Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Sam 9 Sep 2017 - 20:27

Draklight a écrit:Je serais "amical" la plupart du temps, au sens où je m'exprimerais avec elle comme j'ai l'habitude de m'exprimer avec mes proches, mes parents, mes bons amis....c'est à dire sans trop faire d'efforts pour m'adapter à ses attentes présumées. La plupart du temps, je serais simple, sobre, plutôt que romantique.

Tu sais, je n'ai aucun doute que ta copine préfèrerais te voir tel que tu es.
Et si elle n'apprécie pas ta personnalité, c'est que tu perds ton temps.

Pourquoi avoir envie de vivre séparément ? Sa présence te fatigue ?
N'est-ce pas parce que tu portes ce masque en sa présence ?

Se sentir en dépendance amoureuse est agaçant, mais pour moi c'est plus facile à gérer que la position inverse où j'ai l'impression qu'on attend de moi un amour que je ne veux pas donner. La solitude, la tristesse c'est pénible, mais moins casse-tête que le malaise et la culpabilité.

Tu le dis bien, "j'ai l'impression".
Sans demander aux gens, tu ne sais pas réellement.

Tu vois, j'ai récemment compris un truc.
Je crois que la majorité des relations commencent par une période d'état amoureux. Là où les sentiments sont décuplés. Cette période est limitée dans le temps; c'est après qu'on voit ce qui reste, et si le couple peut durer un peu.

Mais il y a une autre façon de débuter une relation. Moins expansive. Mais qui peut tout de même mener à un attachement sentimental.
Je viens de le comprendre. Seulement maintenant.

Il y a besoin de temps pour s'attacher, non pas pour tomber amoureux (ça c'est hormonal, et ça peut mener à l'attachement également)
c'est ptèt une voie qui te conviendrait plus.
Fréquenter quelqu'un en prenant son temps. Te laisser évoluer, être toi.

Et je vais te dire, ya un truc qui fait des miracles dans les couples (et que je ne sais pas bien utiliser) : la parole.
A partir du moment où on ouvre son cœur, les problèmes se règlent petit à petit, à deux.

Des fois, non, parce qu'on n'a pas forcément les mêmes besoins, envies, attentes de la vie. C'est juste qu'on n'est pas avec la bonne personne.

C'est juste indispensable de parler à cœur ouvert.

Enfin... peut-être que j'enfonce des portes ouvertes, auquel cas, désolée Embarassed
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5754
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Sam 9 Sep 2017 - 20:33

EnBleuEnNoir : Le rejet que tu as vécu est traumatisant.
Soit tu as de la chance, et la vie t'a permis la résilience, soit tu as eu moins de chance et ça n'est pas le cas, et ça pourrit toutes tes relations les unes après les autres (ce qui est mon cas).

Si c'est ça, il serait peut être intéressant pour toi d'aller consulter un psychologue spécialisé dans le lien d'attachement qui pourrait t'aider à évoluer sur ce point.

Bien entendu, c'est pas forcément miraculeux, je suppose que ça dépend des gens, de leur vie, de tout un tas de facteurs.

Moi ça m'aide.
J'avance tout doucement. Trop doucement, mais mon cerveau a malheureusement bugué. Pas de bol.
Je regrette juste de ne pas l'avoir fait bien avant....

J'étais vraiment pas bien dans ma peau, depuis des années, et un jour je me suis dit que j'avais qu'une vie, alors autant faire ce qu'il faut pour la vivre au mieux.
Je regrette pas.
Si je ne suis pas encore capable d'aimer correctement, et de choisir les bonnes personnes (quand je dis bonne, je veux dire celles qui sont réellement susceptibles de faire un bout de chemin avec moi, dans la sérénité), aujourd'hui au moins, je me connais, et je m'apprécie. Ce qui n'était pas le cas auparavant.

Prochaine étape : construire un lien stable avec quelqu'un.

Courage à toi I love you
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5754
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Dim 10 Sep 2017 - 16:11

EnBleuEnNoir :
Ta remarque sur le fait que tu t'imagines en couple, mais que ça ne te semble pas indispensable et même si ça arrive tu n'habiterais peut-être pas avec le père de tes enfants : c'est intéressant, en fait mon idée de base en lançant ce sujet était aussi de discuter de la possibilité de relations n'entrant pas dans la case du "couple classique". Des relations moins fusionnelles, mêlant de l'amitié et de l'amour.
Pour ma part, je suis convaincu, d'autant plus à notre époque, que le couple romantique avec enfants ne peut plus être le destin de toute personne. Quand je regarde autour de moi, les personnes n'étant pas dans cette situation sont nombreuses : personnes divorcées, célibataires tardifs, relations sentimentales ne menant pas au couple installé...


chuna56 :
Si tu penses qu'une femme enfant fait fuir, tu te trompes. Beaucoup d'hommes recherchent à la fois une sécurité affective, et le sentiment de pouvoir être le "héros" de leur belle, de pouvoir la combler.
Maintenant, il est vrai qu'être dès le début de la relation, ou être tout le temps en mode "dépendance affective" peut faire fuir les mecs. Sans doute faut-il arriver parfois à se contenir, et à résister à ses angoisses et à son sentiment de fragilité. Neutral

Concernant les beaux-parents cons, je ne parlerai pas au nom de tous les mecs mais pour moi c'est une question secondaire. La fille avec qui je sors a une famille musulmane pieuse, qui risque de ne pas m'accepter, mais honnêtement à ce stade je m'en tape. Si on a envie de faire notre vie ensemble, on trouvera un arrangement (même si y a de la casse). Et si la famille s'avère plus importante que notre relation, eh bien tant pis on ne se mettra pas en couple. Neutral

De l'extérieur, en effet, on pourrait penser qu'il va falloir ou bien s'en éloigner pour diminuer leur influence sur ta vie, ou bien choisir ce que tu veux et affronter ouvertement leur désapprobation.
Maintenant, il n'est pas question de te juger sur la difficulté à le faire.
Pour ma part, les parents ont toujours représenté un soutien stable affectif et moral ; j'ai beaucoup de mal à imaginer pouvoir m'en passer. D'autant que, parfois, j'ai des grandes bouffées de solitude, où je me sens fragile et seul au monde (c'est le cas en ce moment avec l'éloignement de ma copine ^^'). Dans ces moments de fragilité émotionnelle, on a beau se raisonner, on ressent comme un énorme besoin d'affection qui, s'il n'est pas comblé nous plonge dans la détresse. Mes parents restent un repère stable, rassurant même dans ces moment là.
Je ne sais pas si tu as toi même ces soucis, en tout cas je compatis et comprends bien qu'il soit difficile de brusquement couper les ponts. L'idéal serait de pouvoir t'appuyer sur de bons amis qui pourraient te soutenir durant les moments difficiles où tu dois résister à ta famille.

Sur ta réponse à mon cas:
"Tu sais, je n'ai aucun doute que ta copine préfèrerais te voir tel que tu es.
Et si elle n'apprécie pas ta personnalité, c'est que tu perds ton temps."
Tu as tout à fait raison. Ce n'est pas tenable à long terme si je dois me faire violence pour être en relation avec elle. C'est juste que j'ai peur de la faire douter qu'elle me plaît, de lui faire de la peine.

"Pourquoi avoir envie de vivre séparément ? Sa présence te fatigue ?
N'est-ce pas parce que tu portes ce masque en sa présence ?"
On touche là à une caractéristique chez moi, sans doute typiquement zébresque, que j'ai mis du temps à comprendre.
Ca ne m'intéresse pas de passer beaucoup de temps (genre toute une journée) avec des gens juste pour passer le temps. Pour que j'apprécie ma journée, il faut que j'en consacre la majeure partie à une activité, un loisir, à des questionnements qui me parlent. En ce moment, par ex, mes occupations hors travail sont : la politique, la lecture / l'écriture, et la découverte de moi-même.
Si par exemple, je passe une journée entière à la plage avec une bande de potes, sans pouvoir me consacrer (au moins une partie du temps) à ces sujets, alors je m'ennuie et ça ne me plaît pas.
Ca vaut avec mes potes, ça vaut avec ma petite amie. A la différence qu'avec ma petite amie, passer des heures à l'embrasser / la câliner peut aussi me plaire Embarassed Rolling Eyes

Sur le reste de ton message, tu soulèves une piste intéressante. Je crois qu'en effet, je ne suis pas du genre à être transporté par la passion amoureuse, à sacraliser une personne même si c'est ma chérie. Je serais sans doute plus cohérent avec moi-même en y allant par petits pas.
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 24
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Jeu 14 Sep 2017 - 13:48

Bonjour à vous tous,

Chuna56:
Je te remercie pour ton commentaire et tes encouragements. Ca me touche beaucoup.
Oui, je vois une psychologue et cette question est en cours de "traitement". Comme elle me guide, c'est à moi à voir les choses et ensuite, elle fixe ce que j'ai mis au jour sous un nouvel angle (je ne sais pas si c'est très clair...).
Je pense avoir une certaine force de vie à défaut de savoir si c'est une résilience. cette question, je l'ai traitée de l'extérieur mais je n'arrivais pas à travailler le fond, d'où ma psychothérapie (en partie, il n'y avait pas que ça).
Le rejet que tu as vécu est traumatisant.
Je suis toujours surprise quand on me le dit. Ma psy m'a fait une remarque dans le même sens. Je ne m'étais jamais vraiment rendue compte que je vivais des situations violentes (verbalement et moralement).
Entamer une psychothérapie est l'une des meilleures choses que j'ai faite pour moi. J'avais besoin d'un regard extérieur pour me dire si ce que je vivais était bien ce que je pensais. Et j'ai bien fait. J'avais trop d'incompréhension avec mon entourage de l'époque, en plus d'être dans une période mouvementée. Smile
Pou revenir sur ce que vous avez dit plus haut, avec Carpediem, c'est vrai que la situation n'est pas évidente pour vous. Parce que même si vous vous positionnez différemment vis-à-vis de vos parents, si eux ne font pas l'effort de leurs côtés, ça vous oblige à continuellement remettre les limites. Ce qui doit être fatiguant et usant. (Si j'ai bien compris, bien sûr).
Je comprends ce que tu dis:
Si je ne suis pas encore capable d'aimer correctement, et de choisir les bonnes personnes (quand je dis bonne, je veux dire celles qui sont réellement susceptibles de faire un bout de chemin avec moi, dans la sérénité)
Pour moi, c'est vraiment être rassurée dans le fait que mon éventuel compagnon n'aura pas de "crise lunatique" et donc d'arriver à me détendre et à faire confiance. J'aime bien le "dans la sérénité", c'est exactement ça. Very Happy
Je suis quelqu'un qui choisit plutôt des relations sentimentales "opportunistes". Quand un mec me plaisait, soit le contexte ne s'y prêtait pas, ou bien, j'attendais tellement que cela n'avait plus de sens, ou bien, je fuyais. Heureusement, c'est en train de changer, je ne veux pas et plus passer à côté de mecs qui pourraient m'apporter ce dont j'ai besoin parce que j'ai peur. Et c'est parce que c'est en train de changer que je vois et sens clairement le blocage, cette peur présente.
Prochaine étape : construire un lien stable avec quelqu'un.
Je te le souhaite de tout coeur. Smile

Draklight:
Ta remarque sur le fait que tu t'imagines en couple, mais que ça ne te semble pas indispensable et même si ça arrive tu n'habiterais peut-être pas avec le père de tes enfants : c'est intéressant, en fait mon idée de base en lançant ce sujet était aussi de discuter de la possibilité de relations n'entrant pas dans la case du "couple classique". Des relations moins fusionnelles, mêlant de l'amitié et de l'amour.
Pour ma part, je suis convaincu, d'autant plus à notre époque, que le couple romantique avec enfants ne peut plus être le destin de toute personne. Quand je regarde autour de moi, les personnes n'étant pas dans cette situation sont nombreuses : personnes divorcées, célibataires tardifs, relations sentimentales ne menant pas au couple installé...
Intéressant, parce que, quand j'ai lu la conversation, je n'aurais pas osé aborder le sujet. J'ai d'ailleurs hésité à écrire sur le fait "d'un père pour mes enfants à l'extérieur de chez moi". Smile

En résumé, je trouve que l'on a assez de contraintes dans la société pour ne pas en avoir dans les relations personnelles (de couple, amoureuse et/ou sentimentale, etc. (CASE).
Pour moi, on est totalement libre. On est libre de choisir ce que l'on veut à un instant T. A partir du moment où je me sens libre, rien ne m'empêche de choisir, et personne n'a rien à me dire sur mes choix, ni à me juger.
Donc, c'est choisir d'accepter ou de refuser une relation, d'un côté comme de l'autre. La relation avec l'autre qui se présente dans toute sa particularité (qu'elle soit classique, originale, peu conventionnelle, incomprise, etc.). Ce qui est important, c'est la relation que l'on a avec cet autre, que les personnes soient consentantes et qu'elles y trouvent un équilibre et une satisfaction de leurs besoins.
J'ai poussé la réflexion de la relation "CASE" à son plus large spectre. Je ne supporte pas l'idée d'enfermement aussi bien physique que conceptuel. J'aime bien l'idée des possibilités et de voir l'ensemble des possibilités qui s'offrent à nous et de pouvoir choisir en fonction de nous, c'est à dire, de nos besoins profonds (nature/personnalité), de nos besoins du moment, du contexte et de nos envies. Cette envie a une part importante. Il peut s'agir aussi bien du libre arbitre que de vouloir faire une expérience, qui se traduit par "je veux, j'en ai envie" ou "je ne veux pas, je n'en ai pas envie".

Après effectivement, c'est à chacun de se positionner à comment faire vivre cette relation socialement: on peut choisir de la préserver de l'extérieur, de l'exposer, de montrer qu'une partie ou uniquement dans un certain contexte social. Je ne cherche pas l'approbation des autres mais je suis consciente que certaines personnes sont rigides et réprobatrices, et la société "hypocritement" fermée à certains types de relations. A chacun de choisir comment il se positionne.
Tous ceux qui s'imaginent que seul peut exister leur point de vue et leur choix, et que les choix des autres sont une erreur ou socialement inacceptable sont dans le jugement. Qui sont-ils pour juger? De ce qui est à faire et/ou à ne pas faire? De ce qu'il faut faire et/ou ne pas faire? Des choix que l'on fait pour soi?
Moi, je pense que si l'on vit dans une société où l'une des valeurs fondatrices est "liberté", à partir du moment où les personnes sont consentantes, on est donc libre de choisir ce que l'on veut pour soi.

Ensuite, à partir de  ses possibilités, je sais qu'il y a des types de relations qui me conviendraient mieux que d'autres (par exemple: celles qui ne me conviendraient pas: avoir un partenaire dominateur, relation fusionnelle...).
Avant, je me laissais le choix, en fonction de mes rencontres. Aujourd'hui j'aimerais être mère (enfin dans quelques années) mais je ne me suis pas encore décidée sur le comment. Est-ce que ce sera une relation de couple classique, un père vivant à l'extérieur de chez moi et mon partenaire sexuel, un père vivant à l'extérieur de chez moi et c'est tout, un  géniteur (qu'il soit autodidacte ou via une banque de sperme)? Pour moi, il y a des avantages et des inconvénients dans chaque situation. A voir donc dans l'avenir, les rencontres que je ferais, et les choix et décisions que je prendrais. Parce que pour moi, c'est une question de choix.

Par rapport à toi, Draklight :
Sur le reste de ton message, tu soulèves une piste intéressante. Je crois qu'en effet, je ne suis pas du genre à être transporté par la passion amoureuse, à sacraliser une personne même si c'est ma chérie. Je serais sans doute plus cohérent avec moi-même en y allant par petits pas.
Il y a beaucoup de femmes qui apprécient justement d'y "aller par petits pas", qui trouvent cela plus rassurant. Ça donne l'impression d'une personne plus réfléchi, posé et les pieds sur terre.
Toutes les femmes n'attendent pas forcément d'une relation "la passion amoureuse". Certaines apprécient une relation stable, enrichissante et équitable, avec de l'amour bien sûr.
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Pieyre le Jeu 14 Sep 2017 - 15:26

De mon côté, j'envisageais de me marier à 20 ans et d'avoir une vie de famille avec des enfants, autant que ma femme en souhaiterait. C'est-à-dire que j'étais prêt à un fort engagement. Et puis, cela ne s'est pas fait. Aussi j'ai connu des femmes avec qui il n'était pas question d'avoir des enfants (parce qu'il faut bien que le corps exulte, comme le chante Brel). Pourtant il ne s'agissait pas de multiplier de telles relations, qui n'étaient pas stériles à tous points de vue, mais tout de même sur le plan qui m'importait le plus.

Alors, à mon âge (53 ans), je suis conscient qu'il va m'être difficile de trouver une femme de façon pleine et entière, au sens traditionnel. J'aurais sans doute encore quelques aventures, mais ce n'est pas ce que je cherche tant que cela, dans la mesure où je vis très bien seul. Je suis encore capable de m'engager avec une femme qui souhaiterait avoir des enfants, mais je comprends que vivre avec un homme plus âgé ne soit pas forcément enviable. Alors, il y a cette possibilité, certes originale, mais que notre époque permet : trouver une femme qui souhaite avoir des enfants mais pas forcément s'engager pour la vie avec un homme. Cela me conviendrait aussi, dans la mesure où j'ai un capital suffisant pour me permettre de subvenir à leurs besoins, et du temps à leur consacrer pour les élever sans qu'il soit forcément question de vivre constamment ensemble.

Je précise que j'ai une amie, une simple amie, avec qui la question s'est posée. Elle allait vers ses 40 ans et voulait absolument un enfant. Elle m'en avait parlé. Mais nous ne nous connaissions pas tellement. Aussi elle a fait appel à quelqu'un qu'elle connaissait davantage pour lui faire un enfant, qu'elle élève désormais seule. Cela me semblait bizarre, et pourtant cela peut être viable. Je les ai vu tous les deux, enfin tous les trois, un jour où elle m'avait demandé d'effectuer des petits travaux chez elle. Ils s'entendaient bien. Elle élève seule leur fils mais il lui arrive aussi de le prendre à l'occasion. L'engagement est plus fort chez elle, forcément, mais il n'est pas absent chez lui, qui a pourtant une vie à côté.


Dernière édition par Pieyre le Sam 16 Sep 2017 - 12:26, édité 1 fois (Raison : erreur de citation)

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18629
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Jeu 14 Sep 2017 - 21:19

Draklight et Pieyre :
Possibilité de couples qui n'entrent pas dans la case du couple classique
J'aimerais préciser avant de continuer de discuter sur ce thème que quand j'étais enfant (environ 10ans) j'ai perçu de manière très forte que j'aimerais un jour avoir des enfants et être mère, et que cela m'irait bien. C'était un sentiment très profond. Et dans le même temps, j'ai de suite dissocié être parent et être en couple. Non pas que je ne puisse pas concevoir les deux, mais que les deux n'étaient pas liés automatiquement. Ainsi, j'en ai conclu que : on peut vouloir être en couple sans vouloir être parent; on peut être en couple et vouloir être parent; on peut vouloir être parent sans vouloir être en couple. J'ai toujours gardé à l'esprit ces trois possibilités sachant que voulant des enfants, il en restait deux.
Pour en revenir à la discussion
Je pense que ce qu'il se passe actuellement à libérer les femmes aussi bien que les hommes de passer par l'étape du "couple" pour avoir des enfants.
Ou du moins de voir d'autres possibilités le cas échéant.
Les familles monoparentales, recomposées, ensuite les banques de sperme, la gestation par autrui et le mariage pour tous ont bouleversées la conception du couple classique et la notion de famille. Je pense, pour moi, dans le bon sens, car il oblige à se poser les questions suivantes: qu'attend-on du couple? Qu'est-ce qu'être parent? Qu'est-ce qu'une famille?
Les 35 dernières années ont montré qu'il est possible et viable de concevoir une famille, le couple et la parentalité d'une autre manière, que cela ne porte pas de préjudice aussi bien aux enfants qu'aux parents (seul ou plusieurs). Que c'est une question d'adaptation et d'organisation.
Pour ma part, quand j'étais jeune (adolescente), je voyais ce qui se passait dans les familles de mes amis et franchement, il n'y avait aucunes situations idéales pour le bien être des enfants et des parents. La seule chose qui changeait était le choix, l'adaptation et "l'intelligence du bien être commun". L'harmonie, l'attention et le respect apportés à chaque membre de la famille résidaient finalement dans la volonté de chacun et non d'une famille classique couple/enfants.
C'est ce constat qui m'a fait de nouveau réfléchir à ces trois possibilités que j'ai jugées complètement viables.
Ensuite, j'ai évolué et développé la notion de relation (partenaires consentants) à un large spectre basé sur les besoins, le contexte et l'envie.

Pieyre:
Pour ton histoire personnelle, c'est assez triste. On a souvent parlé des femmes qui se retrouvaient seules à élever leurs enfants et on a peu parlé des hommes qui voulaient des enfants sans que cela se concrétise. Tu as déjà bien réfléchi à cette solution.
Pour ton amie, de ce que je comprends, ce qui a été important est le consentement mutuel au départ. C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, cela fonctionne.
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Jérémy34 le Jeu 14 Sep 2017 - 22:23

De mon point de vue tu n'as pas vraiment pris le temps nécessaire au discernement sur toutes les questions qui tournent autour du couple et des relations de couple ainsi que des divers chemins qui pourraient se présenter.

Il y a aussi une peur de déplaire, là c'est un point subtil, délicat et qui demande un travail en profondeur.

Le discernement est à pratiquer chaque jour car chaque jour est un nouveau jour.

Mais si certains points de ta vie manquent de discernement depuis trop longtemps, cela va prendre bien plus de temps qu'une seule journée alors je ne peux que te conseiller de commencer dès la fin de la lecture de ce message.

Bon discernement, bonne route, le voyage continue et surtout sois bienveillant et patient avec toi, c'est la clé d'un discernement réussi.
avatar
Jérémy34
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 226
Date d'inscription : 07/08/2016
Age : 35
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Jeu 14 Sep 2017 - 22:46

Les 35 dernières années ont montré qu'il est possible et viable de concevoir une famille, le couple et la parentalité d'une autre manière, que cela ne porte pas de préjudice aussi bien aux enfants qu'aux parents (seul ou plusieurs). Que c'est une question d'adaptation et d'organisation.

Honnêtement, en tant que prof, et voyant défiler un certain nombre de "petites misères", je suis loin d'être persuadée de la chose.
Mais justement, je suis ptèt aveuglée par ma vision du couple parental et des besoins des enfants.
J'espère surtout que tu as raison.
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5754
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Jeu 14 Sep 2017 - 23:55

Après une bonne nuit de sommeil, les idées sont plus claires...
Chuna:
Oui, je connais beaucoup de profs qui m'ont fait la même remarque.
Je ne sais pas si j'ai raison. C'est juste mon opinion.  Very Happy

Pour moi, s'occuper d'un enfant et la maltraitance infantile ont à voir avec le comportement et les intentions des parents et non, à la situation familiale. Au cours de ma vie, c'est ce que j'ai constaté, et après réflexion bien sûr.
J'apporte des précisions sur "c'est une question d'adaptation et d'organisation." Quand je parle "d'adaptation", j'entends s'adapter à la personnalité de son enfant, qui peut être différente de la personnalité du/des parent(s). Ainsi que l'adaptation aux rythmes de vie et à la situation familiale (monoparentalité, couple, parentalité multiple et en fonction du travail, lieux de vie...), ce qui implique forcément de s'organiser. (vécu et constat)
Je ne pense pas que qu'on puisse être "aveuglé par les besoins de l'enfant". Aujourd'hui, je pense que l'on est plus attentif aux conditions et besoins de l'enfant qu'on ne l'était il y a trente ans. Concernant la maltraitance infantile, je n'ai pas l'impression qu'elle augmente, juste que la société ouvre les yeux.
Quand tu dis "je suis ptèt aveuglée par ma vision du couple parental". Je ne sais pas si tu es réellement aveuglée, pour moi, tu as choisi le couple parental parmi toutes ses possibilités. C'est un choix.  Smile Comme je l'ai dit plus haut, personne n'a à juger un choix qu'une personne fait pour soi.
Dans la phrase que tu as cité de mon commentaire, je ne remets pas en cause "le couple parental" à proprement parlé, sinon qu'on nous l'ait proposé comme seule possibilité d'être en couple et/ou de fonder une famille. C'est ça que je remets en cause par ma réflexion: que la société nous offrait cette seule possibilité, que j'ai trouvé limitatrice. (La société d'avant, puisque c'est en train d'évoluer et de changer).


Dernière édition par EnBleuEnNoir le Ven 15 Sep 2017 - 8:17, édité 4 fois
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Jeu 14 Sep 2017 - 23:57

Bonne nuit alors Smile

il faudrait surtout que je me bouge le cul et que je trouve les chiffres. Ya que ça qui pourrait réellement faire évoluer ma réflexion.
Ceci dit, ce que je pense, ma foi, hein, tout le monde s'en fout, tant que je l'impose à personne tongue
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5754
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Ven 15 Sep 2017 - 8:04

Bonjour Chuna,
ce que je pense, ma foi, hein, tout le monde s'en fout, tant que je l'impose à personne

Euh... ton opinion m'intéresse et je te trouve tolérante et respectueuse des opinions des autres. Smile
Pour avoir lu tes commentaires à plusieurs reprises sur ZC, je trouve que c'est agréable de te lire et de discuter avec toi. Tu es toujours dans le dialogue, en plus d'être bienveillante quand les sujets sont délicats, ce que j'apprécie personnellement. Very Happy
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Pieyre le Ven 15 Sep 2017 - 10:26

EnBleuEnNoir :
Pour ton amie, de ce que je comprends, ce qui a été important est le consentement mutuel au départ. C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, cela fonctionne.
En fait elle avait été en couple stable durant longtemps avec un homme qu'elle connaissait depuis ses années d'étudiante; aussi je pense qu'elle aurait voulu avoir des enfants avec lui dans le cadre traditionnel du couple, qui me semble tout de même plus favorable. Après leur séparation elle avait mentionné à plusieurs reprises ce désir d'enfant, sans doute dans ce cadre, mais sans trouver un homme qui y soit disposé. Aussi ce n'était pas son premier choix d'avoir un enfant toute seule comme on dit, comme ce ne serait pas mon premier choix de souscrire à ce projet si une femme me le proposait. Je pense que la modernité est marquée par un refus croissant de l'engagement. Il est permis par les conditions de vie plus faciles (pour les gens qui ont quelques moyens bien sûr) tout autant que par le regard plus tolérant de la société. Mais il me semble que tout ce qu'on peut considérer comme des avancées sociales sur le plan moral (maîtrise de la procréation et libération des mœurs), si cela peut être bénéfique à certaines femmes, l'est surtout à la plupart des hommes. Aussi il n'est pas étonnant que l'on rencontre davantage de femmes qui reprochent aux hommes leur manque d'engagement que le contraire.

Ainsi c'est le fait que cette amie était préoccupée par son horloge biologique qui a dû être déterminant quant à son choix. Elle avait sans doute suffisamment d'amis pour se permettre d'en choisir un qui ait des caractéristiques appréciables, qui reconnaisse leur enfant et ne s'en désintéresse pas. À mon avis ce n'est pas si difficile à accepter pour un homme, et pourtant ce n'est pas une garantie que tout se passera bien pour elle par la suite, ni pour son enfant.

Pieyre
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 18629
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Ven 15 Sep 2017 - 17:09

Pieyre :
Pieyre a écrit:pourtant ce n'est pas une garantie que tout se passera bien pour elle par la suite, ni pour son enfant.
Oui,  je suis tout à fait d'accord. Elle espère que tout ira bien dans l'avenir pour son enfant.
Tout comme les "couples parentaux", les personnes qui se marient, ils espèrent que tout ira bien, que les choses iront dans le sens qu'ils voulaient au départ, qu'ils resteront ensemble. Rien n'est jamais garanti dans la vie.
Mon point de vue général: La vie, c'est l'espoir et l'espoir, la vie. Il me serait difficile de vivre si je ne pars pas du principe que demain, les choses iront bien et/ou demain sera meilleur qu'aujourd'hui.
Pieyre a écrit:Je pense que la modernité est marquée par un refus croissant de l'engagement.
Je ne suis pas d'accord.
Je vais discuter de ce "refus de l'engagement" au sein de la relation (hors parentalité donc).
Il y a toujours des personnes de mon âge qui veulent être en couple, se marier (pour certaines) et fonder une famille. Ces personnes sont bien dans un "engagement" vis-à-vis de leur partenaire, si j'ai bien compris le sens que tu donnes à l'engagement au sein d'une relation. (Pour ma part, j'ai participé à beaucoup de mariage, cette question d'engagement était au cœur de leur motivation.)
Il y a là peut-être aussi une différence générationnelle. Aujourd'hui, on est libre de choisir, de vouloir être en union libre, pacsé, marié, divorcé (c'est tout de même un choix pour l'un des deux partenaires, même si ce n'était pas prévu au départ), célibataire, couple ne vivant pas sous le même toit,etc. En quoi, toutes ces modalités sont-elles un "refus de l'engagement"?
Ensuite, il y a d'un côté le mot "refus" et de l'autre "engagement".
- Que refuse-t-on? Et Que refuse-t-on réellement?
- Et qu'est-ce que "l'engagement au sein d'une relation"?  Est-ce de manière absolue ou relative?
Pour moi, concernant l'engagement, il y a autant d'engagements que de relations. On n'attend pas tous la même chose d'une relation. Donc, l'idée d'engagement est relative en fonction des personnes et de la relation. Après, aujourd'hui, je trouve que l'on est plus proche de ce que l'on veut pour soi et plus à l'écoute de nos besoins. Peut-on choisir sans que cela soit pris par un refus ou une opposition?
Pieyre a écrit:Mais il me semble que tout ce qu'on peut considérer comme des avancées sociales sur le plan moral (maîtrise de la procréation et libération des mœurs), si cela peut être bénéfique à certaines femmes, l'est surtout à la plupart des hommes.
Je ne serais pas si sûre que cela arrange plus les hommes que les femmes.
Mon ressenti de ce que j'ai entendu est que cela arrange bien certaines femmes et certains hommes, et que certains hommes se sentent évincés.

Si on met de côté les questions de fond de société, je dirais qu'à notre époque, chacun peut y trouver son compte.
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par olivier77 le Ven 15 Sep 2017 - 21:13

EnBleuEnNoir a écrit:Il y a toujours des personnes de mon âge qui veulent être en couple, se marier (pour certaines) et fonder une famille. Ces personnes sont bien dans un "engagement" vis-à-vis de leur partenaire,

Je comprends l'engagement comme le fait de se donner corps et âme dans la relation amoureuse, sinon ce n'est pas de l'amour, c'est une relation sympathique ou encore amicale.

Du coup, je suis plus d'accord à dire que la modernité réduit l'engagement.
Je comprends l'engagement non pas comme la volonté de procréer et de donner à ses enfants un univers stable pour les guider, leurs transmettre nos valeurs et savoirs, et les propulser dans la vie, ce qui en soit est plutôt une démarche égoïste et qui perdurera même dans une société de plus en plus centré sur l'individu (l'humanité perdurera de toute façon c'est dans nos gènes); Mais comme la volonté (modérée) de fusion (idéalement) en complémentarité de deux âmes pour sublimer son moi. D'où le sens que je donne à la petite phrase bien connu "pour le meilleur et pour le pire", le pire devant être non pas de laisser la relation se déséquilibrer par la vampirisation de l'un par l'autre (personne toxique et le syndrome de la mante religieuse), mais comme la gestion des soubresaut, d'un moteur par rapport à l'autre qui modifie la trajectoire de la fusée, et ceci par la maintenance et le réglage ponctuel d'un moteur par rapport à l'autre. (désolé si l'image ne parle pas).

Le "refus" quant à lui vient plutôt de notre peur avant la relation ou de la divergence de trajectoire en cours de route
avatar
olivier77
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 46
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 36
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Engagement

Message par Perle38 le Sam 16 Sep 2017 - 16:59

Pour moi l'engagement c'est le fait de donner pour l'autre , c'est entrer dans un autre fonctionnement, c'est ausi changer ses priorités.

Nous sommes dans un monde où les gens préfèrent faire pour soi avant de donner aux autres.
En couple c'est pareil.
L'essentiel est de trouver la personne qui présente un point de vue à peu près similaire sur les choses.

Bon courage à ceux qui veulent s'engager !
Pour ma part , j'ai décidé que je n'étais plus prête à cela. Je décide de m'engager avec moi même d'abord ! M'aimer moi même, et former mon couple avec moi même !
Je vous assure que ça fait un bien fou
avatar
Perle38
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 48
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Marne

Revenir en haut Aller en bas

Pour Drak

Message par Perle38 le Sam 16 Sep 2017 - 17:05

Je pense que tu as besoin de te connaître toi même d abord.
Le besoin en amour ne le cherche pas ailleurs.
Il est en toi . Aime toi toi même d'abord , plais toi à toi même. ..sache te connaitre et apprécier la personne que tu es...ensuite tu sauras ce que tu veux et ce que tu ne veux pas.
Parole de zebra...teste ça d'abord !
Tu ne sentiras plus ce besoin de plaire!

avatar
Perle38
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 48
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par i.a. le Mar 19 Sep 2017 - 14:24

Perle38 a écrit:Je décide de m'engager avec moi même d'abord ! M'aimer moi même, et former mon couple avec moi même !
Je vous assure que ça fait un bien fou

... Bravo Perle38 ; ton "credo" ressemble furieusement à une pensée d'Anaxagore que j'ai longtemps épinglé dans ma chambre :

<< Et enfin, je suis devenu l'ami de moi-même ! >>

Wink
avatar
i.a.
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 510
Date d'inscription : 11/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Perle38 le Mar 19 Sep 2017 - 15:01

avatar
Perle38
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 48
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Perle38 le Mar 19 Sep 2017 - 23:21

Merci.
Je ne connaissais pas Anaxagore...apparemment on serait originaire du même pays!
avatar
Perle38
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 48
Date d'inscription : 14/09/2017
Localisation : Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Sam 7 Oct 2017 - 13:33

Salut et désolé de mon temps de réponse. Je me rends compte que je peux passer bcp de temps sur le forum à rédiger mes réponses et je préfère me limiter Wink

EnBleuEnNoir :

Concernant notre liberté de choisir le format de la relation, je suis quand même un peu mitigé. On a certes, de fait, une liberté dans notre société, mais cette liberté est quand même largement influencée par des modèles de référence, plus reconnus et légitimes que d'autres types de relations.
De mon côté, le couple de mes parents correspond presque au couple parfait, toujours complice et aimant malgré le temps qui passe. Du coup, j'ai beau savoir en théorie que divers modèles alternatifs de vie existe, dans la pratique je sens que le modèle du couple romantique classique reste pour moi la référence en termes de parcours de vie. Plus ou moins consciemment, je souhaite moi aussi, à long terme, trouver une femme / compagne / conjointe avec qui construire un tel couple. J'aurais le sentiment, que si je ne suis pas dans cette situation à 35 ans, d'être "en retard" dans mon parcours de vie, de ne pas être complet. C'est une pression qu'on se met nous-même mais qui est aussi sociale : de la même façon qu'on demande régulièrement à un chômeur quand il trouve du boulot, on demande régulièrement aux célibataires quand ils rencontrent quelqu'un. Cela induit une pression subtile : même si tu es libre de ne pas être en couple à 35 ans, on te fera comprendre que c'est un état plutôt temporaire, qui n'est pas un vrai choix, mais plutôt un non-choix en attendant de trouver la bonne personne.

Et si tu décides d'assumer tes préférences pour des relations non conventionnelles, tu dois faire face à l'incompréhension de proches et connaissances peu au fait de ce type de nouvelles relations, et aussi à celle des personnes dont tu veux te rapprocher, puisqu'elles-même rechercheront souvent des relations plus classiques.

Bref, la liberté est toute relative vu que certains modèles de référence nous influencent collectivement. Après, le but au final est de pouvoir se créer une situation qui corresponde à nos aspirations. Si cela nécessite d'avoir plus de mal à trouver la / les bonnes personnes, de devoir faire face à l'incompréhension des autres, il est dix fois préférables de s'y confronter plutôt que de se couler dans un couple qui nous fera déprimer.

Concernant le modèle du couple classique, quand il marche il offre sans doute un soutien relationnel qui nous rend plus fort. Après tout l'humain est un animal social, il a besoin de se relier pour se sentir vivre. Mais il y a sûrement d'autres possibilités de se relier même si moins populaires.

Sur la fin de ton message concernant ma situation, merci et tu as raison. J'ai vraiment intérêt à plus imposer mon rythme relationnel ^^

Jérémy34
En effet c'est toute ma problématique que de discerner quels sont mes besoins, mes désirs, et de les différencier de ceux des autres, de mes peurs de déplaire....
En quoi consiste pour toi le travail pour arriver à un bon discernement?

Perle38
Là aussi tu touches du doigt un de mes problèmes de fond : la difficulté à m'aimer comme je suis, et la tendance à toujours prendre les autres comme modèle de normalité / d'épanouissement face auquel je devrais être au niveau.
D'un autre côté, mon envie de partager des instants de ma vie avec des femmes est sincère.
Maintenant que ma copine du moment s'éloigne, je le ressens : même si ce n'est pas la bonne, cette relation m'a apporté beaucoup de bien.
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 24
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Lulibérine le Lun 9 Oct 2017 - 12:56

avatar
Lulibérine
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 463
Date d'inscription : 04/02/2017
Age : 30
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Ven 13 Oct 2017 - 17:14

Bonjour Draklight et bonjour à tous,
Draklight a écrit: Après, le but au final est de pouvoir se créer une situation qui corresponde à nos aspirations.
Tout à fait d'accord.
J'ajouterai qu'on vit pour soi avant tout, et que les autres et la société sont secondaires, à mon sens.
Et, On est avec soi-même de la naissance jusqu'à la mort, donc autant aller dans son sens à soi et faire ses choix en fonction de soi.
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 163
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum