Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Mar 8 Aoû 2017 - 22:45

Bonjour cher congénères zèbres,

Je suis un homme de 25 ans et me pose des questions sur ce que je veux / ai besoin en amour. C'est un problème que j'ai toujours eu quand l'Amour se présentait à moi. Pas un simple flirt de 10 minutes, mais bien une situation où une charmante demoiselle me témoigne un fort intérêt, me regarde avec des yeux pleins de tendresse, montre des signes d'attachement à moi. Si, sur le moment, je peux ressentir du plaisir de plaire ainsi, et de voir une histoire d'amour devenir possible, j'éprouve assez rapidement une sorte de malaise qui devient de plus en plus tenace au fur et à mesure que notre relation se développe avec cette fille. Si je me force à continuer la relation en mode "amour romantique", le malaise devient envahissant. J'ai l'impression de me forcer à jouer un rôle de copain idéal que je ne désire pas réellement. Comme si l'intensité des sentiments amoureux, le sérieux de l'amour, le fait de faire plein de choses à deux, de fonctionner en couple, comme si tout ça m'effrayait et me répugnait.
Le paradoxe est que, dans l'idéal, je souhaiterais mener une vie normale, avoir une relation de couple intime avec la fille que j'aime. Mais c'est comme si ma volonté "officielle" était déconnectée de mes désirs et de mes émotions.

Je n'ai guère d'expérience: je viens de rencontrer ma 2e copine, ma première relation (qui a duré un an) était il y a 6 an...Cette absence de vie amoureuse consistante me semble fortement liée, au delà de ma "bizarrerie" zébrique, à ma difficulté à savoir ce que je veux en amour. En amour j'ai surtout été mu par la peur (de ne pas plaire...) que par des désirs que je connais mal.

Sans doute cette relation particulière à l'amour fait-elle partie, chez moi, d'un problème de "Faux-self" hypertrophié, avec une tendance à vouloir me suradapter aux attentes des autres par peur d'être mal perçu. Le faux-self me pousse alors à tenter d'adhérer sans réserves aux institutions socialement convenues comme le couple, de façon déconnectée de mes désirs profonds.

Mais peu importe le faux-self dans la question que je pose aujourd'hui. Ma problématique présente est avant tout de savoir comment interpréter cette peur de l'engagement amoureux. Différentes grilles de lecture sont possibles. Et choisir comment on considère un problème, c'est indirectement choisir la solution qu'on met en oeuvre. Trouver la bonne grille de lecture, ça nous mène en général à la bonne solution.

L'interprétation la plus évidente et facile à trouver est que la peur de l'engagement est une sorte de faiblesse psychique, ou de pathologie à soigner. Il faut alors une bonne dose de développement personnel et de travail sur soi pour vaincre cette peur et oser embrasser pleinement le vrai amour. Les pages internet donnant des solutions pour vaincre la peur de l'engagement sont légion.

D'autres voies que l'engagement en couple?
Mais certaines lectures récentes me font envisager d'autres points de vue...
La sociologue Eva Illouz, dans "Pourquoi l'amour fait mal", adopte un point de vue intéressant. Tout d'abord elle critique la vision de la peur de l'engagement exposée ci-dessous, car cela présuppose qu'il y aurait un "bon" modèle de rapport à l'amour, le couple classique, en considérant toute chose qui s'en écarte comme pathologique. Elle préfère démontrer en quoi la peur de l'engagement est quelque chose de "structurel" dans notre société, créé par le fonctionnement moderne de l'amour (liberté de relations sexuelles, d'aimer et de se séparer, internet qui favorise les rencontres...). La peur de l'engagement se serait pas alors une "pathologie" mais plutôt une véritable stratégie inconsciente des hommes pour profiter de ce qui leur plait dans une relation amoureuse en évitant les "inconvénients" que sont l'engagement, le manque de liberté.
Il y a aussi cette intéressante page : http://www.redpsy.com/infopsy/engagement.html au point de vue original: une relation saine ne nécessite pas de s'engager. La relation est conçue comme un moyen au service des besoins psychiques des deux partenaires (donc adaptable à ces besoins), plutôt que comme un but en soi à cultiver à tout prix. La durabilité d'une relation ne peut pas se promettre, elle se constate plutôt à posteriori.

Pour ma part, cela fait écho en moi...même en admettant que le faux self brouille mes désirs, je ne peux m'empêcher de constater que, quand j'étais enfant, j'étais déjà du genre à être gêné par les grandes scènes d'amour des films disney, comme si je trouvais ça trop intense, trop sérieux, trop "pesant"...Même si les histoires d'amour m'intéressaient, au fond je me sentais plus proche de Lucky Luke, ce cow boy solitaire qui découvre beaucoup de choses mais jamais ne se lie vraiment, que des princes charmants classiques.

J'en viens à me poser la question: ai-je vraiment un "problème" de peur de l'engagement à résoudre? Ou est-ce plutôt un trait "structurel" de ma personnalité qui fait que je veux autre chose que le couple classique socialement convenu? Et dans ce cas, quelle relation pourrait me convenir?

J'en viens à vous solliciter. Pour moi, il ne s'agit pas vraiment de vous demander une consultation psy sur mon cas, mais j'aurais plutôt envie de découvrir votre avis, vos témoignages qui pourraient m'aider à mieux comprendre voire à trouver des conceptions plus originales de l'amour: avez-vous déjà eu à "gérer" (et pu résoudre) une peur de l'engagement? Ou est-ce que vous avez décidé de vivre vos amours d'une façon particulière, en dehors du couple romantique classique? Ou alors avez-vous simplement refusé tout amour?
Merci d'avance pour vos réponses ! Wink  - François
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Slugy le Mer 9 Aoû 2017 - 4:11

Salut,

J'espère que je vais bien répondre car ton texte est très carré et bien écrit.

Je crois comprendre. Quand tu vis ta vie tu es toi-même et dès que tu rencontres une autre et que vous vous rapprochez tu deviens tout gentil, le bon copain au service de l'autre. En fait tu n'arrives pas à être homme et à oser ou savoir proposer d'aller plus loin. C'est pas que tu n'oses pas mais comme tu le dis tu as en fait peur de te tromper, peur de t'engager avec la mauvaise et ça te bloque.

Je ne suis pas sûr de l'interprétation du pourquoi tu te bloques. Tu parles de peur d'engagement mais essaie de creuser plus. Fais la méthode des 5 pourquoi. Pourquoi j'ai peur de l'engagement ?

Réponse 1 pourquoi j'ai "élément de la réponse 1" Réponse 2 pourquoi...

Tu trouveras ta vraie peur qui sera je pense ridicule et te permettra d'avancer.

De mon point de vue c'est normal que tu sois gentil, un autre en amour. On est gêné, la relation a un enjeu on a envie que ça continue. Essaie juste de te poser la question suis-je bien avec elle ? Oui eh bien je continue et si ça s'arrête eh bien tu auras acquis de l'expérience et tu seras plus à l'aise avec la prochaine.

Un truc aussi. Je pense que tu as comme hypothèse de départ que la fille ou la femme en général cherche un homme avec de la stabilité pour s'engager. Or c'est pas vrai. Certaines cherchent juste du c.., d'autres un copain pas encore un mari, d'autre veulent juste sortir ensemble avoir des plaisirs charnels et pas être étiquetté en couple...

C'est pas aussi parce que tu sors avec quelqu'un que tu fais une promesse d'engagement, que vous allez emménager et que vous allez vous mariez..

C'est pour ça que je dis que finalement tu as peur de te tromper, que ce ne sois pas la bonne et ensuite tu te projettes loin dans la relation parce que tes émotions sont très fortes.

Concentre-toi sur le présent. Profite et engagé-toi pour être bien avec elle aujourd'hui. Demain tu fais le même engagement. Ensuite tu t'engages pour la semaine prochaine... Laisse avancer la relation à son rythme.

Je te dis tout ça à partir de mon expérience, faible aussi, mais c'est des choses que j'avais regretté. Ma première copine j'étais pas tant que ça à l'aise, je voulais faire comme dans les disneys, lui faire plaisir... Mais je n'étais pas moi. Ensuite comme je me suis dis que ce n'était pas la bonne que je devais arrêter la relation. Après la rupture j'ai regretté un temps car entre cette relation et la solitude, la solitude je connaissais mais après réflexion je n'étais pas moi-même avec elle donc on allait dans le mur. Au final je pense que ça a été bon d'arrêter mais c'est vrai que j'aimerais avoir une deuxième chance avec une autre fille pour me prouver que j'ai changé. Le contexte était particulier car on partait tous les 2 en stage pendant 6 mois éloigné. Au final est-ce que ça allait tenir la réponse était non donc on a rompu. Pas de regret par contre dans ton cas tu as l'occasion d'expérimenter et de te laisser une chance de changer et d'enlever ton masque. Ça sera une bonne expérience. Essaie. Moi j'ai hâte d'essayer ça avec la prochaine

Slugy
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 39
Date d'inscription : 14/06/2017
Age : 25
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Jeu 10 Aoû 2017 - 23:07

Merci beaucoup pour ta réponse Slugy. Qui est très complète et saisis des points intéressants.

Je ne connais pas la méthode des 5 pourquoi mais je vais essayer de trouver 5 raisons.
Hum, après réflexion, je dirais qu'il y a trois grandes choses qui me font redouter l'engagement amoureux :
- Peur de m'ennuyer, de devoir passer beaucoup de temps avec une personne pour "faire bonne figure" alors que je suis plutôt solitaire et apprécie la compagnie des autres de façon plutôt épisodique (pour des repas, boire un verre...pas de grosse sortie)
- Peur de devoir rentrer dans un rôle d' "amoureux parfait" romantique qui ne me correspond pas, je peux être tendre de temps en temps mais j'aime bien ne pas prendre l'amour trop au sérieux la plupart du temps Smile Ca correspond un peu à la peur précédente, être forcé de devoir jouer un rôle qui me semble opposé à mon identité
- peur d'être malhonnête / de tromper l'autre en étant en couple avec une personne que je n'aime pas vraiment

Depuis un moment, je me dis que pour que je sois bien dans une relation, il faut que celle-ci respecte mon côté solitaire et ne m'empêche pas de m'adonner aux activités que j'aime. J'ai toujours été comme ça notamment enfant.
Je dirais, concernant ma copine actuelle, que j'aime bien le fait d'avoir une femme dans ma vie, et nos relations physiques, mais je ne me vois pas encore aller vers une relation plus forte. On ne s'intéresse pas du tout aux mêmes choses, elle n'est pas aussi intello que moi et j'ai parfois l'impression qu'on partage pas assez d'intérêts / de passions. Mais qui sait? Sans m'engager je ne ferme pas de porte.

Ton expérience est intéressante et rejoins un peu la mienne: si je comprends, tu as vécu ta relation en partant avant tout des attentes (supposées) de l'autre personne, auxquelles tu te mettais la pression pour te conformer, plutôt que de partir de tes motivations à toi et prendre ce qui t'intéressait dans la relation.
Au final c'est cool que tu t'en sois rendu compte "rapidement". J'imagine que déjà avec ça, tu seras plus à l'aise pour retrouver quelqu'un Very Happy
J'imagine que c'est le parcours de pas mal de zèbres...apprendre à se diriger en fonction de ses envies, motivations propres, plutôt que de raisonner toujours en fonction des attentes et besoins des autres en essayant d'être toujours "au niveau" / de les combler.
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Slugy le Ven 11 Aoû 2017 - 10:41

Oui c'est exactement ça tu as compris. J'étais gentil et je voulais lui faire plaisir en m'oubliant.

Juste pour revenir à toi. Quand tu dis j'ai l'impression qu'on ne partage pas assez d'intérêt. Est-ce juste une impression ou tu lui as parlé de tes passions et elle ne t'écoutait pas ou n'était pas intéressée.

Moi ce que j'ai regretté finalement c'est de ne pas mettre confié assez. Peur aussi de trop se confier et qu'elle voit que ça n'aille pas.

Profite et puis dévoile toi plus.

Après j'ai absolument pas la solution si tu te trouves dans le dilemne : je me suis dévoilé c'est pas la femme de ma vie mais j'aime bien ça présence plutôt que la solitude... Je reste ou je la quitte ?

Slugy
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 39
Date d'inscription : 14/06/2017
Age : 25
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Dim 13 Aoû 2017 - 19:20

Hum l'erreur classique du débutant en amour de mettre la relation avant ses propres motivations / envies ^^ et plus encore chez les zèbres peut-être...
Tu avais peur de trop te confier, dans le sens où elle risquait de voir comme vous étiez différents?

Non c'est pas qu'elle ne m'écoutait pas, au contraire elle participait à la conversation et me posait quelques questions quand je parlais politique / littérature... Elle s'y intéresse un peu mais sans être passionnée comme moi. Mais elle aime quand même réfléchir par elle-même, approfondir les choses.

Dans l'absolu j'ai pas la solution non plus, maintenant j'ai envie de continuer pour le moment en essayant d'être plus connecté à mes envies et émotions pour "diriger" la relation ^^ en espérant que mon côté un peu "sauvage" ne la rebute pas Smile
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Turangalîla le Lun 21 Aoû 2017 - 12:33

Salut Draklight,
Comme je ne saurais vraiment répondre aux questions que tu poses, je me permets d'apporter mon témoignage. Je pense vivre une problématique assez similaire. En dépit de mon âge un peu plus avancé, je n'ai eu que peu de relations amoureuses (c'est aussi dû à la phobie sociale assez sévère dont je souffre depuis déjà trop longtemps et qui engendre aussi des problématiques de faux self, je pense qu'il y a là un certain recoupement...)

Bref, à chaque fois que je me retrouvais dans une relation, passé le stade de contentement (classiquement du "petit nuage" où wahou, une fille s'intéresse à moi...) hé bien je finissais par me trouver comme "dénaturé" par cette même relation.
C'est vraiment le mot que j'utiliserais, et je ne sais pas si ça te parles, mais j'ai pas mal réfléchi à tout ça (la solitude, c'est top pour l'introspection!)et j'en suis venu aux explications suivantes :
- peut-être que ces filles n'étaient finalement pas compatibles avec moi (à ce propos, j'ai vu qu'il y avait des topics sur le mbti sur ce forum, c'est extrêmement intéressant et peut-être pertinent pour les relations/compatibilités de couple) et que du coup, j'essayais de m'adapter à une façon d'être trop différente de moi en me perdant au passage.
- peut-être que nous avions des attentes/façons de voir la relation trop différentes (pression à l'engagement, être labellisé comme "le petit copain", être présenté à belle-maman sur le champ, etc... autant d'actes forcément porteurs d'angoisses.

Du coup, dans ma quête amoureuse, je pense plutôt m'orienter à l'avenir vers des zébrettes. J'imagine qu'il y a plus de chances de sentir une réelle connivence et donc d'arriver à fonctionner ensemble.
avatar
Turangalîla
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 7
Date d'inscription : 06/05/2017
Age : 36
Localisation : Grand Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Mar 22 Aoû 2017 - 20:17

Salut Turangalila,

Merci pour ta réponse enrichissante,

J'ai aussi une sorte de "phobie sociale" avec parfois des espèces d'angoisses lors de sorties amicales...J'imagine que c'est lié car les problèmes qu'on a sont toujours transversaux. Tu as déjà pu travailler à comprendre ta phobie sociale?

Je vois tout à fait de quoi tu parles. Je me suis longtemps démené pour être identique aux autres, et correspondre à leurs attentes. Cela m'a rendu paradoxalement de plus en plus allergique aux situations où je me sens, intérieurement, en incohérence avec l' "ambiance" et forcé de faire bonne figure même si ça ne m'intéresse pas. C'est comme si j'avais la phobie, maintenant, des situations où je me sens identitairement "dénaturé", devant me couler dans une relation trop parfaite. L'amour, avec son côté très romantique et dramatisé dans notre société, est la situation parfaite pour réactiver cette angoisse: avoir l'impression qu'on va devoir durablement se couler dans un rôle de prince charmant, quoi de plus angoissant?

Je n'en suis qu'à une phase préliminaire de compréhension de cette "peur de l'engagement", mais mes recherches de témoignages me font déjà ressortir un fait: les personnes souffrant de cette peur sont souvent du genre à manquer de confiance en elle, à faire beaucoup d'efforts pour s'adapter aux autres / à l'autre dans la relation (image plutôt négative d'eux-mêmes). Plutôt que de vivre et construire la relation en partant de leurs désirs et motivations propres, ils la vivent en essayant de coller aux attentes de l'autre. La peur de l'engagement est alors presque logique: c'est comme un cri d'alarme de notre psychisme qui refuse de devoir entrer dans un rôle préfabriqué, sans possibilité pour nous de vivre la relation telle qu'on en a vraiment envie.

Pour tes deux explications, j'aurais les commentaires suivantes :
- sur la possible incompatibilité avec ces filles : c'est sans doute en partie vrai. Dans mon cas, j'ai remarqué que les moments où je me sentais "étouffé" par cette relation, c'est des moments où je commence à m'ennuyer en compagnie de ma copine, qui n'est pas intéressée par les mêmes choses que moi. A l'inverse, il y a quelques rares amis avec qui je peux passer parfois des heures sans ressentir cet ennui angoissant car ils fonctionnent comme moi, et adorent disserter sur des sujets politiques / philo / psycho...Dans ce cas, peut-être qu'en étant avec une zébrette intéressée par tout ça, j'aurai plus l'impression d'être dans mon "monde" en passant du temps avec elle et j'aurais moins cette sensation de dénaturation identitaire.
Dans ton cas, quel était la personnalité de ces filles?

- sur la seconde explication, quelles sont tes motivations / attentes à toi concernant une relation amoureuse?
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Mar 22 Aoû 2017 - 20:26

Que dire...? Je suis une femme et je ressens exactement pareil. Je trouve ça vraiment handicapant.

En avoir conscience, c'est bien, mais ça ne fait pas tout...

La bonne nouvelle pour moi est que je fais réellement un gros effort pour savoir dire "merde", "non", "ce ne me plaît pas", "ça ne m'intéresse pas" et tutti quanti. Il ne s'agit pas d'être méchant, juste d'exister... mais la route est longue!
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Mar 22 Aoû 2017 - 22:14

Carpediem, oui en creusant je vois que beaucoup de femmes peuvent ressentir ça aussi.

Je suis d'accord, la compréhension ne suffit pas. Pour que nos émotions soient apaisées, la masturbation mentale ne suffit pas (il faut considérer l'amour comme cela...renoncer à mes rêves irréalistes..comprendre si ça vient de ma mère...). Il faut de l'action qui vienne concrétiser notre liberté et aille dans le sens de nos motivations. Mais avant et pendant cela, il faut tout un travail d'écoute de soi, pour arriver à discerner nos motivations, les façons de faire qui nous plaisent, etc. Ca peut être difficile de les identifier derrière les torrents de peurs, de culpabilité, de souffrance qui nous embrouillent notamment quand on est en peur de l'engagement.

Depuis combien de temps t'affirmes-tu? Vois tu des changements? Quels obstacles?
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Mer 23 Aoû 2017 - 0:07

Je vais être honnête: je vois un homme qui s'approche un peu trop = je fuis. Aujourd'hui, je n'ai pas avancé d'un iota quant à ça.
Mais tout cela, en tout cas chez nous, me semble en relation avec l'affirmation de soi. En cela, j'ai avancé, mais depuis peu (quelques mois peut-être).

J'ai vécu une situation très pénible au travail (qui s'est représentée à deux reprises). Cette situation ainsi que mon passé déjà peu évident m'ont "forcé" à vraiment changer. A y mettre sérieusement les formes du moins. Car on ne change jamais vraiment à mon humble avis...
Mais à défaut de vraiment m'accepter (pour l'instant en tout cas), je m'affirme tous les jours un peu plus au travail. Il me semble que c'est un bon début.

Cela passe par le fait d'arrêter de demander à tout un chacun ce qu'il/elle pense de ce que je veux faire/dire (c'est-à-dire leurs demander en fait de me dire ce que je dois faire/dire), de prendre mes responsabilités (faire des choix par exemple, et sans avis extérieur of course), ne plus me rabaisser spontanément (pour devancer les avis dépréciatifs d'autrui), si on me dénigre que ce soit juste "pour rire" (c'est jamais juste pour rire) ou autre, je ne rue plus dans les brancards, je réponds calmement histoire de montrer que ça ne m'atteint pas, etc...

Le plus gros de mon travail et je trouve que j'y suis pour l'instant très bien arrivée, c'est de rester calme. Avant, je m'énervais rapidement: je suis hypersensible et impulsive (pas dans mes prises de décision mais émotionnellement).
Hors, s'énerver, c'est se mettre automatiquement en position d'infériorité et invalider ou déprécier nos choix/valeurs/idées... Le contraire de l'affirmation en somme. Je ne sais pas si tu comprends?

Je me suis un peu éloignée du sujet initial peut-être car j'ai parlé de mon parcours, tout à fait personnel mais peut-être rejoindra-t-il partiellement le tien?

S'affirmer, c'est une valeur très vaste. Mon avis? Il faut prendre le taureau par les cornes, tout faire pour comprendre ce qui nous empêche de nous affirmer et changer radicalement de comportement lorsqu'il s'agit d'interagir.

Bien souvent, lorsque l'on ne s'affirme pas, c'est par:
1- Manque de confiance en soi.
2- Manque d'estime de soi.
3- Peur de l'abandon (et oui... on a peur de l'engagement mais on a surtout peur d'être abandonné... s'engager, c'est prendre un risque non négligeable et non mesurable)

Dans ces trois points, la différence peut expliquer déjà grandement les choses ainsi qu'un environnement familial délétère, de grandes déceptions, etc... Peu importe au fond, il faut identifier le problème et le confronter.

Pour en revenir à moi: ai-je vu des changements? Humm, oui, moi, j'en ai vu beaucoup mais je en sais pas s'ils ont été si efficaces. Niveau calme, si. Sans que je demande quoique ce soit, des collègues m'ont dit que j'étais beaucoup plus calme et que c'était plus agréable. Mais je ne suis pas sûre sûre que le côté en moi qui s'affirme soit beaucoup plus ressorti, pas encore... Mais c'est un long processus.

Des obstacles? Oui, des problèmes de relations avec mes parents, qui font "apparemment" tout bien mais que je soupçonne d'être des parents toxiques (idée très difficile à ne serait-ce qu'imaginer).
                      Il faut que je résolve des problèmes liés au fait que j'ai l'impression d'être une sous-merde aux yeux de ma famille car différente, un peu anormale... Mais je ne crois pas que ce ne soit que dans ma tête...
                      Ma dépression... qui ne me lâche pas et obscurcit probablement mon jugement et mes progrès.

J'ai oublié un point dans tout ça, le plus fondamental pourtant: la peur de déplaire (qui va avec l'abandon, of course). On fait tout pour passer crème... pour être normal, pour être gentil, on aide autant qu'on peut (trop), on écoute/comprend tout, etc... J'appelle cela faire l'éponge = le contraire de s'affirmer. Les gens t'appuient dessus pour en sortir le maximum... mais dans ce contexte, tu ne sers à rien d'autre qu'à éponger leur être (tout ce qu'ils pensent, disent, font... t'ordonnent).
S'affirmer, c'est savoir dire stop, avant toute chose, savoir poser des limites. J'en parlais sur un autre post.

Souvent, on est dans la suradaptation à l'autre (hyperempathie, hypercompréhension, hyperécoute...) et on ne s'écoute en fait pas du tout. Du genre... une connaissance va nous raconter ses déboires amoureux pendant  dix plombes en tournant en rond, sans nous écouter, etc... Et bien, on va l'écouter, encore et encore, essayer de lui donner des conseils, encore et encore, etc... A aucun moment, on ne va lui dire: stop! J'en ai assez, tu souffres mais je ne peux pas t'aider davantage. Et pourtant, personne ne mérite de devoir entendre une telle litanie pendant perpette... Aider, oui, servir de déversoir continuel, sans même pouvoir ouvrir la bouche, parfois, non!

Bon... j'ai beaucoup parlé, qu'en penses-tu?
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Mer 23 Aoû 2017 - 22:22

Pardonne moi ma curiosité, mais j'ai vu par hasard que t'avais une fiche Zeetic Smile où tu indiques que tu souhaites une relation plutôt intense, passionnée. N'est-ce pas paradoxal? (et vive les Gémeaux en passant ^^)

Je trouve que pour s'accepter, on a quand même souvent besoin que d'autres nous comprennent. Ma psy m'a dit des trucs "évidents", a enfoncé des portes ouvertes, mais ça m'a fait un bien fou : vous êtes particulier mais il faut en être fier, ne cherchez pas à faire comme tout le monde...

Je remarque aussi un truc concernant ta sensibilité : elle s'exprime beaucoup par la colère ! Je trouve que c'est en fait plutôt un signe de bonne santé. Monique de Kermadec dans "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur" disait que la colère est une émotion positive, car elle nous amène à défendre notre territoire ou à remettre l'autre à sa place en cas d'agression, d'intrusion. Twisted Evil
Moi c'est l'inverse : je ne m'énerve jamais. Si je suis dans une situation tendue (par ex mes responsables me font des reproches...) je me décompose, et m'en prends d'abord à moi-même (je suis nul/ je suis coupable)....d'où une tendance à déprimer et me sentir entouré de nombreuses contraintes....
Après si je comprends, tu souhaites maîtriser ta colère car tu trouves que dans certaines situations elle révèle trop ta vulnérabilité?

En tout cas, rien qu'en te lisant, on sent que c'est une bonne dynamique même si c'est toujours un long processus de bricolage. Il y a une bascule quand on commence à mettre nos motivations, le respect de notre fonctionnement propre, avant le fait de contenter / ménager les autres.


Je dirais que, quand on ne s'affirme pas, c'est du à un fonctionnement très émotionnel plus qu'intellectuel.
J'ai remarqué qu'il m'arrive parfois, dans certains moments où je me sens fragile, de basculer dans une "identité en doute". C'est comme si je n'étais plus moi-même mais dans un état altéré. Etat où la peur de ne pas être au niveau des attentes des autres, la souffrance d'être anormal ou la culpabilité de blesser les autres m'obsède. On pourrait dire que c'est des moments où mon faux self fait un putsch dans mon esprit. No
Une fois que cet état s'est dissipé, je reprends mes esprits, mes nerfs se calment, je me reconnecte à ce que je veux et ai moins peur de faire désordre.

Je dirais que pour s'affirmer les différents leviers :
- se prendre tel qu'on est, en développant une vision positive de soi (plutôt que de se voir comme "bizarre", se voir comme original)
- identifier ses envies, son mode de fonctionnement avec lequel on se sent à l'aise (par ex: j'aime bien faire les choses progressivement plutôt que brusquement...)
- essayer de ne pas mettre les attentes, envies, susceptibilités des autres comme supérieurs à nos envies à nous. On est là avant tout pour vivre avec nos émotions, pas pour se couler dans le rôle que l'autre attend de nous
- mettre en pratique ses envies, même si on doit parfois affronter sa peur, créer du désordre...

Quand tu parles de tes parents qui font tout bien, ça me parle. Tu sais pourquoi? J'aime beaucoup mes parents. Ils sont très bienveillants. Mais dans un sens, cette bienveillance n'est pas toujours si bien. Dans une ambiance si harmonieuse, on finit par avoir peur de la "désharmonie" (se disputer, piquer une crise, avoir un comportement anormal...). Je me demande si des familles conflictuelles peuvent être plus favorables pour s'affirmer (car le conflit n'est pas vu comme anormal)

Ce que tu décris sur la peur de déplaire, chez moi ça a atteint le stade suprême du faux self, quand tu te coupes de qui tu es en te stressant pour rentrer à tout prix dans la case "normal". Et ainsi tu perds ta liberté : plutôt que d'être quelqu'un qui a ses propres motivations, vit avec ses émotions, poursuit l vie qui lui convient, tu finis par te sentir comme un simple "agent", présent pour s'adapter aux motivations, projets et fonctionnements des autres sans rien réclamer pour lui.

La distinction que tu faites entre aider et servir de déversoir est d'ailleurs importante: on a une altruisme, une envie d'aider les autres. Mais quand ça devient une contrainte et qu'on étouffe sous les besoins des autres, c'est clair qu'il faut partir. Arrow
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Jeu 24 Aoû 2017 - 1:26

Très intéressant tout ça, je tâcherai d'y répondre demain mais pas sûre d'avoir le temps (je pars en vacances). Là, je suis HS... Sinon, je reviendrai dans un certain temps... lol!
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Ven 1 Sep 2017 - 15:27

« Pardonne moi ma curiosité, mais j'ai vu par hasard que t'avais une fiche Zeetic  où tu indiques que tu souhaites une relation plutôt intense, passionnée. N'est-ce pas paradoxal? (et vive les Gémeaux en passant ^^) »
Je n'en voudrais jamais à personne d'être curieux, au contraire !Very Happy Au pire, je ne réponds pas.
C'est vrai, c'est paradoxal... j'aurais bien du mal à l'expliquer car c'est purement émotionnel, non raisonné... Après, je dirais que je suis dépendante affective. Oui, j'ai peur de l'engagement et c'est viscéral mais je suis dépendante affective... Sans doute cela explique-t-il mon besoin d'une relation intense... fusionnelle.
Cependant, plus j'avance en âge (on dirait une «vieille »Very Happy) et plus je me plais à m'imaginer dans une relation plus « plan-plan » lol où je serais sûrement plus sereine... Et où tout serait à construire lentement mais sûrement:D.
Et oui, vive les gémeaux !Wink


« Je trouve que pour s'accepter, on a quand même souvent besoin que d'autres nous comprennent. »
Je dirais que ça aide mais ça ne devrait pas être nécessaire.
Après, quand on grandit en étant constamment rejetés, d'une manière ou d'une autre, il est difficile de s'accepter... si c'est ce que tu veux dire, je suis totalement d'accord.

Le conseil de ta psy me semble plein de bon sens : si tu cherches à être monsieur tout le monde, bon courage !Very Happy
On ne peut se changer... du moins, sans souffrances (profondes).
Il faut apprendre à... s'accepter (tiens donc!) et donc à « aimer » ses différences, son « originalité ».


« Je remarque aussi un truc concernant ta sensibilité : elle s'exprime beaucoup par la colère ! Je trouve que c'est en fait plutôt un signe de bonne santé. Monique de Kermadec dans "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur" disait que la colère est une émotion positive, car elle nous amène à défendre notre territoire ou à remettre l'autre à sa place en cas d'agression, d'intrusion.  
Moi c'est l'inverse : je ne m'énerve jamais. Si je suis dans une situation tendue (par ex mes responsables me font des reproches...) je me décompose, et m'en prends d'abord à moi-même (je suis nul/ je suis coupable)....d'où une tendance à déprimer et me sentir entouré de nombreuses contraintes....
Après si je comprends, tu souhaites maîtriser ta colère car tu trouves que dans certaines situations elle révèle trop ta vulnérabilité? »
Je comprends ta position. Entre « trop s'énerver » et « ne jamais rien dire », il y a probablement un juste milieu.
Je suppose que je baigne dans l'exagération car je me hais dans le rôle de celle qui s'énerve facilement (d'autant que si je m'énerve vraiment, je ne me calme pas rapidement). Je hais cela car mes parents se sont toujours énervés à tord et à travers et je trouve ça faible (s'énerver de temps en temps est probablement sain), les gens calmes passent beaucoup mieux que les autres (je ne cherche en aucun cas à me faire remarquer, enfin, inconsciemment, ça doit pourtant être le cas), je me mets systématiquement dans mon tord juste parce que je m'énerve et autrui cherche toujours à me décrédibiliser rien qu'avec ça (et ça marche of course). Donc oui, tu as tout à fait raison, en m'énervant, je me rends encore plus vulnérable. Et surtout, je m'énerve souvent (la répétition du fait est gênante, à tout point de vue).
Lorsque j'étais jeune, j'étais comme toi (hors du cercle familiale car ma famille me rendait et me rend toujours dingue)... et je suis finalement furieuse d'être devenue l'exact opposé. Je n'y ai rien gagné... j'ai juste dévoilé mes cartes... et les gens m'écrasent un peu plus, grâce à cela, c'est tout.
Au-delà de ne plus s'énerver, j'envie profondément les gens qui sont naturellement calmes, les gens qui semblent ne rien trop prendre au sérieux, émotionnellement parlant... Je suis tellement en forme de montagnes russes (en terme d'émotions).
Je pense aussi que le fait de m'énerver, surtout, est une énorme faiblesse, face à la toxicité que représentent mes parents pour moi.
Mais effectivement, ta position n'est certainement pas meilleure... Je connais des gens qui sont très calmes mais qui savent pour autant s'affirmer quand il le faut, mais en douceur. C'est cela que je vise;).
As-tu réussi à t'affirmer un peu plus quand même ? A t'énerver, parfois ?

« En tout cas, rien qu'en te lisant, on sent que c'est une bonne dynamique même si c'est toujours un long processus de bricolage. Il y a une bascule quand on commence à mettre nos motivations, le respect de notre fonctionnement propre, avant le fait de contenter / ménager les autres. »
Merci !
Tu sais, « nécessité fait loi » comme on dit. Le travail m'a vraiment obligé à changer : je m'en suis vraiment prise plein dans la figure et en même temps, faite engueulée par mes parents pour cela... Je pense qu'il y a eu comme un déclic. Le fait d'être conscient de ce qu'il faut changer est un bon début;). Après, il faut laisser le temps au temps.

« Je dirais que, quand on ne s'affirme pas, c'est du à un fonctionnement très émotionnel plus qu'intellectuel. 
J'ai remarqué qu'il m'arrive parfois, dans certains moments où je me sens fragile, de basculer dans une "identité en doute". C'est comme si je n'étais plus moi-même mais dans un état altéré. Etat où la peur de ne pas être au niveau des attentes des autres, la souffrance d'être anormal ou la culpabilité de blesser les autres m'obsède. On pourrait dire que c'est des moments où mon faux self fait un putsch dans mon esprit.  
Une fois que cet état s'est dissipé, je reprends mes esprits, mes nerfs se calment, je me reconnecte à ce que je veux et ai moins peur de faire désordre. »
Oui, c'est émotionnel, je suis d'accord. On n'est pas en peine de réflexions mais juste de maîtrise de ses émotions.
Je comprends tout à fait ce que tu ressens.
Le point commun à tout ce dont on parle est toujours le même : on vit au travers du regard des autres. On cherche à leur plaire, se faire aimer, se faire accepter. C'est là le problème. On devrait travailler sur soi, d'après soi... par pour les autres et selon les autres.
On comble une faille narcissique par le regard des autres. Si ce regard est dépréciatif, on est empli de doutes, de peur, etc... et c'est très douloureux, on est touchés au cœur de notre être et on ne sait plus qui on est.
Il faut probablement se recentrer sur soi, apprendre à s'accepter avant de vouloir s'affirmer face aux autres. On ne peut lutter sur tous les fronts : le sien et celui face aux autres.

« Je dirais que pour s'affirmer les différents leviers :
- se prendre tel qu'on est, en développant une vision positive de soi (plutôt que de se voir comme "bizarre", se voir comme original)
- identifier ses envies, son mode de fonctionnement avec lequel on se sent à l'aise (par ex: j'aime bien faire les choses progressivement plutôt que brusquement...)
- essayer de ne pas mettre les attentes, envies, susceptibilités des autres comme supérieurs à nos envies à nous. On est là avant tout pour vivre avec nos émotions, pas pour se couler dans le rôle que l'autre attend de nous
- mettre en pratique ses envies, même si on doit parfois affronter sa peur, créer du désordre... »
Oui, tout ce que tu dis est vrai, c'est une application concrète de ce que je dis avant : s'accepter pour pouvoir s'affirmer.
Mais je me demande comment on fait quand on a l'habitude d'être sous le regard des autres.
Je suppose qu'il faut se laisser du temps;).

« Je me demande si des familles conflictuelles peuvent être plus favorables pour s'affirmer (car le conflit n'est pas vu comme anormal) »
Oui, j'avoue que j'ai parfois souhaité avoir une famille comme ça... enfin plutôt des parents assez démissionnaires... enfin, moi, c'est parce que je suis étouffée par mes parents lol. Donc, avec des parents qui me laisseraient faire ce que je veux, j'aurais eu le loisir de pouvoir m'affirmer vraiment, simplement... Ceci dit, il faut être honnête, je n'ai probablement pas le caractère pour... Peut-être me serais-je seulement laissée aller ?

« Ce que tu décris sur la peur de déplaire, chez moi ça a atteint le stade suprême du faux self, quand tu te coupes de qui tu es en te stressant pour rentrer à tout prix dans la case "normal". Et ainsi tu perds ta liberté : plutôt que d'être quelqu'un qui a ses propres motivations, vit avec ses émotions, poursuit l vie qui lui convient, tu finis par te sentir comme un simple "agent", présent pour s'adapter aux motivations, projets et fonctionnements des autres sans rien réclamer pour lui. 

La distinction que tu faites entre aider et servir de déversoir est d'ailleurs importante: on a une altruisme, une envie d'aider les autres. Mais quand ça devient une contrainte et qu'on étouffe sous les besoins des autres, c'est clair qu'il faut partir. »
C'est tout à fait ça !
Ah... le faux-self !!! J'en suis au même point que toi !Prends bien soin de toi car en ce qui me concerne, je crois que ce faux-self joue pour beaucoup dans ma dépression.
A force de rencontrer le vide en soi, on finit par se perdre : si on est... rien, rien n'a d'importance autour de soi.

As-tu réussi à mettre des choses en place pour modifier ce faux-self, le fait que tu ne t'énerves jamais, pour t'affirmer... ?
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Dim 3 Sep 2017 - 13:06

Bravo pour ton millième message d'abord ^^

1- sur le rapport à l'amour : Ca semble paradoxal mais ces deux tendances (besoin d'affection et peur de l'engagement) sont sûrement liées. Comme toute personne, et peut-être encore plus que d'autres par rapport à ton histoire, tu souhaites sentir être aimée, liée à quelqu'un, oublier la pesante individualité.
Mais tu te décris "dépendante", ce qui implique d'être en position de faiblesse. Quand tu es en position de faiblesse, tu n'oses pas négocier. Quand tu es en position de faiblesse, tu acceptes tout en bloc ce que l'autre veut, ou bien tu démissionnes. Neutral / No
Or, l'engagement nous rend mal à l'aise précisément parce qu'on a peur de devoir se couler dans un moule qui ne nous convient pas. Je pense que, quand on a le sentiment d'être (en partie) maître d'une relation, de pouvoir définir comment elle se déroule, quelles sont ses règles, on n'a pas peur de s'engager puisque l'engagement correspond à notre liberté. Twisted Evil
Pour moi, pour faire reculer son malaise de l'engagement, il n'y a qu'une solution : essayer de se connecter à soi-même, de ressentir sincèrement ses émotions, envies, répulsions. Et façonner la relation en fonction de ce qu'on aime / ce qu'on veut, plutôt que de chercher à rentrer dans un moule. Ce qui nécessite, parfois, de faire face à notre peur de déplaire à autrui, de ne pas être aimé...La peur est sans doute ce qui nous éloigne le plus de nos envies, et motivations, et qui nous pousse à toutes les compromissions possibles.
As-tu déjà eu des histoires d'amour qui ont duré? Qu'as-tu aimé faire / recevoir dans ces histoires?


2- sur ta colère et ma répression de la colère :
Ton témoignage est intéressant. Être doux, calme nous permet effectivement d'être plus apprécié car on ne crée pas de désordre, mais nous on peut se sentir déprimer et pas libre.
A l'inverse, être toujours dans une attitude d'énervement paraît aussi, d'après tes dires, mener à l'impasse. Si je comprends, non seulement tu froisses tes relations, mais ça ne te permet même pas de te faire respecter / faire respecter tes conditions?
Quelles situations, quelles paroles déclenchent ton énervement? Evil or Very Mad
Ici, il me semblerait intéressant de pouvoir distinguer différents cas de figures, et trouver des réponses plus adaptées que l'énervement pour s'affirmer quand nécessaire.
Pour ma part, hélas la colère reste encore hors de ma portée (sauf injustice flagrante).
J'essaie quand même de m'affirmer, mais d'une façon plus "indolente". Si je dois refuser une sortie qui ne m'intéresse pas, je fais comme si je devais suivre un ordre (venant de mon coeur) sans trop prêter attention aux susceptibilités des autres. Ou alors, je fais de la pédagogie, pour que la personne ne le prenne pas contre elle. Mais j'ai encore du mal à ne pas me sentir coupable dans ces cas ^^ pale
Quand je suis d'humeur, j'essaie de m'affirmer avec humour, ce qui passe souvent bien.

3- sur la souffrance face aux autres :
je suis tout à fait d'accord. Quand je suis en situation de souffrance lors d'une sortie avec les autres, j'ai besoin à tout prix de m'isoler un long moment, pour retrouver mes esprits et ma sérénité. La solitude est le lieu où l'on se retrouve quand on est perdu avec les autres, et ça vaut pour le zèbre en particulier.

4- sur les leviers pour se reconnecter à soi-même :
Je me rends compte avoir oublié un énorme levier : associer les autres, en particulier nos proches, à notre redécouverte de nous-même.
Comme tu le soulignes, malgré tout on est toujours un peu dépendant du regard des autres. On a beau trouver en son for intérieur 1000 façons de donner du sens à notre originalité, si en face des autres on se sent toujours incompris, alors on continuera d'être en tension nerveuse. C'est d'ailleurs un conseil de Monique de Kermadec : partager avec nos proches notre redécouverte de nous-même.
C'est ce que j'ai essayé de mettre en pratique avec mes parents. Depuis plusieurs week-end, je leur parle du sujet qui me tient à coeur en ce moment, et sur lequel j'avais peur de me dévoiler : ma redécouverte de moi-même. Je me suis rendu compte que cela était devenu super important pour moi, je passe des heures à y réfléchir, à me documenter dessus. Mais, une fois face à mes proches, j'ai l'impression de devoir afficher une façade "normale" comme si rien n'avait changé, comme si je devais cacher cette recherche qui révèle trop ma fragilité. Et ça me déprime, je ne veux plus avoir à afficher une façade lisse, normalisée avec mes relations. Je veux pouvoir parler honnêtement des questions qui me tiennent à coeur, et des enjeux qui me motivent.
C'est ce que j'ai commencé à faire avec mes parents. Et ça marche. Certes, ils sont dubitatifs sur certains points ("ne te mets pas dans une case, on est tous un peu pareil"), mais pas du tout hostiles et plutôt compréhensifs. Et honnêtement ça soulage, de pouvoir assumer ses questionnements (même quand inaboutis) avec ses proches. Je pense que je vais essayer de faire pareil avec mes amis. Quitte à passer pour un "bizarre" mais de toute façon je le suis déjà, comme tout coming out tout le monde est déjà au courant. farao

Plus généralement, ce que j'essaie en ce moment pour me renouer avec moi-même, c'est une "stratégie" inspirée du livre de Monique de Kermadec. Ce qu'elle conseille aux zèbres, aussi bien pour se relier à soi-même qu'aux autres, c'est de renouer avec les activités, domaines qui nous motivent, et les vivre à fond. Cela vaut pour se connecter à soi-même, mais aussi pour se connecter aux autres. D'après elle, pour se sentir bien avec des personnes, le zèbre n'a pas besoin que les autres soient des zèbres, mais plutôt de pouvoir partager avec eux des passions, motivations, questionnements communs.
Par exemple, je me suis rendu compte que ça me déprimait profondément de passer de longs moments avec des personnes, même des proches, si il n'y a pas des choses dans cette rencontre qui me motivent réellement. En gros, OK pour manger 1h30 avec des amis, pas OK pour passer la journée à la plage avec eux si je n'y trouve pas d'intérêt.
Et qu'est-ce qui me motive, qu'est-ce qui a du sens pour moi? Ca dépend des périodes, mais en ce moment c'est : la redécouverte de moi-même et la psychologie ; la politique, la société ; la lecture, les univers plein de fantastiques, de subtilités.
Alors, voici ce que j'ai commencé à faire ces temps-ci : rencontres entre zèbre IRL à Lille (motivation 1). Me rapprocher de mon mouvement politique préféré pour participer à leurs actions et réflexions (motivation 2). J'aimerais bien aussi trouver un atelier d'écriture ou de lecture (motivation 3). Et je me rends que ça me plaît beaucoup plus que de passer une journée à la plage avec des potes ou la famille.
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Dim 3 Sep 2017 - 18:58

Discussion intéressante qui me parle et que je n'avais pas encore lue.
Super étonnant que je retrouve carpediem lol ^^

Chez moi on retrouve (forcément ?) les ingrédients dont vous parlez, dont la confiance en soi.

Je vais tenter de faire court :
- Besoin absolu d'attachement, plus le temps passe, plus c'est viscéral. Et j'en ai conclu que c'était humain.
- Peur de l'engagement, si bien que j'ai fini par me mettre à répétition dans des situations impossibles, si je ne fuyais pas littéralement quand c'était possible.

Raisons : ma famille. (j'ai mis du temps à comprendre que ça venait de là quasi uniquement...)

Ramener qq1 dans ce huit clos ma parait quelque chose de faramineux.
ça sera jamais le bon.
je vais au devant d'histoires.
Je vais devoir gérer le mec et la famille. et par expérience, c'est pas de la tarte, que de se sentir tiraillée entre deux parties qu'on aime. Jusqu'à présent, les parents ont été plus forts (enfin la dernière fois j'avais 25 ans depuis c'est relation à distance sans avenir, j'ai trouvé ma solution)

Du coup se posent mille questions : est-ce que c'est le bon ? est-ce que je l'aime ? est-ce que je vais pas m'ennuyer avec ? toussa toussa.
Mais si on creuse vraiment, ces questions là n'ont pas réellement de sens. Le vrai souci est sous-jacent.

Draklight : que se passerai-t-il si tu étais toi dans ta relation ? non romantique, solitaire, toussa...

Ah! Une chose : toute fille s'attend qu'un jour son chéri pète devant elle.
Et ça ne la fait pas fuir. Généralement, ça l'attendrit (enfin s'il ne l'a pas tué avec l'odeur ^^)
et j'ai pu constater que c'est pareil dans l'autre sens tongue

(je me rappelle avec tendresse du "ohhhh!!!! ton premier pet!..." de mon premier copain, suivi d'un bisous. S'il avait su le nombre de fois où j'avais pété devant lui avant de me rater et me faire choper...)
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5167
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Fab. Fabrice le Dim 3 Sep 2017 - 20:43

Draklight a écrit:J'ai l'impression de me forcer à jouer un rôle de copain idéal que je ne désire pas réellement. Comme si l'intensité des sentiments amoureux, le sérieux de l'amour, le fait de faire plein de choses à deux, de fonctionner en couple, comme si tout ça m'effrayait et me répugnait.
Le paradoxe est que, dans l'idéal, je souhaiterais mener une vie normale, avoir une relation de couple intime avec la fille que j'aime. Mais c'est comme si ma volonté "officielle" était déconnectée de mes désirs et de mes émotions.

? Reste toi même et transmet tout cela doucement à ta copine, comprend quez tu n'a pas a vouloir "par" avance l'amour comme ci ou comme ça, construit au jour le jour avec elle mais explique lui, discuet
te de tout ça, partagez, si vous arrivez à ça et tant qu'elle s'enfuit pas, c'est 'la' bonne ( 'une de's en fait...)
avatar
Fab. Fabrice
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 930
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 48
Localisation : Entre Moules-Frites et Huitres-Melon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Mar 5 Sep 2017 - 22:22

Fab. Fabrice a écrit:
? Reste toi même et transmet tout cela doucement à ta copine, comprend quez tu n'a pas a vouloir "par" avance l'amour comme ci ou comme ça,  construit au jour le jour avec elle mais explique lui, discuet
te de tout ça, partagez, si vous arrivez à  ça et tant qu'elle s'enfuit pas, c'est 'la' bonne ( 'une de's en fait...)
Je crois que l'ennui (pour moi en tout cas), c'est de se rendre compte à partir de quand on joue un rôle, le rôle du ou de la parfait(e) compagnon/compagne.
Pour ma part, je rentre tout de suite dans ce rôle et puis, très vite, j'étouffe, sans même le comprendre ni bien sûr, sans même comprendre pourquoi!

Draklight,
1- sur le rapport à l'amour
Je suis tout à fait d'accord avec toi... Mais il faut que je me rende compte, tout de suite, que je joue un rôle (hors, j'y suis habituée : faux-self).
« Peur de se couler dans un moule » : si tu savais à quel point tu as raison et pas seulement en matière de relation amoureuse. C'est aussi ce que tu ressens ?
Et non, je n'ai jamais eu de longue relation ni même vécu avec un homme (ni une femme haha).
Ma plus longue relation est de 1 mois et date du lycée !
Et toi, qu'en est-il ?

2- sur ta colère et ma répression de la colère :
Ce qui déclenche ma colère ? L'injustice, l'hypocrisie, l'égoïsme, les flemmard(e)s... Je suis très idéaliste, je crois... Ah et mes parents. Oui, mes parents... pour tout et rien du tout.
Tu sais, je comprends parfaitement ta position et si j'avais un conseil, ce serait plutôt de trouver un moyen d'arriver à défendre ses idées, ses choix... dans le calme... et comme tu le fais déjà, avec humour, un sourire... Faire passer tout cela par l'énervement, ce n'est pas du tout le bon plan et ce n'est pas parce qu'on s'énerve que ça marche... loin de là !
Après, s'énerver rarement mais de temps en temps, pour remettre certaines choses/personnes sur les bonnes rails, ça peut être salutaire oui. Petite question : t'énerverais-tu plus facilement pour défendre quelqu'un d'autre que toi-même ?

3- sur la souffrance face aux autres :
Tout à fait ok.

4- sur les leviers pour se reconnecter à soi-même :
Je suis plus partagée pour ce point. Enfin, j'entends ce que tu dis et il est clair que ça semble te faire du bien, d'être reconnu dans ta singularité, par toi-même, of course, mais aussi par tes proches... Que tu puisses leurs expliquer...
Mais... encore faut-il être écouté ? Compris ? Ou que, du moins, le proche cherche à comprendre.
Personnellement, ce n'est pas mon cas et c'est très douloureux. En effet, c'est bien de pouvoir s'affirmer face à nos proches... Et c'est tant mieux si tu arrives à le faire Wink.

« Par exemple, je me suis rendu compte que ça me déprimait profondément de passer de longs moments avec des personnes, même des proches, si il n'y a pas des choses dans cette rencontre qui me motivent réellement. En gros, OK pour manger 1h30 avec des amis, pas OK pour passer la journée à la plage avec eux si je n'y trouve pas d'intérêt. 
Et qu'est-ce qui me motive, qu'est-ce qui a du sens pour moi? Ca dépend des périodes, mais en ce moment c'est : la redécouverte de moi-même et la psychologie ; la politique, la société ; la lecture, les univers plein de fantastiques, de subtilités. »
Complètement d'accord !
C'est aussi ce que je fais depuis peu ! Je me suis mise au piano (alone) : j'en rêvais depuis longtemps. Je me suis remise à la photo. Et j'essaie de me remettre à l'écriture (l'écriture étant ma passion suprême) et tu me donnes une idée d'ailleurs avec ces ateliers d'écriture;). Je te souhaite que ça marche pour toi en tout cas mais tu es dans une bonne dynamique !

chuna56 a écrit:
Super étonnant que je retrouve carpediem lol ^^
N'est-ce pas ?Very Happy  lol!

chuna56 a écrit:Ah! Une chose : toute fille s'attend qu'un jour son chéri pète devant elle.
Et ça ne la fait pas fuir. Généralement, ça l'attendrit (enfin s'il ne l'a pas tué avec l'odeur ^^)
et j'ai pu constater que c'est pareil dans l'autre sens tongue

(je me rappelle avec tendresse du "ohhhh!!!! ton premier pet!..." de mon premier copain, suivi d'un bisous. S'il avait su le nombre de fois où j'avais pété devant lui avant de me rater et me faire choper...)
lol!

chuna56 a écrit:

Chez moi on retrouve (forcément ?) les ingrédients dont vous parlez, dont la confiance en soi.

Je vais tenter de faire court :
- Besoin absolu d'attachement, plus le temps passe, plus c'est viscéral. Et j'en ai conclu que c'était humain.
- Peur de l'engagement, si bien que j'ai fini par me mettre à répétition dans des situations impossibles, si je ne fuyais pas littéralement quand c'était possible.

Raisons : ma famille. (j'ai mis du temps à comprendre que ça venait de là quasi uniquement...)

Ramener qq1 dans ce huit clos ma parait quelque chose de faramineux.
ça sera jamais le bon.
je vais au devant d'histoires.
Je vais devoir gérer le mec et la famille. et par expérience, c'est pas de la tarte, que de se sentir tiraillée entre deux parties qu'on aime. Jusqu'à présent, les parents ont été plus forts (enfin la dernière fois j'avais 25 ans depuis c'est relation à distance sans avenir, j'ai trouvé ma solution)

Du coup se posent mille questions : est-ce que c'est le bon ? est-ce que je l'aime ? est-ce que je vais pas m'ennuyer avec ? toussa toussa.
Mais si on creuse vraiment, ces questions là n'ont pas réellement de sens. Le vrai souci est sous-jacent.
Mon Dieu... j'ai toujours de la peine à te lire, en même temps qu'un grand soulagement.
C'est exactement ce que je vis... Tout est vrai, mot pour mot (sauf quand t'avais 25 ans lol)...
Quel est le vrai soucis sous-jacent, selon toi ?

Moi, je persiste et signe : si on n'est incapable de se mettre en couple, ou durablement/stablement en couple, c'est qu'au fond, pour X raisons, on n'en a pas envie/ on n'est pas prêt...
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Mar 5 Sep 2017 - 22:53

Le problème sous-jacent est la peur d'affronter mes parents et de devoir imposer mon conjoint.
J'en discutais avec une amie hier, son père a été odieux quand elle a ramené son mari (30 ans après ils sont encore ensembles, a priori elle s'est pas trop trompée lol). Elle, elle s'est pas fait chier, elle s'est barrée avec son mec a 100km, tant pis pour la maman.
Moi j'ai jamais trouvé qq1 qui me sécurise suffisemment que je sois prête à ca. Et je sais pas si ça existe. Mais du coup, je suis seule. Et je trouve des copains loin, qui viendront jamais s'installer avec moi.
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5167
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Mar 5 Sep 2017 - 23:10

chuna56 a écrit:Le problème sous-jacent est la peur d'affronter mes parents et de devoir imposer mon conjoint.
C'est bien ce qu'il me semblait. J'ai exactement le même problème (tu t'en doutes?).
J'ai peur que mon conjoint ne leurs plaise pas, mais une peur... terrible.
Faut dire, mine de rien (selon eux, ce n'est pas vrai), ils sont un poil racistes, n'aiment pas les gens même un peu gros, en-dehors du moule, pas suffisamment beaux, petits, etc... (j'en passe et des meilleurs).
Le pire? J'ai ces exigences-là dans ma recherche d'un chéri alors que moi, je m'en fiche (mais c'est plus fort que moi)!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Au contraire d'ailleurs, j'aime les gens en-dehors du moule et je rêve de ce jour où je leurs amènerais le mec qui ne leur plaira pas du tout (et me plaira énormément)...  lol!
Je fantasme sur le fait de rencontrer un mec avec qui je me sente super bien, qui voit clair dans le "jeu" de mes parents à mon égard et un mec avec qui j'irais vivre dans un endroit super (genre campagne, à la mer, montagne...), loin de chez mes parents... Moi, horrible? rendeer

En fait, ça me rappelle qu'une fois, en vacances, ma mère parlait de moi à une de ses amies (devant moi) en disant que le jour où je me trouverais quelqu'un, elle était sûre qu'il serait bizarre, spéciale... Suspect

chuna56 a écrit:J'en discutais avec une amie hier, son père a été odieux quand elle a ramené son mari (30 ans après ils sont encore ensembles, a priori elle s'est pas trop trompée lol). Elle, elle s'est pas fait chier, elle s'est barrée avec son mec a 100km, tant pis pour la maman.
Moi j'ai jamais trouvé qq1 qui me sécurise suffisemment que je sois prête à ca. Et je sais pas si ça existe. Mais du coup, je suis seule. Et je trouve des copains loin, qui viendront jamais s'installer avec moi.
Idem pour moi, j'ai aussi déjà donné dans les relations longue distance mais maintenant, j'évite... marre de croire pour rien. Et la tendresse en chair et en os, ça fait du bien des fois! lol!
L'histoire de ton amie me vend du rêve, pas toi?
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par olivier77 le Mar 5 Sep 2017 - 23:26

CarpeDiem a écrit:En fait, ça me rappelle qu'une fois, en vacances, ma mère parlait de moi à une de ses amies (devant moi) en disant que le jour où je me trouverais quelqu'un, elle était sûre qu'il serait bizarre, spéciale... Suspect

Questions directes: ta mère, elle te trouve bizarre aussi? Et elle veut que tu sois toi ou que tu sois ce qu'elle aurait voulu être avec la personne avec qui elle aurait voulu être? Et toi tu veux être qui? La projection qui est dans la tête de ta mère ou toi-même?
avatar
olivier77
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 19
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 36
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Mar 5 Sep 2017 - 23:32

Elles veulent qu'on soit ce qu'elles pensent être acceptable dans la société.
Nous on se bat avec trouille pour être nous. Difficilement. Dans la hantise permanente d'être abandonnées.
Mais on se bat quand même.

Au final, y'a pas grand monde qui nous comprenne, et qui comprend qu'on est lucide de la situation, mais que pour autant on n'arrive pas à la changer.
Et ca, c'est le résultat d'une violence invisible qui est exercée depuis notre naissance.
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5167
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par CarpeDiem le Mar 5 Sep 2017 - 23:38

olivier77 a écrit:
CarpeDiem a écrit:En fait, ça me rappelle qu'une fois, en vacances, ma mère parlait de moi à une de ses amies (devant moi) en disant que le jour où je me trouverais quelqu'un, elle était sûre qu'il serait bizarre, spéciale... Suspect

Questions directes: ta mère, elle te trouve bizarre aussi? Et elle veut que tu sois toi ou que tu sois ce qu'elle aurait voulu être avec la personne avec qui elle aurait voulu être? Et toi tu veux être qui? La projection qui est dans la tête de ta mère ou toi-même?
Bonnes questions!

J'ai du mal à le dire mais je suspecte mes parents d'être des parents toxiques (catégorie "dominateurs" voire "manipulateurs").

Donc, je suis étouffée par eux, mon identité aussi, je suis dépendante affective (d'eux)... Enfin bref...

Je veux ce qui me conviendrait mais j'ai tendance, inconsciemment, à ne choisir que ce qui pourrait faire plaisir à mes parents. Et si ce n'est pas le cas, je fuis au dernier moment, terrifiée par la peur.

Ma mère, je ne sais pas si elle me trouve bizarre... Sûrement... je dirais qu'elle me trouve "décalée", "en dehors des normes" dans le sens "trop sérieuse", etc...

Ma mère soutiendra bec et ongles (comme mon père) qu'elle veut quelqu'un qui me convienne mais elle veut surtout (tout comme mon père), quelqu'un qui lui convienne, et qui les écoutera eux, plutôt que moi... Je crois que c'est ce qui me fait le plus peur dans une éventuelle relation amoureuse...

Les rares "ami(e)s" que j'ai eu n'ont jamais vu clair en ma famille, ce que je subissais, le comportement de mes parents, ma souffrance... donc, même sans qu'ils le disent, je sentais que mes ami(e)s me prenaient un peu pour une menteuse un peu instable qui mettait tout sur le dos de ses parents... Ou peut-être se moquaient-il tout simplement de ma situation (ce qui est tout à fait crédible)?

Je ne peux supporter ça au sein d'une relation de couple. Sauf que finalement, personne n'a jamais pris ma défense, ne m'a jamais comprise... Oui, c'est ça, je crois, le coeur du problème.

EDIT:

chuna56 a écrit:Elles veulent qu'on soit ce qu'elles pensent être acceptable dans la société.
Nous on se bat avec trouille pour être nous. Difficilement. Dans la hantise permanente d'être abandonnées.
Mais on se bat quand même.

Au final, y'a pas grand monde qui nous comprenne, et qui comprend qu'on est lucide de la situation, mais que pour autant on n'arrive pas à la changer.
Et ca, c'est le résultat d'une violence invisible qui est exercée depuis notre naissance.

Je n'aurais pas mieux dit!
avatar
CarpeDiem
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1014
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Draklight le Sam 9 Sep 2017 - 16:06

Fab Fabrice :
En effet c'est ce que j'essaie de faire maintenant, mieux coller à mes émotions, et mes envies, sans me mettre dans la case "couple" comme si je devais avoir un comportement standardisé.

chuna56 :
si j'étais moi dans la relation, je dirais que je m'attacherais plutôt à passer de bons moments avec ma copine. Pas forcément de très longs moments (pas sûr que je sois à l'aise de passer une semaine entière collé à elle), peut-être juste 2h par ci, une soirée par là...mais régulièrement pourquoi pas.
Je serais "amical" la plupart du temps, au sens où je m'exprimerais avec elle comme j'ai l'habitude de m'exprimer avec mes proches, mes parents, mes bons amis....c'est à dire sans trop faire d'efforts pour m'adapter à ses attentes présumées. La plupart du temps, je serais simple, sobre, plutôt que romantique.
Et peut-être, à certains moments précis (au lit, en l'embrassant...), je deviendrai plus passionné ou plus tendre.

Notez d'ailleurs, qu'il se trouve en ce moment une subtile inversion des énergies dans ma relation. Alors qu'auparavant, elle me semblait m'aimer beaucoup plus que moi, ces temps ci je la trouve plus distante. Et je me mets, moi, à me sentir parfois triste, à avoir envie qu'elle me donne de la tendresse, soit plus présente. En dehors d'elle je n'ai pas de relation "affectueuse" (y compris amicale) dans ma région.
Se sentir en dépendance amoureuse est agaçant, mais pour moi c'est plus facile à gérer que la position inverse où j'ai l'impression qu'on attend de moi un amour que je ne veux pas donner. La solitude, la tristesse c'est pénible, mais moins casse-tête que le malaise et la culpabilité.

Sur ta philosophie du pet : Laughing Laughing Laughing
Bon je comprends par là qu'il y a bien un moment où l'on montre notre vrai soi, dans ses côtés défaillants ou peu reluisants.


Carpe Diem :
1- Le rapport à l'amour
"peur de se couler dans un moule" c'est quand on a vécu les choses soi-même qu'on en parle le mieux n'est-ce pas? Smile
Moi c'est simple, dès qu'une fille commence à me témoigner de l'affection, de la tendresse, je me remplis de malaise. C'est comme si mon psychisme déduisait de ces signaux que j'avais désormais l'obligation, si je voulais préserver la relation, et ne pas faire souffrir l'autre, d'adopter un comportement de prince charmant standardisé.
Il se trouve que mes parents sont l'exemple du parfait couple. Ensemble depuis 30 ans, ils s'aiment toujours, parfois des disputes mais rien de méchant. Peut-être ai-je trop "sacralisé" le modèle du couple classique et ai du mal à concevoir une relation amoureuse qui n'entre pas dans la case couple.

Moi j'ai eu une seule relation avant celle que j'ai en ce moment, c'était il y a 7 ans. Je suis sorti un an avec une fille. Mon faux self s'était alors érigé en quasi-dictature qui a guidé pendant toute cette période l'essentiel de mes attitudes. Une période de grande souffrance, où j'étais sans cesse ballotté entre divers sentiments: le malaise, intolérable, de devoir jouer le rôle du Prince charmant ; le doute constant sur mes sentiments ; la culpabilité de ne pas être assez sincère et amoureux ; la peur de blesser, de faire de la peine à ma copine si je ne me montre pas amoureux.
Après qu'elle m'ait quitté, j'ai été plus perdu que jamais avec l'amour. Je ne savais toujours pas si j'avais vraiment aimé ma copine. Je balançais entre soulagement de ne plus avoir à jouer le prince charmant, et en même temps sentiment de solitude dans la vie, dévalorisation de moi-même. J'ai connu l'amour, je l'ai mal vécu, je n'ai pas réussi à donner un sens à ma souffrance. Il n'est pas étonnant que je sois resté célibataire si longtemps. Au fond, je n'étais pas vraiment motivé à reprendre une relation amoureuse.

2- sur la colère et sa répression
Pour que je m'énerve, que ce soit pour me défendre moi au autrui, il faut une situation d'injustice caractérisée, et dans laquelle les personnes à qui je reproche cette injustice ne me font pas peur. En gros, si je suis face à mon patron, qui engueule un collègue, j'aurais plutôt tendance à faire profil bas et réconforter mon collègue ensuite.
Ta remarque me semble très pertinente, sans doute ce calme fait-il partie de mon caractère et je peux défendre mes choix et mes libertés tout en l'exprimant d'une façon posée ou humoristique.

4- sur les leviers pour se reconnecter:
Tu veux dire que ta famille, tes amis sont réticents à t'écouter parler des choses qui te tiennent à coeur, et n'admettent pas que tu puisses avoir un caractère particulier? Ou alors considèrent tes particularités comme des anomalies à gommer?

Sur la partie "loisirs", en effet c'est ce que j'essaie, partir des loisirs qui m'intéressent sincèrement, et voir ensuite pour trouver des moyens de les partager. Je vais essayer d'organiser un atelier d'écriture avec les zèbres lillois même si je ne l'écrirai pas forcément Smile


Carpe Diem et chuna56, je vous réponds conjointement, car vous parlez de la même difficulté concernant la peur de présenter vos conjoints à vos parents.
Qu'est-ce qui fait qu'il est à ce point obligatoire que votre conjoint plaise aux parents?
Vous habitez avec eux? Ou proche de chez eux? Vous êtes obligées de les voir très très régulièrement? Que va-t-il se passer (en tout cas, que redoutez-vous) si vous vous éloignez d'eux pour vivre votre relation avec la personne qui vous plaît?
avatar
Draklight
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 25
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par EnBleuEnNoir le Sam 9 Sep 2017 - 19:03

Bonjour Draklight et bonjour à tous: Carpe diem, Chuna56, Olivier77, Fab.Fabrice, Turangalila et Sugly

Merci à Draklight pour ce post et à vous tous pour vos commentaires et partages.

J'ai lu l'ensemble de votre conversation, et il y a des passages qui font écho à ce dont je viens de prendre conscience. Ce sont les trois extraits suivants qui m'ont parlé:
Carpediem a écrit:manque de confiance en soi, manque d'estime de soi, peur de l'abandon (...)
Dans ces trois points, la différence peut expliquer déjà grandement les choses ainsi qu'un environnement familial délétère, de grandes déceptions, etc... Peu importe au fond, il faut identifier le problème et le confronter. (...)
J'ai oublié un point dans tout ça, le plus fondamental pourtant: la peur de déplaire (qui va avec l'abandon, of course).
Dracklight a écrit:J'ai remarqué qu'il m'arrive parfois, dans certains moments où je me sens fragile, de basculer dans une "identité en doute". C'est comme si je n'étais plus moi-même mais dans un état altéré. Etat où la peur de ne pas être au niveau des attentes des autres, la souffrance d'être anormal ou la culpabilité de blesser les autres m'obsède.
Draklight a écrit:La peur est sans doute ce qui nous éloigne le plus de nos envies, et motivations, et qui nous pousse à toutes les compromissions possibles.

Je me suis réveillée hier avec une pensée/rêve horrible, qu'il m'arrive (ou arrivait) très souvent de faire. C'est en rapport avec le sujet "couple". (pensée/rêve: je ne sais pas très bien comment l'appeler, c'est un peu indépendamment de ma propre volonté, ca vient tout seul.) J'ai décidé d'y réfléchir, parce que j'ai eu le sentiment que, si elle était survenue, c'est qu'il y avait quelque chose à comprendre et à retenir.

J'ai une peur, assez profonde, c'est d'être "violement rejetée et/ou dépréciée et/ou discréditée" sans explication, sans raison, sans logique, juste brutalement éjectée, rembarrée sans considération aucune pour ma personne.

C'est ce que j'ai vécu quand mon père avait ses sautes d'humeur et qu'il déversait tout sur moi. Impossible de dire quoique ce soit, il ne m'écoutait pas, ne m'entendait pas, ne me respectait pas, aucune considération et aucune estime. Ma mère n'intervenant pas, comme si la situation était normale ou qu'elle ne pouvait rien y faire. J'étais là, j'encaissais, j'essayais de discuter, de me défendre (avec des mots), rien y changer, il continuait de se déverser.
J'avais conscience de tout ça depuis longtemps, mais je n'avais pas intégré que c'était vraiment ancré en moi et que cela avait débouché sur une peur profonde.

Avoir un mec ou une relation de couple est quelque chose de secondaire dans ma vie. Si ca se présente, c'est bien, pourquoi pas, mais sinon, je préfère vivre sans. C'est vraiment dans ce que je veux pour moi, le fait que je veux des enfants mais pas forcément du père à la maison, que même quand je imagine vivre avec un homme, c'est quelque chose de très lointain, comme si cela n'allait jamais vraiment se réaliser, se concrétiser.

Paradoxalement, je n'ai pas peur une fois en couple (en même temps j'évite de choisir des partenaires qui ressemblent à mon père!).

Et je vois bien dans les couples que je peux rencontrer, des hommes être respectueux, fiables et stables. Mais c'est comme si, moi, je n'allais jamais être dans cette situation. Alors que je sais, pour y avoir réfléchi que ce n'est pas forcément ce qui va m'arriver.

Mais là, hier, j'ai vraiment pris conscience de tout cela avec une plus grande résonance, comme si cette pensée/rêve qui est arrivée au matin me faisait signe d'y réfléchir pour de bon. et qu'à vous lire, cela n'avait fait que confirmer cette résolution de dire "stop", de dire à haute voix "maintenant, je me défais de tout ça, je me leste et je vais de l'avant sans avoir peur que le prochain que je rencontre puisse se comporte aussi mal à mon égard".

Je vous remercie sincèrement de votre partage.  Very Happy

Ensuite, il y a d'autres choses dont vous parlez qui ont fait écho, pas forcément dans la relation de couple d'ailleurs. Je reviendrai plus tard pour vous en parler.  Wink
avatar
EnBleuEnNoir
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 126
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par chuna56 le Sam 9 Sep 2017 - 20:18

Carpe Diem et chuna56, je vous réponds conjointement, car vous parlez de la même difficulté concernant la peur de présenter vos conjoints à vos parents.
Qu'est-ce qui fait qu'il est à ce point obligatoire que votre conjoint plaise aux parents?
Vous habitez avec eux? Ou proche de chez eux? Vous êtes obligées de les voir très très régulièrement? Que va-t-il se passer (en tout cas, que redoutez-vous) si vous vous éloignez d'eux pour vivre votre relation avec la personne qui vous plaît?

Moi, ça me faciliterait la vie, tout simplement.
J'habite pas loin, déjà, et je suis partiellement tributaire d'eux (j'habite la maison de mon père gracieusement). Je me sens donc redevable.
Et j'ai ce lien dont je peine à me défaire, qu'ils resserrent chaque fois qu'ils sentent que je m'éloigne.
Ils le resserrent pas une forme de maltraitance, et ça fonctionne depuis tellement longtemps, toujours en fait, que je suis à leur merci.
J'ai cette peur viscérale d'être abandonnée, et j'ai beau le savoir, c'est compliqué d'agir contre, même si je le fais (mais c'est du genre un pas en avant, un pas en arrière depuis quelques années, donc violentes disputes, sans que ça mène nulle part, si ce n'est à une mauvaise estime de moi).

J'ai vu ce qui s'est passé avec ma petite sœur, qui a eu l'immense chance de tomber sur un mec génial, patient, et aimant. ça a été très chaotique pendant quelques années. Encore aujourd'hui, ma mère tente l'ingérence, mais ma soeur résiste.

Mais faut le bon mec.

Qui a envie d'une femme enfant ?
Qui a envie de se retrouver face à des beaux parents cons ?
Qui sera là pour me soutenir face à eux ? Pour le moment, personne.
Alors je reproduis les mêmes schémas, encore et encore.

Et tu sais, la distance ne chance rien. J'ai mis la France entre nous, pendant 4 ans, mais la puissance de ma mère n'a pas de limite.
Pour l'instant.

Ce qui est terrible, c'est que ces petits jeux sont discrets, et pas visibles de l'extérieur. Si bien qu'au final, je passe pour la neuneu de service.
Celle qui ne sait pas couper le cordon.
Combien de fois j'ai entendu ça.
"coupe le cordon"

Si c'était si simple...
Les gens qui disent ça n'ont aucune notion de la détresse dans laquelle on peut se sentir, et la honte qui va avec.
De toute façon, c'est rare que les gens comprennent grand chose, même quand on leur explique... Embarassed
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5167
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur de l'engagement et modèle de relation amoureuse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum