Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Aller en bas

Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mar 15 Aoû 2017 - 23:34

Bienvenue dans ma part du colibri ici.
(dans le cadre de la charte du forum évidemment)
 cat

"Si tu différes de moi, loin de me léser tu m'enrichis"





Fils de présentations précédents :


tu-l-as-su-a-l-age-adulte
http://www.zebrascrossing.net/t24560-tu-l-as-su-a-l-age-adulte-quelles-competences-tu-as-developpees-quelles-limites-tu-as-croisees-avant-et-apres
12 septembre 2013/03 février 2014 :
(Gahangirl)
http://www.zebrascrossing.net/t12664-me-voici-en-vrac-pour-l-instant
17 novembre 2014/01 février 2015 :
http://www.zebrascrossing.net/t19156-ancienne-venue-a-cet-endroit-mais-desormais-a-l-endroit-peux-pas-restee-en-vrac-toute-ma-vie
01 février 2015/06 mai 2015 :
http://www.zebrascrossing.net/t20249-zebulonnette-en-mobylette
07 mai 2015/19 juillet 2015 :
http://www.zebrascrossing.net/t21708-ca-roule-ma-poule-avec-ou-sans-options
19 juillet 2015/18 février 2016
http:// http://www.zebrascrossing.net/t22712-bordelle-de-journal-yeah-le-flux-des-flux-posee-a-la-cafet-de-la-gare-game-over-the-rainbow#975814
la-communication-dans-tous-ses-supports-et-ses-insupportables
http:// www.zebrascrossing.net/t24687-la-communication-dans-tous-ses-supports-et-ses-insupportables
essai-sur-une-differenciation-generale-du-doue-et-du-tout-le-monde
http:// www.zebrascrossing.net/t24970p20-essai-sur-une-differenciation-generale-du-doue-et-du-tout-le-monde
12 mars 2016/02 juillet 2016
http://www.zebrascrossing.net/t25904-news-lifes?highlight=news+lifes


02 juillet 2016/10 septembre 2016
http://www.zebrascrossing.net/t27262-parametres-polyvalents-et-modele-de-base
10 septembre 2016/06 novembre 2016
http://www.zebrascrossing.net/t28024-les-rocks-et-aussi-les-slows-mode-radio-radieuse
06 novembre 2016/20 décembre 2016
http://www.zebrascrossing.net/t28656-november-s-girl-and-roses
20 décembre 2016/21 janvier 2016
http:// www.zebrascrossing.net/t29175-je-m-exile-aphone-a-pattes-d-ours-de-velours-pour-jusqu-a-un-de-ces-cats-sont-gris-souris
22 janvier 2017/15 août 2017 http://www.zebrascrossing.net/t29569-la-boite-a-sauces-sures-dans-le-mille-doux-on-semboite-mode-tetris

Archives : http://www.zebrascrossing.net/u16811stats





Together we will go our way, together we will leave some day.
Together your hand in my hand, together we will make the plans.
Together we will fly so high, together tell our friends goodbye.
Together we will start life new, together this is what we'll do.

Go west, life is peaceful there.
Go west, lots of open air.
Go west to begin life new.
Go west, this is what we'll do.
Go west, sun in winter time.
Go west, we will do just fine.
Go wes t where the skies are blue .
Go west, this and more we'll do.

Together we will love the beach, together we will learn and teach.
Together change our pace of life, together we will work and strive.
I love you, I know you love me; I want you happy and carefree.
So that's why I have no protest when you say you want to go west.

Go west, life is peaceful there.
Go west, lots of open air.
Go west to begin life new.
Go west, this is what we'll do .
Go west, sun in winter time .
Go west, we will do just fine.
Go west where the skies are blue.
Go west, this and more we'll do.

I know that there are many ways to live there in the sun or shade.
Together we will find a place to settle down and live with the space
without the busy pace back east, the hustling, rustling of the feet,
I know I'm ready to leave too, so this is what we're going to do,

Go west, life is peaceful there.
Go west, lots of open air.
Go west to begin life new.
Go west, this is what we'll do.
Go west, sun in winter time.
Go west, we will do just fine.
Go west where the skies are blue.
Go west, this and more we'll do .
Go west
Go west
Go west...




I am so sure, only, de ma boite à outils personnelle.
Pour le reste, rien n'est tout à fait, établi... Very Happy
Je ne sais pas vous, mais j'ai pu plutôt bien "bosser" ici,
alors si vous le permutez, je vais rester encore un peu avec vous.....

Du train, des gares, des cheminements, des petits, des gros cailloux, mais beaucoup moins dans mes So Sure...


Dernière édition par I am so sure le Dim 20 Aoû 2017 - 0:44, édité 3 fois
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mar 15 Aoû 2017 - 23:55

"Si tu différes de moi, loin de me léser tu m'enrichis"
cat


Dernière édition par I am so sure le Dim 20 Aoû 2017 - 0:39, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mer 16 Aoû 2017 - 11:24

Spoiler:

Le journal de bord

Type d'outil: truc pratique
Suggéré par: Ressources en Développement
Origine: Inspiré du programme SavoirRessentir


Le journal de bord est un outil qui permet de cerner ce qui se passe en vous. Pour l'utiliser, vous n'avez besoin que d'un papier et d'un crayon.

Utilité

Préciser tout simplement ce qui se passe en vous.
Aider à mieux se connaître.
Préciser ce qui ne va pas et trouver une voie à suivre lorsque vous vivez quelque chose de malheureux.
Préciser ce qui va bien et identifier la direction à poursuivre lorsque vous vivez quelque chose d'heureux.
Préparer une rencontre avec une personne importante pour vous.
Aide-mémoire où vous notez ce que vous découvrez sur vous.

Voici quelques suggestions concernant les façons d'utiliser le journalde bord.

Se préciser en formulant.
Le seul fait de s'arrêter et d'écrire ce que l'on ressent nous aide à le préciser. Ce que nous vivons devient plus clair et plus concret. Le journal est donc utile lorsque ce qui ce passe en vous est confus. Vous pouvez écrire comme si vous vous adressiez à une personne en qui vous avez confiance et à qui vous êtes à l'aise de vous confier. Cela permet aussi de préciser davantage ce qui se passe en vous et de mieux vous connaître.

Écrire à quelqu'un.
Si vous aviez quelque chose de très important pour vous à dire à quelqu'un, vous pouvez l'écrire dans votre journal avant de le faire 'en personne'. Vous pourrez alors demeurez attentif à vos réactions et vos émotions. Il sera plus facile de prendre le temps de vous arrêter pour bien sentir, vous pourrez alors mieux cerner ce que vous avez vraiment à lui dire.

Faire le point.
À tout moment, vous pouvez vous arrêter pour faire le point. Il suffit de vous demander: "qu'est-ce qui est important pour moi actuellement?". Il peut s'agir de ce qui vous ressentez, de ce qui vous préoccupe, de vos réactions à quelque chose qui vient de se passer, d'une chose que vous voudriez exprimer, etc. Cela vous permettra de voir plus clair en vous.

Consigner ses découvertes et ses observations.
Vous pouvez aussi inscrire dans votre journal les découvertes que vous faites sur vous-mêmes, des phrases qui vous ont fait réfléchir ou que vous aimez particulièrement, vos apprentissages de la vie, des faits lourds de sens qui vous sont arrivés et que vous ne voulez jamais oublier, etc.

Plusieurs de nos clients trouvent le journal de bord très utile. Il suffit de l'essayer pour voir de quelle façon il pourrait être utile pour vous. N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

http://www.redpsy.com/outils/soi.html#journal

--------------------------------------------------------------------------------------

Le grand ménage

Type d'outil: liste d'étapes à suivre
Suggéré par: Ressources en Développement
Origine: Inspiré de "Cleanups" par Ira M. Pasternack
Marketing Tip of the day - Janvier 12, 1998, Tip # 259 (Anglais) http://www.clearlyinternet.com/mtotd.html


Nous avons tous des aspects de notre vie qui sont dans un état de fouillis. Si vous avez des piles de papier sur votre bureau, vous êtes dans le fouillis. Lorsque vous remettez toujours à demain l'un de vos projets, vous ajoutez un dégât à votre fouillis. Lorsque vous tardez à prendre une décision importante, vous nagez encore dans le fouillis.

Un dégât est une situation laissée en suspens. Dans ce cas, consciemment ou non, votre esprit est tenté de compléter ce qui est inachevé. Vous devenez alors préoccupé et vous avez l'impression de manquer d'énergie. Effectivement,chaque dégât ronge une partie de votre énergie.

Comment sortir de ce fouillis ?

Pour sortir du fouillis, il faut terminer ce qui est laissé en suspens. Chaque fois que l'on fait un peu de ménage, on libère de l'énergie emprisonnée. On libère aussi son esprit. Donc, à chaque "dégât" nettoyé on retrouve un peu de concentration et d'énergie !

Si vous soupçonnez que certains aspects de votre vie sont dans un état de fouillis, voici une démarche qui vous permettra de le vérifier. Elle sous aidera également à organiser votre grand ménage pour retrouver votre énergie et votre concentration.

Étape 1: Préparation

Préparez votre feuille "Opération nettoyage" Cette feuille est divisée en 4 sections:

1. Projets non-complétés
2. Projets en attente
3. Tâches à exécuter
4. Habitudes à changer

Si vous préférez, vous pouvez utiliser le modèle que nous avons préparé. Vous le trouverez à http://www.redpsy.com/outils/fouillis1.html

Étape 2: Inventaire du fouillis

Il s'agit maintenant d' identifier un à un tous les dégâts entassés qui forment votre fouillis. Vous classez chaque dégât dans la section appropriée.

1. Projets non-complétés

Inscrivez tous les projets que vous avez démarrés mais que vous n'avez pas complétés. Cela inclut les mini-projets et les méga-projets, à la maison comme au travail.

2. Projets en attente

Inscrivez tous les projets que vous aimeriez voir se réaliser mais pour lesquels vous n'avez posé aucune action. Vous pouvez aussi y inscrire une date où vous êtes certain que vous pourrez débuter ce projet (il est possible que vous sentiez une libération immédiate en inscrivant cette date).

3.Tâches à exécuter

Inscrivez les petites tâches que vous devez faire mais que vous remettez continuellement au lendemain. Exemple: le changement d'huile de votre voiture, la mise à jour votre carnet de chèques, une lettre à un ami, etc.

4. Habitudes à changer

Inscrivez ici les façons d'agir que vous voulez changer dans votre vie (personnelle ou professionnelle), que vous voulez cesser de tolérer. Exemple: Vos heures de travail, l'organisation de vos journées, votre alimentation, un problème avec un ami, etc.

Étape 3: Arrêt "Ressentir"

Maintenant que l'inventaire de votre fouillis est complet, arrêtez-vous et prenez quelques minutes pour bien ressentir l'effet que cet exercice à sur vous jusqu'à maintenant. Vous pouvez inscrire vos réflexions dans votre journal de bord ou simplement à l'endos de votre feuille "Opération nettoyage". Si vous avez de la difficulté à ressentir, l'outil "Respirer pour ressentir" pourrait vous aider.

Étape 4: Classement des dégâts

Tous les dégâts que vous aurez inscrits à l'étape 2 sont ceux qui alimentent votre fouillis. Chacun est une opportunité de faire un peu de ménage. Certains peuvent être nettoyés rapidement et facilement; ce sont les petits dégâts. D'autres sont plus complexes et seront plus difficiles à nettoyer, ce sont les gros dégâts. Identifiez tous les petits dégâts faciles à nettoyer qui se retrouvent dans votre inventaire.
Étape 5: Nettoyage des petits dégâts

Commencez par régler vos petits dégâts immédiatement.

Étape 6: Planification du nettoyage des gros dégâts

Pour les éléments plus complexes, choisissez-en un ou deux et accordez-vous un mois pour les nettoyer. Lorsque ce sera fait, choisissez en deux autres et donnez vous un autre mois pour faire le ménage. Continuez de cette façon jusqu'à ce que votre grand ménage soit complet.

Vous sentirez probablement une différence dès vos premiers efforts pour démêler ce fouillis. Vous vous sentirez plus énergique et vous aurez plus de facilité à vous concentrer.

Faites nous part des effets de votre grand ménage chez vous.

http://www.redpsy.com/outils/soi.html#journal
---------------------------------------------------------------------------------

Repérer les noeuds dans mes relations
(1ère partie)

Type d'outil: Exploration de soi
Suggéré par: Michelle Larivey, psychologue


Préambule

Pour réussir l'exercice, il est préférable d'avoir lu le texte intitulé "Le transfert dans les relations".

L'exercice sera mieux réussi également si on répond aux questions par écrit plutôt que mentalement. Le fait d'écrire libère l'esprit lui permettant ainsi d'avoir accès à d'autres données de l'expérience psychique.

Exercice

Identifier toutes les personnes de ma vie (intimes, enfants, parents, amis, relations de travail...) avec lesquelles j'éprouve des difficultés de relation. Faire une colonne par personne, avec le nom de chacune au haut de sa colonne.

Préciser, pour chacune, les principales insatisfactions que j'éprouve avec elle.

Préciser, pour chacune, mes attitudes et mes comportements au sujet de chacune de ces insatisfactions.

Faire ressortir les éléments communs aux différentes personnes, concernant:
les insatisfactions que j'éprouve
les attitudes que j'adopte généralement
les comportements que j'ai

Noter, sur une page distincte, la synthèse qui en ressort.

Cette synthèse ne sera peut-être pas définitive. En tant qu'ébauche, elle permet de devenir plus conscient de ce qui se passe d'important dans ces relations. En s'observant ensuite, au moins dans quelques-unes de ces relations, il sera possible de réajuster le schéma.

Cet exercice pourra être complété après la lecture du deuxième article de cette série: "La source des noeuds"

 




Repérer les noeuds dans mes relations
(2ième partie)

Type d'outil: Exploration de soi
Suggéré par: Michelle Larivey, psychologue


Préambule

Il est important d'avoir fait la première partie et d'avoir lu "Aux sources du transfert". L'exercice donne de meilleurs résultats s'il est fait par écrit.

Exercice

6. Pour chacune des relations dans lesquelles j'ai des difficultés, identifier le sujet qui me préoccupe. (Tenter de cerner ce qui est en cause pour moi et non pas les agissements de l'autre.)
7. En m'appuyant sur la partie III du texte "Aux sources du transfert", noter ce que je fais dans ces relations qui contribue à la formation ou au durcissement du noeud.

Il est possible que toutes les réponses ne viennent pas du premier coup. Si la qualité de ces relations nous importe, il est utile de conserver cette activité "en chantier" et de faire les ajouts à mesure qu'on les découvre.

http://www.redpsy.com/outils/soi.html#journal

-----------------------------------------------------------------------------------------

Espoir

je cherche une ville si petite
que l'ennui ne pourrait y habiter

je cherche une maison si minuscule
que la tristesse ne pourrait s'y cacher

je cherche un logis si étroit
que l'angoisse ne pourrait y pénétrer

je cherche une chambre si basse
que la solitude ne pourrait s'y coucher

je cherche un regard si bleu
que ma peine pourrait s'y noyer

je cherche un sourire si doux
que je pourrais m'y loger

et je vais de ville en ville
et je frappe de porte en porte

partout d'où je viens
partout où je vais
on me dit d'aller plus loin
que là-bas je trouverai bien

1959-1960

http://pages.infinit.net/calliope/Espoir.html


Errance et mépris
 

Inspiré par la réapparition inéluctable, dans nos relations,
des besoins affectifs insatisfaits


Mille fois je suis restée sans voix.
Mille fois je suis restée figée
devant ton regard courroucé.

Mille fois je t'ai craint,
clouée sur place
... par ton regard de glace.

Mille fois j'ai réprimé mon chagrin.
Je me suis tue...
le coeur en désarroi.

Mille fois je suis restée sans voix,
j'ai ravalé ma rage
pour avoir l'amour en partage,
mais, le silence gonflait mon désarroi.

Mille fois je me suis tue
devant ton refus,
le coeur plus lourd
de jour en jour.

Mille fois tu m'as répété
de ne pas te déranger.
Mille fois comme du venin,
cette phrase faisait son chemin
et rendait mon coeur de plus en plus en chagrin.


Mille fois tu m'as repoussée.
Je me suis sentie dévastée.

Ton regard furieux me transperce.
Mon coeur bat la chamade
en attendant l'estocade.
Tu me mets à mort
comme un agneau sans défense,
à qui il ne restera que l'errance.

Milles fois je me suis tue,
contenue par l'espoir...
mue par ce besoin
jailli de mon sein

... m'approcher de toi
reposer ma tête sur ton sein
... tout mon être en a besoin...
Mais tu sèmes le désarroi
en te détournant de moi.

Le coeur chagrin,
je m'abîme en mon sein.
Tu me tues
par tes refus.

Le soleil, la douceur,
ont soudain un goût a-mère.
Tout est sans attrait dans mon univers.

Mille fois je suis restée sans voix,
jusqu'à l'abattement total
dans ce désert glacial,
jusqu'à souhaiter la mort...
pour échapper à mon triste sort...
totalement dévastée
ma voix reste sans portée,
ensevelie sous le poids du désarroi.

Le coeur et la chair en lambeaux
mourir comme un agneau,
comme une bête écorchée.
Mourir enfin,
immolée par ton venin.

Les coups ont porté
je suis atterrée.
Un voile opaque
me sépare du monde.
Tout est obscur et ténébreux
je suis coupée de ce monde insensé.

J'ai baissé les bras,
mon corps avait soif de toi.
Je m'éteins
le coeur chagrin.
Tu me refuses ton sein,
je plonge dans un gouffre sans fin.

Assaillie d'un vertige
mes sens se figent.
Incapable de comprendre mon émoi,
je vacille coupée de toi,
... tout se voile et l'esprit confus
complètement déboussolée par tes refus,
je perds pied...
je suis désemparée.

La peur, la terreur et le froid
soudain s'emparent de moi.
Tout bascule.
Ma vie vole en éclats
sous le son de ta voix
«Achale-moi pas».

Je perds pied.
Où me mènent mes pas,
si ce n'est vers toi?

Atterrée, déboussolée,
désormais je vais porter ma rage
comme un ours en cage.
Ma vie a changé de cap,
je pleure et je meurs sous cape.

Une longue errance
entrecoupée d'extravagances:
je cherche ma voie,
coupée de ma voix.

Que je cris, que je hurle,
mon sein toujours brûle.
Mon cri reste sans empathie,
les gens autour je meurtris
et de plus en plus je m'aigris,
coupée de ma voix,
en cherchant ma voie.
Restée sage, je bouts de rage
j'ai colporté ton venin:
Tu m'as donné la vie
et tu l'as nourri de mépris.

J'ai semé à tout vent
comme un germe de mort,
le sperme de mon tourment
pour te mettre à mort.

Je t'ai cherché dans les bras de
Gabrielle à la douce voix
à qui j'ai prêté vos voix, vos choix.

Gabrielle au regard bleu si affectueux,
... qui suscite tout un émoi.
Gabrielle qui ne se doute pas
de cette rage que je porte en moi.

Gabrielle à la peau de satin,
devant qui je deviens pantin.

Gabrielle qui tire les ficelles
comme une implacable ritournelle.

Gabrielle à qui je me sens liée en mon sein.
Gabrielle qui me replonge dans les eaux troubles du désarroi.
Gabrielle avec qui je me débats.

Après quelques ébats,
je reste sans voix.
Toujours je cherche ma voie.

Gabrielle ma vie vole en éclats.

Gabrielle je te claque la porte,
frustrée par nos amours mortes.

Gabrielle tu provoques la rage
de l'ours en cage.

Gabrielle devant toi,
désemparée,
je revis mon amour frustré.

Gabrielle tu me tues,
tu me laisses sans voie.
Je cherche ma voix
pour retrouver la voie.

Complètement perdue,
je te quitte.
Je survis en ermite.
Je te quitte,
je cherche ma voie.

Pour mettre fin à l'errance
de l'agneau sans défense,
pour libérer l'ours en cage
et continuer le voyage,
je cherche terre et asile
pour reprendre pied,
pour retrouver ma voix.
Je cherche une terre fertile
capable de me porter.

Une terre où les cris de l'ours en cage
pourront faire bon ménage
avec les pleurs de la brebis sans défense
pour mettre fin à l'errance,
et redonner vie à l'agneau immolé.
Une terre fertile pour sortir de l'exil.

Une terre qui accueillera mes vers,
peut-être malhabiles
mais jamais futiles,
Une terre pour me libérer de toi ma mère,
et apaiser enfin mon tourment.

Voici la complainte, maman
de l'enfant qui s'est tue.
Au-delà du silence,
enfin m'entendras-tu?
Maman


Jour après jour
tu me sers la même rengaine
ma coupe est pleine.

Ton courroux m'écroue.
Je sonne la charge
pour te mettre en marge.

De mes demandes tu te moques.
Gonflée à bloc,
de la soumission je défroque.
À quoi bon chérir la vertu
si jour après jour je subis ton refus.



Par Louise (lalou01@hotmail.com)

2 avril 1999

Le mur

Inspiré par la douleur d'un père
devant son fils victime de la drogue

| Avant d'imprimer ce poème | Mise en garde | D'autres textes poétiques! |



Il est là devant moi
Silencieux, lointain
Si proche et si loin
Il y a ce mur qui me coupe de lui
C’est dur. J’ai mal.

C’est dur
Si loin et si proche
Il y la méfiance, il y a les souvenirs mauvais
Il y a le désir, il y a la peur de la blessure
Les silences qui nous emmurent
Ensemble et si seuls

Le mur ébréchéDevant, je resterai devant
Malgré les repoussements
Patient; je serai patient
Malgré les vents contraires
Malgré la méfiance
Je serai fort et aimant

Plus fort que le mur
J’ai l’espoir de retrouvailles
Je vaincrai le mur,
Si je fléchis je me redresserai
Je verrai son écroulement pierre par pierre
Tous les empires ont connu l’effondrement

Il y a ce mur qui me coupe de toi
C’est dur
Je suis là devant, tenace
Je serai là lorsque le mur ne tiendra plus
Je serai ton père… à jamais


Jean-Marc Beaudoin
Écrire à l'auteur
http://www.redpsy.com/images/mur.html

J'assume

| Avant d'imprimer ce poème | Mise en garde | D'autres textes poétiques! |



Douleur je t’ai vaincue, ma force l’a voulu
Au fond j’ai toujours su que tu ne viendrais plus.
Il m’a fallu du temps et beaucoup de courage
Pour vaincre ma tristesse ma colère ma rage.


Il fallait seulement qu’un matin je comprenne
Que c’est dans mes entrailles qu’était enfouie ma peine.
Elle était sûrement cachée depuis longtemps
Ce n’est pas toi mon ange qui l’a créée en fautant.


Tu ne m’as pas servi sur un plateau d’argent
Toutes ces émotions, ces peines ces tourments.
Ce sont les faits d’hier, et ceux de mon enfance
Qui n’étaient pas guéris et qui m’ont fait souffrance.


Je te vois comme un homme, car tu n’es pas un dieu
Même avec tes faiblesses pour moi tu es merveilleux
Tu as vécu ta crise sans me demander d’aide
Ainsi ce fut ton choix, et moi pour toi je plaide.


J’accepte que pendant tes moments «solitude»
En moi tu ne pouvais y voir ta plénitude
Maintenant j’ai compris que parfois dans la vie
Même avec plein d’amour on se sent démuni.


Le long de notre route
Parsemée de nos doutes
Nous ne voyons parfois
Que notre désarroi.


On s’enferme souvent dans notre propre angoisse
On ne regarde plus les autres quoi qu’ils fassent.
Jusqu’au jour où alors on sort ressuscité
En un mot ou un geste on voit la vérité.


Josie G.
http://www.redpsy.com/images/assume.html
-------------------------------------------------------------------------------------------

Ravage et... Délivrance
Poèmes humanistes
Cliquer pour voir la couverture
Par Michelle Larivey, psychologue-poète.


ReD éditeur, 2000
ISBN 2-921693-54-2
88 pages, 16.00 $Can (nouveau prix)


Brève description
Table des matières.
Comment vous le procurer ?
"J'invite chacun à venir à la fête de tous ces mots, je vous invite vous lecteur à venir,
à l'émotion permise, à oser traverser la criante faim de ne pouvoir se dire,
à emprunter à votre façon tel ou tel poème pour l'offrir à votre mémoire
au-delà des murmures du silence et bâtir ainsi votre propre parole"

Jacques Salomé, mai 2000 en Provence



Ravage et... Délivrance
Poèmes humanistes


Les réalités psychologiques, lorsqu'on les aborde avec le coeur ouvert d'un psychothérapeute humaniste, ont une richesse et une complexité qu'il est difficile de traduire en mots.

Le psychothérapeute bénéficie d'un accès privilégié aux drames humains les plus importants ainsi qu'aux recoins obscurs de la psyché et de la sensibilité.

C'est souvent le langage imagé de la poésie qui semble le plus approprié pour rendre avec justesse les nuances, les subtilités, les éclats et l'intensité des drames humains que le travail quotidien l'amène à partager.

Pour lire quelques poèmes de Michelle Larivey


Michelle Larivey utilise parfois son talent de poète pour mieux exprimer sa compréhension de certaines situations qui, malgré leur caractère tragique, correspondent souvent à des moments de plénitude.


Table des matières


Préface de Jacques Salomé

Les filles d'Aphrodite
     inspiré par l'attitude des femmes intouchables et leur effet sur certains hommes

Le ravage
     inspiré par des victimes d'accidents de travail

S'extraire de l'abîme
     inspiré par l'expérience des travailleurs accidentés en psychothérapie de groupe

L'envolée
     inspiré parl'expérience des travailleurs accidentés en psychothérapie de groupe

Arrimés au creux de la vague
     inspiré par les personnes souffrant de stress post-traumatique

Nos pères: leur paix si chère!
     inspiré par ce que vivent les hommes qui renoncent, petit à petit à se respecter avec les femmes
    qu'ils aiment

Coeur rauque
     inspiré par ce que vivent des psychothérapeutes en intervention post-traumatique

L'homme écalé
     inspiré par la conquête du droit d'être différent

L'homme sans voix
     inspiré par ceux qui doivent arracher leur droit d'être vivant à une enfance de restrictions

Noeuds d'aigles
     inspiré par des personnes aux prises avec des phobies

Chavirement
     inspiré par les gens qui font des crises d'anxiété ou de panique

Deuil d'elle
     inspiré par celui qui se retrouve seul après la longue lutte pour la vie de l'être aimé

Sur le chemin du deuil
     inspiré par une phase de la démarche du deuil

Coupure
     inspiré par la difficulté de consentir à la perte d'un être cher

L'homme perle
     inspiré par l'attitude des hommes québécois à l'égard des femmes

Labyrinthe
     inspiré par les personnes dont la sécurité repose sur le contrôle total de leurs émotions

L'enfant aux miettes
     inspiré par les enfants issus de mère indisponible

L'oiseau pourpre
     inspiré par celui qui éteint l'autre pour éviter son impact

L'abattage des oiseaux de feu
     inspiré par les êtres de valeur qu'on exploite à leur insu en les attirant sous prétexte
    de tâches nobles

Pauvres furies
     inspiré par l'étouffement perpétuel des colères légitimes

Marée chaude
     inspiré par l'amour impossible

Les filles de Mules
     inspiré par les femmes qui refusent leur vulnérabilité avec les hommes

Fleur d'artichaut
     inspiré par la difficulté de contact de l'adolescence

La complainte d'un humaniste
     inspiré par les tourments et l'incertitude du psychothérapeute qui a renoncé au purisme
    de l'humanisme.

Le mal de l'autre
     inspiré par l'insoutenable oscillation vécue par des personnes dans la relation thérapeutique

Les âmes brûlées
     inspiré par les divorces où l'enfant est pris en otage

Ode à un chef
     inspiré par l'entreprise de réorganisation menée par le chef d'une grande entreprise

Nos amours
     inspiré par la recherche de fusion et celle du contact réel

Les lacs aussi meurent
     inspiré par l'appréhension des personnes intimement liées à l'idée d'être séparées

Délivrance
     inspiré par celle qui rompt après avoir tout tenté pour résoudre ses impasses

http://www.redpsy.com/editions/ravage.html





















ce clip a été tourné à Malo-les-bains (Dunkerque)

L'autre, mes rues, ma ville, ma plage, mon plan de jeu pour enfants à prétention kangourou. Il s'emm... de pas lui et tout ça sans mon autorisation. Envahissement de mon territoire, je proteste.

Maman m'a dit qu'elle écoutait souvent du Stevie Wonder
Quand elle attendait gentiment que je vienne au monde
Je suis venu sachant qu'on ne voit vraiment
Jamais, non jamais si bien qu'avec le cœur
On passe nos vies à compter ce que l'on a pa
En mettant parfois nos foies dans le plus gris des états
On oublie qu'on est bien, que de l'intérieur
Ça n'enlève pas les pleurs, mais moi
J'fais comme Dumbo
Je ne fais que voler
Au-d'ssus d'mes défauts
Je fais comme Dumbo
Je ne fais que voler

Un éléphant roi, se trompe parfois
Et danse aussi mal que vous et moi
En éléphant, moi, je ne me trompe pas
Quand je me dis qu'il faut qu'on s'aime, soi

Les oiseaux les plus bruyants, les plus 'coucou je suis là'
Ne sont pas les plus aimants, enfin ça dépend je crois
La place que l'on prend, ne dit jamais
Si l'on est heureux de ce que l'on devient
J'fais comme Dumbo
Je ne fais que voler
Au-d'ssus d'mes défauts
Je fais comme Dumbo
Je n'fais que voler

Oh, un éléphant roi, se trompe parfois
Et danse aussi mal que vous et moi
En éléphant, moi, je ne me trompe pas
Quand je me dis qu'il faut qu'on s'aime, soi
Soi

Qu'aiment les hommes qui se s'aiment pas?
Je me suis souvent demandé
Ce qu'aimaient les hommes qui ne s'aiment pas
Moi je m'envole, je m'en vais
J'fais comme Dumbo
Je ne fais que voler
Au-d'ssus d'mes défauts
Je fais comme Dumbo
Je n'fais que voler

Oh, un éléphant roi, se trompe parfois
Et danse aussi mal que vous et moi
En éléphant, moi, je ne me trompe pas
Quand je me dis qu'il faut qu'on s'aime, soi

Un éléphant roi, se trompe parfois
Et danse aussi mal que vous et moi
En éléphant, moi, je ne me trompe pas
Quand je me dis qu'il faut qu'on s'aime, soi

(J'fais comme Dumbo
Je ne fais que voler
Au-d'ssus d'mes défauts
Je fais comme Dumbo
Je n'fais que voler)

(J'fais comme Dumbo
Je ne fais que voler
Au-d'ssus d'mes défauts
Je fais comme Dumbo
Je n'fais que voler)

elephant



avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mer 16 Aoû 2017 - 12:48

Spoiler:

Sartre et Autrui


Sartre intersubjectivite

Autrui, ce moi qui n’est pas moi (Sartre)
La question de l’intersubjectivité est au coeur de la philosophie Sartrienne. Sartre pose en effet les questions suivantes : autrui est-il synonyme de liberté ? Est-il consubstantiel au monde ? Puis-je exister sans autrui ? Quels peuvent être la nature des rapports à l’autre ?

Sartre, le corps et la honte :

Chez Sartre, l’intersubjectivité passe par la médiation du corps :

“La nature de mon corps me renvoie à l’existence d’autrui et à mon être-pour-autrui. Je découvre avec lui, un autre mode d’existence aussi fondamental que l’être-pour-soi et que je nommerai être-pour-autrui” (L’Etre et le Néant).

Et c’est le sentiment de la honte qui fait surgir autrui dans le monde. La honte est conscience de honte. Sartre donne l’exemple du voyeur espionnant par le trou de serrure. Tout entier dans son action, le sujet ne réalise pas son geste, il ne conscientise pas. Or, d’un coup, sans comprendre pourquoi, il devient conscience honteuse car il imagine quelqu’un qui le voit. Autrui le force à se voir tel qu’il est :

“La honte est honte devant quelqu’un … Autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même : j’ai honte de moi tel que j’apparais à autrui” (L’Etre et le Néant).

Autrui et le regard :

Le premier scandale que constitue l’existence d’autrui pour la conscience est qu’on rencontre autrui, donc qu’on ne le constitue pas (alors que c’est le cas des tous les autres étants du monde).  Deuxième scandale : autrui me fige, il est celui qui me regarde, qui me rend objet :

“J’ai un dehors, j’ai une nature; ma chute originelle, c’est l’existence de l’autre” (L’Etre et le Néant).

Dans Huis Clos, la relation Garcin/Ines illustre cette thèse : Garcin explique à Ines qu’il est la foule, le regard de toute l’humanité sur elle.

http://la-philosophie.com/sartre-autrui

--------------------------------------------------------












Ajoutée le 20 janv. 2017
Exposé de Philippe Kourilsky dans le cadre des "Grands exposés scientifiques" intitulés "Du déterminisme au stochastique: approches croisés de scientifiques", donnés lors des Conférences de rentrée 2015 à l'ENS.

Ces exposés traitent du passage d’une vision purement déterministe de la science à la prise en compte des aspects statistiques, au travers notamment de changements d’échelles. Elles croisent tout d’abord la vision d’une mathématicienne, d'un physicien et d’un biologiste, puis donnent lieu à un débat initié et animé par un philosophe des sciences.
L’objectif de ces exposés est de montrer la science sous des éclairages divers à travers une question, qui, si elle puise ses racines dans le 19e siècle en l’occurrence, touche à des problèmes tout à fait contemporains.

Philippe Kourilsky est un biologiste, membre de l'Académie des sciences et professeur honoraire au Collège de France.

Il a exercé de nombreuses responsabilités touchant à l'administration de la recherche et aux applications de la génétique et de l'immunologie dans le secteur public et privé. Il est notamment l'auteur d'un rapport sur le principe de précaution, remis au Premier ministre en 2006.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

►ENS : http://www.ens.fr
►SAVOIRS ENS : http://www.savoirs.ens.fr
►FACEBOOK : https://www.facebook.com/Ecole.normal...
►TWITTER : https://twitter.com/ENS_ULM
►INSTAGRAM : https://www.instagram.com/normalesup
Catégorie
Éducation

----------------------------------------------------------------------------







♪ My Mistakes Were Made For You ♪
About as subtle as an earthquake, I know
My mistakes were made for you
And in the back room of a bad dream she came
And whisked me away, enthused

And it's as solid as a rock rolling down a hill
The fact is that it probably will hit something
On the hazardous terrain

And we're just following the flock
'Round and in between, before we're smashed to smithereens
Like they were
And we scramble from the blame

And it's the fame that put words in her mouth
She couldn't help but spit 'em out
Innocence and arrogance entwined
In the filthiest of minds

She was bitten on her birthday and now
A face in the crowd she's not
And I suspect that now forever the shape
She came to escape is forgot

And it's a lot to ask her not to sting
And give her less than everything
Around your crooked conscience she will wind

'Cause we're just following the flock
'Round and in between, before we're smashed to smithereens
Like they were
And we scramble from the blame

And it's the fame that put words in her mouth
She couldn't help but spit 'em out
Around your crooked conscience she will wind

And it's a lot to ask her not to sting
And give her less than everything
Innocence and arrogance entwined
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mer 16 Aoû 2017 - 14:00

Spoiler:



















--------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 10 juil. 2014
A l'occasion de la parution de son dernier ouvrage Le Conflit. La femme et la mère qui paraît en février aux Editions Flammarion, Elisabeth Badinter vient présenter sa thèse sur la révolution dans le statut des femmes qui s'est opérée au cours des 30 dernières années et qui a remis la maternité au cœur de la condition de la femme.

Au moment de l'apparition de la pilule, on s'est toutes mises à scander le slogan : « des enfants si je veux, quand je veux. » En réalité, c'est quand je veux et pas nécessairement si je veux (entrevue accordée à Philosophie Magazine, mars 2009, n°27)



-----------------------------------------------------------------------------------

























-----------------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 25 nov. 2013
Yves Schemeil, universitaire reconnu, spécialiste de science politique globale et comparée donne la leçon inaugurale de l'Ecole de Gouvernance et d'Economie de Rabat.
La science politique est une véritable connaissance et une pensée qui permet de comprendre l'évolution des sociétés, comprendre le cheminement des processus politiques, les points de comparaison entre les différentes sociétés et leurs modes d'institutionnalisation.
Yves Schemeil dresse l'état du savoir dans cette discipline, ses enjeux et trace des perspectives pour le développement d'une science politique au service de la décision politique en s'appuyant notamment sur ses travaux synthétisés dans le manuel "Introduction à la science politique. Objets, méthodes, résultats".




-------------------------------------------------------------

Ajoutée le 9 juin 2016
Est-ce qu'un clone est un individu ? Et plus généralement qu'est-ce qu'un individu ? Une introduction aux théorie classiques de la sociologie à travers l'exemple type des soldat de l'univers Star Wars.





---------------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 28 déc. 2015
Je suis moi. Moi, c'est-à-dire mon corps et mon esprit. Ce que je suis, et ce que je fais. Le problème, c'est que ce que je fais est à venir, et donc indéfini. Je ne suis rien... que ce que je fais : "l'existence précède l'essence" disait Sartre. Donc, je ne suis rien. Ainsi, pour Hume, l'identité personnelle n'existe pas : elle est une illusion dérivant de la confusion de deux types d'identité : l'identité spécifique (Pierre et Paul utilisent la même voiture (le même modèle)) et l'identité numérique (Pierre et Paul utilisent la même voiture (ils sont mariés et n'ont qu'une seule voiture). Du coup, qui suis-je, sinon une identité collective à laquelle je me rapporte. Une culture ? Suis-je moi ou suis-je les autres ?



Ajoutée le 31 déc. 2015
« Il est certain qu'aucune inclination de l'esprit humain n'a à la fois une force suffisante et une orientation appropriée pour contrebalancer l'amour du gain et changer les hommes en membres convenables de la société, en faisant qu'ils s'interdisent les possessions d'autrui. La bienveillance à l'égard de ceux qui nous sont étrangers est trop faible pour cette fin; quant aux autres passions, elles attisent plutôt cette avidité, quand nous observons que plus étendues sont nos possessions, plus grande est notre capacité de satisfaire tous nos appétits. Il n'y a, par conséquent, aucune passion susceptible de contrôler le penchant intéressé, si ce n'est ce penchant lui-même, par une modification de son orientation. Or, la moindre réflexion doit nécessairement donner lieu à cette modification, puisqu'il est évident que la passion est beaucoup mieux satisfaite quand on la réfrène que lorsqu'on la laisse libre, et qu'en maintenant la société, nous favorisons beaucoup plus l'acquisition de possessions qu'en nous précipitant dans la condition de solitude et d'abandon qui est la conséquence inévitable de la violence et d'une licence universelle. Par conséquent, la question portant sur la méchanceté ou sur la bonté de la nature humaine n'entre pas du tout en ligne de compte dans cette autre question portant sur l'origine de la société, ni non plus il n'y a à considérer autre chose que les degrés de sagacité ou de folie des hommes. Car, que l'on estime vicieuse ou vertueuse la passion de l'intérêt personnel, c'est du pareil au même, puisque c'est elle-même, seule, qui le réfrène : de sorte que, si elle est vertueuse, les hommes deviennent sociaux grâce à leur vertu; si elle est vicieuse, leur vice a le même effet. »

------------------------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 1 nov. 2016
La liberté, c'est tout le contraire de l'indifférence : c'est faire des choses, être en relation, s'engager. Et plus on est engagé, plus on est libre, plus on a de responsabilités, plus on fait de choses, plus on est grand.e et puissant.e. Pourtant, l'indifférence est parfois nécessaire pour se détacher des choses inessentielles, voire nuisibles aux grands attachements. Plus encore, on peut se détacher de tout, si tout est inessentiel — si tout est illusion...





Ajoutée le 16 juil. 2015
"Cette notion de « propriété » par quoi on explique si souvent l’amour ne saurait être première, en effet.  Pourquoi voudrai-je m’approprier autrui si ce n’est si ce n’était justement en tant qu’Autrui  me fait être ? Mais cela implique justement un certain mode d’appropriation : c’est de la liberté de l’autre en tant que telle que nous voulons nous emparer. Et non par volonté de puissance : le tyran se moque de l’amour ; il se contente de la peur. S’il recherche l’amour de ses sujets c’est par politique et s’il trouve un moyen plus économique de les asservir, il l’adopte aussitôt.  Au contraire, celui qui veut être aimé ne désire pas l’asservissement de l’être aimé. Il ne tient pas à devenir l’objet d’une passion débordante et mécanique. Il ne veut pas posséder un automatisme, si on veut l’humilier, il suffit de lui représenter la passion de l’aimé comme le résultat d’un déterminisme psychologique : l’amant se sentira dévalorisé dans son amour et dans son être. Si Tristan et Iseult sont affolés par un filtre, ils intéressent moins ; et il arrive que l’asservissement total de l’être aimé tue l’amour de l’amant. Le but est dépassé : l’amant se retrouve seul si l’aimé s’est transformé en automate. Ainsi l’amant ne désire-t-il pas posséder l’aimé comme on possède une chose ; il réclame un type spécial d’appropriation. Il veut posséder une liberté comme liberté."
Jean-Paul SARTRE



------------------------------------------------------------------------------------------















1. Être naturel, c'est improviser ! 0:47
2. Les phrases par défaut pour aborder 3:00
3. Les questions de base 4:02
4. Quoi dire entre les questions 8:11

--------------------------------------------------------------------------





------------------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 2 sept. 2012
Il y a quarante ans, le psychiatre américain Hervey Cleckley a réalisé la première étude de cas d'envergure sur des patients qui n'éprouvaient aucun remords au sujet des crimes qu'ils avaient commis. Cette absence d'empathie est-elle innée ou acquise ? Pour y répondre, le chercheur Gerhard Roth s'est intéressé à l'environnement de délinquants, montrant que celui-ci joue un grand rôle et peut altérer le cerveau dès le plus jeune âge. "Ces changements s'ancrent profondément entre l'âge de 4 et 7 ans, comme s'ils étaient d'origine génétique", explique-t-il. Le neuropsychologue Thomas Elbert, lui, s'est penché sur les mécanismes qui poussent certains groupes à commettre des meurtres horribles dans différents conflits qui secouent l'Afrique et s'interroge



--------------------------------------------------------------------------------

Ajoutée le 21 juin 2014
Documentaire passionnant sur les couleurs qui reprend la théorie des couleurs de Goethe cette théorie s' oppose à celle des couleurs primaires d' Isaac Newton qui est la plus rependue de nos jours.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Entonnoir

-------------------------------------------------------------------------------------

L’entonnoir de conversion
3 février 2016 par Laurent Matignon Laisser un commentaire




3
inShare
Comme nous l’avons vu dans notre précédent article, l’utilisation de la méthode AIDA permet de bien structurer un site internet. En toute logique, l’emploi de cette méthode va vous permette de mettre en place un entonnoir de conversion, élément indispensable du succès dans le cas de la création d’un site internet professionnel.

Entonnoir de conversion  : définition
Entonnoir de conversion (AIDA)L’entonnoir de conversion (ou “funnel”) correspond au nombre de personnes qui effectuent une action désirée, rapporté au nombre de visiteurs sur un site.

Le terme d’ “entonnoir” est d’ailleurs impropre. Il faudrait plutôt parler d’ “entonnoir percé”, puisque il y a nécessaire des fuites, une déperdition, durant le processus. Mais le mot “entonnoir” permet de faire comprendre l’idée : votre objectif est de ratisser large – du moins en apparence – pour emmener au bout du compte à un objectif donné, bien précis, bien ciblé.

Notons que contrairement à une idée reçue, l’action en question n’est pas nécessairement un achat ! Cela peut être l’inscription à une newsletter, un envoi d’e-mail ou l’utilisation d’un formulaire de contact, un appel téléphonique, ou même tout simplement… le fait de laisser un commentaire à la fin de l’article. En somme, toute action qui pour votre site professionnel représente une certaine valeur.

Qu’est-ce qu’un “bon taux de conversion” ?
Lorsque l’on évolue dans le monde du marketing sur internet, on est souvent confronté à la surprise des professionnels qui lancent un nouveau site et qui ne constatent pas une conversion aussi élevé que celle qu’ils avaient supposé atteindre. Et il s’en faut souvent de beaucoup !

Si le taux de conversion varie énormément d’un site à un autre, et d’un objectif marketing à un autre, il est sage de partir sur un taux compris entre 2 et 4% pour bâtir son business plan. Tout en sachant que faire un site internet simple est la meilleure garantie d’atteindre un taux satisfaisant.

Bien entendu, de telles prévisions ont un impact direct sur le trafic que votre site devra atteindre pour espérer devenir un vecteur essentiel dans votre dispositif. Ceci implique qu’il vous faudra attirer sur votre site 25 à 50 fois plus de visiteurs que le nombre d’actions espéré.

Surtout, ce n’est qu’une fois un certain seuil de trafic atteint voire dépassé que vous pourrez songer à optimiser votre entonnoir de conversion afin d’améliorer le taux de conversion de votre site. N’oubliez pas qu’en matière de webmarketing le pragmatisme est de mise. Or, analyser des statistiques sur un échantillon de visiteurs très faible, par ailleurs forcément non représentatif, ne vous apportera pas des enseignements suffisamment riches et fiables pour en tirer des conclusions susceptibles de peaufiner votre entonnoir.

En cas de problème de conversion, veillez donc dans un premier temps à promouvoir votre site afin d’augmenter son trafic. Ceci vous permettra d’obtenir, via Google Analytics ou un autre outil de suivi statistique, suffisamment d’informations pour vous attaquer de manière efficace à l’optimisation de l’entonnoir de conversion.

Je suis Laurent Matignon, votre créateur de site internet. Diplômé de l'EDHEC en 2000, je mets à votre disposition avec Créer Son Site mes années d'expérience en création de site, référencement et webmarketing.

https://creersonsite.net/entonnoir-de-conversion/
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Mer 16 Aoû 2017 - 14:01

Spoiler:
...
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 12:11

Spoiler:



Mylène Farmer - L'autre - Paroles
ALBUM L'AUTRE...PAROLES DES CHANSONS DE MYLÈNE FARMER


Quel émoi devant ce moi
Qui semble frôler l'AUTRE,
Quel émoi devant la foi
De l'un qui pousse l'AUTRE,
C'est la solitude de l'espace
Qui résonne en nous
On est si seul, parfois
Je veux croire alors qu'un ange passe
Qu'il nous dit tout bas
Je suis ici pour toi
Et toi c'est moi.

Mais qui est l'AUTRE
Quel étrange messager
Mais qui est l'AUTRE
Ton visage est familier
Mais qui est l'AUTRE
En toi ma vie s'est réfugiée
C'est un ami, c'est lui.

Toi et moi du bout des doigts
Nous tisserons un AUTRE
Un autre moi, une autre voix
Sans que l'un chasse l'autre,
J'ai dans ma mémoire mes faiblesses
Mais au creux des mains
Toutes mes forces aussi
Mais alors pour vaincre la tristesse
Surmonter ses doutes
Il nous faut un ami
L'ami c'est lui.
-------------------------------------------------------------

Prendre les gros risques et m'occuper des "gros dossiers".

Je suis rigolote quand je m'y mets. Ah tu fais ça toi ? ah ben moi aussi. Un gros cahier. Donc j'avais embauché des gens à l'insu de leur plein gré. Bon toi t'as une bonne tête, apparemment bien pleine de choses comme moi. D'accord je reste, je vais à ma place et je fais dans la même direction. Mais c'est bien parce que c'est vous sinon je serai allée ailleurs.

Il est à mon sens totalement impossible de verbaliser tout ce qui se déroule à l'intérieur. Et tant mieux à mes yeux. Sinon ça désucre le yaourt. J'aime bien la vidéo de ce petit garçon que Tokamak a mis sur mon fil précédent car c'est super représentatif à mes yeux de la fameuse douance et qu'à mes yeux on peut la stocker,
la compartimenter. J'avais dit à J. : ben merde, me voilà avec un mode politique ici !
de mieux en mieux for me et de pire en pire for other personnes. J'aime bien cette vidéo de train en Suéde, ça montre comment j'ai vécu et je vis. Ca montre le mode pilotage automatique mais pas faux self, ça montre le discours qui va de l'avant,
ça peut faire penser aux gares où on passe ou pas, ce qu'on y dépose, ce qu'on y laisse.

Personne n'aura rien compris. J. m'a donné des indications comme ça. Je serais passée pour une folle. Des personnes m'ont dit plein de bla bla et moi j'ai suivi des images,
de ces images. Ca fait complètement déroutée de l'extérieur alors que ça fait tellement de choses et de plans et d'informations vu de moi.
J'ai donc reçu l'adulte surdoué, apprendre à faire simple quand on est compliqué,
qui sait ma fameuse page sur les dits normo pensants s'y trouvent. Comme je vais sûrement lire aussi celui qu'elle a écrit sur le travail, bien que ça semblerait ne plus servir à rien.

Pour moi il y a les théories et donc validées ou pas et les travaux pratiques, la pratique.
Ces bouquins je les ai eu de mon niveau de vie, à savoir je vois des milliers de personnes allaient en consultation et raconter des choses de leur vie. Leurs expériences bonnes ou mauvaises et j'avais dit que c'était cool que justement ces personnes ne puissent pas ou n'arrivent pas à synthétiser pour alors aboutir à un livre qui parlerait complètement à une personne voire surdouée qui le lit. Ca fait tout plein de "les autres"
qui ont donné des détails de leur vie privée et de leur fonctionnement.

J'ai reçu un courrier hier qui aurait pu me rappeler vers un passé révolu, et c'est justement le fait d'avoir imagé en mouvement par mon train, que je pense désormais que c'est comme ça que je pense, j'ordonne mes pensées, je vis, je vois. Je n'ai donc pas réfléchi du tout à ce dont me parler ce courrier qui n'est pas de mes rails et de là où je fais. J est coordonnateur entre autres. Ca lui va bien. Ca me ressemble. Pas en tout, parce qu'on est pas tout à fait pareil, et aussi parce qu'on n'a pas fait ou développé les choses ou pas de la même façon, t'as vu choses ça peut faire shoes auquel il manquerait le c, le sait, et alors le sait pas tout qui évite d'allonger avec un et c'est pas tout, d'ailleurs je vais t'expliquer.

Il va falloir que je m’achète une barbie pour y jouer à 46 ans, un truc de filles. Un socle. Le mode socio de comptoir, politique de comptoir, ect. Mon socle est alors mon tabouret, je peux m'asseoir et ne pas me poser de questions. Les choses prioritaires sont réglées de façon à me sentir rassurée et de fait ça canalise mon mental. De fait je peux si je veux penser en mode court (une seule ardoise) selon un ensemble aussi court, ect Smile Et agrandir les champs conversatifs entre moi et mon frigo les autres.

J'ai dit que je n'avais aucun remords ni regrets. Non pas que rien à foutre de personnes mais comme tout a dit, fait, parler au fur et à mesure ni remords ni regrets, l'autre, les autres ont pu dire ce qu'ils avaient à dire et j'ai pu leur répondre et ça fait donc un contrat moral.

Deux entonnoirs. Des billes qui peuvent y entrer ou pas. Qui proviennent alors du coup désormais de personnes plus particulières ou pas. J'ai trouvé ultra violent de repenser à un moment donné au fait que j'avais pu me claquer dans le vrai sens du terme la tête contre mes murs et mes posters de Bob Smith au milieu de ces grosses fleurs moches. The head on the door. The head on the wall, wall papers.


J'ai pas aimé ces derniers trains car ils étaient lourds de sens, lourds de tellement de sens et lourds aussi de ce que je n'expliquerai pas et jamais à des personnes tellement elles ne comprendraient pas, ou comment l'autre attardée mentale mettra alors toute sa vie à comprendre sa connerie profonde. C'est assez représentatif pour moi de fonctionnements différents. La théorie donc et la pratique.

Supposer pouvoir m'aider alors que je n'avais rien demandé et se prétendre au dessus des messes de vies que j'ai toujours suivi. Je vais pouvoir ne plus épiloguer sur ce désastre humain. Se croire un ensemble soi même ! salut je suis un compas et je sais faire des cercles, suis moi. Euh mais tes cercles là ils sont vides cocotte. Oui mais non je sais j'ai la science infuse ! ben non je vois que tu n'as déjà les limites de ton carré de vie ! Et là ça me fait penser à ce bouquin, je vous mettrais toutes les phrases de qui de où dans quel bouquin) qui parlait dans cette page, de la cloison des normo pensants. Me viennent les expressions : marcher sur les plates bandes des autres, ect.

Et effectivement je suis heureuse que ça ne soit pas à moi de penser un truc infernal, à savoir comment quelqu'un peut donc cumuler à mes yeux non pas des briques pleines dans des briques pleines au milieu de briques pleines dans des briques pleines communes, mais du être un être vide, sans comme le dit l'expression : la tête bien pleine, et n'avoir pas autour des murs porteurs pleins d'infos. Je ne veux pas avoir à penser plus que ça, qu'on peut avoir des enfants, plus de 18 ans, fait des études, et se penser le monde comme l'ile aux enfants. Très très très loin de moi, ça ce truc, ce que je vois comme, pardon, un déchet humain. Hum, miam, plein de chefs de gars, plein de trains, pleins de rails bien constitués entre cette personne et moi.

Un sable mouvant non émouvant plein de grains débiles et mal moulu avec de plus pas de moulins à grains pour mouliner tout ça. Je peux ranger quasi ma vie comme un Tétris, plusieurs. Donc même pas des tranches de vie. Des constructions, tu sais comme on construisait petit des chalets avec ces morceaux de bois. Le soulagement que j'ai ressenti au contact de J. et au contact de cette dame à la clinique y'a trois ans. J'aurai pu ne pas m'ouvrir ou lui mentir.

Mais elle m'a parue sympa. A passer avec son air intrigué à plusieurs reprises dans le couloir. On s'en fout je suis personne donc je peux dire que je me suis dit : elle fait comme moi, elle passe sans se présenter pour me voir avant. Elle me teste un peu et je trouve qu'elle a raison. Cette trouille que j'avais lorsque j'ai dit avec mon ton c'est hors de question, non non être votre truc là dans un seul bouquin, euh non merci. Je vais rester si vous voulez bien dans tous les autres que j'ai lu, bien assisse sur plein d'assises diverses. De plus c'est cool comme il y en a tout plein, d'un je peux varier et de deux si une se barre, il m'en reste d'autres.

Se raconter. Se ra conter. Même pour faire un conte il faut des techniques, des personnes qui les ont un jour inventées pour pouvoir le faire et de façon convenable. Je connais ces sensations de se demander si ça va passer ou pas un propos. Puisqu'on ne l'entend pas couramment voire quasi pas du tout. Alors il semblerait que je sois allée chercher des structures, des structurants, des "mes modes" à l'extérieur.

Tous ces auteurs, toutes ces histoires vraies ou pas, ces biographies, ces vies, ces ressentis, tous ces mots, tous ces voyages Smile Tous ces films, toutes ces musiques.

Sur le quai,
Je traîne mes valises,
Des valises, j'en ai plein les mains.
Des valises sous les yeux,
Mais j'm'en fous.
J'ai pas choisi, j'sais pas choisir,
Alors peu importe,
Ce que j'emporte, ce que je laisse.
C'est un peu de moi, c'est toujours moi.

Dans cette vie d'barge
qui m'emmène au large,
A fond la caisse,
Je prends l'Express.
Dans cette vie d'barge
qui m'emmène au large,
A fond la caisse,
Ce train roule sans cesse.

Et j'ai pensé à tous ces trucs, qui m'emmerdent,



Les visages de ceux qui ont peur,
Ce qui ont peur me font peur.
Si par ici il n'y a plus rien,
Je prendrai le premier train,
Car au bout des tunnels, il y a toujours du ciel
Et la vie qui m'appelle.

Dans cette vie d'barge
qui m'emmène au large,
A fond la caisse,
Je prends l'Express.
Quoi qu'il arrive
Dans cette vie d'barge
A fond la caisse,
Ce train roule sans cesse.

Combien de trains faudra-t-il encore prendre ?
Combien de trains d'où il faudra descendre ?
Combien de trains faudra-t-il encore prendre ?
Combien de trains, combien de trains, pour ne pas redescendre ?

Ce qui est raté, c'est du passé,
Je ne veux plus y penser.
Ce qui est pris n'est plus à prendre
Et je me tue à le comprendre.
Tant de regards à croiser,
Tant de gares à traverser.
Il y a tant de gens qui peuvent m'apporter,
Me faire voyager.
Et je veux les voir, pourquoi pas ce soir,
Je veux les voir, ne sois pas en retard.

Car je n'veux pas descendre, je n'pourrais t'attendre, non, non, non
Je n'veux plus redescendre, je n'me laisserai plus prendre, non, non, non
Je n'veux plus redescendre, je n'me laisserai plus prendre, non, non, non.





Ah ben oui du coup il semblera que je mette des trains et que j'ai croisé des TGV dans des ascenseurs, cela dit je suis plus à un truc "t'es bizarre" près, et ensuite c'est tant mieux, parce que quand je trace ma route et que du coup je m'ennuie jamais, je n'aime pas que ceux qui cherchent derrière ce que je suis, s'ennuient non plus.
http://www.zebrascrossing.net/t22763-all-de-gares-et-autres-retrouvements#1212536



Je suis fixée et en béton mais souvent je voyage et plus que de raison.

Pique nique mental (où tu piques, tu niques ou tu fais l'andouille)







Vous P.M.Uttez ? ou pas ? cat

avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 12:52

Spoiler:


Alors le flash c'est tout ce qui a dans le flash que tu ne peux pas écrire avec ton Bic ?

Spoiler:

DESSINS ANIMÉS
(par ordre alphabétique)



MAYA L'ABEILLE

Dans un pays de tous les temps
Vit la plus belle des abeilles
Que l'on ait vu depuis longtemps
S'envoler à travers le ciel

Cette petite abeille porte le nom de Maya
Petite oui mais espiègle Maya !

Qui n'a vraiment peur de rien
Qui suit toujours son chemin
Venez donc découvrir la malicieuse
Maya Petite oui mais espiègle Maya !

Tout le monde aimera Maya
Maya...
Maya raconte-nous ta vie

-----

LES MINIPOUSS

Nous les Minipouss
Petits êtres à moitié homme
Oui les Minipouss
Ils vont chez vous ça vous étonne ?
Dans les murs de votre maison-on
Nous nous cachons et vous aidons-ons
Nous sommes vos secrets compagnons-ons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut
Quand Eric perd un des ses crayons
Derrière un meuble où nous allons
En secret nous le lui rendons-ons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut

Nous les Minipouss
Oui c'est le nom que l'on nous donne
Nous les Minipouss
Vivont la vie mieux que personne
Au dessus de votre maison-on (???)
cousin Charlie et son avion
Et surveille les environs-ons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut
L'aventure est notre passion-on
A chaque jour nouvelle action-on
A chaque fois nous nous amusons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut

Nous les Minipouss
Petits êtres à moitié homme
Oui les Minipouss
Ils vont chez vous ça vous etonne ?
Dans les murs de votre maison-on
Nous nous cachons et vous aidont-ons
Nous sommes vos secrets compagnons-ons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut
L'aventure est notre passion-on
A chaque jour nouvelle action-on
A chaque fois nous nous amusons
Nous les Minipouss, nous sommes là quand il faut...

-----

LES MONDES ENGLOUTIS

Depuis la Grand Cataclysme, les Arkadiens vivaient blottis au centre de la Terre. Ils avaient tout oublié de leur passe, ainsi l'avaient voulu leurs ancêtres. Jusqu'au jour où leur soleil, le Shagma, tomba malade. Alors les enfants d'Arkadia osèrent entrer dans le musée interdit. Ils y retrouvèrent quelques traces du passé mais aucun plan du Shagma. Alors les enfants créèrent puis envoyèrent vers la surface de la terre leur messagère : Arkana.

Toi, enfant de la Terre écoute-moi
Toi qui a le secret du Shagma
Dans toutes les strates et les mondes engloutis
Suit Spartakus, Bob, Rebecca
O vous, enfants de lumière suivez-moi
Vous qui connaissez notre passé
Vers Arkadia, vers les Mondes Engloutis
Pour nous sauver la vie ...

REFRAIN :
Suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre
Enfant va et vole avec nous
Au fond des univers
Enfant suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre

Sors de la nuit, de la mer et du temps
Revis les légendes que porte le vent
Va vaincre le mystère, la peur, le froid
Suis Spartakus, Bob, Arkana
O toi, enfant du ciel marche sans effroi
Dis-nous que demain il revivra
Sors le Shagma le soleil de l'oubli
Des mondes engloutis

REFRAIN

Suis les Mondes Engloutis
Jusqu'au creux de la Terre
Enfant va et vole avec nous
Au fond des univers...

-----

LES MONDES ENGLOUTIS - LA CHANSON DE BIC ET BAC

C'est la gigue de Bic et Bac Bac et Bic, c'est logebic
La petite gigue du flashbic Tralala-lala-la
Dans la peine ou le grand bourdon Le Flashbic,
nous dansons Dans la grande gigue d'Arkadia Venez
avec moi Nous sommes deux Pangolins Qui se carapatent
Nous sommes deux gros malins Donnons-nous la main

Refrain :
Vers Arkadia, marchons sous le vent la pluie
Tout là-bas, nous sortirons de la nuit
Et le Shagma, pour nous tous il revivra
Tourne boule et tourne boule La gigue de la vie

Pour Arkadia, nous resterons tous unis
Tout là-bas, quand brillera le Shagma
Et c'est ainsi que giguent tous nos amis
Danse et chante et chante et danse La gigue de la vie
Dans la guigne ou dans le grand crack
Un seul truc, le grand kick
Danser la gigue du Flashbic Tralala-lala-la
Sans nous faire trop de mourron
Le Flashbic, nous dansons
Dans la grande gigue d'Arkadia Entrez avec moi
Nous sommes des Pangolins Qui se crapahutent
Nous sommes tous très calins Donnez-nous la main

Refrain
C'est la gigue de Bic et Bac Bac et Bic, c'est shagmique
C'est bien ça le truc du Flashbic Tralala-lala-la
Dans la fête et les gais flonflons Le Flashbic, nous dansons
Dans la grande gigue d'Arkadia Venez avec moi
Nous sommes des Pangolins Qui se carapatent
Nous sommes des gros coquins Donnez-nous la main

Vers Arkadia, marchons sous le vent la pluie
Tout là-bas, nous sortirons de la nuit
Et le Shagma, pour nous tous il revivra
Tourne boule et tourne boule La gigue de la vie
Vers Arkadia, marchons avec appétit
Tout là-bas, on sauvera le Shagma
Et que la vie nous garde bien tous unis
Tourne boule et tourne boule La gigue de la vie
Pour Arkadia, nous resterons tous unis
Tout là-bas, quand brillera le Shagma
Et c'est ainsi que giguent tous nos amis
Danse et chante et chante et danse
La gigue de la vie

Spoiler:
Maya la "vieille" Razz  du coup, de Vladimir Cosmos, et Bic et Bac sont un bateau... qui est ce qui tombe Allo ? je ne sais pas, je décroche quasi jamais...





Very Happy Razz drunken drunken drunken
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 13:57

αβΓ


Re: La Boite à Sauces Sures (dans le mille, doux, on s’emboîte mode Tétris)
Message par αβΓ le Sam 12 Aoû 2017 - 16:34

Bon weekend. Very Happy

J'espère qu'il fut bon Smile on est mercredi là Very Happy
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 14:12

Spoiler:
".../...

Au démarrage d'un projet Rails, peu d'éléments de configuration sont présents.../..."


https://fr.wikipedia.org/wiki/Ruby_on_Rails

C'est un peu ça ce forum même si je comprends ce que c'est que ça Smile

Des rails, des cheminements de vie, des croisements ou pas, des rencontres dans l'ascenseur, dans le train ? à la friterie du coin ? des lieux neutres où des personnes savent être être neutres et se parler alors en faisant abstraction ou pas, de parcours, de titres, de rôles, de fonctions,
une autre façon de s'exprimer, voire de se partager, voire de se raconter, voire de se nourrir, de s'enrichir, bon y'a ceux qui s’appauvrissent et alors là il faut le faire, mieux vaut s'otarir que se tarir.

Ben mince quand je vais dire que j'ai stationné plus d'un an quelque part, on va me dire : tiens tu normalises. Lorsque je vais ajouter : sur un forum...  Razz on va me dire que décidément je ne veux pas être Saine CF. Il y a donc deux manières d'être au milieu des autres. Il y a ceux qui restent tout seul et moi je sais pas tout ça, quand je suis au milieu de gens, ça prend 1/4 de seconde avant que je leur parle  Razz

C'est où ça ? A quoi ça sert ça ? c'est pourquoi faire ? vous allez où ? Ca ? ah vous pouvez le trouver là. Oh pardon je vous ai marché sur le pied, attention là vous allez vous ramasser. C'était pour ça que je me faisais un peu captée tout le temps et tous ces airs que moi je trouvais bizarres pour le coup. Eh ben dis donc quelle aventure.  Razz

A revoir mon "je ne veux pas qu'on me suive, je veux qu'on m'accompagne ou pas", j'ai vraiment eu du bol de me trouver toujours des "compagnons de ma chanson", du coup ça me fait "ma chance, on" Smile

 Very Happy

Spoiler:
Je suis le vagabond, le marchand de bonheur,
Je n'ai que des chansons à mettre dans les coeurs
Vous me verrez passer, chacun à votre tour,
Passer au vent léger, au moment de l'amour

J'ai les 4 saisons pour aller flâner et semer des moissons de baisers
J'ai l'automne et l'hiver, le ciel et la mer
Le printemps et l'été pour chanter

Vous êtes des enfants qui vous donnez du mal
Du mal pour vous aimer et du mal pour pleurer
Et moi j'arrive à temps, à temps c'est bien normal
Pour aller réparer ce que vous déchirez

J'ai les 4 saisons pour sécher vos pleurs et changer l'horizon de vos coeurs
J'ai l'automne et l'hiver, le ciel et la mer
Le printemps et l'été pour chanter

Je donne à bon marché de quoi rire de tout
De quoi rire de tout, plutôt que d'en pleurer
Je ne demande rien pour me dédommager
Que voir sur mon chemin la joie que j'ai semée

Je suis le vagabond, le marchand de bonheur,
Je n'ai que des chansons à mettre dans les coeurs
Vous me verrez passer, chacun à votre tour,
Passer au vent léger, au moment de l'amour


Alors comme ça je suis un chien ... Razz

Spoiler:
Il est une voix
Qui m'appelle et m'attire
Au fil des routes
Je l'écoute et la suis

Quand je m'arrête
C'est pour me faire des amis
J'peux pas rester
L'temps d'un sourire
Il faut partir

I's'peut qu'un beau jour
Je me repose enfin
Jusqu'à ce jour
Je poursuis mon parcours

Mais d'ici-là
Le monde est mon chez moi

The Littlest Hobo (générique américain)

There's a voice that keeps on calling me
Down the road. That's where I'll always be

Oh, every stop I make, I make a new friend
Can't stay for long. Just turn around, and I'm gone again
Maybe tomorrow, I'll want to settle down
Until tomorrow, I'll just keep movin' on

So, if you want to join me for awhile
Just grab your hat, and we'll travel light. That's hobo style

Maybe tomorrow, I'll want to settle down
Until tomorrow, I'll just keep movin' on
Until tomorrow, the whole world is my home
Série :
-------

Nom original : The Littlest Hobo


avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 20:04

Spoiler:
et parfois points de suspension...
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Jeu 17 Aoû 2017 - 20:42

Spoiler:

Haut Potentiel : 6 pistes pour vivre sa douance positivement
par Nathalie Alsteen | 17 08 17 | Hypersensible, Intelligence Emotionnelle | 1 commentaire

Soutenir les besoins émotionnels des personnes à Haut Potentiel, telle est la vocation de l’association SENG aux Etats-Unis. J’ai eu le plaisir de participer à leur congrès annuel cette année, le thème « Ouverture aux possibilités ». Riche de plus de 80 interventions sur le sujet, l’évènement accueillait des orateurs de renoms. J’y ai passée 3 jours riches en échanges avec Cécile Bost et d’autres personnes. Je vous livre une série d’éléments mis en lumière pour vivre sa douance de façon positive.
Entretenir des liens avec d’autres personnes à Haut Potentiel
Avec un mode de fonctionnement différent de celui de la plupart des gens, une des difficultés majeures des personnes HP est liée à ce sentiment de décalage et ne pas avoir sa place. Hors nous avons besoin de liens, HP ou pas d’ailleurs. Entretenir des liens avec des personnes qui ont des centres d’intérêts communs, un mode de fonctionnement similaire apporte une bonne bouffée d’oxygène et est vivement recommandé. Un groupe ou une seule personne avec qui vous pouvez régulièrement échanger en tout authenticité et fluidité.

Prendre du recul en s’accordant du temps pour soi
Prendre des moments avec soi et pour soi pour mieux s’écouter, écouter les tensions du corps et ce que nos émotions nous indiquent. Chacun trouvera ce qui lui correspondra le mieux : s’éveiller tôt avant tout le monde, méditer, faire une ballade seul dans la nature, se retirer dans une pièce. Il n’est pas question ici de solitude absolue sans jamais se connecter aux autres, mais bien de s’accorder du temps et de s’ouvrir à un havre de paix intérieur.

Apprendre à reconnaître ses besoins spécifiques en tant que surdoué
Cet espace d’introspection peut aussi vous apprendre à mieux identifier vos besoins. Les personnes à Haut Potentiel ont un mode de fonctionnement particulier qui peut sembler atypique aux yeux d’autres personnes. Apprendre à se connaitre et s’autoriser à rencontrer ses propres besoins c’est éviter le risque de s’épuiser à force de se sur-adapter en permanence.

Accorder de l’importance aux émotions et à votre sensibilité
C’est vrai pour vous même mais également pour vos enfants. Nos émotions sont de formidables indicateurs pour comprendre ce qui se passe pour nous. Les écouter nous permet de mieux réagir aux messages du corps puisque que chaque émotion est associée à un ressenti corporel (sinon comment pourriez-vous en avoir conscience ?).
Difficile pour certains d’entre nous de s’y connecter dans un premier temps, surtout quand nous n’avons pas été éduqué dans ce sens. Prenez quelques moments tous les jours pour ressentir les tensions dans le corps, c’est un bon début !
Et puis prenez le temps aussi d’écouter quand votre enfant, votre conjoint est en colère, est triste ou a peur : que se passe-t-il ? Ecoutez sans essayer de raisonner avec votre mental, juste être là. Et il va sans dire que le processus est le même à titre personnel : se laisser le temps d’accueillir son émotion même si cela est inconfortable.

Un QI ça ne veut pas tout dire
Dans ce congrès nous avons mis en lumière la façon d’évaluer le « Haut Potentiel ». A ce jour, le bilan avec WAIS est le plus utilisé dans le monde. Et pour cause, c’est un test validé scientifiquement. C’est ce qui permet de donner ce fameux chiffre qui ouvrirait le sésame à cette reconnaissance du Haut Potentiel. Que dire des personnes (enfants ou adultes) qui n’atteindrait pas ce chiffre, les experts mettent en lumière 2 aspects :
– le stress ou l’ennui de la personne qui passe le test, ce qui fausserait nettement les résultats dans certains cas
– un QI évalué à un chiffre juste en dessous de 130 : à quel moment peut-on vraiment estimer qu’une personne “est” ou pas HP ? Un QI de 123 par exemple élimine-t-il nécessairement la personne de cette possibilité ?
Enfin, un des orateurs de renom, Scott Barry Kaufman, questionne « Qu’est-ce que l’intelligence ? » Bien plus qu’un QI et que les éléments testés met-il en avant. Viendra probablement un jour où nous serons en mesure d’élargir ce mode de validation de manière scientifique.

Les erreurs de Diagnostics pour les personnes à Haut Potentiel
Quand les médecins ne connaissent pas la thématique du Haut Potentiel et qu’ils ne tiennent pas compte de l’hypersensibilité et du mode de fonctionnement différent du patient, cela peut entraîner des erreurs de diagnostic et hélas des traitements inadéquats. Les experts mettent en avant un principe de base : le diagnostic est là pour permettre un traitement adéquat et non pour enfermer dans une pathologie sans retour en arrière. Un des intervenants a d’ailleurs mis en lumière l’importance de vérifier dans quel environnement nous vivons, si nous passons notre temps à nous adapter à un environnement (lieux, personnes, travail, …) qui ne nous convient pas et sans oser nous exprimer, le corps nous enverra tôt ou tard des messages.
Bien se connaitre, apprendre à écouter son corps, son rythme, s’autoriser à être soi et à donner du sens à sa vie sont des clés pour vivre sereinement, développer des relations (même si elles ne sont pas nombreuses) satisfaisantes et respectueuses font également partie des aspects pointés lors de ce congrès. C’est vrai pour tout un chacun avec le détail qui fait toute la différente : un personne à Haut Potentiel a un fonctionnement bien particulier qu’il est nécessaire d’accueillir.

A bientôt pour plus d’articles en lien avec le congrès SENG
http://emotifs-talentueux.com/haut-potentiel-6-pistes-vivre-douance-positivement/
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Ven 18 Aoû 2017 - 12:38

Spoiler:

Ca n'est pas du tout été le même mode de vie. Pas le même rythme, ma même façon, et ça sera toujours le cas.
Sans prétention, d'autres personnes peuvent mettre un temps infiniment long à faire ou à résoudre, ça fait des décalages, des gens dans des tunnels et toi t'es dehors.
Je suis aussi assez d'accord sur cette particularité de "visiter". Les gens ont un fort esprit critique aussi et râleur. Et cette histoire de "suivre" m'a toujours fait flipper. D'ailleurs des personnes les remarquent, et vont justement accès sur cela. A l'inverse, je trouve assez drôle en fait les personnes qui longtemps m'ont prise pour une cruche. Là il y a décalage aussi.


Comme pour le fait de vivre toute seule ou de ne pas avoir fait d'enfants. Pendant des années il y a longtemps j'ai imaginé aussi que les autres étaient le bon cadre. Avant de m'apprivoiser en fait. Sûrement justement en voyant des métiers et en déduisant. J'avais envoyé cela à L. dans la Creuse. Séparé, malheureux,  isolé,  mais bon vouloir quand même rester là. Bon ben restes. Je lui avais donc envoyé des liens qui parlaient des différents types de relationnel que les gens peuvent avoir, la relation amicale, la relation d'aide, la relation d'aide spécialisée. Je pense aussi que de me rencontrer aussi donc, J. a pu déduire tout ça. Tu m'étonnes que si à ton contact, quelqu'un se sent à l'aise, il te lâche plus. Comme la capacité à reconstruire entre guillemets, différemment, en ayant fait l'analyse de. Ca, les personnes ne le font pas non plus. Il est donc incroyablement différent le non fonctionnement cérébral. Du moins en volume.
Tout est différent. Quand j'ai dit à J. que j'avais un programme, je comprends du coup maintenant que j'ai le temps de me poser, ce qui a du l'interpeller. Je pourrais lui préciser "programme personnel" adapté à moi Smile

Ma mother me contactait hier pour aller au ciné et elle me parlait de Barcelone. Là il y a une différence aussi, cela là où je vais être et mes interlocuteurs, je vais devoir et ça ne me gène pas, en parler différemment. A elle je lui ai parlé de Boris Cyrulnik et du fait que bon je me dis que si je "saute" quelque part, ben c'est fini donc épiloguer sur ce que je ressentirai ect ou bien même ce que des personnes qui décèdent ressentent ça sert à rien et de plus passer trop au fait qu'il y a donc des "tarés", ça ne les rend pas moins tarés et ça risque de paralyser. A l'inverse d'autres personnes vont être choquées pendant des heures. Ca avait été le cas lors du triple assassinat de ses enfants et son suicide d'une connaissance. Ca m'aurait donc fait un Tétris vite tout fait de la situation. Qui était moins brute autant que ça peut évidemment que : c'est un salaud, un assasin. Là c'est plus qu'une histoire de faire décompenser les autres. C'est une question de compenser soi même surtout. C'était un assemblage et des concours de circonstances.


Et alors là pour un complexe qui n'a pas compris sa complexité ça peut être surcomplexe. Certaines parleront d'"ouverture d'esprit" qui ne sera pas la bonne expression. D'autres ne voient pas du tout et pour cause tout ce qui s'y trouvent.
Et des personnes avec un certain fonctionnement cérébral vont assembler et comprendre plus finement ou alors justement trop comprendre aussi en fait.

Il y a vraiment des données qui peuvent se superposer ou se mélanger entre dits doués et dits normo pensants. Je trouve encore plus simple pour l'avoir fait, le fait de se connaître individuellement d'abord et d'avoir ses avis simples et de rentrer dans des conversations particulièrement celles ci par le mode "corde à noeuds" et surtout en entonnoir. Je comprends plus finement du coup la notion de ne "pas s'entendre".Je comprenais pas. Soit t'es sourd, soit tu ne l'es pas. Donc bizarre. Alors qu'en fait,
chacun dit normo pensant, ou dit doué, est tout de même une sacrée machinerie,
mentale et cérébrale et physique en fait aussi.

Je n'ai jamais eu de souci à auto dire de moi, auto constater, auto approuver, donc dire régulièrement spontanément : ah ben pas moi, tu rigoles, je suis un camionneur. Ca fait vraiment des deuils faits en fait. Je ne l'aurai pas pensé comme ça. Il est écrit dans ses bouquins (je crois que j'ai retrouvé la fameuse page) les différences de base entre dit doués et dits normo pensant et qui à mon avis doivent être généralistes. Et je pense, trouve que c'est le code de base. En tout cas pour moi ça a été comme ça.

Plus que parfois à la demande resituer quelqu'un avec mon A5 là : toi au milieu, ton environnement. Il y a aussi le dégradé par le haut. Tu pars du film là : 50 nuances de gris, moi je le mets en couleur.




Il ne me viendrait pas à l'esprit de rentrer dans des nuances avec des personnes. Et ce n'est pas forcément une question de QI, enfin de nombre, effectivement c'est psycho, voire psychiatrique. Je sais exactement ce que des personnes ont canalisé chez moi à ma demande dans toute une histoire. Il faut que je retrouve ce film, là, où ces gens sont coincées dans la chaux (j'étais jeune et c'était dégoûtant), ça me fait pareil qu'avec des personnes. Il était aussi écrit qu'il ne faut surtout pas épiloguer donc quand on n'a pas été un peu capté dans ses différences, refermer la conversation en mode normal... normée. Sinon c'est un dialogue de sourds à n'en plus finir. Le pire des scénarios en fait. J'avais parlé à J. du livre sur le Trisckter

http://www.editions-homme.fr/dansez-avec-chaos/jean-francois-vezina/livre/9782761932998

L'inattendu, ce n'est pas ce que nous attendons, mais bien ce qui nous attend !
Dès notre naissance, la vie amorce sa grande conversation avec nous. Les enfants accueillent la nouveauté et répondent à la vie avec une poésie et un génie qui nous émerveillent. Puis, avec l'âge, au lieu de continuer à converser avec ce qui nous entoure, de rester ouverts à l'inattendu, nous nous réfugions souvent dans le confort et la recherche du bonheur à tout prix.

Lorsque nous ne vivons que dans l'attendu, plus rien de vivant et d'original n'arrive et nous perdons notre liberté. L'auteur nous propose de prendre conscience de nos attentes, puis d'oser accepter le changement et l'imprévu comme ils surviennent. Cet imprévu prend souvent la forme d'un trickster, c'est-à-dire un élément qui vient bouleverser l'ordre établi. Ce peut être l'arrivée d'un enfant, d'un nouvel amoureux, d'un nouveau boulot, de la maladie. Le trickster sème le chaos dans l'équilibre de notre univers. Dans ce livre, l'auteur nous invite à se laisser déstabiliser par les hasards de la vie et à danser avec le chaos ! Le Trickster est par exemple l'équivalent du lutin dans la culture des indiens des amériques. Le fripon divin, joue des tours pendables, possède une activité désordonnée incessante, une sexualité débordante, etc. Ce qui donna lieu grâce à son co-travail avec Carl Gustav Jung au développement du concept d'enfant intérieur, mais aussi d'une pratique psychothérapeutique.

Pas sûr et on s'en fout, mais peut être que le fait d'être passée par des connaissances basiques aide aussi. J'ai déjà lu de la décomposition. Du classé en fait. J'ai effectivement longtemps considéré les conversations affectives comme ultra dangereuses. Il y a effectivement la théorie, le beau plan, et les mécanismes, donc les travaux pratiques. On pourrait alors dire d'un dit doué qu'il est con, pourquoi il va voir donc une psy pour une relation qui déconne ? il est intelligent ! parce que ça n'a rien à voir à mes yeux. Si un dit doué à les capacités mentales de traiter des infos, mais qu'il n'a jamais bossé sur lui, creuser, réfléchi, poser des situations du passé pour les analyser, il lui manque plein d'infos. Et à l'inverse il faut trouver la juste dose avec soi même. Aussi. "Jouer" à l'auto analyste peut créer d'autres problèmes.
-----------------------------------------------------------------
Je pense à Glouton qui me dit du coup : bon tu feras quoi ? tu vas sortir avec un dit doué ou un dit normo pensant ? Déjà ça !!!  Razz C'est quoi cette phrase ? Chelou ? C'est quoi ce qui devrait être un nouveau critère ? Il va falloir devenir psy et diagnostiquer ? L'idée me fait tripper. Quelqu'un ici m'avait donné l'idée du "vous" qu'en fait je pratiquais déjà mais sans savoir pourquoi et sans savoir décomposer dans les grandes lignes le truc. Du coup oui l'auto analyse d'accord mais pas trop et pas tout seul sinon c'est super lourd. Je pense à mon petit bouchon de ma résidence, on le voit bien l'aimantage. Cet élan de tendresse. J'avais dit à sa maman, je veux bien venir mais je ne sais pas du tout ce qui va se passer et ça pourrait être surprenant. Effectivement, pour cette maman, voir son fils de 3 ans se mettre en mode gros calin avec une inconnue Smile avec en même temps ces manifestations physiques.

Du coup ça peut être contradictoire et ça peut être troublant adulte. Ca fait des oppositions fortes. Attirance de fait mais répulsion alors ? ou alors pas exactement de la répulsion, mais un bidouillage pour réfréner ? Il faut bien des normes et des bases pour pouvoir poser cela et des limites à ça. Même si elles ne sont pas bonnes, pas exactes, pas fiables au millimètre près. Je suis très contente de cette découverte en fait. Ca simplifie encore plus que c'était simple.

Peut être ça aussi simplifies l'expression. Tout ce qui est écrit quelque part peut être dit. Et je l'ai lu, ou vu. Ca fait un classement dans une ville, dans plusieurs, ça fait un grand bureau. Ca fait moins de boulot. Ca classe aussi ce qui est métiers et passions. Situations complexes ça inclut des ingrédients aussi qui ne sont pas du même domaine.
Mes tableaux et mon frigo. Ca peut se décliner comme cela. Comme une conversation qui a lieu ou pas. Simple ou complexe. Ou pas du tout.

Oui je sais "conversations avec mon frigo" c'est déjà bizarre mais on était déjà plus à ça près, alors à ça encore plus prés, allons y gaiement. Parfois qu'on y aille gaiement, dans la joie et la bonne humeur.

En fait quand une bille arrive à entrer ça enclenche plein de choses mais pas forcément pour tout de suite. D'où cette sensation oui de "rien" après un énorme tout. J'écris depuis tout le temps. Aussi loin que je m'en souvienne. Ca m'a d'ailleurs fait bizarre de penser rétroactivement au fait que j'avais écrit ici, donc pour échanger, et alors pas du tout pour soumettre mon propos à une communauté de personnes intelligentes, ça devait donner dis donc celle là ça doit être pas beau ces comptes rendus, plein de fautes, vocabulaire parfois de cités Smile ect, tiens là c'est un dys ? tiens là c'est telle notion de psy ? tiens là c'est de la physique, et là c'est débile, ça fait neuneu.

Je comprends mieux alors le passage subtil où on écrit que le doué peut se fourvoyer. Mi. avait de suite dit : alors c'est pour ça avec untel untel, ce rapprochement que je trouvais bizarre. Il est écrit aussi dans un des bouquins que lele doué peut former un couple complètement incompréhensible pour l'extérieur. Tu m"étonnes. Chacun a un peu son secrétariat perso, son secrétaire dans son cerveau. Son bureau mental donc. Si on imagine un immeuble il devient plus facile et avec moins de données à brasser quitte à s'y perdre de trouver les différences entre le 1er et le 7ème étage.

C'est donc pour tout ça que ça m'a fait l'effet "lapin crétin à la casse" et ces compressions et alors ces maux de crâne. L'autre là a essayé de faire tomber toutes mes briques. A vie je me souviendrais de ce propos : "le point de repère c'est moi". Ben dis donc, voilà autre chose ici, c'est quoi ce phénomène ? Attendons voir la suite ça risque d'être cocasse. Tout à coup un ou une inconnue débarque et alors il faudrait que je trouve des mots, il te dit qu'il est ton tout en fait ! oui et la marmotte et le papier d'alu. Qu'apparemment vous ne mettez pas dans la QI-sine mais du coup là oui, dans les WC.

Alors voyons voir comment cette personne va dérouler le PQ ! Mon ancien voisin avait ça aussi. "Lâches tout", ce qui donne réponse forcément de ma part à un comique "hein quoi ? tu veux que je pête là tout de suite maintenant ? en mode fille ou gars ?"

Je différencie les personnes qui sont des points de repères parce qu'elles ont beaucoup de données communes de la vie. On appelle d'ailleurs cela plus particulièrement des "personnes-ressources" mais ça ne signifie donc pas "leurs ressources à elles ou celles qu'elles pensent avoir selon elles mêmes".

Il y a aussi le précis et l'imprécis. Je me souviens avoir donc dit à JP : vous devriez être plus précis. Et là effectivement c'est subtil. Deux dits doués ça peut être comme deux organigrammes qui se rencontrent. Et on peut décliner tout cela différemment selon les personnes. Du coup c'est une lecture de l'autre selon ce qu'il montre volontairement ou pas de sa grille de lecture et selon les grilles de lectures que l'on a en référentiel.

Je suis même pas sûre que le QI ait baissé en fait. C'est autre chose. Et pour ma part, si je disais cela a quelqu'un, j'aurai au préalable vérifié auprès d'autres personnes à des points névralgiques mes petites données individuelles à plus grande échelle sinon c'est juste ma life.

J'attends la suite et j'attends du coup Monsieur Gauvrit. Est ce qu'il va lancer une opération "termites" comme Terman ? Du coup je ne trouve pas ça pour ma part effectivement opposé.

C'est plus une histoire d'ensembles et de chapeautage. Les démarches pour aller voir un psy sont toute autre. Après c'est l'interprétation que des personnes vont faire de bouquins sur le sujet et ça personne n'y pourra rien. Par contre il n'empêche pas que des personnes puissent faire des démarches pour avancer dans leur vie. Ce que je semble avoir donc fait. De toute façon je me connais ça aurait été la même chose donc le fait que pas de regrets non plus là dessus. D'un je n'aurai tout de même rien raconté  Razz . Il devait se passer plein de choses avant cela, de deux j'avais plein de choses à faire moi pour moi même et en moi même du coup.

Et dany Boon et buter contre le collage. Ou pas. C'est un peu le même fonctionnement. Entre certains dits doués, tu vas pouvoir sauter d'un bouquin à l'autre, en parlant aléatoirement de la page 96 du bouquin 1 etc. Evidemment si un jour dans ta vie tu as daigné tout de même parlé à quelqu'un qui n'a même pas le temps de lire, voire même qui ne sait pas lire, ect... Sacrés décalages, dans décalages, y'a surtout calages Smile Si un doué ne décline pas un sommaire qui ressemblerait alors à ce fameux mode de conversation à noeuds inversée du coup....

Mon histoire de naguère de boule à facettes mais communiquer avec une seule et une vraie pour coller à mon fameux code moral. Ca me semblait impossible que tous les dits doués, de plus j'en ai connu et beaucoup subitement, fonctionnent de la même façon Smile J'ai pas vu ça moi. D'ailleurs je les décline dans la vie courante si on m'en parle par des termes généraux et accessibles. Je n'ai pas de souci à faire marche arrière en disant : ah oui là je suis idiote devant cette secrétaire médicale. Car j'avais fait ce que je fais des fois pour x raisons, "disparaître" des gens.




Il est sûr que je ne vais pas parler dans la norme avec des notions lues dans donc des passions. En bonne conscience du fait que pour des personnes ça se classe automatiquement dans des "passions". Des "intérêts persos".

Là où peut être certains dit doués envient des dit nps ça doit être là, quand ils disent : leur vie a l'air si simple. Elle l'est sur certaines parties. Parce qu'ils se laissent porter et ne mettent pas constamment en route tout un "bazar". Mon égo ne va pas subitement mourir ou s'abîmer si j'ai dit un jour dans un endroit où je vais pas souvent et où c'est moi qui aies besoin de quelque chose : je suis idiote.

Car de plus en me disant idiote, je vois d'autant plus mes mécanismes. Du coup dans certains fils ici ça pourrait passer pour de la manipulation mentale. Sauf que tous les rapports humains ne sont pas aussi complexes voire aussi riches.

Pour x raisons me revenaient hier des vacances à Argens et à Vallon Pont d'Arc. Ainsi qu'en Ardèche. Passé le plaisir sympa d'y repenser, d'y retourner, je focalisais et zoomais plus sur H. du coup et cette falaise, petite mais plus grande que moi. 1/4 d'heure à tenter de me faire tenir sa main. J'ai tenu bon contre cette tentative de me mettre à sa merci en passant par un biais gentil qui devait sûrement être un prémisse à des choses moins gentilles ou pas, ça pouvait être aussi moi qui veut faire moi même. Il ne faut pas planifier ou coder les choses sinon on perd tout le pleasure.

Ca fait des trucs géniaux ce truc. Maintenant j'ai un souvenir de quand j'ai appelé le passé en disant : j'ai un truc à te dire, c'est drôle, logiquement dans ma logique à moi ou de la vie, on se rappelle à 40 ans pour dire : en fait t'es papa, ou pire j'ai le sida. Sans cette découverte je ne l'aurai pas ce souvenir.

Phi. et les monades urbaines.

L'essentiel pour moi n'était pas de raconter des choses compréhensibles. Ici comme ailleurs je trouve, chacun vient avec ses bagages, sa recherche connue ou pas, "continuité", intégration de forum dans mes souvenirs, j'ai du mal à concevoir le fait de se barrer, ou alors justement si. con ce voir, qu'on se voir, ou pas.

Poser des bases de travail et justement d'abord voir si on les travaille ou pas et qui travaille dessus. Et les circuits voitures. Pratique pour poser ses rapports avec les gens. Ca rappelle bien petit train et grand train dans QHRS. Mais ça se pose donc pas uniquement à l'horizontale simple ou verticale.

J. m'avait de suite écrit : j'ai tout raté. J'ai eu l'impression de n'avoir rien dit et zou le lendemain : "ça va mieux".

Et puis les élastiques, parce qu'en fait on parle de relations qui seraient des élastiques, mais les élastiques c'est pareil, ce sont pas tous les mêmes. C'est J. qui m'a dit : seulement si tu veux bien, tu devrais dire des choses à des personnes, ça peut les aider plus particulièrement.

Donc il y a plus aussi que champ lexical, il y a le champ musical, spatial et les autres que je vais chercher. Les bouquins peuvent être des limites. Si telle phrase je l'ai lu dans de la neuro et qu'elle vient à mon esprit dans une conversation avec un inconnu, je ne la dis pas mais elle m'éclaire sur l'interaction.

Pourquoi ne pas "rédiger" souvent ici. Parce que sinon j'aurai pas écrit et j'écrirai pas. Je pense n'avoir jamais écrit la dessus de cette façon d'ailleurs. D'où l'achat de grosses ardoises. Il y a des personnes à qui parler, ou schématiser où une petite ... !!! ça va pas être assez.

 

Pendue à mon cou
Elle attend que je la caresse
Elle attend que je joue
Que je sois en état d'ivresse
Parce qu'elle aime ça
Elle me pardonne tout
Même les pires maladresses
D'ailleurs elle s'en fout
Que j'aie eu d'autres maîtresses
Elle est avec moi

Jamais vu personne comme elle
Jamais rien ni personne comme elle
Jamais aussi fidèle

Pendue à mon cou
Elle ne demande aucune promesse
Elle a connu tout,
Toutes mes joies et mes tristesses
Serrée dans mes bras
Elle me suit partout
Dans tous mes changements d'adresse
Quand la vie secoue
Elle redouble de tendresse
Serrée contre moi

Jamais vu personne comme elle
Jamais rien ni personne comme elle
Jamais aussi fidèle

Quand je ferai ma valise
Quand on me mettra dans une caisse
Je veux qu'elle me suive
Qu'on dorme à la même adresse
Elle et moi
Qu'on écrive dessus:
Qu'ils en ont passé des nuits
Il avait besoin d'elle
Elle ne tenait pas debout sans lui

Jamais vu personne comme elle
Jamais rien ni personne comme...
Cette guitare là

Là je suis dans le sous sol de la maison où j'ai vécu chez mes quasi parents  Razz ou pas, je prends l'info que je suis revenue y chercher, là où y'a une porte de saloon.

Est ce qu'un dit doué dans un petit répertoire tél de dépannage écrit nom prénom ou nom gentil voire surnom et numéro de tél ? où aussi son poids, son QI, son profil MBTI, s'il a passé le WISC, le Wais ... si il a eu un chameau dans son enfance... feedback... de là effectivement des rencontres beaucoup avec des personnes m'ont apporté beaucoup d'infos dans le bon sens et prise dans le bon sens. Si c'est lui qui le fait, c'est pas moi, obligée, si c'est elle qui le sait, c'est pas moi, obligée.

Ce forum permet en fait ce que je faisais des fois dans la vie mais en toute connaissance de cause. Après je vois vraiment pas où est le problème fondamental à attendre la fin d'une conférence pour aller se présenter et dire à untel... ça prend un quart d'heure de plus, bon, c'est pas la mort non plus... y'a pas qu'un seul niveau dans la vie.

Et je file je dois expliquer vite fait la différence à une nana entre "vivre ensemble" et "vie commune", pourtant ça me semble évident mais bon, l'évi danse ou l'évi dense, il faut que j'envoie une chocolaterie à l'inventeur de Tétris moi.




Les arpents verts, les champs, les bois
Les chemins creux, c'est fait pour moi.
J'aime les coins coins des p'tits canetons
Et les bèbèbè des bébébés des moutons.

Moi, j'aime New York et son entrain.
L'herbe, ça me donne le rhume des foins.
J'aime l'animation des carrefours.
Je t'adore mon amour
mais rends moi mes faubourgs.

Plein Air !
Emplette !
Bon air !
Nuit d'fête !

Viens donc chérie.
Adieu ma belle vie !
Arpents verts nous voiciiiiiiiiiii !
Ouais ouais come as you are.

-------------------------------------------------------------------------------

Depuis le début de sa carrière, Calogero n'a jamais fait parler de lui pour des dérapages et autres excentricités à l'instar de ses amis stars. Le chanteur et compositeur de 46 ans cultive la discrétion dans sa vie privée comme dans son métier. Avant la sortie de son septième album, Liberté chérie, Calogero, qui a dit oui à Jenifer pour lui donner un coup de main sur son prochain opus, a accepté de se confier dans les pages du Parisien Mag ce vendredi 18 août. S'il a collaboré avec de nombreux artistes comme Florent Pagny, Pascal Obispo, Zazie, l'interprète d'En apesanteur assure qu'il ne "fait partie d'aucune 'bande.'"

Ne comptez pas sur lui pour aller parader en ville et jouer les pop stars en soirée. "Je suis d'ailleurs très solitaire dans la vie. Il m'arrive très souvent d'aller au restaurant tout seul. Certains peuvent trouver ça glauque mais, moi, j'adore", révèle Calogero, qui n'hésite donc pas à laisser à la maison sa compagne Marie Bastide. Ne soyez donc pas étonnés si vous croisez Calogero seul à une table un jour...

Le 14 juillet dernier, le chanteur avait participé aux commémorations de l'attentat de Nice. Sur scène, Calogero a été submergé par l'émotion et n'a pas pu terminer sa performance en interprétant son morceau, Les feux d'artifice. Une séquence très émouvante et touchante...

http://www.sen360.fr/people/calogero-tres-solitaire-va-au-restaurant-tout-seul-847825.html

















Etats mentaux, états de conscience, états affectifs.



Dernière édition par I am so sure le Ven 18 Aoû 2017 - 23:57, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Ven 18 Aoû 2017 - 19:41

Spoiler:


En fait tu veux dire que tu es allée parler naturellement spontanément de sexe avec ton vendeur d'appareil photo ?

Non, c'est pas tout à fait comme ça que ça s'est déroulé, c'est plus complexe que ça.

On me voit plus formidable que je ne suis selon l'angle où on me voit  Razz

Et en fait t'y étais allée pour quoi ? ben pour rien en fait. Le fait de voir votre libellule dehors, je me suis souvenue que je vous avais déposé mon argentique et vous venez le rechercher. En fait non ?, vous avez des caméscopes pour les nuls ? Vous voulez filmer des libellules ? Non en fait moi ça serait plutôt des camions et des trains et avec un micro..

Non mais heureusement que j'ai le mode ralenti intégré soit d'office soit acquis, parce que punaise, je réalise certains tableaux, voire du coup certains films que j'aurai provoqué à l'issue de mon plein gré. Bref le gars était mort de rire et moi avec  Razz

C'est tous ces mix de zooms, de scénarios intérieurs qui m'ont fait partir sur ces histoires de "pénétrations" mentales ajouté aux pénétrantes des autoroutes. Je peux mettre ça sur le tapis, c'est une ado de 15 ans qui m'avait dit : Il faut aller voir sur le "google du cul", nous c'est comme ça qu'on l'a su. Plaît-il ? Nonobstant. Diantre. Merci pour l'info. Y'a des ados quand ils m'expliquent, c'est assez plutôt hard pour mon cerveau qui peut être visuel, alors je coupe la fonction sinon c'est pas possible. Merci à mon cerveau qui dissocie. Coupez, on ne tourne pas. Keep Rocco, quiproquos.Razz

J'y reviendrais sinon j'ai retrouvé ma fameuse page et demi(e). Qui se trouvait dans l'adulte surdoué de Monique de Kermadec. "Apprendre à faire simple quand on est compliqué". Il faut que je la dactylographie. Et en fait j'ai peut être changé d'avis sur le fait d'avoir pensé à l'époque qu'il fallait la développer en priorité, en fait non, en fait si, en fait ça dépendait. Où je voulais arriver. Maintenant ça peut faire la base de deux bouquins différents, comme quoi ce forum Smile

















♪ Pulsion ♪
Rien à foutre de ce qu'ils pensent
On a cette attitude
Rien à foutre de ce qu'ils disent
On cette attitude
Pulsion(X2)

Rien à foutre de ce qu'ils pensent
On a cette attitude
Rien à foutre de ce qu'ils disent
On cette attitude
Pulsion(X2)

Pulsion(X4)

Sentez vous monter l'adrénaline
Qu'importe le nombre qu'on est
Cette chanson est un hymne
Ca fait tant d'années qu'on se connait
Allez!

Pulsion(X2)



Encore en éveil on fait péter le pas de danse
Réveiller le soleil là où il brille par l'absence
Pied au plancher, cortex enclenché à la limite de la transe

FURIA ! FURIA ! HYSTERIA !

Que se passerait-il, si par malchance
Le délire ultime ne tenait qu'à la magnificence
Des drogues chimico-déchéance ?
Bousiller au rythme del diablo tes neurones et ton intelligence

FURIA ! FURIA ! HYSTERIA !

Mass Hysteria, la Furia sur des rythmes chauds
Pour mettre le feu dans le cerveau !


avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Ven 18 Aoû 2017 - 20:30

Spoiler:
Comment le monde perçoit il l'adulte surdoué ?

L'adulte surdoué est perçu comme différent sans pour autant que le sens commun puisse définir avec justesse cette différence. Il est différent et incompréhensible.
Son attitude, sa façon d'être bouleverse les standards de ce qui est normal, ou de ce qui est pathologique et relève de la psychiatrie.
Les surdoués reconnus comme tels (Freud, Einstein) sont souvent perçus comme des personnalités éminemment - difficiles à vivres, têtus, opiniâtres, antagonistes, idiosyncrasiques et hypersensibles.
Ils apparaissent comme chroniquement et injustement insatisfaits de la vie que le plus grand nombre juge très convenable. Leurs tourments sont considérés comme névrotiques.

Certains d'entre eux sont jugés hautement excentrique, victimes d'étranges bizarreries, de faiblesses physiques, de craintes et de préjugés inexplicables.

Ils semblent souvent immature et cyclothymiques, et ce d'autant plus que leur créativité est grande.

Ils sont craints en société du fait de leur entièreté, de leur esprit de contradiction, de leur radicalité.

Les gens normaux ne comprennent pas que ces contestations ne tendent pas à accuser ni mettre en cause la personne qui tient les propos incriminés mais uniquement les propos eux mêmes.

Si l'entourage reconnaît la surreficience intellectuelle du surdoué, il ne peut admettre que le surdoué considère les siens comme aussi intelligents que lui et leur évoque ses problèmes d'égal à égal.

L'environnement social estime souvent qu'en accueillant froidement la radicalité d'un surdoué, celui ci comprendra les raisons de cette hostilité.

En société l'adulte surdoué est souvent jugé manipulateur, show off, vantard, accapareur de parole, indiscret dans ses questions, voire indélicat, asocial, dominateur, indiscipliné, perturbateur.

Dans le travail, s'il n'est pas à un poste de direction, l'adulte surdoué est jugé trop critique, trop "personnel", dans ses propositions, insoumis à l'autorité, paresseux lorsqu'il manifeste son ennui face aux tâches quotidiennes, perfectionniste, se prenant trop au sérieux, rebelle aux procédures routinières, indiscipliné. Il devient très vite antipathique à ses collègues pour ces raisons.

.../... Page 63 et 64

J'ai retrouvé ma fameuse page et demi(e). Qui se trouvait dans "l'adulte surdoué de Monique de Kermadec." "Apprendre à faire simple quand on est compliqué".

avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Ven 18 Aoû 2017 - 22:05

Spoiler:

La résilience : un trait de caractère?

La résilience, vous connaissez? Malgré une vie difficile et les pires épreuves imaginables, certaines personnes parviennent toujours à se remettre et à retrouver le bonheur alors que d’autres s’enfoncent dans la tristesse et la dépression lorsqu’ils sont confrontés au moindre évènement un peu négatif. Cette capacité à rebondir dans la vie est appelée la résilience par les spécialistes. Celle-ci est-elle innée ou est-il possible de la cultiver? Et si oui, quels sont les trucs pour devenir plus résilient et voir enfin les bons côtés de la vie?

Le concept de résilience

La « résilience » concerne premièrement le domaine de la science physique. Il définit la capacité qu’ont les corps étudiés (cellules, etc.) à résister aux chocs environnants et à reprendre ensuite leur forme et leurs propriétés initiales.


Ce n’est que depuis les années 40 que ce concept a été adapté et appliqué à la psychologie. Il représente la plus ou moins grande capacité qu’ont les êtres humains à faire face aux épisodes douloureux de l’existence : maladie, deuil, précarité, violence, abus, etc.

On peut dire d’une personne qu’elle est résiliente lorsque, plutôt que de nier les évènements ou de s’enfoncer dans la tristesse et la dépression à cause d’eux, elle parvient à y faire face, a ressortir plus fort de ses expériences, à rester optimiste et confiant en la vie.

Le mécanisme de la résilience

La résilience n’implique pas du tout que l’on nie l’adversité et que l’on fait comme si de rien n’était pour pouvoir passer à autre chose. Bien au contraire, il est nécessaire de faire face aux évènements. C’est un processus dynamique qui s’étale sur un temps plus ou moins long et qui permet à la personne concernée de passer au travers de ses épreuves et même d’en ressortir grandi. Les différentes étapes traversées par une personne résiliente sont généralement :

Une révolte intérieure contre le malheur : « Je ne dois pas me laisser atteindre par ça, je dois trouver une solution. »
Un défi lancé à soi-même : « Si je parviens à m’en sortir, je vais accomplir tel ou tel rêve. »
Une envie de se montrer fort et endurant devant l’entourage, même lorsqu’on se sent faible et au bout du rouleau.
Un bon sens de l’humour : plutôt que de s’apitoyer sur son sort, la personne résiliente aura tendance à plaisanter à propos de son traumatisme, à ne pas se voir comme une victime, à toujours se comparer aux individus qui ont moins de chance.
Une pratique qui permet de canaliser les émotions : que ce soit par le biais des arts (écriture, peinture, etc.), de la spiritualité ou d’un sport extrême, la personne résiliente trouve généralement un moyen d’exprimer son ressenti de manière plus objective, ce qui lui permet ensuite de pouvoir passer à autre chose plus facilement.
La résilience : inné ou acquis?

Il n’existe pas de gêne de la résilience, ce qui veut donc dire que n’importe qui a les capacités de développer cette capacité à faire face aux évènements. Toutefois, plusieurs études scientifiques ont mis en lumière que la production d’hormones euphorisantes (dopamine, sérotonine) est plus élevée, et ce, dès les premières heures de vie, chez certains bébés. Cela montre que nous n’avons pas tous les mêmes armes face à l’adversité.

De plus, plusieurs facteurs jouent un rôle prépondérant dans la résilience face aux évènements. La plupart de ces facteurs prennent leur source dans la petite enfance. Ainsi, il sera plus facile de développer des mécanismes d’autodéfense face à l’adversité lorsque les premières années de vie incluent :

Un climat familial sécurisant : sentiment de confiance, parents présents et unis (même après une séparation), forte relation avec la mère, se sentir aimé et en sécurité.
Une force de caractère : même lorsqu’ils sont très jeunes, on peut remarquer que certains enfants sont foncièrement joyeux et heureux de tout ce qui leur arrive.
Un entourage encourageant : la famille immédiate joue un rôle primordial, mais ce n’est pas tout. Les premières amitiés, les éducateurs et professeurs dans la jeune enfance peuvent influencer grandement l’estime de soi et la capacité à voir la vie du bon côté.
Les statistiques montrent qu’une personne ayant bénéficié de cela aura un caractère résilient, mais il ne faut pas non plus généraliser. En effet, il est  malgré tout fréquent qu’un individu qui aurait tous les préalables nécessaires pour être résilient sombre dans la dépression au moindre problème, alors qu’un autre développera des mécanismes d’autodéfense et une force de caractère lui permettant de se sortir de toutes les situations.

Peut-on développer sa résilience?

Le vécu et l’histoire personnelle de chaque individu jouent un rôle dans la capacité à développer la résilience et à affronter les épreuves de la vie, mais cette histoire personnelle, justement, n’est pas figée dans le temps. Elle évolue avec les années et il est possible de rebâtir la confiance en soi, en la vie et en son entourage au fur et à mesure que l’on grandit. Certaines personnes ont de meilleures bases et, disons-le, plus de chance que d’autres. Toutefois, ce n’est pas parce qu’on a eu une enfance défaillante qu’on ne peut pas changer sa façon de voir la vie. Cela demandera parfois plus d’efforts et d’implication personnelle, mais il est possible de cultiver la résilience.

Des trucs pour vivre la résilience au quotidien

Même si cela prend du temps et n’est pas toujours évident, il est possible de travailler sur notre capacité à faire face à l’adversité. La première chose à faire consiste à ne pas se voir systématiquement en victime… La résilience suivra si l’on y met assez de volonté :

Bâtir sa confiance en soi, son estime personnelle
Essayer d’être toujours optimiste, de voir le bon côté des choses
Trouver un sens à sa vie, avoir des buts clairs
Être flexible et enthousiaste face aux changements
S’entourer de personnes positives, qui nous apprennent des choses et nous encouragent
Avoir une pratique spirituelle méditative, religieuse, peu importe… ce qu’il faut avant tout, c’est savoir remettre en perspective nos problèmes face au monde qui nous entoure
Essayer d’être reconnaissant pour ce que l’on a plutôt que se plaindre de ce qu’on n’a pas
Faire le bien autour de soi : faire du bénévolat est une excellente manière de ne pas s’apitoyer sur son sort
Accepter que l’on ne puisse pas toujours changer les choses
Ne pas avoir peur de la solitude : il faut voir ces moments comme des étapes qui nous apprennent à mieux nous connaître pour ensuite aller vers les autres
Développer sa créativité : on n’est pas tous artistes, mais on est tous créateurs, d’une certaine manière
Entretenir son sens de l’humour : le rire est l’une des choses les plus puissantes et apprendre à rire de toutes les situations permet de littéralement changer notre façon de voir les choses
Pour finir, citons le docteur Boris Cyrulnik, un éminent psychiatre et psychanalyste qui a concentré ses recherches sur le concept de la résilience. Il affirme que « le malheur n'est pas une destinée, rien n'est irrémédiablement inscrit, on peut toujours s'en sortir. » Il y a donc de l’espoir pour chaque personne, à condition d’y mettre un peu de soi!

Quels sont vos moyens pour développer la résilience au quotidien?

http://www.canalvie.com/sante-beaute/bien-etre/articles-bien-etre/resilience-caractere-1.1337580

----------------------------------------------------------

















Le bonheur - EspaceFrancais.com
espacefrancais.com350
Le Bonheur (Happiness), un tableau de Joep Buijs, acrylique sur canevas, 2010.
-------------------------------------------------------------------------------------

Terre & Bentine - Ulule
fr.ulule.com350 × 340
à la vie, de la goutte à l'océan, de l'idée au projet, de la joie au bonheur ... Une simple éclosion vers l'inconnu ... Un Big Bang ... Une ouverture du coeur!



---------------------------------------------------------------------------------

Tableau Superbe,plein d'espoir de joie d'Amitié de Positivité ...
marie-andree - VIP Blog450 × 338




Au fil des jours - 11 septembre 2012
Chemin d'Amour vers le Père550 × 412
Donald Zolan, artiste peintre américain


avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Sam 19 Aoû 2017 - 14:55

Spoiler:

http://www.zebrascrossing.net/t24970-essai-sur-une-differenciation-generale-du-doue-et-du-tout-le-monde

Plutôt que de continuer dans ce fil ci dessus, je rapatrie mon propos sur mon fil de présentation. Fil de présentation sur lequel je n'avais d'ailleurs pu, je l'ai relu plus que régulièrement durant toutes ces années, me présenter, pas de "j'ai passé le truc et le bazar", pas de "j'ai étudié le machin et le bidule" et pas non plus de "je suis passionnée par ci ou ça".

Un peu trop en mouvement et en vivant ou bien un royal jean foutiste pour tout ce qui est des catégorisations, ou des places de "quel pion" ça ou là pour que l'échiquier fonctionne bien, pour m'adonner à ce type d'exercice et semble t il ayant eu la chance de croiser toujours des personnes "moteur". Qui sait, peut être le fait d'y "aller" et on fera bien ce que ça donne, en tout sincérité, et en tous mes défauts et mes qualités selon moi, selon untel ou selon truc, le fait de placer ce fil d'échanges au milieu me permettait de me positionner comme je l'ai toujours fait au milieu de personnes avisées ?

D'autant plus comme je l'avais indiqué, j'avais eu affaire à une psy ratée en tous points (j'ai le droit d'avoir mon avis, mon jugement, mon analyse, ainsi que d'avoir situé cette personne dans ce dans quoi elle aurait du elle même se placer selon les notions que j'ai de contacts avec d'un un psychiatre petite, deux un psychologue un peu plus tard avec ces "taches", bon moi j'y vois ça mais en créant donc ça doit pas servir à ça là, je vais plutôt lui répondre avec mon coté que je sais concret ou que sais je", puis un autre psychiatre reconnu avec qui on s'était sympathiquement "encadré" d'office Smile pour qu'il s'excuse ensuite et moi de même et qu'on finisse par se faire des "bisous" Smile autant que la déontologie  et le positionnement de chacun le permette bien évidemment.

Ainsi donc que cette chef de clinique et cette autre douce et charmante psychiatre et mon super J. Qui force encore plus aujourd'hui mon admiration en tous points normaux alors et en ++.  Razz .

Comme quoi d'un échange de : - qui cadre qui ? tu te veux guide pour moi et mon "portez un slip, vous sauverez un kangourou peuvent se passer ensuite beaucoup de Tétris et même de domino.

Il est encore surprenant pour moi d'avoir exprimé ici donc à l'extérieur ce qui est plutôt pour moi du domaine du personnel, et de ma vie alors privée pendant que je ne pouvais plus exprimer simplement du logiquement public. Ca me fait un peu penser à devoir ou pas faire le lien entre deux dossiers qui n'ont absolument rien à voir ou qui sont inclassables car il manque l'essentiel, le juste milieu. Effectivement on me l'avait pas dit. Que mes déroutes volontaires et qui au fond étaient très bien calculées allaient me mener à ce que tout redevienne complexe mais pas pour moi.

C'était bien la peine que je m'invente un mode "moissonneuse batteuse" et que je délimite mon "petit champ" pour me retrouver au milieu de "grands champs" avec des "gros camions". Allo, au secours, moi je voudrais juste traverser discrètement comme d'habitude pour aller de l'autre coté, douqu'il est le traceur des passages pour piétons ? il est en congés ? Ils sont en réunion en train de bosser sur le fait de le faire en couleur ? ou bien ? et donc comment ça se passe ? je dois m'en faire un moi même provisoire ? non mais parce que je n'ai absolument rien ni contre les camions, du tout, ni contre les trains, mais bon j'ai l'habitude d'aller à contre sens mais en bon conscience du bon sens, enfin des deux ou des plusieurs désormais, mais pour se faire il me faut des sens, plusieurs sens. Voyez vous.

Donc de fait oui, me mettre bien au milieu alors de personnes avisées et en connaissance de cause et de choses qui ne sont pas de mon action, de ma vision, qui sait afin de voir si c'était grave ? et si subitement j'allais provoquer des tsunamis ou si au contraire, neutre et de mes avis personnels et de mes conclusions individuelles, je pourrais poser mon petit grain de sable et aussi grain de folie, trankillou, voire qui sait pire  Razz  "oh pinaise, ils/elles seraient tous dingues ? mais alors comment ?" plus sérieusement je me suis dit : oula on est en train de me sortir des trucs et sur moi de plus et surtout complexes et je n'ai pas pour habitude d'y aller en frontal et curieusement surtout parce que ce n'est pas pour moi que ça risque de mal se passer, on me met en colère sur des domaines et en poussant loin et moi même je ne connaissais donc pas le probable "retour sur investissement" mais du peu que j'en voyais ça passait en stade "à vos risques et périls" avec certaines personnes extérieures, vous vous aventurez dans des terrains où moi même je ne suis pas allée afin de ne pas trop savoir ce qui peut arriver à une personne qui me pousserait dans certains retranchements, j'en ai déjà vu un peu les effets et je sais que après c'est trop tard.

De plus de ce que j'ai pu constater d'ici, il y a bien pire masse dans laquelle se noyer, se perdre, se fondre.

Quelqu'un ici que je ne citerais pas mais à qui je pourrais le dire en mp, parmi d'autres personnes ici m'a dès le départ envoyé la "bonne balle verbale" qui correspondait déjà à ce que j'étais venue chercher ici. Rassurante. Bon maintenant ça ouvre tous les champs d'avoir déjà connu des balles verbales ou des attitudes rassurantes pour savoir et pourvoir comparer.

Il est vrai que j'avais écrit aussi : je vous ai tous/toutes en gros rencontré dans la vie réelle. Mais pas au même endroit, pas dans la même configuration, et pas tous en même temps surtout. Ca facilite grandement les choses. De pouvoir au détour d'un mot, d'un propos, d'une tournure, pouvoir situer, placer et donc se positionner en fonction. J'ai pu travailler et retravailler tout. Et d'autres choses. Etre alors soi disant sur équipée d'office avec en plus la chance d'avoir pu obtenir des équipements supplémentaires et des facilités aussi supplémentaires.


De ce que j'ai pu lire ici, le vocabulaire joue beaucoup effectivement pour se faire remarquer sans vouloir éventuellement que ça soit le cas.
Par contre de plus en plus je me dis qu'il faut faire le distingo si besoin si envie, entre des personnes qui seraient bien dans leurs baskets et leur vie et qu'un dit doué dérange et des personnes qui ne sont pas nettes mentalement et qui trouveront à redire quoi qu'ils arrivent.

A te lire me reviennent deux souvenirs, l'un d'une femme qui avait réagit de suite à l'utilisation d'un mot qui ne me revient pas sur l'instant dans un mail. Je l'avais vu en rire, en chercher la définition sur le net pour en rire de plus belle. Je ne sais donc pas si c'est le cas pour tout le monde ici mais ayant un peu fait le tour de cette personne, je ne suis surtout pas entrer en discussion avec elle en relevant l'inexactitude de l'interprétation qu'elle avait de cette définition ajoutée à une interprétation de même de ce mot dans la phrase où il avait été mis sinon au vu de ma phrase comme tu le vois je l'espère, on en sortait plus.

Et le deuxième, une de ses collègues qui m'avait dit forte de penser que tout le monde est collectif : "tu nous déranges" quand subitement tu fonces où ne sait où en faisant du bruit", idem en ayant avec recul une fois observer cette personne, je lui avais juste répondu sans aucun ton particulier : oh pardon, je penserai à prendre mes pantoufles demain et à prendre un poste routinier comme le tien afin de n'avoir jamais aucune grande urgence ou importance.

Ce fil n'étant qu'une tentative de faire quelques généralités dont je pensais bien qu'elles me viendraient à l'esprit à l'époque et tenter de donner et d'échanger sur comment non pas en fait se mettre à l'écart parfois mais finalement plutôt se protéger de certaines personnes puisque j'avais souvenir de cette page et demie, qui associés donc à des souvenirs, me fait d'ailleurs dire aujourd'hui qu'il peut se trouver des murs infranchissables et à laisser tels quels et avoir donc rapidement des phrases comme tu l'indiques qui positionnent, si je t'ai bien compris, des rapports de façon à ce qu'ils soient "lisses". Un peu peut-être un "je suis comme ça" que l'on replace systématiquement avec certaines personnes et une prise d'habitude de "protection"
de les replacer immédiatement dans leur contexte et à leur place.

Il semblerait qu'il puisse y avoir justement des mélanges que j'aurai eu la chance de ne pas pouvoir faire, à savoir ne pas me leurrer ? à chercher tel contact là où ça n'est pas le lieu et en utiliser alors les fameux codes sociaux plutôt comme une possibilité de ne laisser personne m'amener dans des conversations ou alors car ce fut pour moi semble t il l'inverse, d'avoir la possibilité que particulièrement sur mon lieu de travail, il reste un lieu de travail où on ne pouvait pas et c'était voulu me mêler à de la vie personnelle,
des tentatives que ça devienne amicales. J'ai de plus alors pu ne pas être touchée par des remarques ou des critiques ? puisqu'il n'y avait pas place pour qu'elles viennent dans des échanges et aussi sûrement de par le fait que j'ai plutôt toujours eu et cherché ce dont j'avais besoin à l'extérieur ce qui a du équilibré. J'ai été très touchée de lire des personnes pouvant être profondément touchées par ce que j'appelle des "attaques personnelles". Encore une preuve de ma grande féminité, j'ai toujours replacé dans des interactions : "le no zob in job" ainsi que gérer les interactions avec si besoin des rappels au règlement même avec finesse ?

- Tu sais moi je ne suis pas ici pour me faire des copines, on est au boulot.
- Tu sais toi tu n'as pas dans tes fonctions de m'éduquer ou de devenir plus qu'un collègue avec qui on fait chacun des efforts pour travailler convenablement.

On m'en a d'ailleurs reparlé dans le bon sens en me disant qu'effectivement de très nombreuses années j'avais très souvent été dans le "recul" ou alors "en retrait".(bien qu'on est aussi bien me dire IASS elle s'impose".... Une bonne connaissance immédiate de ma place, mes fonctions, et des codes entre personnes pour cet endroit là, ainsi que le fait d'être comme moi, à savoir qui c'est dire : bon moi les 4 bises le matin, c'est quand j'ai le temps et pas de boulot en urgence, ou alors soyez pas surpris par ci,
ça et ça, je sais je suis bizarre mais c'est comme ça, cherchez pas trop à comprendre sinon vous allez perdre de votre temps pour rien et j'incluais donc dans le "no zob in job" pas de conversations personnelles. Et heureusement puisqu'étant une nana, non mariée, sans enfants, et de plus sur un poste voulu subalterne, j'avais du tester le fait que oulala et la valse des questions, ou des demandes d'amitiés au travail avec des personnes dont je voyais de suite que ça n'irait pas du tout donc poser les choses et les rapports de suite : oui je suis pas pareille et sur des points qui n'ont rien à faire sur un lieu de travail et non je n'ai pas envie de raconter ma vie perso.

D'ailleurs le fait d'observer des personnes dans leurs comportements avec d'autres personnes me donnaient toutes les infos nécessaires. Lucides, pas lucides, trop perso au boulot, comportements hors contexte professionnel, ect, on m'a souvent aussi dit : on t'aime ou on te craint. Ca me colle plutôt bien. Et pour ce que j'ai dit précédemment, je n'ai donc pas laisser de ce que j'appellerai "des portes ouvertes" à pouvoir m'expliquer ce qui se trouve dans cette affection, et ces craintes. Un imperméable en fait. Cela dit à partir du moment où les bonnes distances professionnelles sont posées d'office et que de plus j'avais bien balisé "ma cloison", ça ne pouvait que soit "rouler" soit aller "au clash", me sachant dans les clous, comme écrit ci dessus, ça ne durait pas longtemps et peu importe que ça fasse soit un blanc, soi un froid pour toutes les raisons citées auparavant aussi.

Ensuite je n'ai pas de plus grosses attentes que ce soit sur mon lieu de travail que dans la vie que je ne pouvais en espérer de ce que je voyais. C'est du généraliste mais souvent j'ai pu expliquer cela comme cela à des personnes qui bien que je le découvris ensuite pouvaient être de près ou de loin plus mes "pairs" selon certains fonctionnements, se mettaient à mes yeux en tort, en conflit, en litiges stériles là où je voyais que ce n'était ni l'endroit, ni l'heure, ni le sujet. Pour x raisons j'ai du plus bosser et évoluer plutôt en acceptation ? de quel maillon ? rouage ? engrenage ? on voulait que je sois, sans souci, puisque je trouve toujours le moyen ailleurs de faire comme bon me semble.

J'ai d'ailleurs repensé à tout cela d'un autre regard, car je me disais oui mais j'ai eu de la chance, je n'ai pas eu à souffrir de non reconnaissance car j'ai été employée, je ne me suis pas foulée à faire des longues études, j'ai refusé des montées de grades, des postes plus valorisants. Mais vu d'un autre angle, ça avait tous ces soucis aussi en fait, j'ai pu me rendre compte que j'ai pu avoir des chefs/cheffes alors de la sphère douance et je vous avoue que c'était pas coton à gérer par le bas ou en étant en dessous et que même moi je pouvais me dire "mais par où il va là ?" ou "pourquoi il se bouffe la rate pour ça ?" ou "alors pourquoi il veut absolument parler de ça là ? bien plus que le monsieur qui pousse sa boule, il veut placer une boule pour la pousser là ça n'est pas l'endroit, pourquoi il ne va pas canaliser tout cela en extérieur ? et où ça sera demandé et bien accueilli et donc même de moi le fameux "il se prend la tête pour rien ?

C'est pour cette raison que je vais jusqu'au bout d'une procédure, non pas de sanction, mais justement par rapport à des personnes qui ont dépassé les bornes et sacrément et d'autorité qu'ils ou elles n'avaient pas, ce qui a été complexe pour moi, puisque justement subalterne mais j'ai vraiment eu affaire à des "cas très particuliers", d'un pour s'accrocher avec moi il faut vraiment le vouloir et de deux pour s'accrocher avec une subalterne comme moi dans les clous, il faut vraiment ne pas savoir où se trouve, où se trouve sa place, avoir une méconnaissance totale du minima sur un lieu de travail, et être et ça ça m'a donc forcément surprise, "être sacrement à coté de la plaque".

Je ne suis pas débile profonde ou attardée mentale, ou optimiste bébête, ou ultra soumise ect, avec un besoin d'enfance à être dominée  Razz mais il y a des personnes dont j'ai bien vu où se situer les problèmes, très curieux à mes yeux, se mettre tout le monde à dos pour des questions qui ne les concernaient pas à cet endroit là, se retrouver isolé pour des choses dont je pensais qu'elles étaient facilement résolvables avec un peu de souplesse, de discrétion, et quelques ajustements. Car de plus je n'ai donc pas bénéficié d'un ensemble d'avantages, à savoir pouvoir ne pas être en contact, avoir la possibilité plus souvent de ne pas communiquer, avoir donc autorité. Donc pour le reste je ne me suis mise à dos que ce qu'on appelle dans le langage commun "les chieurs de service".

Je m'étonne d'ailleurs désormais du fait d'avoir mis ce fil dans cette section où je dis que je trouve que je n'ai pas ma place, mais cette page et demi me semblait tellement pleine de renseignements.  Elle pose bien à mes yeux les différences, les "murs", les intersections, les deux "ascenseurs", les deux "entonnoirs". Et chacun est donc libre de décider par rapport à cela, soit effectivement se mettre dans un cadre et y faire sa place, soit se mettre hors de cadres et tracer sa route. Mais bon il est possible que j'ai des soucis avec le fait de perdurer dans ce cas au milieu de choses qui ne vont pas et à creuser donc les sujets qui ne vont rien y changer du tout.

En comparaison rapide, j'ai plus facilement et apprécié de travailler pour des dits normo pensants dans les grandes lignes que pour des personnes qui seraient alors spécifier dites douées qui me nécessitaient des aménagements psycho... les personnes qui placent du perso ou leurs idées de rébellion ou leurs problématiques d'égo là où ça n'est pas la place, c'est ultra lourd, perturbateur, parasitant, ect... il faut cadrer son cadre ! c'est troublant.... j'ai donc du et ça m'a beaucoup touchée, faire recadrer au plus fort certains/certaines cadres et c'est humainement très triste surtout quand on a choisi un métier, d'aide, de soutien, de facilitateur dans le travail mais bon ce ne sont que quelques personnes particulières et je conserve les excellents souvenirs durant de très longues années avec des personnes efficaces, donc efficientes, intéressantes, polyvalentes, souples, ect.

De plus il semblerait alors que ça soit plus simple dans le monde dit ouvrier d'être soi disant intelligente ? Moins de questions à se poser sur sa place ? sa valeur ? et plus rapide ? je suis bien je reste ? je me sens pas à ma place, je me casse ? J'ai eu beaucoup de mal à replacer cette histoire de contenu qu'on veut mettre dans le mauvais contenant ou alors des comportements de cadres dont je voyais qu'ils ou elles avaient déjà du mal à se contenir Smile et j'ai alors grande chance car je n'ai pas du tout la sensation d'avoir été un pauvre ouvrier dominé, courbant l'échine et se faisant massacrer à longueur de journée, mais effectivement plutôt comme une personne de métier reconnu et respecté.

Je me permets de dire tout cela comme je l'aurai fait sans jugement aucun, et de façon tout à fait neutre, simplement en relatant alors donc mon expérience mais qui est une expérience de ce que j'ai pu voir et de ce que j'ai pu ensuite classer différemment selon cette simple demie page et il y avait effectivement un volume qui me dépassait moi même. Que ce soit d'informations provenant de mon travail que de mes activités durant ma vie dans tous les milieux donc, et avec des surprises. Voir par exemple que des personnes ayant des emplois de chefs ou de direction se retourner le cerveau bien qu'intelligents et équipés pour que ça se passe vite et bien et d'autre part, des personnes par exemple dans la musique qui dès le départ cerner les avantages de leur travail et aller évacuer dans le métal, le punk, le sport, les assos, voire la politique donc... à l'extérieur.

Du coup en espérant ne blesser personne, ce n'est pas le but de mon propos, je me suis retrouvée durant les années de digestion de cette découverte, avec de ma vision, des intelligents que je trouvais très idiots et des non intelligents que je trouvais très futés.

Et de fait pour moi ce forum est la super cerise atypique sur d'autres gâteaux, pouvoir prendre conscience de où, quand, quoi, comment, qui, une deuxième fois et pouvoir alors m'auto valider mes parts du colibri et vérifier toutes les parts du gâteau que j'ai pu avoir et grâce à qui et quand.

Ca donne un espèce de mode d'emploi de base de "comment ne pas redescendre", "comment ne pas descendre", "comment ne pas se faire dé monter". En tous les cas, il semblerait que pour x raisons de mon fait ou de mon cerveau, j'ai trouvé le moyen rapidement d'avoir une paix royale, et qu'ensuite pour x raisons de mon fait ou de mon cerveau, j'ai encore eu la chance de retrouver rapidement le moyen d'avoir une paix encore plus royale.
ci
Il est sur qu'au vu de tout ça, cette production grâce à des personnes dans le réel toute ma vie, grâce à des générences par des personnes ici.... en tous les cas il est sûr que ce n'est pas mon souhait, du tout, que d'aller passer des tests... je me verrais plus à l'avenir un jour demander un "entretien" informel à quelqu'un ou quelqu'une ici... j'ai du, je ne sais pas, pressentir des choses, et donc faire ou non faire justement en fonction. Plutôt fan de trains à ma façon, j'y voyais donc à l'inverse de se laisser tous les circuits ouverts, au vert, des feux rouges, et cela s'est confirmé. J'y reviendrais aussi. J'ai eu la chance/malchance de pouvoir voir les effets, du casage, du parkage, et de par alors peut être mon milieu d'origine ? d'avoir connaissance d'autres choses et de ce que l'on peut appeler "la double peine". Les "savoirs". Je ne sais qui a inventé tout ça, mais j'adore ce concept, celui de tous ces savoirs. Ici toutes mes phrases devenaient zarbi. Dire par exemple, je rejoins tout à fait Mr Cyrulnik sur ce point !!! oui mais non je le rejoins, je le rejoins, on n'est pas joints d'office parce ce truc là dont on sait pas trop ce que sait du coup ou alors je rejoins François Begaudeau qui lui n'a pas arrêté comme moi de bouger. Du fait j'en ai connu beaucoup des comme ça, le meilleur moyen est de ne pas bouger ! sinon c'est tournis garanti.

Comme par exemple aussi si je mettais ici : j'ai vécu des phénomènes du coup non expliqués. Oui mais non expliqué par rapport à mes bases à moi, qui du coup n'étaient plus.

Il faudrait que je dise aussi des choses dont je n'ai pas envie de me rendre compte. Ca n'est pas du déni, ça n'est pas du et du... ce sont mes choix en fonction d'infos que j'ai moi de mon parcours. Donc hormis pour moi ça n'a que peu d'importance collective.

On me disait ceci : La vie est pleine de hasard, je maintiens, qu'il faut explorer au risque de passer à côté.


Et ça me génère ceci :

En particulier ceci oui. Un fil ici, un sillon dans la vie comme dans d'autres sillons qu'on se vit dans sa vie. Je trouve qu'il faut des deux Smile Voire des tout de partout ou des riens désormais. En tous les cas pour mon fil, je l'ai commencé un jour ici pour x raisons que je continue de découvrir qui sait en me découvrant. Après ça reste l'extérieur par le dedans et surtout ça reste l'intérieur d'un autre coté à savoir que ça n'est pas la plus grosse partie de ma vie ici et si c'est une des meilleurs stations que j'ai pu trouvé de laquelle me mettre en orbite Smile c'est ainsi que je conçois ce forum et qu'il offre je trouve la possibilité de travailler autrement sur soi, parmi d'autres, d'une autre façon et que ça le fut de plus pour moi en gagnant du temps sur le temps à savoir que j'ai souhaité stationner pendant quelques temps. Tout ce que l'on trouve ici se trouve autrement déjà à l'extérieur. De fait y écrire de façon journalière m'éclaire Smile

Pour Mr Gauvrit et d'autres personnes j'ai toujours eu l'habitude de prendre les infos  Very Happy  et celles qui sont dites et articulées comme ça me parle. Ensuite si des personnes ici et je ne leur souhaite pas, le font mieux ailleurs, j'irai les lire, les écouter, ailleurs, je ferais donc la démarche comme d'habitude avec moi plutôt que d'attendre qu'elle vienne à moi ou pas Smile. Le fait de me mettre à découvert ici m'apporte plein de réponses, même dans les non réponses, ou les réactions ou les non réactions par un biais, un autre que je n'aurais sans ici et y déposer des mots, des phrases, des propos, des pensées, des méthodes que j'ai de moi même ou des méthodes que j'utilise pas pu créer  Very Happy

Ce fil reprend mon cheminement et comment je suis ici, de où je viens, où je vais, et je me confirme beaucoup mes choix, mes façons de faire avec moi et dans la vie et comment elle s'est déroulée en fait. Le fait justement de pouvoir chacun se mettre à disposition ici est pour ma part je trouve très enrichissant. Tout du moins pour moi c'est une expérience positive et enrichissante Smile

Chacun fait comme il lui plaît, est c'est ce qui me plaît  Very Happy  cat



♪ Le Jerk ♪
Toute la journée au téléphone
Ou à taper à la machine
Les yeux rivés sur sa Kelton
Joséphine attend qu'ça s'termine

Elle se dit qu'avec son tour de poitrine
Oh, du genre Dolly Parton
Elle pourrait poser dans les magazines
Comme Olivia Newton-John

Quand Joséphine sort du bureau
Elle passe aussitôt chez sa cousine Berthe
Ensemble elles courent au Club-à-gogo

Pour aller danser le jerk (pour aller danser le jerk)
Sur de la musique pop (sur de la musique pop)
Sous les éclairs des stroboscopes
Elles dansent le jerk (elles dansent le jerk)

Roger travaille dans une usine
Qui sent bon l'oxyde de carbone
Tous les midis à la cantine
Il mange du poulet aux hormones

Roger admire beaucoup Lénine
Roger admire beaucoup Lennon
Et dans la fanfare de l'usine
Le dimanche il joue du trombone

Et quand Roger sort du bureau
Il prend le bus de 18 heures 17
Et file tout droit au Club-à-gogo

Pour aller danser le jerk (pour aller danser le jerk)
Sur de la musique pop (sur de la musique pop)
Sous les éclairs des stroboscopes
Il danse le jerk (il danse le jerk)
Woh, oh, le jerk

Un soir Roger rencontra Joséphine,
Il lui dit: "C'que vous êtes mignonne!
Vous êtes belle comme une speakerine,
Venez chez moi j'vous jouerai du trombone"

Et par un beau matin d'hiver,
Joséphine et Roger se marièrent
Ils eurent des quadruplés qu'ils prénommèrent
Gustave, Alphonse, Arthur et Philibert

Et leur apprirent le... ouh
Et leur apprirent le... ah
Et leur apprirent le J-J-J-J-J-J-J-J-Jerk (ils leurs
apprirent le jerk)
Sur de la musique pop (sur de la musique pop)
Et tous ensemble, quand vient le soir,
Ils prennent le bus de 18h17
Pour aller danser le jerk (pour aller danser le jerk)
Sur de la musique pop (sur de la musique pop)
Toute la nuit comme à Woodstock
Ils dansent le jerk (ils dansent le jerk)
Woh, oh, le jerk (woh, oh, le jerk)
Nanananana le jerk (nanananana le jerk)
Sous les éclairs des stroboscopes
Ils dansent le jerk (ils dansent le jerk)
Woh, oh, le jerk (Woh, oh, le jerk)
Ouh-ouh le jerk (Ouh-ouh le jerk)
Toute la nuit...

A mes yeux, de mon contexte, pouvoir grandir est une chance grande, mais alors de cette façon là !!!!

Ca pourrait me donner envie d'aller claquer des curly et des sucettes à certains endroits pour créer l'art de rien le jerk version "classique".

Si vous saviez comment c'est drôle d'ailleurs je vous le dis, je n'ai jamais pensé à creuser dans la "cognition", à chaque fois que je voyais ce mot, je le zappais en fait, je l'aime pas pour ma part, juste comme ça, il me parle pas, il m'attire, à tel point que je n'avais jamais même cherché la définition  Razz  Peut être parce que ça fait "cognes ition ?" déjà trop annonciateur de trop violent pour mon "Ptit mousse" mental ?

Et elle avait donc relu "les monades urbaines" et l'avait dit à Phi en lui ajoutant : oui mais tu sais nonobstant, plaît il, prout, pouet pouet, mon cher Phi, bien que monade ou système pouvant tourner sur lui même et presqu'avec lui même, je préférerai encore et toujours partager ma li monade ou mon verre de Saint Emignon avec une compagnie qui me sera agréable.

Bon ben moi j'en suis là et moins las...



Par la lune nette arrière
Défilent les lumières
Et devant t'emmener
Là où tu dis qu'tu dois il sinusoïde

Dans la ville humide
Il pourra te montrer ce que tu veux bien voir
Si tu n'es pas pressé

Donne l'adresse pose tes fesses
Maint'nant tu peux rêver je te conduis allez allez

Ce taxi-la c'est moi
Qui t'emmène où tu veux
Ce taxi-là est là
Je ferai de mon mieux
De mon mieux



Si tu veux t'arrêter
Fais signe de payer signe de monnayer
Là où tu as choisi
Tout le monde obéit hein, le monde est petit

Oui si tu veux t'arrêter
Il se pose te dépose
Comme in cygne sur le lisse mica
Il s'en va loin de toi

Loin loin

Ce taxi-là c'est toi, tu t'emmènes où tu veux
Ce taxi-là c'est moi, je t'emmèneoù tu veux
Ce taxi-là c'est toi, qui t'emmènes où tu veux
Ce taxi-là s'en va, tu fais ce que tu veux
Ce taxi-là c'est moi, qui t'emmène où tu veux
Ce taxi-là s'en va, excuse moi du peu.

Excuse-moi du peu, t'excuse pas du peu
Je ferai de mon mieux, je te conduis
Allez, allez.

Chouette chouette, hibou caillou, ça va beaucoup mieux, je pète la forme et l'esprit encore bien plus clair et fluide, d'un, et de deux ça va donc "faire chier des gens", merci à vous Smile et merci pour eux/elles ça va leur faire beaucoup de bien par où je vais leur passer Smile

Et vous ? vous avez pris quel taxi ce matin ? parce qu'évidemment ma liberté s'arrêtant là où commence celles des autres, toujours aucune obligation à prendre le mien, ou à suivre mon train. mon train-train.

Merci à mes maîtres à penser à qui du coup je peux donner le titre "de kilomètres à penser et de penser" Smile

https://fr.wikipedia.org/wiki/In_situ

Et évidemment, "in situ" personne il te le dit que tu peux basculer l'air de rien, en zone pétrolette hier mais bien moins que demain.
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Sam 19 Aoû 2017 - 15:22

Spoiler:




13/09/2013
13/09/2017

C'était mon premier pseudo Six s'if. J'ai été traumatisée très jeune par des gens qui écrivent des livres. Tu les renvoies aux autres comme l'autre avec ses grosses bouboules et ça devient un cercle vicieux cette histoire en fait, tu en relis d'autres, tu y repenses.

Du coup je m'étonne et je cherche, j'ai bien du lire  : Alphonse, manutentionnaire, mécanicien, cap plombier, a étudié à ...bep ect ? sur l'instant ce gros instant je le retrouve pas son livre.

"Sors toi les doigts du cambouis" ?"

Mets ta tête dans ton moteur, t'oublieras ton cerveau" ?

et son disque "Sonate en grain de sable mineur pour cerveaux lents à Berck sur mer" ? après être revenu du marché Opus.

C'est quoi ces gens là ? tous ces gens qui nous empêchent d'être un "cas social" tranquille .

Les intellos, les bonnes soeurs, les profs, les éducateurs, les assistantes sociales, toussa toussa toussa  Wink

Un petit curly pour la route ?


Oh mon J.,

ton "toi ? un quoi ???????????? mais ce n'est pas du tout ce que je vois !"

éoui mais tu sais, Casimir, le caméléon, le fait que je me serai mise à ruminer entre deux bouses, j'ai plein d'activités encore plus spéciales pour d'autres dans leur esprit, au moins ça bosse, je reste dans mon créneau d'aide quoi  Razz "

en réaction à mon "ah ben non ça va être possible ton truc là, moi je suis un cas social ou alors j'aurai du, mais bon moi et 'j'aurai du" on n'a jamais réussi à trouver un terrain d'entente mais il faut voir le positif, on a trouvé un terrain de mésentente, c'est déjà ça "  Razz

Oui mais toi tu as des lunettes, enfin désormais des lentilles (pas celles du William Saurin) et surtout celles de William saura.

Du quoi ça a modifié même la notion du dépassement !  qui dépasse qui ? de quoi ? par quand ? Y'a matière à remixer en "tes strates off, Eric" sont pour moi ...



♪ Tes états D'âme Eric ♪
Le Pacifique est pour moi comme tes états d'âme Eric
De vague à l'âme en lame de fond tu surfes entre ses
récifs
Mais le courant te ramène vers le macadam Eric
De vague à l'âme en terrain vague tu divagues

Tes états d'âme sont tes lassos qui tournoient
et s'entrelacent autour de moi
Moi qui suis lasse des rodéos du Texas
O.K. Corral c'est le KO, KO moral

Vague à l'âme ou bien lame de fond
Chaque fois je fonds quand tout s'enflamme

Tes états d'âme sont pour moi Eric
comme les états d'Amérique
Je les visite un par un Eric dans leur ordre alphabétique
Tes états d'âme sont pour moi Eric
comme les états d'Amérique
Je les visite un par un Eric dans un état d'amnésie

Le dictionnaire de mes souvenirs
n'a qu'une page une seule rubrique
qui commence par ton absence
et dans l'ordre alphabétique
se termine par l'état d'amnésie

Tes états d'âme sont un leurre







J'adore ce lieu. Smile


avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Sam 19 Aoû 2017 - 22:06

Spoiler:


















Je suis contente que J. ait changé de femme. Celle là doit bien lui aller puisque je n'ai jamais eu de ses nouvelles à elle. Ca me confirme qu'elle doit l'aimer beaucoup. Et surtout pour ce qu'il est vraiment, et tout ce qu'il est de beau et de bien et que moi j'ai vu. Elle doit le voir aussi. Elle le soutient et elle lui fout la paix aussi.

Est ce que parfois les plus belles choses ne sont pas justement celles que l'on ne peut pas mettre en phrases ?

C'est une chance ces modes de communication particuliers.

Dans 10 jours, top chrono, je prends le train pour... encore plus mettre les voiles et prendre le large... enfin ici le large.... enfin tu sais... heureusement d'ailleurs que tu sais... car si tu n'avais pas su... pas sûre que j'aurai pu redire tout ça deux fois...






Il a bu dans le cours d'un ruisseau
Parcouru les montagnes et le bourg
Il a vu dans vos yeux tant de haine
Qu'il s'est cru, un instant, plus le même

Il a pris des chemins solitaires
Privé d'os comme un chien qui se terre
Il s'est mis à pleurer comme on aime
Continué à prier quand même

C'est devant soi, qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce que l'on croit
C'est devant soi, que je veux vivre
J'ai devant moi beaucoup de vie et de rire

C'est devant soi, qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce chemin droit
Le vent me dit quand vient le noir
J'ai devant moi beaucoup de vie et d'espoir

Il a vu les loups surgir du bois
Suspendu aux branches de vos lois
Il a perdu l'amour, deux étoiles
Qui brillaient dans son cœur qui se voile

Il a compris quand gorge se serre
Que la vie ouvre porte a l'enfer


Et là-haut un faucon se déploie
Qui protège son nom son choix


















On n'est pas bien là ? comme des cons, intelligents, cons, intelligents, enfin là quoi...
cat
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par offset le Dim 20 Aoû 2017 - 7:56

Bonjour
Elles sont belles les photos avec le soleil  I love you
Bonne journée
avatar
offset
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7517
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Dim 20 Aoû 2017 - 11:58

Spoiler:








avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Dim 20 Aoû 2017 - 13:02

Spoiler:
Une provinciale de petite bourgeoisie
Hubert-Félix Thiéfaine
elle regarde passer le temps
assise dans son rocking chair
les yeux fermés
parfois elle sourit au vent
c'est tout ce qu'elle sait vraiment faire
en société
son mari n'est pas un loser
qu'on berce avec des sentiments
tout le monde le sait
mais c'est un homme de grand cœur
qui se présente au parlement
& c'est assez
elle regarde passer le temps
assise dans son rocking chair
les yeux fermés
parfois elle sourit au vent
c'est tout ce qu'elle sait vraiment faire
en société
ses enfants ont un bon quotient
& seront plus brillants que leur père
sur le marché
ils jouent leur tennis en riant
& claquent bruyamment les portières
de leur v.t.t.
elle regarde passer le temps
assise dans son rocking chair
les yeux fermés
parfois elle sourit au vent
c'est tout ce qu'elle sait vraiment faire
en société



---------------------------------------------------------------

rockin chair

rock in chair

Dès Caler







Luffy lucky




Quand Simone et Jeannot, sur la péniche-tango

Si vous allez le dimanche à Conflans
danser le tango sur l’Uranus, la péniche à Luna
vous les verrez enlacés cœur à cœur
évoluant avec grâce et lenteur…

Quand Simone et Jeannot dansent le tango
y a plus rien qui existe
y a qu’eux deux sur la piste
ils se tiennent par les yeux
sans un mot, d’un air triste ils se font du tango.

…et la semaine s’oublie dans les bras de samedi
et les peines s’enfuient sur la pointe des larmes
ils se retrouvent au dancing pour tourner toute la nuit
et donner du charme à leur vie.

Quand Simone et Jeannot dansent le tango
le monde peut s’écrouler
ils éteignent le son
pour se laisser bercer
par le bandonéon
Ils se connaissent par cœur
ces enfants de la sueur que l’aube désunit

…et la semaine s’oublie dans les bras de dimanche
et les peines se noient dans la houle des hanches
ils se voient au dancing pour s’offrir de belles nuits
et donner de l’allure à leur vie

Quand Simone et Jeannot quittent le tango
c’est toujours les yeux cernés d’étoiles
et les chaussures à la main.
« A jeudi au thé dansant ? »
Ils ont ça dans le sang.

Quand Simone quitte Jeannot
c’est toujours le tango qui la ramène
au petit jour à son studio
qui donne sur la Seine.

Jean Gennaro
De son vrai nom Jean Martinez, petit-fils d'immigrants espagnols, Jean Gennaro est poète, écrivain, nouvelliste et postier, bref un homme de lettres dans tous les sens du terme. A publié plusieurs recueils et romans.

------------------------------------------------------------------------------

Le bonheur est une plume

Le bonheur est une plume
La plus légère qui soit.
Il faut l'attraper
Quand elle passe.
Le bonheur se cueille dans l'instant,
Avec précaution
Comme une fleur,
Avant qu'elle ne se fane.

Le bonheur est cette poudre de soie,
Qui passe, légère, devant la lune,
L'effleure, l'enserre,
Et la pénètre de sa paix.

Même fragile, le bonheur
Transfigure les choses insignifiantes,
Il fait oublier le réel,
Alors que la pensée remodèle nos traits.

La joie monte en nous, quand nous la donnons.
C'est cela le moteur du bonheur.
La découverte du bonheur d'aimer
S'ajoute au bonheur d'être aimé.

Et malgré la nuit du monde,
Malgré les destructions,
Tenons notre lampe allumée,
Pour que vive au dehors la lumière du bonheur.

Hélène Ellenberger
http://www.poetika17.com/touslespoemes-2.html









Les trois chansons

Entends la chanson de l'eau...
Comme il pleut, comme il pleut vite !
Il semble que des grelots
Dans la gouttière s'agitent.
A l'abri dans ton dodo
Entends la chanson de l'eau !
Entends la chanson du vent...
Comme les branches s'agitent !
Les nids d'oiseaux, bien souvent,
Sont bercés, bercés trop vite.
A l'abri des rideaux blancs
Entends la chanson du vent.
Entends la chanson du feu...
Comme les flammes s'agitent
Le feu jaune, rouge et bleu
Pour te chauffer brûle vite.
Quand tes yeux clignent un peu,
Entends la chanson du feu.
Ecoute les trois chansons
Qui se font toutes petites
Et douces comme un ronron
Pour que tu dormes plus vite.
Si tu veux, bébé, dormons
Au bruit léger des chansons.

Ce poème a été mis en musique par David Villamejeanne
http://davidvilla2.wixsite.com/invitation-au-voyage

Sabine Sicaud (1913-1928)
Cas unique et prodige dans les annales de la littérature française, Sabine Sicaud est une enfant douée pour la poésie et remporte dès l'âge de 11 ans plusieurs prix littéraires. Issue d'une famille d'érudits du Lot-et-Garonne, elle baigne dans un monde artistique et culturel qui éveillera en elle un don précoce pour l'écriture poétique. Son oeuvre s'achève brutalement par son décès prématuré à l'âge de 15 ans, suite à une blessure au pied qui s'envenime et la laisse dans de terribles souffrances.
Site officiel : https://www.sabinesicaud.com/
http://www.poetika17.com/touslespoemes-2.html







avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Lun 21 Aoû 2017 - 0:33

Spoiler:
Spoiler:

J-8
1/4

1991-2019
Avec tout le reste.
Tout va partir en même temps.
Cette partie était injouable. Heureusement qu'on m'a prévenue... J...oker








Je ne sais pas pourquoi j'avais dit d'avance que j'allais descendre par paliers ensuite... mais c'est fait...



Spoiler:
Il faut tourner la page
Changer de paysage
Le pied sur une berge
Vierge

Il faut tourner la page
Toucher l'autre rivage
Littoral inconnu
Nu

Et là, enlacer l'arbre
La colonne de marbre
Qui fuse dans le ciel

Tel
Que tu quittes la terre
Vers un point solitaire
Constellé de pluriel

Il faut tourner la page...
Redevenir tout simple
Comme ces âmes saintes
Qui disent dans leurs yeux
Mieux
Que toutes les facondes
Des redresseurs de monde
Des faussaires de Dieu

Il faut tourner la page
Jeter le vieux cahier
Le vieux cahier des charges
Oh yeah
Il faut faire silence
Traversé d'une lance
Qui fait saigner un sang
Blanc

Il faut tourner la page
Aborder le rivage
Où rien ne fait semblant
Saluer le mystère
Sourire
Et puis se taire




avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Lun 21 Aoû 2017 - 18:06

Petite parenthèse personnelle, aucun lien avec la douance, c'est pour mémo dans mon fil ici 1

Spoiler:


Ca c'est pour la rentrée.




J'ai choisi mon école

Et pour les récrés je vais faire des rimes en hic...







Ma photo pour meet tics en pieds, pour rimer il faut compter les pieds...



Plus sérieusement merci au jeune homme qui m'a aidée à choisir mes livres. Histoire, qu'à défaut de savoir faire des phrases, je continue à comprendre celles qu'on me dit. Quitte à être perdue autant avoir un sommaire de où et par rapport à quoi.

Comme ça si je perds mes repères, j'aurai un autre sommaire que la musique :



Je vais être philosophique,
revoir les mathématiques,
et aussi de la physique,
ça va être chimique...
voire géographique,
avec aussi de l'historique,
et du technologique,

on garde le Cyrulnik,
un peu de psychologique,
et puis du psychiatrique,
et on va racheter de la Kriek...
et puis qui sait un peu quantique,
on pensera charcutrique,
pour les moments ludiques,
et les apéros saucissifiques...
Il n'est jamais trop tragique
pour être Jarodique...
tout ça en musique,
ça va être fantastique,
je file coudre mon prénom sur mon slip
pour éviter les heures de colles hic  Smile

Par contre le cocker ça, euh... comment dire euh...




Dernière édition par I am so sure le Lun 21 Aoû 2017 - 18:20, édité 1 fois
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Re: Go west... (Continuité, déviations, et parfois points de suspension...)

Message par I am so sure le Lun 21 Aoû 2017 - 18:17

Petite parenthèse personnelle, aucun lien avec la douance, c'est pour mémo dans mon fil ici

Spoiler:
Si ça vous semble impossible, faites le quand même, au cas où



Trouver des colchiques, acheter des jupes pour meetic, jouer de la rape électrique, voire de la harpe électrique, qui sait mettre des ongles résiniques, devenir une Barbique.. trouver des bas statiques, devenir étalonnique, créer des diurétiques....  LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA LA
avatar
I am so sure
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 10114
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 47
Localisation : Dunkerque

http://www.zebrascrossing.net/t32051-go-west-continuite-deviatio

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum