Je suis. Et seul cela importe.

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par CHARLOTTECARLOTTA le Sam 23 Déc 2017 - 20:38

Zibom a écrit:
Je suis un regard flou
Recherchant son humeur
Dans les mers, dans les bois,
Mais jamais en mon nom.
Y trouverais-je un fou
Assoiffé de clameurs,
Des égards dus aux rois,
Vautré dans son renom.

En tout cas, quel talent, ce que tu écris est magnifique ! vraiment !

CHARLOTTECARLOTTA

Messages : 12
Date d'inscription : 03/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Invité le Sam 30 Déc 2017 - 20:21

Dis....quand reviendras tu ? Dis, au moins le sais tu Que? Tout ce temps qui passe ne se rattrape guère, Que toutce temps perdu ne se rattrape plus <3

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Invité le Sam 30 Déc 2017 - 20:22


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par La Cata Cyclique le Sam 14 Avr 2018 - 22:30

Tu es en face de moi et tu n'es pas rouge ni sobre.

La Cata Cyclique

Messages : 533
Date d'inscription : 01/02/2018

http://helioscrossing.forumactif.com/t12p600-coucou-la-vie-est-v

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Lyhan le Jeu 10 Mai 2018 - 2:09

Selon la Théogonie d'Hésiode, Aphrodite est née de l'écume générée par les parties génitales de son père Ouranos, tranchées puis jetées à la mer par son fils-frère Chronos qui le prit par surprise pendant qu'il faisait l'amour à sa mère-femme Gaïa. Le mobile de l'acte était la volonté de vengeance du fils-frère, motivé et incité par la mère, pour avoir été enterré et maintenu pendant longtemps ainsi en compagnie de ses frères par leur père-frère.

J'ai voulu la faire en une phrase mais j'ai pas savu.

Lyhan

Messages : 118
Date d'inscription : 02/06/2014
Localisation : ---

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Lyhan le Jeu 17 Mai 2018 - 20:21

https://www.nationalgeographic.fr/aventure/alex-honnold-nest-pas-sans-peur-il-accepte-juste-la-mort

Lyhan

Messages : 118
Date d'inscription : 02/06/2014
Localisation : ---

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Lyhan le Sam 23 Juin 2018 - 16:20

Après quoi ils faillirent bien m'enterrer.

C'est une drôle de chose que la vie - ce mystérieux arrangement d'une logique sans merci pour un dessein futile. Le plus qu'on puisse en espérer, c'est quelque connaissance de soi-même – qui vient trop tard – pour une moisson de regrets inextinguibles. J'ai lutté contre la mort. C'est le combat le plus terne qu'on puisse imaginer. Il se déroule dans une grisaille impalpable, sans rien sous les pieds, rien alentour, pas de spectateurs, pas de clameurs, pas de gloire, sans grand désir de victoire, sans grande peur de la défaite, sans beaucoup croire à son droit, encore moins à celui de l'adversaire – dans une atmosphère écœurante de scepticisme tiède. Si telle est la forme ultime de la sagesse, alors la vie est une plus grande énigme que ne le pensent certains d'entre nous. J'étais à deux doigts de la dernière occasion de me prononcer, et je découvris, déconfit, que probablement je n'aurais rien à dire. C'est pour cela que j'atteste que Kurtz fut un homme remarquable. Il avait eu quelque chose à dire. Il le dit. Depuis que j'avais moi-même risqué un œil par-dessus le bord, j'ai mieux compris le sens de ce regard fixe, qui ne voyait pas la flamme de la bougie, mais qui était assez ample pour embrasser tout l'univers, assez perçant pour pénétrer tous les cœurs qui battent dans les ténèbres. Il avait résumé – il avait jugé : "L'Horreur !". C'était un homme remarquable. Après tout, c'était l'expression d'une sorte de croyance ; il y avait de la candeur, de la conviction, une note vibrante de révolte dans ce murmure ; elle avait le visage horrifique d'une vérité entraperçue – le singulier mélange du désir et de la haine. Et ce n'est pas ma propre extrémité que je me rappelle le mieux – une vision de grisaille sans forme emplie de douleur physique, et un mépris insoucieux de l'évanescence de toute chose. Non ! C'est son extrémité à lui qu'il me paraît avoir vécue. C'est vrai, il avait franchi ce dernier pas, il était passé par-dessus le bord, tandis qu'il m'avait été permis de retirer mon pied hésitant. Et peut-être la seule différence est-elle là ; peut-être toute la sagesse, et toute la vérité, et toute la sincérité, sont-elles strictement comprimées dans ce moment inappréciable de temps dans lequel nous sautons le pas par-dessus le seuil de l'invisible. Peut-être ! J'aime à penser que mon résumé n'aurait pas été un mot d'insouciance méprisante. Mieux valait son cri à lui, bien mieux. C'était une affirmation totale, une victoire morale payée d'innombrables défaites, de terreurs abominables, d’innommables satisfactions. Mais c'était une victoire ! C'est pourquoi je suis resté fidèle à Kurtz jusqu'au bout et même au-delà, quand longtemps après j'ai entendu une fois de plus, non sa voix à lui, mais l'écho de sa magnifique éloquence jeté vers moi à partir d'une âme d'une pureté aussi transparente qu'une falaise de cristal.

Non, ils ne m'ont pas enterré, quoiqu'il y ait eu une période que je me rappelle obscurément, avec des frémissements de stupeur, comme un passage à travers un monde inconvenable qui ne recelait ni espoir ni désir. Je me retrouvais dans la cité sépulcrale. J'en voulais à ces gens que je voyais courir pour se chiper quelques sous les uns aux autres, pour dévorer leur infâme cuisine, pour avaler leur mauvaise bière, pour réaliser leurs rêves insignifiants et stupides. Ils empiétaient sur mes pensées. C'était des intrus de qui la connaissance de la vie était pour moi une irritante imposture, tant je me sentais certain qu'il n'était pas possible qu'ils connaissent les choses que je connaissais. Leur comportement, qui était simplement celui d'individus comme allant à leurs affaires dans la certitude d'une sécurité parfaite, me blessait comme les bravades outrageantes de la sottise en face d'un danger qu'elle est incapable de concevoir.

– Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, 1902.

Lyhan

Messages : 118
Date d'inscription : 02/06/2014
Localisation : ---

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis. Et seul cela importe.

Message par Lyhan le Ven 13 Juil 2018 - 0:28

Constitution du 4 Octobre 1948.

ARTICLE PREMIER.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction [de sexe,] d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales.

Lyhan

Messages : 118
Date d'inscription : 02/06/2014
Localisation : ---

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum