Masculinité blessé

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Masculinité blessé

Message par tordopensant le Ven 16 Juin 2017 - 10:29

Bonjour,

je suis un zèbre non certifié, et mon ancien pseudo-équilibre ne fonctionne plus, et je n’en ai pas de rechange, c’est encore plus le bordel.

Je suis un homme de la quarantaine, qui a été maltraité psychiquement par sa mère, de façon très habile, et très fine…afin que personne ne le sache, à moins qu’on ai le courage de s’en donner (un peu) la peine.

Je ressens comme une double peine, celle de la maltraitance et le fait que « ça ne va de soit » pour personne.

Et même au sein du groupe « Zebra », la souffrance masculine due à une femme n’est pas très populaire, pas très politiquement correcte, surtout lorsqu’elle touche directement à sa virilité intime, c’est une chose compliquée à défendre de nos jours….la virilité, la masculinité et pourtant elle existe.

Ma mère a eu toute légitimité pour détester la masculinité, car elle a elle-même été sexuellement attouchée par un cousin adolescent, et que s’est-il passé lorsque j’ai commencé à avoir les coucougnettes qui me grattaient ?

Eh ben je vous laisse deviner le dégout qu’elle a eu pour moi et son mépris pour ma sensibilité de jeune homme.
Et me voilà avec cette blessure de virilité dans une société qui, ayant subi des siècles de machisme, n’a plus aucune empathie pour cette blessure-là.

Ma blessure est inesthétique dans ce monde ou le féminisme et si politiquement correcte qu’on en a oublié la souffrance réelle de certains hommes qui n’y sont pour rien dans les excès machistes de l’époque « Alain Delon ».

Pour dire à quel point la masculinité est un mot qui n’est plus à la mode, j’ai vu un soir aux informations une espèce de mouvement « catholique » bien conservateur créer des stages pour les hommes afin de redonner du sens à la masculinité.

Il n’y a donc que eux qui ont remarqué ça ??

tordopensant
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 34
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Lainie le Ven 16 Juin 2017 - 12:56

Déjà, tu devrais éviter d'opposer le féminin au masculin car ça n'avance à rien hormis faire une opinion négative de toi. Tu aurais pu faire le même message sans aucune mention des femmes ou de la féminité... Parce que là on part un peu dans un truc stérile. Mais j'aime bien ta manière de réduire le machisme ("des siècles" alors qu'il s'agit de millénaire, "époque Alain Delon" mais bon...bref). ca parasite ton discours.

Je ne comprend à vrai dire pas ce besoin d'être "masculin". C'est quoi pour toi "masculin"? Ouvrir le pot de cornichons sans galérer? Regarder du foot à la TV en te grattant les couilles? Sortir la poubelle? Etre un vrai "bonhomme" pour ces dames? Bref, occuper des stéréotypes liés au genre? Pourquoi c'est important? Pourquoi le faire?

Pourquoi tu ferais juste pas ce que toi, tordopensant a envi de faire et d'être ce que tu as envi d'être indépendamment de tout stéréotype?

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1649
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par tordopensant le Ven 16 Juin 2017 - 13:42

Voila réaction typique, regarde le dictionnaire pour la masculinité au lit Darwin

Moi je comprend le besoin d'être féminine et tu devrais comprendre le besoin d'être masculin, c'est pas pareil
Ou est ton empathie par rapport à ce qui moi j'ai vécu ?

Tu penses que les hommes n'ont pas à avoir de la masculinité en eux ? Que ça se réduit au foot ? Qu'il n'y a aucune différence entre hommes / Femmes, nous sommes des hybrides c'est ça, des escargots hermaphrodites ??

Les fait de porter un enfant de modifie pas votre façon de voir les choses ? J'ai un fils de 11 ans, et j"ai vu les changements que cela produisait chez ma femme durant sa grossesse, autant des choses que nous les hommes on ne vit pas,

Je n'ai aucune envie que les femmes et les hommes soient identiques, et pourtant je te rassure je passe l'aspirateur, je fais la bouffe trés souvent, bref pas de clichés de "foot en se grattant les couilles" ce sont des réactions comme les tiennes qui me font penser que je ne trouverais aucune empathie ici pour ce que j'ai vévu

Egalité ...oui bien sur, y a meme pas de débat, identiques non.

Ma mère est une castratrice, et j'ai été suivi pour ça pendant des années, par une psy femme justement, qui m'a longuement expliqué qu'il y a effectivement une différence entre nous, et que ce qui se passait dans cette société au sujet de légalité homme/femme était trés bien, mais que ça générait aussi beaucoup de dépressions chez les hommes qu'elles reçoit qui ne savent plus vraiment comment faire avec certaines femmes

De toute façon ce sujet ne m'interresse pas, ce que je souhaite c'est que ma souffrance soit comprise par des gens capables de dépasser leur vécu pour comprendre celui des autres, se mettre à leur place, ça s'appel l'empathie





tordopensant
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 34
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Zebulon252b le Ven 16 Juin 2017 - 14:14

x


Dernière édition par Zebulon252b le Dim 18 Juin 2017 - 21:58, édité 1 fois
avatar
Zebulon252b
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 188
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 55
Localisation : namur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Lainie le Ven 16 Juin 2017 - 14:17

Deux problèmes:
1/ tu ramènes encore le combat homme/femme... Je captes pas pourquoi. Soit tu as un problème avec les femmes (ta mère?) et alors là on rendre dans un truc très compliqué pour lequel finalement ton problème identitaire n'est qu'un symptôme du problème avec ta mère, soit tu déplaces le problème là où il n'est pas censé être: on parle ici de TOI et de TES problèmes, on s'en fout de la féminité (dans la mesure où tu n'es pas une femme!).
2/ tu dis que je manque d'empathie mais en fait je ne fait que caricaturer une situation (les stéréotypes masculins) tout en posant des questions, pour savoir ce que veut dire pour TOI être un homme et tu éludes... Donc je réitère?! C'est quoi pour toi être un homme?

PS: à titre personnel je ne considère pas les femmes et les hommes comme étant des groupes sociaux différents, même si quelques schémas globaux s'en dégage très péniblement, cela n'a pas grand chose à voir. Les cultures sont tellement différentes par le monde que c'est ridiculement réducteur et loin de la réalité.

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1649
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Bimbang le Ven 16 Juin 2017 - 14:35

Mais au-delà des courants sociétaux, nous nous sentons homme ou femme chacun et je crois que peu importe ce qui se passe dans la société et de ce que la "morale" dicte de faire ou de ne pas faire. Il y a l'élan sexuel en chacun de nous qui peut être faussé parce qu'on y a installé des tabous divers.

Je me souviens d'une vieille dame qui m'avait raconté qu'à une époque, les religieuses enseignantes empêchaient les enfants de balancer leurs jambes sous leurs chaises. Elles voyaient le mal là où il n'y avait qu'innocence, et se faisant donnaient aux enfants un sentiment de culpabilité de ce qu'ils pouvaient faire avec leurs corps.
Mes parents ont également eu des soucis dans leur couple à cause de dérives moralistes trop bien intégrées par ma mère.

Je pense que ce qu'on peut considérer comme un coté prude touchant, peut être, pour une femme, sera de suite jugé différemment si c'est un homme.
Ou c'est moi qui suis vieux jeu ? Razz
avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1744
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par fleurdesel le Dim 18 Juin 2017 - 1:25

tordopensant a écrit:
Je ressens comme une double peine, celle de la maltraitance et le fait que « ça ne va de soit » pour personne.

Et même au sein du groupe « Zebra », la souffrance masculine due à une femme n’est pas très populaire, pas très politiquement correcte, surtout lorsqu’elle touche directement à sa virilité intime, c’est une chose compliquée à défendre de nos jours….la virilité, la masculinité et pourtant elle existe.

(...)
Eh ben je vous laisse deviner le dégout qu’elle a eu pour moi et son mépris pour ma sensibilité de jeune homme.
Et me voilà avec cette blessure de virilité dans une société qui, ayant subi des siècles de machisme, n’a plus aucune empathie pour cette blessure-là.

Ma blessure est inesthétique dans ce monde ou le féminisme et si politiquement correcte qu’on en a oublié la souffrance réelle de certains hommes qui n’y sont pour rien dans les excès machistes de l’époque « Alain Delon ».

Pour dire à quel point la masculinité est un mot qui n’est plus à la mode, j’ai vu un soir aux informations une espèce de mouvement « catholique » bien conservateur créer des stages pour les hommes afin de redonner du sens à la masculinité.

Il n’y a donc que eux qui ont remarqué ça ??
Je suis touchée par ton message, ayant vécu pendant 9 ans avec un homme qui n'assumait pas son désir sexuel, comme si c'était sale, méchant ou autre qualificatif à connotation négative.

C'est clair que c'est difficile de vivre des expériences dures et qu'elles ne soient pas reconnues socialement, voire pire, dénigrées ou transformées.

Je dirais qu'il n'y a pas que les cathos bien conservateurs qui ont remarqué ça à cause d'une vidéo sur TedX que j'ai vue récemment. C'était une psy (qui n'avait pas le look catho conservateur du tout) qui appuyait sur la necessité que les hommes restent des hommes (sur la théorie j'étais d'accord avec elle, sur la pratique qu'elle sous-entendait, j'étais perplexe). Et si Erik From France trainait encore sur le forum, ton topic aurait fait sa joie. Mais bon, peut-être que lui est catho conservateur ^^ En tous cas, il a posté sur le thème de la souffrance masculine quelquefois

Tu dis chercher de l'empathie : mais par rapport à quoi est-ce ? le fait que ta mère t'ait maltraité ? le manque d'une reconnaissance sociale de (aïe aïe quel mot mettre là ?) cette faille / blessure invisible ? l'absence de repère de ce que signifie être un homme ? le manque de séparation entre féminin et masculin ? Un peu tout ça ?
avatar
fleurdesel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 668
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 38
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par tordopensant le Dim 18 Juin 2017 - 15:20

Merci Fleur de sel pour ton message qui me touche

Oui un peu tout ça..... le sentiment qu il règne un petit mépris ambiant pour la masculinité en France, ce qui me renvoi au mépris de ma mère, et donc une méfiance envers les femmes potentiellement castratrices, etc?

En fait je me sens juste trés trés seul avec cette souffrance-là, et que parce que précisément je me sens plus sensible que la moyenne masculine, et parce que j'ai été blessé sur ma masculinité, j'ai envie de la revendiquer , mais comment faire ?

Alors pour répondre à la question de Lainie , je ne sais pas ce que c'est être un homme aujourd'hui, et pourtant j'ai envie de le revendiquer, et de plaire aussi pour ça

Mais est ce que la masculinité plait ? ou est ce qu'elle est devenue démodée ?

J'ai l'impression d'etre pris au piège....que je dois continuer à développer le côté féminin qu'il y a en moins pour me faire aimer des femmes, comme je le faisais avec ma mère.

Dés ma naissance, elle m'avait fabriquée une poupée, et elle avait décretée que c'était mon doudou, j'ai jamais pu la voir cette poupée de merde

Pris au piège parce que je suis déja pudique sur ma masculinité justement à cause de ça, et que la société nous pousse a l etre encore plus,

Alors aimer un homme de nos jours, c'est peut etre commencer par aimer sa masculinité aujourd'hui par exemple, le laisser l'exprimer à sa façon, c'est une belle preuve d'amour ça pour moi, et je ne pense pas qu'un homme de nos jours en profitera pour prendre le dessus comme avant

Je pense (mais je ne suis pas sur) que plein de mecs deviennent pudiques avec leur masculinité, surtout ceux qui sont sensibles, et qu'il y aura des repercussions un jour à force, que l'injustice commence aussi a pencher de ce coté la, et qu'il ne faut pas négliger cette souffrance-la









tordopensant
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 34
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par AristarqueS le Dim 18 Juin 2017 - 15:54

Propos injurieux, modérés

AristarqueS
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 99
Date d'inscription : 12/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Kadjagoogoo le Dim 18 Juin 2017 - 19:28

tordopensant a écrit:Et me voilà avec cette blessure de virilité dans une société qui, ayant subi des siècles de machisme, n’a plus aucune empathie pour cette blessure-là.

Ma blessure est inesthétique dans ce monde ou le féminisme et si politiquement correcte qu’on en a oublié la souffrance réelle de certains hommes qui n’y sont pour rien dans les excès machistes de l’époque « Alain Delon ».
Ta blessure de masculinité est surtout et avant-tout blessure narcissique. Et tu n'obtiendras vraisemblablement aucune compassion ici – sauf à espérer celle de néandertaliens rugueux et frustrés. Tu gagneras ainsi l'apitoiement complaisant que mérite ta plainte émasculée. Suspect

Une masculinité si profondément blessée, chez toi, que tu lui refuses (résolument ?) jusqu'à sa qualité de substantif féminin... Rolling Eyes

tordopensant a écrit:Pour dire à quel point la masculinité est un mot qui n’est plus à la mode, j’ai vu un soir aux informations une espèce de mouvement « catholique » bien conservateur créer des stages pour les hommes afin de redonner du sens à la masculinité.
J'espère que ça avait de la gueule, au moins ? Le genre d'allure qu'ont notamment les séminaires virilistes destinés aux hommes que dispense Frank T. J. Mackey, ce personnage du film Magnolia magistralement incarné par un Tom Cruise au fait de son art (et de sa beauté), qui fut jadis abandonné par son père et sa mère, contre laquelle il a conçu un ressentiment hargneux, ulcéré, injecté et instrumentalisé dans cette lucrative activité professionnelle :



AristarqueS a écrit:Pauvres petits hommes, vont se casser.
Y'a pas plus important dans la vie que ces conneries ?
Se regarder la quéquette en permanence, toussa Rolling Eyes
J’aime le caractère cinglant et pertinent de ton intervention, en mode ball-busting ! Fouet  Amour

Message personnel pour asticoter UCCEN:
Ô femelle insensible à la terrible blessure masculine, je baise ton « cul divin » et me languis – moi aussi, mais forcément de manière plus fantasmatique – de tes « merveilleuses galettes saucisses »… J’envie les délices nostalgiques et autres privilèges révolus de certains Lucifer de statistique. Mad
avatar
Kadjagoogoo
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 829
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Fulgrim le Dim 18 Juin 2017 - 20:40

Les échanges sur ce sujet sont fort intéressant.

Le plus étonnant c'est qu'au finale, tout cela donne raison à tordopensant. "Si t'est un homme t'a tort et ta gueule"

Je ne dirais que ça cela:
La masculinité/virilité est tellement mal traité qu'elle est devenu un phantasme. Combien de celles qui vont intervenir avec les pires intentions ici ont-elle regardé 50 Nuance de Grey??

Je me marre d'avance.

Fulgrim
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 111
Date d'inscription : 03/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Bimbang le Dim 18 Juin 2017 - 20:51

J'ai pas regardé pour ma part.
avatar
Bimbang
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1744
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Fulgrim le Dim 18 Juin 2017 - 20:55

Et toi, tu à été compatissante!

Fulgrim
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 111
Date d'inscription : 03/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Lainie le Dim 18 Juin 2017 - 21:06

Fulgrim a écrit:Les échanges sur ce sujet sont fort intéressant.

Le plus étonnant c'est qu'au finale, tout cela donne raison à tordopensant. "Si t'est un homme t'a tort et ta gueule"

Je ne dirais que ça cela:
La masculinité/virilité est tellement mal traité qu'elle est devenu un phantasme. Combien de celles qui vont intervenir avec les pires intentions ici ont-elle regardé 50 Nuance de Grey??

Je me marre d'avance.

Bah en fait personne n'a dit ça hormis le troll du dessus avec son petit message sans queue ni tête...

Sinon, je regarde pas les pseudos films de boules pour jeune fille soit disant rebelle Laughing

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1649
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Fulgrim le Dim 18 Juin 2017 - 22:07

Lainie a écrit:Déjà, tu devrais éviter d'opposer le féminin au masculin
Mais j'aime bien ta manière de réduire le machisme ("des siècles" alors qu'il s'agit de millénaire, "époque Alain Delon" mais bon...bref).
Je ne comprend à vrai dire pas ce besoin d'être "masculin".

1-Pourquoi comprends tu qu'il oppose masculin/féminin?

2-C'est nous qu'on a le plus souffert ok!( Je sais pas de quel genre tu est, c'est juste pour l'exemple )

3-C'est quoi ton délire de vouloir être "un homme"?

Je ne dit pas que c'est ce que tu voulais dire. Je dit juste que du point de vu de tordopensant cela peux être comprit de cette manière. Et je penses que c'est ce qui le gênes.

Et c'est pour ça que je trouve que le file des massages lui donne raison.

J'espère que ça à l'air d'avoir plus de queue maintenant.

Fulgrim
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 111
Date d'inscription : 03/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par fleurdesel le Dim 18 Juin 2017 - 23:58

@ Tordopensant
Je te remercie d'avoir posté ce sujet, cela m'a amené à des réflexions intéressantes en cherchant à te répondre.

Sur le plaire, je n'ai pas de doute que la masculinité plait : les études de psychologie sur la séduction montrent que oui. Et simplement de mon côté, j'ai du mal à me sentir femme  face à un homme qui ne s'autorise pas à se sentir homme.

Revendiquer est pour moi quelque chose de paradoxal : à la fois je comprends le besoin d'une reconnaissance, voire éventuellement de se battre pour faire changer les choses, et en même temps j'ai l'impression que c'est aussi limiter son identité à ce qu'on revendique. Donc te limiter à ton appartenance de sexe.
Or tu es plus que cela. Humain avant tout.

Je parlais de réflexions auxquelles ton sujet m'avait amené : je me suis posé la question : "c'est vrai, c'est quoi pour moi un homme ?" Et là, la prise de conscience que ce qui fait pour moi un homme... est la même que ce qui fait une femme. C'est-à-dire que face à des personnes qui n'incarnent pas cela, je vais avoir l'impression d'être face à des caricatures, des personnes hypersexualisées, qui ont quelque part perdu une partie de leur humanité, ou face à des personnes asexualisées.
Donc qu'est-ce pour moi ? La reconnaissance de ses désirs comme étant les siens, le fait d'oser en parler et accueillir la réponse de l'autre, reconnaître que cet Autre puisse ne pas partager le même désir. Le fait d'assumer que nous avons un corps masculin ou féminin, ce qui pour moi implique et le fait de ne pas se montrer différent et celui de ne pas travailler ce corps jusqu'à le rendre ...caricatural. 

J'ajoute, si cela peut t'aider à exprimer ton désir, que de mon côté (je ne dirais cependant pas que je suis représentative, notamment je ne suis pas d'un naturel jaloux), je me sens mieux avec un compagnon qui n'a pas honte de son désir, y compris celui qu'il a envers les autres femmes, et en parle librement, qu'avec mon précédent compagnon qui se sentait coupable à cet égard. Bon, après faut que ce désir me concerne aussi hein (ie qu'il parle du désir qu'il a pour moi), s'il ne concerne que les autres femmes, je vais me poser des questions sur la pertinence de notre relation Wink
avatar
fleurdesel
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 668
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 38
Localisation : Périgord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Asperzebre le Lun 19 Juin 2017 - 0:12

Je me retiens d'intervenir sur ce fil depuis plusieurs jours, mais finalement, j'ai décidé de participer.

Je ne comprends vraiment pas les réactions que provoque le premier message, et, comme l'a relevé Fulgrim, ces réactions ne font que confirmer la validité du discours tenu par tordopensant.

J'ai beau lire et relire le premier message, je ne vois pas en quoi il oppose homme et femme, féminin et masculin...un éclaircissement serait le bienvenu.

Quand une femme dit qu'elle ne supporte pas d'être sifflée dans la rue parce qu'elle est habillée un peu trop 'sexy', lui répond-on qu'elle oppose féminin et masculin, et ne peut que se donner une image négative en agissant ainsi?
Quand une femme se plaint de ne pas se sentir en sécurité dans la rue le soir, avec tous ces hommes potentiellement violents, lui répond-on qu'elle oppose féminin et masculin, et ne peut que se donner une image négative en agissant ainsi?
De manière générale, quand une femme se plaint de souffrir à cause du comportement de certains hommes, lui répond-on qu'elle oppose féminin et masculin, et ne peut que se donner une image négative en agissant ainsi?
Il me semble que non, il me semble au contraire qu'elle a tendance à être comprise, soutenue.

Comment se fait-il que nombre d'entre vous ne supportent pas qu'un homme dise souffrir du comportement de certaines femmes?
Comment pouvez vous lui rétorquer des choses aussi blessantes que:
Pauvres petits hommes, vont se casser.
Y'a pas plus important dans la vie que ces conneries ?
Se regarder la quéquette en permanence, toussa
?

Comment se fait-il que la majorité des intervenants trouvent tolérable ce genre de réactions, alors qu'ils se seraient probablement outrés si, à une femme se plaignant d'être constamment sifflée dans la rue, on répondait ceci:
"Oh la pauvre choute, elle joue à l'allumeuse et eelle est pas contente.
Mini-jupe, rouge à lèvres...y'a pas plus important dans la vie que toutes ces conneries?"

Bref, les réactions de ce fil donnent pleinement raison à son initiateur, et illustrent à quel point sa citation a été bien choisie:
Ma blessure est inesthétique dans ce monde ou le féminisme et si politiquement correcte qu’on en a oublié la souffrance réelle de certains hommes qui n’y sont pour rien dans les excès machistes de l’époque

Cette citation est magnifique, et tout comme toi tordopensant, je m'y retrouve beaucoup.

J'ai la chance de ne pas avoir été maltraité psychologiquement par ma mère.
Elle n'a jamais cherché à me 'castrer', mais elle a toujours eu une très basse estime des hommes...et elle est loin d'être la seule.

J'ai été exposé à de nombreuses reprises (et je le suis encore assez régulièrement, malgré que mes interactions sociales soient peu nombreuses) à des discours très rabaissant envers les hommes venant de femmes.
Les mecs bien ça n'existe pas, on est méchants, on est menteurs, on est manipulateurs, on est violents, on est sexiste, bla bla bla...
Tout ça, c'est parfaitement 'correct', dans l'air du temps, c'est même plutôt bien vu: une femme qui ose s'affirmer, qui ne s'écrase pas devant les hommes tyranniques, quel courage, applaudissez-là, prenez exemple sur elle...

Imaginons un seul instant une inversion des rôles, et on se retrouve avec un gros macho détestable, conspué par les femmes, mais également par de nombreux hommes.
Pourtant, les deux cas sont identiques, seul le sexe des individus concernés change.

Bref, c'est à la mode de s'afficher 'féministe', de cracher sur les 'méchants hommes' contre lesquels il est de notre devoir de défendre les 'gentilles femmes', et qu'un homme ose dire que ce n'est pas aussi simple que ça, où, pire encore, qu'il ose parler de l'existence d'un phénomène inverse ('gentils hommes' à protéger de 'méchantes femmes'), et il sera immédiatement pointé du doigt...

Je ne comprends pas précisément de quoi tordopensant souffre, je trouve son message un peu vague, mais, même sans cerner précisément le problème, je compatis.
Je suis moi aussi un homme qui ne trouve pas sa place, un homme blessé par les remarques sexistes des femmes, blessé par l'image de l'homme 'standard' tel que décrit par les femmes, qui est à l'opposé de mes valeurs.
Bléssé par le fait que, lorsque je marche vite dans la rue par un soir d'hiver (parce que ça caille et que je veux rentrer chez moi au chaud), la femme devant moi panique et se mette à courir, comme si j'étais un agresseur à sa poursuite.
Bléssé par le fait que, quand je vois une femme qui sort d'un magasin de vêtements et en perd un sur le sol, que je ramasse pour lui rapporter, elle ait un mouvement de recul à mon approche et me parle d'une voix tremblante.
Bléssé par le fait d'avoir subi des attouchement sexuels non consentis et répétés par une camarade de classe au collège, et de recevoir derrière tout ça des leçons de morale sur le 'respect du corps de la femme' alors que je n'ai jamais cherché à abuser de qui que ce soit.

Bléssé, enfin, du fait que, dès qu'un homme a le courage d'aborder ce sujet tabou de la souffrance masculine, la grande majorité des réactions lui soient hostiles, que ce soit parce qu'on ne supporte pas qu'un homme puisse être sensible, ou que ça soit parce qu'on ne supporte pas tout ce qui sort du stéréotype: 'homme=méchant, femme=gentil'.
avatar
Asperzebre
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1251
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Ryuzaki L le Lun 19 Juin 2017 - 0:58

Je suis une fille du coup je ne peux pas trop comprendre ce que tu vis, mais je connais pas mal d'hommes qui expriment ce "sentiment qu il règne un mépris ambiant pour la masculinité en France". Il doit bien y avoir une part de vérité là-dedans.
Mais que voulez-vous entendre précisément par "masculinité" ? Car la définition diffère d'un homme à l'autre. Est-ce que c'est pareil que virilité ?

Sinon, c'est vrai que ces dernières années les hommes ne savent plus sur quel pied danser... Entre les femmes qui leur reprochent d'être trop ou pas assez machos; celles qui rêvent d'être dominées, celles qui veulent être traitées d'égal à égal, et celles qui veulent tout et rien en même temps...
avatar
Ryuzaki L
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 478
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 24
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Ryuzaki L le Lun 19 Juin 2017 - 1:21

tordopensant a écrit:
Alors pour répondre à la question de Lainie , je ne sais pas ce que c'est être un homme aujourd'hui, et pourtant j'ai envie de le revendiquer, et de plaire aussi pour ça

Mais est ce que la masculinité plait ? ou est ce qu'elle est devenue démodée ?


Si tu ressens vraiment le besoin de le revendiquer bah, vas-y. Il y en aura forcément à qui ça plaira...
avatar
Ryuzaki L
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 478
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 24
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par chuna56 le Lun 19 Juin 2017 - 7:34

Hé bé Shocked

J'avoue que je suis assez choquée par le message de Lainie, qui à priori doit se sentir elle touchée, dans sa féminité peut-être, pour réagir de la sorte ?

J'avoue que la thématique féminité / masculinité ne me parque qu'assez peu dans le sens où je ne sais pas les définir. Je n'y ai pas réellement été confrontée dans ma vie, probablement parce que je vis isolée.

Si j'aurais eu tendance ya quelques années à défendre avec force le féminisme, aujourd'hui, je ne vois plus les choses de la même façon.
Dire que la femme est assouvie par l'homme depuis des millénaires, c'est faire un raccourci historique assez fort, AMHA.
J'ai plutôt l'impression qu'il y a toujours eu une place pour chaque sexe, chacun y trouvant son avantage (la femme dans son rôle de mère éducatrice, l'homme dans son rôle de mâle protecteur). Les femmes ont dirigé depuis l'ombre bien souvent, dans une certaine sécurité. Bien entendu, ça n'allait pas aux électrons libres, ceux qui ont tendance à vouloir briser les règles, quelles qu'elles soient, puisque si l'on y réfléchit bien, une règle est absurde, elle n'est là que pour permettre à la société de fonctionner. et également qu'il y a eu des périodes plus difficiles que d'autres avec une réelle oppression des femmes (comme ce qu'on voit actuellement dans les pays islamiques).
Mais je pense que la pression que les hommes avaient était différente, mais pas inexistante ("faut être un homme, si t'es pas un homme t'es qu'un vaurien, voire une tapette, et les tapettes on les brûle" ça vend du rêve)

Enfin bref, la lutte homme/femme actuelle, dans notre société, est assez ridicule.
C'est une lutte pour le respect de chaque individu qu'il faudrait, au lieu d'opposer les deux sexes en se basant sur de vieilles idées qui ne sont plus forcément d'actualité aujourd'hui.
La pression qui pèse sur les deux sexes me semblent actuellement la même, notamment à cause de la loi du paraître qui règne de nos jours.

Je comprends tout à fait ton souci, tordopensant, ayant eu une maman pas toujours au point, on va dire.
J'ai été épargnée pour ma sexualité en la cachant bien jusqu'à quitter la maison, mais ça n'a pas toujours été évident.
ex con : ma sœur et moi tenons de nos grand-mères, et donc nous avons une forte poitrine. Je te dis pas le nombre de réflexions méchantes qu'on a eu à ce sujet, ma mère ayant eu l'idée à un moment de faire réduire la poitrine de ma sœur à l'adolescence Shocked
Je n'ai eu une paix définitive qu'il y a 2 ans, lorsque j'ai cessé de mettre des sou-tifs (pour différentes raisons de bien-être, et non, ma poitrine n'est pas plus tombée, bien au contraire) : elle a commencé à me harceler, jusqu'à ce que je lui balance "mes gros nichons ils t'emmerdent" lol

J'imagine ce que ça doit être pour un garçon, le calvaire que c'est, et ensuite faut pouvoir développer sa sexualité normalement....
C'est criminel ce qu'a fait ta mère.

Par contre, si ce sujet te touche encore, c'est que le travail psychologique n'est pas terminé. Il est ptèt bien avancé, mais je pense que tu dois pouvoir aller plus loin, si la blessure est encore ouverte.
Tu devrais ptèt te pencher sur ça, quelques mots clés : EMDR, états du moi, Lien d'attachement...
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4053
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Lainie le Lun 19 Juin 2017 - 9:10


J'avoue que je suis assez choquée par le message de Lainie, qui à priori doit se sentir elle touchée, dans sa féminité peut-être, pour réagir de la sorte ?

Bah c'est tout le contraire en faite. Je ne comprend pas ce que c'est que la "masculinité" dans un sens global en faite, le sujet ici. Ni même ce que c'est qu'est la féminité. Pour moi tout cela sont des codes sociaux qui évoluent en fonction du temps et des cultures (et aussi propre à chaque individu).

Donc quelqu'un qui arrive en disant qu'il veut être fière de sa masculinité mais ne sait pas définir cela, relève un peu du fantasme... Un peu comme un enfant qui voudrait être "président de la république" (ou n'importe quoi d'autre, osef) mais sans être capable de citer ne serait-ce qu'une mission d'un tel poste. On dirais un idéal, un truc un peu fantasmagorique. Avant d'être un homme ou une femme, ne faudrait-il pas être soit?

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1649
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par chuna56 le Lun 19 Juin 2017 - 9:41

Ben déjà, il aurait été plus judicieux de demander à tordopensant ce qu'était la masculinité d'une autre manière, car la façon de le faire, pour le coup, est assez castratrice, même si l'objectif n'était pas là.

"C'est quoi pour toi "masculin"? Ouvrir le pot de cornichons sans galérer? Regarder du foot à la TV en te grattant les couilles? Sortir la poubelle? Etre un vrai "bonhomme" pour ces dames? Bref, occuper des stéréotypes liés au genre? Pourquoi c'est important? Pourquoi le faire?"

"Donc quelqu'un qui arrive en disant qu'il veut être fière de sa masculinité mais ne sait pas définir cela, relève un peu du fantasme... Un peu comme un enfant qui voudrait être "président de la république" (ou n'importe quoi d'autre, osef) mais sans être capable de citer ne serait-ce qu'une mission d'un tel poste. On dirais un idéal, un truc un peu fantasmagorique. Avant d'être un homme ou une femme, ne faudrait-il pas être soit?"

Je ne pense pas que tordopensant soit un imbécile qui ne réfléchit pas, c'est avant tout un homme blessé qui galère à se définir, et qui n'a pas besoin de jugement brusques, je pense. Ceci dit, c'est ma façon de le percevoir, je suis ptèt à côté de la plaque.

A chacun ses valeurs et sa propre façon de se définir, on a le droit de penser que son genre est une part importante de la définition que l'on fait de soi-même.
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4053
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Lainie le Lun 19 Juin 2017 - 9:59

Bah j'ai pas dis que c'était un imbécile. Pas plus que l'enfant qui veut devenir président d'ailleurs.

Juste qu'il fallait -peut-être- avant de réaliser quelque chose être capable de définir la chose en question. Sinon, c'est compliqué.

Ma manière est peut-être un peu brute mais il faudrait peut-être amener tordopensant à ce poser les bonnes questions pour qu'il fasse son chemin vers le progrès. A moins que le principe du sujet vise à le plaindre et à s'émouvoir (à juste titre ou pas selon les points de vue, ce n'est ici pas mon propos) alors effectivement, là je suis complètement à coté de la plaque.

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1649
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Akilu le Lun 19 Juin 2017 - 10:09

avatar
Akilu
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 18
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par chuna56 le Lun 19 Juin 2017 - 10:15

Tu peux amener les gens à réfléchir sans les bousculer, ou bien les bousculer autrement que par de la brusquerie qui ressemble à des jugement, sinon tu prends le risque de les blesser et donc de les braquer.

M'enfin bon, c'est ma vision des choses.

Après tout, c'est pas bien grave...
avatar
chuna56
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 4053
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 36
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Masculinité blessé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum