Appelez ca comme vous le voulez...

Aller en bas

Appelez ca comme vous le voulez... Empty Appelez ca comme vous le voulez...

Message par aodre le Lun 21 Aoû 2017 - 0:07

Bonsoir !
Suite à une période de repérage, beaucoup d’hésitations … Je me lance ! J’espère qu’au moins une personne me lira et que j’éviterai les jugements de valeurs un peu trop abrupts…J’écris cette présentation sous un coups de tète ( de plusieurs jours), c’est une sorte exutoire pour moi. Je suis une bille en français et orthographe, donc si vous vous arrêtez à la forme merci de passer votre chemin.

Aodre , « jeune zèbre male »( je trouve ce terme tellement ridicule) de 24 ans habitant le nord de la France. J’aime la bière, le whisky(Tourbé), le billard, le tir, les jeux vidéos et l’escalade… Je m’intéresse à beaucoup de chose comme l’économie, la politique, la mécanique automobile, l’informatique

Bon je vais essayer d’organiser un peu plus mes idées afin de transmettre ce que je comprends de moi-même. Au final ca ressemblera plus à une biographie qu’a une présentation mais j’ai besoin d’avoir un retour.

A l’école Primaire

D’aussi loin que je me souvienne, j’étais le copain de tout le monde… J’avais un cadre familiale qui me convenait … Deux parents qui se disputaient de temps en temps (surtout vers les fêtes) , une sœur avec qui je ne m’entendais jamais) mais comme j’avais pas mal d’amis je m’en fichais . Nous étions pourris gâtés. Je ne me souviens pas avoir passer énormément de moment familiaux mais avec le recul je pense que le coté matérialiste était un moyen de nous montrer leur amour. A Titre indicatif quand a 7ans vous avez déjà une Atari, une NES, une PlayStation 1 pucée avec une armoire entière de jeux gravé…Je pense que y’a une couille de pâtée ! Apres je sais que les gamins jouent avec des Smartphones de nos jours…
Assez (très ? modestie power) bon en classe. J’étais toujours le petit premier ou pas très loin de la classe. La lecture a été acquise dans les temps, en CP je lisais déjà aussi bien qu’aujourd’hui sauf que la lecture intensive m’emmerdait au plus haut point… Quand je parle de lecture intensive c’est quand le professeur fait lire un texte à toute la classe. Je n ai pas compté le nombre de punition que j ai eu … mais ca ne m’a pas aidé à apprécier la lecture. Heureusement j’étais assez bon dans toutes les autres matières…sauf en math ou j’étais très…trop loin devant… en CE2 je comprenais déjà les nombres relatifs ( bon le puristes s’attarderont peut être sur le fait que l’un de mes parents soit prof de math … Sacré déterminisme ! ) . Tout ce qui comptait pour mes parents c’était d’avoir 18 aux interrogations et être premier … Surtout être premier. « Le chemin on s’en fiche , ce qui compte c’est le résultat ».
Tout s’enchainer avec une vitesse folle. Je finissais toujours tout avant tout le monde bien qu’avec quelque fautes (d’inattention)car j’étais incapable de me relire ( trop chiant).
Je me souviendrai encore longtemps (peut être toujours) de l’hilarité de mes camarades lors d’une interro orale….
• Prof : 1000-1 = ?
• Moi : Bah 999
• Prof : Et tu le démontres comment ?
• Moi : Je ne sais pas
• Prof : Mais ca devrait être facile pour toi !
Bon j’en rajoute pas plus, la prof m’a bien laissé mariner … Ce n’est pas vraiment la peine de rentrer dans les détails mais c’est a partir de ce moment que je me suis fait vraiment discret en classe. Je ne voulais plus participer à moins d’être certains d’avoir la bonne réponse … Et je ne l’étais jamais …
Très…Trop…Extrêmement rancunier, je me suis fermé à beaucoup de personne ( a commencer par le corps enseignant)…. Je ne suis resté qu’en contact avec 5-6 amis.
Plus les années passent (toujours en primaire) , plus je me fais petit. Je suis au fond de la classe constamment car « j’ai de bon résultat et on met les élèves les plus faibles devant pour qu’ils suivent mieux ».
Au niveau familiale ca tourne en eau de boudin … Je n’ose plus mettre un pied chez moi car mes parents se disputent sans arrêt… Ma sœur et moi avons le droit au chantage émotionnel … J’appréhende les fêtes de noël, mon anniversaire et autre fêtes débiles prétextant un regroupement familiale.
« Demain je vais dire à toute la famille que tu me bats » ; « Demain je vais appeler l’hôpital psychiatrique pour qu’on t’interne ».
Moins d’amis…Moins de temps chez les autres…Plus de temps pour emmagasiner toutes ces phrases abjectes… Petit à petit quand on ne voit qu’un petit groupe d’ami avec ses yeux d’enfant, qu’ils sont heureux de passer leurs vacances en famille, qui attendent avec impatience noël … On se demande si notre famille est normale… Et si ce n’était pas mieux ailleurs ? Et si TOUT n’était pas mieux ailleurs ?

Fatalement les résultats scolaires commencent à descendre… Je passe toutes mes journées à ruminer les horreurs que j’entends , le CM2 étant une année très longue pour moi je ne travaille plus du tout , mes résultats baissent. Notre classe étant ingérable, on récupère tous les soirs une punition générale (JUSTICE !) … La prof est une vraie connasse… je me suis même demandé si je n’étais pas sa tète de turc.
Lors d’une remise de bouquin, tout le monde avait reçu son livre sauf moi … L’heure de la récréation allait bientôt sonner … Soit j’irai les voir à la sonnerie ils ont du oublié le mien sur un bureau, pas de quoi en faire un drame …
5 minutes avant la sonnerie, la bibliothécaire revient avec le fameux livre et cette gentille madame commence à me faire une remontrance devant toute l’assemblée en m’affublant d’un putin surnom qui m’a suivit pendant …. Très très longtemps.
Je ne vais pas vous raconter toutes les tares de ma vie sinon j’aurais un roman à écrire … Juste le principal ! D’autant plus que je culpabilise encore assez fréquemment de me plaindre alors que je suis conscient que chacun a sa merde …
A partir de la je ne sais plus ou me mettre, ou aller .Chez moi c’est l’horreur avec mes parents, à l’école tout le monde me vanne avec mon nouveau super surnom… Il ne m’est pas arrivé que cette mésaventure en fin de premier cycle mais ne voulant pas écrire un roman, j’ai choisit celle qui m’a le plus choqué… En tant que professeur qui n’a pas hésité de se foutre littéralement de ma gueule devant sa classe qu’il jugeait lui-même intenable sans tenir compte un seul instant de ce que je vivais.
Bien évidemment j’ai appris à prendre sur mes épaules mais a partir de cet âge je commence à voir plus noir que blanc et le collège ne m’aide absolument pas…

L’adolescence et le collège

C’est marrant la sixième ! Plein de nouvelles tètes ! Peut être même l’occasion de prendre un nouveau départ… Ayant eut du mal avec ma sœur, ses camarades, mon ancienne école, je décide de prendre du large et j’insiste pour aller dans un collège privé plus loin que le sien (30 minutes a pieds contre 5 ).
Accalmie familiale ! Résultats meilleurs ! On touche le 18 (ayant faillit redoubler l’année d’avant je trouve ca pas mal) ! Enfin…. Au début …. L’excitation retombe très vite quand on se retrouve au milieu de petit pete-cul bourgeois qui font un défilé avec leur manteau quicksilver , sac oxbow ( dans mon collège on aimait montrer que papa maman avait de la maille) …Un collège privée catho avec 100% de réussit au brevet, je ne sais pas a quoi je m’attendais.
Les disputes familiales reviennent sur le devant de la scène … Il ne se passe pas une semaine sans une dispute… Le style on pointe un couteau sur le conjoint… On se frappe pour se laisser des bleus … On laisse de fausses preuves de trahison conjugales …. On essaie de se pendre avec un câble électrique pour montrer des marques de strangulation sur le cou … On prend une voiture et l’on démarre comme un âne sans vous dire ou vous allez et quand vous rentrez ….Vous avez compris ? Ce qui m’avait déjà bien frappé plus jeune se répète en plus important… On y ajoute des actes.
Evidemment quand la famille appelait, quand l’un des deux cherchait à nuire à l’autre , quand l’un faisait une crasse a l’autre … A 10 ans je pense avoir été un bon médiateur familiale … à 10 ans … Vous faisiez quoi a 10 ans vous ?(Je ne cherche pas a culpabiliser le monde , ou écrire un tire-larme a la « dory » mais actuellement j’écris un exutoire ! cf : plus haut).
Je me souviens que mon père était totalement absent de mon éducation (père est un grand mot mais c’est ce qu’il est ou a essayé d’etre a sa facon ….), il passait sa vie a bosser pour les gens , il faisait des petits travaux , il s’est défoncé pour récupérer un peu d’argent qu’il a mis de coté pour nos études… Il passait sa vie a bosser si bien qu’un jour ma mère commença à « l’enferme dehors » ( Oui ce n’est pas l’offense de siecle … mais on est dans un climat de tension qui est insupportable pour moi) . Je vais dans mon coin faire un double de clé au cordonnier du coin et je me fais pourrir car je ne suis qu’un gamin qui n’a pas à interférer dans la vie des adultes. Et nous continuions tous les dimanches à aller manger chez nos grand-mères avec cette tension et la menaces a longueur de temps. Pas besoin que pendant les repas, nous regardions tous nos assiettes respectives .
D’autre coté un soir mon père avait relativement abusé sur la bouteille, ma mère voulu partir de la maison et il l’a retenu en la trainant par le cou …
L’un comme l’autre se valaient … En cours d’année nous avons eut le droit de choisir entre l’un ou l’autre de nos parent car une menace de divorce avait été lancée…. Le monde s’écroule !
Et je rumine à me demander comment ca se passe chez les autres … Je passe mon temps a imagine au point ou ca devient obsessionnel … Le pourquoi moi ?
La fin d’année arrive ! La moyenne générale est tombée à 13/20 … Réaction parentale : Tu n’as pas honte ? Fainéant !! On a jamais vu ca perdre 5 points de moyenne sur une année ! Qu’est ce que tu vas devenir plus tard !!??
Le pire dans tout ca … C’est que je me sentais vraiment coupable ! Je me souviens que les débuts de journée je ruminais beaucoup les scènes de la veille et que la fin de journée j’appréhendais de rentrer chez moi. Je ne parle même pas du vendredi qui était pour moi la pire punition de la semaine… Donc la meilleurs de punitions : Privé de sortie … Imaginez un instant priver un enfant de sortir pendant les grandes vacances avec une famille comme ca.
Enfin après cette année, je n’ai jamais compris pourquoi mais mes parents s’étendirent beaucoup mieux … ils se disputaient toujours pendant les vacances et avant les fêtes … Mais plus de chantages, plus de menaces (Ou moins je ne me souviens juste d’une accalmie)…Juste des disputes ! Le lot de tout à chacun je suppose ! (car j’ai énormément de mal a me disputer avec quelqu’un…Je suis plutôt du genre à courber le dos pour éviter l’escalade)

Je pense qu’au niveau familial tout se passe à peu près bien … Mais le collège me sort par les trous de nez …
Je commence a trouver les gens qui m’entourent débiles, je me sens en retrait … Si je dois retenir quelque chose de mon collège c’est la solitude. J’apprécie la plupart de mes profs que je trouve assez intéressant, ce qui me vaut le titre de fayot officiel. Mais la prof d’allemand du bahut qui ne peut pas m’encadrer et qui ne manque pas d’occasion de me le faire remarquer. Mais bon pas trop de détail… Mais je pense que je peux lui attribuer a elle seul mon dégoût pour cette langue.
Je deviens (enfin je le suis depuis l’enfance mais c’est accentué) un gros geek . Je passe mon temps sur ma gamecube (Time splitter ! Tales of symphonia ! Référence pour les connaisseurs :p ) et sur l’ordinateur ( yugioh et ragnarok ). Je me sens tellement mieux par écran interposé. Chaque année je me dis vivement l’an prochain, ca fera une année en moins a supporté !
Comme pour la primaire les résultats descendent jusqu’en troisième … A la grande surprise de beaucoup de prof j’obtiens le brevet avec la mention très bien … Mais bon soyons honnête , si on ne m’avait pas proposé une ps3 je ne me serai jamais sorti les doigts du cul pour ce simulacre de diplome….

Le lycée

Je dois avouer que c’est à partir du lycée que j’ai commencé à kiffer les études ! On recommence tout a zéro ! Quasiment plus personne de l’ancien bahut … Plus aucun ami aussi ( j’en avais déjà pas beaucoup) … De grande difficultés à se faire des amis … Une fois le plus dur fait ( aborder des gens …) c’est parti !
On passe notre temps libre au foyer ! les lan de call-of … les parties de présidents … pokers … pouilleux massacreurs ( :’( ) . A 15 ans c’est les débuts avec l’alcool aussi … aller se bourrer le chichon puis retourner en cours. Je ne sais pas si a cette époque l’alcool était déjà interdit aux moins de 18 ans mais en tout cas en 2nde on savait ou et combien de 33 (on était vraiment jeune et con ) on pouvait enchainer .
Je suis toujours très discret mais m’étant fait 2 très bons amis, je me suis patché à leurs amis et ainsi de suite. Voila un groupe de 10/12 potes … Le pied … L’impression d’être intégré socialement ! Génial ! Mais évidement tout ne dure pas éternellement … On va passer les querelles de premières amoureuses, mais c’est ce qui nous a détruit (en tant que groupe d’amis)

Sur le plan familiale une tension remonte l’un de mes parents devient plus ou moins invalide pour une raison inconnue … Evidemment celui qui ne pouvait pas s’arrêter de bosser. Ce qui est « horrible » c’est de dire que les seuls souvenirs restant c’est ceux d’une personne malade… Avant ca rien puisqu’il n’était jamais la. Il y a donc des tentatives pour rattraper le passé mais je les esquive car je suis une personne assez rancunière ( le remord me rongera encore très longtemps pour ca…)
Me voila en terminal S svt option Aide soignant ! Bien évidement et sans me poser aucune question je laisse totalement tomber mon travail pour aider, ma « famille »passe avant … je passe sous la barre des 5 de moyenne dans des matières qui me sont primordiales pour mon avenir mais j’en ai rien a faire … Entre s’occuper de mon père et le geekage , les cours n’ont aucunes places … Bon les profs me rappellent bien sur mon bulletin que je suis un pur branleur mais je n’en ai strictement rien a faire … Aller présenter votre dossier dans une prépa ou une école avec comme appréciation « En terminale , vous êtes censé travailler pour assurer votre avenir … NORMALEMENT »
J’ai totalement baissé les bras … Encore aujourd’hui je me demande comment j’ai eu mon bac (heureusement qu’on le donne aujourd’hui) … Je me souviens d’un QCM en math ( LOL ) et d’un épreuve d’anglais qui été excessivement dure ( Il nous l’hamit dans le cul pour ce qui se souvienne de ce petit indien d’origine new yorkaise )… Bon et évidement je fais impasse sur le sujet qui va tomber dans ma matière principale … De toute façon je me fous de la mention j’ai 10,15 au bac … Pas de ps3 donc FUCK OFF ! Bon et nous voila en fac !

Etudes sup

Ca commence assez mal … La raison de l’invalidité de mon paternel est un cancer ... incurable… ( 5 ans dans le meilleurs de cas )
Mais je n’en ai rien a foutre… Ce n’est qu’une personne qui détient une filiation familiale … Elle ne me connait pas ! JE continue de passer du temps avec car c’est normal, je suis son fils… Enfin ca c’est sur le papier car plus ca passe … plus j’ai du mal …
Une personne qui est partie de rien … qui a passé sa vie a bosser… et qui finit comme ca … cloitré dans son lit à attendre sa mort dans une souffrance abominable … Bien qu’il se soit passé de évènement abjects, des disputes dégueulasse, je pense que personne ne mérite ca et je ne le souhaiterai même pas aux personnes que je déteste.
A partir de ce moment j’ai réalisé que la justice n’existait pas. Fin de l’innocence me dira t on … Un fils de … aura plus de chance à s’élevé dans un monde comme le notre. Pour ceux qui ne connaisse pas le déterminisme social de weber… Mais on ne me fera pas croire que le fils sarkozy et le fils Kilian Dupont provenant de Liévin (ville avec le plus de chômeur en France) ont les mêmes chances de réussir.
Me voici arriver à Lille ! C’est génial, j’ai vraiment eu un cul du tonnerre pour tomber sur ce genre de colocataires ! On en branle pas une, on sort, on geek , on s’amuse … Les joies de la fac quoi ! Et on foire … oui les joies de la fac quoi !
Plus sérieusement, nous n’avions pas l’intention de réussir notre année du premier coups ( paces ) cependant j’ai commencé à trouver ca bizard le jour ou on est allé cherche nos résultats et que l’on était de 50 places du numerus closus en ayant fait une année sympathique … Dans un sens je me sentais relativement mal pour les personnes qui étaient derrière moi en ayant bossé .

La seconde année on s’y met a fond ! On joue sa vie ! Pas d’erreur possible avec ce dossier scolaire de merde ! …. Et bien non je n’ai pas envie … La cancer progressant, un traitement tres lourd est envisagé … Ce qui à pour conséquence de détruire littéralement le moral de mes parents … Enfin surtout celui de l’intéressé qui se met a mélangé morphine alcool et à faire des cocktails … Les conséquences sont évidements désastreuses et je redeviens en même temps une sorte de médiateur familiale un peu plus mur …
Et me voila en train de jouer le fin psychologue pour que mes deux parents évitent de s’entretuer … Je dois revenir tous les week end pour prendre des nouvelles … La tension présente est comparable a celle du début collège. Chacun veut donner sa version des faits, l’un dit A l’autre dit B …. Chacun espère obtenir mon consentement … Plusieurs violences conjugales qui se terminent au poste de police.

Et Comme deux adultes responsables d’un demi siècle chacun, on attend le retour du fils prodigue pour cracher sur le dos de l’autre … Et croyez moi quand chacun va cracher sa merde chez sa propre famille et que vous etes le point de jonction … Si bien que je deviens paranoïaque… J’analyse tout , je soupèse, qu’est qui est vrai ? Faux ? Quel intérêt ? c’est epuisant … Ah c’est vrai ! J’oubliais que j’avais un concours !
Tout est bon pour justifier d’un mauvais traitement ! Les uns disent que la famille doit rester au chevet du malade…Les autres se plaignent de ne pas être aidé par la famille … Tous les amis qui venait travailler a la maison ont mystérieusement disparu ( C’est la ou l’on comprend la différence entre AMI et AMI/COLLEGUE ) .
Du coups l’année avance … et 5 semaines avant le concours je n’ai toujours pas ouvert un cours … Ca pose problème. Mais je me découvre une véritable don a l’apprentissage bête et stupide … Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion de voir un QCM et des cours de médecine mais c’est totalement débile … Je me sentais franchement doué pour ca … J’adorais passer mon temps à lire, relire , apprendre , répéter jusque des heures tardives. Je sautais des repas, je faisais des nuits blanches car j’étais bon dans quelque chose.
Au final après le classement du premier semestre j’ai au numerus clausus … PILE POIL ! Donc gros coups de stress et cette fois ci on va VRAIMENT s’y mettre … non … pas envie …. Je me rappelle avoir bossé comme un tarée sur la fin … a un point que je pouvais dire que telle définition apparaissait à telle ligne sur telle page (j’apprends avec les plans des cours).
Je pense que ca reste un gros problème de ma vie de tous les jours … Peut importe si c’est important ou non … Je n’arrive a rien. Je ne sais pas me discipliner.
Et la grande fierté je passe du dernier admis à la moitié … Victoire ! Je m’offre même le luxe grâce a mes résultats de pouvoir choisir mon école ca.

Les études !

Comme d’habitude …Je suis très bon la première année et ca va de mal en pie. Seulement voila … On a un mémoire à rendre a la fin … AHAHAHHA …. Non … Je suis incapable d’effectuer ce genre de travail , incapable d’orienté et structurer des idées… Bah pour preuve …je viens de taper une présentation de 7 pages et il m’en reste pas mal a rajouter.
La situation familiale devient ingérable a tel point que j’évite tout contact avec ma famille. Je n’ai plus fêté noël depuis une paire d’année a cette époque … Je m’arrange pour prendre les gardes aux alentours de noël pour ne pas pouvoir rentrer…
Lâche ? Oui et alors ? En malaise ? Oui et alors ?
De toute ma vie je n’ai jamais pu compter sur mes parents pour quoi que ce soit d’autre que du matériel… C’est triste … C’est a ce moment ou je me suis dit (et je pense ne pas être le seul) qu’ils se sont mariés , ont fait des enfants car ils avaient l’âge et il fallait le faire .
De toute façon il était hors de question de mettre quoi que ce soit sur le tapis étant donné la situation déjà plus qu’embarrassante de la santé mentale/physique de mes parents.
Je ne sais pas si c’est de la rancœur ou si c’est de l’empathie. En tout cas après énormément d’aide de mes amis, je sors la tète de l’eau…Je peux clairement dire que j’ai eu mon diplôme grâce a eux …
Bien évidemment …. Moi je ne suis pas satisfait … Cet impression de ne pas mériter ce diplôme tellement je me suis fait aider … Bon et accessoirement quand un prof a eu vent de mes problèmes familiaux me donne un coups de pouce … C’est de l’orgueil mal placé qui me bouffe depuis quelque année .Je n’arrive pas a m’en défaire … Evidement je suis heureux d’avoir mon diplôme je ne crache pas dessus mais un diplôme donné n’a aucune valeur ! (et je vous parle même pas du syndrome de l’imposteur après ca ….)

Le « début » de la vie

Et voila … le diplôme en poche la vie professionnel débute … Tout se passe bien dans le meilleur des mondes … Je rencontre une femme fabuleuse avec qui je suis heureux … Au niveau familiale la santé est au plus bas mais le mental se stabilise au beau plus ou moins fixe.Pour la premiere fois depuis TRES longtemps je me sens bien …
Malheureusement j’avais totalement oublié cette histoire d’espérance de vie qui fut relativement bien précise. Je suppose que c’est le lot de tout a chacun , donc je n’insisterai pas sur ce point.
JE ne suis pas ou j’en suis par rapport a ce sujet mais pour rester dans le thème , c’est que j’ai plus l’impression de ressentir cette perte du point de vue de mes grands parents que de mon point de vue d’enfant…. Je trouve ca un peu creepy m’enfin …

Malgré cette lourde perte je ressentais une vrai joie de vivre avec ma douce moitié, nous discutions de tout et de rien , rien ne me fatigué , nous sortions un peu partout . Heureusement qu’elle était la. Je ne m’en serai jamais sorti sans elle. Mais progressivement nous avons commencé à tomber dans la routine . Cela a joué énormément sur mon moral. Un de mes défauts qui me fut reproché c’est que je pense pour deux et pas pour moi. Mais j’ai toujours fonctionné pour ma famille et non dans mon intérêt … Toute ma vie je me suis privé de certains plaisirs car comme notre famille ne tenait qu’a un fil, je décortiquais tout ce que je pouvais, devais faire pour éviter qu’il ne se casse. Pourquoi ? J’ai grandi en faisant cet effort. Cela fait parti de moi , de ma personnalité. Je ne me plaindrai jamais d’une chose qui ne me convient pas, je m’adapterai car c’est ce que j’ai toujours fait.
Je comprends ca … Mais j’étais heureux, malgré tout ce que j’avais vécu avant … Juste le fait de vivre avec quelqu’un avec qui on peut… partager sans aucune honte. J’étais vraiment heureux avec elle (répétition).
Bon et puis je n’arrive pas à suivre nos conversations car j’ai l’impression qu’elle sont trop lentes… si bien que quand on parle d’un sujet, je parle d’autre chose et j’y reviens après (ce qui a tendance a énervé tout mon entourage).
C’est donc a partir de ce moment et seulement que j’ai décidé d’aller voir un psychologue ! J’avais enfin trouvé quelque chose / quelqu’un qui valait le coup de vivre autrement que pour des jeux vidéos…des études…un métier…de l’argent ? je suis parti du principe que si ca n’allait pas , c’était de ma faute. Avec mon passif, je pense que c’est légitime.
Bon inutile de préciser que ce fut un petit peu long pour commencer à vider son sac … Mais bon après les échelles de dépressions négatives ( c’est déjà ca en moins ) après la découverte de quelque schémas de pensée négatifs … On commence a aborder le coté surdoué …
Ce qui m’a amena a consulté c’est d’hyper introverti et qu’ne plus je ne trouvais plus d’intérêt a mes relations sociales … On parlera du TEMPO ( JSF ). Je ne suis jamais dans l’instant présent … Comme je suis toujours en train de réfléchir aux conséquences de tout et n’importe quoi je n’arrive pas a avoir une discussion soutenu avec les gens … Et quand je ne sais pas répondre je rumine la question jusque la fois d’après ( ca peut aller jusque quelques mois). Très pratique dans une discussion de couple … quand vous essayez de défendre un point de vu . Vous savez que ca coule de source, que c’est évident mais aucun argument ne sort … Ou alors vous n’utilisez pas les bons termes et votre interlocuteur se braque.
Et quand vous en parlez a votre famille et que l’on vous répond cette phrase que l’on connait tous : « Une de perdue, dix de …..…. « TA GUEULE !

Du coups j’ai suivit ses conseils et j’ai pris un RDV …j’ai attendu 1 mois et demi … Ce qui fut une attente interminable … Je n’ai pas pu m’empêcher de ruminer , de regretter, d’appréhender. Je commençais a rechercher des témoignages, des avis sur les tests, des tests en ligne. Mes premières visites datent de cette période ( pas mon compte)
Plus la date approche plus je cherche à me vider l’esprit… soirée…alcool…soirée…alcool… Bref la veille du test je me retrouve à 3heures du matins à 8km de chez moi avis un bon taux d’alcoolemie mais qu’importe … Cette consommation excessive me permet fait lâcher prise. Avec le recul je me demande si ce n’était pas une manière d’auto-sabotage… La réponse était évidente à mes yeux mais comment accepter ?
Des le réveil , je me coltine une « … » gueule de bois . Je l’avais cherché vous me direz… et vous aurez raison. Je suis hyper stressé … Je le sens, je somatise avec des douleurs dans les mains, les bras . Mais bon le test commence !
Si je me souviens bien, le manque de confiance en soi et le chronomètre m’a fait « foirer » des questions … Non pas par difficulté mais par stress. Si je n’ai pas la réponse tout de suite je passe.
D’autant que dans l’épreuve des cubes, j’obtiens des « bonus » car je vais très vite … Ce que je trouve totalement débile ! EN quoi aller vite dans une question te donne un « bonus » pour la prochaine question… On parle d’un mode de fonctionnement par d’une interrogation de mathématique !
Tout me semble simple. Mais évidement m’étant bien sabordé à la base avec ma gueule de bois et mon stress.
Pendant ce temps, c’est le gros coups de massue. Notre rupture devient officielle ! je dois rechercher un nouvel appartement, un nouveau job (quartier)… Changement de vie radicale ! Je travaille aujourd’hui dans une ville que je n’apprécie pas. Les gens sont sympas mais comme je suis incapables de m’engager avec eux car je suis jugeant d’une part et d’autre part je les trouve emmerdant car trop superficiel (paradoxal) . Je me retrouve pris dans des conduites adductives.
Apres quelques semaines j’ai mon résultat ! Tout d’abord la neuropsy trouve ca impressionnant que j’ai un score de QI Homogène . Ce score ne m’intéresse pas vraiment car il s’apparente à une auto-fellation… C’est positif je suis à la frontière entre un surdoué et un THQI . On accompagnera ce diagnostique par une anesthésie émotionnelle profonde .
On me conseil donc de lire ce fameux bouquin « trop intelligent pour être heureux » qui est d’une niaiserie sans borne… Et plus ma lecture avance plus je sens la frustration monter.
Avoir des mots qui vous qualifie de différent alors que vous avez toujours voulu rentrer dans le moule, faire partie d’une masse, de vous êtres construit autour de ca tout en se sentant différent. Quand vous avez toujours vécus toutes les années de votre vie en vous disant « plus que x années… et c’est finit » « quand tu sera adulte tu seras comme tout le monde, tu n’auras plus qu’a tirer un trait» … Etre confronté a cette réalité fait TRES TRES mal .


Voila ! Je pense m’avoir présenté…du moins vous avoir raconté mon histoire. Evidement je n’ai pas tout raconté et je ne le ferai pas. Je voulais juste me décrire afin de me sentir compris .
Plus le temps passe avec ce « diagnostique » plus je me sens tarer…Tellement différent. Même avec les meilleurs psy du monde, je ne vois pas comment changer tout un mode de fonctionnement. Je ne suis actuellement plus suivit (ma psy ayant baissé les bras.. ou bien c’est moi ?).
J’en suis a un point ou je suis blasé de tout. Rien n’a d’importance. Je n’arrive pas a me trouver des passions, me fixer des projets de vie. Le pire c’est que je veux aller bien, je le souhaite du plus profond de mon être… Mais je n’ai clairement plus envie de faire des efforts. Comme ces derniers me renvoie a la vie que je cherche à oublié je ne me sens pas vraiment capable d’affronté ca.
Du coup … je ne sais pas quoi faire.
J’espère franchement et de tout mon cœur que je trouverai des personnes avec qui partager/échanger .

Merci de m’avoir lu jusqu’ici. J’espère ne pas avoir rédigé un tire-larme. J'ai corrigé le maximum pas mal de fautes, je pense qu'il en reste. Ne soyez pas trop sévère la dessus Wink
Bisoux et bonne nuit ! 

aodre

Messages : 5
Date d'inscription : 25/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Appelez ca comme vous le voulez... Empty Re: Appelez ca comme vous le voulez...

Message par Invité le Lun 21 Aoû 2017 - 0:43

Bonsoir aodre, bienvenue à toi ! (:

Je vais me passer de tirer des conclusions et de psychanalyser ton écrit, mais je pense que d'avoir un point de vue extérieur peut t'être intéressant, il n'engage que moi et ne reflète que ce qu'il se passe dans ma tête, d'autre part, je pensais au début répondre "chapitre par chapitre", mais je me retrouverais avec une réponse encore plus longue que ton message initial.

Sans pour autant tout ramener à moi, je pense qu'il est plus simple de parler de certaines situations en se les appropriant, en les faisant passer par nos fonctions émotionnelles, puis en les régurgitant, traitées personnellement avec des éléments pourtant étrangers. J'ai l'impression que ce qui t'a fait le plus de mal, pour tes parents, c'est le fait que la situation s'est étalée sur beaucoup trop longtemps. Mes parents sont divorcés, j'étais jeune, je les ai toujours connus séparés, mais j'ai toujours régulièrement vu mon père, petit à petit, il y a eu des problèmes, plus ou moins graves ; à un jeune âge, quand j'avais pourtant besoin d'une figure paternelle, j'ai dû tirer un trait sur cette personne. C'est pas quelque chose de simple, ce n'est pas non plus quelque chose que je souhaitais, mais d'une certaine façon, cette rupture - qui a pourtant durée plusieurs années - était claire, nette, c'était mon choix, ma décision, contrôler mes attentes.

T'as l'air d'avoir de bons souvenirs de ta scolarité dans l'ensemble, mais le même point noir revient pourtant encore et toujours, cette lente évolution d'un point bien bas vers un point encore plus bas. Aujourd'hui, tu as l'air de mieux t'en sortir, c'est le cas ? Comment est-ce que tu définirais ta situations actuelle vis-à-vis de tes parents ? En fait, tu nous racontes ton chemin, tu nous raconte une grande tranche de ta vie, mais pourtant, j'ai du mal à me faire une image de la personne que tu es maintenant. Comme si ça ne te dérangeait pas de montrer ce qui a fait partie de ta vie, mais que tu te montrais plus pudique concernant ce "toi" présent.

Qu'est-ce que tu fais comme boulot maintenant ? Ça te plaît ? Qu'est-ce que tu recherches ici ? Qu'est-ce que tu penses de toi ? Ce sont des questions en vrac, ce qui me passent par la tête, pour apprendre à te connaître. D'ailleurs, question terriblement importante, Laphroaig 10 ou Lagavulin 16 ?

Je ne vais pas non plus te harceler ici, mais je te souhaite de faire de jolies connaissances sur ce forum, si t'as envie de papoter, n'hésite pas à me mp sur le forum ou via Discord, le forum a son propre serveur, c'est sympa aussi pour rencontrer et partager !

Edit : Puis merde, ça m'donne soif tout ça, j'vais me servir un verre, à la tienne !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Appelez ca comme vous le voulez... Empty Re: Appelez ca comme vous le voulez...

Message par Umbr Ella le Lun 21 Aoû 2017 - 1:13

Bienvenue ! je te souhaite de belles rencontres Smile

Umbr Ella

Messages : 17
Date d'inscription : 14/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Appelez ca comme vous le voulez... Empty Re: Appelez ca comme vous le voulez...

Message par ThalieNa le Lun 21 Aoû 2017 - 1:29

Hello Smile

Ton récit m'a beaucoup touché et si tu as envie de partager, de parler, n'hésite pas !
Je me suis évidement retrouver dans quelques points même si je n'ai pas eu un parcourt similaire.
Je te comprends et je comprends ta souffrance .
Courage Smile .
ThalieNa
ThalieNa

Messages : 141
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 40
Localisation : Mulhouse

https://www.facebook.com/Photo-Make-Up-142-243157893226053

Revenir en haut Aller en bas

Appelez ca comme vous le voulez... Empty Re: Appelez ca comme vous le voulez...

Message par aodre le Lun 21 Aoû 2017 - 13:16

Je dois avouer que je ne m'attendais pas ace que l'on me réponde aussi tôt ( ou tard ) .

Ce que je recherche sur ce forum c'est surtout de pouvoir échanger, voir rencontrer d'autre personne. Par contre je tiens à préciser que je suis incapable de faire le premier pas, d'aller vers les autres, c'est pas comme si je réfléchissais depuis plusieurs semaines a faire une présentation comme celle la... Je ne sais tout bonnement pas aller vers les gens, je ne sais pas quoi dire , quoi faire, je réfléchis trop a ce que les gens attendent veulent. Donc je suis ouvert a toute discussion mais si l'on ne vient pas me chercher je n'irai nul pars... Malheureusement je n'arrive pas a faire autrement et je pense que c'est ce qui explique en grande parti ma solitude .

Pour ce qui est de ma situation actuelle...Je ne saurai pas dire si je m'en sors mieux ou non. Dans un sens je ne subis plus vraiment toutes ces tensions familiales suite au décès de l'un de mes parents . Mais le problème c'est que j'ai passé ma vie ( je suis jeune donc je peux l'affirmer) et vouloir vieillir pour pouvoir tirer un trait sur tout le caractère familiale. SI bien que je ne ressens pas de besoin de voir ma famille et que l'on me le reproche a chaque fois que j'y vais d'ailleurs. Ca va a un point tel que depuis assez longtemps ( je ne sais plus dire combien ) j'appelle mes parents par leurs prénoms.
Au bout du compte quand vous arrivez à la vie d'adulte vous n'avez rien construit , pas de but, pas de rêve autre que de partir. Vous n'étiez intéressé par rien vu que vous êtes obnubilé par autre chose. Quand vous atteignez ce "nirvana" et que vous regardez les autres ca vous fout une sacré dans la figure car au bout du compte vous avez obtenu ce que vous vouliez mais il n'y a rien derrière. Donc quel intérêt?
Sortant d'une rupture je ne suis pas particulièrement au top ...

Ce que je suis actuellement Citation psychologue : Une âme abimé qui s'est construite sur des fondations bancales. Je n'arriverai pas a me décrire d'avantage étant donné que j'essaie de me fondre dans le moule et la masse. Je suis ce que les autres attendent de moi en général mais je ne sais pas vraiment dire qui je suis.

Je travaille en libéral dans le milieu de la santé. Mon boulot est intéressant mais je m'ennuie. Je viens tout juste d'arriver a un endroit et je pensée a repartir.
Ce que je pense de moi... Que je me plains trop et que je culpabilise a me plaindre. Je souhaite franchement aller mieux , mais paradoxalement j'ai énormément de mal a faire des efforts. D'autant plus qu'une grande part de mon passé est a prendre compte alors que j'ai envie de tout bonnement tirer un trait. Ne me répétez pas que je vais devoir faire avec je suis au courant mais je n'y arrive pas.

Pour ce qui est du whisky lagavulin 16 ans ... Mais ca ne vaudra jamais un vrai whisky brut de fus Wink






aodre

Messages : 5
Date d'inscription : 25/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum