de belles carriere par le copinage (pour pas dire fayotage), la politique, le savoir-etre (le conformisme et l'apparence et un certain style qui plait, corporate, mais c'est totalement creux derriere), la promotion canapé pour les femmes (j'en ai meme connu qui s'en vantaient c'est tout dire) ou alors les administrations c'est aussi la carte du parti etc

c'est surtout vrai en grande entreprise
et par ailleurs, oui le zebre derange, provoque la jalousie des collègues et/ou fait de l'ombre a ses chefs (plus embetant pour la carriere)
il a été prouvé que les managers ont un qi de 110-120 un peu au-dessus de la masse mais pas trop non plus !

un manager courageux ca existe ? il va pas scier la branche sur laquelle il est assise

zebrepat

Messages : 278
Date d'inscription : 26/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle Empty Re: Anticipation des problèmes et reconnaissance professionnelle

Message par zelmoed le Jeu 4 Juil 2019 - 21:09

Bah oui je l ai rencontré. Qui m'a dit "j'adore embaucher quelqu'un de plus intelligent que moi, car j'ai la chance d'apprendre de lui. Et s'il prend mon poste, c'est qu'il est meilleur que moi."
Bon je le classerais volontiers chez les zèbres.

zelmoed

Messages : 64
Date d'inscription : 30/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum