Trop plein, trop vide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Trop plein, trop vide

Message par Lougatio le Ven 18 Aoû 2017, 21:22

Je te ( je te tutoie, tu m'excuseras cat ) l'accorde, ce titre est vraiment laid. Ne juge pas, tu vas comprendre !

C'est la première fois que je poste ici, je ne sais pas s'il y a vraiment un sens pour dire les choses, une façon de les dire... Soyez indulgent flower Il y a peut être déjà un sujet à ce propos, je m'en excuse si c'est le cas.

Je fais face à un problème, dont je ne pense pas être la seule victime, et je suis complètement perdue. Besoin de lacher un peu la chose.
Je suis "hypersensible" de base, rien d'exceptionnel par ici. Un rien peut me rendre folle pendant des jours et des jours et me faire aller d’extrême en extrême. Je ne vais pas m'étaler sur le sentiment, vous connaissez le truc je pense. Mais de plus en plus, j'ai des périodes où j'ai l'impression de ne plus rien ressentir. [b]Le vide intersidéral : plus aucun sentiment, aucune empathie, aucune envie.[/b]
Et ça, je n'arrive pas à gérer. Je me retrouve dans des situations où je suis complètement insensible. Si vraiment on creuse, on comprend que ce vide, c'est en fait de la tristesse bien bien puissante (Bravo Einstein). Tellement puissante que je ne ressens plus rien, ça me vide, ça éteint tout. Je passe d'un trop plein, au grand vide ( yes, tu as trouvé la raison de ce titre ! affraid )

En fait, lorsque ces périodes se manifestent, j'ai l'impression d'être spectatrice de mes propres actions. Je ne sais pas comment le dire autrement, sorry si ce n'est pas très clair. J'ai l'impression que rien n'en vaut la peine, que rien n'a de sens, que de toute façon, peut importe ce que je dis ou fais, ça ne changera RIEN nulle part. Que tout est inutile, que de toute façon, les résultats seront toujours les mêmes, les mêmes schémas se répéteront encore et encore. Je deviens un peu un robot, qui mange et qui dors uniquement parce qu'il faut continuer à vivre. Et sentiment de solitude. Beaucoup, beaucoup beaucoup.

En fait, je suis épuisée. Passer de ces phases d'hypersensibilité ou déjà, il est difficile de se faire comprendre, à des phases de jemenfoutisme total encore moins compréhensible par les autres, c'est infernal. Pour moi comme pour mon entourage que je fais souffrir par la même occasion ( ce qui me rend encore plus... pire. ( c'est moche, je trouve pas d'autre formulation).

Est ce que vous connaissez cette sensation de vide ? Vous faites QUOI et COMMENT pour sortir de là ?

J'ai un peu hâte de vous lire, même si c'est un peu stressant... ( Allez, on partage nos sentiments )

avatar
Lougatio
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Bimbang le Ven 18 Aoû 2017, 22:11

Je ne sais pas trop si c'est ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9personnalisation

Ça m'arrive surtout en cas de stress intense, dans un cas précis où je n'arrive pas à gérer avec quelqu'un par exemple ponctuellement, ou quand mon taf me prend trop la tête mais dans ce cas, c'est moins terrifiant, si je puis dire. C'est soit le décollage brutale, (paf, y a pu personne au numéro demandé) soit la montée plus lente mais plus soft.

Dans le truc brutale, j'ai pas de solution, mais je pense que ça dure moins longtemps. Par contre, quand tu sens que c'est ainsi depuis un moment, sans que t'as vu le truc arriver, je pense que ça revient à traiter un problème d'ancrage.

J'ai trouvé ça dernièrement mais j'ai pas testé en cas de crise : https://www.youtube.com/watch?v=pZ2QU78ONhI
Sinon, bah y a la méditation pleine conscience, et dernièrement, j'ai trouvé plaisir à faire ça !



Elle dit que ça refait circuler l'énergie. Moi, je trouve ça joli, et plaisant. Ça m'fait de suite sourire et déjà c'est pas mal ^^
avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2102
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par chuna56 le Ven 18 Aoû 2017, 23:33

J'aime bien ta vidéo, Bimbang, décidément, je m'en lasse pas. La dame dégage tellement de calme, une telle fluidité dans ses gestes...

Lougatio : ce que tu décris, je connais, c'est ce qu'on appelle la dissociation. C'est un mécanisme qui permet de te protéger de tes émotions dans des moments inopportuns (comme Bimbang le décrit, dans le travail, ça peut éviter les catastrophes)
Sauf que se couper de soi n'est jamais vraiment bon, surtout quand ça te fait ça n'importe quand.
Enfin n'importe quand...
Quand tu commences à approcher une zone sensible de toi, que ton inconscient n'a pas envie de que tu farfouilles.


ça me le fait encore quand on fait des séances d'EMDR avec ma psy. Le vide intersidéral. J'ai un état similaire à du stress post traumatique, mais avec des causes diffuses, qui font que cette thérapie ne fonctionne pas très bien.

Maintenant, pour que ça ne survienne plus, c'est compliqué, chez moi du moins, ptèt que d'autres te donneront des méthodes efficaces, moi ya pas grand chose qui marche si ce n'est la patience.
La psy a cherché à me stabiliser dans mon attitude de femme adulte, à me sécuriser, et à me faire reconnecter avec mes émotions systématiquement.
Du coup ça va mieux.

je ne peux pas t'aider plus, je suis désolée.
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5376
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Nightul le Sam 19 Aoû 2017, 00:40

Aller, je me risque à faire une petite analyse parce que tu me fais penser à moi et que j'ai envie de combler un peu ma solitude en cette douce nuit.

Quand on est hypersensible, on a peut-être envie que ce qu'on perçoit ait un sens, une raison d'être. Des choses nous tiennent à coeur, des principes extrêmement forts, et tout ce qui y touche peut faire de nous un véritable balancier d'émotions. Quand je me donne autant de mal pour quelque chose de parfois si infime, j'aime savoir pourquoi je l'ai fait, je me pose la question sincèrement et généralement il en découle une explication.

Mais parfois, c'est difficile de se comprendre soi-même et il arrive qu'au bout d'un moment, lorsqu'il y a trop d'émotions, on ne comprenne juste plus du tout pourquoi on réagit de telle ou telle manière, on se perd dans nos sentiments, ils sont tellement présents qu'on ne sait même plus comment ils sont arrivés là. Et là, tu peux te faire peur, tu sais que tes sentiments peuvent prendre le dessus sur toi et tu ne parviens plus à leur donner un sens. Alors peut-être que par mécanisme de protection, tu entres dans une période "insensible", une pause cérébrale dans laquelle tu vis au ralenti et réponds à des besoins plus primaires.

Pour moi, il y a une explication (peut-être plus concrète) de ce phénomène : Il y a un décalage entre ce qu'on ressent (tout ce qu'il se passe dans notre esprit), ce qu'on voudrait, et la réalité. Et que parfois, ce décalage donne une sensation que les émotions sont vides de sens.

Personnellement, j'ai très peu (voire jamais ?) de phases insensibles. Je pense que j'assume pleinement mes émotions, que je les comprends finalement, je sais qu'elles n'ont parfois pas de lien avec la réalité immédiate mais je me rappelle qu'il y a tout un passé derrière moi et des rêves dans ma tête.
Mon hypersensibilité, c'est avant tout une hypervolonté, un hyperdésir, un hyperidéalisme. Fais le lien entre ce que tu ressens et la personne que tu es, ça pourrait peut-être t'aider ?

J'arrête la philosophie ici et je vais juste rebondir sur un mot que tu as écrit : "Solitude". Quand je regarde mes problèmes et pourquoi je n'arrive pas à les résoudre, j'en reviens toujours à ce point, je me sens seul.
Pour moi personne ne devrait se sentir seul, nous sommes si nombreux que nous pourrions tous trouver au moins une personne avec qui s'entendre et se comprendre. Il ne faut juste pas perdre espoir !
Tu dis que ce grand vide est fait de tristesse, alors j'ai une bonne nouvelle pour toi : Un jour tu ne seras plus triste et tu exprimeras toutes tes émotions dans leur plus beau profil.
Si tu veux discuter, et bien je suis là ^^
avatar
Nightul
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 96
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 20
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Harlock_83 le Sam 19 Aoû 2017, 13:15

Je traverse également une période de vide où je ne ressens presque aucune émotion à part être déprimé (la recherche d'emploi y est pour beaucoup).

J'ai choisi d'aller au CMP pour essayer d'améliorer tout ça.
avatar
Harlock_83
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 165
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 27
Localisation : Toulon

http://epcorally.e-monsite.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Lougatio le Sam 19 Aoû 2017, 20:45

Merci pour vos retours !

@Bimbang, merci pour cette vidéo, je pense qu’il faut que je m’y mette ! Wink
Je me retrouve pas mal dans ton lien, même si c’est un peu extrême.
Dans mon cas, c’est toujours « brutal ». Et ton message m’a fait beaucoup réfléchir aux moments où ça apparaissait. Finalement, c’est toujours après un événement traumatique ( à mon échelle, souvent un peu ridicule…). J’ai beaucoup de mal à associer mes actions et comportements aux événements que j’ai vécus précédemment, je devrais me poser plus souvent pour y réfléchir, cela éviterait probablement bien des maux !

Merci @Chuna56 ! Du coup, cela rejoint ce que j’ai écrit un peu plus haut. Penses-tu que ces périodes à vide arrivent alors qu’on fait face à des émotions liées à un précédent traumatisme, beaucoup plus profond et ancré ?  Est-ce que, en supposant que oui,  cela vaut le coup d’aller chercher la raison, quel est le traumatisme ? Ou bien, il ne vaut mieux pas se mouiller, au risque que cela s’empire ?
Ma deuxième question répond finalement peut-être à cela. Dans tes séances d’EMDR, je suppose que des traumatismes antérieurs ressortent d’une manière ou d’une autre, et que cela amène à un moment de vide ?
Un grand merci pour ton message en tout cas 

@Nightul, je me reconnais beaucoup dans ton message, merci pour cette petite analyse ! Tu décris parfaitement bien la chose. J’ai beaucoup de mal à me poser la question de « pourquoi je me donne autant de mal », et en y réfléchissant bien, c’est souvent parce que j’ai peur de la réponse. Je m’en veux d’être comme ça.  
Je t’envie d’assumer pleinement tes émotions. Est-ce que ça a toujours été la cas, ou est ce que c’est le résultat d’un long travail sur toi-même ? ( si ce n’est pas indiscret ! )  Je travaille beaucoup là-dessus, et honnêtement, c’est compliqué. Et cela rejoins beaucoup d’autres choses : je n’assume pas grand-chose de ma personne.

Quant à la solitude… Je te rejoins aussi sur ce point.  J’ai peur de ne pas savoir ou trouver cette personne !


@Harlock_ , bienvenue au club Wink J'espère que tu trouvera svite un emploi ! Est ce que le CMP t'aide ?

Merci à tous pour vos messages Smile


Dernière édition par Lougatio le Lun 21 Aoû 2017, 09:58, édité 1 fois
avatar
Lougatio
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Kuo le Dim 20 Aoû 2017, 00:09

Trop plein, trop vide

Ah ça...
c'est quand je suis bourré et que je regarde mon verre vide Wink


Dernière édition par Kuo le Sam 14 Oct 2017, 06:50, édité 1 fois
avatar
Kuo
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 302
Date d'inscription : 25/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Harlock_83 le Dim 20 Aoû 2017, 08:58

Est-ce que le CMP m'aide ? Difficile à dire, je n'ai eu qu'une séance avec l'infirmière en attendant la psy fin août et j'en ai été assez déçu ! J'y retourne demain dans l'espoir qu'elle soit plus ouverte et moins dans le jugement.
avatar
Harlock_83
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 165
Date d'inscription : 05/08/2017
Age : 27
Localisation : Toulon

http://epcorally.e-monsite.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par chuna56 le Dim 20 Aoû 2017, 10:29

Spoiler:
Penses-tu que ces périodes à vide arrivent alors qu’on fait face à des émotions liées à un précédent traumatisme, beaucoup plus profond et ancré ?

Oui, bine entendu.
Le souci c'est qu'au quotidien, je fais pas gaffe, c'est en séance avec ma psy que ça ressort et qu'elle peut me montrer.
Mais bon, je suis pas un bon exemple, j'ai vraiment buggué psychologiquement.
Émotions très fortes qui me submergent, genre je vis très mal un chagrin amoureux et peux passer des semaines voire des mois à pleurer et déprimer Embarassed
Dans ce genre de situation, je revis le rejet, que je supporte très mal (du coup dépendance affective toussa)

Est-ce que, en supposant que oui, cela vaut le coup d’aller chercher la raison, quel est le traumatisme ? Ou bien, il ne vaut mieux pas se mouiller, au risque que cela s’empire ?

Ben oui, en effet, en EMDR, on a passé notre temps à essayer de comprendre, mais c'est en effet qd on essaie de comprendre que ça se dissocie.
Généralement, ça commence par la crise de larme, et si on pousse, plus rien.
c'est pire pendant les séances d'EMDR.
J'en arrivais à ne plus avoir de pensée du tout. Plus rien. Plus le bruit habituel dans la tête.

ça a dû m'arriver une ou deux fois en vrai genre dans une crise amoureuse (c'est là que ça merdoie le plus en fait), mais j'oublie rapidement ce qui m'arrange pas lol

Le souci, c'est que justement l'EMDR utilise les émotions pour revivre les traumas, et c'est sensé désensibiliser ensuite le cerveau au trauma. Moi clairement ça marchait, ça ramait ça ramait.
Ma psy a utilisé autre chose.
Depuis des mois, elle passe son temps à me ramener vers mes émotions, et vers les sensations corporelles qu'elles engendrent. Mais c'est long, je résiste.

Ce qui est terrible, c'est qu'il ne m'est rien arrivé de traumatisant comme on s'imagine. J'ai pas été violée, j'ai pas vécue de guerre, j'ai pas été abandonnée, j'ai été élevée dans une famille "normale". Mais gros souci relationnel avec ma mère, et va savoir pourquoi, le cerveau a bugué si fort.
Non que ce que j'ai vécu est normal, mais le fait que ma mère soit totalement imprévisible et non fiable, père démissionnaire dans l'éducation, grands parents pas bienveillants, ça a suffit pour m'amener là. Je suppose que mon hypersensibilité y est pour quelque chose.

J'ai demandé à ma psy si yavait pas moyen de forcer un peu les choses, pour que ces p*** d'émotions sortent enfin, mais elle a pas voulu, pas bonne idée selon elle. Probablement que ça pourrait faire dissocier encore plus et rajouter un trauma.

Ma foi, je suis faite comme ça, faut faire avec lol

Une chose est certaine : j'aurais pas pu m'en sortir seule, vu comme je galère avec l'aide de qq1
Un jour où je disais que les bouquins de développement personnel c'était des conneries, que ça ne m'avait rien fait, si ce n'est frustrée encore plus, elle m'a expliqué que c'était moi, que les gens ça les aidait et leur faisait du bien, généralement (du moins ceux qui comme moi veulent avancer).
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5376
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Nightul le Lun 21 Aoû 2017, 01:09

J’ai beaucoup de mal à me poser la question de « pourquoi je me donne autant de mal », et en y réfléchissant bien, c’est souvent parce que j’ai peur de la réponse. Je m’en veux d’être comme ça.
Tu n'as pas besoin de t'en vouloir, tu as déjà la capacité de t'avouer cette peur, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Je me rappelle en avoir surpris plus d'un pendant les IRL parce que j'arrive à exprimer quels sont mes défauts. Pars du principe que tu es quelqu'un qui a plein de qualités, et qu'en contre partie tu as également des défauts. Et en acceptant ses défauts, on peut réussir à les changer ou finir par en voir le bon côté.
Pour rester sur le sujet de l'hypersensibilité, je la trouve plutôt handicapante dans la vie de tous les jours, mais je suis quand même vachement content de l'avoir Smile

Quant à ta question, je dirais que c'est un peu des deux, ça doit être un travail que j'ai fait il y a longtemps, quand on est gamin c'est beaucoup plus facile de travailler sur soi-même. Mais ça m'a paru naturel, ce n'était pas un effort, alors on peut aussi dire que ça a toujours été là...
Si tu veux assumer la personne que tu es, alors la clé c'est déjà de ne pas se dénigrer dans une situation où tu ressens un décalage avec les autres. Je m'explique... En général quand on se retrouve confronté à sa différence, la réaction la plus naturelle est de se dire "tout le monde fonctionne comme ça et pas moi, je suis donc 'inférieur'' (entre très gros guillemets). Si dans toutes les situations, tu remplaces cette démarche par "je fonctionne juste différemment", ce sera déjà beaucoup mieux. Quand j'étais au collège, j'étais vraiment entouré d'idiots qui ne savaient que taper sur les plus faibles à la moindre occasion, et tout signe d'intelligence était un motif de moquerie. Je me suis simplement dit que ce n'était pas parce que tout le monde pensait comme ça que c'était justifié, et j'en suis venu à la conclusion que j'étais plus intelligent qu'eux (et honnêtement c'est pas compliqué) et que ça les dérangeait parce que finalement, ils n'en avait pas la capacité. A partir de ce moment là, c'est la même démarche pour tout : Tu as le droit de penser, ressentir, faire ce que tu veux quelque soit l'avis général sur la chose.

Bon, je me suis un peu égaré dans mes histoires ^^

La solitude est ce qui m'a toujours fait le plus peur, autant j'assume pleinement ce que je suis, autant ça ne changera rien à ce que les gens pensent de moi. Je ne peux simplement pas être aimé juste parce que j'en ai envie, et c'est justement cette incertitude qui m'attire, aucun désir matériel ne pourra avoir ce côté de défi...
Après j'ai la conviction qu'avec le nombre de gens sur Terre, il y a forcément des personnes qui pourraient me correspondre. L'important pour moi c'est de garder ma capacité à faire confiance aux gens quand mon empathie me dit que je devrais.
avatar
Nightul
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 96
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 20
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Lougatio le Lun 21 Aoû 2017, 14:49

Nightul, je me retrouve tellement dans ce que tu écris !
« Pars du principe que tu es quelqu'un qui a plein de qualités, et qu'en contre partie tu as également des défauts. »
En fait, je ne vois qu’eux, les défauts. C’est plutôt les qualités, que je suis incapable de citer… C’est souvent ça qu’il se passe en fait : dans un événement « traumatisant », je suis incapable de gérer les émotions. Je panique, et je fais un peu n’importe quoi. Et c’est là que ça ne va pas : je vois exactement tout ce que j’ai fait, soit la raison de l’épisode traumatisant, soit ma réaction après, et je me déteste pour tout cela. Ces épisodes, même s’ils n’ont aucun lien direct avec ma personne, font ressortir tout ce que je déteste le plus chez moi ( complètement autocentré, en fait… Désespérant.). Et c’est souvent à ce moment que l’épisode de vide commence.


« En général quand on se retrouve confronté à sa différence, la réaction la plus naturelle est de se dire "tout le monde fonctionne comme ça et pas moi, je suis donc 'inférieur'' (entre très gros guillemets). Si dans toutes les situations, tu remplaces cette démarche par "je fonctionne juste différemment", ce sera déjà beaucoup mieux. »
Grand exercice ! Ce que tu écris dans ce paragraphe me fait vraiment réfléchir. Je suis plutôt dans la dépréciation en fait, tout le temps. Je ne vais jamais chercher plus loin que « je dois être en tors ». Je suis très admirative de ce que tu arrives à faire ! Cela as dû tellement t’aider à avancer !

Et pour la solitude, merci pour ce que tu as écrit, cela me rassure ! Je t’avoue perdre souvent espoir et avoir l’impression que je vais me sentir ainsi toute ma vie hahaha

avatar
Lougatio
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Nightul le Lun 21 Aoû 2017, 20:15

Hmmm, tu ne vois pas les qualités parce qu'elle font partie de toi, elles te paraissent normales donc. Alors que les défauts peuvent t'apporter des problèmes, tu les vois mieux du coup. Regarde autour de toi, tu te rendras peut-être compte qu'il y a beaucoup de choses positives qui sont propres à toi même mais que tu oublies. Et il y a aussi beaucoup de défauts qui n'en sont que lorsque tu es dans une période "instable". L'hypersensibilité, un défaut ? Certainement pas, attends de voir le jour où tu seras vraiment bien et tu te rendras compte que ta sensibilité te fera vivre des trucs incroyablement beaux. Gérer ses émotions ? Personne ne le peut, à moins de ne pas en avoir ou de les refouler et devenir l'ombre de soi-même. Alors à la place de te détester, de vouloir changer chaque détail qui t'énerve chez toi, essaie de les comprendre. J'ai un petit exemple qui me vient à l'esprit :
On voit partout des femmes fines comme des brindilles mais persuadées qu'elles doivent perdre du poids. Elles se sont dit à moment de leur vie "mince, je suis grosse", alors elles font tout pour ne plus l'être, elles conditionnent leur esprit dans cette démarche. Un jour, elle finissent par avoir perdu du poids, elles pourraient se dire que l'objectif est accompli et pourtant elles continuent sans relâche et finissent bien trop maigres. Dès le début, elles partent d'une haine de soi, une réflexion du type "je suis comme ça alors que je ne devrais pas", tout ce qu'elles gardent en tête est cette image qu'elles se sont faites d'elles-mêmes, ce "je suis grosse".

Les émotions c'est pareil, si tu en as "trop", tu te dis que c'est pas normal, que du devrais en avoir moins, alors tu commences à les rejeter et un jour tu finis par ne plus en avoir du tout. Pourtant elles font partie de toi, elles te donnent une vision du monde qui est la tienne, et si tu comprends pourquoi tu réagis de telle ou telle façon, alors tu pourras vivre avec moins de regret en te disant que les choses se passent ainsi parce que tu es toi-même et qu'elle ne pourraient pas se passer mieux en rejetant ta propre personne.
Changer ce que tu es est pratiquement impossible (activement), pour moi le changement est passif, tu changes chaque jour, tu évolues même, grâce à tes pensées et à ton expérience. Si tu arrives à avoir un regard juste et objectif sur ta vie, alors tu changeras toute seule dans le bon sens sans même t'en rendre compte.
C'est là où je te réponds plus concrètement, tu me dis que tu vois tout ce que tu as fait, les raisons, les réactions, les conséquences... C'est très bien. Maintenant, au lieu de te détester, analyse et comprends. Dans beaucoup de situations, tu y gagneras : Tu as juste été toi même ? Alors tu n'as rien à regretter et les choses devaient se passer ainsi. Tu as fait des erreurs ? Tu peux les comprendre, te pardonner, et par la même occasion te permettre de demander pardon.

Voilà, j'écris toujours beaucoup pour ne pas dire grand chose... ^^"

Pour la dépréciation de toi-même, une fois que tu comprends que la seule chose qui compte c'est ce que tu penses de toi-même, alors tu ne cherches plus autant à te comparer aux autres et établir une sorte de hiérarchie. On s'en moque de savoir si c'est mieux de faire comme si ou comme cela, ce n'est jamais objectif comme sujet, chacun à sa manière de vivre et d'être et adopte le comportement qui lui correspond le mieux. Il n'y a simplement pas de tors à avoir. La vie n'est juste pas une vérité générale Wink

Je ne sais pas si ça m'a aidé à avancer dans la vie, j'ai une sorte d'incompatibilité avec la société qui fait que je ne suis jamais certain de faire les bons choix quand j'arrive à les faire. Mais c'est sûr que ça m'a aidé à avancer dans mon esprit, comprendre pourquoi tout se passe toujours si différemment quand c'est moi qui agis, et donc finalement accepter que je ne changerai pas cela du jour au lendemain. Au passage, ça permet de trier ce qui compte vraiment, et donc de trouver un sens à son existence.

Rassure toi encore plus, pour la solitude je perds aussi souvent espoir que toi à mon avis. Mais le principe de l'espoir est que tant que l'on vit, il revient toujours. Chaque jour je me dis que je n'y arriverai pas, mais chaque jour je me dis aussi que j'y arriverai. Et c'est bien pour cela que je suis ici, après tout, non ?

Si tu voudrais parler plus en détail de certains points, tu peux me contacter par MP. Si tu en as l'envie, bien évidemment.
avatar
Nightul
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 96
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 20
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Jean-Yves le Jeu 12 Oct 2017, 00:39

Le plein c’est la vie intense... le vide c’est la vacuité...
Il y a tout intérêt a traverser ces moments où tout se met au calme... où la passion s’éteind momentanément... c’est un appel à regarder vers l’intérieur sans avoir le vertige... apprendre à ne pas avoir peur du rien ou du vide...
il fut un temps ou je croyais que par moments que je devenais invisible... à la fois lourd et inconsistant... et puis la psychanalyse m’a beaucoup aidé à comprendre mon prore rythme... mes propres ondulations... ma propre danse... accepter qu’il y a des moments exhaltants où notre cerveau est comblé... et puis d’autres temps où tout se vide... et c’est a ce moment là qu’il faut avoir confiance et attendre patiement que la vague du désir revienne... je pense que le mot « dissociation » est trop fort... !
En caligfaphie il y a les pleins et... les deliés...un moment où la plume trace des ombres pleines et profondes en faisant du bruit sur le grain du papier... et puis une descente lente et silencieuse où le trait est plus fin et presque invisible... c’est l’ombre et la lumière... donc le vide devient clarté si on s’y attarde sans peur...
Le sentiment de solitude peut aussi être un ressenti plus qu’une réalité... il vient se pointe lorsqu’on ne se sent plus regardé si ce n’est admiré (au sens vrai du terme)... un vieux rappel de la petite enfance où une personne a oublié de vous voir... de vous regarder... de vous admirer... dans les moments vides c’est cette vieille histoire qui se met en place et on a l’impression de se diluer.... de disparaître...
Et bien non...!!! On est là et bien là...!!! Avec notre cerveau de zèbre toujours en ébulition... mais MOMENTANÉMENT EN VACANCE... «revenez plus tard »...
Voila ma petite contribution au sentiment de plein et de vide ... de bruit et de silense... d’ombre et de lumière... la preuve d’une pulsion de vie intense...
Bises
avatar
Jean-Yves
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 3
Date d'inscription : 12/09/2017
Age : 62
Localisation : Var

http://www.nodin-photographe.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop plein, trop vide

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum