rue fascination

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

rue fascination

Message par comfortablynumb le Mar 27 Juin 2017 - 18:03

Bonjour à tous.

J'ai connu ZC en tapant directement sur google un truc du genre, "forum hpi", ou je ne sais plus réellement quoi. J'ai mis du temps à m'inscrire et du temps à me décider à poster, mais bon, mieux vaut tard que jamais.

Je suis une adolescente, techniquement adulte mais je ne veux pas grandir et me sens plutôt éternelle adolescente, de bientôt 19 ans et testée en avril dernier.
Je vis dans le sud-ouest de la France, à deux pas d'une plage crade et polluée calme et agréable.

J'ai passé tout le début de ma vie dans une sorte de bulle, à vivre plus en compagnie d'amis imaginaires et à vivre des aventures extraordinaires dans des mondes fictifs que dans la vraie vie. Et dans la vraie vie, j'étais un peu à côté de la plaque, peu consciente de ce qui était approprié ou pas en présence d'autres gens (j'ai déjà été cible de moqueries lancées sur un ton ironique au collège mais je ne me suis rendue compte que récemment qu'il s'agissait de moqueries), naïve, timide, innocente, susceptible et hypersensible, avec de très bons résultats scolaires sans trop d'efforts (un an d'avance - pas de CP, bac L obtenu mention TB,...), ainsi qu'une certaine tendance à trop se laisser faire.
A l'âge de quatorze/quinze ans j'ai découvert certaines personnalités, certaines lectures (Jim Morrison, Arthur Rimbaud, Jack Kerouac,... pour donner une idée) qui m'ont ouverte sur le monde et m'ont aidée à quitter cette bulle imaginaire qui me coupait de la satisfaction de vivre dans la vraie vie, avec ses joies et ses peines. Sauf que depuis que je me suis jetée délibérément hors de cette bulle d'innocence je n'ai plus été capable d'être jamais réellement heureuse, et probablement un mélange de ma zébritude, de mon histoire et de mon contexte familial assez compliqué m'ont menée à vivre des moments pas très rigolos (dépression, TS, addictions, hospitalisations,...). Problèmes que je subis encore pour certains et dont j'ai hâte de pouvoir me débarrasser, en particulier mon manque de confiance en moi qui me pourrit à un point inimaginable beaucoup d'aspects de ma vie (et qui est, d'après ce qu'on ma dit, directement lié à ma zébritude, ayant eu une enfance heureuse et sans traumatisme menant à un tel problème).

J'ai également passé une année à Taipei, Taïwan (l'année de mes 16 ans) dans le cadre du Rotary Youth Exchange, si certains connaissent.

A présent je suis juste une fille qui erre dans tous les domaines de sa vie (à part domaine amoureux, fixe depuis plus de deux ans, longue distance), ne trouve pas sa voie, dans les études supérieures, dans les projets de vie (à part projets dans le domaine amoureux), une fille qui sort occasionnellement voir des amis sans réussir à leur prêter trop d'intérêt (la seule personne à qui j'arrive à prêter de l'intérêt est mon petit ami qui malheureusement vit à plusieurs heures d'avion - brésilien rencontré à Taïwan), qui cherche à s'occuper tous les jours sans grand succès.

Mes passions : la littérature (poésie, romans,...), la philosophie (je rêve de lire Nietzsche mais je ne pense pas être prête encore), l'histoire (j'ai une passion particulière pour l'histoire de la mode surtout féminine), la politique, la musique, le cinéma, les langues et cultures étrangères, ainsi que la psychologie, la sociologie, l'ethnologie,... les sciences sociales en général même si je n'ai pas eu l'occasion de m'y intéresser de très près encore. La nature aussi, de base j'aime beaucoup voyager et j'aime beaucoup les beaux paysages. J'ai aussi un petit faible pour tout ce qui est de l'ordre de l'ésotérisme, la divination ou encore par exemple l'astrologie, mais je ne m'y penche pas trop, je considérerais ça personnellement comme une perte de temps car je n'y crois pas du tout, c'est sûrement juste ma part d'enfant qui souhaiterait qu'une partie du monde puisse s'expliquer de manière "magique". Je me penche plus vers le paranormal car ça m'intéresse aussi et par contre, j'aurais tendance à y accorder pas mal de crédit. Mais bon ça me fait flipper quand même donc discuter avec je-ne-sais-qui via une planche ouija est une expérience que je souhaiterais tenter un jour mais qui n'est pas encore prévue ni à prévoir.

J'espère que m'intégrer ici sera un moyen de plus pour m'aider à m'épanouir et que je m'entendrai bien avec la plus grande part des membres de ZC. Smile
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Godzilla le Mar 27 Juin 2017 - 18:11

Bienvenue Smile Fan de Pink Floyd, je suppose ? (si c'est le cas j'approuve Twisted Evil )

je rêve de lire Nietzsche mais je ne pense pas être prête encore

Tu peux commencer par son "disciple" (les guillemets ne sont pas de trop, mais il y a bien une filiation), Cioran, c'est beaucoup plus accessible (ce n'est pas de la philo pure et dure mais plutôt des aphorismes...). C'est sombre, mais on peut aussi y voir un sommet du tragi-comique ^^
avatar
Godzilla
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2638
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 39
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par comfortablynumb le Mar 27 Juin 2017 - 18:28

Oui en effet, Pink Floyd est un de mes groupes préférés. I love you
Merci beaucoup pour Cioran ! Je ne connaissais pas du tout. Si c'est plus accessible et en lien avec Nietzsche, je prends avec plaisir.
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Godzilla le Mar 27 Juin 2017 - 19:51

Les Floyd c'est la Vie Very Happy
Des citations de Cioran, tu pourras voir si tu accroches https://www.babelio.com/auteur/Emil-Cioran/66576/citations (il se contredit beaucoup, mais c'est sa marque de fabrique ^^) Bonne lecture !
avatar
Godzilla
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2638
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 39
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par trublion le Mar 27 Juin 2017 - 20:20

Salut comfortablynumb ! Tu as lu quoi de Jim Morrison ? Ses poèmes? Je suis curieux de lire ce qu'il a fait et ça a l'air intéressant comme tu l'as cité en premier , si je me trompe pas il écrivait une sorte d'essai philosophique (je sais plus si c'est plutot philo ou socio) avant de mourir ...

trublion
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 38
Date d'inscription : 19/06/2017
Age : 19
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par trublion le Mar 27 Juin 2017 - 20:22

Et merci Godzilla pour les citations de Cioran je connaissais pas et ça me parle beaucoup !

trublion
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 38
Date d'inscription : 19/06/2017
Age : 19
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par comfortablynumb le Mar 27 Juin 2017 - 20:51

Effectivement Godzilla, ces citations me mettent l'eau à la bouche et me parlent à moi aussi. Tu nous fais de la bonne pub pour ce Cioran ! Ça me donne envie d'en savoir plus et de le lire vraiment. Merci beaucoup encore pour le partage de cet esprit qui a l'air brillant !

Hello trublion. Smile Oui, j'ai lu une partie de ses poèmes. J'ai chez moi "the american night", j'avais également un bouquin réunissant "an american prayer" ainsi que les chansons des Doors dont il a écrit les paroles. J'ai aussi lu "the lord and the new creatures" mais il y a trop longtemps pour que je puisse m'en souvenir clairement.

Alors, à un moment j'étais incollable sur la vie de Morrison, mais j'ai un peu laissé tout ça de côté depuis un moment... de mémoire, je me souviens qu'avant sa mort à Paris il écrivait énormément de poésie, mais je n'ai pas le souvenir qu'il était question d'un essai philosophique ou quoi que ce soit. Je sais par contre qu'il a écrit un ou des mémoire(s) de psycho/philo il me semble, qui a/ont épaté ses professeurs mais du temps où il était à la fac, donc bien plus tôt. Voilà ce que je me rappelle avoir lu de ses biographies à propos d'essais de Morrison, ceci dit je peux me tromper bien sûr. Smile

Après je l'ai cité surtout car c'est sa vie en soi qui m'a beaucoup inspirée et fascinée, je l'ai pris comme modèle pour cette image à la fois très intellectuelle et artistique qu'il avait, charismatique et intelligent également et aussi beaucoup plus rebelle, contestataire, "sombre", "torturé". C'est plus dans ce sens là qu'il a été important dans mon développement que dans ses écrits strictement, même si ça a joué un peu aussi, mais je pense que sa poésie est toujours trop obscure pour que je puisse en tirer beaucoup de moi-même. Smile
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par trublion le Mar 27 Juin 2017 - 21:14

Tu as probablement raison pour les essais / mémoires de sa jeunesse , de mes souvenirs j'avais lu sa biographie wikipédia en entier (moquez-vous c'est de bonne guerre Razz ) et je pensais qu'il préparait quelque chose du genre avant de mourir mais j'ai probablement tort Smile
Je suis intéressé par ses poèmes aussi connaissant le personnage , j'irais surement voir cela de plus près à l'occasion Wink

trublion
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 38
Date d'inscription : 19/06/2017
Age : 19
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Kadjagoogoo le Mar 27 Juin 2017 - 21:17

comfortablynumb a écrit:Merci beaucoup pour Cioran ! Je ne connaissais pas du tout. Si c'est plus accessible et en lien avec Nietzsche, je prends avec plaisir.
Attention Cioran est, certes, a priori plus « accessible » (moins « imbitable », comme diraient certains faibles d’esprits... Rolling Eyes ) que Nietzsche – dont il n’est pas le « disciple », puisqu’il a fini par dénigrer le philosophe allemand, pour le considérer comme trop puéril, impétueux, positif et limité par son exaltation « adolescente ». S’il faut lui chercher un maître, Schopenhauer préfigura sans doute plus directement l’inversion des valeurs à laquelle Cioran n’a eu de cesse de se livrer, avec une jubilation grinçante et grimaçante, un plaisir coupable irrésistiblement contagieux, comme un virus. Le poète-moraliste Giacomo Leopardi fut un autre de ses précurseurs, hélas trop méconnu.

Mais Cioran est potentiellement plus redoutable, aussi, a fortiori pour un jeune esprit, vraisemblablement vulnérable, tel que le tien, que le moraliste roumain va systématiquement s’employer à désespérer. Te sens-tu prête à escalader avec lui les cimes du désespoir, à méditer les sarcastiques syllogismes de l’amertume, à te risquer dans les ténèbres du crépuscule des pensées, à te déconstruire tes certitudes arbitraires au contact corrosif du Précis de décomposition, à admettre l’originel et incurable inconvénient d’être né ?…

La fréquentation du moraliste – qui se fait volontiers sophiste – est  plus ardue que celle du philosophe, qui veut tout expliquer.  Le bel esprit des moralistes peut se résumer ainsi : l’art de concilier l’inconciliable, de dépasser la confrontation en s’établissant au sein-même de cette confrontation, en restant résolument dans l’irrésolu – dans « la volupté de l’insoluble », disait ce cher Cioran. Pourquoi le moraliste surclasse à mon sens le philosophe ? Parce qu’il est plus faillible, plus paradoxal – plus humain, donc, et qu’il en est, en cela, plus touchant (émouvant et impactant) ; parce qu’il renonce à la cohérence – qui fige et limite – en vertu de la plus souple et suave duplicité ; parce qu’il peut, lui, se permettre d’embrasser simultanément plusieurs points de vue contradictoires, et proposer ce paradoxe comme matière à réflexion, tout en interdisant cette réflexion en donnant l’impression d’avoir déjà fait le tour de la question, dans une queue de poisson absurde, sage et saisissante.

Contrairement aux apparences, j’ai de l’estime pour toi et cette belle présentation soignée dont tu nous as gratifiés là – merci ! Et c’est précisément parce que je te crois capable de t’infliger la lecture des textes dangereux (penser nuit gravement à la bêtise) de Cioran que je cherche là à te donner davantage envie de t’y confronter, comme on décourage d’autant moins un jeune de fumer/boire/baiser sans préservatif en lui expliquant combien ces pratiques sont absolument toxiques. Le péril est incomparablement plus attractif que la sécurité, à cet âge ; le danger funestement plus séduisant que la sûreté. Et les grands progrès personnels, à l'instar des découvertes majeures, impliquent une nécessaire prise de risque.

Bienvenue dans notre drôle de savane, Comfortablynumb, où il te faudra parfois et judicieusement sortir de ta zone de confort et de ton engourdissement, justement ! Twisted Evil
avatar
Kadjagoogoo
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 889
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Godzilla le Mar 27 Juin 2017 - 21:41

HS Kadjagoogoo:
Kadja, toujours vexé à ce que je vois ^^ Mets donc en pratique ta signature, je m'en suis inspiré dans l'autre sens. Pour ma part j'admets avoir un peu passé les bornes vis-à-vis de toi - je crois (ou plutôt je garde espoir) que tu es capable de faire un peu de chemin dans l'autre sens (car tu sais que tu as également exagéré, ce sont des choses qui arrive, pas de quoi se flageller mais il faut le reconnaitre), ou tout du moins de ne pas prolonger inutilement un conflit un peu futile.
avatar
Godzilla
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2638
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 39
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par comfortablynumb le Mar 27 Juin 2017 - 22:50

Kadjagoogoo, merci de ton avis et de tes encouragements. C'est vrai que rester dans son cocon, confortablement, c'est le plus tentant aux premiers abords, mais il faut bien faire face un jour ou l'autre à l'oeuvre des penseurs qui partagent de telles réflexions, à l'air sombres et pessimistes, donc presque inévitablement très intéressantes. Surtout que personnellement je pense que j'en ai besoin, je cherche trop à bloquer mon esprit et me protéger alors que le meilleur pour avancer serait, au contraire, d'admettre et d'accepter que notre existence rime avec tant de ces mots et d'expressions que tu cites : "amertume", "désespoir", "décomposition", "inconvénient d'être né"... ça ne sera pas facile évidemment, mais c'est un passage nécessaire pour beaucoup je pense. Et j'ai très envie de m'y aventurer.

Bonne chance à vous deux pour résoudre vos différends. tongue
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Exxeme le Mar 27 Juin 2017 - 23:39

comfortablynumb a écrit: Surtout que personnellement je pense que j'en ai besoin, je cherche trop à bloquer mon esprit et me protéger alors que le meilleur pour avancer serait, au contraire, d'admettre et d'accepter que notre existence rime avec tant de ces mots et d'expressions que tu cites : "amertume", "désespoir", "décomposition", "inconvénient d'être né"... ça ne sera pas facile évidemment, mais c'est un passage nécessaire pour beaucoup je pense. Et j'ai très envie de m'y aventurer.


Je ne suis personne pour affirmer/infirmer les ressentis de quelqu'un mais, peut-être d'après un vécu, ça me semble être ça. L'instinct de survie poussé à son paroxysme, inutile. "De la sagesse née l'immobilisme" (y'a un e à "née"?), ça me fait aussi penser à une citation de Cioran sur le lien de Godzilla: "Nul être soucieux de son équilibre ne devrait dépasser un certain degré de lucidité et d'analyse."
Quand on a atteint une certaine limite, faut se retaper le chemin en arrière, repasser devant ses renoncements et autres demi-baissages de falzars.

Un conseil pour se lancer dans l'oeuvre de Cioran? Une pierre angulaire? Y'a bien 6-7 résumés qui me chauffent drôlement à première vue.

Et bien sûr bienvenue à toi comfortablynumb What a Face

Exxeme
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 44
Date d'inscription : 22/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par comfortablynumb le Mer 28 Juin 2017 - 0:00

Bien dit Exxeme. Je pense effectivement que plus on dure dans cet état d'esprit engourdi et renfermé et plus on gagne des réflexes embêtants pour la suite, autant qu'on en perd qui sont utiles pour progresser. Si tu as personnellement réussi à te débarrasser de tout ça comme ce que tu dis semble le suggérer, alors bravo ! Il est grand temps pour moi de faire pareil.

D'ailleurs merci de me faire me rappeler au passage, je pensais poser la question mais ça m'est sorti de la tête : je me demandais aussi, par quel bout tu conseillerais de commencer l'oeuvre de Cioran, Godzilla ?
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Godzilla le Mer 28 Juin 2017 - 0:09

Je suis loin d'être expert Smile
J'avais découvert (à 17 ans je crois) avec le "Précis de décomposition", peut-être un bon point d'entrée car plus classique dans la forme, avec des textes relativement longs. Pour les recueils d'aphorisme, "De l'inconvénient d'être né" est un classique, le titre étant d'une certaine façon un bon résumé de son oeuvre (telle que je la conçois en tout cas).
Personnellement, avec le recul, et malgré la réputation très sombre de Cioran, j'y perçois aussi une forme (très particulière...) d'humour... Donc oui, à manier avec précaution certes, mais peut-être pas autant qu'on le dit parfois (cela dit je ne donne pas tort à Kadjagoogoo sur ce sujet)
Car finalement l'une de ses rares constantes aura été de critiquer le suicide (pensée "parachute" qui m'est bien utile...)
avatar
Godzilla
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2638
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 39
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par comfortablynumb le Mer 28 Juin 2017 - 15:06

merci beaucoup pour les conseils. une fois mes lectures en cours terminées je pense sérieusement m'y pencher. Smile
avatar
comfortablynumb
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 6
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Philm le Mer 28 Juin 2017 - 15:55

Bonjour comfortablynumb,

En lisant la première partie de ta présentation, je retrouve totalement ma fille de 6 ans, qui est HP également.

- Elle vit sans cesse dans ses mondes imaginaires, de sorcières et fées principalement (Winx Club, ça te dit quelque chose ? C'est un dessin animé). Elle joue son personnage à table, au lit, tout le temps et essaie d'amener tout le monde dans son univers. Elle lit, regarde la télé, dessine son dessin animé, son univers fantastique.
- Elle ne sait pas comment se comporter avec les autres, ce qu'elle peut faire ou pas (physiquement), ce qui est normal, où sont les limites. Toucher ou embrasser des gens qu'elle ne connaît pas, parler à tout le monde, partir avec des inconnus, baisser sa culotte n'importe où parce qu'elle a besoin de faire pipi, etc.
- Elle ne voit le mal nulle part. Tout le monde est gentil. Et si quelqu'un fait quelque chose de mal, c'est certainement parce qu'il avait une bonne raison. Et finalement ça n'est pas si grave, ni méchant. C'est juste comme ça.
- Très douée à l'école (pour les 2 années qu'elle a fait). Elle lit très bien et a autant de vocabulaire que beaucoup d'adultes.
- Elle adore lire. Elle bouquine seul, quand elle en a l'occasion. Et sinon l'histoire du soir, depuis quelques mois on se fait toute la collection des Roald Dahl.
- Hyperactive, hypersensible.

J'ai peur qu'elle tombe de haut le jour où elle sortira de sa bulle pour entrer dans le monde réel, comme tu le décrivais.

Demain nous allons discuter avec une psy qui a rencontré notre fille (http://www.libellule.ch/) pour diagnostiquer un possible autisme. C'est une démarche que nous avons faite après que plusieurs spécialistes nous aient parlé d'autisme. Dans un peu plus de 24 heures nous seront fixés.

Mis à part ça, nous la traitons le plus normalement possible et essayons d'intégrer sa différence comme si elle n'existait pas et juste de vivre chaque instant avec elle, comme avec chacun de nos 3 enfants. Pas de différence pour nous, si ce n'est que c'est parfois plus compliqué de savoir comment bien se comporter avec elle...

Est-ce que tu te retrouves dans sa description ? Peut-être que tu pourras m'aider un peu et m'aiguiller sur son fonctionnement et la meilleure manière de se comporter avec elle.

Philm
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 3
Date d'inscription : 01/03/2017
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: rue fascination

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum